Enquête financière sur les entreprises d’Idriss Aberkane (par Wildeye Demon )

Article invité.
Ce texte est le transcrit de l’essentiel de la vidéo du même titre publiée le 27 mars sur YouTube.

 

 

Avec un riche passé médiatique, des formations de coaching vendues par centaines, 2 livres devenus des best-sellers, près de 500 000 abonnés sur Youtube et plus d’un million de vues pour sa vidéo sur « Pfizer », l’entreprise pharmaceutique, il est normal que cet incontournable polémiste surdiplômé et réputé génie inspire la confiance voire la fascination d’un public en colère contre la société.

Pourtant, au fil du temps, les passages dans les médias ont diminué, les dramas et révélations sur internet se sont succédés et certains ont commencé à le qualifier de “menteur”, d’”escroc”, de “gourou”, de “complotiste”. Ça ne l’a pas empêché de rester un pilier pour sa communauté et même un exemple car tenant bon, seul contre tous. D’après lui, c’est parce-que la vérité ne peut être censurée et ses fans en sont convaincus, il est le porteur courageux de cette vérité que le gouvernement chercherait laborieusement à faire taire. C’est pourquoi, à leurs yeux, il faut le soutenir, le défendre face aux attaques de ses opposants, quoi qu’ils disent. C’est pourquoi il faut garder… la foi ?

CF quelques articles dans L’Express, le Midi Libre, Le Parisien.

Sa carrière semble de prime abord admirable, mais les scandales ont continué, notamment avec l’affaire #Karim, du nom de cette personne décédée du Covid-19 pour avoir eu la foi dans les propos anti-vax de cet influenceur. Une multitude de spécialistes et de débunkers sont d’ailleurs venus contredire les propos et faits qu’il choisit pour supporter ses idéologies séduisantes et si tout cela ne signifie pas forcément qu’il se fourvoie, cela inquiète et mérite donc vérification. Si ce qu’il avance est vrai, alors c’est extrêmement grave et il faut en effet avertir la population mais si ce qu’il dit est faux, alors c’est encore plus terrible parce qu’il trompe et met en danger des milliers voire des millions de personnes sur des sujets majeurs comme la santé.

Exemple, dans cette fameuse vidéo sur Pfizer où il ne parle pas tant que ça de Pfizer : il déclare que des centaines de méta-analyses existent en faveur de l’hydroxychloroquine contre le Covid, préconisée par son ami le professeur Didier Raoult, mais les moteurs de recherche de publications scientifiques n’en recensent qu’une poignée, jugées douteuses par les meilleurs experts, face à une écrasante majorité en sa défaveur ; il mentionne également les conseils de la Haute Autorité de Santé qui seraient infondés, alors qu’ils sont pour leur part prouvés par des centaines de scientifiques ; il accuse Bill Gates de diriger l’OMS et c’est vrai que c’est un donateur conséquent mais non majoritaire et sans rôle décisionnaire alors comment prouver ça ? ; il attaque enfin les vaccins, confondant manifestement thérapie génique et technologie ARN messager, prenant la courbe des contaminations au Covid comme preuve de l’inefficacité vaccinale et contredisant encore la science, comparant l’incomparable, oubliant les variants plus contagieux et le taux de réplication r0 ; sans parler de toutes les autres idées diverses qu’il déroule sans lien avec son thème et qui sont également réfutables grâce à quantité de sources et preuves en l’occurrence. Avec ce résumé de la situation… je ne sais déjà plus. Je ne peux pas me faire d’avis de cette façon, la science n’est absolument pas mon domaine de prédilection mais j’en ai d’autres et… je veux savoir.

Quelques ressources pour explorer le contexte : https://coronavirusquebec.com/pfizer-idriss-aberkane/ ; https://factandfurious.com/fact-checking/les-18-erreurs-didriss-aberkane ; https://scilogs.fr/raisonetpsychologie/baratin-a-francaise/ ; https://menace-theoriste.fr/idriss-aberkane-fact-checking/ ; https://web.archive.org/web/20161209064920/http://hemisphere-gauche.blogs.liberation.fr/2016/10/31/une-critique-consanguine-du-livre-didriss-aberkane/ ; https://www.scepticisme-scientifique.com/episode-362-limposteur/ ; https://web.archive.org/web/20161209064920/http://hemisphere-gauche.blogs.liberation.fr/2016/10/31/une-critique-consanguine-du-livre-didriss-aberkane/ ; https://web.archive.org/web/20161210094640/http://hemisphere-gauche.blogs.liberation.fr/2016/10/27/la-science-et-les-medias-ce-que-revele-le-succes-litigieux-didriss-aberkane/ ; https://www.facebook.com/mathieu.leocmach/posts/1528068607210568 ; https://www.scepticisme-scientifique.com/episode-362-limposteur/

 

Idriss Aberkane, communiquant avéré, est accusé par ses détracteurs d’avoir déformé la vérité sur bon nombre d’affirmations factuelles comme on l’a suggéré précédemment, mais aussi personnelles, notamment sur son CV et ses véritables compétences. Alors, n’ayant aucune reconnaissance scientifique, il est compréhensible qu’il soit en quête de légitimité. Je ne lui jette pas la pierre, la société est académique et je félicite même son habileté oratoire, mais cela donne encore des raisons suffisantes de se méfier des propos de l’”hyperdocteur”, comme il aime se qualifier. Le CV publié sur son site internet principal déclare qu’il serait aussi à la tête d’entreprises philanthropiques. Ça, ça sent l’enquête financière, pas ma tasse de thé mais considérant la fiabilité approximative de son discours et de son parcours, je ne résiste pas à la tentation d’aller jeter un peu plus qu’un coup d’œil.

 

Chapitre 1:1 Un homme de cœur

Quelques clics suffisent pour tomber sur le site et la brochure de Bioniria, sa fondation humanitaire suisse, dont on ne retrouve aucune trace ailleurs sur le web. Vient ensuite l’entreprise Eirin International, censée planter 20 000 arbres et accompagner une quarantaine de familles au Sénégal. Aucune trace non plus sur internet, rien de rien cette fois, pas de site internet, pas la moindre présence dans les registres administratifs et professionnels africains. Commençons donc par là : Rapport d’activité de Bioniria 2018-2020.

La brochure de la fondation Bioniria m’offre plusieurs pistes malgré des défauts et imprécisions qui ne font pas très sérieux. Elle signale que son champ d’activité relève de “conférences, d’interventions dans la presse télévisée et écrite et d’événements sportifs”, ce qui colle avec les activités habituelles et pas spécialement humanitaires d’Aberkane. Selon le premier paragraphe du PDF : “l’action physique de la fondation Bioniria est majoritairement localisée au Sénégal”. Donc, le Sénégal, siège de l’entreprise Eirin International. Premier signe de son existence.

Plus loin, c’est la confusion entre Eirin International et Bioniria. Le tract explique entre autre que “la fondation Bioniria finance le micro-crédit social à taux zéro” des femmes peuls qui cultivent le Moringa d’Eirin à Richard-Toll au Sénégal, mais, pourtant, Idriss Aberkane affirme dans son CV que c’est l’entreprise Eirin qui est opérateur de micro-crédit. Étrange. Le Moringa est un super-aliment qui pousse dans les milieux désertiques. Bioniria rachèterait celui cultivé par Eirin pour le revendre ensuite en Europe et permettre aux femmes africaines une plus grande autonomie financière en les payant avec ces micro-crédits, dispositif africain comparable au salaire classique. En définitive, Eirin et Bioniria ont été créées par la même personne, Idriss Aberkane, et font la même chose en partenariat, c’est-à-dire cultiver le Moringa et apporter un revenu aux ouvrières en échange de la marchandise.

Pour mieux saisir la distinction entre ces deux entités, mais surtout leur indistinction, revenons au CV d’Idriss Aberkane. Dans une nouvelle tentative de se légitimer, ce dernier a récemment joint des documents prouvant chaque expérience et responsabilité revendiquées. Pour le cas d’Eirin, il a mis à disposition un scan du papier notarial qui officialise l’existence légale de la société. Ni une ni deux, je recherche le notaire, Maître Samuel Baloucoune. Problème, ce pauvre homme a rejoint les cieux il y a deux ans, je ne m’avoue pas vaincue et quelques démarches plus tard, son remplaçant par intérim me répond. La société a bien été officialisée à Richard-Toll, Saint-Louis, en 2009, co-créée par un local et Idriss Aberkane, mais, nouvelle alerte, n’a jamais été opératrice de micro-crédit comme l’a écrit ce dernier. De fait, ce n’est qu’une simple entreprise agricole. Idriss Aberkane aurait-il oublié le statut de sa propre société en la confondant avec la mission de sa fondation ?

On continue. Le site internet de Bioniria n’est pas très fourni, mais il offre quelques photos à analyser, par exemple avec Pic2Map, un extracteur de métadonnées. Grâce à lui, j’obtiens la localisation exacte de certains clichés. Sur Google Maps, ces coordonnées pointent bien vers une petite zone aride à quelques kilomètres de Richard-Toll, bien qu’en dé-zoomant, l’évolution du décor intrigue. Il est compréhensible de parler de “zone désertique” mais pourquoi avoir choisi cet espace en particulier ? Il est entouré d’immenses champs agricoles, d’un aéroport et de cette ville, Richard-Toll, considérée comme prospère et industrielle. D’après le tract Bioniria, la culture du Moringa dans cette région participerait à “la lutte contre la désertification” au Sahel et accompagnerait “plus de 1600 personnes” sur le territoire avec des campagnes d’alphabétisation et des cours d’agriculture. Soit, mais en dézoomant encore, on découvre plusieurs écoles sur Richard-Toll. Des écoles élémentaires, un collège, un lycée, un centre professionnel pour apprendre l’agriculture aux adultes et encore un autre centre pour se former à toute sorte de métiers. La brochure évoque un énième projet de crowdfunding, introuvable sur le net, pour construire une école primaire dans la zone en collaboration avec une juriste locale en droits de l’homme, Marième Misse. Pourquoi pas, mais surtout pourquoi ? L’école la plus proche est à 2 km, soit 30 min à pied selon Google Maps, sans parler des bus qui passent dans la région. Niveau impact humanitaire, on a vu plus impressionnant. Enfin, c’est mieux que rien.

J’approche Marième Misse qui s’avère aussi perdue que moi. Elle ajoute ne pas avoir concrètement collaboré avec Idriss Aberkane, elle témoigne de l’existence des femmes peuls cultivant le Moringa mais ignore tout des cours déjà dispensés, pourtant à l’initiative du projet d’école. Avant sa rencontre avec Idriss Aberkane, c’était un projet de construction écologique plus qu’une école et c’était son projet à elle. Au final, 2 ans plus tard, rien n’a jamais été fait, pas même commencé. Pourquoi la principale collaboratrice du projet d’école n’est-elle pas au courant pour les campagnes d’alphabétisation et les cours d’agriculture de Bioniria, alors qu’ils devaient à la base collaborer ensemble sur ce projet ? Encore des approximations de la part d’Idriss Aberkane ? J’appelle alors les autres établissements scolaires de la ville, ainsi que la mairie, la chambre d’agriculture et le tribunal régional de Saint-Louis. À ce jour, personne n’a entendu parler ou ne trouve trace ni de l’entreprise, ni de la fondation, ni de l’homme. Pourtant, 20 000 arbres plantés et 1600 personnes touchées depuis plus de 10 ans, ça ne devrait pas passer inaperçu. Peut-être que l’entreprise n’existe plus du tout aujourd’hui, même juridiquement. Peut-être qu’elle n’a jamais existé ailleurs que chez le notaire.

Idriss Aberkane mentionne cette grave injustice en vidéo sur sa chaîne YouTube. Elle serait liée à une autre de ses entreprises suisses. Mais nous y reviendrons dans un instant. Finissons d’abord avec la fondation Bioniria et ses œuvres charitables invisibles. En fait, je peux en comptabiliser… deux, mais parce que je suis gentille au fond. La première, une campagne de crowdfunding hébergée par le site d’une autre et “véritable” association humanitaire pour créer une réserve naturelle en Amérique Latine, mais cette campagne n’ayant reçu presque aucune publicité, pas même grâce à la visibilité d’Idriss Aberkane, son score restera de 0%. La deuxième, une vente d’œuvres digitales en cryptomonnaie sur le site non sécurisé et, depuis sa création complètement vide, Bioniria.io pour financer, je cite, “en majeure partie” la fondation Bioniria. Pour vérifier, voir les liens : https://wildangels.io/projects/la-reserve-de-yvy-tenonde ; http://bioniria.io/

 

 

Chapitre 1:2L’injustice des femmes peuls

Comme je le disais, Idriss Aberkane possède d’autres organisations. L’une d’entre elles est également basée en Suisse, il s’agit de General Bionics, une boite qui prétend produire des jeux et des logiciels. La page Wikipédia d’Idriss Aberkane rapporte sa mise en examen par la justice suisse pour soupçon de gestion déloyale, c’est-à-dire l’utilisation d’actifs, d’argent de la société, à des fins personnelles. Ce n’est pas tout, l’enquête en cours a eu pour conséquence de geler les actifs non seulement de la société General Bionics mais également ceux de la fondation suisse Bioniria depuis 2020.

Mais Idriss Aberkane ne comptait pas se laisser faire. En réponse à un article d’un journaliste de la RTS, radio télévision suisse, qui exposait l’évènement, il a sorti une série de vidéos pour protester contre son inculpation et le blocage de son argent. 174 femmes peuls d’Eirin se seraient plaintes auprès du gouvernement suisse car dépourvues de leur moyen de subsistance. Eh oui, puisque la fondation Bioniria n’a plus accès à ses comptes, elle ne peut ni racheter le Moringa d’Eirin ni payer en micro-crédit les femmes peuls, ça se tient. Mais est-ce la faute du gouvernement ou des délits d’Idriss Aberkane ? Peut-être que le gouvernement suisse veut vraiment obliger des sénégalais à marcher 30 min à pied, qui sait.

J’ai donc contacté d’anciens employés de Bioniria pour comprendre. Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que selon toute vraisemblance, la fondation n’avait même pas encore trouvé d’acheteurs pour le Moringa. Elle transférait simplement de l’argent de ses propres caisses à Eirin tous les mois. Comment pouvait-elle gagner autant d’argent en n’ayant aucune activité ? Pourquoi Eirin ne s’est-il pas cherché d’autres acheteurs lorsque Bioniria a cessé de financer ? Les collaborateurs supposent que vendre le Moringa aux locaux était trop peu lucratif depuis la création d’Eirin en 2009. Alors pourquoi s’allier à Bioniria qui n’avait aucun moyen de revendre la marchandise, n’ayant aucun acheteur ? Pourquoi Eirin ne se tourne-t-elle pas vers de nouvelles fondations ou clients, même européens si les locaux ne payent pas assez ? Veulent-ils vraiment vendre du Moringa, ou ce montage de société sert-il d’autres desseins ? Idriss Aberkane dirige Eirin, c’est lui qui est responsable de ses employés, pas le gouvernement suisse qui mène une simple enquête basique …et justifiée.

Selon Idriss Aberkane, ses anciens associés de General Bionics seraient des traîtres, le journaliste de la RTS un menteur aggravé, presque criminel, et la procureur chargée de l’affaire, une corrompue. Sa preuve, un document rédigé par cinq “témoins citoyens journalistes” démontant point par point l’article de la RTS. C’est amusant à lire, je commence à comprendre pourquoi les détracteurs d’Idriss Aberkane l’accusent d’avoir un discours mélodramatique, vague et décousu. Mais ce n’est pas lui l’auteur, même s’il brandit le PDF pour sa propre vidéo de défense. Effectivement, le document indique avoir été rédigé et signé par Mame Fatma Sene, Apolline Bossy-Guérin, Gabriel Uribe, Emilie Beyou et Benjamin Castel. Mais qui sont ces témoins citoyens journalistes courageux qui viennent au secours d’Idriss Aberkane, la victime ? https://idrissaberkane.org/wp-content/uploads/2016/10/eirin-international.pdf

L’examen de leurs profils publics sur les réseaux sociaux dissipe les ténèbres, ou pas. Ces cinq individus sont quasi tous des associés d’Idriss Aberkane, il n’y en a que deux qui sont plus ou moins reliés à l’affaire et strictement aucun n’est journaliste. Mame Fatma Sene est assistante dans une entreprise au Sénégal, donc ni citoyenne suisse, ni citoyenne française et sans rapport avec General Bionics. Ensuite, Apolline Bossy-Guérin, jeune femme de 22 ans, est chargée d’affaire pour Bioniria et Game of Logos, autre entreprise d’Idriss Aberkane, mais elle est aussi, même si elle ne le mentionne pas dans son CV, dirigeante de la société Scanderia, qui propose les formations de coaching d’Idriss Aberkane (à retenir). Puis vient Benjamin Castel, entrepreneur, trader et co-auteur d’une formation de trading justement avec Idriss Aberkane. Gabriel Uribe, graphiste pour Idriss Aberkane et General Bionics. Grâce à notre échange de mails que je garderai privé, je sais qu’il a voulu soutenir amicalement et sincèrement son ami en co-signant le document. Enfin, il y a Emilie Beyou, ancienne gérante chez General Bionics, autre potentiel témoin de l’affaire parmi les cinq auteurs. Bref, ces fameux “témoins citoyens journalistes” ne sont rien d’autre que des amis d’Idriss Aberkane, voire, pour la plupart, des gens dépendants de lui professionnellement. Pas super objectifs comme témoignages.

Quelques petits coups de fil au service juridique du canton suisse et à d’autres contacts bien renseignés confirment que l’enquête est toujours en cours et qu’Idriss Aberkane est en mauvaise posture. Sa contre-attaque envers la RTS aura néanmoins servi à retarder l’affaire, car la procureure accusée de corruption par Idriss Aberkane a décalé sa responsabilité sur un autre canton, pour plus d’objectivité. Tiens, pas si méchant ce gouvernement.

 

Chapitre 1:3L’empire Aberkane

En réalité, ce n’est pas moins de sept sociétés que gère de près ou de loin notre bon Idriss Aberkane dont une société de conseils aux entreprises. C’est qu’il doit être sacrément fort en affaires, dites donc. Malheureusement, au bord de la faillite, cette dernière a dû mettre la clef sous la porte, bon. Quoi d’autre, trois entreprises de jeux et logiciels dont celle en Suisse liquidée également et mise en examen. En parlant de jeux, quelques recherches dans la Wayback Machine, site d’archives Internet, permettent de démontrer l’absence de commercialisation de jeux (sauf « kFlow » qui a été arrêté), malgré toutes les annonces d’Idriss Aberkane sur les réseaux et médias ainsi que 3 entreprises consacrées à cette tâche. Et leurs chiffres d’affaires alors ? Là, il y a un gros problème. D’où peuvent-ils bien sortir, lorsque l’entreprise n’est pas en déficit ? Voir cette autre enquête.

Quand on creuse davantage avec des outils en ligne sur les entreprises comme Pappers, on découvre tout un tas d’autres étrangetés que je vais énumérer brièvement :

  • Aucun employé dans les 4 entreprises françaises mais des collaborateurs, associés et/ou bénéficiaires récurrents.
  • Idriss Aberkane est quasi toujours démissionnaire de son poste de président juste après avoir créé la société pour y laisser un de ses associés tout en restant le principal voire le seul bénéficiaire. Un moyen de se dédouaner en cas de soucis ?
  • La gérante de Scanderia formations, notre Apolline témoin citoyenne journaliste, se dit dans son LinkedIn chargée d’affaires chez Game of Logos et Bioniria mais pas gérante de Scanderia. C’est pourtant une belle promotion.
  • L’ancienne société de conseils aux entreprises fait penser à du conseil pour optimisation fiscale. Idriss Aberkane revendique des clients qui pour la plupart sont coupables de fraudes fiscales grâce à des montages financiers complexes et des évasions fiscales à l’étranger. Selon M. Soudoplatoff : l’entreprise ne donnait pas de conseils mais vendait le jeu « kFlow ». C’est pourtant la société Scanderia qui le commercialisait, pas la société de « conseils aux entreprises », donc prudence. http://www.gestion-daf.com/wordpress/contact/
  • parlons aussi des sites web de l’ensemble de ces sociétés. Tous très similaires, amateurs et incomplets. Par exemple, les liens vers les réseaux sociaux sont tous inactifs et les seules pages proposées manquent d’informations de base. J’ai eu beau envoyer plusieurs messages dans leur formulaire de contact, aucune réponse non plus, comme si ces URL n’étaient que des vitrines factices.

Les liens de l’enquête : https://www.pappers.fr/entreprise/scanderia-794269548 ; https://www.pappers.fr/entreprise/aberkane-803145945 ; https://www.pappers.fr/entreprise/gol-co-893033084 ; https://www.pappers.fr/entreprise/scanderia-894121334

 

Que s’est-il vraiment passé avec General Bionics en Suisse ? J’ai appelé les deux anciens associés d’Idriss Aberkane pour ma petite contre-enquête, je préserverai leur anonymat ainsi que celui de tout autre informateur comme le veut l’article R631-9 du code de déontologie des détectives privés. Verdict : selon le premier, la stratégie financière consistait à mettre l’entreprise en faillite pour ne plus payer de taxes et pointer du doigt un bouc émissaire, en l’occurrence cet associé qui a été acquitté par la justice suisse. Selon le second, qui n’a jamais été inculpé et qui collabore avec le Fisc, Idriss Aberkane faisait passer l’argent des droits d’auteur de ses livres publiés dans l’entreprise suisse pour ensuite l’utiliser à des fins privées avec moins d’impôts. À la base, cet associé aidait Idriss Aberkane à optimiser légalement ses ressources grâce aux avantages du pays, mais avec le temps, il s’est aperçu des manœuvres borderline de ce dernier. Ce n’est que lorsque la police l’a interrogé et informé des 400 000 francs, soit environ 380 000€, transférés sur ses comptes personnels, qu’il a saisi l’ampleur de l’affaire. Cela faisait alors déjà quelque temps qu’Idriss Aberkane avait coupé des salaires, renvoyé ses associés ainsi que plusieurs employés.

Ce second collaborateur en a fait un burn-out, il avait vraiment cru au projet et investi de son argent. Il explique qu’Idriss Aberkane plumait ses sociétés, se débarrassait des associés trop gênants, établissait ses sièges sociaux dans des cantons plus favorables fiscalement et créait de fausses factures ou des certificats non conformes. Sa logique : puisque c’est lui qui ramenait l’argent à General Bionics, la société lui devait le mode de vie auquel il aspirait, c’est-à-dire : hôtels de luxe, bouteilles de champagne, restos gastronomiques, etc. Sauf que légalement, les fonds injectés dans General Bionics devaient servir General Bionics et ses projets de jeux qui ont tous échoué du coup, eh oui. Pareil pour la fondation Bioniria, elle servait à blanchir de l’argent tout en ne produisant presque aucune action sauf Eirin, très bonne vitrine pour les inspecteurs suisses. En effet, les fondations en Suisse sont très faciles à créer et à exonérer fiscalement tant qu’elles ont un air d’intérêt public. Pratique.

Ces paroles humaines n’ont pas vocation à prouver quoi que ce soit, même si elles sont toujours plus objectives que celles des amis d’Idriss. Dans une mission officielle, le témoignage écrit avec une attestation légale a beaucoup de poids devant un tribunal et celui du détective dans un rapport d’enquête peut même faire office de preuve, mais sur internet en tant que citoyenne, c’est différent, les indices doivent être beaucoup plus conséquents. Il me faut donc encore creuser.

Idriss Aberkane a créé son entreprise General Bionics en Suisse mi 2018 et devinez quoi ? C’était quelques mois à peine avant la levée du secret bancaire en Suisse septembre 2018. Le secret bancaire, c’est l’interdiction qu’avaient les banques suisses de livrer des informations sur leurs clients, même à leur pays d’origine. Mauvais timing du coup, je le plains. On peut aussi noter qu’Idriss Aberkane a créé son entreprise Eirin International au Sénégal en 2009 qui n’est redevenue vraiment “active” avec un site internet et des actions concrètes qu’en 2018. Et devinez quoi ? Des avantages fiscaux pour les entreprises agricoles ont vu le jour au Sénégal début 2018.

Sa stratégie de faillite pour General Bionics soulève des doutes pour l’autre société radiée, la société de conseils aux entreprises. Les bilans comptables de cette dernière laissent envisager une fraude à la TVA et cette même stratégie d’abandon pour éviter les impôts en France. L’entreprise ne cessait de dépenser des sommes d’argent énormes sans gagner grand-chose. Dans le jargon, on parle de modus operandi, “mode opératoire”. Ce qui pose d’autant plus question, c’est qu’il est encore coach en optimisation et investissement auprès de ses abonnés, preuve qu’il maîtrise ou s’intéresse au moins au sujet. Bref, ce montage complexe et incohérent de nombreuses entreprises, souvent identiques, provoquant des amalgames dans la bouche d’Idriss Aberkane lui-même, fait sérieusement penser à des sociétés écrans pour faire circuler l’argent de son véritable business, la communication, par ses conférences, formations, coachings, passages médias, livres et vidéos, en toute discrétion.

J’admets que la fiscalité en France n’est pas des plus optimales mais elle est censée soutenir les plus défavorisés et garantir un service public de qualité. Notre cher Idriss Aberkane serait largement plus philanthrope et ses entreprises plus humanitaires si, au lieu de cacher de l’argent pour ne rien accomplir, tout ce beau petit monde payait ses taxes à l’Etat Français. Au lieu de ça, Idriss Aberkane passe le plus clair de son temps à répandre des informations erronées et souvent dangereuses. Si seulement je vous disais tout ça par jalousie, vengeance, conflit d’intérêt, orgueil ou n’importe lequel des 7 péchés capitaux… mais je ne travaille ni pour le gouvernement, qui n’a par ailleurs pas mon soutien, ni pour les détracteurs d’Idriss Aberkane. Enfin bon, pour cette manipulation fiscale, il n’y a pas mort d’homme non plus, mais des vies d’employés brisés, des clients lésés, des femmes peuls pas si indépendantes que ça, des gens leurrés par ses propos qualifiés de pseudo-scientifiques par ses pairs. Tous ces faux espoirs, cela méritait bien un peu d’attention. Et j’en passe…

 

Chapitre 1:4Entre folie et génie

Je vais quand même citer encore deux ou trois petites étrangetés, pour le plaisir du mystère. Exemples :

  • Idriss Aberkane est foncièrement opposé au vaccin Pfizer et ses petits cousins. Pourtant, en parallèle, il soutient publiquement le vaccin russe Spoutnik en déclamant son efficacité soit disant supérieure. Je suis tentée de faire un lien avec le scandale de la Russie qui voulait payer des influenceurs pour discréditer le vaccin Pfizer avec des sommes conséquentes et des fake news. Aujourd’hui, l’agence de liaison, Fazze, n’existe plus. Il est donc presque impossible de déterrer les preuves d’une potentielle collaboration avec Idriss Aberkane et ce n’est pas très important de toute manière, Idriss doit sincèrement croire au complot. C’est d’ailleurs son droit. Par contre, il n’a pas le droit de faire passer son opinion pour un fait, au risque de mettre en danger ceux qui croient en lui.
  • Un informateur du comité d’éthique de l’école polytechnique où a étudié Idriss Aberkane m’a révélé il y a quelques semaines que ce dernier aurait plagié, au moins en partie, l’une de ses thèses publiées et que le comité est en cours de délibération. Décidément, rien ne va dans le sens de ce pauvre Idriss.
  • Le meilleur ou plutôt le pire pour la fin : ses fameux crowdfundings, on en a parlé à plusieurs reprises. Il y en a eu d’autres mais strictement aucun n’a réussi. Idriss Aberkane opte malgré tout souvent pour cette option de financement, curieux. L’argent de la campagne pour les jeux ergonomiques Chréage (qui deviendra plus tard General Bionics, tout est lié) ne semble pas avoir été rendu aux participants après son échec, au vue de la colère exprimée dans les commentaires Youtube et du site internet indépendant qui l’hébergeait, site créé par Gabriel Uribe, le graphiste. Peut être parce que l’entreprise a fini en liquidation à cause de l’enquête en cours et de tous les actifs d’Idriss Aberkane gelés, ce qui n’aurait pas dû l’empêcher de rembourser les gens avec d’autres sources d’approvisionnement. Il possède tout de même 4 autres entreprises actives. En discutant encore avec Gabriel, j’apprends qu’il ignore où l’argent a bien pu s’envoler mais qu’il pense que son ami n’a juste pas de chance. Et ces contributeurs généreux alors ? Ils en ont de la chance ?

Il n’y a pas 36 000 hypothèses. Soit Idriss Aberkane n’est vraiment pas très doué, il croit savoir mais ne sait pas gérer son argent ni faire un travail scientifique correct. Il joue à des jeux dangereux et se plaint quand on lui enlève ses jouets. Soit c’est un génie du mal qui veut détruire le monde, mais ces fascinantes créatures sont beaucoup trop rares pour que ce soit une hypothèse plausible. Soit c’est un escroc qui arnaque les gens, peut-être parfois avec de bonnes intentions, peut-être parfois avec maladresse aussi. Le rasoir d’Hanlon ne dit-il pas : “Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer” ? Mais bon, si on s’arrête à ça, on ne punit plus personne. Or, c’est un commerce juteux, cette notoriété qui permet à ses livres d’être des best-sellers et à ses formations de rencontrer un grand succès pendant qu’il contourne les lois et abuse de son public fatigué de la folie du monde ?

Attention, nouveaux témoignages subjectifs, à prendre avec précaution pour ne pas basculer dans la diffamation : selon plusieurs anciens collaborateurs que je ne citerai toujours pas, et les confirmations d’une source très importante que je garderai également confidentielle, mais qui fait partie de son entourage proche et que j’ai approché sous un faux prétexte… Idriss Aberkane serait très intelligent mais mentalement instable, il ferait du chantage affectif en menaçant de se suicider, serait obsédé par l’argent et se convaincrait qu’il est quelqu’un de bien, qu’il fait le bien… j’ai envie de le croire, j’ai de la peine pour lui.

Alors, très cher Idriss, j’ai fini de te re-checker légalement, ce que tu redoutais. À ton tour de te manifester et d’apporter les réponses à toutes les interrogations soulevées, des réponses claires, sourcées, scientifiquement et juridiquement valides. Défends-toi, je t’écouterai avec grand plaisir, bien que mes recherches ne puissent être interprétées comme des inculpations, je laisse ce travail aux professionnels qui ne vont pas tarder.

 

Pour ce qui est du discours d’Idriss, je ne suis pas spécialiste des sujets illustrés en début de vidéo, pas plus que lui d’ailleurs ni la majorité de son auditoire. Cette enquête concerne uniquement son passif d’entrepreneur-coach. Pour se faire une opinion épistémique sur un des sujets de santé publique ou de science en général qu’il aborde régulièrement, une personne non-experte comme vous et moi devrait se tourner vers de véritables experts, l’OMS, les scientifiques… et non pas vers des showman de pop-science qui ne se focalisent que sur les aspects négatifs d’une question pour mieux justifier leur discour, comme le fait Idriss Aberkane. Nous ne devrions nous tourner ni vers des youtubeurs ni vers des détectives comme moi qui ne traitent également que de certains aspects de ces questions éminemment complexes. Comment se faire une opinion véritablement rationnelle quand on ne peut pas comprendre une situation dans son ensemble, quand on se contente du son de cloche d’un dénonciateur spécialiste en communication ? Peut être qu’en dé-zoomant, comme pour le Sénégal, on se rendrait compte que les autres pièces du puzzle sont positives ou que la balance bénéfices risques vaut le coût. Mais pour dé-zoomer sur des connaissances scientifiques précises, il faut maîtriser ces connaissances scientifiques précises et ce ne serait pas de trop que d’user de cette prudence commune dans le débat public.

En ce qui concerne son parcours, je ne suis pas non plus experte comptable ou inspectrice du fisc. Je ne sais pas tout et sans doute me manque-t-il des informations essentielles pour véritablement saisir toutes les subtilités de la situation. Je pourrais prendre en filature la cible et rentrer dans sa vie privée, mais ce ne serait ni légal ni sain, je me suis donc arrêtée aux éléments publics et témoignages. J’ai simplement créé le faisceau de présomption. Maintenant, il faut des preuves et pour cela une enquête beaucoup plus poussée sur les entreprises d’Idriss Aberkane, sur leurs factures de société, leurs bilans, leurs chiffres d’affaires annuels, leurs statuts ainsi que sur sa fiche d’imposition individuelle.

J’agis en tant que citoyenne, une citoyenne dont le métier est détective privé. Idriss Aberkane est suspecté de faire de la fraude à la TVA, de la fraude fiscale, du faux et usage de faux, de l’abus de biens sociaux et en définitive d’enfreindre tous les articles de loi affichés à l’écran. Rien que ça. Si on part du principe qu’il est intelligent et conscient et que ce ne sont pas des fautes de gestion mais des délits, il peut encourir, au minimum, une peine de 5 ans d’emprisonnement et une amende de 500 000€, et encore, ça peut monter jusqu’à 10 ans de prison et au million d’euros d’amende, tout dépend de l’ampleur réelle de son petit cache-cache financier.

Et vous ? Où vous mènent vos propres recherches ? Arrivez-vous aux mêmes conclusions que moi en enquêtant ? Est-ce que j’ai oublié quelque chose ? Est-ce que j’ai commis des erreurs ? Est-ce que vous me rejoignez pour garder un œil sur les activités de ce monsieur et pour signaler aux autorités compétentes ses agissements suspects ? Quoi d’autre ? Le haïr, l’insulter, le menacer, le harceler ? Pourquoi faire? Vous ne feriez que le conforter dans son auto-persuasion d’être persécuté et muselé parce-que prophète de la sacro-sainte vérité cachée, comme tant d’autres. Une chose est sûre, il n’est pas digne de confiance, que ce soit au niveau de son discours et de son parcours, comme ça a été démontré maintes et maintes fois, ou de ses responsabilités comme je viens moi-même de le démontrer ici. Alors, vous pouvez toujours lui accorder votre crédit, mais ce sera en connaissance de cause et à vos risques et périls.

Finalement, les seuls moyens réellement efficaces de l’empêcher de nuire davantage tout en préservant ses droits fondamentaux, c’est le partage de l’information au plus grand nombre et sur son propre terrain, celui de la communication, comme avec cette vidéo publique. Mais il y a aussi un autre moyen efficace, et ça fait parfois mal de l’admettre, il s’agit de la justice légale. Le système juridique français n’est pas optimal lui non plus mais si nous nous y mettons ensemble, nous pouvons grandement aider à la bonne exécution de son processus, c’est pourquoi nous devons nous rassembler.

Evidemment, j’ai moi-même remis mes investigations au service des impôts français qui ont immédiatement enclanché les vérifications judiciaires nécessaires et qui vont à présent manifester une grande méfiance face aux entreprises françaises récentes d’Idriss Aberkane. Mieux vaut pour lui qu’elles se tiennent à carreaux. Pour ma part, j’ai terminé mon enquête, ici s’arrête le pouvoir du détective. La boucle est bouclée, je peux m’attaquer à plus important. Désormais, la justice est entre vos mains. C’est à vous de jouer. Partagez cette vidéo pour informer autant que possible, continuez de vous intéresser à tous les aspects de la question et non pas juste à ceux qui vont dans votre sens, faites même vos propres recherches et si vous vous sentez l’âme d’enquêteur, je vous laisse toutes mes sources en description. Je posterai les potentielles corrections dans les sous-titres latins de la vidéo. Vous avez ce pouvoir vous aussi, saisissez-le.

 

Parce qu’être détective au fond, c’est être habité par ses missions, vouloir aider son prochain, c’est ne pas craindre les cauchemars de la réalité, être prêt à poireauter des heures dans une bagnole, à se torturer les méninges devant un ordinateur, à se déguiser en petit ange pour cacher le diable, tout ça pour un peu plus de justice en enfer.

 

Sur cette chaîne, je vous prends avec moi dans cette invocation de la connaissance, dans cette tentation de connaître les péchés des autres. Je vous lance un appel à toutes et à tous pour que vous participiez concrètement à cette quête de justice populaire, donc démoniaque. Guettez votre montre lorsqu’elle affiche 6h66, il se pourrait qu’elle présage l’arrivée de l’une de mes prochaines enquêtes inédites et publiques sur les petits secrets d’internet et sur ces gens qui profitent de leur pouvoir à vos dépends. Vous êtes moi, je suis vous. Rejoignez moi, rejoignez nous et enquêtons. Notre mission : nous défendre par l’investigation. Fin de rapport.

 

_______________________________

Articles liés : Dossier Aberkane.

    1. — Qui parle pour la science ? Idriss Aberkane ?
    2. — Idriss Aberkane à l’épreuve des faits
    3. — Idriss Aberkane a menti
    4. — Le triomphe du Storytelling
    5. — Idriss Aberkane, icône d’une fausse ère
    6. — Conférence d’Idriss Aberkane – Fact checking
    7. — Bullshitez votre cerveau et libérez votre bullshit : La méthode Aberkane et l’effet « Gourou inverse ».
    8. — Masterclass en imposture : Idriss Aberkane & Didier Raoult
    9. Le CV Hypertruqué d’Idriss Aberkane
    10. Le bluf et le deshonneur d’Idriss Aberkane
    11. Le LEGENDAIRE Idriss Aberkane
    12. IDRISS J. ABERKANE : Le cas de la thèse en littérature comparée
    13. — Enquête financière sur les entreprises d’Idriss Aberkane

 

10 réponses
  1. Vazeille
    Vazeille dit :

    En lisant ce texte édifiant de Wildeye Demon, je me suis d’abord demandé … si ce n’était pas un poisson d’avril. Mais vérification faite, le texte étant daté du 2 avril, ce n’était donc pas un poisson !
    Mais après une courte réflexion, ce qui est avancé n’a rien d’étonnant. En effet, que devrions-nous attendre du comportement, en tout domaine, y compris celui des affaires, de ce génie qui bonifie son CV, s’attribue des qualités de chercheur et de scientifique non démontrées par ses activités et par les faits ? Et qui plus est, manifeste un ego démesuré lorsqu’il se présente et insulte toutes les personnes dont il ne partage pas les idées, celles de ce Blog et aussi les personnels politiques, de France et d’ailleurs ?
    Néanmoins, m’inspirant de sa prose ponctuée par l’usage impressionnant du préfixe ″neuro″, le dernier en date étant le vocable de ″neuro-fascisme″ guère plus explicite que les précédents, et de sa propension à aborder tous les sujets avec une assurance sans failles, j’irai plus loin que Sebastian Dieguez – véritable chercheur en neurosciences – qui attribue les écrits d’Idriss Aberkane à du ″bullshit″. J’aimerais proposer d’octroyer un nouveau titre, un nouveau diplôme en quelque sorte, qu’il mérite amplement, celui de ″neuro-bullshitter″.

    Répondre
  2. Vazeille
    Vazeille dit :

    Je viens de découvrir que Franck Ramus, un autre authentique chercheur dans les sciences cognitives, avait bien avant moi et également avec humour, qualifié les écrits d’Idriss Aberkane de ″neuro-foutaises″. Mon qualificatif de ″neuro-bullshitteur″ n’a donc rien d’original et il est partagé par de nombreux scientifiques.

    Répondre
  3. Lilah bou
    Lilah bou dit :

    Je l’ai connu personnellement cet homme. C’est un être extrêmement intelligent qui ne s’en sert uniquement pour son propre intérêt. Dans tout ce qu’il fait ou dit. Tant dans le perso que dans le pro. Il te motive à te dépasser gratuitement pour lui. Son grand jeu, jouer avec les sentiments des gens ( comme cette chère Apolline… on le voit bien présent car elle se démène pour le rendre visible… l’amour fait faire des prouesses j’en sais quelque chose !)

    Répondre
  4. Alain L.
    Alain L. dit :

    On attend avec impatience une enquête sur les vrais criminels milliardaires, politiciens et GAFAM etc
    Idriss c’est la cible facile et sans risque.
    à moins de considéré les élites comme des anges, peut-être normal pour une succube.

    Répondre
  5. Bertrand
    Bertrand dit :

    Bonjour.
    Le travail de fond dont on profite ici, ou sur la TEB, ou encore dans sciences et pseudo sciences (souscrivez un abonnement !) est salutaire. C’est pourquoi il est important d’en prendre soin. Les prises de parole de nombreux acteurs de la « sphère zététique » ont récemment abimé l’image de la pensée critique, à l’occasion de la crise ukrainienne ou de la campagne électorale. Sortant de leur couloir, confondant morale, politique, journalisme éditorial et science, ils ont pris des positions et parfois relayé de fausses informations au nom de cette belle discipline. Bref ils ont fait « du Aberkane ». Ce n’est pas le cas ici, raison pour laquelle je m’y exprime. Je pense que chacun gagnerait, dans ces temps difficiles, à ne pas se laisser griser. Merci à vous, qui avez toujours tenu cette ligne.

    Répondre
  6. Romain
    Romain dit :

    Nouvel épisode? Je suis tombé sur Psyhodélik qui a parlé d’une article évoquant (je cite) un « coup de filet » dans le milieu de la « zététosphère ». Je viens de tomber sur ça, c’est très salé contre wildeye demon…
    https://www.youtube.com/watch?v=H_tBfm6AuG0&t=3208s

    Après, c’est Francesoir, site dont la fiabilité journalistique est… douteuse.
    Qu’en pensez-vous?

    Répondre
  7. Alceste Cornegidouille
    Alceste Cornegidouille dit :

    @Wildeye Demon

    Pour mieux comprendre le contexte et votre posture, pourriez vous expliquer votre choix d’un très relatif (au vu des commentaires postés ici ou ailleurs) anonymat ?
    Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.