Idriss Aberkane a-t-il piégé l’Express ?

France Soir a publié hier l’entretien de deux journalistes de l’Express avec Idriss Aberkane. (à retrouver ici)

Ce genre d’entretien est tout à fait classique, j’en ai fait un certain nombre. Le ou la journaliste vous appelle pour vous parler du papier en cours et vous demande de donner votre opinion sur une information, d’expliquer une notion, de réagir à un propos, et quand tout se passe bien vous envoie avant publication les phrases que vous avez prononcées et qu’il désire mettre dans l’article final, afin que vous validiez bien que vos propos n’ont pas été déformés. Il arrive que le travail soit mal fait, par maladresse ou malice. Il n’est donc pas inutile d’enregistrer l’échange pour disposer d’un document qui atteste de la bonne foi de chacun au moment de juger quels propos ont été tenus. Les interviews, ce n’est pas toujours très agréable, on a parfois l’impression que les questions sortent de nulle part. Tout ça pour dire qu’un peu de prudence, ce n’est pas idiot du tout.

 

L’ExpressGate

Pour un article dans lequel des chercheurs ont démonté les prétentions de l’imposteur académique Idriss Aberkane (à lire ici), celui-ci a été contacté pour répondre aux critiques et défendre sa position. Mais Idriss Aberkane avait décidé que cet interview était autre chose : c’est lui qui enquêtait sur l’Express, c’est lui qui avait des questions pour les journalistes. Et il annonce tout de go qu’il utilisera cet enregistrement malgré le refus des journalistes qui ne sont pas venus offrir leur temps à l’enquêteur Aberkane mais qui lui tendent leur micro pour écrire leur article. Quand vous allez au restaurant, il ne suffit pas de dire que vous êtes venus évaluer la cuisine pour qu’on vous fasse visiter les lieux et qu’on oublie, qu’en fait, vous êtes juste un client.

Idriss Aberkane a en réalité une seule question (chargée) pour Victor Garcia. Et cette question suggère que celui-ci, parce qu’il aurait des liens avec le milieu zététique* (cherchez pas, on vous dit qu’il a des liens, c’est comme ça : il le voit sur Twitter [je n’invente rien]), ne pourrait traiter avec neutralité le sujet des formations et conférences d’Idriss Aberkane. On appelle cette technique l’empoisonnement du puits.

Notez bien que la neutralité des journalistes est une vraie question. Mais si Idriss Aberkane est un génie des neurosciences, il peut défendre son travail contre les critiques, il dispose des arguments, des références et même de noms d’experts à contacter qui valideront ses positions ; il n’a nul besoin de chercher à salir l’image des journalistes qui enquêtent (au pire, il refuse l’interview s’il pense que le risque d’être manipulé est fort, cela m’est déjà arrivé). Bref, ce procédé accusatoire devrait être étranger à celui qui dit faire de la science.

Mais de science il n’est pas vraiment question ici ; Idriss Aberkane n’a pas de carrière scientifique. Il est en revanche coutumier du renversement accusatoire : c’est moi (Thomas Durand) qui suis un mythomane quand je dénonce ses mensonges, il le répète presque cent fois en vidéo  ; c’est lui qui « audite le monde académique » quand ses prétentions à résoudre la conjecture de Syracuse font rigoler les chercheurs, c’est lui qui juge les travaux des neuroscientifiques quand ceux-ci rappellent que les siens… n’existent pas.

Et nous en arrivons à cet enregistrement d’un peu plus d’une heure où Idriss Aberkane passe son temps à rabaisser les deux journalistes, à décider qu’ils ignorent absolument tout, à les interroger à l’aide de questions chargées (plurium interrogatum), à dénoncer leurs intentions cachées, leur obéissance à des autorités qui voudraient du mal à Idriss Aberkane… Le feu d’artifice sophistique, teinté de paranoïa et gorgé de grandiloquence, est saisissant.

 

Idriss l’acrobate

La publication de cette interview par le blog-dépotoir France Soir vise à allumer un contre-feu dans une stratégie  digne de Charles Pasqua :

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien. »

Bien sûr, la plupart d’entre nous ne sont pas dupes. Si vous lisez ce texte, c’est que vous vous interrogez un peu et voulez lire un avis qui ne soit pas celui de l’hyperdoctor (il se surnomme comme ça lui-même). Quand je regarde cette vidéo, je détecte les manœuvres dilatoires, le name dropping me saute aux yeux, je vois bien les mensonges sur des prétendues publications scientifiques qui n’en sont pas, sur son expertise internationale imaginaire, je vois tout ce qui est suggéré sans être dit (des travaux top secrets, un réseau de chercheurs qui le respecteraient, une cabale lancée contre un homme qui dérange). La tromperie, flagrante, clignote en néon capital au fronton d’un égo boursouflé.

Mais il faut admettre aussi que l’exercice est bien exécuté ! Idriss Aberkane a un bagout d’enfer, il enchaîne avec aisance les idées, les noms, les concepts, les dates. Il y a du brio dans ce numéro d’acrobate où il déploie tout le clinquant de dix ans de pratique de l’enfumage. À un détail près : naguère c’était sur les plateaux télé, désormais c’est sur France Soir. J’en tire deux leçons.

  • D’abord, sa crédibilité est en flamme. Les journaux qui autrefois avalaient goulument sa faconde pour la vendre sur papier glacé se sont retournés contre lui. L’imposture éventée les fait passer pour un tas d’imbéciles éblouis par un miroir aux alouettes. Idriss Aberkane est cramé, non seulement dans le monde académique où il n’est personne, mais aussi dans le monde de la presse où il déchoit du rôle d’expert-tellement-intéressant à celui de désinformateur des sphères du complotisme. C’est pourquoi il est réduit à une position défensive qu’il camoufle derrière de l’agressivité.
  • Mais la deuxième leçon est plus négative. Il a réussi son exercice ! Il a gardé la face dans sa petite farce mise en scène pour le dépeindre aux commandes d’un échange où il fait la leçon, distribue des baffes virtuelles, ricane, accuse, et virevolte en citant des noms, des lieux, des travaux. Nous n’avons pas affaire à un imbécile. Il a de la mémoire et du talent, et notamment celui de faire passer sa mémoire pour la preuve qu’il est assez intelligent pour maîtriser tous les sujets.

 

Ca prouve quoi ?

Pour ceux d’entre nous qui savons à qui nous avons affaire, la séquence est la preuve que nous avions raison : l’escroquerie intellectuelle est évidente d’un bout à l’autre. Sans doute. Mais ceux qui pensent qu’Idriss Aberkane est un génie qui dérange, un homme brillant qui a dit la vérité trop fort et doit désormais le payer en devenant la cible du système, la séquence est aussi la « preuve » qu’ils ont raison. Et c’est là que le vrai talent du faussaire prend toute sa mesure. Ce que les manipulateurs malhonnêtes savent faire mieux que vous et moi, c’est se mettre en scène pour envoyer à la population déjà sensible à leur cause tous les signaux qui disent : « Lui, il a peut-être des défauts, mais il ne peut pas être malhonnête ».

L’échange avec les deux journalistes de l’Express est un cas d’école de manipulation où tout l’enjeu n’est pas de répondre aux lecteurs de l’Express désormais informés de l’imposture, mais de dissuader les fans d’Aberkane de s’intéresser à la position adverse en agitant la formidable roue d’un paon, dont l’effet hypnotique nous fait oublier qu’en dessous se trouve un faisan.

La fuite en avant d’Idriss Aberkane va certainement continuer. Il n’a pas d’autre choix que de jouer le rôle de la victime géniale. Il n’admettra pas ses mensonges (il en croit peut-être un certain nombre), il n’abandonnera pas la partition, et il est plutôt doué au pipeau.

 

Acermendax

 

* Je n’ai aucun lien avec Victor Garcia, pas plus qu’il n’en a avec aucun autre zététicien à ma connaissance. Il m’est arrivé de partager ses articles parce qu’ils touchent à des sujets qui m’intéressent. J’en atteste en termes aberkanniens : « Je le jure sur l’honneur, attaquez-moi en justice si vous pensez que c’est faux, sinon c’est que c’est vrai. »

_______________________________

Articles liés : Dossier Aberkane.

    1. — Qui parle pour la science ? Idriss Aberkane ?
    2. — Idriss Aberkane à l’épreuve des faits
    3. — Idriss Aberkane a menti
    4. — Le triomphe du Storytelling
    5. — Idriss Aberkane, icône d’une fausse ère
    6. — Conférence d’Idriss Aberkane – Fact checking
    7. — Bullshitez votre cerveau et libérez votre bullshit : La méthode Aberkane et l’effet « Gourou inverse ».
    8. — Masterclass en imposture : Idriss Aberkane & Didier Raoult
    9. — Le CV Hypertruqué d’Idriss Aberkane
    10. — Le bluf et le deshonneur d’Idriss Aberkane
    11. — Le LEGENDAIRE Idriss Aberkane
    12. — IDRISS J. ABERKANE : Le cas de la thèse en littérature comparée
    13. Enquête financière sur les entreprises d’Idriss Aberkane
    14. Idriss Aberkane a-t-il piégé l’Express ?
109 réponses
  1. Choubidou
    Choubidou dit :

    Bonjour,

    Quelques pistes qui pourraient peut-être aider ses défenseurs convaincus à distinguer l’écran de fumée:

    – M. Aberkane se pose en symétrie face aux journalistes: ils mènent un entretien d’investigation sur lui et il mène un entretien d’investigation sur eux. Comparons les séquences dans lesquelles M. Aberkane est l’interviewé et celles dans lesquelles il est le journaliste « modèle ».
    Dans les séquences où il interroge, on ne peut pas dire qu’il s’abstient de poser des question à charge. On peut observer sa conception du journalisme « éthique », comme le fait de reformuler, en la déformant, une réponse de son interlocuteur, demander à ce dernier de confirmer, et entériner cette réponse comme valide malgré les dénégations de l’interlocuteur.
    Dans toutes les séquences dans lesquelles il répond et évoque le travail de journaliste, il se pose en « critique du journalisme », et peut se retourner l’intégralité des remarques agressives et hors de propos qu’il a tenu à l’encontre de ses interlocuteurs (il n’a jamais été journaliste, n’a jamais réalisé d’enquête journalistique et il est à un vrai journaliste ce qu’un commentateur sportif est au sportif d’élite).

    – M. Aberkane n’a répondu quasiment à aucune question. Un procédé souvent utilisé est de reformuler la question du journaliste avant de répondre à sa propre question. Exemple fictif: « Des critiques ont été émises par rapport aux plans de licenciements et réduction des budgets de la santé… -Si je comprends bien, vous me demandez si j’assume une politique courageuse de préservation de la qualité des soins et de redistribution équitable des biens publics, pour le bien-être et la sauvegarde du peuple français? Et bien je l’assume et le revendique, même! ». En politique, tout le monde le repère et crie au scandale. Ici ça passe tout droit.
    Une autre technique est de donner l’illusion de répondre et en profiter pour parler d’autre chose : qui peut dire combien gagne M. Aberkane, en vrai?

    – Les casquettes interchangeables. M. Aberkane étant homme orchestre (on peut bien lui reconnaitre ce titre là), il s’affiche comme scientifique de plusieurs domaines (hyperdoctor), mais aussi entrepreneur, essayiste, formateur, savant-soldat…
    Dès lors, lorsqu’on tente de le prendre en défaut dans un des rôles, il suffit de changer de casquette.
    Par exemple: l’essentiel de la notoriété de ses livres et de ses formations se base sur le fait que ses prétentions sont fondées sur des connaissances solides en neurosciences. Lorsqu’on lui fait remarquer que les méthodes et conseils qu’il distille sous couvert de rigueur scientifique comprennent des concepts et néologismes n’ayant aucune base scientifique… hop, on met la casquette d’essayiste, qui n’a aucun compte à rendre en terme de rigueur scientifique.

    Pour finir, je vous laisse sur un quizz.
    Que répond un scientifique à qui on rapporte que d’autres scientifiques reconnus du domaine ont critiqué ses travaux ?
    A. « Je ne suis pas infaillible. Qu’ils me contactent afin d’en discuter »
    B. « Je ne comprends pas le fondement de ces critiques, mais ils peuvent contacter l’éditeur s’ils en ont à adresser »
    C. « Il existe effectivement une controverse sur ce sujet, et voici pourquoi je pense avoir raison »
    D. « Vous êtes des nuls! Des incapables! Vous ne comprenez même pas de quoi vous parlez! Et ces scientifiques vous ont transmis leurs conclusions de manière vulgarisée de sorte qu’il ne s’agit plus d’un argument scientifique en tant que tel, mais je m’en fous ça prouve bien que, eux c’est des nuls malfaisants, et que vous aussi vous êtes nuls! »

    Et comme dit l’hôte de ces lieux: « bisous »

    Répondre
    • Acermoncul
      Acermoncul dit :

      C’est dingue d’être à ce point à charge orienté et ne pas s’en rendre compte.
      Tout ce que tu dis est bidon.
      Il répond pas au question ?
      Le quels ? Il a répondu à tout d’ailleurs tu es obligé de sortir un exemple « fictif » tellement tu n’en as pas.
      Personne ne sait combien il gagne simplement parce qu’il s’est foutu de la gueule du journal l’express et de leurs subvention ? Alors qu’une simple recherche vous donne des chiffres relativement précis. Je suis même étonné qu’il soit si transparent à ce niveau.
      Et ta reponse D quel mauvaise foi alors qu’il répond simplement que ces scientifiques donnent leur avis et qu’aussi respectable soit il sa reste un avis.
      Je me fou d’IA mais voir autant de biais et de mauvaise foi chez des gens qui se prétende scientifique c’est ridicule.

      Répondre
      • bouratch
        bouratch dit :

        tellement criant de bon sens et de vérité ce que tu dis. Thomas est biaisé par son orgueil. Il n’a pas le talent oratoire d’aberkane et il ne peut s’empecher de lui chier à la gueule sans apporter aucune preuves de la mythomanie d’Aberkane.

        Répondre
      • Choubidou
        Choubidou dit :

        A votre demande donc, quelques exemples de l’interview lui-même:
        – lorsqu’on lui demande s’il considère que les analyses critiques d’experts en neuroscience du contenu de ses formations ne sont que des opinions, il répond d’abord qu’il n’attaque pas la personne (ça n’est pas la question), puis reproche au journaliste de ne pas lui fournir le détail de l’analyse critique (ce qui n’est pas la question et qui n’est pas le rôle d’un journaliste scientifique, mais M. Aberkane a sa propre conception du journalisme).
        – lorsqu’on lui rapporte que des experts jugent (sur la base du contenu de sa formation) qu’il y a un écart un peu trop grand entre le résultat concret des études qu’il mentionne et les applications pratiques neuroergonomiques qui en découleraient selon lui, il ne donne pas d’exemple concret, pas de source précise. Il se contente de renvoyer son interlocuteur à l’ensemble des travaux de tel ou tel chercheur, ou plutôt il reprocher au journaliste de ne pas avoir épluché l’ensemble de la littérature scientifique sur le sujet (ce qui n’est pas son travail, mais M. Aberkane a sa propre conception du journalisme). Pire, il fait référence à des recherches tellement performantes et pointues qu’elles sont classées secret défense… (mais dont lui a connaissance parce que… attendez… c’est une bonne question, ça. Comment connait-il l’objet des recherches secret défense?).
        – Concernant la question du montant de ses revenus, je me fiche de la réponse, mais je note qu’il n’y répond pas non plus. (si vous y avez accès aussi facilement, je vous propose de partager vos sources et de dissiper tout malentendu. Je ne les ai pas trouvées). Notez qu’au lieu de dire « je ne souhaite pas répondre à cette question », réponse franche, mais qui passerait pour une fragilité rhétorique, il préfère noyer le poisson en attaquant son interlocuteur.
        – Concernant la question du sondage tweeter, les question sont de savoir si le tweet s’adressait à l’Express et s’il pense que l’interview a été commandité par M. Drahi. Il esquive la première question en faisant comme si le message était de l’unique responsabilité des participants au sondage (Imaginez que je poste un sondage comme suit: « M. Aberkane est-il un escroc, un fraudeur, un gros melon ou un affabulateur » et que je défende d’avoir fait la moindre allusion d’escroquerie envers M. Aberkane puisque les réponses étaient largement en faveur du « gros melon ». Vous conviendrez que cette réponse est à côté du sujet, j’espère), puis esquive la deuxième partie de la question en se contentant d’évoquer les rapports d’intérêts entre le groupe Altice et l’Express… ce qui permet un gros sous entendu sans rien répondre de précis.

        Quant à la réponse D, je vous laisse compter le nombre de « Si vous faisiez votre travail / si vous saviez de quoi vous parliez / vous vous faites embobiner / je ne veux pas vous traiter d’incompétent, mais… / etc, etc. », ce que j’ai audacieusement traduit par « vous êtes nuls ». Il sous entend une soumission aveugle à la volonté de M. Drahi et du groupe Altice, à qui il prête régulièrement les pires intentions. J’ai osé le terme « malfaisant ».
        Le reste de la réponse D fait référence à un procès abusif que M. Aberkane fait de journalistes: on n’attend pas d’un journaliste qu’il puisse analyser lui-même ou rapporter une analyse scientifique détaillée (il n’aurait pas besoin de se référer à des experts, dans ce cas. Il SERAIT l’expert.). On n’attend qu’il se renseigne sur un sujet auprès de sources pertinentes (p.ex des chercheurs reconnus en neuroscience dans le cas présent), qu’il évalue la qualité de la source, qu’il confronte les sources, qu’il laisse la parole aussi libre que possible aux personnes interviewées (ce qu’il font, mais ce que ne fait pas M. Aberkane)(mais soyons indulgents, c’était sa première expérience de journaliste) pour y porter un regard critique dans un second temps, et enfin d’en tirer une synthèse à la fois accessible au public et aussi fidèle que possible à la complexité de la question.
        Notez que le but d’un interview est de collecter fidèlement les informations de la source et d’en faire une analyse critique par la suite et non d’entrer dans un pugilat argumentatif. On n’est pas dans un débat télévisé, on essaie de recueillir fidèlement le point de vue de la source.

        Si vous considérez ce qui précède, demandez vous qui a fait du travail de journaliste, en laissant la parole aussi libre que possible, et qui a fait un débat télévisé, dans le but avoué de le diffuser comme un débat télévisé dans lequel il « gagnerait ». Une joute verbale qu’il est sûr de remporter, car si les journalistes font correctement leur travail, il ne sera pas attaqué dans ses propos.

        Répondre
        • Acermoncul
          Acermoncul dit :

          Franchement revois l’interview tu es complètement biaisé.
          1/ on ne lui demande pas s’il considère que les analyses critiques d’experts en neuroscience du contenu de ses formations ne sont que des opinions dans un premier temps. On lui dit texto: que deux neuro scientific « estime » que le lien qu’il fait entre neuro science et dev perso relève du grand écart.
          Il répond très bien en disant qu’ils estiment et pensent ce qu’ils veulent que c’est un avis pas une analyse scientifique et en plus démontre que la neuro science a toute sa place dans l’éducation etc ensuite quand on lui pause la question d’on tu parles en fait c’est exactement ce qu’il vient d’expliquer et c’est inattaquable. Il est obligé de préciser qu’il n’attaque pas les personnes mais que qui qu’elles soient une opinion n’est qu’une opinion.
          Ensuite contrairement à ce que tu dis il ne lui reproche pas de ne pas lui fournir les détails de l’ analyse critique, il dit juste qu’il répond à ce qu’il vient de lui donner et qu’en t’en que journaliste ca devrait être la quintessence de l’argumentaire des deux scientifiques or ce ne sont que des avis.
          2/ Sur la neuroergonnomie et ses applications tu dis qu’il ne donne pas d’exemple concret alors qu’il explique qu’il y en a plein. Il cite le travaille de Raja Parasuraman pour l’usair force il cite un tas d’application dont parle stanislas dehaene et explique par ces exemples que la neuroergonomie est efficace pour mieux apprendre, mieux mémoriser etc…
          Pour ce qui est du secret défense c’est une blague ? Bien évidement que les découverte de l’usaf ou d’entreprise indus en neuroergo ne se retrouve pas dans des publications mais sont secretes ou brevetées il n’a pas dit que lui y avait accès.
          3/sur ces revenus en effet il aurait pu ne pas répondre mais il le fait intelligemment en dénonçant le fait que l’ argent public finance des articles orienté. Une simple recherche Google ou wiki sur l’express et vous connaître les montant (20sec de recherche)
          4/pour le reste désolé mais non seulement ces journalistes n’ont pas fait leur boulot et évidement parce qu’ils étaient à charge et tout les sous entendu de IA étaient mérité puisque l’interview n’avait qu’un but le dézingué pour preuve l’article a charge sans rapport avec l’interview et les questions qu’ils devaient lui poser qui finalement n’ont plus d’intérêt.

          Répondre
          • Choubidou
            Choubidou dit :

            1) Je vois votre point de vue, mais nous ne percevons pas de la même manière ce qui est décrit comme un « avis ».
            Des neuroscientifiques ont fait une analyse des interprétations de M. Aberkane et la conclusion de leur analyse est qu’elle est exagérée et douteuse. C’est par essence un travail d’expertise: évaluer un cas particulier et l’analyser sur la base des connaissances spécifiques, et donner une réponse à une question précise. Appeler ça une opinion, c’est tenter de faire croire que ces conclusions sont dues principalement à la subjectivité de l’expert, et qu’on peut s’en tamponner comme de l’avis de n’importe quel autre quidam.
            M. Aberkane a tout à fait le droit de s’en tamponner l’anthélix avec le pinceau de l’indifférence, mais ça n’est pas la réponse qu’il donne: il accuse les journalistes de mal faire leur travail car ils ne sont pas capables de lui restituer cette fameuse quintessence de l’argumentaire des experts.
            Mais « argumenter les conclusions de l’expertise », ça n’est rien d’autre que détailler l’expertise point par point. C’est une demande déraisonnable aux journalistes. Ou alors les journalistes auraient pu lui lire mot à mot le détail de l’argumentaire de l’expert sans comprendre eux-mêmes, et M. Aberkane aurait pu objecter n’importe quoi sans qu’ils soient capables de savoir si cela a un sens ou non. Ca n’est pas le travail d’un journaliste.
            2) Renvoyer les journalistes aux centaines d’articles d’un auteur en mode « revenez me voir lorsque vous aurez tout lu et tout vérifié », c’est irréaliste. Je vous renvoie aux écrits de Schopenhauer, Kant et Descartes pour comprendre en quoi votre argument est invalide.
            Je pourrais même rajouter un petit « Si vous étiez un interlocuteur sérieux, vous auriez commencé par ça », pour coller un peu plus à la rhétorique du personnage.
            Quant au découvertes secret défense ou brevetées, je ne pense pas qu’il y ait accès, justement. Pour affirmer l’efficacité des applications pratiques, il faudrait en connaître le contenu. Le mieux qu’il puisse faire est de suggérer que ça a une efficacité parce que des gouvernements et des entreprises s’y intéresseraient. Cela dit la CIA a bien consacré des programmes à étudier la mediumnité et le mentalisme en secret, ça n’est donc pas un gage de réussite.
            3) Si je comprends bien, vous avez recalculé les revenus de M. Aberkane sur la base des subventions de l’Express? Du coup cela fait combien? Et êtes vous sûr que M. Aberkane a la même estimation des subventions de l’Express?
            4) On pourrait retorquer que ce sont les réponse de l’interview qui s’écartent largement du sujet traité par les journalistes, et qu’il n’est pas étonnant qu’une grande partie des affirmations ou attaques de M. Aberkane ne figure pas dans l’article.
            M. Aberkane s’est imaginé journaliste d’investigation, alors imaginez un instant ce que cela aurait donné s’il avait réellement assumé ce rôle: il aurait contacté des journalistes pour les confronter aux liens d’intérêt qu’il a découvert, aux montant des subventions de leur journal, afin de recueillir leur réaction. Imaginez maintenant que les journalistes interviewés disent « Bon, ben c’est aussi nous qui allons vous interviewer en même temps », passent leur temps à attaquer M. Aberkane sur sa manière d’interviewer ou de chercher des sources, sur son CV, sur sa crédibilité, à faire des comparaisons hors de propos entre leur production et la sienne (« Quelle est notre production d’articles? Oh… plus de mille fois celle d’Abekrane. Environ un hyperabekane par an »). Ensuite qu’ils diffusent l’enregistrement de l’entretien dans lequel M. Aberkane s’est contenté de tenter d’obtenir des réponses à ses questions et se fait « démolir », et enfin qu’ils s’offusquent que l’article de M. Aberkane ne parle pas de toutes les critiques qu’ils ont pu émettre concernant le travail de M. Aberkane.

        • Acermoncul
          Acermoncul dit :

          Je répond ici à votre réponse du 14/08 0h34.
          Désolé mais vous êtes à côté de la plaque, il n’y a aucune analyse de ces 2 scientifiques dont l’un à déjà écrit à charge contre IA pour la tronche en biais tiens tiens(donc oui en plus ils sont subjectif au moins un) on parle juste de 2 scientifiques qui « estime que… » ce a quoi IA répond bien justement que s’ils n’ont que ça comme arguments et bien c’est juste l’avis de 2 scientif rien de plus, absolument aucune analyse la dedans, et demander au journaliste l’argumentaire de ces scientifiques pour pouvoir répondre plus précisément parce que pour le coup il y a zéro argument il n’y a rien de déraisonnable. Vous êtes dans le dénis complet c’est dingue.
          Le wiki de l’express donne les chiffres des subventions, aucune estimation.
          Il ne renvoit pas aux centaines d’article il leur explique que l’ergoeco est sérieuse et applicable avec un tas d’ exemple et que la moindre des choses aurait été de faire qq recherche avant sauf que leur but était seulement de le piéger.
          Il ne s’improvise pas journaliste soyons sérieux, il savait exactement quel genre d’article ils allaient essayer de faire, il ne s’est pas trompé d’ailleurs et il leur a fait à l’envers en démontrant à chaque fois qu’il n’y a aucun argument solide à part leur copain scientifique pour dire que son taf n’est pas sérieux et que c’est un escroc sans même présenter la moindre victime.

          Répondre
          • Choubidou
            Choubidou dit :

            Re-bonjour,

            Je me suis peut-être mal exprimé, mais vous me traitez d' »à côté de la plaque » sans avoir saisi mes propos.
            Nous sommes d’accord sur le fait que les journalistes ne donnent pas de démonstration des incohérences relevées par les experts. Nous sommes aussi d’accord que M. Aberkane ne peut pas savoir précisément les points incriminés et qu’il lui est difficile de rétorquer, autrement que par une démonstration ou des exemples suffisamment évidents des débouchés pratiques des recherches qu’il cite.

            Nous ne sommes pas d’accord sur un premier point: le fait qu’il n’y ait pas d’analyse. Vous, et M. Aberkane, partez du principe que si le journaliste n’est pas capable de rapporter l’argumentaire de l’expert, c’est que l’expert lui-même n’a pas fait d’analyse du problème (et ça n’est pas parce que le journaliste a utilisé le terme « estime que » que ça prouve que l’expert y est allé au doigt mouillé).
            Le deuxième point de désaccord, et qui découle du premier, est la valeur de la réaction de M. Aberkane, et que j’ai tenté d’illustrer par le quizz initial. Si on nous informe que d’autres experts du domaine scientifique jugent erronée notre façon d’interpréter des résultats scientifiques, il y a plusieurs types de réaction plus ou moins saines: la plus saine consiste à se rappeler que tout humain peut faire des erreurs, aussi certain soit-il de sa certitude, de rechercher cette critique pour se donner la chance de vérifier si elle est fondée. Une réaction compréhensible, mais peu constructive consiste à se contenter de ses propres certitudes et ne pas les mettre en question, ou attendre de recevoir une critique directe. La pire attitude est de dénigrer l’expert, son analyse et celui qui en transmet la conclusion sans même en connaître le détail.

            Notez également qu’il est confortable pour M. Aberkane de contester toute critique qui ne soit pas un article scientifique de conclusion opposée ou une demande de rétraction d’une article publié: il accepte vertueusement toutes les critiques qu’il est sûr de ne jamais recevoir, et cela pour deux raisons. La première est que l’essentiel de sa cuisine linguistico-scientifiante se passe hors du monde de la recherche. Des chercheurs et experts vont potentiellement réagir à une publication qui leur semble fallacieuse, infondée, aux conclusions exagérées, voire à une fraude scientifique, mais aucun d’eux ne va prendre le temps d’analyser les propos d’un vendeur de masterclass. La seconde est que les rares fois où il soumet un travail à la communauté scientifique (essentiellement les travaux sur la conjecture de Syracuse), l’apport scientifique est si inexistant ou confus ou anecdotique que le monde scientifique entier s’en fout. Pourtant, la dernière avancée par Tao sur le problème, bien que modeste et ne prouvant pas la conjecture, à été largement relayée et commentée. L’essentiel des citations des articles de M. Aberkane sont des autocitations.

            Alors on peut toujours avoir la conviction que le monde scientifique (dans tous les domaines abordés par M. Aberkane, et ça en fait beaucoup) se coordonne pour invisibiliser et dénigrer M. Aberkane.
            Mais on peut aussi constater qu’il se présente en vulgarisateur qui prétend transmettre de manière simple sa connaissance auprès d’un public incapable d’analyser ses prétentions, et que face à des pairs ou des personnes capables d’analyser son travail il se montre arrogant, méprisant, produit des travaux illisibles et confus, et renvoie les critiques à coup de « bandes de débiles! ».
            https://idrissaberkane.org/wp-content/uploads/2020/07/Syracuse_2020-1.pdf
            Je vous recommande la lecture de cette production qui montre la façon dont M. Aberkane répond à la critique des pairs.
            – dans ce qui est présenté comme une « réfutation des attaques », il s’applique essentiellement à démontrer la malhonnêteté de ses contradicteurs.
            – il part du principe que si les rares scientifiques qui examinent ses travaux ne parviennent pas à comprendre certains passages, c’est à cause de leur mauvaise foi
            – l’argumentaire finit littéralement par : selon les Chaldéens, c’est cuikidikiyé si y a pas de preuve, donc c’est vous les plagieurs.
            – il singe la forme d’un article scientifique (abstract, « Moatti et al., mise en page), pour un contenu qui est essentiellement un pamphlet sans méthode.
            – il cite à tour de bras Tennison, Maître do-Piyaza, la culture chaldéenne, sans intérêt argumentatif mais ça donne un petit cachet culturel qui n’est pas à dédaigner pour impressionner le chaland
            En outre, on retrouve la même technique que dans le cas présent: il reçoit des critiques, et tout soudain nous annonce qu’en fait, il fait une étude sur l’intégrité des personnes qui émettent les critiques, et qu’à la lumière de son expérience scientifique (se posant quelle question de recherche? se basant sur quel protocole? Avec quelle mesure objective? Ne cherchez pas vous ne saurez jamais), ça prouve bien une totale absence de probité de ses contradicteurs.

            Ne dit-on pas : « Dans la déchéance des autres, on n’entre pas sans s’abaisser. » (F. Chandernagor)
            (Non, ça n’apporte rien, mais ça fait cultivé et puis ceux qui sont déjà convaincus vont bien trouver en quoi ça participe de l’argumentation)

    • Deyonnu
      Deyonnu dit :

      C’est méchant pour Choubidou ça !
      je suis curieux de voir comment ça va tourner tout ça, l’Idriss est sur une pente descendante qui me ferait presque pensé à une falaise abrupte.

      Répondre
    • Romain
      Romain dit :

      Je n’ai pas pu écouter l’interview jusqu’à la fin, tant c’est incompréhensible et dénué de fond. Donc il est clair que tout est dit par Mendax, dans la mesure où Aberkane ne dit rien.

      Répondre
      • axelle
        axelle dit :

        Félicitation Romain je n’ai tenu que 10 minutes ! D’ailleurs il faut noter le professionnalisme des deux journalistes. J’aurais soit rapidement abandonné soit me serait insurgée devant l’aplomb et la capacité d’IA à prendre les gens pour des c**s ^^ Mr IA a comme le dit l’expression « l’art de répondre à côté de la plaque » !

        Répondre
      • bouratch
        bouratch dit :

        Donc toi tu nous explique tranquillement que tu parles de ce que tu ne connais pas puisque tu n’as consulté qu’une partie de l’interview…

        Répondre
        • Acermoncul
          Acermoncul dit :

          Incroyable le nombre de gens incapable de regarder l’interview sans leur biais. Tout le monde voit la malhonnêteté de l’express qui essaye de se taper IA et qui se prennent une déculottée.

          Répondre
  2. Romain
    Romain dit :

    Bonjour Mendax,

    Belle prose, tant sur le fond que la forme, comme d’habitude. En particulier quand il s’agit d’Aberkane, qui représente au sens propre une menace théoriste.
    Je partage ton opinion sur la démarche assez peu déontologique de France Soir, qui est effectivement un torchis de toutes façons, qui s’en prend à un confrère au nom du droit à l’information.
    Sur les « conflits d’intérêts » avec les « milieux zététiciens », cela aurait mérité une précision. La démarche zététique est gratuite. Personne n’en tire aucun avantage sur le plan professionnel ou financier à l’exercer. En apostrophant Victor Garcia d’entrée de jeu sur de potentiels conflits d’intérêts, Aberkane commet une erreur puisqu’être zététicien n’est jamais source d’aucun conflit d’intérêt, ceux-ci étant soumis à leur seule opinion personnelle. D’autant qu’être zététicien ne veut pas dire avoir des préjugés contre Aberkane : au contraire. La zététique s’attaque à ses thèses et à sa méthode, jamais à l’homme, et la zététique serait disposée à changer d’avis sur son travail dans l’hypothèse où celui-ci devenait subitement fondé. Bref, un sophisme, comme tu le dis à juste titre.

    J’en reviens à la déontologie sur la publication de l’enregistrement. Il serait acceptable au nom du droit à l’information. Et il y en a un : il semblerait que l’article de l’express ne retranscrive pas exactement les déclarations d’Aberkane (je précise que je n’ai pas pu le lire, car payant, et je ne paye pas pour ce mec…). Quelles que soient les conneries qu’il raconte, il est plus que dans son droit de rétablir la vérité si ses propos ont été déformés. La diffusion de cet enregistrement est d’autant plus utile qu’elle montre l’arrogance de ce personnage, son imprécision, son agressivité, son impertinence, etc. Tu le décris mieux que moi dans ton article. J’irai même plus rien, au risque de déterrer un cadavre du placard : c’est en vertu du même principe que des images d’un Grimault stressé au Tribunal de Paris avaient été captées et diffusées dans l’affaire avec Faustine. Ce qui est vrai un jour ne peut pas être faux le lendemain. Aberkane a autant le droit de se défendre que n’importe qui dans un état de droit, même si c’est pour déblatérer des aberrations scientifiques. A la rigueur, si on prend les choses du bon côté, le voit-on se ridiculiser.

    Je suis moins à l’aise avec le début de l’article, qui calque le début de l’interview. Aberkane déclare en effet avec un excès d’assurance (qui démontre à mon sens plutôt une position défensive) que l’interview est symétrique. J’y vois une maladresse de sa part, puisque dans la foulée, il affirme qu’il n’a qu’une seule question (tu aurais pu le préciser) qui s’avère d’ailleurs être triviale et dénuée d’intérêt. . En tout cas, certainement pas un élément central de l’interview. Puisqu’en dépit de son attitude tout au long de l’interview, elle est quand même unilatérale, les journalistes interrogent, il répond. Et agresse, certes, mais comme tu le dis, c’est pour masquer l’étendue de son ignorance.

    Bref, merci pour ce travail contre cet homme qui est dangereux pour ceux qui l’écoutent. Il me fait penser à Mickaël Vendetta et je me dis qu’un jour, on va se réveiller et quelqu’un va nous dire que tout ceci n’était qu’une blague. Bien que les dégâts qu’il aura produits ne sont pas les mêmes, hélas.

    A bientôt
    Romain

    Répondre
  3. Nom
    Nom dit :

    Le grand Charles serait tellement fier.
    (Il semblerait que la citation soit apocryphe mais elle lui correspond tout de même parfaitement)

    Répondre
  4. Hannidou
    Hannidou dit :

    Bonjour Acermendax et merci pour votre travail

    Les liens 12 et 14 à la suite de l’article se ressemblent drôlement Bonne journée !

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Le professeur Moore, premier auteur de cette publi, nous a répondu sur le statut d’Idriss Aberkane : un stagiaire dont le travail n’a pas donné lieu à un article de recherche.
      Mais Aberkane continue de dire le contraire. Le menteur.

      Répondre
      • Ulrich
        Ulrich dit :

        Un mathématicien avait commencé à travailler sur ses publications relatives à cette conjecture (Syracuse ou Collatz ou 3n+1) datant d’avant 2020 si je ne dis pas de bêtises. Je crois qu’Acermendax avait partagé le lien quelque part…
        Plus récemment, on trouve ceci (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02436242/document) et cela (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03364693/document) aussi si ça peut intéresser. Un extrait de la (longue) disgression par laquelle se termine cette dernière publi :
        « Those names: Romanescoes, Dreamcatchers, [deux concepts qu’il définit dans le début de l’article] are way too cute not to entice outright rape by the scholarly perverse confined in their mental prison, those fools who cherish the belief that cuteness, enthusiam and élan should be banned from the serious science – after all, won’t we call the opposite of a professional a literal amateur, namely, « the one who likes »? Now as blasé as they are, reviewers want to cowardly believe being a pro is being a bore, in a psychological phenomenon akin to hazing: once hazed, one either courageously accepts it was fundamentally for nothing and decides they will be the last, or one hazes the next generation, turns hazing into a glorious tradition, so they can give
        meaning to their otherwise meaningless, but passed, suffering ».
        L’intro est pas mal aussi. Il paraît être tombé dans un nietzschéisme de comptoir, fort d’analyses psychologique toutes prêtes à l’encontre de tous ceux qui pourraient le remettre en cause.

        Répondre
      • slempereur
        slempereur dit :

        En cherchant trois minutes des informations concernant l’éditeur, mdpi, la page wikipédia indique « Les articles soumis aux revues MDPI subissent une étape d’évaluation par les pairs, mais la qualité de cette étape a été contestée (certains articles rejetés par les évaluateurs ayant été acceptés par l’éditeur). Il a donc été reproché à MDPI d’être une machine à faire de l’argent, réclamant des frais de publications disproportionnés (1300€ par article), recourant à l’envoi massif de courriels promotionnels, et davantage guidée par la quantité que la qualité ».

        Le journal « Mathematics » n’est pas indéxé par SCI mais l’est sur SCIE, et est Q2 depuis 2020, Q3 précédemment. Il s’agit donc d’un journal scientifique de qualité assez quelconque.

        Les dates indiquent un temps de révision d’une journée, ce qui n’est pas signe de qualité pour une relecture méticuleuse d’un article scientifique. Ce point pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une relecture réalisée par un non spécialiste, qui s’assure simplement de la « scientificité » du propos.

        Je n’ai pas les compétences pour relire l’article en lui même, mais ces éléments sont des indices pouvant amener à penser qu’il s’agit d’une publication dans une revue pouvant avoir un comportement de revue prédatrice. Cependant, le début de la discussion parait inhabituelle, en particulier parce qu’elle indique que des modifications ont été demandées par le relecteur. Pour les articles auxquels j’ai participé, les modifications étaient réalisées sans indiquer qu’elles provenaient d’une demande spécifique du relecteur, et je n’ai pas le souvenir d’avoir vu une telle phrase dans un article.

        Il est ainsi possible que cette article est une qualité scientifique assez faible voir nulle, mais ait profité des failles du système des publications scientifiques pour que l’auteur puisse justifier d’un article scientifique. De plus, la nature même de cette article risque de limiter sa relecture, car peu de personnes vont s’intéresser à cet article, et encore moins pour en réaliser une analyse critique étayé.

        Le fait qu’il soit seul auteur n’est pas un indicateur. Certains services proposent de rédiger des articles à votre place (je reçoit régulièrement ce genre de proposition par mail), il existe même des générateurs automatiques en ligne. De plus, bien que la communauté scientifique juge ce procédé comme inacceptable, il existe aussi des « ghost writer » dans le cadre de la littérature scientifique.

        Cependant, ces éléments ne sont que des indices, et pas des preuves de la qualité du travail.

        Répondre
      • OrbitalC
        OrbitalC dit :

        Alors le journal dans lequel est publié le truc fait partie de mdpi qui est assez louche comme truc. Il y a des discussions assez poussées sur le côté predatory journal de journaux de mdpi.
        (Sur Beall’s list of potential predatory journals and publishers :
        https://beallslist.net/
        « Multidisciplinary Digital Publishing Institute (MDPI) – I decided not to include MDPI on the list itself. However, I would urge anyone that wants to publish with this publisher to thoroughly read this wiki article detailing their possible ethical/publishing problems, and a recent article discussing their growth. »
        )

        Personnellement, dès que je feuillette un truc de mdpi (je suis physicien) je suis extrêmement prudent et je reste en alerte sur chaque truc annoncé.
        Et si je n’ai jamais vu de trucs qui me paraissait complètement faux ou bidonnés, je n’ai aussi jamais lu un seul article intéressant, ambitieux ou novateur (dans mon domaine de recherche en tout cas).
        Cela ne veut pas dire que c’est le cas pour cet article qui est dans un autre journal d’un autre domaine que ceux que j’ai pu lire. Mais à défaut de pouvoir juger le contenu, je ne supposerais pas que c’est un article de haute portée.

        Répondre
  5. AzertyR
    AzertyR dit :

    J’essaye de commenter tant que les arguments sont frais dans mon cerveau. Je voudrais me faire un avis sur IA depuis longtemps. Je viens d’écouter son interview postée par france soir, et j’ai bien sûr vu toutes les vidéos de Thomas. J’essaye de faire concis tout en m’excusant de la longueur du pavé qui suit.
    Prenons un point précis : la neuro ergnomie. Idriss reproche dans les 3/4 de l’interview qu’on lui oppose des opinions et pas des démonstrations, hors il fait exactement la même chose quand il recommande les travaux de Raja P, ou plutot qu’il se sert de la renommée de quelqu’un pour augmenter la sienne. « Les travaux de Raja P sont révolutionnaires » est aussi une opinion.
    Pourquoi aucune répartie des journalistes ? Je pense car ils se sont pris un coup de massue d’entrée, il sont a moitié KO pendant une heure. Technique a mon avis rodée.
    Je développe (ce qu’ils n’ont pas réussi à faire les deux assommés).
    On lui demande (je résume) de quelle expérience il justifie en neuro ergonomie. Et la il démonte ses interlocuteurs qui manquent terriblement de répondant. Il dit d’abord que tout ce qui a trait a la neuro ergonomie est de l’ordre du privé, du brevet, bref de l’invérifiable, et que les meilleurs ne publient rien, citant en référence Neuralink. S’il y a bien une boite qui semble carburer au bullshit (comme toutes les autres de Musk) c’est bien celle là, mais au delà de cela s’il suffit pour etre expert en quelque chose de choisir un domaine sur lequel personne n’a publié, je suis expert de l’orbite de la théière située entre la terre et la lune. J’ai tout breveté.
    Le second est qu’il a publié en neuro acoustique, « qui est un domaine de la neuro ergonomie ». Je n’y connais rien (je suis ingénieur en électronique) mais les seuls résultats google associant ces deux termes sont des documents.. d’IA. Ensuite, il dit qu’il est sur google scholar, een particulier avec Moore. Je suis allé voir ; on parle d’un document d’acoustique qui (si je le lis bien entre les lignes) a pour moi trait a de la musicologie, en particulier a reconnaitre/distingueur des sons. Il est effectivement simple laborantin dans un truc qui parle vaguement d’harmoniques et de sons, dans un document cité en tout et pour tout deux fois depuis sa publication (et encore si ca tombe c’est par d’autres theses a lui qu’il est cité).
    Bref son experience, qu’il souligne lui même comme son fer de lance, en neuro ergonomie se limite a etre laborantin dans un truc qui parle grosso modo de reconnaitre des sons (mes excuses auprès des experts, c’est peut etre plus subtil que cela, mais ca n’en a pas l’air dans l’abstract.) On est , dans cette étude, loin d’améliorer les performances d’un pilote de F35.
    Le journaliste la aussi pouvait , comme moi, aller en direct sur google pendant qu’il déverse son torrent de bullshit, parcourir vite fait le résumé et le contre attaquer.
    Bref, en résumé, ce que je viens de dire ici sur l’aspect « neuro ergo » de son interview, on peut le dire pour a peu près chaque point évoqué dans le reste de l’interview.
    – dire que l’argument.question qui lui est envoyée est une simple opinion, et donc que les opinions c’est comme les tdc…
    – contre attaque a coups d’opinions (!) et en citant 4 noms de vrais scientifiques par minute (bombardement permanent)
    – jusftifier systématiquement d’une experience qui est soit invisible, soit anecdotique si on parcourt un tant soit peu les documents évoqués, et mêmes avec mes infimes notions d’acoustique on voit bien qu’on a la un document qui’ n’a rien de majeur, et pourtant c’est celui qu’il ressort a chaque fois.
    SI vous avez lu jusqu’ici bravo. Et mon opinion est, enfin, formée sur IA.

    Répondre
    • axelle
      axelle dit :

      Bonjour, j’apprécie beaucoup ton avis. Par contre lorsque tu parles du boulot pas très bien fait des journalistes je ne suis pas totalement d’accord. Leur interview serait de faible performance si c’était un débat, c’est vrai. Or si je considère que cette « interview » n’a lieu que dans le cadre d’un « droit de réponse » dans un article de l’express, les journalistes n’ont ils pas intérêt à le laisser parler ? finalement ne sont-ils pas là simplement pour recueillir un « témoignage » plutôt que de le challenger ? Après IA, c’est certain, les provoque à la louche ^^

      Répondre
      • AzertyR
        AzertyR dit :

        Hé bien vous n’avez pas tort. Si j’y songe ; que pouvait on attendre si les journalistes répondaient à ces arguments ? On rentre en effet dans le débat hors il sont censés être la pour recueillir son avis. Ensuite après les avoir rabaissé plus bas que terre je doute qu’il soit prêt à écouter autre chose que lui même ; même si on lui sort un de ses propres experts pour venir se foutre de lui.
        Après – la question reste posée ; comment réagir pour un journaliste quand le propos recueilli est manifestement exagéré ; gonflé ; ne tient pas trop debout ( ils le sentent bien ) …
        A la fin de l’interview que les journalistes en ont marre ( on les comprend ) , qu’ils se disent on va pas prolonger on en tirera rien .
        Merci pour votre réflexion

        Répondre
    • Pierre Ferlé
      Pierre Ferlé dit :

      « Quand je regarde cette vidéo, je vois… »

      Serait-ce là votre méthode de démonstration, Mr Durand ?

      Répondre
      • Bertrand Presles
        Bertrand Presles dit :

        Je ne vois pas comment vous pourriez déduire cela… Il s’agit tout au plus d’un constat.

        Il faut vraiment être de mauvaise foi pour y voir ne serait-ce que le moindre début de démonstration de quoique ce soit.

        Répondre
        • Frédéric FLEURY
          Frédéric FLEURY dit :

          C’est l’avantage des « partisans », la « foi » leur suffit comme méthode d’analyse.
          Mais Pierre est un malin, il masque son soutien franc à Hyperdoctor avec des tentatives rhétoriques assez simplistes pour tenter une décrédibilisation du propos sur la forme, parce que finalement sur le fond, c’est visiblement hors de portée pour lui.
          Je dirais : « bien essayé », mais ici ça passe mal, le lecteur est quand même assez habitué à repérer les manœuvres rhétoriques de diversion.

          Répondre
      • Loui Clément
        Loui Clément dit :

        Ce billet de blog n’a pas valeur de démonstration mais de décryptage et de résumé. Si vous aviez suivi l’actualité sur Aberkane ces dernières années, vous verriez que la quasi-totalité de son CV est pipeautée et que ses soi-disant travaux n’ont aucune valeur scientifique. Ses prétentions ont quasiment toutes été débunkées et il est actuellement sujet d’une enquête judiciaire pour des pratiques apparemment incorrectes de sa part.

        M. Aberkane est régulièrement insultant, outrancier et tient des propos incorrects. Ce n’est pas, malgré ce qu’il aime à prétendre, un scientifique, mais bien un affabulateur malhonnête. Je vous invite à regarder les vidéos de la Tronche en Biais à son sujet si vous en doutez encore.

        En espérant que vous ouvrirez les yeux sur cet homme, bonne journée.

        Répondre
    • Loui Clément
      Loui Clément dit :

      Ce billet de blog n’a pas valeur de démonstration mais de décryptage et de résumé. Si vous aviez suivi l’actualité sur Aberkane ces dernières années, vous verriez que la quasi-totalité de son CV est pipeautée et que ses soi-disant travaux n’ont aucune valeur scientifique. Ses prétentions ont quasiment toutes été débunkées et il est actuellement sujet d’une enquête judiciaire pour des pratiques apparemment incorrectes de sa part.

      M. Aberkane est régulièrement insultant, outrancier et tient des propos incorrects. Ce n’est pas, malgré ce qu’il aime à prétendre, un scientifique, mais bien un affabulateur malhonnête. Je vous invite à regarder les vidéos de la Tronche en Biais à son sujet si vous en doutez encore.

      En espérant que vous ouvrirez les yeux sur cet homme, bonne journée.

      Répondre
  6. John Doe
    John Doe dit :

    Ce que tu oublies de préciser c’est que ces médias pour qui tu prends parti appartiennent aux grandes fortunes françaises qui ont certains intérêts à désinformer la population française, et concernant ses études thèses, ça n’est pas parce que tu ne les publie pas qu’elles n’existent pas 🙂

    Mais continues a essayer de faire ton beurre sur son dos, il faut bien gagner sa vue après tout…

    Mais avoues simplement que tu ne l’aime pas
    En tout ça tu ne lui donne que plus de visibilité, c’est sympa de ta part pour quelqu’un qui veut le descendre

    Répondre
    • Loui Clément
      Loui Clément dit :

      Mais enfin, le but de cet article comme des autres ici est d’expliquer que M. Aberkane fait de la mauvaise science et passe son temps à mentir en utilisant diverses techniques de manipulation ! Les médias aux mains des élites, c’est un autre (vrai) problème.

      Répondre
      • bouratch
        bouratch dit :

        Quand est ce qu’acermendax va debunké les fake news politiques ? quand les couilles lui auront pousées ?

        Répondre
    • jpp
      jpp dit :

      Les publications scientifiques d’IA (un nom prédestiné), je ne les ai pas trouvées, peux-tu m’envoyer le lien ? Merci.

      Répondre
  7. Nathan
    Nathan dit :

    Quel article nullissime.

    Comment ne rien dire pour sous entendre la malhonnêteté d’Idriss, c’est consternant…

    Mais bon, voilà le niveau intellectuel des zététiciens qui se croient capable de débattre…

    Vous êtes dans le pathos Mr Durand, vous n’avez même pas su aligner un petit argument, il est clair qu’au plus le temps passe et au plus votre déni enfle, vous êtes des ânes, mais je crois que vous commencer à le savoir en fait, je crois qu’au fond de vous, vous savez que vous êtes du niveau de Sylvain Duriff…

    Quoi que au moins lui avait le bénéfice qu’il croit peut être sincèrement à ce qu’il dit !

    Répondre
    • Loui Clément
      Loui Clément dit :

      Ce n’est pas le but de cet article.

      Il reste cependant que M. Aberkane est un affabulateur de première, un gourou malhonnête qui se cache derrière la science pour dire des choses alors qu’il n’y connaît rien et qu’il n’est ABSOLUMENT PAS un scientifique. Le fait qu’il n’est pas un scientifique n’est d’ailleurs pas un jugement mais un fait, qui devrait au minimum nous renseigner sur la véracité de ses déclarations.

      D’ailleurs, cher monsieur, les zététiciens n’ont jamais insulté personne, par contre vous, comme M. Aberkane, vous permettez insultes insinuations désagréables. Ce n’est pas une bonne façon de débattre, je pense.

      Bonne journée.

      Répondre
      • Ben
        Ben dit :

        Mdr les zéteticiens sont l’inverse de la science avec la teb…. Faire du sophisme pour défendre le covidisme le wokisme et tout ce qui est antisciences, en énumérant des études soit ultra biaisées soit en sélectionnant juste celles qui vont dans sons sens, avec une tasse de thé,…. c’est pas ca de la science. Thomas durand est tout sauf ce qu’on peut appeler un scientifique.

        Répondre
  8. Vazeille
    Vazeille dit :

    Les derniers commentaires ont pour seuls arguments la moquerie et les insultes.
    Je suis scientifique (Directeur de recherche au CNRS). Je n’ai pas besoin d’un CV gonflé pour parler de science. Je suis donc, par extension, zététicien.
    driss Aberkane passe son temps à se mettre en avant et à dénigrer les scientifiques, les politiques et autres personnes, avec une assurance qui n’a d’égal qu’un ego démesuré. Sa production scientifique est famélique, voire nulle. Il se réfugie maintenant auprès des complotistes de tous poils.
    La science et sa pratique, c’est autre chose. L’avis des pairs est vital.
    Je ne vois pas comment il serait possible de convaincre ses admirateurs inconditionnels que ce monsieur les trompe.
    C’est bien triste! Mais tant mieux si cela les rend heureux.

    Répondre
    • JCB
      JCB dit :

      Nous sommes nombreux à penser que ce n’est pas lui qui cherche à tromper les gens.
      L’avis des paires, c’est scientifique ?

      Répondre
    • Gozon Brusa
      Gozon Brusa dit :

      C’est pour ça qu’absolument plus rien de valeur ne sort du CNRS dont l’organigramme « endogame » révèle la nature des diktats normatifs d’une culture ou d’un comportement que devrait avoir un scientifique, ce qui n’a pourtant jamais eu de rapport avec la science bien au contraire? Il ne dénigre personne et cite bien au contraire de nombreux scientifiques dont certains, on tout comme lui été faire fructifier leurs études à l’étranger pour fuir les imposteurs parasites comme vous? Je me souviens encore de l’équipe de cherche français sans financement qui il y a quelques années étaient les premiers à rechercher et concevoir des nouvelles méthodes de scanning médicaux et après avoir été rembarrés par le CNRS puis sans financement, ce sont fait dépassé par des américains qui se sont approprié un nouveau domaine de recherche et un marché de plusieurs dizaines de milliards et qui les ont ensuite embauché…Des histoires comme ça il y en a des tonnes, priez que personnes ne s’en rendent compte…

      Répondre
    • Ben
      Ben dit :

      Ca sera bien que tu t’y mettes à la science. Faire de la science ce n’est pas lire une méta-analyse pour être sûr que t’as bien une queue entre les jambes, que l’eau ca mouille, ….
      A voir des complotistes partout c’est plutôt toi le complotiste. Ces petits amalgames antisciences…..venant d’un soit disant scientifique…. Tu fous la honte à la France

      Répondre
    • Cabrel
      Cabrel dit :

      Bonjour.

      Je ne comprends vraiment pas l’acharnement de certains a l’encontre de IA. En effet dans de nombreuses vidéos il expose les attaques faites contre son CV et source ses diplômes. Il est quand même étonnant que Polytechnique n’est par exemple pas porter plainte si IA ny avait pas étudié.

      Vous dites que IA ne respecte pas les scientifiques, mais avez vous seulement écouter ses vidéos ou ils vendent les mérites des professeurs Raoult / Péronne / une de vos consœurs qui étudiait le coronavirus (j’ai oublié son nom)???

      Cette société n’autorise plus de remettre en cause ce que l’on nous impose comme vérité absolue.

      « Cultiver votre jardin… »

      Répondre
  9. Lptj 76 ut
    Lptj 76 ut dit :

    Ca sent l’acharnement par ici…
    Alors, sincèrement, l’express, vous en pensez quoi ?
    Pas de problème avec ?

    Répondre
    • Frédéric FLEURY
      Frédéric FLEURY dit :

      Joli procédé rhétorique. Mais ce n’est pas en détournant l’attention que vous aurez une réponse.
      Alors, sincèrement, le sujet qui nous intéresse, vous en pensez quoi ?
      Pas de problème avec ?

      Répondre
    • Loui Clément
      Loui Clément dit :

      L’intégrité de l’Express n’est pas le sujet ici.

      L’acharnement est justifié quand on voit à quel genre de gaillard on a affaire avec M. Arberkane, un charlatan aussi empêtré dans son tissu de mensonges qu’ordurier.

      Répondre
      • Ben
        Ben dit :

        Bien sûr que c’est le sujet. On est heureux de voir des journalopes aussi malhonnêtes se faire démonter, fût-ce par un escroc. Ca vous fout la rage que le sophisme des wokistes zététiciens auquel bcp de journalopes s’adonnent n’ait absolument pas fonctionné lol

        Répondre
  10. Brugiere Thibault
    Brugiere Thibault dit :

    Bonjour
    J’ai regardé l’interview sur youtube et ai laissé quelques commentaires de mon analyse de la vidéo soulignant le fait qu’Aberkan qui prétend être un spécialiste mondialement reconnu dans son domaine ne réponds pas aux questions des journalistes, mais les attaques (avec tout le mépris dont il est capable) et les commentaires ont rapidement été supprimés…

    Répondre
    • Cabrel
      Cabrel dit :


      Il ne dit pas être un expert mondialement reconnu, il dit avoir écrit une Thèse qui lui permet d’avoir une portée mondiale puisque écrite en anglais. Cette thèse est validée(comme en medecine) par des pairs. Donc eux (maître de thèse) sont des experts qui reconnaissent et attestent du L fourni.
      Ils ont validé la thèse de IA donc son L est reconnu par des experts

      Répondre
  11. Vazeille
    Vazeille dit :

    Je n’ai aucun lien d’intérêt avec l’hebdo L’Express et je ne connais pas les journalistes qui ont enquêté sur Idriss Aberkane. Je considère que cette revue a eu le mérite de ne pas dérouler le tapis rouge à ce monsieur, à la différence des médias audiovisuels et de journaux qui comptent tels que Le Monde, Le Point, etc. L’Express a pris la peine de se documenter et a continué à le faire dans le cadre de cette interview, afin d’affiner ses reportages. Il est toujours possible de contester tel ou tel point. Dans ce cas, il convient d’être précis et honnête, sans recourir à l’insulte. Qu’en est-il de l’honnêteté lorsqu’Idriss Aberkane dévoile l’enregistrement alors qu’il avait été convenu avec les journalistes de ne pas le communiquer ? Qui plus est, sur un site développant des idées obscurantistes et complotistes, accueillant des personnages peu soucieux de l’éthique et de la vérité. Je n’ai pas souhaité regarder cette vidéo car je m’interdis d’accéder à cette plateforme qui n’a rien à voir avec un journalisme de qualité. Oui, les deux journalistes de l’Express ont fait leur possible pour éclairer leurs lecteurs; ce n’était pas facile car l’interlocuteur a un seul souhait : être victimisé, alors qu’il se présente comme un génie mal compris de la science et des connaissances. Généralement, cette attitude marche plutôt bien, mais laissons du temps au temps…

    Répondre
  12. Zoulzi
    Zoulzi dit :

    Bonjour,

    Je ne connais pas très bien l’œuvre de M.Alberkane ni celle de M.Durant. J’ai partagé et été convaincu par les conclusions des 5 ou 6 vidéos de la TEB notamment sur parcours académique de M.Alberkane.

    Concernant l’express, personnellement, je trouve que cet article est une honte à la profession de journaliste. Je ne suis pas expert mais l’utilisation que vous en faite me semble biaisée, voir fallacieuse.

    Si des personnes de la communauté en ont l’envi, j’adorerai débattre du sujet sur un forum.

    Bien cordialement

    Répondre
    • Gozon Brusa
      Gozon Brusa dit :

      Encore faudrait-il que les commentaires soient libres…Par ailleurs, ils vous suffit de voir les vidéos en question et vous vous ferez votre propre avis, puisque les zététiciens comme la Menace Théoriste s’attaquent à toutes personnes auxquelles s’attaquent les médias…tirez votre propre conclusion.

      Répondre
  13. Maxime
    Maxime dit :

    Un excellent article qui resume avec style (et quelques petits grains de poivre à vous réveiller les rictus) la situation Aberkane à l’apogée de sa décrépitude splendide et mythico-miteuse.

    Répondre
  14. veridique
    veridique dit :

    Acermendax, lâche et malhonnête ! Vous ne faites qu’aggraver votre existence ! votre contribution à l’humanité n’a aucun intérêt autre que consternant !

    Répondre
    • Ben
      Ben dit :

      On attend un entretien en direct entre lui et aberkane lol. Il n’aura certainement pas les corones ce sophiste antiscience qu’est la teb

      Répondre
  15. jpp
    jpp dit :

    Entendu dans la vidéo :
    « J’ai donné mes premiers cours de soutien à 19 ans, à l’université… »
    Quelque chose de Jakgrimo.

    Répondre
  16. Vazeille
    Vazeille dit :

    Lorsque nous consultons internet, nous pouvons trouver le texte suivant :
    ″Qui veut la peau d’Idriss Aberkane ?
    Spécialiste d’économie de la connaissance et de neurosciences, Idriss Aberkane est la victime d’une bataille de chercheurs qui veulent salir sa réputation sur Wikipédia.
    Un cas d’école.21 nov. 2017″
    Ailleurs, il est écrit que ces vilains chercheurs sont jaloux des publications d’Aberkane.
    Il a également été écrit dans les commentaires de ce blog : ″ L’avis des paires, c’est scientifique ? ″
    ET oui, c’est scientifique ! Les pairs du domaine scientifique concerné jugent, en experts du domaine, la qualité des travaux présentés. C’est ainsi que sont publiés les articles scientifiques ou organisés les congrès. Il n’appartient pas aux médias de décerner des brevets de compétence aux scientifiques. Encore moins aux scientifiques eux-mêmes de s’autoproclamer ″grands savants″, ce que fait allègrement Idriss Aberkane. En réalité, la véritable question est : ce monsieur est-il vraiment un scientifique ? Le fait qu’il écrive des ouvrages à succès ne remplace pas la reconnaissance par les pairs et les publications dans des revues à comité de lecture. Je ne connais aucun chercheur qui le jalouserait car ce serait le signe de l’absence totale de productions scientifiques.
    De plus, l’accueil et le soutien de France Soir traduisent la pire des trajectoires, et lorsque ce site donne des leçons d’éthique à L’Express, c’est le comble de la pitrerie. L’Express se contente de faire référence à Albert Camus : ce n’est pas mal !

    Répondre
  17. Gozon Brusa
    Gozon Brusa dit :

    Ah bien sûr, les commentaires sont modérés pour être sûr que la bulle d’écho permettent de renforcer l’idée que les zététiciens qui n’ont jamais rien produit ont raisons pendant qu’ils nuisent à la science et la dialectique.

    Répondre
  18. Arnaud
    Arnaud dit :

    Moyennant une centaine d’euros, « l’hyperdocteur » vend des formations de développement personnel prétendument basées sur les neurosciences… Ce qu’infirment les spécialistes.

    1 Qui sont c’est Spécialises ils sont 2 Mr Sébastian Dieguez, neuroscientifique à l’université de Fribourg, qui avait déjà écrit sur Mr Idriss Aberkane dans votre blog en 2018 (d’où je suppose le lien souligné par Mr Aberkane mais on y reviendra) et Bastien Blain, chercheur associé à l’University College London en neurosciences, Bon 2 il est vrai c’est beaucoup ! il aurait été peut-être intéressant de trouver d’autres neuroscientifiques afin d’étayer l’analyse.

    2 Concernant les ventes de formations en développement personnel à 197 euros qui seraient une escroquerie les journalistes ont-ils recueillis des plaintes de victimes qui se seraient senti spoliés par les formations de Mr Aberkane ? Lorsque que l’on écrit un article sur une potentielle escroquerie le témoignage des victimes ou présumé victime est essentiel

    3 Agressivité et préparation de Mr Aberkane. Sachant que le premier spécialiste cité dans l’article est Mr Sébastian Dieguez qui avait déjà écrit sur Mr Idriss Aberkane dans votre blog en 2018, que l’Express avait déjà publié plusieurs articles à charge à propos de Mr Aberkane et cela depuis 2016 à tort ou à raison, les journalistes de l’Express ayant transmis les avis de spécialises notamment celui de Mr Sébastian Dieguez à Mr Aberkanne avant l’interview comme la pratique l’exige. Forcément il allait les attendre et préparer l’interview les relations entre l’express et Mr aberkane étant mauvaises, et que l’une des sources scientifiques était déjà été en conflit avec Mr Aberkane via votre blog en 2018! Les journalistes ont fait preuve d’une grande incrédulité et n’étaient absolument pas préparés ce qui ne cautionne en rien le fait qu’ils n’avaient pas à être insultés et maltraité. Si d’aventure vous souhaitiez interviewer une personnalité publique que votre journal ansi que vos sources la traite la de menteuse, complotiste et gourou vous ne pouvez-vous vous attendre à être bien accueilli.

    4 Les liens avec la zététique. Sachant que le premier spécialiste cité dans l’article est Mr Sébastian Dieguez qui avait déjà écrit sur Mr Idriss Aberkane dans votre blog en 2018 que vous « Mr Durand êtes cité dans l’article cela fait 2 sources sur 3 liés à la zététique la troisièmes et dernières sources étant Bastien Blain. Donc 75% des sources cité dans l’article étant lié à la zététique cela peut effectivement susciter l’intérêt de Mr Aberkane de savoir si Mr Garcia est lié au le milieu de la zététique, même si cela n’apporte rien.

    5 En effet l’article n’a pour but que de prévenir les lecteurs de l’Express l’article étant réservé aux abonnés, on peut cependant s’inscrire gratuitement après avoir choisi une mensualité et enregistré un moyen de paiement valide. Ce qui indique qu’il n’y a aucune volonté de prévenir un maximum de personnes, d’éventuellement sauver des personnes fragiles tenté par ce type de formations de tombé dans le piège si s’en est un (il n’est jamais questions de victimes ou de plainte dans l’article). Il n’y donc aucune volonté des journalistes d’offrir la possibilité aux fans d’Idriss Aberkane non abonné à l’express l’Access aux avis contraires. Donc il est très facile de reprocher à Mr Aberkane de dissuader ces fans de s’intéresser à la position adverse si la position adverse ne laisse pas non plus aux fans de manière gratuite l’accès à cette information ça marche dans les deux sens.

    Il y a beaucoup à dire sur l’interview en elle-même mais allons à la conclusion.

    6 Conclusion : Par leur impréparation et leur naïveté les journalistes ont donnés raisons aux fans de Mr Aberkane mais aussi renforcé sa communauté, plus de 600k abonnés maintenant en plus de nuire profondément à leur profession, auprès des personnes déjà susceptibles d’avoir un rejet des médias mainstream, et les ont confortés dans leurs idées en plus de les pousser certainement a sans doute sans détournés davantage. Cela signifie bien que c’est un échec total parce que réconforté les personnes abonnées à l’Express ou votre chaine trouvant déjà Mr Aberkanne désagréable, désagréable ne peut être en soit considéré comme une avancée. Donc l’acharnement depuis 2018 a dénoncé Mr Aberkane sans nouvelles sources scientifiques, sans plainte et avis de clients de Mr Aberkane n’est qu’un échec pour la raison et l’honnêteté intellectuelle.

    Répondre
      • Arnaud
        Arnaud dit :

        Non effectivement j’aurais du dire 66% après si 2 neuroscientifiques c’est beaucoup et cela représente un échantillions valable pour indiquer dans le titre de l’article « Ce qu’infirment les spécialistes » ça va 🙂

        Répondre
    • mathscorrect
      mathscorrect dit :

      Ils auraient en effet du convoquer une centaine de spécialistes pour avoir un échantillon représentatif. Mais les neuroscientifiques sont des feignants qui préfèrent rester dans leur labo à glander plutôt que de commenter le fabuleux travail du triple docteur en littérature.

      Répondre
      • Arnaud
        Arnaud dit :

        Je cite l’article « Ce qu’infirment les spécialistes » c’est 2 spécialistes donc pourquoi de pas avoir simplement écrit « Ce qu’infirment les 2 spécialistes contacté par nos équipes » parce que cela sinon laisse penser effectivement que c’est de nombreux donc plus de 2 spécialistes qui infirment les dire de Mr Aberkane.

        Donc pas des centaines mais une sources supplémentaires n’ayant pas déjà écrit au sujet de Mr Aberkane en 2018. (Tout simplement pour éviter la victimisation et ou laisser pensé que c’est de l’acharnement) cela aurait apporté plus de crédit.
        De plus vous pouvez et vous avez le droit contester la validité des thèses de Mr Aberkane et considéré qu’elles ne sont qu’en littérature 2 thèses sur these . fr une en littérature l’autre thèse publié en 2016 en :
        Mind Ergonomy for the Knowledge Economy : software Neuroergonomics and Biomimetics for the Knowledge Economy. Why? How? What?

        Le président du jury était Francis Rousseaux.
        Le jury était composé de Pierre-Jean Benghozi, Paul Bourgine, Francis Rousseaux, Charles Tijus, Inès Safi, Samuel Tronçon.
        Les rapporteurs étaient Pierre Collet, Yves Burnod.

        Vous avez tout a fait le droit de pensé que ces personnes sont malhonnêtes qu’ils sont mentis pour Mr Aberkane et qu’il lui ont fourni une thèse de complaisance, mais il faut des preuves échange mail, virement bancaire, qu’une des personnes mentionnée avoue que c’était une thèse de complaisance mais sinon sans aucune preuves, il faut accepter même si cela est dur Mr Aberkane à une thèse en neuroscience … Le fait qu’il n’est publié que peut d’articles est une piste mais ne peut lui retirer sa thèse. une piste de plagiat sans retour aussi avez été évoqué. Donc si vous avez une preuve tangible inattaquable que c’est une thèse de complaisance je suis preneur ? des preuves c’est toujours bien.:)

        Répondre
      • Acermoncul
        Acermoncul dit :

        Faut être sacrément de mauvaise fois pour faire comme si 2 scientifiques dont l’un est déjà acquis à votre cause de destruction d’IA est un échantillon significatif.
        L’ironie n’est pas un argument les zezettitien devrait pourtant le savoir.

        Répondre
    • mathscorrect
      mathscorrect dit :

      2/3 = 0,75… si c’est vous qui l’affirmez : ça doit être vrai !

      Ils auraient en effet du convoquer une centaine de spécialistes pour avoir un échantillon représentatif. Mais les neuroscientifiques sont des feignants qui préfèrent rester dans leur labo à glander plutôt que de commenter le fabuleux travail du triple docteur en littérature.

      Répondre
      • Arnaud
        Arnaud dit :

        2/3 c’est environ 66% effectivement mes excuses. j’ai écris le message tard sur le vif et ne me suis pas relu.

        Répondre
    • Arnaud
      Arnaud dit :

      j’ai fait une erreur. Les journalistes n’avaient pas donnés les noms des 2 neuroscientifiques à Mr Aberkane mais exclusivement leurs avis, les noms n’ont été révélé qu’a la parutions de l’article. Puis-je demander à la modération de bien vouloir si cela est possible supprimé mon message précèdent ? Sinon voila je me suis trompé Mr Aberkane ne savais pas qu’il s’agissait de Mr Sébastian Dieguez lors de l’interview et donc seul l’article précédant à charge contre Mr Aberkane parue dans l’Express en 2016 aurait même si cela ne justifie en aucun cas expliqué l’agressivité dont a fait preuves Mr Aberkane. cependant il aurait aussi mieux fait de rester courtois et d’essayer d’apporter des éléments plus probant en sa saveur notamment en sourcant plus ses données scientifiques, en s’appuyant sur des soutient d’autres neuroscientifiques. c’est vrai que rester courtois est point essentiel ou il perds l’aval de toutes les personnes respectueuse des règles de politesse de base et de la bien séance. Et c’est bien dommage pour lui

      Répondre
  19. Gregory
    Gregory dit :

    Ton ego ainsi que celui de beaucoup en prennent un coup …il vous surpasse culturellement et surtout intellectuellement pendant que vous gesticulez dans votre mare …

    Répondre
  20. Vazeille
    Vazeille dit :

    Il est difficile de débattre lorsque la passion l’emporte et lorsque les arguments avancés ne reposent sur aucune source.
    Quelle est la production scientifique d’Idriss Aberkane? Une recherche de publications à comité de lecture avec les outils classiques tels que Google scholar montre qu’il n’y a pratiquement rien.
    Un intervenant a écrit que les Zététiciens ne produisaient rien: peut-il en fournir la preuve?
    Un autre affirme que le CNRS ne produit rien non plus: là encore, qu’en sait-il? Qu’elle est la preuve?
    Les autres arguments sont, pour la plupart, des insultes gratuites à l’égard des fameux Zététiciens et chercheurs scientifiques.
    On peut s’interroger sur la possibilité d’avancer … un tout petit peu. C’est bien triste!
    C’est également le constat, malheureux, que la Science et sa bonne pratique sont mal comprises. Les médias et les réseaux sociaux ne sont pas étrangers à cette situation. Mais allez-vous nous croire lorsque nous disons que la France tient bien sa place au niveau mondial dans la recherche fondamentale? Voulez-vous les preuves?
    Savez-vous que le métier de chercheur (car chercheur est un métier, un métier passionnant mais difficile) n’est pas la meilleure façon pour devenir riche?
    Petite question: pourquoi Idriss Aberkane n’a-t-il pas postulé à un poste académique de chercheur (CNRS, par exemple) ou d’enseignant-chercheur (Université)?
    Est-il possible d’avoir des réponses courtoises et documentées à toutes ces questions?

    Répondre
  21. David
    David dit :

    Moi je propose que vous fassiez une interview d’Aberkane pour voir si vous faites mieux.
    Personnellement j’ai trouvé que votre analyse avait une odeur de merde dès les première lignes… En effet, dès le départ il est clair que vous détestez l’intéressé et par conséquent le ton est donné d’entrée de jeux.

    Sans être un fan d’Aberkane, quiconque ayant une neutralité se rendra vite compte que Victor Garcia n’est pas là pour en savoir plus sur Aberkane mais bel et bien pour tenter de le ridiculiser….mais pas de bol son jeux s’est retourné contre lui et il en sort totalement ridiculisé. A l’inverse Alix l’Hopital s’est rapidement rendue compte qu.ils ne feraient pas le poids et s’est mise en retrait très vite.

    Honnêtement, quelles sont vos qualifications pour écrire un torche-cul de la sorte?

    Répondre
    • Acermoncul
      Acermoncul dit :

      100% d’accord, bizarrement il n’y a que les fans des zezeticiens qui trouvent qu’il ne répond pas au question etc. Ils ont les biais qu’ils prétendent démonter et un gros complexe d’infériorité envers des mecs comme delavier. C’est quel genre de sophisme d’essayer de ridiculiser sont interlocuteur en prétendant qu’il nous bat sûrement au bras de fer.

      Répondre
  22. Zébu
    Zébu dit :

    Aberkane risque de perdre sa thèse, la plus importante, celle de Polytechnique en « sciences de gestion ». Il y a suspicion de plagiat : il aurait pompé le manuel d’un logiciel déjà consultable sur le Web en 2015, sur 47 pages. 47 page sur une thèse de 300 pages, ça fait beaucoup. Polytechnique est en train d’investiguer, mais s’il perd ce doctorat, il devra enlever un des PhD figurant sur son compte Twitter :o) Ne doutons pas qu’il criera au complot, il se victimise déjà comme un gamin pris la main dans le pot à confiture. Affaire à suivre.

    Répondre
  23. samuel
    samuel dit :

    Avez-vous pensez à faire une collaboration ou à vous associer avec le youtubeur Victor Ferry afin de faire une analyse réthorique des discours/interview d’Idriss Aberkane ?

    Je pense qu’il serait utile de mettre des concepts précis sur la manière dont Aberkane se comporte dans la sphère publique.

    Répondre
  24. Vazeille
    Vazeille dit :

    Je reviens sur les interventions suivantes.
    « Gozon Brusadit :
    05/08/2022 à 01:13
    C’est pour ça qu’absolument plus rien de valeur ne sort du CNRS dont l’organigramme « endogame » révèle la nature des diktats normatifs d’une culture ou d’un comportement que devrait avoir un scientifique, ce qui n’a pourtant jamais eu de rapport avec la science bien au contraire? Il ne dénigre personne et cite bien au contraire de nombreux scientifiques dont certains, on tout comme lui été faire fructifier leurs études à l’étranger pour fuir les imposteurs parasites comme vous… »
    « Bendit :
    05/08/2022 à 09:12
    Ca sera bien que tu t’y mettes à la science. Faire de la science ce n’est pas lire une méta-analyse pour être sûr que t’as bien une queue entre les jambes, que l’eau ca mouille, ….
    A voir des complotistes partout c’est plutôt toi le complotiste. Ces petits amalgames antisciences…..venant d’un soit disant scientifique…. Tu fous la honte à la France »

    Comme ces interventions succèdent à mon message du même jour et concernent le CNRS, je pense qu’elles s’adressent à moi. Je suis moins habitué qu’Acermendax à être insulté (j’admire son flegme et sa persévérance!), même si j’ai déjà reçu, ailleurs, des menaces physiques … qui ne m’ont pas impressionné.
    Voici quelques informations intéressantes concernant le CNRS.
    L’endogamie ? Je suppose qu’il serait fait allusion au fait que le CNRS aurait un recrutement pas très ouvert, et en particulier peu favorable aux chercheurs étrangers. Savez-vous que près d’un lauréat sur trois aux concours de chercheurs est de nationalité étrangère ? Connaissez-vous un autre organisme dépendant de l’Etat qui présenterait une telle proportion de personnels étrangers ? Si nous nous nous intéressons à tous les personnels permanents (Chercheurs, personnels techniques et administratifs), le pourcentage de personnels étrangers est un peu supérieur à 10% : même remarque que la précédente concernant d’hypothétiques organismes faisant mieux. Je peux fournir les sources de ces informations.
    Rien ne sortirait du CNRS ? Les classements internationaux des organismes de recherche infirment cette affirmation. Là encore, je peux fournir les sources de ces informations.
    Me concernant, je serais un « imposteur parasite », je « fous la honte à la France ». Il se trouve que je travaille dans une collaboration internationale qui regroupe 181 laboratoires issus de 42 pays, soit plus de 5500 personnes dont 3000 chercheurs, collaboration qui a produit de très grandes découvertes scientifiques et dont le dispositif expérimental est l’un des plus complexes jamais construit sur notre planète, une collaboration dans laquelle je n’ai pas joué un rôle mineur. Mes collègues étrangers n’ont jamais considéré que je donnais une image « honteuse » de la France et furent très heureux, à de nombreuses reprise, de nous rencontrer dans notre laboratoire et, tout particulièrement, lors de la réunion annuelle de la collaboration en dehors du CERN (Genève), qui en 2002, eut lieu dans ma ville (Clermont-Ferrand), sur ma proposition (et ma défense) et après un vote en concurrence avec Prague.
    Mais pas de chance, je ne serais qu’un soit disant scientifique … après plus d’un demi-siècle consacré à la recherche, tenant des propos antisciences ! Le CNRS aurait donc fait preuve de beaucoup de mansuétude pour me garder si longtemps, et même m’autoriser à retarder ma mise à la retraite de 2 années et demi après l’âge légal, et puis m’accorder 2 éméritats successifs de 5 années chacun. Il faut savoir qu’au titre « d’imposteur parasite », un Directeur de recherche émérite continue de travailler en touchant sa pension de retraite. Bien entendu, je peux fournir les sources de toutes ces informations.
    Mais comme mes aimables contradicteurs ont la conviction d’être très bien informés, j’attends avec impatience qu’ils me fournissent tous les éléments contraires qui ont forgé leurs certitudes …

    Répondre
  25. sorciereozaxolotls
    sorciereozaxolotls dit :

    Excellent article.
    Pliée de rire à la phrase « il utilise la roue du paon mais il y a un faisan dessous »
    Merci , des bisous ♥♥

    Répondre
  26. mtd
    mtd dit :

    les thomas-tout-va-bien et les zététiciens-le-monde-est-sain ont la haine contre idriss mais ca ne fonctionne pas. Continuez donc c’est toujours amusant de voir des forces s’énerver pour détruire quelqu’un.
    « je relaie la pensée heureuse zététicienne mais je ne la supporte pas, tout comme je relaie des informations de victor garcia sans avoir de lien avec lui. Le monde va très bien, les chambres à gaz la lune le world trade macron, tout-va-très-bien, les scientifiques sont purs, nous sommes des vertueux et idriss aberkane est quelqu’un de pas bien. »

    Répondre
  27. UnTouriste
    UnTouriste dit :

    J aurais aimé faire la démarche de lire l article de l’express dans l’espoir de voir une argumentation qui tient un peu la route, seulement voilà : « moyennant » un abonnement… Non merci.
    Ma première question est la suivante : sous quel argument/motif/loi voudraient-ils que cet enregistrement ne soit pas diffusé ? Pourquoi vous (ainsi que l’express) passez cette question complètement à la trappe ? Ça ne vous paraît pas ne fut-ce que légèrement étrange comme démarche journalistique ?

    Ensuite il paraît évident que les journalistes font cette interview avec un parti pris, et ne connaissent vraisemblablement pas grand chose au sujet. De ce fait leurs questions manquent cruellement de pertinence…Pourquoi ne pas avoir directement confronté Aberkane avec des spécialistes en la matière ?
    Peut-on vraiment lui reprocher de trouver le niveau de l interview assez pauvre ? Tout comme vous reprochez : « Idriss Aberkane n ‘a pas de carrière scientifique »… Quand bien même cela serait vrai, c est vrai aussi pour vous et pour les deux journalistes. Comment un non-scientifique peut-il juger de façon professionnelle, ou même pertinente ou encore crédible, des travaux scientifiques ?

    D autre part j’aimerais vous citer avec ceci : « Mais si Idriss Aberkane est un génie des neurosciences, il peut défendre son travail contre les critiques, il dispose des arguments, des références et même de noms d’experts à contacter qui valideront ses positions »
    Ne serait-ce pas un peu malhonnête de nier qu’il l’a fait ?

    Enfin, j aimerais vous dire que votre vocabulaire rabaissant et humiliant ne vous rend pas davantage crédible. Si vous jugez vraiment les idées et pas la personne, pourquoi vous abaisser à ce genre de comportement ?
    Quand vous dites que Aberkane est un vulgaire charlatan (et j’en passe), qui n’a pas de carrière scientifique, vous considérez-vous plus apte en la matière pour démêler le vrai du faux ?
    Dans votre introspection, comment jugez vous votre propre honnêteté intellectuelle, votre propre orgueil, votre propre poudre aux yeux (par exemple en utilisant des citations à tout va) ? Ce n’est que mon impression mais je vous trouve pas mal de défauts que vous reprochez justement a Aberkane. Effet mirroir ? Pourriez-vous point par point vous expliquez sur ce qui semble être vos propres mensonges exposés dans cette vidéo d’Aberkane ? :
    https://m.youtube.com/watch?v=IL20Sgn1A78

    Merci d’avance

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      D autre part j’aimerais vous citer avec ceci : « Mais si Idriss Aberkane est un génie des neurosciences, il peut défendre son travail contre les critiques, il dispose des arguments, des références et même de noms d’experts à contacter qui valideront ses positions »
      Ne serait-ce pas un peu malhonnête de nier qu’il l’a fait ?
      _____
      Si vous croyez qu’il l’a fait, alors il vous a eu. Et c’est bien la preuve qu’on ne peut pas nier qu’il ait du talent.

      Répondre
  28. UnTouriste
    UnTouriste dit :

    Je m’étonne que vous ne repondiez qu’à cette seule question..
    Mais pour vous repondre : je ne suis pas croyant, tout du moins je m’efforce de ne pas tomber dans le piège des croyances. Et sur ce point j ai pu largement observer et constater, qu il a défendu son travail contre les critiques, qu il a utilisé des arguments, qu il a des utilise

    Répondre
  29. UnTouriste
    UnTouriste dit :

    … *qu il a utilisé des références, et des noms d experts qu on peut contacter pour valider ses positions. On ne peut pas le nier. Vous avez peut être simplement choisi de vous focaliser sur autre chose, ou de ne pas y prêter attention. C’est bien la preuve que…

    Répondre
    • M.Alpes
      M.Alpes dit :

      Quels experts ? quelles références ? dans quels établissements ?
      Cela est censé être public et vérifiable sans faire l’objet de polémiques.
      Il est censé pouvoir démontrer son propre travail sans avoir à citer un philosophe du 18éme …
      L’argumentation dans ce cas précis est, pour moi, un piège. Son travail, s’il est vrai, est reproductible, vérifiable, compréhensible et j’en passe, par ses pairs.

      Répondre
  30. Vazeille
    Vazeille dit :

    Une bonne question serait: combien de spécialistes des neurosciences citent des publications d’IA relevant de ce domaine?
    La bonne réponse serait très très intéressante.

    Répondre
  31. UnTouriste
    UnTouriste dit :

    Est-ce vraiment le nombre qui compte ?
    Le « comment » n’est-il pas plus intéressant ?
    Par exemple « Comment peut-on lier IA et neurosciences ? »
    Ou encore « Comment se fait-il qu’on programme des réseaux de neurones en IA ? » Les neurosciences ne sont elle pas pertinentes sur ce sujet ?
    https://medium.com/france-school-of-ai/math%C3%A9matiques-des-r%C3%A9seaux-de-neurones-code-python-613d8e83541

    J’en citerai déjà un :

    « Yann LeCun, spécialiste de l’apprentissage automatique des machines (machine learning), est l’un des pères du Deep Learning (apprentissage profond), une méthode à laquelle il se consacre depuis trente ans, malgré le scepticisme qu’il rencontre au départ dans la communauté scientifique. »

    « Le Deep Learning, qui fait appel à la fois aux connaissances en neurosciences, aux mathématiques et aux progrès technologiques, est aujourd’hui plébiscité comme une véritable révolution dans le domaine de l’intelligence artificielle. Il a déjà permis d’immenses progrès et de multiples applications dans les domaines de la reconnaissance faciale et vocale, de l’étiquetage d’images, du traitement automatisé du langage ou encore de la vision par ordinateur. »

    Il y en a d autres, mais ce n’est pas vraiment les compter qui m’intéresse.

    Ma seule citation elle plus destinée à l auteur de cet article qu’à vous :

    “Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.”
    Arthur Schopenhauer

    Personnellement je ne prétend pas connaître la vérité, mais il vaut mieux être vigilant, car dans 150 ans, ce serait triste d être du côté de ceux qui ont passé leur temps à ridiculiser…

    Répondre
  32. Vazeille
    Vazeille dit :

    Il y a une confusion dans l’interprétation de la question que j’ai posée. J’ai, maladroitement, utilisé l’abréviation IA pour désigner Idriss Aberkane … et non l’Intelligence Artificielle (sans jeux de mots!). L’Intelligence Artificielle et le Deep Learning sont utilisés dans ma discipline pour analyser des données, y compris dans ma propre équipe, et les Réseaux de neurones bien avant et depuis fort longtemps.
    Ma question portait sur l’évaluation du nombre de citations -forcément par des experts du domaine- des publications éventuelles d’Aberkane sur les neurosciences. Lorsque des articles sont cités, cela signifie qu’ils contribuent au débat sur un problème donné et, donc, au progrès des connaissances. En l’absence de citations, le qualificatif d’expert est évidemment erroné et la prudence serait de ne pas se présenter comme tel.

    Répondre
  33. UnTouriste
    UnTouriste dit :

    Bonjour, effectivement je m’en suis aperçu après coup en lisant les commentaires plus haut ^^. Apparemment ce gars est un tel phénomène qu’on en a fait un acronyme 😉
    Malgré tout, je trouve que ma réponse est presque pertinente en imaginant que IA = Idriss Aberkane. Relisez et ne gardez que « IA = Intelligence artificielle » uniquement pour la programmation des réseaux de neurones. (On en est presque blasé aujourd’hui, mais qui aurait pensé que cela était possible il y a seulement quelques dizaines d’années ?).
    Yann LeCun devient en effet hors propos, mais si on y pense, combien d’experts citaient Yann LeCun à ses débuts ?
    Ce passage est parlant à son sujet : « malgré le scepticisme qu’il rencontre au départ dans la communauté scientifique… » Ce qui soulève cette question : est-ce vraiment la reconnaissance des pairs qui compte ? Songez à Nikola Tesla, et à beaucoup d autres, ont-ils été soutenus par leurs pairs ? Est-ce que cela fait d’eux des charlatans ? Beaucoup de scientifiques les ont bel et bien considéré comme tels… Seul le temps a changé les choses. C’est pourquoi la citation d’Arthur Schopenhauer me paraît appropriée. Et puis après tout, « On est pas encore revenu du pays des mystères ».

    Dans ce registre, j aimerais que vous réfléchissiez davantage à votre phrase :
    « Lorsque des articles sont cités, cela signifie qu’ils contribuent au débat sur un problème donné et, donc, au progrès des connaissances. En l’absence de citations, le qualificatif d’expert est évidemment erroné et la prudence serait de ne pas se présenter comme tel. »

    Donnez-vous une chance au facteur temps ? Est-ce que « évidemment erroné » est si évident que cela ? Vous êtes probablement expert dans votre domaine, mais avez-vous été cité ? Est-ce que être cité est une condition absolue pour être expert ? Je viens de vous citer, donc maintenant vous êtes expert, au cas où vous ne l’étiez pas encore. Mon but ici n’est pas de me moquer, mais je crois qu’être expert c est plus simple que ça :
    expert :
    adjectif
    Qui a acquis une grande habileté par l’expérience, par la pratique.

    Rappellez vous ceux qui organisent les ateliers d’échange de savoirs, hé bien ils partent du principe que chaque participant est expert, même le « simple paysan » qui n’a jamais rien lu ni écrit, car chacun est expert dans sa propre pratique. Même l’amateur qui manque de confiance et qui n’ose pas enseigner aux autres.

    Vous me direz c’est bien beau tout ça, oui, sauf que Aberkane prétend surtout faire une chose : vulgariser. Et personnellement, j’estime qu il le fait mieux que quiconque dans ce domaine. Je me rappelle d’une vidéo où il explique le concept des intelligences multiples… Comment nier que cela peut faire du bien aux gens de comprendre ce concept ? Ça semble être quelque chose de très obscur pour les deux journalistes, « que les neurosciences peuvent faire du bien. » Comment passer à côté de cela ? C est comme s’ils étaient déjà en train de se dire  » On a sûrement affaire à un gourou s’il raconte ça », avant même de demanfder

    Prenons Paul Dewandre, « Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus ». Il vulgarise de la psychologie, il fait du bien aux gens, et il vend ses shows. Doit-on le considérer comme un charlatant ? Doit-on analyser son CV, vérifier si de grands psychologues l ont cité, chercher s il a produit des thèses en psychologie ? Est-ce que tous les autodidactes sont des incompétents ?

    Revenons à Aberkane, et partons du principe que les experts en neurosciences ne l’ont pas cité (je n’ai pas vraiment cherché).
    Cette autre question me paraît importante aussi :
    Combien d’experts ont cité Aberkane en démontrant avec succès que ce qu’il affirme est faux ?

    Répondre
    • samuel
      samuel dit :

      « Combien d’experts ont cité Aberkane en démontrant avec succès que ce qu’il affirme est faux ? »
      Si on se restreint à la communauté scientifique dans son fonctionnement (publi => revue => citation), alors cette question est un non sens. Sont cités les publis qui servent de base à d’autres publis.
      Concernant la conjecture de Syracuse, il n’y a qu’un seul papier d’Aberkane qui soit cité. Et il y a d’une unique auto-citation.
      Donc personne n’a démontré qu’il avait faux, simplement que ce travail était d’un intérêt très limité.

      Répondre
      • UnTouriste
        UnTouriste dit :

        Bonjour,
        Je vous remercie pour vos recherches et votre avis.
        J’espère juste que vous mentionnez bien tous les éléments ainsi que ceux qui sont cités dans cette vidéo. https://m.youtube.com/watch?v=IL20Sgn1A78
        Je m’occupe de notre nouveau né en ce moment et le temps est un peu trop limité pour vérifier moi même.
        Sachez que je n’apprécie pas le fait d’enfoncer quelqu’un comme il le fait. A sa décharge je dirai qu’on ne se défend pas toujours avec une cuillère contre marteau. Bien à vous et merci

        Répondre
  34. Vazeille
    Vazeille dit :

    Autre réponse à Un Touriste.
    Lorsque j’évoquais les citations, il ne s’agissait pas de citer Aberkane, mais ses publications éventuelles, dans des revues à comités de lecture, sur les neurosciences. Le problème est qu’aucune publication de ce type n’apparait via Google scholar : il est donc impossible que des experts du domaine les cite ! C’est dans ses ouvrages, sa thèse peut-être, ses cours de coaching et ses conférences ou vidéos, qu’il prétend mettre en avant ses compétences dans les neurosciences. Mais dans ce cas, il y a des experts connus de ce domaine qui contredisent les propos d’Aberkane. Dans la démarche scientifique, c’est la confrontation des idées entre personnes compétentes qui permet de faire progresser la science : rien ne remplace les publications à comité de lecture ou les conférences organisées par les chercheurs dans un champ scientifique donné.
    Il est vrai que la science est le domaine du temps long, mais ce temps long désigne essentiellement les durées requises pour résoudre une problématique donnée. Les sciences dures en ont donné récemment de bonnes illustrations: la découverte expérimentale du boson de Higgs 48 ans après sa formulation théorique, la découverte expérimentale des ondes gravitationnelles puis la mise en évidence directe d’un Trou noir (un cliché) 100 ans après leurs prévisions d’après la Relativité Générale.
    Est-ce qu’il y aurait des grands savants méconnus de leur temps et honorés très tardivement justifiant également cette notion de temps long ? Très peu en fait, et certainement pas Nikola Tesla. Tesla est un personnage fantasque, mêlant géniales inventions et inventions farfelues, mais ce n’est pas du tout un théoricien ; il est même un champion de l’alterscience (concept d’Alexandre Moatti désignant des scientifiques mettant en cause des connaissances établies en proposant des théories alternatives), en particulier sur la structure de la matière et la relativité générale. Mais il plait beaucoup aux adeptes des pseudosciences et des théories complotistes.
    Je suis d’accord avec vous : le fait que vous me citiez ne fait pas de moi un savant ! Il faudrait citer mes publications et, éventuellement, les critiquer en bien ou en mal. De plus, dans mon domaine, on citerait plutôt les publications de ma collaboration, car seule une collaboration internationale peut mener à bien nos recherches, ce qui nous oblige à faire preuve de beaucoup de modestie.

    Répondre
  35. UnTouriste
    UnTouriste dit :

    Votre réponse est intéressante, mais vous remarquerez que nous sommes passé tout à coup du terme « expert » à celui de « savant ».
    Effectivement j’ai fait court en disant que maintenant vous êtes expert parceque je vous cite. Pardonnez moi ce raccourci. Ce que j’entendais par là, c’est que vous ne devenez pas tout à coup expert au moment où votre publication est citée, vous l’étiez déjà avant.

    Je ne suis pas specialement un « fan » d’Aberkane. Le but de mon intervention ici n’est pas de prétendre qu’il est un « grand savant découvreur », mais on peut tout même accepter de dire qu’il est expert dans son domaine, comme un expert comptable est simplement un expert comptable (qui ne sera probablement jamais cité)…

    La modestie est une valeur que j’apprécie également, et il est vrai que je ne qualifierai pas « IA » comme étant quelqu’un de modeste. Tout comme je n’approuve pas quand il enfonce un peu trop les journalistes dans leur ignorance. Cela dit il est dans son droit compte tenu de la nature de cette interview.

    Le but de mon commentaire initial était simplement de dire qu’on ne peut pas lui reprocher tout et n’importe quoi. Pas sans un minimum d’honnêteté intellectuelle. On fait de plus en plus de débats à la manière des politiciens, comme dans un combat de boxe, sans faire de concession. Pour moi un débat est un échange de savoirs, où chacun doit être capable de se remettre en question. Avez vous remarqué comme ici, j’ai beau poser 20 questions, on ne répond qu’à une seule, probablement la plus confortable, en esquivant le reste ? Vous avez fait un peu mieux dans votre dernière réponse et je vous en remercie.
    Bien à vous,
    Le touriste

    Répondre
  36. scientifique
    scientifique dit :

    A la question sur ses papiers scientifiques, Aberkane cite encore et encore (parce qu’il n’y a que ça) un papier avec Brian Moore en 2007 dans ASA.
    Le voici : https://asa.scitation.org/doi/abs/10.1121/1.4808488
    Il s’agit d’un abstract de conférence et non d’un article scientifique. Il ment sciemment sachant que beaucoup de personnes ne sauront pas faire la différence (éthique ?). Et de plus, dans les articles suivants de Brian Moore, Aberkane n’est ni auteur, ni même dans les remerciements, montrant qu’il n’a finalement pas apporté grand chose au laboratoire.
    https://link.springer.com/article/10.1007/s10162-008-0143-x
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378595511000062

    Dommage, les journalistes pouvaient le coincer sur ce fait précis … mais ça commence à se savoir qu’Aberkane utilise ce résumé comme article scientifique. Le fait qu’il l’utilise encore et encore prouve bien qu’il n’a rien de mieux à proposer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.