Le LEGENDAIRE Idriss Aberkane

 

Dans les 52 minutes de la nouvelle justification d’Idriss Aberkane (la dernière, a-t-il promis), il y a beaucoup de mensonges. Je ne peux pas tout traiter. Vous trouverez sur twitter et captain fact et d’autres réseaux le travail d’analyse et de rectification réalisé par des tas de gens compétents.

Ma méthode de travail consiste à vous montrer, en  vidéo, sur la Tronche en Biais,  un extrait ou une capture d’écran qui vous permet de constater ce qui a été dit, sans avoir à vous fier à mon interprétation. Et ensuite j’explique pourquoi ça me pose problème. Monsieur Aberkane ne fait pas cela, et il me prête parfois des propos que je n’ai pas tenus sans qu’on puisse savoir si c’est délibéré ou par erreur. Il ne donne pas à son public les moyens de savoir s’il s’attaque à des propos réels ou à une version fantasmée. J’irai même jusqu’à dire qu’il ne se donne pas à lui-même les moyens de le savoir, ce qui est très très baroque.

Ici, on est plus méthodique.

Je vais m’arrêter sur un petit nombre d’allégations parmi beaucoup et je finirai avec un « scoop », une information nouvelle qui va vous aider à évaluer la distance séparant la réalité des faits de la légende aberkanienne. Nous n’aurons pas des infos de ce genre à chaque fois. Il faudra veiller à lui donner son juste poids !

 

 

« Pierre Collet est linguiste »

Pierre Collet a une licence en linguistique, mais le reste de sa carrière est entièrement situé dans le domaine de l’informatique. On attend d’un membre de jury de thèse qu’il soit expert d’un domaine exploré par la thèse. Une licence en linguistique ne confère pas un statut d’expert pour être dans un jury. C’est un anomalie.

 

« P. Collet a dirigé plein de thèses en littérature. »

Ca c’est faux. Pierre Collet est intervenu dans une seule autre thèse en littérature. Et c’est une thèse où il était question d’Internet, ce qui permet d’expliquer la présence d’un informaticien (source).

Pourtant monsieur Aberkane veut que nous pensions que monsieur Collet intervient régulièrement dans des thèses de littérature. J’en conclus qu’il juge nécessaire de mentir pour justifier la participation de Pierre Collet à son jury de thèse. Et s’il estime nécessaire de mentir pour justifier une chose avérée, cela veut dire qu’il pense qu’elle est injustifiable avec la seule vérité. Dont acte.

 

Les autres thésards sont interchangeables

Déjà, nous avons vu que ce qui est interchangeable chez monsieur Aberkane, ce sont les sujets de thèse et/ou les membres des jury. Je pense qu’il faut montrer un peu plus de respect à des gens qui se lancent dans la recherche sans compter leurs heures et sans garantie de débouché à la fin.

Je ne vais pas débunker cette histoire absurde de thésard interchangeables, je vais me contenter de saluer les nombreux docteurs et maîtres de conférence qui doivent savoir qu’ils sont tous interchangeables, que c’est leur directeur de thèse qui a tout décidé et qu’un autre doctorant aurait produit les mêmes données qu’eux. Je glisse, au cas où ça vous intéresse, que mon sujet de thèse, qui ne vaut pas mieux que les autres, c’est moi qui l’ai proposé, négocié, rédigé en co-tutelle entre un laboratoire français et un laboratoire luxembourgeois. Je salue chaleureusement tous ceux que j’ai croisés pendant ces quatre années entre Orléans et Belvaux. Vous me manquez ; je vous aime. Même si je dois vous avouer que je m’épanouis mieux dans mon métier actuel.

« Le doctorat [d’I Aberkane] de l’université de Strasbourg n’est pas une thèse »

Je n’ai dit ça à aucun moment. C’est vraiment gênant. C’est là qu’un peu de méthode de sa part nous aiderait à savoir quelle phrase il interprète de cette manière. Là, on ne sait pas.

 

Le M2 de l’ENS

Idriss Aberkane, lisant ses notes explique que j’aurai dit qu’il n’aurait pas de « M2 en systems biology ». Or le diplôme existe et il a été publié, je n’ai donc rien dit de tel. En revanche je dis qu’il n’a aps de M2 de l’ENS puisque ce M2 a été obtenu à Paris Diderot.

Or, regardez son CV actuel. C’est à dire la version 2022, déjà bien corrigée par rapport à la légendaire version de 2016. Et vous voyez une section Ecole Normale Supérieure. Dedans : une ligne M2. Cette ligne n’a rien à faire là et monsieur Aberkane l’admets puisqu’il répond ainsi

« Idriss Aberkane revendique un master 2 de l’ENS » : Non j’ai jamais dit ça nulle part.»

En conséquence, Monsieur Aberkane détient zéro diplôme de l’ENS. Et des tas de gens très brillants sont dans ce cas. Ca n’est pas grave du tout, il ne faut pas pleurer. Mais il ne faut pas non plus faire un CV avec des lignes qui disent le contraire.

 

 

J’en profite pour passer directement à Stanford. Monsieur Aberkane dit qu’il a évidemment publié le travail réalisé là bas. Quand on cherche, on trouve en effet une publication. Un poème. On a le droit d’aimer, tout en se disant qu’on est loin des neurosciences de la diplomatie du management de l’économie de la connaissance.

S’il a publié des travaux de recherche effectués à Stanford, il doit avoir pour co-auteur des chercheurs de Stanford. S’il nous fournit cela, alors on pourra le croire. Ce n’est pas à  nous de prouver l’inexistence de son travail.

 

CAMBRIGDE !

Dans sa vidéo, Monsieur Aberkane, répète que ceux qui le critiquent et en particulier moi (je suis nommé une bonne quarantaine de fois au moins) mentent, qu’ils sont motivés par l’argent ou la haine, mais sans apporter rien de plus que sa parole qui est justement remise en question. Je note d’ailleurs qu’il n’atteste plus rien sur l’honneur. Ayant encore le mien, je peux attester que ce qui va suivre est parfaitement authentique.

Un étudiant de Cambridge qui souhaite garder l’anonymat m’a proposé son aide pour contacter le professeur Brian Moore. Je vous rappelle que monsieur Aberkane a écrit sur son CV et a dit publiquement à plusieurs reprises qu’il avait été invité là bas par ce professeur, que son travail était jugé assez important pour qu’on le rémunère, qu’il a été co-auteur final d’un article avec monsieur Moore. Ce concept de co-auteur final m’avait interpellé en 2016 et m’avait permis de voir qu’en réalité ce ‘n”tait pas un article mais une communication dans un congrès par poster, ce qui est pas mal du tout mais qui ne correspond pas, dans les sciences du vivant à une véritable publication revue par les pairs.

Voici la réponse de Brian Moore

Traduction « Idriss a travaillé un court moment dans mon laboratoire en tant que bénévole non payé. Son travail a servi de base à l’abstract (résumé scientifique) d’un papier présenté à un séminaire de l’Acoustical Society of America. Ce travail n’a aps donné lieu à un véritable article scientifique. le travail en MEG n’a pas été fait avec moi. Il peut avoir été fait dans le laboratoire du prof. Lorraine Tyler. »

 

Nous avons également contacté Lorraine Tyler, avec qui Idriss Aberkane aurait pu faire de la recherche lors de son deuxième passage en 2009. Et nous avons sa réponse.

 

Traduction « Idriss était dans mon laboratoire. Pour autant que je m’en souvienne, ce fut une visite très brève. J’ai bien peur de n’avoir aucun souvenir de la recherche qu’il a pu faire, ce qui pourrait bien vouloir dire quelque chose. Les éventuelles traces de tout cela sont dans mon laboratoire om je ne travaille pas actuellement. Je me souviens qu’il était « visitor ». Si je trouve quoi que ce soit de concret, je vous le ferai savoir.  »

 

Conclusion

Ces informations me semblent suffisante pour établir qu’Idriss Aberkane raconte des sornettes monumentales. Dans le même temps, il accuse tout le monde de mentir, bien entendu, parce qu’admettre son baratin, ce serait renoncer à la raison même de son succès auprès de son public, et de ses revenus : il est génial, brillant, polymath, hyperdocteur. 

Maintenant vous devez décider à qui vous accordez votre confiance ; personne ne peut le faire à votre place. Mais rappelez-vous que si vous avez l’impression que les humains sont vraiment des moutons qui croient n’importe quoi, il faut accepter de se souvenir que vous aussi vous êtes un humain, que tout le monde peut se tromper, que nous pouvons tous nous faire avoir par un beau parleur. Ils existent depuis la nuit des temps, et maintenant ils sont sur LinkedIn, YouTube, Twitter.

Je vous invite à douter de tout ce que je viens de dire, cela vous motivera à aller vérifier par vous même.

__________________

Epilogue

Le 25 février, Idriss Aberkane réagit sur Twitter de cette manière.

 

Ce qui suscite quelques questions :

En faisant cela Idriss Aberkane apporte sa validation personnelle à l’authenticité des mails de Brian Moore diffusés ci-dessus. Une authenticité que j’aurais par ailleurs été dans l’incapacité de prouver à tous ceux qui auraient choisi de m’accuser de les avoir inventés. Le manque d’intelligence d’une telle réaction est assez inespéré. Depuis le 25 février, Idriss Aberkane s’est récyclé en expert de géopolitique et fait des lives très suivis où il « analyse » la crise ukrainienne avec la même pseudo-autorité qui a accompagné ses élucubrations sur la pandémie. Désormais, il fera son beurre sur la guerre, une situation où la désinformatione st encore plus nocive que lors d’une épidémie

 

Articles liés : Dossier Aberkane.

    1. — Qui parle pour la science ? Idriss Aberkane ?
    2. — Idriss Aberkane à l’épreuve des faits
    3. — Idriss Aberkane a menti
    4. — Le triomphe du Storytelling
    5. — Idriss Aberkane, icône d’une fausse ère
    6. — Conférence d’Idriss Aberkane – Fact checking
    7. — Bullshitez votre cerveau et libérez votre bullshit : La méthode Aberkane et l’effet « Gourou inverse ».
    8. — Masterclass en imposture : Idriss Aberkane & Didier Raoult
    9. Le CV Hypertruqué d’Idriss Aberkane
    10. Le bluf et le deshonneur d’Idriss Aberkane
    11. Le LEGENDAIRE Idriss Aberkane
    12. IDRISS J. ABERKANE : Le cas de la thèse en littérature comparée
Acermendax
8 réponses
  1. jed
    jed dit :

    Merci à l’Astec et à toute son équipe ainsi qu’à vous Thomas.
    Si un de ces moments vous passez par Lyon, j’espère avoir l’honneur de vous en serrez cinq… 😉

    Répondre
  2. Vazeille
    Vazeille dit :

    Idriss Aberkane écrit qu’il a dirigé un grand nombre thèses de Master 2, ce qui est impressionnant. Malheureusement, les Thèses de Master 2 n’existent pas. Ce sont des rapports de stage qui concluent des stages de plusieurs mois dans un laboratoire, stages très formateurs dans la plupart des cas. Pourquoi pas, également, des Thèses de stage de 3e, stage qui ″donne à l’élève l’occasion de découvrir le monde économique et professionnel, de se confronter aux réalités concrètes du travail et de préciser son projet d’orientation″ ? Mais cela ternirait le niveau d’exception du légendaire Aberkane … et, fort heuresement, ces thèses n’existent pas non plus!

    Répondre
  3. Choubidou
    Choubidou dit :

    Bonjour,

    Si l’on se réfère à la parole de M. Aberkane, je pense que vous avez effectivement commis une erreur d’appréciation concernant le séjour de ce dernier à Cambridge.

    En admettant que la publication mentionnée par M. Aberkane soit, comme il l’affirme, un article scientifique.
    En admettant que, comme il le présente, le premier auteur d’un article soit entièrement substituable et que le dernier auteur est, au final, celui qui a réellement décidé du sujet, dirigé, supervisé et validé le travail.
    En constatant que dans cette publication le Pr Moore est premier auteur et que M. Aberkane se présente comme co-auteur final…

    … alors il n’y a plus de doute quant à la raison sa présence au côtés du Pr Moore: C’est bien M. Aberkane qui a – en l’espace de trois mois seulement! – dirigé en partant de zéro une recherche originale pour le Pr Moore, dont le travail sur cet article aurait pu être réalisé de la même manière par n’importe qui. Dès lors, qu’y a-t-il de surprenant à ce que le brillant jeune homme ait été défrayé pour sa contribution essentielle et centrale?

    Mais comme à votre habitude, vous allez encore douter de cette version, non? 😉

    Répondre
    • Helene
      Helene dit :

      Non non, le premier auteur d’un article n’est jamais substituable. C’est celui qui fournit le travail de recherche, c’est les mains dans le camboui. Le dernier auteur est le chef du labo ou de l’équipe (en général le directeur de thèse), même s’il n’a fait que relire le papier avant de l’envoyer.

      Répondre
  4. Vazeille
    Vazeille dit :

    Je suis très surpris. Vous partez d’hypothèses (en admettant que,..) et vous concluez « il ne fait aucun doute … », De plus. un poster n’est pas une publication,

    Répondre
    • Choubidou
      Choubidou dit :

      C’est fabuleux comme on peut sortir des énormités sur les réseaux et être quand même pris au sérieux. Probablement un mécanisme qui fait le fond de commerce des personnages médiatiques comme Aberkane: plus c’est gros, plus ça passe.

      Je faisais juste remarquer que si l’on applique les récentes déclarations de M. Aberkane à sa publication, cela signifie que le Pr Moore était le tâcheron interchangeable de l’étude et Aberkane le grand (co-)superviseur.
      … Je ne m’exprimais évidemment pas au premier degré.

      Sinon, cette affaire m’a fait prendre conscience, moi qui suis à des années lumières de me comparer à un quelconque chercheur, que j’ai un H-index supérieur à celui de M. Aberkane.
      Je propose d’ailleurs la formule de la connaissance : H(i) = Ai qui représente une loi naturelle très simple. Votre indice Aberkane (représentant à quel point vous êtes au-dessus d’Aberkane dans le H-index) augmente proportionnellement à votre H-index. Ne me remerciez pas, c’est gratuit.

      Répondre
  5. Vazeille
    Vazeille dit :

    Autant pour moi: j’ai été nul!
    Si l’on accorde du credit à l’indice h, le mien est également bien supérieur à celui d’Aberkane, en dépit du fait que le sien est proche de zéro.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.