La zététique consiste à questionner les raisons pour lesquelles nous pensons que quelque chose est vrai.

Episode 1 : Bullshit religieux

Lisez le rapport de l’UNADFI sur les dangers des mouvements sectaires et de l’intégrisme religieux dans le contexte d’une épidémie.

Episode 2 : Virus & Pseudosciences

Voici le script de l’épisode avec les liens et sources idoines. La vidéo est disponible en cliquant ici.

Cher amis confinés, bonjour.

Nous vivons une époque intéressante.

C’est une période de crise de confiance. Nous n’avons collectivement plus tellement confiance dans les politiques, dans le gouvernement, dans les décisions prises en notre nom. Cette méfiance est le produit de facteurs trop complexes et trop nombreux pour que je sois en mesure de les traiter. Mais une chose semble acquise pour les vendeurs de baliverne ; ils ont tout intérêt à faire croire qu’ils ont la science de leur côté !

Générique.

En 2020, malgré tous nos malheurs, nous avons encore l’électricité et Internet et mille preuves que la science est efficace pour construire des trucs qui marchent. C’est parce que nous pouvons voir les réalisations technologiques que la population accorde du crédit à ce que disent les scientifiques. Disons que c’est plutôt bon signe, même si ce qui serait vraiment souhaitable c’est que les gens accordent leur confiance aux scientifiques en raison de la validité des procédures employées pour arriver à leur conclusion. Cela impliquerait une plus grande culture scientifique.

Dans la vidéo précédente, nous nous sommes attardés sur ce que l’épidémie de Covid-19 met en évidence au sujet des croyances religieuses. Aujourd’hui, nous allons voir que l’épidémie rend saillante toute une galaxie de gens qui consacrent leur temps à donner des conseils de santé, à proposer des stages, des ateliers, des produits divers et variés destinés à améliorer la santé ou le bien-être de leurs clients. Covid-19 est devenu un argument marketing. Et dans l’ambiance angoissante d’un confinement général, ces arguments voyagent à une vitesse folle au rythme des clics de centaines de milliers de gens qui ne prennent pas toujours le temps de lire et de vérifier ce qu’ils transmettent. Bref, nous assistons à une épidémie de connerie.

Au cours de cette vidéo, on va monter crescendo dans l’absurde, le ridicule et le what the fuck. Le point commun à tout ce dont je vais vous parler : la prétention d’avoir la science de son côté.

1 — On peut trouver l’information selon laquelle la vitamine C peut guérir ou améliorer les malades de Covid-19, mais c’est en général sur des sites qui… vendent de la vitamine C.  Ou bien dans la bouche de gens… bizarres.

Par exemple Philippe Jandrok

La réalité est qu’il n’existe aucune démonstration scientifique que la vitamine C aide à guérir ou à prévenir la maladie. Ceux qui prétendent que c’est vrai n’ont pas d’étude sérieuse qui le démontre. Donc pas de raison d’y croire. Donc pas de raison de vous ruer sur ces produits. Sauf si vous êtes carencé. Et alors, mangez plutôt des fruits.

Source : https://www.cochrane.org/fr/CD000980/ARI_la-vitamine-c-pour-la-prevention-et-le-traitement-du-rhume-banal

Sur Youtube et instagramm des influenceurs ont conseillé au public de se prémunir contre l’épidémie avec des doses de vitamine quasi mortelles. Ça fait désordre. Méfiez-vous de ce qu’on vous dit sur Youtube !


2— En France les Laboratoires Granions qui vendent des compléments alimentaires font des publicités trompeuses où ils annoncent que leurs produits aident à lutter contre la grippe ou le coronavirus. Ils vont jusqu’à démarcher les cabinets médicaux par fax, en voici un exemple (communication personnelle).


3 — Des centres anti-poison ont dû officiellement dire aux gens que boire de l’eau de javel n’aide pas à guérir de la Covid-19. Franchement. Pas de commentaire.


4 — Sur le site d’Henri Joyeux, le célèbre médecin ultracatholique homophobe antivax* on peut lire : « Le virus ne résiste pas à la chaleur, il meurt s’il est exposé à des températures de 26-27°C ».

*NB : Ces remarques sur la personne d’Henri Joyeux confinent à l’ad hominem, qui est un type d’argument généralement invalide, sauf quand il est question de la confiance qu’on peut accorder a priori à un individu en regard de ses agissements ou déclarations passées.

Sur quoi se base-t-on pour dire cela ? Eh bien on ne sait pas. Et quand on cherche des informations sérieuses, on finit sur le site du CDC[2] (le centre de prévention des maladies état-unien) qui explique qu’on ne SAIT PAS si les températures printanières vont tuer ou ne pas tuer le virus. Alors, petite astuce : quand on ne sait pas, on ne donne pas de conseil aux autres.

Le même joyeux site continue « Conseil no1 : Il est très important de consommer, durant la journée, toutes les boissons chaudes possibles. (…) Le liquide chaud dans la gorge fait que le virus s’il est présent rejoindra l’estomac dont l’acidité va le détruire. (…) Attention : Surtout éviter de boire de l’eau glacée ou de sucer des glaces ou glaçons ou la neige pour ceux qui sont à la montagne, en particulier les enfants. Le virus aime le froid, restant dans la gorge, il risque de rejoindre les voies respiratoires. »

Quand on se tourne vers de vrais experts comme le professeur Brandon Brown de l’université de Californie on entend autre chose : « Pas besoin de changer la température de l’eau que vous buvez. Boire de l’eau est toujours important, pas simplement pour le coronavirus. »

L’OMS a tweeté sur le sujet, elle dit que le virus se diffuse sous des climats chauds comme sous des climats froids ; s’hydrater est important mais ne protège pas contre l’infection. En clair : buvez frais. Ou pas. Mais buvez de l’eau.


5 — En parlant de boire de l’eau… les discours qui se veulent scientifiques peuvent provenir de partout. La revue du vin de France, dans un tweet du 19 mars explique que si un grog est efficace contre le rhume, c’est parce que l’alcool tue les virus. Ils conseillent l’armagnac ou l’eau de vie contre l‘épidémie.

Etonnamment, les vendeurs de pinard ne sont pas avares de conseil santé, et le même jour le rédacteur en chef de la revue twittait « en cas de symptômes grippaux, je préfère m’en remettre à un bon cognac qu’à un verre d’eau. Rappelez-moi on versait quoi dans le tonnelet des Saint-bernard ? » Ce genre de propos a peu de chance d’avoir un effet bénéfique sur l’état de santé général. Et si ces gens ont bien le droit de vendre leurs produits, qui est légal, malgré les méfaits avérés, on pourrait s’attendre à ce qu’ils aient la décence de se faire discrets sur les questions de santé.

Rappel : En France l’alcool tue plus de 40.000 personnes par an. La grippe fait pâle figure.

6 — Le télévangéliste Jim Baker vend 120 dollars des bouteilles d’une solution d‘argent qui élimine le virus en 12 heures et booste votre système immunitaire[1].

https://twitter.com/Stop_Trump20/status/1227998026658086921

J’ai déjà eu l’occasion de vous dire ce qu’il faut penser de ceux qui parlent de booster votre système immunitaire. Jim Baker a justement fait 5 ans de prison pour fraude et a aussi acheté le silence d’une femme qui l’accusait de viol… Concernant cette solution d’argent, l’état du Missouri a porté plainte contre lui.


7 — En Iran, 27 personnes qui ont bu de l’alcool frelaté pour guérir du coronavirus sont… mortes d’avoir cru des publications lues sur Internet.


8 — En Inde les nationalistes au pouvoir veulent mettre en avant les remèdes ayurvédiques. Les mêmes personnes racontent que l’ancienne civilisation hindoue possédait de hautes technologies comme les avions, les cellules souche et Internet ou encore l’arme nucléaire. Le ministère de la santé a communiqué officiellement en mettant en avant l’homéopathie pour la prévention contre l’épidémie. À l’échelle d’un tel pays, ce sont des conseils qui risquent de coûter cher.


9 — L’homéopathie parlons-en… (Cf mon livre) Le site homéophyto nous explique que cette doctrine est efficace contre le coronavirus. La branche américaine de Boiron tweete qu’il ne faut pas croire que l’homéopathie guérit la covid-19. Mais le tweet disparait assez vite. Le site du Docteur homéopathe indien Manish Bhatia réaffirme, lui, que ça marche[1], le site Planète Homéopathie est même carrément en colère contre Boiron :

« Aux yeux du public, LE laboratoire phare vient d’exprimer que l’homéopathie est sans effet. C’est un fait d’une gravité exceptionnelle.

Or nous savons tous que si l’homéopathie s’est développée c’est justement grâce au soutien du public de par les guérisons merveilleuses dans tous les cas d’épidémies. La mortalité tombait à quelques pourcents au lieu de 30 habituels dans la scarlatine, la pneumonie, la fièvre jaune, les méningites, la typhoïde, le choléra, pour ne citer que ces pathologies. Il s’agit vraiment ici d’un aveu d’impuissance qui est aussi celui de tous ceux qui se prétendent homéopathes mais ne sont que des granulopathes formés en quelques week ends. »

(source)

Problème : si l’homéopathie est efficace contre la scarlatine, la typhoïde et le choléra, pour ne citer que ces pathologies, on devrait trouver cette information dans la littérature scientifique. Parce que si c’est vrai c’est une très  bonne nouvelle, c’est important et les homéopathes ont évidemment tout intérêt à publier ces résultats. Mais si c’est faux, alors on ne croisera l’information que dans la bouche des charlatans. L’auteur de ces mots, c’est Pour Edouard Broussalian, et justement il écrit sur une autre page qu’une étude des symptômes des personnes infectées lui permet de choisir au doigt mouillé le bon traitement, je cite :

« La caractéristique de tous les cas rencontrés c’est le FRISSON DECLENCHE PAR LE SIMPLE MOUVEMENT D’AIR SOUS LES COUVERTURES.

Le médicament qui possède cette caractéristique: NUX VOMICA. »

https://planete-homeopathie.org/covid-19-et-homeopathie/

C’est peu le bordel dans la tête des homéopathes, c’est mieux d’aller se soigner ailleurs.


10 — Pour nous croire protégé du coronavirus, tous les coups sont permis, y compris les concepts dérivés de la loi d’attraction et des travaux de Masaru Emoto… (Un jour on fera une vidéo là-dessus aussi.) En deux mots cette doctrine affirme que c’est la volonté qui fait advenir les événements autour de nous ; cela porte le nom de pensée magique. Voici par exemple la « méthode du verre d’eau », qui est une super technique comme vous allez le voir.

[Extrait de la vidéo de Didier Gérôme] « L’eau se charge réellement des vibrations qui l’entourent, c’est scientifique, prouvé, démontré. Votre petit verre d’eau va enlever de sa force au virus ». NDA : la vidéo est devenue indisponible…

Je crois que l’information à retenir c’est que parfois on vous dit « ceci est scientifiquement prouvé » et en fait… c’est pas vrai.


11 — Il y a toute une culture hygiéniste obnubilée par le pouvoir de l’esprit sur le corps et une profonde inculture de la biologie, qui nous répète que les germes ne peuvent rien contre vous si vous appliquez à la lettre les bonnes pratiques qu’ils vous vendent.

Pour illustrer les propos de Thierry Casasnovas, je vous renvoie vers la chaîne L’Extracteur qui s’est tapé la corvée de regarder des heures de vidéo pour en extraire les moments qui montrent l’incurie du discours, son incohérence et sa dimension idéologique et quasi-religieuse.


Ce qui est difficile avec ce genre de propos c’est qu’il y a dedans beaucoup de choses vraies sur l’importance de l’hygiène alimentaire… Ce qui aide à faire croire que la personne sait de quoi elle parle. Et puis ensuite, bam, on vous dit que les vaccins sont dangereux. Ceci ne correspond pas à la réalité sanitaire sur laquelle les experts du monde entier sont d’accord. Alors soit tous les experts du monde entier sont des ordures corrompus, soit certains gourous sont moins honnêtes qu’ils n’en ont l’air. À vous de voir.


12 — Les hygiénistes sont à la mode. Ils ont des dizaines ou des centaines de milliers d’abonnés, ils affirment que tout ce qu’ils disent est avéré, que la science prouve qu’ils ont raison. Parmi eux Christian Tal Schaller est un médecin qui se dit holistique. Il est également chaman, pratique le channeling (une forme de médiumnité) et l’amaroli (vous allez voir…) et il a eu quelques ennuis avec la justice.

Sur l’urine il est intarissable, puisque dans son livre « Urinothérapie: Amaroli, la découverte d’une écologie intérieure » on apprend qu’à titre curatif on boit l’ « amaroli » pour le jeûne à l’urine pendant un à trois jours en cas de maladie aigüe, et pour le jeûne de trois à trente jours à l’eau et à l’urine seulement pour lutter contre les maladies chroniques graves (cancer, tuberculose, asthme, arthrites, maladies cardio-vasculaires et rénales, diabète, paralysies, maladie d’Alzheimer, affections psychiatriques, psoriasis, eczéma, herpès et autres maladies de la peau). On peut trouver l’information sur la fiche que le site Psiram dédie à ce monsieur.

Petit détail, il affirme que le sida n’est pas une maladie due à un virus, je le cite : « Le sida n’est que le résultat d’un mode de vie immuno-destructeur. » (source) Et ce niveau de négationnisme scientifique a forcément des conséquences…



13 — Dans la galaxie hygiéniste on aime beaucoup la naturopathe Irène Grosjean qui a des airs de gentille mamie. La naturopathie est une fausse discipline dans laquelle on peut obtenir un diplôme comme on obtient un flocon en classe de neige. Un « docteur en naturopathie » n’est pas docteur du tout en général.

Le statut de naturopathe n’a strictement aucune valeur, mais ça donne à certain l’illusion qu’ils savent quelque chose. Et cette illusion les rend dangereux.

Pour Irène Grosjean les maladies sont… des bonnes choses, c’est le corps qui réagit à nos mauvaises habitudes. Par conséquent se vacciner, c’est empêcher son corps de faire une maladie utile, et c’est une mauvaise chose.

Dans cette vidéo elle explique que le « conarovirus » (elle a de l’humour) ne cause aucune maladie, mais qu’il apparaît simplement sur les terrains malades, puisque la maladie est en réalité autre chose que ce que les médecins veulent bien dire. La réalité se dévoile au détour d’un petit jeu de mot : Maladie = mal à di e = « mal à dieu ». La pratique du jeu de mot merdique permet de fournir une forme d’explication aux gens qui ont très envie de continuer à croire en dépit des connaissances que la science nous construit.


Conclusion

On pourrait continuer longtemps, évoquer la médecine quantique qui vous promet la mort si vous n’élevez pas votre taux vibratoire, la médecine anthroposophique qui propose de laisser la maladie se répandre chez les plus jeunes afin de protéger les plus âgés… allez comprendre… La mode des huiles essentielles, l’idée que le qi Gong ou l’instinctothérapie protègent contre l’épidémie, etc.

Les pseudo-experts qui cultivent des croyances magiques ne manquent pas ;  ils doivent leur succès à une certaine forme de complicité de la part de ceux qui les écoutent. Parce qu’aujourd’hui, face à l’immensité des connaissances disponibles en quelques clics, l’ignorance ressemble à un choix.  Les abonnés de tous ces gens, même s’ils sont victimes d’un mode de communication trompeur, font le choix délibéré de ne pas se fier à des sources d’information plus solides parce que cela dérangerait leur confort mental.

Je vous suggère de n’être jamais trop attaché à votre confort mental, car la science évolue, nos connaissances s’améliorent et il faut s’attendre à devoir abandonner certaines certitudes de temps à autre.

Quand, en temps normal, les sceptiques comme nous critiquent les idées saugrenues, les dogmes imbéciles, les raisonnements creux, les rhétoriques fallacieuses, ce n’est pas pour le plaisir d’être désagréables, c’est parce que nous savons que les croyances ont toujours des conséquences. Les fausses médecines ne sont pas seulement inefficaces, elles sont dangereuses à chaque fois que le patient se croit protégé alors qu’il ne l’est pas. Une célèbre citation dit :

« Le premier ennemi de la connaissance ce n’est pas l’ignorance, c’est l’illusion de la connaissance. »

[Généralement attribué à Stephen Hawking, on retrouve cet aphorisme chez Daniel J. Boorstin dans Cleopatra’s Nose: Essays on the Unexpected (1995).]

Eh bien de la même manière le premier ennemi de votre immunité lors d’une épidémie, c’est de vous croire protégés par des choses qui ne vous protègent pas. Quand on se penche sur les discours pseudo-scientifiques on voit très vite poindre le spectre de la pensée conspirationniste. Parce qu’il faut à ces gens une explication au fait qu’ils savent tant et tant de choses tandis que la société ne les croit pas. L’épidémie de coronavirus est une occasion spectaculaire de voir en temps réel les récits conspirationnistes fleurir, se contredire, se réconcilier, se restructurer pour offrir au public une narration virale et toxique, une véritable épidémie de connerie.

Nous verrons les aspects conspirationnistes dans le prochain épisode.


Article invité. Victor m’a proposé de me parler du « miracle » de Fátima après avoir suivi un entretien sceptique où je me suis trouvé en peine de répondre à l’usage de ce miracle en tant que « preuve » de l’existence de Dieu. Puisqu’il connait très bien le sujet, je lui ai demandé s’il voulait rédiger cet article afin que ceux qui veulent avoir un regard critique et raisonnable sur cette histoire puissent le faire.

Acermendax

Fátima serait encore un banal village portugais si trois enfants n’avaient pas témoigné y avoir vu la Vierge Marie de mai à octobre 1917. Dix ans plus tard, les pèlerins affluaient déjà par centaines de milliers et la construction d’une basilique fût entamée avant même que les apparitions ne soient officiellement reconnues par l’évêque. Depuis fût édifié un gigantesque sanctuaire que dominent deux basiliques de part et d’autre d’une esplanade de 28 hectares entourée d’hôtels et commerces divers.

Aujourd’hui, avec ses quatre millions de visiteurs annuels, le sanctuaire de Fatima n’est pas loin de concurrencer celui de Lourdes. Toutefois, avec leur lot de prophéties réalisées et leur célébrissime « miracle du soleil » explicitement destiné à convaincre une foule de témoins, les apparitions portugaises sont connues pour être exceptionnellement bien authentifiées, si bien qu’elles fournissent un argument récurrent au théisme. Car de fait, il arrive que les humains, tout en revendiquant une démarche de foi, présentent leurs raisons de croire à l’existence de Dieu.

Un certain Thomas C. Durand fut obligé d’admettre prudemment son ignorance du sujet à l’occasion d’un « entretien sceptique » d’octobre 2019. Mais cette réputation est-elle méritée ? De quoi les faits peuvent-ils vraiment convaincre ? Pour en juger, nous citerons et confronterons le contenu de deux sources principales qui s’imposent comme les mieux indiquées (en plus d’être gratuitement disponibles sur internet) :

  • Les « Mémoires de Sœur Lucie », signés entre 1935 et 1941 par l’aînée des trois voyants une fois entrée dans les ordres. Dans ce texte, elle livre le récit de son expérience vécue beaucoup plus tôt avec ses deux petits cousins, décédés très rapidement après les événements. Cette édition en français s’agrémente d’ajouts ultérieurs non moins utiles à l’investigation.
  • Une collection de documents produits entre 1917 et 1930 et compilés sous le titre « Documentação Crítica de Fátima » par le père J.M. Alonso en tant qu’archiviste du sanctuaire. Cette documentation ne fut rendue publique qu’en 1992, mais c’est d’elle que nous parviennent les témoignages les plus précieux, puisque les plus contemporains des faits (en portugais cependant).

Afin de faciliter toute vérification sans retranscrire ici de trop longs extraits, nous indiquerons les initiales M. ou D.C. (pour « Mémoires » ou pour « Documentação Crítica »), suivies de numéros des pages à consulter.

Il n’est pas question ici de réfuter le théisme mais bien d’examiner un argument. D’ailleurs, il est évident qu’un article de blog ne peut suffire à passer en revue des milliers de textes hagiographiques, de mystérieuses reliques et autres hosties sanguinolentes à n’en plus finir. C’est justement l’atout de l’argument des miracles en général : contrairement à celui qui voudrait en faire le tour, il est inépuisable ! À l’attention des lecteurs qui pourraient découvrir s’être trompés, et au risque d’annoncer la couleur, reconnaissons d’emblée que l’histoire des apparitions mariales fournit certains récits moins défectueux et moins scandaleux que celui de Fatima.

Fátima, de nos jours

Les prémices

Cadette d’une famille de bergers, Lucia dos Santos était une enfant très familière des concepts chrétiens, omniprésents à son esprit si l’on en croit ses Mémoires. Par exemple, elle et ses amis aimaient se représenter les lueurs nocturnes en disant : « Notre Dame et les anges allument leurs lampes et viennent les mettre à leur fenêtre afin de nous éclairer » (M. p.43).

En avril 1915, avec trois compagnes, Lucia (8 ans) rapporta avoir vu, « comme suspendue dans l’air au-dessus des arbres, une figure semblable à une statue de neige ». « Ça ressemblait à une personne enveloppée dans un drap », dit-elle en ajoutant qu’« on ne voyait ni ses yeux ni ses mains. » Fabulation, méprise ou manifestation surnaturelle ? En tout cas, Lucia ne fut pas prise au sérieux par son entourage (M. p.78).

En 1916, cette chose serait reparue à Lucia ainsi qu’à ses cousins qui l’accompagnaient : Francisco (8 ans) et Jacinta (6 ans). Ce sont eux trois qui allaient devenir les célèbres voyants, tandis que les témoins de l’année précédente ne verraient plus ni statue de neige ni Sainte Vierge. Cette fois, « la même figure » dont on n’avait pas tout à fait distingué les attributs normaux d’une personne l’année précédente « avait l’apparence d’un jeune homme de 14 ou 15 ans ». La chose prit la parole, se présenta comme « l’Ange de la Paix » et enseigna aux enfants une prière de pénitence « pour ceux qui ne croient pas » (M p. 80).

« Après un certain temps, un jour d’été », le personnage revint encore et se présenta comme « l’ange du Portugal ». Il incita les enfants à faire des sacrifices « de tout ce [qu’ils pourraient] ». « Surtout, acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra », précisa-t-il (M. p.81).

Lors d’une dernière apparition, le même ange leur distribua l’eucharistie à tous les trois (p. 82), sans intervention d’aucun prêtre, aussi étrange que cela paraisse à la lecture des textes qui font autorité en la matière [1].

Les commentateurs qui croient Lucia sur parole disent comprendre une certaine pédagogie dans les initiatives de cet ange [2]. Mais d’autres relèvent que les témoignages laissés par Francisco et Jacinta n’évoquent jamais ces rencontres possiblement imaginées par Lucia des années plus tard. Mieux, le rapport d’enquête canonique d’avril 1930 nous apprend que Francisco reçut la première communion sur son lit de mort, sans signaler aucun démenti de sa part sur le fait qu’il s’agissait bien d’une première fois (D.C. p.446) [3].

De gauche à droite : Lucia, Francisco et Jacinta

Les apparitions de la Vierge

La « Dame » apparut aux enfants le 13 mai 1917. Elle renouvela l’incitation de l’ange aux sacrifices expiatoires : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et en supplication pour la conversion des pécheurs ? » (M p.85). Elle leur dit de revenir au même endroit tous les mois (M. p.184). Devant une foule chaque fois plus grande, il y eut donc une apparition chaque 13 du mois jusqu’en octobre, à cela près qu’un imprévu repoussa l’apparition du mois d’août au 19.

Les apparitions de Fatima au cinéma : films de John Brahm (1952), Daniel Costelle (1990), Marco Pontecorvo (2020)

Ces apparitions furent tout à fait différentes d’un enfant à l’autre. Jacinta vit la Vierge et l’entendit mais sans jamais comprendre vraiment. Interrogée le 11 octobre par le chanoine Formigão, elle expliqua que regarder l’apparition lui faisait mal aux yeux et que le bruit de la foule l’empêchait d’entendre correctement ses paroles (D.C. p.68). Quant à Francisco, il n’entendit jamais rien et ne voyait même pas ses lèvres remuer (D.C. p.102), se faisant toujours tout répéter. Seule Lucia pouvait s’adresser à la Vierge, en plus de la voir et de l’entendre. Ainsi, dès la première apparition, Lucia lui demanda si elle irait au Ciel. La Vierge lui répondit que oui ; que Jacinta aussi ; mais que Francisco, lui, devrait encore réciter beaucoup de chapelets (D.C. p.30, 119, 121 ; M. p.181).

Tout ceci est relaté par des auteurs bien indulgents qui jamais ne relèvent de ressemblance avec ce qui se produirait si une enfant s’amusait à manipuler ses petits cousins de sorte à favoriser chez eux une simulation ou même une hallucination.

Le 2 novembre, Lucia raconta que la Vierge avait promis la guérison d’un certain João Carreira qui souffrait d’infirmités aux jambes et au dos, pour « dans un an » (D.C. p.119). Mais les sources plus tardives font dire à la Vierge qu’au contraire, elle ne le guérirait pas, comme si finalement il était resté infirme [4]. Pour autant, Formigão dénombra plusieurs guérisons extraordinaires. Mais non content de cela, il ajouta sinistrement : « certaines personnes de mauvais sentiments qui, à propos des succès de Fatima, ont osé blasphémer la Très Sainte Vierge, ont été victimes de très graves désastres dans lesquels presque toutes ont trouvé la mort. De simples coïncidences ? » (D.C. p.269)

Les anomalies et les contradictions entre les témoignages des voyants d’une part et dans ceux de Lucia elle-même d’autre part sont trop nombreuses pour que la liste en soit faite ici, mais certains éléments de description sont particulièrement éloquents. Selon les premiers interrogatoires, par exemple, la Vierge « mesurait un peu moins d’un mètre », elle portait une « jupe serrée » qui ne descendait que « jusqu’aux genoux » et laissait voir « des bas blancs » (D.C. p.33, 79, 83, 173). Formigão fut embarrassé : « La Vierge ne peut évidemment apparaître que le plus décemment et modestement vêtue. La robe devrait descendre jusqu’aux pieds », songea-t-il le 27 septembre (D.C. p. 59). Mais lorsqu’il interrogea Lucia le 2 novembre, celle-ci envisagea qu’elle avait pu voir des bas au lieu des pieds de la Vierge, et elle affirma que « la dernière fois, la jupe avait l’air plus longue.» (D.C. p.124) Ainsi Notre Dame de Fatima finit-elle par prendre l’apparence qu’on lui donne aujourd’hui dans nos églises.

La danse du soleil

En juillet, Lucia annonça un miracle à venir. « Dans trois mois, je ferai croire tout le monde », la Vierge avait-elle promis (D.C. p.32). À l’issue de la dernière apparition, donc, Lucia aurait crié à la foule de regarder le soleil, bien qu’elle ne s’en rappelât plus le 2 novembre (D.C. p.121). Alors, on put contempler l’astre sans s’aveugler, dit-on. Le voilà qui se mit à tournoyer et à changer de couleur devant « environ 50 000 personnes, presque toutes portées par la foi, par le désir de s’assurer de la véracité des faits qu’ils avaient entendus raconter ! », selon les mots d’un témoin (D.C. p.95). C’était le grand signe prophétisé. Mais, de ceux qui crurent voir le soleil leur tomber dessus à ceux qui ne virent rien d’inhabituel, les témoignages furent très variables.

Il faut reconnaître un argument qui n’est pas sans valeur, à savoir l’article publié par Avelino de Almeida, un journaliste que tout semblait prédisposer à vouloir se moquer de fidèles trop naïfs et qui évoqua pourtant un « spectacle unique et incroyable » (D.C. p.75). Sa prose ambiguë rend simultanément témoignage de deux phénomènes, celui du ciel et celui de la foule, sans préciser clairement duquel il y eut tant à s’étonner.

L’article de Avelino de Almeida dans le quotidien « O Seculo » en date du 15 octobre 1917

Les observatoires d’astronomie n’enregistrèrent rien d’inhabituel. Mais évidemment, la Vierge n’avait pas miraculeusement déplacé le soleil ou expulsé la Terre de son orbite, auquel cas les effets s’en seraient fait sentir ailleurs qu’au Portugal. Pour le théologien Arnaud Dumouch, « ce sont les anges qui donnèrent aux foules de Fatima l’impression que le soleil dansait sur lui-même » [5]. Difficile d’exclure, toutefois, qu’on ait pris pour surnaturels les effets de persistances rétiniennes résultant d’un éblouissement, car il est généralement contre-indiqué de regarder tout droit en direction du soleil, y compris lorsqu’on est un journaliste athée. D’ailleurs, les photographies de l’événement montrent certaines personnes se protégeant les yeux avec leur main, et d’autres non.

Une partie de la foule réunie à Fatima le 13 octobre 1917, au moment du supposé miracle

À cela il convient d’ajouter un commentaire au sujet des prodiges solaires en général, puisque, depuis Fatima, ils devinrent monnaie courante. Il en survint dans plusieurs lieux d’apparitions ultérieures, tels San Damiano (Italie, 1964) ou Necedah (Wisconsin, 1950) [6], apparitions clairement condamnées par l’Eglise comme étant fausses. À Medjugorje (Bosnie-Herzégovine, depuis 1981), le père Ljudevit Rupcic rapporte avoir vu une danse du soleil « avec environ mille pèlerins » [7]. En fait, les miracles se produisent à peu près partout où des foules sont incitées à observer directement le soleil. Sur des vidéos prises à Denver, aux Philippines ou à Medjugorje, on voit le soleil tantôt clignoter furieusement, tantôt changer en luminosité à la manière d’une lampe à variateur. On obtiendrait des images semblables en jouant avec l’ouverture ou l’obturation d’un appareil photo-vidéo. De plus, s’il s’agit de visions fabriquées par les anges comme l’écrit Arnaud Dumouch, il faut s’étonner qu’on puisse en capturer des films.

Les prophéties et les secrets

Les Mémoires de Lucia nous apprennent que lors de l’apparition de juin, la Vierge annonça au sujet de Francisco et Jacinta qu’elle allait bientôt les « emmener au ciel » (M. p.61, 150, 183). En effet, la grippe espagnole tua Francisco en 1919, et Jacinta mourut l’année suivante dans des circonstances dont nous reparlerons.

Seulement voilà, aucune trace de cette prédiction n’existe dans la documentation antérieure à 1927. L’auteur belge Marc Hallet s’étonne assez justement : « Peut-on croire un seul instant que les deux enfants directement concernés n’auraient pas été traumatisés par une pareille révélation ? Qu’ils n’auraient même pas pleuré ? Que Jacinta n’aurait pas dit cela à sa maman ? » [8]… Un commentaire d’autant plus pertinent qu’à ce stade, la Vierge n’avait pas engagé les enfants au secret (M. p. 183).

Ces Mémoires révèlent ensuite les deux premières parties d’un secret que la Vierge lui avait confié en juillet. D’abord il y eut une vision de l’Enfer (M. p.127). Puis, la Vierge annonça :

« La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. (…) Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ».

(M. p.128)

Quel dommage, là encore, de n’avoir révélé cela qu’en 1941 alors que la Seconde Guerre mondiale battait déjà son plein ! Quant à la Russie, dont Lucia ne connaissait probablement même pas le nom lorsqu’elle avait 10 ans, elle ne prit part à l’intrigue qu’après de nouvelles visions revendiquées par elle en 1925 et 1929 (d’où le « je viendrai » dans ce message d’anticipation prétendument confié en 1917).

La fin de la Première Guerre, elle, fut effectivement annoncée le 13 octobre 1917 ! Seulement, la jeune Lucia l’avait promise pour le jour-même… Une erreur qui avait un peu refroidi la confiance des gens à l’époque, car à ce moment-là les conflits allaient encore s’aggraver (D.C. p. 12, 76, 82, 121, 262). Six jours plus tard, Formigão obtint quelques réponses de Lucia à ce problème :

« – Les journaux rapportent qu’il y a eu des combats depuis le 13… Comment expliquer cela, si la Vierge a dit que la guerre s’était terminée ce jour-là ?

– Je ne sais pas. Je sais seulement que je l’ai entendue dire que la guerre se terminait le 13. (…) Je ne me souviens plus très bien comment elle l’a dit. (…) Peut-être ne comprenais-je pas bien la Dame. »

(D.C. p.100)

Soit dit en passant, de Almeida se fit l’écho de cette annonce dans son fameux article (D.C. p.76), celui-là même qui sert si souvent d’argument à l’authenticité du miracle du soleil et donc à celle des apparitions ! Curieusement, la traduction qu’en propose le site de « CAP Fatima 2017 » change « était finie » (« terminara ») en « va finir » [9]. Serait-ce le genre de petit mensonge autorisé par la Vierge pourvu que cela lui rende service ?

Toujours d’après Lucia en 1941, voici comment la Vierge annonça en juillet 1917 les punitions que Dieu enverrait en cas de désobéissance à ses vœux :

« Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne, qu’Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Église et le Saint-Père ».

(M. p. 185)

Ladite nuit illuminée fut interprétée par Lucia elle-même comme celle du 25 au 26 janvier 1938, à cause d’une aurore boréale exceptionnelle observée dans l’hémisphère Nord cette nuit-là. Rappelons seulement que Lucia n’en parla, là encore, qu’après les faits [10].

Le « troisième secret »

Cet ultime secret devait le rester jusqu’en l’année 1960, selon l’intuition de la voyante, car avant cela « on n’aurait pas compris » (M. p.226). Mais Lucia tomba malade en 1944 et l’évêque redouta qu’elle emporte le secret dans sa tombe. Cette fois, donc, elle scella un texte qui ne fut révélé qu’en l’an 2000, sur décision du pape Jean-Paul II. Personne ne sût jamais en quoi cela eut été mieux compris en 1960 que vingt ans plus tôt, mais il s’agissait d’une vision dont la description comporte notamment ce qui suit :

« (…) Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu : “Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant » un Évêque vêtu de Blanc, « nous avons eu le pressentiment que c’était le Saint-Père”. Divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s’ils étaient en chêne liège avec leur écorce ; avant d’y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d’un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu’il trouvait sur son chemin ; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches ; et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s’approchaient de Dieu. »

(M. p.221)

Il est étonnant que Lucia ait su mémoriser autant de subtils détails pendant plus de vingt ans, sachant ses difficultés d’antan à restituer clairement les paroles de la Dame.

Après la tentative d’assassinat dont Jean-Paul II fut la cible en 1981, ce dernier attribua sa survie à Notre Dame de Fatima parce que c’était arrivé un 13 mai. On prétendit alors que c’était l’objet du troisième secret. Les faits coïncident pourtant très mal puisque le tireur n’a pas tué le pape, n’était pas soldat, n’a certainement pas utilisé de flèche, et de surcroît les autres prêtres et évêques ne furent pas tués non plus.

Évidemment, certains en appellent à une lecture symbolique au prétexte de laquelle il faudrait interpréter la prophétie aussi librement que nécessaire pour la conformer aux faits. On en oublie que la Vierge ne s’était pourtant pas encombrée de symboles pour prédire, soi-disant, la guerre de 1939. On peut aussi s’étonner que la Vierge ait annoncé un assassinat qu’elle-même allait se charger de déjouer en « [guidant] la trajectoire de la balle » (M. p.240), tout en n’épargnant pas complètement la victime, touchée à l’abdomen et au coude.

Le pape Jean-Paul II avec Sœur Lucie

Ce que prouve l’obstination des voyants

Aucun des trois enfants ne renia avoir vu la Vierge malgré les intimidations qu’ils subirent au point de se laisser emprisonner quelques jours, empêchés d’être à l’endroit prévu pour l’apparition du 13 août. C’est du moins ce que raconta Lucia en ajoutant qu’on les avait menacés, elle et ses cousins, de les faire frire ! (M. p. 20, 53, 54)

En fait, il semble que le sous-préfet ait emmené les enfants pour les interroger et les faire examiner par un médecin, ce qui ne manqua pas de contrarier les pèlerins (D.C. p. 176) [11]. Quoi qu’il en soit, il faut se garder de sous-estimer l’effet produit par une foule exaltée sur de jeunes enfants qui auraient peut-être préféré séjourner un temps en prison plutôt que de décevoir des milliers de gens misant en eux leur espoir d’un lien avec le Ciel en période de guerre. Les enfants qui disent avoir vu la Vierge subissent toujours la pression de ceux qui veulent que ce soit vrai.

Conclusion : …et si c’était vrai ?

Le pape François à Fatima, le 13 mai 2017

Lucia dos Santos fût-elle prise à ses dépens dans la spirale sans issue d’une mythomanie infantile ? Il n’est pas défendu de soupçonner un coup monté dès le départ par le clergé local de mèche avec le régime de Salazar [12], et il existe même une littérature mettant les événements de Fatima sur le compte d’entités extra-terrestres [13]. L’hypothèse d’aliens en jupette peut sembler plus crédible qu’une visite de la Sainte Vierge, mais qu’aurions-nous à retenir si malgré tout il fallait prendre Lucia pour un témoin digne de confiance ?

A 14 ans, Lucia fut envoyée au collège de Porto et reçut de l’évêque « trois graves recommandations : changer de nom, garder le silence sur son village et sa famille d’origine, et surtout ne révéler à personne qu’elle [était] la Voyante de Fátima, ni parler des Apparitions » (M. p. 9, introduction du père Alonso) : une claustration qui rappelle celle des deux voyants de La Salette au siècle précédent. Mais la disparition de Jacinta et Francisco, elle, laisse perplexe quant à la manière dont la Sainte Vierge s’y prend pour emmener des enfants au Ciel. En effet, Jacinta accumula une broncho-pneumonie et une pleurésie purulente. On l’opéra pour lui retirer deux côtes, et elle mourut huit jours plus tard, au bout d’un an de souffrances. « Cette maladie si longue et si cruelle fut un véritable martyre pour le pauvre enfant qui expiait dans son corps innocent les péchés d’autrui », écrivit Formigão en 1923 (D.C. p.269).

Lucia décrivit abondamment à quel point les mortifications de ses cousins pouvaient mettre leur santé en péril. Par exemple, ils n’hésitaient pas à s’assoiffer sans autre raison que de « souffrir pour la conversion des pécheurs » (M. p.49). En août 1917, Lucia trouva une corde et eut l’idée de la partager en trois pour s’en servir d’instrument de torture : « « Regardez, cela fait mal ! Nous pourrions nous l’attacher à la taille et offrir à Dieu ce sacrifice. » (…) cet instrument nous faisait souffrir horriblement. Jacinta, parfois, laissait tomber quelques larmes à cause de la gêne que la corde lui causait. » (M. p.96) En septembre, la Vierge leur dit qu’il était excessif de dormir avec cette corde, mais elle leur demanda de la garder le jour ! (M. p.98)

Désireuse de souffrir, Jacinta « répétait fréquemment ces sacrifices », s’obligeant notamment à contrarier sa soif et sa faim, à manger de mauvaises choses ou encore à faire exprès de boire l’eau « très sale » d’un étang (M. p.59, 60, 64, 65, 108, 130). Lucia raconte en particulier ceci :

« Ainsi se passaient les journées de Jacinta, lorsque Notre Seigneur permit qu’elle eût une pneumonie, qui la prostra dans son lit ainsi que son petit frère. La veille de cette maladie, elle disait : – J’ai tellement mal à la tête et j’ai tellement soif ! Mais je ne veux pas boire afin de souffrir pour les pécheurs. »

(M. p.59)

Dans ces conditions, si le récit était vrai, il faudrait croire que la Sainte Vierge a poussé cette enfant à se torturer jusqu’à la mort.

Ces apparitions reçoivent l’approbation des papes successifs depuis Pie XII jusqu’à l’actuel François, lequel se déplaça spécialement au Portugal en 2017 pour célébrer leur centenaire. Mais cette madone n’est-elle pas complice du Dieu sans foi ni loi que la Vierge est également censée avoir révélé à La Salette (France, 1846) ou à Akita (Japon, 1973) ?

Bien que toutes ces mariophanies soient très officiellement reconnues au point que celles de Fatima figurent même au calendrier liturgique, ça ne serait une bonne nouvelle pour personne que ce Dieu-là existe. Et si jamais il prenait vraiment à Dieu de nous envoyer des souffrances jusqu’à répandre la guerre et la famine ou assassiner des enfants innocents, alors nous serions peut-être bien avisés de nous en démarquer.

Victor Rességuier


[1] Catéchisme de l’Église Catholique §1369 ; Code de droit canonique, 910 §3 ; instruction Redemptionis Sacramentum §88

[2] Par exemple : Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, éd. Perrin, 2007, p.247 ; Arnaud Dumouch, https://www.youtube.com/watch?v=K_5lDVPTWr0

[3] Voir Marc Hallet, Les apparitions de la Vierge et la critique historique, 2015, p.160

[4] Soeur Françoise de la Sainte Colombe, Francisco et Jacinta, si petits… et si grands !, éd. CRC, 1998, p. 137-149 (João Carreira étant bien le fils de Manuel et Maria Carreira) : « Quant au fils estropié de Maria Carreira, elle [la Vierge] dit qu’il ne guérira pas. Il restera pauvre. Il doit réciter tous les jours le chapelet avec sa famille et il pourra gagner sa vie. »

[5] Arnaud Dumouch, Les phénomènes paranormaux et l’Église, éd. M+ éditions, 2018, p. 272

[6] http://hyborea.blogspot.com/2006/07/necedah-miracle.html

[7] https://www.medjugorje.ws/fr/apparitions/docs-medjugorje-miracles/

[8] Marc Hallet, id. p. 155

[9] https://www.fatima100.fr/histoire-de-fatima/17-le-grand-miracle-du-13-octobre-1917-v2

[10] Même si celle de 1938 fut très exceptionnelle, il arrive que des aurores boréales soient visibles jusque depuis la France. Ce fut le cas deux fois en 2015 et une fois en 2004.

[11] Voir Manuel Nunes Formigão, As grandes maravilhas de Fatima, éd. União grafica, p. 54 : le sous-préfet « emmena les enfants dans sa maison et les confia aux soins de son épouse qui les traita avec beaucoup de tendresse ».

[12] Voir Jhao Ilharco, Thomas de Fonseca, Gérard de Sède

[13] Voir Jacques Vallée, Paul Misraki, Gilles Pinon, Joaquim Fernandes et Fina D’Armada, Christel Seval

J’ai rencontré Annie Lobé, qui se présente comme une journaliste scientifique, au Festival BioZen, un salon tourné vers l’écologie, mais aussi vers les pratiques de soin alternatives, l’ésotérisme et les discours pseudo-scientifiques ou anti-sciences. Mon interlocutrice milite contre le compteur Linky (c’était l’objet de sa conférence au festival) sur la base d’une conviction profonde : les rayonnements électromagnétiques de nos technologies quotidiennes sont dangereuses pour notre santé. Je lui ai demandé de m’expliquer comment elle pouvait être si sûre de cela.

NB : elle milite aussi contre les tablettes, les ampoules basse consommation et de manière générale tout ce qui émet des ondes électromagnétiques. Elle ne milite pas, contre les sources « naturelles » de rayonnement.

Bref, cette conversation improvisée un peu laborieuse a donné lieu à une vidéo que j’ai décidé de retirer de ma chaîne après des menaces d’Annie Lobé. Pas vraiment par peur d’être condamnés à quoi que ce soit, mais pour montrer ce qu’il se passe quand on veut censurer un contenu de ce type sur une chaîne comme la nôtre. Résultat : la vidéo est disponible sur une bonne vingtaine d’autres chaînes et sur PeerTube. Je vous invite d’ailleurs à la consulter ici.

Avant la suppression de la vidéo, j’ai publié un petit vlog pour bien contextualiser la chose et prévenir qu’un Effet Streisand risquait de se produire si Annie Lobé maintenait son exigence de voir la vidéo supprimée. Sans réponse de au part au terme du delai que j’avais annoncé, je l’ai donc supprimée.

Acte suivant.

Annie Lobé m’ envoyé deux courriers de 10 pages : une mise en demeure et un droit de réponse. La loi limite le droit de réponse à 200 lignes, limite qu’elle n’a pas respectée. J’ai néanmoins choisi de lire ce droit de réponse (en échouant à ne pas surjouer la bêtise; j’en suis navré). La vidéo que j’ai publiée après cela a évidemment relancé l’Effet Streisand. Et j’espère que cela pourra rendre service à des gens tentés de menacer des vidéastes critiques envers leurs pratiques afin qu’il s’épargne de la peine et du ridicule. En fin d’article je posterai le scan du courrier reçu comme je m’y suis engagé dans la vidéo.

Si d’aventure Annie Lobé entendait poursuivre ses intimidations ou lancer une action en justice, l’ASTEC vous tiendrait au courant. Toute cette affaire est à la fois pathétique (et j’aimerais comme vous pouvoir passer mon temps à travailler sur des choses plus sérieuses) et édifiante, et j’ai essayé de la traiter de la manière la plus pédagogique possible. A vous de me dire si c’est une réussite ou un échec.

Courrier reçu

(Pour pouvoir lire ces pages : Clic droit « Ouvrir l’image dans un nouvel onglet »)

Réserves

La vigilance vis-à-vis des appareils qui nous entourent et modifient notre environnement est une BONNE chose. Avoir le souci de la santé de chacun est une exigence, c’est pourquoi le temps, l’énergie, les ressources englouties dans des croisades un peu folles ne reposant sur aucune donnée fiable, ni, surtout aucun raisonnement sérieux et cohérent, représente une menace en nous empêchant de voir, de reconnaître, de comprendre les signes avant-coureur des vrais dangers, des vrais scandales.
Peut-être trouvera-t-on un jour que certaines expositions représentent un danger, et alors il faudra agir. Mais aujourd’hui disposons-nous d’éléments fiables pour étayer une telle inquiétude ? Pas dans le travail d’Annie Lobé en tout cas !

Acermendax

Tous les thérapeutes n’exercent pas de véritables métiers de la santé. Un certain nombre de diplômes, de formations en soins énergétiques, en naturopathie, en kinésiologie ne valent absolument rien, et on ne peut guère attendre autre chose qu’un effet contextuel de support psychologique dans le meilleur des cas, et de la pure charlatanerie (consciente ou inconsciente) avec des retards de prise en charge afférents, voire une emprise mentale, dans les pires situations. Mais quand le praticien a une plaque de kinésithérapeute, il est censé avoir été formé à apporter un soin réel, et à se mettre à jour pour toujours répondre de la manière la plus efficace aux besoins du patient. Hélas, ce n’est pas suffisant pour avoir pleinement confiance, et les institutions comme l’ordre des kinésithérapeutes sont à votre écoute pour signaler les pratiques en décalage avec les connaissances établies.

Ci-dessous, le témoignage de Julien qui s’est retrouvé dans un monde parallèle en allant consulter une Kinésithérapeute-Ostéopathe. Quand nous consultons un spécialiste, nous abolissons bien souvent notre esprit critique car nous désirons avoir confiance, nous attendons du professionnel qu’il prenne les bonnes décisions, et nous nous conformons à ses méthodes. Cette asymétrie peut nous mener à accepter des soins déraisonnables, à ne pas questionner des propos abusifs, car il devient difficile de résister à l’autorité que la situation confère à cette personne. Julien a probablement eu la bonne réaction.

Acermendax



Hier après-midi, je me suis rendu à xxxxxxxx chez une kinésithérapeute pour quelques soucis de dos, et je suis tombé sur l’archétype du charlatan adepte de pseudo-médecines qu’il vous est arrivé de décrire dans certaines de vos vidéos.

Tout d’abord, quelques éléments de contexte, notamment sur mes problèmes de dos et sur ce qui m’a amené à me rendre chez elle. Amateur de sport depuis près de 15 ans, j’ai eu l’occasion de pratiquer différents styles de sports de combat et aujourd’hui je pratique assidûment la musculation depuis quelques années. Durant ces années de pratique (additionnées à un travail de documentation) j’ai acquis de bonnes connaissances anatomiques et biomécaniques. À plusieurs reprises, je me suis blessé et j’ai eu l’occasion de faire tout un tas d’examens et de radios. Je me suis même fait opérer de la hanche. Quand je vais en consultation chez un spécialiste que je ne connais pas, j’emporte donc avec moi tout mon dossier médical (radios, analyses, etc.).

Il y a quelques mois, pendant un exercice, j’ai senti un pincement au niveau du grand rhomboïde (côté droit), un « petit muscle » caché sous le trapèze. C’est une zone précise et facile à localiser sur le dos pour quelqu’un qui s’y connaît en anatomie. Je n’ai pas spécialement cherché à guérir cette petite blessure et j’ai laissé couler. Je reconnais aujourd’hui que ce n’était pas très intelligent, car tous les matins, quand je me réveille, mon dos me fait souffrir. Ma compagne m’a conseillé de me rendre chez une kiné qui fait aussi de l’ostéo. Elle m’a dit qu’elle était très satisfaite de ses dernières consultations il y a quelques années. Donc pourquoi pas ? Le rendez-vous était pris aussi tôt.

Hier je m’y suis rendu et j’ai vécu la pire consultation de ma vie.

Cette dame m’a fait entrer dans une petite pièce et m’a demandé d’attendre parce qu’elle était avec un autre patient (elle jonglait entre un autre patient et moi toutes les 10 minutes). Quelle fut ma surprise quand je suis tombé sur un livre au titre évocateur de « se soigner par l’homéopathie » posé sur le radiateur, à côté de 3 pots en verre (ventouse / cupping).

Je me suis retourné près de la bibliothèque et les bras m’en sont tombés :

  • La génétique et Dieu
  • Précis d’acupuncture chinoise
  • Être en pleine conscience
  • Homéopathie et médecine chinoise
  • Médecine traditionnelle chinoise
  • Le zodiaque, clé de l’homme et de l’univers
  • L’initiation au chamanisme
  • Les tarots
  • Etc.

Mais où avais-je mis les pieds ? J’ai regardé TELLEMENT de vidéos de la Tronche en biais, d’Hygiène Mentale, de Défakator, de Mr. Sam, et de tous vos confrères. Et là… J’avais l’impression de me retrouver piégé par une caméra cachée.

Elle est ensuite revenue me voir pour me demander ce que j’avais et je lui ai expliqué avec une grande précision mes symptômes : une douleur au grand rhomboïde du côté droit, très vive à mon réveil et qui s’estompe petit à petit dans la journée. Je lui ai tendu tout mon dossier médical et elle n’a pas souhaité le consulter car « ces gens-là font des radios pour le business, vous n’êtes pas une image fixe, vous êtes une personne vivante ».

Voyant le personnage, j’ai volontairement omis de lui préciser l’origine de ma douleur (un mauvais mouvement au sport). Il m’a paru évident qu’un vrai spécialiste aurait trouvé l’origine de cette douleur. Il n’y a pas vraiment eu d’examen de sa part, elle m’a demandé de lui montrer où j’avais mal précisément (et pourtant, bien qu’on l’appelle le « grand » rhomboïde, il s’agit d’un petit muscle très facile à localiser entre la colonne vertébrale et l’omoplate). Elle a alors commencé à me masser à cet endroit.

Elle m’a dit que si j’avais une douleur à cet endroit-là, ce n’est pas du hasard car c’est « le point du ligament du foie ». Elle m’a ensuite demandé si je savais à quoi servait le foie. Je lui ai parlé de la bile, du stockage et de la répartition des nutriments et de la gestion des substances toxiques. Elle m’a interrompue en disant « DETOX !! » que je devais arrêter de manger de la raclette, des frites, des chips et du chocolat et que c’est à cause de ça que j’ai mal au dos.

Pour info, en tant que pratiquant de musculation, je fais attention à mon alimentation, je compte mes nutriments dans la journée et j’évite justement ces bombes caloriques qui représentent bien peu d’intérêt pour la croissance musculaire.

Elle m’a donc conseillé de me lancer dans un régime détox (sans entrer dans aucun détail). Elle a ensuite entrepris, laborieusement, de me « remettre en place mes vertèbres ». Ces fameuses vertèbres qui ont « bougé » parce que mon foie est étiré bien sûr. N’arrivant pas à me faire craquer le dos, et plutôt que de reconnaître son incompétente, elle a affirmé que c’était parce que j’étais trop raide et qu’il y avait beaucoup de travail à faire avec moi : des années de mauvaises habitudes (Évidemment, faire du sport et manger sainement sont de mauvaises habitudes. Dois-je aussi préciser que je ne fume pas et que je ne bois pas ?)

Elle m’a expliqué que dans la médecine chinoise il y a 12 méridiens qui travaillent 2 heures à chaque fois et que du coup l’ensemble fait un travail complet en 24h (comme par hasard) et que mon foie travaille de 15 à 17h. Selon elle, à ce moment-là de la journée je dois sans doute être en train de faire des choses qui sont mauvaises pour moi. (Ma profession n’est pas dangereuse pour mon foie, mes journées sont plutôt calmes à vrai dire).

Elle m’a demandé de m’allonger sur le dos et a commencé à appuyer TRÈS FORT sur les abdos et les côtes flottantes. Elle a aussi enfilé un gant pour mettre ses doigts dans ma bouche et appuyer TRÈS FORT sur mes gencives près de mes dents de sagesse. Depuis j’ai 3 aphtes dans la bouche, quelle délicatesse. Elle m’a ensuite demandé de me tourner sur le ventre et m’a collé 4 ventouses sur le dos (et là aussi, j’avais fait de nombreuses recherches à ce sujet pour en conclure que le cupping c’est du bullshit).

Pendant toute la séance, je me suis appliqué à rester le plus stoïque possible (je n’ai pas été désagréable pour autant, je suis toujours resté courtois et poli). À chaque fois qu’elle attendait une réaction de ma part, comme lorsqu’elle appuyait très fort (vraiment très très fort), je n’ai rien laissé échapper. Au final, elle m’a dit de reprendre rendez-vous par téléphone, parce qu’il y a beaucoup de travail avec moi. Je lui ai demandé combien je lui devais et elle m’a dit que je ne lui devais rien, qu’elle n’avait pas réussi à bosser avec moi et qu’elle n’allait pas me faire payer du coup (tant mieux).

Aujourd’hui, je me dis que j’ai perdu du temps chez elle, que j’ai 3 aphtes dans la bouche et que mon dos ressemble à une coccinelle… Mais je suis content de voir le chemin que j’ai effectué depuis que je regarde vos vidéos. Il y a plusieurs années, je l’aurais trouvé géniale et je serais sans doute allé la recommander à mes proches en disant qu’elle fait des trucs que je n’avais jamais vus… Mais non, c’est terminé.

Julien

Mardi 25 juin 2019, une étonnante vidéo a été mise en ligne sur le compte YouTube officiel du ministère des armées. Son titre : « Référentiel des pratiques de santé alternatives et complémentaires ». La forme est pauvre. La vidéo est dépourvu de bande son. On nous présente une succession d’images plus ou moins fixes remplies de textes. En deux minutes pile, la vidéo fait la promotion de pratiques de soin non conventionnelles qui ont le point commun de ne bénéficier d’aucune preuve scientifique de leur efficacité, même si certaines sont très populaires de nos jours.

Les crédits de la vidéo font mention de l’Agence Innovation Défense, d’Unéo et de Medoucine.

Medoucine est un portail de médecine douce, terminologie très positive de ce qu’on devrait en réalité appeler d’une manière plus neutre : « approche à prétention thérapeutique non intégrée à la médecine scientifique faute de preuves suffisantes de son efficacité propre ». C’est certes un plus long mais aussi plus précis. Le site de Medoucine fait la promotion d’un vaste panel de ces pratiques (l’homéopathie semble absente…), présente un annuaire pour trouver un praticien près de chez soi, et contient une page qui référence les mentions de ces pratiques de soin dans les médias. Ces passages médiatiques servent de caution, leur rôle est de rassurer l’internaute quant au sérieux du site et de ce qu’il promeut. Naguère on trouvait l’estampe « Vu à la télé » pour endormir la méfiance du consommateur. Le procédé est un fallacieux argument d’autorité. Parmi ces témoins de moralités médiatiques, on retrouve malheureusement le service public, avec France 2. On remarquera aussi la présence du Figaro, qui a pourtant été un relai précieux de la tribune contre les Fakemed.

On se demande quel lien peut exister entre ce site (et peut-être une structure associative derrière ?) et le ministère des armées. Mystère.

Unéo est la mutuelle qui gère la complémentaire santé des militaires. Si on creuse un peu les brochures sur son site, on se rend compte qu’Unéo offre une prise en charge partielle de quelques-unes de ces pratiques, en affichant bien que la sécurité sociale ne le prend pas en charge.

Au passage : les diététiciens sont de vrais professionnels, et il ne faudrait pas les mettre au même niveau que les autres « thérapeutes » mis en avant dans la vidéo.

On peut regretter qu’une mutuelle au profit d’acteurs publics fasse le choix de rembourser des pratiques qui dérogent aux exigences de la preuve scientifique. Bien sûr, elle répond aux demandes de ses adhérents, et nous avons bien conscience de la popularité, même imméritée, de ses pratiques. C’est bien la raison pour laquelle nous œuvrons à la critique de ces pratiques, afin que le débat s’installe jusque dans les équipes qui confectionne les offres de mutuelle ! Avec Uneo, on a un lien plus direct avec le ministère des armées. Continuons.

L’Agence Innovation Défense, d’après le site https://www.defense.gouv.fr/aid, est un promoteur de l’innovation au sein des armées. Elle intervient aussi bien sur des projets pilotés d’en haut, les planifiés, que sur des initiatives de la part du personnel, individuelles ou en groupe. On retrouve ce type de structure, à diverses échelles, visant à repérer, pérenniser et valoriser les initiatives internes dans toute sorte de grandes entreprises et de ministère, cela n’a rien de très surprenant. On remarquera que celle des armées dispose d’un très solide budget annuel de 1,2 Milliards d’euros, et qu’il est censé progresser à 1,5 Milliards d’euro en 2022. De quoi financer des innovations très sérieusement.

Le logo de cette agence apparait dès le début de la vidéo, et également en premier dans les crédits finaux. On peut sans péril supposer que c’est elle qui est à l’origine de cette désastreuse vidéo de promotion. L’Agence Innovation Défense, lorsqu’elle repère une innovation prometteuse, comme par exemple l’emploi de médecine non conventionnelle au profit des blessés (« ou des non blessés » comme il est précisé), n’est pas censée en faire simplement la promotion. L’agence a pour rôle de piloter cette innovation en cohérence avec les autres acteurs du ministère, et d’évaluer les bénéfices (ici, une balance bénéfices/risques puisqu’il s’agit de santé) de l’innovation en question pour valoriser cette innovation.

La plaquette de présentation de cette agence illustre le cycle d’innovation dans un schéma qui fait intervenir des organismes de recherche, des universités et des collaborations internationales. Mais tout cela semble être développé sans lien aucun avec le ministère de la santé. On peut s’en étonner.

Au sein du ministère des armées, il existe le Service de Santé des Armées (SSA). Son rôle est de veiller à la santé de nos militaires, et notamment des blessés. La vidéo publiée sur le compte officiel du ministère des armées et intitulée  « Référentiel des pratiques de santé alternatives et complémentaires »  présente-t-elle un référentiel de pratiques dont le SSA ferait usage ? Précisons qu’sein du SSA, il existe l’IRBA, l’Institut de Recherche Biomédicale des Armées. Il n’est cité nulle part dans cette vidéo. A-t-il été associé à cette démarche ? A-t-il mené des recherches pour évaluer ces pratiques ? Que préconise-t-il ?

Comment interpréter cette vidéo ? Il nous semble qu’une agence du ministère des armées, non spécialiste du sujet, a choisi de faire la promotion de pratiques de santé douteuses, sans en référer aux compétences de ses partenaires (Ministère de la Santé, Service de Santé des Armées) en publiant une vidéo bâclée sur un compte officiel. Devant les critiques et les commentaires, la réaction est un silence total peu rassurant, car nous ignorons jusqu’à quel niveau au sein des autorités le recours à des pratiques de soin dénuées de preuve est plébiscité par les responsables de la santé des militaires français.

Le mutisme n’est pas une bonne manière de communiquer, surtout quand on s’équipe d’une chaîne YouTube officielle. Où sont les explications du ministère ?

****

Acermendax et  Le Sceptique ordinaire
Il faut connaître avant de juger.

Certains imaginent que rien ne surpasse la confiance que l’on peut accorder à l’expérience personnelle ou aux anecdotes : il suffirait d’y « croire » pour que ça « marche ». Je suggère qu’il est plus sage, toujours, de suspendre son jugement et de s’intéresser aux preuves. L’homéopathie jouit d’une image publique savamment gérée, mais bien peu connaissent son histoire ou ce que les recherches scientifiques montrent, et répètent, depuis des décennies.

C’est pourquoi j’ai jugé utile d’écrire un livre pour tenter de faire le tour de la question, depuis l’origine de l’homéopathie, la genèse de sa doctrine, l’étrangeté de sa méthodologie, le divorce entre les données de la science et un discours idéologique teinté de spiritualité, l’impuissance des médias devant une rhétorique insidieuse, bref l’étonnante résilience d’une croyance du 19e siècle, pourtant réfutée.

Le livre, « Connaissez-vous l’homéopathie ? » aux Editions Matériologiques, est sorti en juin 2019. (Plus d’infos ici !)

La préface du livre est signée Edzard Ernst, plus grand expert mondial des pseudo-médecines. Nous avions eu l’occasion de le rencontrer pour une interview il y a quelques mois.

Une partie du travail présenté dans le livre sera diffusée dans une série de vidéos sur La Tronche en Biais : Tronche de Fake 4 : Connaissez-vous l’homéopathie ?


Episode 1 : Les Principes

D’où vient l’homéopathie, sur quels principes repose-t-elle ? Pour quelle raison ces principes ont-ils été posés ? Que nous disent-ils sur la valeur de la méthode mobilisée par leur inventeur ?


Le livre : « Connaissez-vous l’homéopathie ? »

Aux Editions Matériologiques. Vous pouvez le trouver à cette adresse.


Episode 2 : Connaissez-vous Oscillococcinum ?

Pour se pencher sur les médicaments homéopathiques, rien n’est plus avisé que de s’interroger sur l’histoire du produit-phare des Laboratoires Boiron.

Omniprésent dans les publicités et les pharmacies, Oscillococcinum va nous montrer comment travaillent et pensent les homéopathes depuis un siècle.


Episode 3 : Les preuves d’efficacité ?

Les études sur les produits homéopathiques se comptent en milliers. Nous disposons des données scientifiques suffisantes pour évaluer l’efficacité de nombreux remèdes très consommés.

Aucun professionnel de santé n’est censé ignorer les conclusions de la littérature scientifique. Un médecin qui ne tient pas compte des données scientifiques de pointe manque a son devoir, il verse dans le charlatanisme. Quand vous aurez vu cette vidéo, vous saurez ce qu’aucun médecin ne doit ignorer.

Code de déontologie de l’Ordre des Médecins : Article 39 (article R.4127-39 du code de la santé publique) — « Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé.
Toute pratique de charlatanisme est interdite. »


Episode 4 : Le Placebo

Pourquoi critiquer l’homéopathie ? Si elle fournit un effet placebo, c’est bien qu’elle rend service, non ? Cet argument repose sur une mauvaise conception de ce qu’est (et de ce que n’est pas) le placebo. Alors revenons sur cette notion essentielle, car rien n’est plus « normal » que se se dire « pour moi ça marche » quand on ignore à quel point les effets contextuels peuvent nous induire en erreur.


Episode 5 : La rhétorique des homéopathes

Revue des principaux arguments croisés dans la presse de la part des homéopathes qui cherchent à défendre leur position, selon laquelle l’homéopathie est une pratique médicale efficace qui mérite la reconnaissance de la science et de la sécurité sociale.
Le sixième argument va vous étonner !

Spoiler : pas un seul ne tient la route.


Episode 6 : La mémoire de l’eau, partie 1 — L’affaire Benveniste

Si l’homéopathie fonctionne, c’est en vertu de principes qui échappent à la science actuelle, nous dit-on. L’eau est un fluide spécial capable d’encoder et de conserver des informations qui peuvent nous guérir.

L’hypothèse est nécessaire pour protéger les prétentions thérapeutiques de l’homéopathie, elle est férocement défendue par de rares chercheurs, et elle trouve sa genèse dans un célèbre article de 1988 qui a détruit la carrière de Jacques Benveniste.


Episode 7 : Mémoire de l’eau partie 2 : Transmission électromagnétique

Après l’annonce fracassante de 1988 où une solution hautement diluée (sans soluté) provoquait une réponse de globules blancs humains, les défenseurs de la « Mémoire de l’eau » se lancent dans une course théorique à la recherche de la nature de l’information contenue dans ces dilutions. Très vite s’impose une certitude, l’info est électromagnétique ! Jacques Benveniste puis Luc Montagnier se consacrent à des travaux dont ils pensent qu’ils dérangent la science établie parce qu’ils ont raison. Ou pas.


Episode 8 : Pour en finir avec l’homéopathie

Il est temps de conclure au sujet de l’homéopathie et de l’attitude à avoir face à cette pratique vieille de deux siècles. Aujourd’hui chacun peut trouver l’ensemble des informations requises pour se faire un avis solide et le partager. Si nous ne sommes pas capables d’arriver à une conclusion sur un dossier comme celui-ci où les travaux scientifiques apportent une réponse claire, comment peut-on espérer faire avancer les choses sur les sujets plus complexes, plus subtils ? Comprendre ce qui se passe autour des croyances liées à l’homéopathie peut s’avérer bien utile pour mieux réfléchir à ces autres sujets…


Thibault Renard est l’artisan de la présence de la Tronche en Biais au Festival de Géopolitique de Grenoble. Il nous a suggéré le thème de cette table ronde et, à chaque étape, a beaucoup contribué à sa préparation. Dans ce billet, il revient sur cette expérience et sur l’inattendu déroulé de l’entretien enregistré à Grenoble puis diffusé sur notre chaîne.
Acermendax

Il n’est pas souvent donné l’occasion (du moins pour moi, Thomas lui se livre régulièrement ici à l’exercice) de revenir sur les coulisses de l’organisation d’une conférence, son déroulé et ses conséquences, encore moins quand rien ne se passe comme prévu. J’ai donc voulu me livrer à ce petit retex ici, pas tant pour refaire le match que répondre aux nombreuses questions posées dans les commentaires Facebook et Youtube qui ont suivi, notamment sur comment cette conférence avait été organisée et quelles étaient ses intentions. Ce sera aussi l’occasion de montrer qu’une conférence n’est pas seulement qu’un produit fini et consommable, mais aussi l’aboutissement d’une démarche intellectuelle qui parfois réussi, et parfois échoue.

Petit retour en arrière : en 2018, dans le cadre du Festival de Géopolitique donc je fais partie du comité scientifique, nous avions profité de la venue au festival de la Tronche en Biais, qui intervenait dans la conférence « Fake news, post vérité… la pensée critique face au néo-obscurantisme »1 que j’animais, pour effectuer un Tronche en Live avec pour sujet la géopolitique : « Peut-on comprendre le monde en faisant abstraction de ses croyances ? »2 Ce TeL ayant connu un certain succès, et l’édition 2019 du Festival souhaitant mettre en avant des propositions ayant une approche prospective, nous avons donc avec la TeB proposé une nouvelle émission, « La prospective : boule de cristal ou méthode scientifique ? »

Le « pitch » de la conférence était le suivant.

La prospective alimente encore idée reçue et fantasmes. Que recouvre cette méthode ? En France, la prospective souffre en effet d’idées reçues qui l’assimile parfois, pour la caricaturer, à une héritière de la divination ou une annexe de la science-fiction. A l‘inverse, d’autre revendiquent une approche scientifique au service de la prévision, voire le début d’une ère nouvelle où l’avenir sera modélisable grâce à l’IA et ses « algorithmes prédictifs ».

Ce qui demeure certain, c’est que la prospective demeure avant tout une méthode qui questionne notre rapport au futur, à la prédiction, au possible. D’avantage que nous préparer à s’adapter à un avenir inéluctable, la prospective stimule notre capacité d’intervenir sur le présent. Ne peut-elle pas nous permettre de nous questionner non seulement sur le futur de l’économie, de technologies… mais également sur l’avenir de notre relation avec les médias, et au-delà, l’information ?

L’émission interrogera donc la nature de la méthode prospective aujourd’hui, ses biais, ainsi que la part de rationnel et d’irrationnel qu’elle engendre. Elle questionnera également son périmètre d’application.

C’est moi qui étais en charge du choix des intervenants. J’en retins trois.

Carine Dartiguepeyrou, prospectiviste, présidente Uniqueness. Docteur en sciences politiques, elle est prospectiviste et accompagne les institutions privées et publiques dans leur changement de paradigme et l’élaboration de leurs visions d’avenir. Elle est également chercheuse et intervenante dans le Programme Transition Energétique et Sociétale à l’Institut Mines-Télécom à Nantes, à l’Institut Mines-Télécom Business School (laboratoire ETHOS (Ethique, Technologie, Humains, Organisations, Société) et à l’Institut des futurs souhaitables.

Apolline Taillandier, doctorante en science politique Science Po Paris. Sa directrice de thèse, Jenny Andersson, dans le cadre du programme Futurepol3 de Science Po Paris, avait adopté une approche critique de la prospective (au point de parler de la nécessité d’une « contre-prospective »)4. Mais Apolline Taillandier n’est pas une experte ou chercheuse en prospective. Elle a pour sa part axé sa thèse sur le transhumanisme et cherche à comprendre comment des acteurs issus des mondes académique et financier construisent et légitiment des futurs « posthumains ». C’était donc l’occasion d’apporter une ouverture et une approche plus globale et pour comprendre, au-delà de la prospective, comment le futur se pense et se construit.

Nathalie Belhoste, enseignante-chercheure à Grenoble Ecole de Management. Docteur en Science Politique à Sciences Po Paris, elle enseigne la géopolitique à l’ESC Grenoble. Nathalie Belhoste n’est pas non plus chercheuse ou une experte en prospective. Ses recherches portent sur la façon dont les entreprises influencent les territoires et la géopolitique mondiale. Son rôle était davantage de présenter un point de vue utilitariste : en quoi la prospective peut s’avérer utile quand on fait de la géopolitique et en quoi il est pertinent d’enseigner cette discipline aux élèves.

Plutôt que de confronter 3 experts/chercheurs en prospective, ce fut donc mon choix de confronter 3 points de vue différents et selon moi complémentaires : expert, utilitariste et « global ».

Avec Thomas nous élaborâmes le canevas suivant.

Introduction par Thomas 

Mot d’accueil au nom du Festival

  • Quel est le lien entre géopolitique et prospective ?
  • Pourquoi GEM et le Festival ont décidé de d’avantage mettre l’accent sur la Prospective ?

La prospective, au-delà des idées reçues

  • Tour de table. 
    • Il peut y avoir plusieurs définitions. Qu’est-ce que la prospective pour vous ?
    • En quoi la prospective est utile et apporte des réponses ? Quelles idées reçues existe aujourd’hui sur la prospective ?
  • Focus : Quelle est l’histoire de la prospective, des différents courants et paradigmes en France et à l’étranger 
  • Focus : Quelle est la différence entre s’interroger sur le futur, et faire de la prospective ?

La prospective, une approche « scientifique » du futur ?

  • Tour de Table. C’est quoi un « prospectiviste » ? N’importe qui peut l’être ? N’y a-t-il pas des charlatans qui cherchent à « vendre » le futur ? 
  • Focus : Quelle est la distinction entre prévision, prédiction, et prospective ? Comment « s’expérimente » la prospective ? Est-ce véritablement scientifique ? Comment « prouver » qu’une méthode marche mieux qu’une autre ?
  • Focus : Y’a-t-il des formes de prospectives différentes selon leurs champs d’action (technologique, économique, sociétale). Y a t’il une prospective d’entreprise et une prospective de recherche ?

La prospective peut-elle être biaisée ?

  • Focus : Quels sont les principaux biais donc peuvent être victimes les prospectivistes, ou leurs méthodes ? La prospective n’est-elle pas une méthode biaisée « par essence » puisque qu’elle que soit ses méthodes, la vision du futur quelle propose ne sera jamais qu’une projection des croyances de l’époque ?
  • Focus : En quoi la prospective, et plus globalement la réflexion sur le futur, peut être un objet scientifique, mais également un objet politique et historique ?

Quels sont vos principaux champs de recherche, d’activité aujourd’hui ?

  • Focus : La mutation numérique.
  • Focus : Le transhumanisme, l’intelligence artificielle.  

Petit exercice de prospective improvisé et en direct : Quels futurs pour la pensée critique dans nos sociétés ?

Quels scenarii possibles ? Le début d’une ère « éclairée » ? Le retour à l’obscurantisme ? Idiocratie ?

  • Quels leviers pour agir sur ce futur de la pensée critique ? Politique, numérique, sociétal…

Questions du public

Il fut communiqué aux intervenantes qui le validèrent. Evidemment, une conférence a une part d’imprévus, de disgressions, d’oublis, d’intervenants qui rebondissent sur les propos de l’un et de l’autre… qui fait que l’on ne colle jamais vraiment au canevas. Evidemment, sauf avoir affaire à des robots ou tuer toute spontanéité dans les échanges, souvent on ne peut pas répondre à l’ensemble des questions, car un intervenant choisira de se concentrer plus sur l’une ou l’autre.

Dans ces cas-là les questions du public à la fin servent d’ailleurs souvent de variable d’ajustement en matière de temps imparti ou de points à approfondir (sauf si une personne du public se lance dans une « contre conférence », ce qui est la hantise de l’animateur…). Mais ce canevas donne quand même une bonne idée de là où nous voulions aller.

Tout est sur les rails… et tout déraille.

Un pitch, 3 points de vue complémentaires, un canevas détaillé. En théorie tout était parfait, en pratique rien ne se passa comme prévu…. Pour l’avoir vécu en direct et ne pouvant qu’assister à cet instant surréaliste sans pouvoir intervenir, ce fut un grand moment de solitude. Ayant organisé la veille une autre table ronde qui abordait entre autres la question de la prospective spatiale5, mon vécu fut à peu prêt le même qu’une personne confiante assistant à un lancement sur le pas de tir, qui voit le réacteur principal de la fusée lâcher, les deux réacteurs secondaires tenter de prendre le relais sans y parvenir, et constate horrifié que la fusée « Prospective 1 », plutôt que réussir sa mise en orbite, prend une trajectoire totalement improbable et, au vu de commentaires de la vidéo, s’écrase sur le territoire « boule de cristal ». C’était d’autant plus rageant que la veille, la personne intervenant dans ma table ronde et en charge de la prospective au CNES, me disait qu’évoluant dans un milieu d’ingénieurs, les questions sur la fiabilité de la méthode et le « prouvez moi que ça marche » étaient un peu son quotidien… Elle aurait donc pu répondre sans problèmes à la plupart des questions de Thomas.

Pour ceux qui ont posé la question de « l’après » conférence, pour tout dire l’ambiance n’était pas au beau fixe, et la tendance à chercher le responsable à ce loupé. Certains ont dit que Thomas avait été trop « rentre dedans » ou obtus. C’est oublier que Thomas avait adopté exactement la même attitude l’année passée et que cela s’était très bien passé, et que de toute façon les règles d’un échange sur Youtube ne sont pas les mêmes que celle d’un séminaire entre collègues ou chercheurs. Certains ont aussi évoqué une trop grande différence de méthode entre Thomas et moi. Effectivement, je suis plutôt du genre à vouloir faire dire un maximum de choses aux intervenants en un minimum de temps (le canevas s’en ressent) quitte à les prendre pas la main, alors que Thomas pour sa part estime que les échanges sont plus intéressants s’il y a un débat d’idée, quitte par moment à jouer les faux naïfs ou l’avocat du diable. Mais c’est une différence de style, pas de méthode. Cela me convainc au contraire que tous les chercheurs ou experts devraient avoir des bases de communication scientifique et technique leur permettant de défendre leur discipline quand des interlocuteurs, qu’ils soient sceptiques, tenants, journalistes… peu importe, décident de ne pas considérer pour acquis ce qui leur est présenté.

Après coup, on remarque bien sûr plein de « signaux faibles » annonciateurs que les choses ne se passeraient pas du tout comme prévu. Mais c’est toujours facile de raisonner à postériori… Si je devais néanmoins en retenir un, ce fut sans doute que, focalisé sur leur travail actuel, j’aurais dû me rendre compte que trois intervenantes toutes issues des sciences politiques pourrait être un problème. Cela a créé une sorte d’uniformité et de prise de position dans les réponses qui s’est avérée contre-productive, là où avoir une diversité de disciplines scientifiques aurait sans doute donné un résultat complétement différent.

J’ajoute qu’après la conférence il me fut suggéré de ne pas mettre en ligne la vidéo, car elle aurait donné une image erronée de la prospective. Il est clair que c’était hors de question. D’abord parceque cette conférence est malgré tout très riche d’enseignements et de questionnements. Et surtout par ce que l’on ne peut pas défendre la méthode scientifique d’un côté, et de l’autre refuser de publier ou mettre en ligne si les résultats ne nous conviennent pas. On reproche assez cela aux chercheurs pour ne pas se mettre à le faire nous-mêmes. Quant à la question de la « mauvaise image », je crois la communauté sceptique capable de s’appliquer à elle-même ce qu’elle conseille aux autres, à savoir ne pas se forger un jugement définitif sur un sujet ou un intervenant suite à un simple visionnage sur Youtube, mais rester curieux, diversifier les sources, chercher à identifier les experts pour en savoir plus.

Et maintenant ? Et bien pour ma part je pense que la manière de penser le futur est une problématique passionnante, où se rencontrent et s’affrontent croyances et méthode scientifique. Que la science nous permette aujourd’hui de prévoir certains événements est une évidence. Que la voyance, la divination, l’astrologie… ne soient pas plus fiables qu’une boule de cristal est une évidence aussi. Mais il existe un entre-deux où la frontière est floue. Un entre-deux constitué d’experts ou de méthodes où, sous couvert de prédictions se fondant sur une approche rationnelle ou scientifique, peuvent au contraire s’épanouir croyances, biais… ou motivations politiques ou managériales.

Il faut continuer à explorer cet entre-deux, et la question de la « scientificité » ou non de la prospective, plus qu’un faux dilemme (spoiler : la réponse à la question que posait la conférence est sans doute « ni l’un, ni l’autre »), n’était finalement qu’un prétexte à ce questionnement plus vaste. Concernant la prospective en tant que telle et son étude sous un angle sceptique, je pense que nous n’avons pas encore fait le tour de la question. Le débroussaillage a déjà été effectué (un peu à la serpe 😉) par Thomas et la TeB, nous allons maintenant essayer d’aller un peu plus loin, par exemple avec une émission du Balado Scepticisme Scientifique. A suivre donc…


1 « Fake news, post vérité… la pensée critique face au néo-obscurantisme », Conjuration Open Source 3 https://www.youtube.com/watch?v=kfqHex207Ek

2 « Peut-on comprendre le monde en faisant abstraction de ses croyances ? », TenL#60 https://www.youtube.com/watch?v=X9mPbxj-xYk

3 Projet de recherche Futurepol https://www.sciencespo.fr/futurepol/fr.html

4 « No Future Vive l’Avenir : Qu’est-ce que la prospective ? », Sciences Po https://www.youtube.com/watch?v=LhI407NXo8g

5 « Ariane, Galileo…L’Europe désunie sur terre unie dans l’espace ? », Festival de Géopolitique 2019 https://www.youtube.com/watch?v=M6qXFDWnSwQ

Nous arrivons au terme d’une série phénoménale. Lecteur de l’œuvre originale, je redoutais un terrible gâchis avant les premiers épisodes de 2011, mais GoT est la première série de fantasy vraiment crédible. Elle réussit en outre l’exploit de mener ses personnages au terme de l’histoire.

Alors bien sûr, on a noté un appauvrissement des arcs narratifs qui ne peuvent plus s’appuyer sur les romans, et un rétrécissement de l’espace-temps autour des déplacements des personnages. Il y a des défauts, notamment pour des raisons de coûts de production, de temps d’antenne, etc. Et certains notent une transition malheureuse depuis des intrigues sociologiques vers des arcs plus psychologiques moins riches et plus hollywoodiens. Soit. Je reste personnellement reconnaissant à la télévision de nous proposer un spectacle de cette qualité, et je le dis en tant qu’auteur et fervent amateur de la fantasy 1.

Mais je veux ici quitter le registre de la critique littéraire pour défendre l’idée qu’on peut tirer une importante leçon de GoT… et en particulier de la réaction des fans au dernier grand twist qui intervient dans l’avant dernier épisode. Une leçon de zététique.


D’abord Westeros est un monde où les prophéties échouent ! La sorcière Mélisandre passe son temps à miser sur le mauvais futur-roi, il faudrait donc que les fans ne s’offusquent pas que l’annonce « tu fermeras des yeux bruns, des yeux bleus, des yeux verts » n’entraîne finalement pas le meurtre de Cercei ni de Daenerys par Arya. Même dans un monde de fantasy où la magie existe, il faut se méfier des voyants. Idem pour les prédictions offertes à ces mêmes Cersei et Daenerys le long du récit : elles ne se réalisent pas forcément, pas complètement, ou bien il faudra leur accorder le traitement que certains réservent aux écrits de Nostradamus pour réussir après coup à leur faire dire ce qu’on sait être arrivé (un exploit tout relatif). Certains s’en offusquent, mais GoT ne leur avait pas promis que les prophéties seraient vérifiées ; ils se sont faits cette promesse tout seuls. Leur interprétation de la réalité intradiégétique était crédule.

Et puis des fois, Melisandre tombe juste. Bravo à elle.

Mais il y a une leçon plus importante, alors occupons-nous de l’éléphant dans la salle du trône.

Qui est Daenerys ?

Depuis le tout début, Daenerys Targaryen est l’un des personnages principaux. Le roman adopte régulièrement son point de vue, et le public de la série éprouve naturellement de l’empathie. Nous nous identifions à son parcours initiatique, à sa lente révélation, depuis le statut de femme-objet troquée par un frère mégalomane comme moyen de rétablir ses droits, vers celui de souveraine, libératrice des esclaves en chemin pour régner sur Westeros.

Or, patatras ! Episode 5 ! Folle de rage, enivrée par le pouvoir de son dragon, désespérée d’inspirer autre chose que la peur sur ce royaume qu’elle revendique tout en lui restant étrangère, ou pour quelque autre raison tenant à son héritage, à son parcours, à ses traumatismes ou à une écriture scénaristique un peu fébrile, elle détruit Port-Réal, crame petits et grands, massacre son peuple alors même que les cloches de la ville annoncent sa reddition. Avec ce crime de guerre destiné à instaurer un règne par la peur, Daenerys ne peut plus être la gentille de l’histoire, et une bonne partie du public se sent trahi, floué. Le show leur vole un personnage qu’ils aiment. Ils ne la reconnaissent pas, c’est insupportable, et une pétition signée par un million et demi de personnes réclame2 un reboot de la saison 8.

Ce que cette réaction a de « normal » est expliqué par la série elle-même, à travers les personnages déchirés qui ont cru en elle et la jugeaient meilleure que les autre choix possibles pour le trône. Comme eux, nous avons accompagné Daenerys le long d’épreuves où elle dut faire face à des hommes haïssables. Robert Baratheon ordonne sa mort dès la saison 1, puis les situations où elle risque sa vie ne manquent pas… Tyrion nous l’explique mieux que personne dans l’ultime épisode.

« Quand elle tua les esclavagistes d’Astapor, nul hormis eux ne s’en plaignit. Après tout, ils étaient des hommes mauvais. Quand elle crucifia des centaines de nobles Meereeniens, qui aurait pu protester ? Ils étaient des hommes mauvais. Les khals dothraks qu’elle brûla vifs ? Ils lui auraient fait pire. Où qu’elle aille, des hommes mauvais meurent et nous l’applaudissons. »

Ce que Tyrion décrit ressemble à s’y méprendre à un phénomène d’engagement, au cheminement vers la pensée extrême.

En suivant Daenerys de près, nous avons développé une empathie pour sa vision du monde, et notamment sa prétention au trône. Dans ce contexte, nous fermions les yeux sur ses abus. Par ailleurs le public n’a pas eu beaucoup de considération pour les habitants d’Astapor et de Meereen, peut-être son empathie était-elle plutôt dirigée vers Westeros et ses habitants occidentaux plus proches des enjeux de la narration. GoT nous a amenés à épouser la cause d’une femme totalement certaine d’être destinée à régner par un pur droit de naissance. Alors même qu’elle annonçait aux esclaves vouloir les débarrasser de leurs maîtres, elle a toujours eu pour projet principal de devenir reine, à n‘importe quel prix. La vérité est que nous aurions dû nous en apercevoir. Nous aurions dû sentir l’immoralité de sa réponse à la mort de Barristan dans la saison 5, quand elle rassemble les chefs des familles nobles de Meereen et en livre un, au hasard, à ses dragons. Dans le plus grand calme, elle menace les autres :

« Qui est innocent ? Peut-être que vous l’êtes tous… Peut-être qu’aucun de vous ne l’est. Peut-être que je devrais laisser mes dragons décider. »

Durant la saison 7, les efforts de Tyrion sont impuissants à obtenir sa clémence quand elle décide que le père et le frère de Samwel Tarly, prisonniers qui refusent de mettre genou à terre, doivent être brulés vifs par Drogon. Cette scène était le signal que personne n’aurait dû manquer. Kit Harington (l’acteur incarnant Jon Snow) le dit lui-même aux fans scandalisés : « Vous saviez que quelque chose n’allait pas dans sa façon de faire. Vous êtes coupables, vous l’acclamiez ! »

Randyll et Dickon Tarly, brûlés vifs.

Daenerys ne fait pas le mal en permanence, elle a ses moments de grâce, de douceur, de doute, de douleur. C’est bien pour cela qu’elle suscite de l’affection de la part du public. Mais ils n’effacent rien des crimes qu’elle commet. Bien sûr, on peut l’admirer d’avoir fait route au nord, au prix de la vie d’un de ses chers dragons. Mais son but alors est de défendre le royaume sur lequel elle compte régner. Juger qu’il s’agit d’un acte de bonté désintéressée n’aurait aucun sens.

Parfois nous voyons ce que nous croyons, en particulier quand nous sommes victimes d’une mécanique d’engagement. Comme la grenouille de l’histoire dans sa casserole, qui se laisse doucement ébouillanter car elle ne perçoit pas l’élévation graduelle de la température, nous sommes entrés dans une relation avec Daenerys où, à chaque étape, nous trouvions son comportement acceptable étant donné le chemin parcouru avec elle. Chaque nouveau crime devenait justifiable, car il fallait sans cela assumer d’avoir fait fausse route depuis le début.

Les spectateurs qui ont refusé que Daenerys se révèle être la méchante ultime de l’histoire éprouvent un sentiment dont j’aimerais souligner à quel point il est précieux.

Il ressemble à ce qu’éprouve une personne engagée dans un mode de pensée extrême qui est soudain confrontée à la « réalité » sur la nature de sa croyance et de ses actes et paroles passées. Le déni qui s’impose alors est violent, presque irrépressible. Le Trône de Fer nous offre d’en faire l’expérience grâce à la puissance de son storytelling. Ce déni, nous devrions le déguster, le contempler sous toutes les coutures et nous en rappeler afin de savoir ce qu’éprouvent certaines personnes avec lesquelles nous débattons. Ce sentiment écrasant est à la source du passage à l’acte des fanatiques qui doivent rejeter le monde, même violemment, pour ne pas renoncer à leurs idées.


Au terme de sa huitième saison, GoT met en évidence que la grande menace des Mort Vivants (vaincue dès l’épisode 3) n’est finalement rien en comparaison du fanatisme. Ceux qui veulent continuer de croire que Daenerys avait raison, que son acte à Port-Real est impossible, qu’il est étranger à qui elle est vraiment vivent un moment qui peut leur être d’une grande aide pour identifier dans leur parcours personnel ce que l’on ressent quand on s’aperçoit qu’on a participé à un système de croyance toxique. Si un jour nous nous sentons trahis par l’histoire à laquelle nous participons, rappelons-nous de la leçon de Daenerys pour ne pas rater une occasion vitale de nous remettre en cause.

Game of Thrones nous invite à douter de notre lecture du monde et des gens que nous voulons voir triompher. En ce sens, n’est-ce pas une série zététique ?

Cet article passe en revue un an de traitement de l’homéopathie par les médias français. Il est le produit du travail qui a permis d’écrire le livre « Connaissez-vous l’homéopathie ? » à paraître aux Editions Matériologiques.

Le chapitre dédié à l’analyse du traitement des médias occupait un volume trop important dans le livre papier, il a donc été grandement réduit et vous trouverez ici l’ensemble de cette analyse s’étalant de mars 2018 à mars 2019. Un tel article est l’occasion de revoir se dérouler l’affaire, épisode après épisode, et de voir évoluer la stratégie des homéopathes, d’abord certains que rien ne pouvait faire chanceler leur position, puis évasifs, procéduriers, à la fois victimaires et agressifs, et enfin mobilisés dans un lobbyisme de masse1. En fin d’article nous ferons le point sur les médias qui ont traité correctement ce sujet, qui ont contribué à l’information correcte du public, et sur ceux qui ont fait obstacle à l’information et à l’éclairage du public par la science.


Une polémique scientifique dans un écosystème médiatique

La belle polémique autour de l’homéopathie de 2018, celle qui va finalement, selon toute vraisemblance, aboutir au déremboursement de ces produits après 30 ans d’incohérence des pouvoirs publics, n’est pas due aux travaux impeccables des chercheurs, à l’exemplarité académique, au zèle des universitaires à transmettre l’évolution des connaissances, ni à l’application des journalistes à tisser le nécessaire lien entre les experts et la population, ni à la discipline des politiques qui s’astreindraient à ne prendre que des décisions éclairées par la science, mais à une tribune provocatrice rédigée par 124 professionnels de santé et rendue possible par la relative célébrité des premiers signataires qui animent des chaînes de vulgarisation de la médecine sur Internet.

Ce sont les vulgarisateurs de la science qui ont lancé ce pavé. C’est d’abord une initiative de culture scientifique, un ras-le-bol devant la mésinformation généralisée… et bien sûr les conséquences qu’on peut imaginer quand cela touche les métiers de la santé. Je tiens donc à leur rendre hommage pour leur pugnacité sans laquelle les rationalistes auraient continué à faire des critiques que personne n’écoute vraiment.

La tribune intitulée « L’appel de 124 professionnels de la santé contre les «médecines alternatives » » est publiée dans le Figaro le 18 mars 2018. Dans la mesure où nous souhaitons tous pouvoir disposer des meilleurs traitements sans risquer notre vie où celle de nos proches à chaque pilule, et sans risquer non plus de retard dans la prise en charge des troubles graves, nous voulons que toutes les thérapies soient testées afin de s’assurer qu’elles ne peuvent pas nous nuire et qu’elles effectuent bel et bien le soin que l’on attend d’elles. Par conséquent, la tribune qui se borne à rappeler cette exigence et à en tirer les conclusions devrait être d’une grande banalité. Mais elle ne l’est pas du tout, et c’est la réaction des médias qui nous le montre.


NB : Pour accéder aux articles ici passés en revue, cliquez simplement sur le nom du média.

19 mars. Science & Avenir — 124 médecins et professionnels de santé veulent la peau des médecines alternatives.

Malgré un titre largement excessif, l’article décrit la tribune et ajoute une explication sur l’exception dont jouissent les produits homéopathiques dans leur autorisation de mise sur le marché, ainsi que la décision des États-Unis sur l’étiquetage de l’absence d’effet de ces produits.


19 mars. Journal 20 minutes — Homéopathie: Des professionnels de la santé signent une tribune contre les médecines alternatives.

L’article relaie les points essentiels de la tribune.


19 mars. France Soir — « Rien de scientifique » dans l’homéopathie et les médecines alternatives.

Le titre de l’article est encourageant, en accord avec l’état des connaissances scientifiques. Mais il donne la parole au Syndicat National des Médecins Homéopathes Français (SNMHF), en citant leur communiqué : « le syndicat a si souvent répondu aux arguments médicaux, scientifiques et réglementaires avancés par les adversaires de l’homéopathie qu’il est devenu inutile de le faire. »

La rédaction cite l’avis très négatif des Académies de Science européennes sur l’homéopathie, mais accorde le mot de la fin aux homéopathes qui critiquent les études sur lesquelles se fonde un avis qu’ils jugent invalide en dénonçant « une sélection parfaitement contestable des recherches existantes, puis sur des assertions fausses relatives à la sécurité du médicament comme à la pratique médicale. » En cherche à ménager la chèvre et le chou afin de traiter la question avec un équilibre illusoire, cet article illustre l’asymétrie qui frappe les controverses scientifiques médiatisées.


Principe d’asymétrie de Brandolini.

Il faut dix fois plus d’énergie et de temps pour réfuter une baliverne que pour l’énoncer.

En conséquence un média qui accorde autant de temps à une « théorie » a-scientifique qu’à sa critique installe une pseudo-équité de traitement qui revient à donner l’avantage au propos trompeur.


19 mars. Communiqué du Syndicat national des médecins homéopathes français — La médecine a besoin de tous les médecins.

Ce communiqué commence par dénoncer l’attaque, puis propose une première argumentation pour défendre la doctrine et la pratique homéopathiques.

« Si l’on ne se crispe pas sur la nature diffamatoire de cette attaque, la meilleure attitude pour faire progresser le débat est de nous questionner ensemble : pourquoi notre pratique, dérange-t-elle aussi fortement ceux qui veulent lui dénier toute valeur, voire dénoncer sa « dangerosité », jusqu’à exiger que les médecins et professionnels de santé qui l’utilisent ne puissent plus faire état de leur titre professionnel ?

Nous rappellerons seulement quelques faits décidément têtus :

– l’homéopathie donne satisfaction à des millions de patients en France, bien plus encore dans le monde ;

– le nombre de prescripteurs, témoins des résultats au quotidien et tout au long de leur carrière, atteste que l’homéopathie s’avère particulièrement utile dans une démarche préventive et pour les traitements des maladies chroniques, l’une et l’autre étant des priorités de santé publique ;

– le caractère économique de la pratique des médecins homéopathes, l’absence de prise de risques, ont été rigoureusement démontrés lors d’une vaste étude pharmaco-épidémiologique dirigée par des scientifiques de renom et publiée dans des revues médicales internationales, qu’aucun « expert » n’a critiquée*. »

On peut constater que les deux premiers arguments sont des ad populum, c’est-à-dire des sophismes : le grand nombre de gens convaincus serait une preuve des bienfaits de l’homéopathie. Nous savons bien que beaucoup de gens, même de bonne foi, peuvent se mettre d’accord sur quelque chose de faux. Le troisième argument est une diversion, car ces aspects ne sont pas mis en cause par la tribune. Le caractère économique de l’homéopathie n’est pas réellement garanti, car il nous faudrait être sûrs des conséquences indirectes sur les futures habitudes qu’aura sur la population la prescription systématique de « médicaments » inutiles qui flattent le réflexe : un problème à un médicament. Enfin, la référence * renvoie vers une présentation avantageuse de l’étude EPI3 que j’analyse dans mon livre. En résumé les auteurs de l’étude EPI3 écrivent eux-mêmes que leurs résultats ne prouvent pas l’efficacité de l’homéopathie, or c’est de l’efficacité dont il est question dans la tribune.


19 mars. LCI — Homéopathie, acupuncture, mésothérapie… : des professionnels de santé dénoncent les « fake médecines »

Cette émission est un exemple parfait du mauvais traitement de la question dans les médias français. Sur le plateau est invité le docteur Jérémy Descoux, co-auteur et signataire de la tribune. On lui donne le temps d’expliciter la démarche des signataires qui plaident pour une pratique reposant sur des preuves scientifiques, mais très vite il sera noyé sous un torrent de sophismes goguenards.

Roselyne Bachelot, ex-ministre de la santé et ex-pharmacienne, est co-animatrice de l’émission : « L’homéopathie française et les laboratoires homéopathiques français sont les plus renommés dans le monde et vous allez donner un véritable coup de poignard à une industrie française. (rire) »

Un autre invité, le rappeur Rost, président de Banlieue active et membre du Conseil Économique, Social et Environnemental, cite l’anecdote d’un ami qui se serait débarrassé de douleurs articulaires grâce à l’acupuncture. Puis il avance que les produits critiqués sont issus des plantes, mais on ignore ce qu’il désire en conclure car il est corrigé par R. Bachelot et n’a pas l’occasion de finir son propos.

Un homme d’affaire et politicien, Charles Beigbeder va ensuite faire une déclaration absolument remarquable : « Votre tribune est très violente, et comme Talleyrand je pense que « tout ce qui est excessif est insignifiant » (…) Il y a une sagesse populaire qui, depuis des milliers d’années… Eh oui ! L’acupuncture, c’est la civilisation chinoise qui nous l’apporte. C’est 3000 ans de pratique. Et ça marche ! Vous savez, vous dites « oui la science ne peut pas démontrer… [« que ça marche » je complète son propos] » oui, mais elle ne peut pas démontrer non plus que ça ne marche pas, et elle ne comprend pas. Je crois qu’il faut être humble, modeste par rapport à notre compréhension du corps humain. Vous savez que dans l’embryogenèse on sait toujours pas comment ça marche. (…) soyons humbles. Il y a beaucoup de français qui utilisent ces médecines. (…) n’allons pas tout rejeter au nom de la science, c’est un ingénieur qui vous le dit »

 C. Beigbeder se livre ici à un exploit sophistique. Il fait la leçon à des médecins en leur disant d’être plus modestes envers des homéopathes qu’il place en victimes, puis lance un appel à l’ancienneté2, un appel à la sagesse populaire 3, un appel à l’ignorance4 et enfin un appel à l’humilité que suit un appel à l’autorité5 dans une étourdissante enfilade sophistique qui fait un excellent cas d’école pour un cours sur l’esprit critique.

Ensuite intervient Alexandre Malafaye, président fondateur du think tank Synopia « Quand je vous écoute, j’ai un peu le sentiment de revenir à une époque où beaucoup de gens pensaient que la Terre était plate et ceux qui disaient que la Terre était peut-être pas plate, qui n’avaient pas encore de preuve scientifique, se retrouvaient en difficulté6 . (…) Quand tout d’un coup on jette le bébé avec l’eau du bain comme vous le faites, je suis par nature méfiant. Je n’ai aucune compétence médicale mais j’ai des expériences tout à fait probantes d’un proche très récemment qui était atteint d’une névralgie cervico brachial extrêmement douloureuse qui a été soigné ; j’ai été témoin même d’expériences médicales avec simplement le fait de placer un médicament dans la main et de voir l’interaction que cela produit avec le corps, et on voit bien effectivement quel effet cela peut avoir… tout ça à l’aveugle… Cet hiver, je ne vais faire aucune pub, mais j’ai pris un traitement antigrippal homéopathique, ma femme aussi, c’est la première fois que je traverse l’hiver sans grippe. Alors vous allez me dire que c’est contextuel et cetera. »

Ces dernières phrases n’ont pas vraiment de sens, car il n’y a pas d’effet contextuel (donc placebo) s’il n’y a pas de symptôme à améliorer. Alexandre Malafaye a simplement été victime d’un effet de corrélation illusoire du type post hoc ergo propter hoc (après ceci, donc en raison de). Le fait d’avoir avalé un remède « antigrippal » est naïvement associé au fait de ne pas avoir eu la grippe ; le cerveau humain qui adore voir de la causalité établit un lien entre les deux. Cela fait une jolie histoire à raconter sur un plateau télé pour alimenter le mille-feuille argumentatif auquel nous assistons. Au passage, on peut douter qu’en l’absence de ce remède, A. Malafaye ait subi la grippe à chaque hiver, sauf s’il défie toutes les statistiques. Si on regarde de plus prêt, il se rend coupable de ce qu’on appelle le Syndrome Galilée, l’idée que des savants en petit nombres seraient victimes d’un establishement hostile à une vérité qui dérange. Ce sophisme est très courant dans la bouche des auteurs de « théories » farfelues. Après avoir avoué n’avoir aucune compétence, il s’adonne à une anecdote, ce qui constitue le mode d’administration de la preuve favori des pseudo-médecines : sans aucune preuve d’efficacité, elles alignent les témoignages des patients satisfaits, ce qui suffit trop souvent à faire oublier qu’on ne dispose pas de l’avis des patients non satisfaits ou décédés… Il finit en faisant allusion à Oscillococcinum dont vous saurez ce qu’il faut penser dès le chapitre 1 de « Connaissez-vous l’homéopathie ? ».

La science sert justement à ne pas se laisser abuser par les liens de causalité excessifs que nous voyons partout. Tenir un tel propos, c’est donc très exactement défendre une posture antiscientifique. Que ce soit probablement fait de manière involontaire n’empêche pas le problème.

« Moi j’ai mieux, Alexandre Malafaye, intervient Roselyne Bachelot. Moi, j’ai soigné mon chien à l’homéopathie, alors là l’effet placebo est assez limité (rires sur tout le plateau) enfin peut-être qu’il me voyait avec mon tube de granules et qu’il se disait cette femme-là me veut du bien (rires) c’est peut-être ça qui s’est passé parce que ça marchait très très bien (rires). »

Madame Bachelot n’est pas bien informée sur ce que la science sait sur l’effet placebo observé chez les animaux. Oui, cet effet existe. Oui, on peut croire indûment qu’on améliore la santé de son animal ou de son bébé en lui administrant un remède privé d’effet spécifique.

Malheureusement, tous ces sophismes ont été proférés sans que personne ne les relève. Jérémy Descoux était là pour expliquer en un temps très limité la raison d’être de la tribune, pas pour corriger les fautes logiques des intervenants. Le public a donc pu se laisser influencer par des déclarations très assertives mais illogiques ou factuellement fausses. Cela n’est pas de nature à contribuer à la liberté éclairée de leurs choix thérapeutiques. Cette émission n’a donc pas informé proprement le public, mais à probablement contribué à le mésinformer.


19 mars. France TV Info. Allô docteur — Des médecins partent en guerre contre les médecines alternatives

Invité sur le plateau, sans contradicteur et sans salade de sophismes, Jérémy Descoux a cette fois le temps d’évoquer un aspect du problème des médecins généralistes à orientation homéopathique : « On souhaiterait que lorsqu’on adresse quelqu’un pour voir son médecin traitant, il puisse consulter pour une consultation de médecine générale. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a un manque de médecins en France et le problème est que ces consultations qui n’ont pas d’efficacité démontrée occupent un temps médical qui n’est pas du tout négligeable. Et ce temps médical, qui n’est pas occupé à faire de la médecine, c’est un temps médical qui est perdu pour les patients. Nous disons que si les gens veulent pratiquer la médecine, qu’ils la pratiquent en tant que médecin. S’ils veulent faire de l’homéopathie, qu’ils le fassent sur un temps d’homéopathie. Il est temps de séparer complètement les deux pratiques afin de redonner un peu de clarté aux patients qui veulent accéder à une médecine scientifique. Ils doivent avoir accès aux meilleurs soins disponibles et aujourd’hui, ces médecines alternatives ne sont pas le meilleur choix possible. »


19 mars France Info — Des médecins et professionnels de la santé signent une tribune contre les médecines alternatives comme l’homéopathie.

Il s’agit d’un résumé honnête du contenu de la tribune.


20 mars. Sud Ouest — Des médecins s’insurgent contre les médecines alternatives, « irrationnelles et dangereuses »

Article favorable à la critique exprimée dans la tribune des 124.


20 mars. Le vrai de l’info — L’homéopathie protège-t-elle de la grippe ?

Géraldine Woessner rétablit la vérité scientifique en réponse aux propos d’Alexande Malafaye la veille sur LCI : non l’homéopathie ne protège pas contre la grippe. Elle présente également le concept de placebo encore trop souvent mal compris, et explique que l’homéopathie encourage plus qu’elle ne combat la « culture de la gélule ».

Cette émission est l’un des cas où la presse française prend clairement parti pour la vérité de science plutôt que pour un semblant de neutralité entre deux camps qui auraient autant de légitimité l’un que l’autre. Cette rupture de fausse symétrie sur les questions scientifiques devrait être encouragée dans la pratique journalistique.


20 mars. Site du magazine Top Santé — Les médecines alternatives, des « fakes médecines » ?

Article « équilibré »7 qui explique les grandes lignes de la tribune, cite l’avis de l’ordre des médecins tiré d’un article du journal Le Quotidien du Médecin, puis donne la parole à la défense, avec l’avis du Dr Dominique Pierrat, généraliste et médecin-conseil à Top Santé :

« Quelle mouche a piqué les 124 signataires de cet appel ? On peut comprendre qu’en cette période de défiance envers certains médicaments et les vaccins, des médecins souhaitent remettre les pendules à l’heure. Quand c’est grave, l’homéo ne suffit pas ! Mais rejeter une médecine millénaire comme l’acupuncture, qui soigne encore aujourd’hui de nombreux patients en Asie, cela parait étrange. Quant au remboursement de ces médecines « alternatives », plus justement qualifiées de complémentaires par de nombreux soignants, c’est un autre problème. Les veinotoniques ont été déremboursés, ce n’est pas pour cela que les médecins ont arrêté d’en prescrire, ni qu’ils doivent être interdits de le faire… L’objectif des médecins n’est-il pas de soulager les patients ? Et les soins de supports en cancérologie sont-ils inutiles ? » »

On retrouve des ingrédients connus : position victimaire face à ce qui est présenté comme une agression, appel à l’antiquité millénaire de la doctrine comme preuve de sa validité. Il termine par un homme de paille, c’est-à-dire une contrefaçon de la position qu’il attaque : personne ne dit que les « supports en cancérologie sont inutiles ». Consciemment ou inconsciemment, ce docteur produit un argumentaire malhonnête.


20 mars 2018. France Bleu — #FakeMed : homépathie, acupuncture… une tribune contre les thérapies alternatives secoue la communauté médicale

Résumé de la tribune des 124, et interview de Florence Paturel, secrétaire générale du Syndicat national des médecins homéopathes français qui pose évidemment les homéopathes en victimes et déclare ne pas comprendre quelle est la volonté des signataires : « J’ai bientôt 55 ans, j’ai passé 12 ans en oncologie à l’hôpital de Vannes, et tout c’est toujours très bien passé avec mes confrères du service ».

Son expérience personnelle est probablement censée prouver quelque chose sur la fausseté du contenu de la tribune, mais nous n’aurons pas droit à une démonstration logique. La réponse est d’ordre affectif.


20 mars. Le Huffington post — L’homéopathie est-elle une « fake médecine »? Ce que disent les études scientifiques

L’article, très sérieux, rappelle le consensus scientifique, et donne la parole à Edzard Ernst, spécialiste mondial des thérapies alternatives qui livre un avis modéré « des patients peuvent aller mieux après, non pas grâce à un pseudo-médicament, mais grâce à l’effet placebo et à une longue consultation avec un clinicien compatissant. »


20 mars. Editorial sur le site Pourquoi docteur — Des médecins partent – un peu rapidement – en guerre contre les médecines alternatives

La journaliste Charlotte Arce éclaire le contexte de la pratique homéopathique et cite deux des rares arguments raisonnables de ceux qui la défendent : « Mais il faut savoir que si l’Assurance maladie continue de rembourser ces médicaments, c’est pour une raison … d’économie. Un débat difficile à mettre sur la place publique, parce qu’il devrait rester entre médecins. La raison n’est pas forcément très noble mais elle est pragmatique. En France, les malades ont du mal à sortir de chez le médecin sans ordonnance. »

Et deuxièmement : « il vaut (…) mieux que ces traitements soient prescrits par des professionnels de santé que par des personnes sans connaissance sur les maladies. Au moins, les médecins ont une obligation de moyens vis-à-vis de leurs malades… et ils sont responsables devant la justice en cas d’erreur. »

Toute la question est de savoir si ces deux arguments sont suffisants pour justifier la pratique de l’homéopathie telle qu’on la connaît aujourd’hui.


20 mars. La dépêche.fr — Homéopathie, acupuncture, sophrologie… : des médecins signent une tribune polémique contre «les médecines alternative

Relai honnête du contenu de la tribune.


20 mars. RTL — L’homéopathie c’est clairement de la tromperie », alerte un cardiologue

Florian Zores, cardiologue et signataire de la tribune des 124, est interrogé : « Il y a une période où on rencontre des soucis de financement dans la médecine traditionnelle et on rembourse des médecines qui n’ont fait aucune preuve de leur efficacité. À l’heure des choix budgétaires, je pense qu’il faut arrêter de rembourser les choses qui ne marchent pas. (…) L’homéopathie c’est clairement de la tromperie et de la charlatanerie puisqu’on sait grâce à de multiples études qu’elle n’a aucun effet thérapeutique, c’est un placebo. »

L’article est donc un relai de la parole critique des #fakemed.


20 mars. Communiqué du ministère des Solidarités et de la Santé.

Nous ne sommes pas vraiment dans le monde des médias ici, puisqu’il s’agit de la communication d’une institution publique. Mais celle-ci va irriguer les conversations médiatiques.

 « Le ministère rappelle également que les PSNC8 ne s’appuient pas sur des études scientifiques ou cliniques montrant leurs modalités d’action, leurs effets, leur efficacité ou encore leur non dangerosité.

Et si certaines de ces pratiques ont effectivement une efficacité sur des symptômes, cette efficacité est insuffisamment ou non démontrée. Par ailleurs, lorsqu’elles sont utilisées pour traiter des maladies graves (cancers par exemple) ou en urgence à la place des traitements conventionnels reconnus, elles peuvent annihiler les chances d’amélioration ou de guérison des personnes malades. »


20 mars. Marie Claire — Homéopathie, acupuncture : des médecins dénoncent ces « fausses médecines »

Article faussement équilibré.


20 mars. France Inter. Edito Carré — Editorial de Mathieu Vidard : « Charlatans d’homéopathes ! »

Cet éditorial est un joyau de sophistique qui flirte outrageusement avec une pensée antiscientifique. C’est d’autant plus problématique qu’il est écrit et prononcé par l’animateur de l’une des plus importantes émissions scientifiques de la radio française.

A l’époque je m’étais d’ailleurs fendu d’un billet d’analyse qui a servi de base à ce que j’écris ci-après.

L’animateur donne la parole à Mathieu Vidard au sujet du « texte contre les médecines alternatives publié hier dans le Figaro. »

Mathieu Vidard — « Et signée par 124 médecins et professionnels de santé, qui ont pris la plume pour dire tout le mal qu’ils pensaient des thérapies non conventionnelles en dénonçant en particulier les médecins homéopathes

Surfant sur le thème des fake news, nos docteurs déguisés en oies blanches, se drapent dans l’arrogance de leur respectabilité scientifique pour dézinguer –je cite- ces fausses thérapies à l’efficacité illusoire. »

En réalité les auteurs de la tribune ne parlent pas du « mal » qu’ils penseraient des thérapies critiquées, mais de leur efficacité. Nulle part il n’est question de « dézinguer ». M Vidard choisit une lecture morale, c’est l’angle de la fabrication scénaristique à laquelle il se livre. La démarche scientifique rigoureuse devient ici de l’arrogance et une forme de candeur stupide digne d’oies blanches.

« Et d’en appeler au Conseil de l’ordre des médecins pour sévir contre les fous furieux de la granule et renvoyer au fin fond du Larzac ces dangereux baba cool qui empoisonnent les patients à coup de Nux Vomica et d’Arnica Montana 30 ch. »

Un journaliste consciencieux ne prétendrait pas que la tribune dénonce un « empoisonnement » puisque ce mot n’apparaît nulle part, pas plus que « fou furieux de la granule » ni aucun des termes employés dans cette phrase. Il construit un épouvantail, une contrefaçon grossière de la position qu’il désire attaquer.

L’homéopathie prise à haute dose risque surtout d’empoisonner les gens intolérants au lactose. Les auteurs de la tribune explicitent clairement dans quelle mesure il est raisonnable de juger l’homéopathie « dangereuse » (Un chapitre sur les dangers de l’homéopathie figure dans mon livre).

« Si cette tribune n’était pas franchement insultante pour les praticiens comme pour les 40% de Français qui ont recours aux médecines alternatives, on s’amuserait des arguments de ces pères la morale. »

« L’insulte aux patients » est un sophisme du chiffon rouge qui travestit la tribune pour en faire un acte de pure malveillance, donc indéfendable. La tribune n’insulte personne, relisez-la bien. Naturellement, il n’est pas plaisant de voir critiquée une pratique médicale dont on est soi-même consommateur ; on se sent remis en cause alors qu’on n’a rien demandé. Et certains patients éprouveront un sentiment très désagréable à la lecture de cette tribune (peut-être une forme de dissonance cognitive). Mais est-il raisonnable d’accuser de vous traiter d’idiot celui qui vous prévient que l’empereur est nu ? Comment espérer ne pas réellement passer pour quelqu’un qui manque de jugeote ?

« Et pourquoi montent-ils au créneau ?

Pour alerter contre la dangerosité et le manque d’éthique des médecines parallèles avec des praticiens qui menacent selon eux de devenir les représentants de commerce d’industries peu scrupuleuses.

Lorsqu’on pense aux dizaines de milliers de personnes qui sont devenues gravement malades ou qui ont passé l’arme à gauche en raison des effets secondaires de médicaments allopathiques type Médiator ou Distilbène, ou lorsque l’on sait que les somnifères ou les anti-dépresseurs sont prescrits de façon excessive, qu’ils représentent des bombes à retardement tout en faisant la fortune de laboratoires pharmaceutiques véreux ; on se dit que notre club des 124 pourrait légèrement baisser d’un ton. »

Ici le sophisme est celui de la double faute : X n’est pas une discipline sans défaut, elle pose des problèmes ; sous-entendu : alors ne venez pas critiquer Y, c’est injuste ! Cette manœuvre est de nature à convaincre les déjà-convaincus qui ont besoin de n’importe quel argument pour défendre leur position. La faute qui serait commise par X n’est en rien une réponse montrant que la critique de Y n’est pas justifiée. Nous sommes également en plein dans le faux dilemme, les signataires étant repeints en agents du lobby des grands industriels du médicament.

Mais au-delà du simple sophisme, permettez qu’on s’étonne que monsieur Vidard emploie le mot allopathie, terme inventé par les homéopathes pour (dis)qualifier la médecine scientifique et instaurer une illusion d’équivalence entre les deux. On serait tenté de faire remarquer que Mathieu Vidard adopte la rhétorique des Laboratoires industriels Boiron, mais nous n’en concluons pas qu’il faut le soupçonner de le faire à dessein.

« Dans cette tribune, les médecins écrivent que l’homéopathie n’est pas scientifique.

Et ils ont raison puisqu’aucune étude sérieuse n’a prouvé à ce jour une quelconque efficacité de cette thérapie. Le contenu scientifique des médecines alternatives est vide. Rien d’autre que l’effet placebo. Et alors ? 

Est-ce que tous les allopathes peuvent se vanter de pouvoir soigner chaque maladie de façon rationnelle ? Non bien sûr. »

Nouveau sophisme, celui de la solution parfaite : les praticiens de la médecine fondée sur les sciences (qui ne s’appellent jamais des allopathes) travaillent à étayer avec des preuves les prétentions thérapeutiques de leurs pratiques. Qu’ils échouent à soigner tout le monde ne valide évidemment aucune forme de charlatanerie alternative, et on ne devrait pas laisser croire le contraire sur une antenne sérieuse.

« Alors n’est-il pas possible d’admettre qu’il existe parfois une part de magie permettant de soigner ? »

Que dire ? Devons-nous vraiment subir une obscurantiste défense de la pensée magique de la part d’un journaliste scientifique sur un sujet de santé ? Que la science actuelle n’explique pas tout est une chose bien connue, et d’abord par les scientifiques eux-mêmes. Mais invoquer la magie n’a jamais fait progresser la connaissance, et nul n’est censé l’ignorer.

« Comme le rappelle le pharmacologue Jean-Jacques Aulas, l’illusion constitue un outil redoutablement efficace, qui peut avoir sa place dans l’art difficile de la thérapeutique.

En conclusion de leur tribune, les 124 exigent que l’ensemble des soignants respectent une déontologie et qu’ils proposent à leurs patients une écoute bienveillante. Il fallait oser ! Car c’est précisément à cause d’une médecine conventionnelle déshumanisée que les malades fatigués d’être considérés comme de simples organes sur pattes, se tournent vers des praticiens capables de passer du temps avec eux et de les écouter. »

Oui, il fallait oser ! Car Mathieu Vidard a raison sur un point : la médecine conventionnelle laisse sans réponse certains besoins des patients, elle est vécue comme déshumanisante par certains patients au parcours difficile. Il est grand temps qu’elle s’en rende compte, fasse son autocritique et travaille à apporter des réponses compatibles avec l’éthique scientifique et le respect du consentement éclairé du patient, plutôt que de se laver les mains des conséquences des choix que les patients font par défaut, par désespoir de se sentir pris en charge. Or, c’est exactement le sens de la tribune qu’ici il malmène à mauvais escient.

« En accusant les médecins homéopathes de charlatanisme et en dénigrant la fonction humaniste apportées par ces thérapeutes, les signataires de ce texte se trompent de cible et font courir le risque à des patients de se retrouver vraiment entre les mains de pseudo médecins. »

Comme dirait l’autre : vous n’avez pas le monopole de la fonction humaniste. La plupart des médecins pratiquant leur métier de manière rationnelle écoutent leurs patients, sont attentifs à leur besoin et leur accordent un respect authentique.

La caricature que Mathieu Vidard dresse de la tribune et de ses auteurs n’informe pas les auditeurs du service public sur la réalité du contenu de cette tribune. Elle est la pure manifestation d’une volonté de contre-argumenter… sans argument.


21 mars. Communiqué de la Société Française d’Homéopathie — L’homéopathie agressée

Le communiqué est une litanie plaintive sur la nature prétendument diffamatoire et insultante de la tribune. Aucun argument pour asseoir la validité scientifique de leurs pratiques n’est apporté.


21 mars. France inter, Le téléphone sonne — Peut-on réconcilier homéopathie et allopathie ?

Débat entre pro et anti-homéopathie avec les ingrédients classiques.

Alain Sarembaud, représentant du Syndicat National des Médecins Homéopathes Français : « [Dire] “vous donnez quelque chose qui ne dépasse pas le placebo”, c’est insulter d’une part les patients, c’est d’autre part insulter tous les médecins qui font ça depuis des années […] et c’est aussi insulter les laboratoires qui les fabriquent! »

Mathieu Van Dessel, médecin généraliste et signataire de la tribune du Figaro, évoque le rôle d’éducateur du médecin: « [Dire que l’homéopathie ne marche pas] c’est comme quand on dit que le Père Noël n’existe pas, ça fait pleurer les enfants. […] Il faut que la société grandisse, il faut qu’elle se coltine la vérité ».


21 mars. Pharma radio — Violente tribune contre l’homéopathie

L’article qualifie la tribune de « violente » et « acide » puis donne de larges extraits du communiqué du syndicat des homéopathes. Ce faisant, il met en avant la « défense » en propageant sans la dénoncer la logique conspirationniste du SNMHF.


22 mars. Le midi libre — Homéopathie, acupuncture… un collectif de médecins s’en prend aux « fake medecines »

Article basique et « équilibré », donc asymétrique.


22 mars. Réponse molle du conseil de l’ordre des médecins.

 « Le Conseil national de l’Ordre des médecins regrette que la forme véhémente de l’interpellation publique, dans laquelle l’Ordre est impliqué, ait davantage alimenté le buzz médiatique d’un moment qu’une réflexion sereine et argumentée sur le sujet. »

Depuis des décennies et l’accumulation de données scientifiques montrant l’absence d’efficacité de l’homéopathie, la critique de cette doctrine n’a jamais été entendue pour ce qu’elle est : un rappel de l’exigence de se plier à la rigueur de la méthode qui fournit des preuves. L’ordre des médecins aurait pu regretter l’inertie durable qui a rendu nécessaire le ton virulent de la tribune pour qu’elle ne reste pas sans lendemain au lieu d’accuser, en substance, les auteurs de la tribune d’avoir été forcés de compter sur l’effet buzz.


22 mars. Le Moniteur des Pharmacies — Homéopathie et « fake médecine » : le syndicat des médecins libéraux refuse tout amalgame

Le SML rappelle que quatre médecines alternatives et complémentaires sont officiellement reconnues par l’ordre des médecins : homéopathie, acupuncture, mésothérapie et médecine manuelle ostéopathie.

« Ces pratiques et notamment l’homéopathie, sont faites par des médecins diplômés, capables de poser des diagnostics au même titre que les confrères signataires de la tribune. Ils n’embarquent pas leurs patients sur des pistes de traitement qui ne seraient pas pertinentes », ajoute le syndicat, affirmant au passage que « l’homéopathie rend service et permet d’apporter une réponse à de nombreux patients »

C’est à cela que ressemble un article corporatiste.


27 mars. Site La Veille des acteurs de la santé — Les fake médecins déposent des plaintes disciplinaires auprès de l’ordre des médecins (Communiqué)

Première annonce des plaintes devant l’ordre des médecins contre les auteurs de la tribune.

 « L’Union collégiale, le Syndicat des Médecins Indépendants Libéraux Européens, le Syndicat de la Médecine Homéopathique, le Syndicat des Mésothérapeutes Français, l’Association pour l’Utilisation Rationnelle des Médecines Alternatives (association de patients comptant plus de 1 000 membres) et des médecins libéraux pratiquant les spécificités thérapeutiques agressées ont déposé des plaintes disciplinaires auprès de l’Ordre des Médecins envers les signataires de la tribune insultante et anti-confraternelle médiatisée la semaine dernière concernant les Médecines à Orientations Spécifiques Thérapeutiques.

Ils invitent tous ceux qui considèrent cette inadmissible agression idéologique comme une incitation à l’intolérance à se joindre à ces plaintes. »


27 mars. France culture. Du grain à moudre — Les médecines alternatives font-elles plus de mal que de bien ?

L’émission compte trois invités.

Christian Lehman, signataire de la tribune, rappelle que le mot de « charlatanisme » est celui utilisé par le conseil de l’ordre des médecins dans certaines conditions, il n’a pas été sorti de leur chapeau par les auteurs de la tribune. L’homéopathie lui semble correspondre à la situation décrite.

Helène Renoux, homéopathe, conteste les études qui concluent à l’absence d’efficacité de ces produits et affirme au contraire qu’elle prescrit des médicaments qui ont un effet pharmacologique.

Bruno Falissard, biostatisticien, explique qu’en science on ne peut pas démontrer l’absence totale d’efficacité d’un produit. Il plaide pour l’utilité de médicaments-placebos dans la pratique médicale, car ils rendent des services aux patients.

Christian Lehman craint la logique de la pilule automatique alimentée par le recours au placebo. Au journaliste qui lui fait remarquer « Mais si ça fait du bien ? », il répond : « La musique me fait du bien aussi, je ne demande pas qu’elle soit remboursée. »

Hélène Renoux « Je suis très en demande d’étude dont la méthodologie serait adaptée pour évaluer le bénéfice de la médecine homéopathique. C’est une médecine exigeante, lente et individualisée. »

Elle nous explique donc que ce serait à la science de s’adapter à l’homéopathie, et pas à celle-ci de répondre aux exigences de la méthode admise par tous. Quelques minutes plus tard, pourtant elle prétend détenir des preuves scientifiques : « Il y a des méta-analyses qui ont été réalisées, en particulier par Robert Mathie en Angleterre. Il a pris toutes les études randomisées en double aveugle contre placebo de traitements homéopathiques individualisés et il a conclu que l’effet de l’homéopathie est supérieur à placebo. Ça marche mieux que le placebo, plus vite. »

Bruno Falissard : « Moi je crois que l’homéopathie n’a pas intérêt à se lancer dans des études randomisées face au placebo parce que de mon point de vue ce n’est pas la bonne question. Et il faudrait abandonner le mot placebo ; aujourd’hui on utilise « soins contextuels », eh bien je préfère ça. »

Christian Lehman insiste sur le fait qu’une individualisation du soin existe déjà de plein droit dans la pratique du médecin qui prend toujours en considération le vécu du patient et son contexte avant d’appliquer les consignes d’indication ou de posologie. Pour lui, il n’y a pas besoin d’une doctrine d’individualisation comme celle de l’homéopathie.

L’émission est plutôt bonne, mais elle souffre des limites du genre : les invités peuvent se contredire sur des éléments factuels, ou bien avancer des choses fausses sans que les autres n’ait forcément les moyens de rétablir les faits. C’est par exemple le cas avec l’étude de Robert Mathie citée par Hélène Renoux, un parfait exemple de cherry picking (cueillette de cerise) où l’on sort un petit bout de littérature comme si le reste ne comptait pas. Par ailleurs, je reviens sur ce que démontrent réellement les travaux de Mathie dans un chapitre du livre.

Soulignons l’incohérence de la position d’Hélène Renoux qui mélange deux stratégies des homéopathes. La première consiste à dire que cette discipline est trop subtile pour la méthode scientifique telle qu’elle existe aujourd’hui, et l’autre consiste à citer quelques rares études qui montreraient son utilité. Madame Renoux devrait choisir : ou bien la science est incompétente, ou bien la littérature est de son côté, elle ne peut pas jouer sur les deux tableaux et être prise au sérieux.


27 mars. Europe 1. Le débat d’Europe Soir — Les médecines alternatives, dont l’homéopathie, sont-elles de fausses médecines ?

Une émission débat où l’on retrouve des éléments et des arguments déjà cités plus haut.


27 mars 2018. Site du journal Le Quotidien du médecin — Tribune anti-homéopathie : des médecins disent avoir déposé des plaintes à l’Ordre

Le bref article relate le dépôt de plainte auprès de l’Ordre des Médecins de la part de L’Union collégiale conte les signataires de la tribune du 18.


28 mars. Institut pour la protection de la Santé Naturelle. Homéopathie, les médecins attaqués portent plainte !

Victimisation des homéopathes, victimes d’une « attaque violente et sectaire » et propos anti-scientifiques habituels de cet « institut » connu pour ses positions anti-scientifiques (et notamment antivaccin).


4 avril. Ip Réunion — Homéopathie : vraie arnaque ou vraie médecine ?

La parole est donnée à deux médecins, un pro-tribune et un homéopathe, le Dr Branlat qui affirme qu’on ne peut pas parler de placebo quand l’efficacité des traitements homéopathiques est démontrée sur plusieurs centaines de patients souffrant de la même pathologie : « Ces traitements ont montré leur efficacité sur des enfants, et même sur des animaux. »

Il dénonce le « manque de déontologie » des auteurs de la tribune que représente le fait de qualifier l’homéopathie de dangereuse et d’ésotérique. Il glisse ensuite vers un type de soupçon qui ne l’honore pas « Ce sont des ignorants. Le tout est de savoir s’ils sont réellement ignorants ou s’ils y ont un autre intérêt. » et estime que « la France est aussi fermée aux médecines alternatives. »

Article faussement équilibré.


6 avril. RFI — Faut-il condamner les médecines alternatives?

Débat avec Daniel Scimeca, médecin homéopathe, président de la fédération française de la société d’Homéopathie, et Céline Berthié, médecin généraliste et signataire de la tribune parue dans Le Figaro. On retrouve tout une série de sophismes dans la bouche du Dr Sciméca dont on peut s’attendre à ce qu’ils fassent malheureusement illusion auprès des auditeurs. Cette émission est le parfait exemple du faux équilibre, aussi appelé asymétrie de Brandolini : le discours vrai ne peut pas se permettre les raccourcis, figures de styles et effets de manche du discours de type bullshit 9

Journaliste — « L’homéopathie s’appuie sur quelles preuves ?

D. Sciméca — J’ai le même diplôme que mes confrères. Je n’ai pas de leçon de médecine à recevoir. (…) vous clivez (…) votre tribune m’a plus surpris qu’attristé car ce sont des arguments qu’on entend depuis longtemps. Nous sommes aujourd’hui à l’heure de la médecine intégrative.

Journaliste — Quand le conseil scientifique des académies des sciences européennes estime qu’il n’y a aujourd’hui pas de preuve de l’efficacité de l’homéopathie, qu’est-ce que vous répondez ?

D. Sciméca — Moi, j’ai pas peur des acronymes et des académies. Je regarde. Je suis un scientifique, vraiment. (…) en ce qui concerne les niveaux de preuve, je suis désolé, mais c’est pas avec des acronymes qu’on se bat, c’est avec des études. (…) l’étude EPI3 n’a pas été financée par Boiron[8] c’est une étude pharmaco-épidémiologique, si vous l’avez bien lu on ne peut plus avoir le même regard sur l’homéopathie après avoir lu EPI3 avec honnêteté scientifique en regardant les faits. »

S’ensuit une description de l’étude…

C. Berthié — « C’est une collection de cas cliniques. C’est une observation. Une étude pour prouver quelque chose doit être randomisée.

D. Sciméca — Vous prenez les patients pour des imbéciles (…) vous pensez qu’ils sont suffisamment bêtes pour ne pas faire la différence.

C. Berthié — Ce n’est pas une question de bêtise, c’est une question de culture médicale et il y a des gens qui ne comprennent pas ce qu’est un niveau de preuve. (…)

D. Sciméca — Ne faites pas de hold up sur la science, elle ne vous appartient pas à vous toute seule. (…) depuis deux siècles si c’était de la poudre de perlimpinpin ça se saurait. (…) 50% des français ne sont pas des imbéciles, donc si depuis deux siècles ils y sont attachés c’est parce qu’ils ont des résultats.

(…)

Journaliste — Le Centre Contre les Manipulation Mentale estime que les médecines alternatives constituent une porte d’entrée vers les dérives sectaires.

D. Sciméca — Ben écoutez… Une porte d’entrée par où ? Je répète encore : nous sommes des médecins. Il ne faut pas confondre les non médecins qui proposent tout un tas de choses avec la pratique médicale d’approches alternatives. Cette approche alternative, en plus elle est plébiscitée et par le public et par les services hospitaliers. »

Il ne doit plus être utile de souligner les sophismes employés, ce sont toujours les mêmes. On notera tout de même la facilité avec laquelle Daniel Sciméca esquive les questions pour marteler l’argument qu’il voulait faire passer ce jour-là : les homéopathes sont des médecins, donc l’homéopathie est de la médecine. Le reste ne serait que littérature, en quelque sorte. Une rhétorique dévastatrice, car en effet l’auditeur lambda veut qu’un médecin lui parle médecine, et pas statistique. Et pourtant…


10 avril. La Croix — Faut-il en finir avec l’homéopathie ?

L’article présente le point de vue des anti #FakeMed, puis celui des homéopathes.

Le SNMHF : « L’homéopathie donne satisfaction à des millions de patients en France, bien plus encore dans le monde (…) J’aimerais dire aux signataires que les milliers de médecins qui utilisent l’homéopathie sont tout aussi compétents qu’eux. »

L’avis du laboratoire Boiron est demandé ; pour les labos les produits homéopathiques représentent un « coût faible pour l’assurance-maladie puisqu’ils ont représenté 0,29 % des remboursements » de médicaments en 2016, c’est-à-dire la modeste somme de de 56 millions d’euros sur un total de 19 milliards. L’article ne précise pas qu’il faut ajouter le coût à la charge des mutuelles.

Le laboratoire précise comme d’habitude que 25 % des généralistes et 75 % des sages-femmes prescrivent très régulièrement de l’homéopathie, et que 50 % des Français y ont déjà eu recours. 

« Ce n’est quand même pas sans raison si autant de patients se tournent vers l’homéopathie », lance le docteur Antoine Demonceaux, généraliste homéopathe à Reims. Au cours de sa carrière longue de 35 ans, il a vu sa patientèle s’accroître. « Au début, c’était plutôt des classes moyennes supérieures assez bobos et intellos. Aujourd’hui, toutes les catégories sociales viennent me voir ».

L’article couvre également le point de vue des signataires de la tribune en restituant les contenus des interventions de Jérémy Descoux et Christian Lehman dans les jours précédents. On rappelle que l’ordre des médecins a demandé son avis à l’Académie de médecine… qui l’avait déjà donné en 2004.


11 Avril. Le Figaro — Appel des 124 contre les «médecines alternatives» : premières plaintes contre les signataires

Les premières plaintes nominatives ont été envoyées au CNOM. Le Dr Meyer Sabbah, médecin généraliste adepte des médecines alternatives et président de deux des organisations syndicales à l’origine de la plainte fait une annonce digne d’un preneur d’otage : « Nous allons ensuite tirer au sort deux médecins dans la liste tous les quinze jours pour de nouvelles plaintes. »


11 avril. RMC. Agnès Buzyn chez J-J Bourdin :

Madame la ministre : « L’homéopathie est la seule [des pratiques de soin non conventionnelles] à être remboursée. Les français y sont attachés. C’est probablement l’effet placebo. Si ça permet d’éviter des médicaments toxiques, je pense que nous y gagnons collectivement. Ça ne fait pas de mal. (…) Si ça continue à être bénéfique, sans être nocif, ça continuera à être remboursé. »


12 avril. Le Monde — Des médecins portent plainte au conseil de l’ordre après une tribune contre les médecines alternatives

L’article relaie d’abord l’information du Figaro : « des organisations syndicales de médecins homéopathes, mésothérapeutes ou d’acupuncteurs ont déposé plainte auprès du conseil de l’ordre de la profession contre 10 des 124 signataires – cinq médecins qui se sont exprimés dans les médias après la publication de la tribune, et cinq autres l’ayant signée. (…) Les syndicats reprochent des propos « offensants, diffamatoires et même insultants » et « contraires aux principes déontologiques de confraternité, de considération de la profession », rapporte Le Figaro. Ils demandent des « excuses publiques »

Vincent Ropars, l’un des signataires de la tribune qui devra s’expliquer devant le conseil de l’ordre des médecins, et médecin généraliste remplaçant dans le Finistère, se dit« fier de ce qui [lui] arrive » sur Twitter : « Si des contradicteurs amènent les débats sur le terrain de la plainte ordinale, c’est parce que probablement aucun argument valable ne leur paraît possible d’amener sur le terrain du débat public. »


12 avril. BFMTV — Des médecins visés par une plainte après avoir signé une tribune contre les médecines alternatives

L’article, de bonne qualité, relate la plainte et l’avis du conseil des Académies des sciences émis en 2017.


12 avril. Science et avenir — Agnès Buzyn favorable au remboursement de l’homéopathie malgré un « probable effet placebo »

Etat des lieux de la polémique et citation du site du ministère de la santé avec un avis datant de 2016 : « L’utilisation des médicaments homéopathiques ne s’appuie pas (…) sur la médecine basée sur les preuves, mais sur la notion d’usage traditionnel » et de ne jamais l’utiliser en remplacement des médicaments dans les « maladies graves telles que le cancer » sous peine d' »interférer de façon préjudiciable sur l’évolution de ces pathologies ». »


13 avril. Le Figaro Santé — Comme le dit Agnès Buzyn, l’homéopathie est-elle vraiment sans danger?

L’article reprend les déclarations de la ministre sur RMC deux jours plus tôt, et en particulier une idée très répandue sur l’homéopathie, mais aussi très contestée, qui est que cela « ne fait pas de mal ».

Le Pr Jean-François Bach, membre de l’Académie des Sciences, est interviewé : « Il y a toujours un risque de détourner le malade de traitements réellement efficaces. »

« L’homéopathie peut avoir un effet nocif en retardant la consultation d’un médecin ou en dissuadant le patient de rechercher les soins médicaux appropriés, qui seront basés sur des preuves scientifiques», expliquaient en 2017 les experts des Académies des sciences européennes

Un bon article qui apporte une information scientifique.


13 avril. Le Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF) envoie une lettre recommandée au Conseil national de l’ordre des médecins.

La plainte s’avèrera irrecevable, car «Il ne peut pas y avoir d’action de groupe et une plainte ne peut être déposée qu’à l’encontre d’un individu, et à l’échelon départemental.»


13 avril. Slate — Fake médecines, vraies questions de société

Article très complet qui récapitule les évènements qui ont suivi la publication de la tribune puis Propose l’interview de Juliette Ferry-Danini, philosophe des sciences. Elle montre la pertinence des préoccupations mise en avant par la tribune et la faiblesse des réponses qui lui sont apportées : « [Selon] les philosophes Tom L. Beauchamp et James F. Childress, il y a quatre principes en tension qu’il faut s’efforcer de faire cohabiter en médecine : le respect de l’autonomie du patient (information et respect des choix), la bienfaisance (promouvoir ce qui est le plus avantageux pour le patient), la non-malfaisance (éviter de causer un préjudice) et enfin, la justice (établir des priorités dans l’allocation des ressources). Dans leur tribune, on constate que les auteurs plaident clairement en faveur de l’autonomie du patient (en valorisant l’information sur l’homéopathie), leur démarche s’intéresse aussi à la justice (en demandant à ce que les ressources allouées à l’homéopathie soient détournées vers des dispositifs mieux éprouvés), ainsi qu’à la bienveillance (en souhaitant valoriser les traitements les plus efficaces pour le patient). Leurs arguments sur la non-malfaisance, c’est-à-dire sur les dangers de l’homéopathie, sont sans doute les moins solides, donc les plus souvent attaqués par leurs contradicteurs. Mais on n’a pas besoin de valider tous les critères pour pouvoir trancher : il est suffisant de reconnaître que l’autonomie et la justice sont bafouées par les médecines qui ne montrent pas leur efficacité.»

Un très bon article qui place la réflexion scientifique et épistémologique au cœur de la question de ce que l’on sait à propos des pratiques thérapeutiques.


19 avril. Europe 1 — Agnès Buzyn : « Nous allons fluidifier l’accès à l’hôpital »

La ministre : « En tant que scientifique je considère que l’homéopathie ne peut pas fonctionner autrement que par effet placebo. (…) Si on doit se poser la question du remboursement de l’homéopathie, on doit plus généralement se poser la question du remboursement de médicaments très peu efficaces. »

Et l’hôte de l’émission, Patrick Cohen, de réagir « Et bien voilà. Oui…. Non ? »

La ministre explique que ce n’est pas une priorité car l’économie engendrée serait très faible. On constate que l’argument spontané est budgétaire, et que la femme politique refuse d’aller au bout de la logique qu’elle a elle-même expliquée.


26 avril. Le Figaro. Toc toc docteur — Homéopathie : retour sur une tribune polémique

Une émission qui informe bien le public et remplit donc parfaitement son rôle.

Les invités : le médecin Christian Lehman et la philosophe des sciences Juliette Ferry-Danini sont tous les deux critiques envers l’homéopathie. Les journalistes présents expliquent le principe de la dilution hahnemanienne et la dérogation dont jouissent les produits homéopathiques pour être mis sur le marché, mais aussi l’histoire de la mémoire de l’eau et le principe du placebo.

Christian Lehman donne l’exemple de l’Espagne où les Universités qui avaient ouvert des diplômes d’homéopathie il y a quelques années ont ensuite pris la décision de les fermer.

Ajoutons l’exemple du Georgian college, à l’université de l’Ontario au Canada, qui a fermé son diplôme d’homéopathie en février 2018. Sur ce dossier, Joe Schwarcs, directeur du bureau Science et société de l’Université McGill déclare : « Qu’à notre époque, avec tout ce que nous connaissons de la science, une tartufferie vieille de deux cent ans soit légitimée et scandaleux. (…) Laisser les étudiants traverser trois ans d’absurdités afin qu’ils puissent aller pratiquer des traitements placebo est totalement injuste envers eux, et c’est injuste envers le public. »

Enfin, C. Lehman précise que beaucoup de psychothérapies efficaces ne sont pas remboursées, pas plus que les consultations chez les nutritionnistes, tandis que d’autres soins sans efficacité sont remboursés, qu’il s’agisse des médicaments anti Alzheimer… ou de l’homéopathie.


30 avril. Reporterre — Efficace et bon marché, l’homéopathie est la bête noire de l’industrie pharmaceutique

Article de mésinformation, une habitude de la part de ce site qui carbure souvent en suscitant la panique. L’auteur, Patrice Rouchossé, est vétérinaire depuis 25 ans. Il pratique l’homéopathie auprès d’éleveurs en recherche de solutions alternatives. L’article tout entier est coloré de conspirationnisme : Big Pharma et son lobby tentent de détruire l’homéopathie.


3 mai. Contrepoints — Homéopathie remboursée : à quoi joue donc Agnès Buzyn ?

Dans cet article d’opinion, le docteur Richard Guédon autopsie la rhétorique de Boiron :

« Boiron met en avant, à défaut d’une efficacité improuvable par définition, « l’efficience » de l’homéopathie, autrement dit : nos produits ne sont pas plus actifs qu’un placebo, mais ils ont quand même une certaine efficacité puisqu’un placebo est actif.

Or un placebo ne peut être nocif, puisqu’il n’y a pas de produit actif dedans, donc nos produits sont légèrement actifs, comme le placebo mais non nocifs, ils sont donc supérieurs aux produits véritablement actifs, qui payent leur efficacité par des effets secondaires.

Au total, le Laboratoire Boiron et la Ministre tiennent aux médecins le raisonnement suivant : pour être sûrs de ne pas nuire à vos patients prescrivez des substances inactives. Nous touchons là le fond de l’absurdité du principe de précaution anti scientifique qui sévit un peu partout aujourd’hui. »


4 mai. Le Figaro Santé — Tribune contre les médecines alternatives : nouvelles plaintes contre les auteurs

On explique que le SNMHF ne peut porter plainte en une seule fois contre le groupe des signataires de la tribune et qu’il va devoir les attaquer individuellement pour « non-confraternité et non-respect du code de déontologie ».

« Je constate que ceux qui nous attaquent ont choisi de ne pas le faire sur le fond scientifique de nos propos, à savoir l’absence de preuve de l’efficacité des médecines alternatives, mais simplement sur la forme, par la voie d’une procédure auprès du Conseil de l’ordre», regrette le Dr Jérémy Descoux, membre des 124.


7 mai. Société Savante d’Homéopathie. Communiqué. Homéopathie : un appel à la raison

« Notre double formation, conventionnelle et complémentaire, nous permet justement de conseiller au mieux les patients, afin de leur éviter de s’égarer sur des chemins hasardeux (…) C’est pourquoi nous refusons d’être confondus avec des « charlatans en tout genre ». Nous remercions vivement à cet endroit le Conseil National de l’Ordre des Médecins pour la prise de position exprimée dans son communiqué de presse du 22 mars 2018. »


9 mai. Le Quotidien du médecin — Fake médecines » : le syndicat des homéopathes veut porter plainte contre chacun des 124 auteurs de la tribune

L’article précise la position du président du SNMHF par la voix de son président, Charles Bentz : « nous attendons une sanction ». Il demande le retrait de la tribune qu’il juge « diffamatoire » et exige des « excuses publiques et tout aussi médiatisées que la tribune ». Sur la nature de la sanction : « laissons faire le Conseil de l’ordre. »

Lors d’une plainte, le CNOM organise toujours une séance de conciliation. Les plaignants ont informé qu’ils ne s’y rendraient pas tant que des excuses publiques ne leur seront pas présentées. « C’est une faute déontologique de leur part de ne pas vouloir trouver un terrain pour discuter », répond Jérémy Descoux.


17 mai. Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes — Des scientifiques en marche contre les pseudo-médecines

L’UNADFI s’intéresse à la question car elle sait combien les « médecines douces », « thérapies alternatives » et autres mouvements non médicaux liés à la santé et au bien-être sont propice aux abus et aux dérives de nature sectaire.


21 mai. France Culture — Médecines alternatives, je soigne moi non plus

Mise en avant du besoin de croire, de la dimension spirituelle à côté de l’importante rationalité.


23 mai. Le Monde — « Homéopathie : l’étrange exception française »

 (Pas accès à la totalité de l’article)


24 mai. LCI — Homéopathie : face aux menaces sur le remboursement, les homéopathes répliquent

Le docteur Florence Paturel, médecin à Vannes et secrétaire générale du Syndicat national des médecins homéopathes français nous explique que l’homéopathie fait partie intégrante de la médecine et affirme son efficacité avec deux exemples pour lesquels on souhaiterait consulter les sources : « En France, si on prescrit de l’homéopathie sans être médecin cela s’apparente à de l’exercice illégal de la médecine. On est donc très loin du charlatanisme en question. (…) On sait, par exemple, que les sages-femmes qui prescrivent de l’homéopathie disent que les femmes accouchent de façon beaucoup plus douce et plus rapide. Par ailleurs, de nombreux chirurgiens prescrivent de l’homéopathie avant leurs opérations car ils savent que la récupération du patient sera bien meilleure. » Puis elle cite la fameuse étude EPI3

Un autre médecin d’orientation homéopathe vient plaider l’impossibilité de tester l’homéopathie comme les autres médecines en raison de l’individualisation des soins qui interdirait les études en double aveugle.

L’article est tout entier au service du discours pro-homéopathie.

24 mai. France Inter — Le Grand Entretien avec Agnès Buzyn.

Agnès Buzyn, au sujet des vaccins : « Il faut voir réapparaître la rationalité et la vérité dans le débat public. »

Un vœu qu’il faut conjuguer avec l’homéopathie, ce à quoi elle semble déterminée : « L’homéopathie pourrait rentrer dans le droit commun et être évaluée scientifiquement. Si elle est utile, elle restera remboursée. Si elle est inutile, elle arrêtera de l’être. (…) Le problème de l’homéopathie est qu’elle n’a jamais été évaluée comme les médicaments. »

Cette dernière phrase ne signifie pas que les études n’existent pas, car la ministre de la santé ne peut pas ignorer ce qu’il en est. Ce qu’il faut entendre, c’est que les autorités de santé n’ont jamais fait leur travail : évaluer les produits homéopathiques comme n’importe quel autre médicament. Cette mise au point a son importance.


24 mai. Allô Docteur — Agnès Buzyn : « On a décidé de rembourser l’homéopathie sans aucune évaluation scientifique »

L’article revient sur cette déclaration et rappelle l’état des connaissances. En fait cette citation, signifie que la ministre prend acte que la décision de remboursement n’avait pas de fondement scientifique.


25 mai. Le Monde — Homéopathie : Agnès Buzyn évoque une évaluation scientifique

L’article reprend les déclarations de la veille de la ministre. L’article informe bien en rappelant les chiffres que représente le remboursement même partiel de l’homéopathie en France.


25 mai. BFMTV — Vers la fin du remboursement de l’homéopathie?

Simple résumé de la polémique et de la position de la ministre.


13 juin. Haute autorité de santé.

De manière discrète, sans réellement entrer dans le débat, la HAS a laissé fuiter son avis sur l’homéopathie en publiant une fiche sur le produit « Aesculus » des laboratoires Boiron suite à une demande de renouvellement d’inscription au dossier des médicaments remboursés par la Sécurité Sociale : « La Commission s’étonne du maintien du taux de remboursement à 30% des médicaments homéopathiques à nom commun compte tenu du taux de remboursement à 30% voire 15% de médicaments ayant fait la preuve de leur efficacité. » La même remarque figure le même jour sur la fiche du produit « Hamamelis » des mêmes laboratoires.

La HAS s’est ensuite abstenue de donner un avis sur ce renouvellement alors que la règlementation les y oblige en temps ordinaire. La déclaration va passer inaperçue pendant plus d’un mois…


15 juin. Libération — « Homéopathie : la guéguerre repart à pleins tubes »

Avec 2 mois de retard, Libération couvre l’affaire de la tribune (qualifiée de « brûlot ») avec une grande désinvolture, comme si le sujet ne méritait pas qu’on s’y intéresse : « Ce sempiternel débat s’est pris un sacré coup de jouvence le 19 mars. Dans le Figaro, une tribune au vitriol signée par 124 médecins au passé plutôt respectable étrillait les médecines alternatives, avec l’homéopathie pour cœur de cible. Comme s’il y avait péril en la demeure, perdant toute nuance, les signataires parlent de « fake medicines », évoquent des pratiques «ésotériques», «sans aucun fondement scientifique», «nourries par des charlatans» et «basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse». »

« Comme l’a déclaré au Monde, le 23 mai, le très silencieux Christian Boiron, patron du leader mondial du médicament homéopathique, tout cela n’a pas beaucoup d’importance : «Ces polémiques n’intéressent pas grand monde. Peut-être un microcosme. Cela ne change pas un gramme des granules que nous pouvons vendre ou ne pas vendre.»

Cet article ne respecte pas l’enjeu de l’affaire et fait de Christian Boiron une sorte de sage au-dessus de la mêlée, indifférent à ces vitupérations inutiles.


15 juin. Libération — Jean-François Masson : «Réduire l’homéopathie à un effet placebo ne tient pas»

Libération persiste et signe avec une interview qui donne le beau rôle aux homéopathes au mépris des connaissances scientifiques. La journaliste Sabrina Champenois fait sienne le mot allopathie tout au long de ses phrases pour incriminer « La tribune parue dans le Figaro, texte d’humeur, de haine et de mépris, [qui] est vide, dépourvue de chiffres et mensongère. »

L’homéopathe Jean-François Masson a toute latitude pour décocher l’argument fallacieux de l’expérience personnelle : « Par exemple, je vois des gosses en octobre qui ont fait l’année précédente quinze otites avec des consultations de généralistes, de pédiatres, d’otorhinos, avec des prises d’antibiotiques, et qui en quelques mois sont vraiment guéris. Quand j’ai été nommé à Bichat en gynécologie, payé par l’Assistance publique, j’ai appliqué l’homéopathie aux cystites et aux mycoses à répétition. Je les guérissais en une heure ou deux avec des granules, et en traitant le terrain, la répétition disparaissait. »

Ce que ce monsieur aurait dû fournir, ce sont les études qui valident l’efficacité de l’homéopathie pour soigner les otites, les cystites, les mycoses… car son appréciation personnelle pourrait bien, comme celle de n’importe qui, être biaisée. On observe que le niveau d’efficacité qu’il allègue n’a rien de subtil et d’inaccessible à la preuve scientifique.

L’article est très critiqué par le milieu sceptique et scientifique sur les réseaux sociaux. La journaliste Sabrina Champenois y répond en ces termes le 16 juin sur twitter : « C’est émouvant, cette communauté d’esprits obtus #émotion. Et tous les Français qui recourent à l’homéopathie sont juste des décérébrés de première catégorie, allez un bûcher pour les médecins qui osent la pratiquer » Suivent trois émoticones de mains qui applaudissent. Nous vous laissons le soin de détecter le sophisme ici employé.


19 juin. Conseil National de l’Ordre des Medecins. Mise au point

Le désaveu de l’homéopathie est feutré, mais il est bien là : « Le Conseil national rappelle toutefois que le code de la santé publique relatif à la déontologie médicale interdit de présenter comme salutaires et sans danger des prises en charge ou des thérapeutiques non éprouvées.

Tel est le cadre déontologique qui s’impose à tous. »


19 juin. Le Figaro Santé — L’Ordre des médecins prend position contre l’homéopathie

Analyse du communiqué du CNOM : « L’Ordre précise également – et c’est la première fois – que la délivrance d’un tel traitement ne peut se faire qu’après avoir « délivré au patient une information loyale, claire, et appropriée ». En d’autres termes, le médecin doit prévenir les patients que l’efficacité de l’homéopathie est au mieux équivalente à un placebo, au pire nulle, avant de leur en prescrire »


19 juin. Science et avenir — « Médecin homéopathe, ça n’existe pas » pour l’Ordre des médecins

Le titre est une citation de Jacques Luca, vice-président du CNOM, lors d’une conférence de presse au sujet du communiqué de l’ordre : « J’espère que les universités en tireront les conclusions », ajoute le président de l’Ordre, Patrick Bouet, en évoquant les formations universitaires en homéopathie, non reconnues.


19 juin. Le Parisien — Pour l’Ordre des médecins, l’homéopathie est une pratique «non éprouvée»

« Coup de grâce, l’instance plaide pour la disparition de la mention « homéopathie » des plaques des médecins, sauf si elle est précédée de la mention « médecin généraliste » ou « médecin cancérologue ». Après la tribune des 124 médecins, des syndicats de médecins homéopathes et autres avaient déposé plainte au Conseil de l’Ordre contre plusieurs signataires. Ils savent maintenant ce que l’Ordre en pense. »


19 juin. Le Point — L’Ordre des médecins prend ses distances avec l’homéopathie

Compte rendu de la position du CNOM.


21 juin. France Info — Effet placebo ou réelle efficacité ? Voici ce que la science nous dit sur l’homéopathie

Bon article sur l’effet placebo et l’absence d’effet spécifique de l’homéopathie.


26 juin. Le Républicain Lorrain — Homéopathie : les petits granulés blancs en question

Cet article reprend les éléments de langage des pro-homéopathes sans distance critique ni référence à l’état de l’art. Il ne remplit donc pas son rôle d’information du public.

« Cette pratique qui repose sur la dilution forte de différents principes actifs ne répond pas aux critères, molécule par molécule, des tests scientifiques dédiés à l’allopathie. « Ils estiment que quelque chose que l’on ne peut pas quantifier ne peut pas marcher, s’étonne le Dr Maire. Or, l’homéopathie induit un processus, alors que le médicament induit de la chimie. C’est un processus informatif, envoyé dans le corps et qui peut déclencher immédiatement une réaction. Mais au moins, ça ne nuit pas. »

« Quand j’étais jeune et bête, à titre personnel, je n’y croyais pas, ose Laurent Jacques, pharmacien à Nancy (…) « Il est reconnu que les Français consomment trop de médicaments, qu’il n’y a pas assez de prévention. L’homéopathie fait partie des alternatives et ne coûte pas grand-chose. » Un peu de rondeurs dans cette polémique. »


26 juin. Le Point — TRIBUNE. L’homéopathie ne peut pas faire de mal, vraiment ?

Analyse pertinente des discours et des croyances au service de l’homéopathie. Premier argument, celui qui veut que l’homéopathie coûte moins cher

« L’épargne médicamenteuse alléguée grâce à l’homéopathe n’est pas démontrée. Cette idée préconçue est remise en cause par une récente étude de la CNAM : sur une année (2011-2012) de produits homéopathiques prescrits et remboursés, sept fois sur dix un médicament allopathique figurait aussi sur l’ordonnance. Ces données vont contre mais ne réfutent pas formellement l’argumentaire de l’épargne ; elles soulignent par contre la nécessité de sortir d’une idée préconçue et de disposer de données factuelles. »

La tribune insiste sur le danger d’une dépendance médicamenteuse… y compris à un produit placebo. L’homéopathie pourrait donc faire partie des causes des problèmes de surmédicamentation en France. Et cela contredit singulièrement les idées reçues sur la question.

« En effet, une prescription médicamenteuse n’est a priori à effectuer que si elle est pharmacologiquement utile. Il y a déjà suffisamment de produits sans activité thérapeutique réelle dans la pharmacopée française pour ne pas en rajouter »


29 juin. Le Quotidien du médecin — Tribune contre l’homéopathie : l’Ordre du 92 s’associe à la plainte contre un généraliste signataire !

 « Le Quotidien » obtient des explications du président du conseil départemental, le Dr Christian Hugue, phlébologue. Il souligne que la transmission de la plainte est une procédure obligatoire. Le conseil ordinal n’est pas obligé de s’associer à la plainte, mais dans ce cas, il a voulu condamner « la démarche anticonfraternelle du médecin généraliste »« La décision de s’y associer a été votée à l’unanimité en conseil ordinal ». « Je ne soutiens ni les médecins généralistes ni les médecins homéopathes. Mais nous ne trouvons pas normal que les médecins se tapent les uns sur les autres comme cela. »


22 juillet. Le Généraliste — Évaluation de l’homéopathie : le ministère de la Santé n’a pas encore saisi la HAS

 « Agnès Buzyn avait indiqué le 25 mai que l’homéopathie ferait « l’objet d’une évaluation » cet été par la Haute autorité de santé (HAS). » Or, selon l’article, ce ne serait pas encore fait officiellement.


23 juillet. Site Pourquoi docteur — Homéopathie : la Haute autorité de santé tacle le remboursement

L’avis émis discrètement par la HAS le 19 juin est enfin détecté et révélé au public.


25 juillet. Le Quotidien du médecin — La HAS « s’étonne » du maintien du remboursement de certains médicaments homéopathiques

Idem.


26 juillet. France Info — Le syndicat des homéopathes porte plainte contre les 124 professionnels de santé signataires d’une tribune contre les « médecines alternatives ».

Les 124 publient sur les réseaux les courriers afférents aux plaintes qu’ils reçoivent.


27 juillet. Figaro santé — L’appel de 124 professionnels de la santé contre les «médecines alternatives»

Nouvel article qui rappelle l’ensemble de l’affaire. Le Figaro assure la présence de cette affaire dans les médias et assume son rôle de journal où la polémique a débuté.


27 juillet. Science et avenir — Tribune anti-homéopathie : les adeptes portent plainte auprès de l’Ordre des médecins

Information sur la poursuite de la campagne de plaintes contre les auteurs.


27 juillet. Libération — Les homéopathes saisissent l’Ordre des médecins après une tribune anti-homéopathie dans le «Figaro»

Le récit de la plainte est livré du point de vue des homéopathes. Libération confirme son parti pris.


28 juillet 2018. Le parisien — Homéopathes contre médecins classiques : « Ils nous ont traités de charlatans »

Après l’habituelle victimisation, Charles Bentz, président du SNMHF, assène : « Allez dire à près de la moitié des Français que l’homéopathie ne sert à rien… » ; pur sophisme d’appel à la population (Ad populum). Un élément classique de la rhétorique des pro-homéopathie.


29 juillet. France Inter — C’est la guerre des blouses blanches !

Minuscule chronique qui rappelle la plainte devant le CNOM


31 juillet. Le Monde — « Après une tribune visant les médecines alternatives, les homéopathes saisissent l’ordre des médecins »

Les plaintes arrivent chez les 124.


2 août. La Croix — Les tensions autour de l’homéopathie se poursuivent

Bon article qui commence par offrir un droit de réponse au sophisme du 28 juillet.

François Loez, médecin à Lomme (Nord) et signataire du texte : « Nous n’avons pas attaqué des gens, mais une pratique ». Il se félicite que la tribune ait contribué à ouvrir un débat dans la société.

Mais la parole est malgré tout donnée à Charles Bentz : « La discussion autour de l’homéopathie n’est pas nouvelle, mais cette violence contre nous est inédite ». Pour lui les plaintes ordinales sont parfaitement justifiées parce que : « C’est une affaire de principe. On ne peut pas impunément laisser dire tout et n’importe quoi. Il n’est pas admissible que les signataires de cette tribune veuillent dénier notre titre de médecins : nous avons tous suivi des études médicales complètes. »


2 août. La Voix du Nord — Convoqué devant l’Ordre des médecins pour une tribune hostile à l’homéopathie

Brève sur Matthieu Calafiore, médecin généraliste à Wattrelos, membre des 124.


2 août. Consalud (journal espagnol) — « Los estudiantes de Medicina denuncian las pseudoterapias »

Les choses bougent aussi en Espagne. Traduction par le groupe facebook « FakeMed » :

« Les futurs médecins dénoncent les pseudo-thérapies ou les thérapies alternatives sans fondement scientifique parce qu’ils considèrent qu’elles « nuisent gravement à la santé de la population en faussant et en interférant avec la pratique clinique « , comme l’a déclaré le Conseil d’État des étudiants en médecine (CEEM) dans une déclaration.

Dans la lettre, les étudiants en médecine ont déclaré :  » Nous sommes très inquiets des dommages causés par ce que l’on appelle les pseudosciences, car ce sont des pratiques sans fondement scientifique qui peuvent nuire gravement au patient et à la société, puisqu’elles sont fondées sur de fausses promesses et sur le charlatanisme. »

Afin de réaffirmer sa position sur les thérapies alternatives, le CEEM a mené le 14 juillet une campagne dans le centre de Madrid où des informations ont été fournies à la population. En outre, pendant les 7 sessions de formation 2.0, un espace a également été consacré aux pseudosciences avec Jerónimo Fernández Torrente, trésorier et coordinateur de l’Observatoire contre les pseudosciences, les pseudo-thérapies et l’exercice frauduleux de la médecine de l’Organización Médica Colegial (OMC).

Dans ce sens, le CEEM prévoit de mener une campagne au cours des trois prochains jours à travers ses réseaux sociaux pour expliquer le sens et les risques des thérapies alternatives, dans le même ton que celui du 19 juillet dernier sous le hashtag #StopPseudociencias.

En outre, les étudiants en médecine demandent au gouvernement et aux autorités compétentes de s’efforcer d’informer la population sur la réalité de ces pratiques et les dangers qui y sont associés. » »


8 août. France Info — Les Informés.

Cette émission désastreuse est un exemple hélas révélateur du paysage médiatique français où trop souvent des individus rassemblés sur un plateau s’expriment sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas avec un tel aplomb qu’on se dit qu’ils doivent bien savoir de quoi ils parlent. De toute évidence, les participants du 8 août ne sont pas informés et relaient des éléments de langage vus ailleurs. Le public ne sera donc pas informé non plus, mais croira le contraire, ce qui est potentiellement grave.

Christophe Pierrel, ancien chef de cabinet adjoint de François Hollande à l’Elysée est désormais à la succursale de la Caisse des Dépôts et Consignations en Savoie et enseignant à Sciences Po commence par affirme que les homéopathes sont des « médecins spécialistes » : « C’est des docteurs en médecine qui ont fait 10 ans d’études et qui à un moment, ont choisi cette spécialité-là, parce qu’elle est plus douce, parce que, justement, elle permet d’autres choses, mais c’est des gens aussi qui ne sont pas des dangereux ! » En réalité homéopathe n’est pas une spécialité médicale, et cet abus de langage démontre l’ambiguïté des DU d’homéopathie.

Julien Leclercq, éditeur et écrivain, s’exprime sur la tribune « (elle) est portée par des médecins qui sont très attachés à ce qu’ils ont appris à l’école et qui manquent cruellement de curiosité. (…) Il y a d’ailleurs une centaine de médecins qui ont publié une lettre ouverte dans Le Monde (en réalité dans le Figaro) il y a quelques mois mais d’une débilité profonde, pardon, et d’un aveuglement profond surtout, qui ont comparé les homéopathes à des charlatans. »

La troisième invitée, Patricia Balme, ex-journaliste et communicante politique, a le temps de donner son opinion selon laquelle l’homéopathie n’a pas plus d’effet qu’un placebo et constitue « une pharmacopée psychologique », mais aussitôt Christophe Pierrel la contredit en citant l’étude EPI3. (toujours la même étude qu’ils font mentir…)

Inarrêtable, il poursuit :

« Dans mon département, les Hautes-Alpes il y a des agriculteurs qui soignent leur bétail avec de l’homéopathie, donc c’est pas de l’effet placebo, c’est pas psychologique, alors à moins qu’on m’explique que les moutons chez moi savent ce qu’est un médicament, mais enfin… Ça veut dire qu’il y a des effets aussi chez les animaux, ça veut dire que c’est pas psychologique, ça veut dire qu’il y a d’autres ressorts. Il y a une chose qu’on ne dit pas dans l’homéopathie, c’est que c’est pas de la chimie, mais ça peut être aussi de la physique et que la question physique, elle peut aussi avoir des résonances sur le corps, et que ça on nous l’apprend pas à l’école. Et comme on ne l’apprend pas à l’école, et bah ça nous dépasse… »

Ensuite, Christophe Pierrel explique que les antidépresseurs ont beaucoup d’effets indésirables, défaut que n’a pas l’homéopathie : « J’ai ramené un tube d’homéopathie mais dessus, y’a pas 50 000 recommandations pour pas que ça fasse de mal. »

Patricia Balme — « Oui mais ça ne fait peut-être aucun effet »

Christophe Pierrel — « Y’a 50% , y’a exactement le même nombre de personnes qui se guérissent grâce à ça d’après l’étude que je viens de vous dire. Donc la preuve que ça marche. Cette question-là, je la trouve complètement déplacée dans un contexte où, en plus, on fait faire des économies à la sécurité sociale grâce à ça. »

C. Pierrel fait dire à l’étude EPI3 ce qu’elle ne dit pas.

Jean-Christophe Gallien, politologue et président de JCGA apporte ses lumières :

« C’est un peu l’idée qu’il y a aussi de l’alternatif à la chimie et à ce qui se passe ailleurs. Il faut savoir que le professeur Montagnier, celui qui a découvert le virus du SIDA en France et qui a été un des premiers acteurs sur le traitement, il travaille encore sur ce que l’on a pu appeler dans l’histoire ancienne la fontaine de jouvence, en fait que l’eau peut nous aider, nous soigner. Il travaille en ce moment à la programmation, entre guillemets, je vais le faire très simple, de l’eau et ce qui serait presque comme une solution presque extraordinairement gratuite au traitement d’un certain nombre de maladies, pour ne pas dire beaucoup, et donc on peut aller beaucoup plus loin que la chimie peut nous permettre de le faire aujourd’hui, l’homéopathie c’est un chemin. »

Cette salade purement pseudoscientifique s’étale à l’antenne sans aucune contradiction. Je rappelle que nous sommes sur le service public.

Julien Leclerq —« Alors, Patricia Balme, la prochaine fois que vous avez une migraine, mettez de la lavande fine sur vos tempes, ça marche très bien (rires) »

Après cela, Julien Leclerq livre une page de sa vie comme preuve de l’efficacité des « médecines alternatives ». Avec plus de pudeur que lui-même, nous n’y reviendrons pas.

Aucune information véridique, sourcée, contextualisée, n’est fournie aux auditeurs. Comment ne pas qualifier ce programme de mésinformation ? Et comment ne pas considérer que cela jette le discrédit sur tous les autres numéros de cette émission où l’on sera forcé de se demander si tous les invités ont ce niveau de compétence des sujets qu’on leur demande de traiter.


9 août. Europe 1 — Europe midi.

Dix minutes de débat animé par Marielle Fournier entre Daniel Sciméca, Président de la Fédération Française des Sociétés d’Homéopathie, et Jérémy Descoux.

D. Sciméca attaque bille en tête avec les éléments de langage que l’on connait, in extenso :

« On ne peut plus dire aujourd’hui, on en a un petit peu assez de ce sempiternel argument qui ne repose sur rien que l’homéopathie est comparable a un effet placebo. Je vous donne une étude qui est celle sur les hautes dilutions d’aspirine qui montre que l’aspirine à faible dose fluidifie le sang et qu’à dilution élevée, au contraire, elle facilite les caillots. Il y a tout un tas d’études, contrairement à ce qui se dit partout, parce que c’est facile qu’une académie de ceci ou de cela… une académie ce n’est pas une étude scientifique. Les études scientifiques regardées avec un œil honnête, par exemple l’étude EPI3 qui est la dernière et la plus parlante, montrent que l’homéopathie a une réelle efficacité. Donc nous ne comprenons pas pourquoi nous qui sommes dans la médecine conventionnelle, il n’y a qu’une seule médecine, moi je suis médecin, je vois des patients tous les jours que je soigne soit avec des médicaments homéopathiques soit avec des médicaments classiques. Je suis généraliste et il n’y a qu’une seule médecine. La tribune qui a été publiée n’est pas une tribune pour défendre la médecine conventionnelle mais, pourrais-je dire, pour traiter de façon extrêmement anticonfraternelle – je pèse mes mots– vingt mille médecins en France, qui prescrivent de l’homéopathie parce que c’est rationnel de le faire, parce que dans une période où la iatrogénie, les effets secondaires, les mésusages de médicament, on pourrait parler des somnifères on pourrait parler des antibiotiques, on pourrait parler d’un certain nombre d’objectifs de santé publique, c’est rationnel d’utiliser chaque fois qu’on le peut un médicament qui n’a pas d’effet secondaire, qui a une efficacité et qui est un médicament extrêmement sûr. D’ailleurs les Français ne s’y trompent pas, puisque un Français sur deux nous font confiance. Vous pensez bien que l’effet placebo à ce niveau-là, ça n’est pas possible. En tout cas ce que je voudrais souligner c’est le caractère très anti-confraternel, comme vous l’avez dit il y a une procédure en ce moment au niveau ordinal donc l’usage c’est de pas se prononcer sur une procédure en cours mais je pense que l’ordre des médecins fera son travail et qu’il va le faire dans les semaines ou les mois qui viennent. »

Jérémy Descoux dénonce le statut dérogatoire des médicaments homéopathiques remboursés sans preuve d’efficacité, Daniel Sciméca l’interrompt puis ne lui laissera plus l’occasion de développer une idée.

« Vous savez bien pourquoi on a besoin de ce statut dérogatoire, parce que nous avons une pharmacopée qui est complexe, qui contient un grand nombre de médicaments. Et faire une autorisation de mise sur le marché comme pour le paracétamol ou pour un antibiotique pour chacun des plus de mille sept cents médicaments à toutes les dilutions c’est matériellement impossible, vous le savez bien. (…) On est très contents que Madame la Ministre souhaite que l’homéopathie soit correctement évaluée à condition que l’on ne tombe pas dans le piège d’évaluer un médicament pour lequel chaque patient a son profil ­– et on ne peut pas faire des grands nombres, des grandes séries comme avec un antibiotique ou autre chose où on fait des groupes placebo et cetera– il y a la spécificité du patient. Chaque patient a son médicament. Si on nous propose des protocoles que nous permettent d’évaluer de façon honnête c’est-à-dire en respectant cette individualisation du patient, nous voyons cela d’un très bon œil parce que nous savons que ça marche. Nous savons que l’évaluation sera bonne si elle est honnête. »

L’argumentaire est redoutable : toute évaluation négative de l’homéopathie est… malhonnête. On retombe sur l’incohérence dénoncée chez Hélène Roux : Daniel Sciméca sait que l’homéopathie fonctionne (« vous savons que ça marche »), mais affirme que personne ne dispose d’une manière de le prouver. À son corps défendant, sans doute, ce médecin défend une forme de foi et non une conviction rationnelle. Sur ce que prouve l’étude EPI3 et l’étude de 1987 sur les effets des hautes dilutions d’aspirine, Cf mon livre.

Cette émission a laissé Daniel Sciméca dérouler l’entièreté de son discours en enchaînant les sophismes, les postures, les attaques, le cherry picking, sans que jamais il ne soit mis en difficulté ni rappeler aux exigences de la logique par les journalistes.


23 août. 20 minutes — Homéopathie: Le maintien ou non du remboursement de ces médicaments décidé fin février

« Faut-il rembourser les médicaments homéopathiques ? C’est ce que doit trancher la Haute autorité de Santé (HAS), saisie par le ministère de la Santé pour rendre un avis sur l’efficacité de l’homéopathie. Le rapport est attendu pour fin février. »


23 août. Le Parisien — Remboursement de l’homéopathie : des réponses attendues en février

Pour le Docteur Florence Paturel, médecin à Vannes et secrétaire générale du Syndicat national des médecins homéopathes français, « Il n’est pas question qu’on dérembourse les médicaments homéopathiques. (…) Rappelons que ce sont des médecins qui les prescrivent [les médicaments homéopathiques]. Et qu’ils doivent justifier d’un cursus d’enseignement d’homéopathie, validé dans une école reconnue par l’Ordre des médecins. »

On voit ici explicitement que le fait qu’il existe des filières universitaires enseignant l’homéopathie est brandi comme un argument qui validerait la scientificité de la doctrine. Quelques jours plus tard des universités vont y répondre.


24 août. Les Echos — Homéopathie : bientôt la fin du remboursement ?

L’article révèle un courrier du ministère de la santé à l’AFP daté du 1er aout : « Nous souhaitons recueillir l’avis de la commission de transparence quant au bien-fondé des conditions de prise en charge et du remboursement des médicaments homéopathiques. »


30 août. Sud Ouest — Homéopathie : la science attend des preuves

La parole à Céline Berthié, médecin généraliste attaquée devant le CNOM par les homéopathes : « Non-confraternité ou corporatisme ? En clair, ils estiment qu’on n’a pas le droit de critiquer des confrères : vrai. La meilleure façon d’éviter le débat de fond, c’est de critiquer la forme. J’ai signé parce que cette remise en question était urgente, je vois dans mon cabinet des patients qui s’automédiquent avec des trucs alternatifs, dont l’homéopathie, se substituant à des thérapies éprouvées, au risque d’un retard de prise en charge. Idem pour la vaccination. Des morts pourraient être évités. »


30 août. France Inter — Homéopathie et médecine classique : le conseil de l’ordre arbitre le match

Position victimaire de Christine Bertin-Belot, vice-présidente du SNMHF : « Ils n’ont pas utilisé le terme de diseurs de bonne aventure mais c’était quasiment ça. Ils ont leur opinion, d’accord, ça fait 220 ans qu’on entend les détracteurs de l’homéopathie. Mais déconsidérer comme ça des médecins, qui sont des médecins comme eux, qui ont fait les mêmes études qu’eux, c’est invraisemblable. »

Céline Berthié, signataire de la tribune : « On constate en cabinet la montée des pseudo-sciences, la montée de l’obscurantisme en santé. Si l’on veut pouvoir être crédibles contre les thérapies non prouvées, qui peuvent faire du mal aux gens, il faut que nous aussi médecins, on ne s’appuie que sur des choses prouvées. »

Le contenu de l’article est en total décalage avec son titre : « Sur le fond, le conseil de l’ordre refuse de se prononcer, prétextant qu’il n’en a pas l’autorité scientifique. »


31 aout. Déclaration du Doyen de la faculté de médecine de Lille.

La faculté vient d’annoncer la suspension de son DU d’homéopathie en attendant le rapport de la HAS.

Le Doyen : « Force est de constater que nous enseignons une médecine fondée sur les preuves – on tient à une rigueur scientifique, absolue –, et force est de constater qu’en parallèle l’homéopathie n’a pas évolué, que c’est une doctrine qui est restée en marge du mouvement scientifique, que les études sont rares sur l’homéopathie, qu’elles sont peu solides, maintenir notre enseignement serait le cautionner. »


31 aout. LCI — Les remèdes homéopathiques sont-ils des médicaments comme les autres ?

« Non, ce ne sont pas vraiment des médicaments » On nous présente le statut dérogatoire de ces remèdes. « N’oublions pas que nous sommes au pays du laboratoire Boiron, le leader de l’homéopathie dans le monde. »


1er septembre. Huffington Post — La fac de Lille suspend son cursus en homéopathie après le cri d’alarme de professionnels sur les « médecines alternatives »

L’annonce est faite via un tweet : « La Faculté de Médecine de Lille décide de suspendre son Diplôme d’Université d’homéopathie pour l’année universitaire débutante dans l’attente de la position de la H.A.S. et d’échanges nationaux sur l’encadrement de cette pratique et de son enseignement. »


2 septembre. France Info — Suspension du diplôme d’homéopathie à la faculté de Lille : « On est inquiets pour nos patients »

Déroulé du point de vue du docteur Didier Deswarte, vice-président du syndicat national des médecins homéopathes français

« Dans le débat de fond, nous sommes d’accord pour que l’homéopathie soit évaluée et nous tenons à participer à cette évaluation, mais elle doit être faite avec nos critères qui nous sont propres, un médicament homéopathique n’est pas la même chose qu’un médicament chimique, c’est une complémentarité. (…) Il faut que les bases scientifiques s’adaptent à notre modèle, nous avons aussi des références scientifiques sur le mode d’action du médicament homéopathique qui n’est pas le même que le médicament chimique. »

C’est l’un des refrains des homéopathes : leur discipline est tellement subtile qu’elle exige que la science s’y adapte. C’est un subtil argument de l’ignorance (ce qui est un sophisme) : la science ne saurait pas faire, serait incapable d’apporter les preuves… Et alors on se demande comment les homéopathes sont en mesure d’être si sûrs d’eux. D’où tirent-ils une connaissance dont ils affirment que la science est impuissante à la fournir ?


2 septembre. Syndicat National des Médecins Homéopathes Français. Communiqué de presse.

« Alors que des milliers de médecins et des millions de Français sont attachés à la place de l’homéopathie au sein de notre système de soins, le SNMHF dénonce l’esprit de « chasse aux sorcières » qui se met insidieusement en place et qui tourne le dos à la vision d’une médecine intégrative et réconciliée, telle que la pratiquent les médecins homéopathes dans notre pays. »


3 septembre. France Inter — Qu’est-ce qui nous pousse vers les médecines parallèles ?

La journaliste Fabienne Sintes ouvre son antenne aux témoignages. On sait que le témoignage est le mode de diffusion des rumeurs, des intox et des croyances. Il faut écouter les témoignages, mais ne pas imaginer qu’ils prouvent que le contenu d’une croyance est vrai. Premier témoignage : « Laissez-nous tranquille. Laissez-nous choisir la méthode qui nous soulage. »

Sur le plateau, les invités sont toutefois des spécialistes qui abordent la question avec pédagogie.

Bruno Falissard, pédopsychiatre, professeur de biostatistique, praticien hospitalier, directeur de l’unité INSERM U669 (santé mentale de l’adolescent) : « C’est parce que c’est une question d’éthique qu’il y a autant de tension. »

Yannick Schmitt, médecin, vice-président du syndicat ReAGJIR, Regroupement Autonome des Généralistes Jeunes Installés et Remplaçants. « Le premier médicament c’est d’abord le médecin. L’effet placebo fonctionne avec le médecin généraliste même quand il n’a rien prescrit. On peut donc très bien sortir d’une consultation sans prescription. »

Témoin « Je ne comprends pas qu’on oppose ces deux médecines. Les médecines alternatives sont préventives. Si on n’est pas malade, les laboratoires ne mangeront plus, c’est évident. » 

Les soupçons sur les intérêts de ceux qui profitent des maladies reviennent dans d’autres témoignages. Revient aussi l’idée que : peu importe comment ça marche, l’important c’est d’aller mieux. Cette idée repose sur la prémisse implicite (et naïve) que les individus n’ont besoin d’aucune méthode objective pour savoir qu’un traitement leur fait du bien.


4 septembre. ARTE — Les origines allemandes de l’homéopathie – 28 minutes

Cette séquence de trois minutes s’ouvre sur le mot « allopathie » et nous narre la jolie histoire du Dr Hahnemann qui « sauve » une petite fille promise à la mort par les autres médecins. L’histoire, anecdotique, est belle, mais invérifiable : de quoi exactement la petite fille souffrait-elle ? Quel était son état précis ? Comment l’avait-on soigné avant l’intervention du héros, etc ? Nous n’en savons rien. Mais l’entrée en matière est brillante si le but est de convaincre les foules de l’efficacité de l’homéopathie.

« C’est la naissance de l’homéopathie, surtout le succès de l’homéopathie ! »

Dans le contexte de la polémique, cette séquence est incroyablement légère en information et ressemble davantage à un acte de communication.


4 septembre. Europe 1 — « Il n’est pas légitime » de rembourser « les médicaments homéopathiques »

Cette déclaration est celle de François Chast, pharmacien des hôpitaux et président honoraire de l’Académie Nationale de Pharmacie.


4 Septembre. La conférence des Présidents d’Université, Doyens de Fac de médecine et Doyens de fac de pharmacie rappelle l’importance de l’évaluation des formations et des thérapies.


4 septembre 2018. Europe 1 — Le tour de la question avec Wendy Bouchard : aujourd’hui, les homéopathes et les robots au boulot.

La journaliste lance un appel à témoignage sur l’homéopathie « si vous en êtes consommateur »[9], et donne la parole à Didier Gosset, doyen de la faculté de médecine de Lille, laquelle a suspendu son DU d’homéopathie. Il explique que « l’homéopathie est resté une doctrine » qui n’évolue pas avec les progrès de la science.

La journaliste demande à ses invités d’expliquer le principe de l’homéopathie en posant des questions à l’aide d’un vocabulaire chargé de présupposés : « c’est que des principes naturels, des produits naturels ? (…) et donc c’est une pratique douce ? »

Sur le plateau, un pharmacien homéopathe, Albert-Claude Quemoun, président de l’Institut homéopathique scientifique : « J’ai fait des voyages au Bangladesh, j’ai fait des missions humanitaires. Il y a de nombreux utilisateurs de l’homéopathie, puisque pour détoxiquer une intoxication massive d’arsenic on a utilisé des dilutions d’arsenic, et ça a marché. On a multiplié par 2, par 3 l’élimination de l’arsenic. »

« Je suis un peu étonné de cette pratique », réagit le second invité, François Chast, pharmacien des Hôpitaux, chargé de mission à l’Hôpital Necker, Président honoraire de l’Académie nationale de Pharmacie. « Dans les services de réanimation qui accueillent les personnes victimes d’intoxications à Paris, on n’a jamais jugé utile d’utiliser ce type de thérapeutique. Et malheureusement pour l’intoxication au plomb des enfants (…) on sait bien que ce ne sont pas ces types de médicaments qui fonctionnent. »

Pour souligner l’archaïsme de l’homéopathie qui n’a pas évolué depuis Hahnemann, François Chast utilise une image : « Qui accepterait d’être soigné aujourd’hui dans une salle d’opération comme on en avait dans les années 1810 ? »

Albert-Claude Quemoun, tente de valider les principes homéopathique en les comparant à ceux de la vaccination « Beaucoup d’allopathes font de l’homéopathie sans le savoir. Jenner lorsqu’il a découvert sa vaccination, c’est exactement les semblables. »

En dehors du discours pro domo de l’homéopathe, l’attitude de la journaliste pose un véritable problème, en dépit de sa bonne foi présumée. Outre de fréquents appels à la nature, elle commet un faux dilemme qui ne peut qu’empêcher le public de comprendre la complexité de la question : « j’ai des auditeurs qui veulent savoir si c’est une médecine efficace ou si c’est du charlatanisme ou de l’escroquerie ». En réalité ces deux options ne sont pas les seules, il s’agit d’une fausse dichotomie qui empêche de penser aux alternatives et notamment à une lecture contextuelle des succès d’estime de l’homéopathie.

Les auditeurs, du reste, ne se privent pas pour énoncer des certitudes « L’homéopathie est une médecine de la physique quantique. (…) Quelque chose qui dure deux cent ans est forcément efficace ! On ne peut pas tromper tout le monde pendant deux cents ans, c’est faux ! »

L’auditrice suivante dit en substance que l’homéopathie ne peut pas avoir simplement un effet placebo ou psychologique puisque ça marche sur son enfant qui ne sait pas qu’il prend un médicament. Bien sûr, nous avons déjà rencontré tous ces arguments, et vous éprouvez probablement une forme de lassitude à les retrouver encore et sans cesse répétés par des gens qui souvent ne sont pas très motivés à retenir les explications sur la nature des effets contextuels. Les sceptiques et zététiciens sont confrontés quotidiennement à ces arguments depuis des décennies.

En fin d’émission, Albert-Claude Quemoun suggère à un auditeur de prendre Influenzinum, ce qui fait réagir François Chast, pour quile « vaccin » antigrippal homéopathique « c’est du vrai vaccin dilué mille milliard de fois. C’est de l’eau qui est prise par la bouche. (…) C’est typiquement une escroquerie. »


4 septembre. RMC Les Grandes Gueules — Homéopathie: « On enseigne aux jeunes médecins des certitudes qui ne sont que les vérités d’aujourd’hui »

 « Ca fait plus de trente ans que je pratique l’homéopathie. Je soigne actuellement la quatrième génération de patients. » déclare Charles Bentz, président du syndicat des médecins homéopathes.

À propos des signataires de la tribune « ce sont souvent de jeunes médecins issus des facultés où on leur enseigne des certitudes, qui sont les vérités d’aujourd’hui, mais quand on a un certain âge on sait que les vérités d’hier ne sont pas les vérités d’aujourd’hui. Donc ces certitudes qu’ils ont elles vont être battues en brèches d’ici 10, 20, 30 ans, par la pratique. (…) Il faut une certaine humilité par rapport à ce qu’on croit être la vérité. »

Ce procès misonéiste (anti-nouveauté) est en soit un sophisme, mais il est surtout en totale contradiction avec l’argument précédent, puisque Charles Bentz n’a pas changé d’avis durant les 30 longues années de sa longue expérience d’homéopathe.


5 septembre. Science et avenir — Le directeur général de Boiron sur le départ, en pleine fronde contre l’homéopathie

Christian Boiron quitte son poste à 71 ans. Cette année l’entreprise a enregistré de mauvais résultats.


6 septembre 2018. Est Républicain — Homéopathes : une pilule dure à avaler

Interview de Christine Bertin-Belot, médecin homéopathe à Besançon et vice-présidente du syndicat national. On la présente (pourquoi ?) comme fille et petite-fille d’homéopathe. L’article est de mauvaise qualité car il donne sans contradiction la parole à une défendresse de l’homéopathie qui décrit la tribune FakeMed comme une insulte (ailleurs on aurait pu dire blasphème).

« La mission va être ardue. Car si tous les médicaments en France sont étudiés par classe thérapeutique (un médicament : une action), l’homéopathie, qui agit à l’échelle infra-moléculaire, procède par similitude (ainsi l’arnica peut être prescrite en cardiologie, traumatologie, psychiatrie…). Nous espérons seulement que la commission nous entendra et nous écoutera. »

Puis on retrouve un argument désormais familier : « Comme l’a révélé l’étude EPI3, réalisée de 2006 à 2010, l’efficacité de l’homéopathie n’est plus à démontrer. » Et on finit avec l’habituelle victimisation, sans crainte d’être dans l’outrance. : « C’est une véritable chasse aux sorcières ! À écouter nos détracteurs, il n’y a plus qu’à rallumer les bûchers ! »


6 septembre. France Info — Homéopathie : le chef d’un service d’urgences appelle à « arrêter de rembourser des trucs qui ne servent à rien »

Mathias Wargon, chef de service des urgences SMUR de l’hôpital Delafontaine (Saint-Denis), est signataire de la tribune : « C’est la relation avec le médecin qui marche, pas le granule. »


7 septembre. France Info — On vous résume la polémique entre les partisans et les opposants à l’homéopathie en 6 actes

Suite à la fermeture de son DU d’homéopathie, la faculté de médecine d’Angers annonce : « Pour le remplacer, un diplôme en réponse à la demande de soins non-conventionnels des patients est en projet. »


7 septembre. Le Journal des Entreprises — Interview Laboratoires Boiron : « L’efficacité de l’homéopathie, nous la constatons tous les jours »

Interview de Valérie Poinsot, directrice générale déléguée des laboratoires Boiron depuis sept ans, qui succédera à Christian Boiron en tant que directrice générale de l’entreprise lyonnaise en janvier 2019. On lui demande de réagir au problème du manque de preuve d’efficacité : « C’est plus compliqué que cela et je ne souhaite pas rentrer dans ce débat. Nous allons travailler d’arrache-pied pour faire en sorte que les Français puissent encore bénéficier du remboursement. L’homéopathie est une évidence sociale, une évidence thérapeutique : 30 millions de Français l’utilisent chaque jour depuis plus de 200 ans. »

Les chiffres sont emphatiques, et les certitudes prononcées avec une force de conviction qui ne laisse place à aucun doute. V Poinsot explique ensuite l’importance économique de l’homéopathie dans le monde. L’esquive est un peu grossière.


7 septembre. BFMTV — Les médecins contestent l’homéopathie

On retrouve l’opposition classique pro versus anti : Pascal Charbonnel, vice-président du Collège de la médecine générale est face à Marie-Andrée Auquier, médecin généraliste et homéopathe.

L’homéopathe défend sa perception du service médical rendu à ses patients par sa pratique personnelle et défend la « complémentarité » des pratiques. P. Charbonnel demande à ne pas rester à ce niveau d’analyse et à se fier à l’avis de la faculté de médecine et de la littérature scientifique. L’argument scientifique de l’homéopathe consiste à citer l’étude de Marc Henry (2017), lequel aurait validé le principe es hautes dilution en étudiant les propriétés de l’eau « qui est probablement un phénomène quantique » ; il y aurait des domaines de cohérences dans lesquels une information pet passer.

Réaction de P Charbonnel « C’est la réponse habituelle : c’est quantique. Mais alors il faut évaluer. »

Notons que Marc Henry est enseignant chercheur à l’Université de Strasbourg, et il est beaucoup cité dans les sites ésotériques et de promotion des pratiques de soin non conventionnelles, mais du côté des publications scientifique, rien qui puisse renseigner la question de l’efficacité de l’homéopathie.

L’étude évoquée par M-A Auquier est celle-ci « Nuclear Magnetic Resonance characterization of traditional homeopathically manufactured copper (Cuprum metallicum) and plant (Gelsemium sempervirens) medicines and controls » publiée dans la revue Homeopathy en 2017. L’article n’aborde pas la question des effets biologiques des remèdes homéopathiques mais s’intéresse à une autre question, celle de la possibilité que les hautes dilutions se comportent autrement que comme de l’eau tout simple. L’étude prétend montrer que ces dilutions provoqueraient un changement dans la structure de l’eau. Elle a depuis été citée 5 fois dans la littérature scientifique, uniquement dans des revues centrées autour de l’homéopathie. Ce contexte en rend l’analyse malaisée : la communauté scientifique n’a pour le moment pas accordé de crédit à ce travail, et à ce titre cette étude ne saurait à ce jour être considérée comme une preuve de quoi que ce soit. Il faudra attendre une réplication de ces résultats avant de les prendre au sérieux.


8 Septembre. France 5. C dans l’air — Homéopathie, antidépresseurs : faut-il s’inquiéter ?

Jean-Paul Hamon, médecin généraliste, président de la Fédération des médecins de France, ne croit pas à l’efficacité de l’homéopathie, mais il est « pour la paix des ménages » et juge acceptable les prescriptions qui rassurent les gens.

Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste, défend l’homéopathie en tant que placebo qui soulage des petits maux sans risque d’effet secondaires.

Mélanie Gomez, journaliste, spécialiste des questions de santé Europe 1, dit ne pas croire à l’efficacité mais en consommer quand même et en donner à ses enfants car elle croit à une « force de l’esprit ».

Gérard de Pouvourville, économiste de la santé, est le seul invité à souligner l’absence totale de preuve d’efficacité et de possibilité pour son mode d’action.

Avec un plateau ou personne ne croit vraiment à l’efficacité de l’homéopathie, on a malgré tout un débat nuancé où est défendu un usage de l’effet placebo pour des raisons de confort et sous l’hypothèse (à valider) d’économies financières.


8 septembre 2018. RMC — L’homéopathie n’est pas une médecine sérieuse. La Sécu ne devrait plus rembourser les traitements homéopathiques

L’animateur Eric Brunet commence en disant qu’il s’est déjà soigné avec de l’homéopathie, puis qu’il s’est documenté au cours de la polémique : « je suis tombé de l’armoire ». D’où le titre qui reflète son opinion. Nous assistons à un débat agressif, bruyant et désordonné où Pierre de Brémond d’Ars, signataire de la tribune, peine à finir ses phrases, sans cesse coupé dans ses explications par Marie Andrée Auquier, médecin homéopathe, notamment sur EPI3. Pierre Brémond d’Ars explique l’importance des effets contextuels, verdict de Brunet : « on comprend rien à ce que vous dites ».

L’absence de preuve scientifique est rappelé et admis par l’homéopathe, mais elle enchaîne « Moi, je suis médecin, je vois juste ce qui marche. Du temps de Galilée, on était gêné quand même par l’héliocentrisme par rapport au géocentrisme. Evidemment qu’on n’a pas encore de preuve. » L’homéopathe oublie, ignore ou cherche à nier que le métier qui permet d’établir si un traitement marche, ce n’est pas celui de médecin, mais bien celui d’épidémiologiste.

L’avis de l’animateur occupe une partie conséquente du temps d’antenne. Dans cette émission, c’est peu préjudiciable puisque son avis est conforme à l’état des connaissances scientifiques.


10 septembre. Journal International de Medecine — Homéopathie : les doyens appellent à la « rigueur » et en même temps à « l’ouverture d’esprit »

La Conférence des Présidents d’Université, la Conférence des Doyens des Facultés de Médecine et la Conférence des Doyens des Facultés de Pharmacie demandent « la mise en place d’un observatoire universitaire des médecines alternatives et intégratives qui puisse non seulement faire un inventaire précis de l’offre de formation et de recherche mais aussi travailler pour comprendre les déterminants psychosociaux qui font leur succès » et recommandent que ces formations « soient encadrées et réalisées par des enseignants universitaires en Santé et en toute transparence quand il peut exister un lien d’intérêt »

 « Les Conférences souhaitent donc assumer leur responsabilité universitaire en assurant avec rigueur et ouverture d’esprit la formation initiale et continue de leurs étudiants et de nos médecins et pharmaciens, en leur donnant une vision moderne et critique, mais toujours humaniste et en lien avec les réalités de terrain, des connaissances dans tous les domaines utiles à la prise en charge de nos patients ».

Quelques heures plus tard, le vice-doyen de la faculté d’Angers postait ce message sur les réseaux sociaux : « Juste un petit mot pour vous annoncer que la Fac d’Angers supprime définitivement le DU d’homéopathie »…


10 septembre. France Info — Plusieurs doyens de facultés en faveur de l’enseignement de l’homéopathie

Titre trompeur, puisque que les conférences des Présidents d’Université, des Doyens de faculté de médecine et de facultés de pharmacie ne demandent pas spécifiquement qu’on enseigne les pratiques de soin non conventionnelles, mais surtout qu’on enseigne sur ces pratiques.


10 septembre. Le Quotidien du médecin — Homéopathie : les internes ouvrent le débat mais ne cosignent pas la tribune anti-fake médecines

L’ISNI ne cosignera pas la fameuse tribune des 124, mais ouvre un débat interne et « se laisse du temps pour réfléchir sur ce sujet très compliqué », annonce son président Jean-Baptiste Bonnet.

« L’ISNI (Intersyndicale nationale des internes) salue le rôle de lanceur d’alerte des signataires de la tribune : l’ouverture d’un débat sur les thérapies complémentaires et leur remboursement était nécessaire. Mais l’ISNI considère qu’il n’est pas de son rôle institutionnel de cosigner cette tribune et souhaite plutôt ouvrir une commission interne de réflexion sur le sujet. », explique Jean Baptiste Bonnet au « Quotidien »

Le collectif « FakeMed », fondé après la publication de la tribune avait adressé en aout un courrier aux structures d’étudiants (ANEMF), d’internes (ISNAR-IMG, ISNI) et de chefs de clinique (ISNCCA), afin qu’ils se joignent à sa démarche en faveur d’une médecine basée sur les preuves : « Nous souhaiterions que les jeunes médecins s’emparent avec nous de ce débat en faveur d’une médecine scientifique et indépendanteNous souhaiterions pouvoir peser auprès des instances universitaires et des doyens, afin de les inciter à prendre position pour refuser d’accueillir des formations, diplômes et congrès sans aucune base scientifique. (… ) Comme vous pouvez le constater au sein de vos stages et de votre propre expérience professionnelle, la remise en question de notre exercice par des pratiques obscurantistes est permanente. Qu’il s’agisse de lutter contre les recommandations vaccinales, de l’arrêt de certaines chimiothérapies ou traitements indispensables… Cet esprit anti-scientifique prend de nombreuses formes. » 


11 septembre. France Bleu — Homéopathie déremboursée ? Et pourtant ça fonctionne chez les agriculteurs de la Manche.

Le titre annonce la couleur d’un article-catastrophe. On interview Elisabeth Fleury, médecin généraliste et homéopathe depuis plus de trente ans à Cherbourg. « Il y a 56% de français qui y ont recours régulièrement, il y a des consultations dans les hôpitaux. Si c’était une médecine inefficace, ça fait longtemps qu’elle aurait disparu. »

La journaliste adopte totalement ce point de vue et en rajoute dans le soupçon : « Et c’est peut-être parce qu’elle attire de plus en plus que l’homéopathie effraie l’industrie pharmaceutique traditionnelle. »

On nous explique que les homéopathes prescrivent moins d’antibiotiques, moins d’anti-inflammatoires, moins de psychotropes, ce qui est vrai, mais ne signifie pas que les patients sont mieux soignés. Puis on nous dit qu’un éleveur a choisi de faire confiance à l’homéopathie qui lui a permis de « sauver une bonne partie de son cheptel » toujours selon les mots de la journaliste qui, plus loin, ne met aucune distance entre son texte et la citation « en plus de soigner, l’homéopathie renforce les défenses immunitaires, c’est donc très efficace pour empêcher les récidives » d’Olivier Dossier, le vétérinaire de l’éleveur. Avant de conclure « Et cerise sur le gâteau, c’est aussi moins cher. »


12 septembre. Le Quotidien du médecin — Homéopathie : visés par des plaintes disciplinaires, les médecins anti-« fake med » entre colère et incompréhension

Le Dr Pierre-Marc Lallemand, cardiologue au CHU d’Amiens : « La tribune ne visait pas les médecins eux-mêmes mais une pratique ! Nous demandons seulement aux médecins de se référer à des pratiques éprouvées par la science comme l’a prévu le code de déontologie. »

Quant au Dr Charles Bentz : « Nous n’avons aucune intention de discuter sur le fond. »


14 septembre. Science et avenir — Évaluation de l’homéopathie: la Haute autorité de santé peaufine sa méthode

Dominique Le Guludec, présidente de la HAS : « Nous travaillons sur la méthode. Nous nous baserons sur les données de la science, des avis de spécialistes et de patients. ( …) très peu d’agences en Europe l’ont évaluée. Les Anglais l’ont évaluée, et ils l’ont déremboursée. »


18 septembre. Le Populaire — Débat sur l’homéopathie : un médecin de Brive sous le coup d’une plainte

Le docteur Romain Abela explique que la tribune va au-delà du seul problème de l’homéopathie pour questionner l’ensemble des pratiques non fondées sur des preuves scientifiques : « Dans mon cabinet, certaines situations m’ont mis hors de moi. Un patient avait stoppé son traitement contre la sclérose en plaques parce que son naturopathe lui avait conseillé de plutôt arrêter le lactose. Un autre était allé se faire manipuler chez l’ostéopathe alors qu’il avait une métastase sur la colonne vertébrale. »

À l’évocation des lobbys pharmaceutiques que certains imaginent à la manœuvre :« Si vous vérifiez sur la base Transparence santé [base de données publique du ministère de la Santé, qui recense les liens d’intérêt entre entreprises et professionnels de santé], vous verrez qu’aucun laboratoire ne m’a payé un seul repas. Je ne reçois pas de visiteur médical et je paie mes formations moi-même. J’ai l’esprit tranquille. Mon seul but est d’informer les patients et de les mettre en garde. »


18 septembre. Le Monde annonce la tenue d’un débat sur le sujet le 6 octobre.

L’annonce se fait dans un tweett « Quand des médecins persuadés de détenir cette vérité s’en prennent à d’autres médecins qui estiment leurs pratiques bénéfiques à leurs patients, que doit penser le citoyen, qui peut-il croire ? »

On rencontre ici un problème de cadrage. « persuadés de détenir cette vérité » véhicule l’image d’exaltés extrémistes qu’il est impossible de raisonner… d’autant qu’ils « s’en prennent à d’autres médecins » et sont donc dans l’agression. Le choix des mots d’un grand journal ne saurait être innocent, et sans nécessairement suspecter une tentative de manipulation de l’opinion, on peut au moins suspecter que la conviction de l’auteur transpire dans ce tweet qui, sans doute, se voulait neutre, mais échoue à l’être. Après avoir suscité quelques réactions, le tweet est rapidement retiré.


21 septembre. Le Monde — Efficacité de l’homéopathie : que dit la science ?

Très bon article de synthèse sur l’histoire de l’homéopathie et la confiance qu’on peut accorder à ses prétentions.


24 septembre. France Inter — Questions politiques. Agnès Buzyn

Dans cette émission de radio, nous assistons à un spectacle proprement renversant où une femme politique fait de la pédagogie scientifique tandis que les journalistes dégainent des sophismes.

Ministre Agnès Buzyn : « La question est celle-ci : faut-il continuer à rembourser à 30% l’homéopathie alors que tous les médicaments aujourd’hui remboursés sont évalués pour leur efficacité ? J’ai simplement demandé à la haute autorité qu’elle évalue l’homéopathie comme n’importe quel médicament remboursé par la solidarité nationale. Si c’est efficace cela continuera à être remboursé, si la HAS dit qu’il n’y a pas de aucune preuve scientifique cela ne sera plus remboursé.

Journaliste Ali Baddou : « Mais enfin combien de milliards de personne ont recours à l’homéopathie, regardez ce qui se passe en Asie, en Chine, en Inde par exemple, Agnès Buzyn ! »

La ministre ne s’attarde pas sur cet appel à la popularité (= si tout le monde le fait c’est que c’est bien) et explique que l’utilisation de l’homéopathie ne sera pas interdite. Elle concède même que, dans certains cas, cela limite le recours à des médicaments inutiles et dangereux. Mais les journalistes reviennent à l’assaut

Journaliste Nathalie Saint-Cricq : « Vous croyez que c’est du placebo ce qu’il se passe en Inde, en Chine, c’est-à-dire que c’est juste la psychologie, les gens croient que c’est bien et puis… (…) Manifestement il y a une sorte de sagesse ancienne dans un certain nombre de civilisations. En Inde c’est une prescription qui est majeure. En Chine aussi. Je ne veux pas être obsédée par la Chine et l’Inde. Pensez-vous que c’est juste du pipeau absolu. »

Journaliste Ali Baddou : « Vous, vous faites confiance à la chimie »

Ministre : « Je suis incroyablement rationnelle, je crois en la science et donc je crois en la preuve scientifique. »

Journaliste Carine Bécard : « Vous avez tendance à pousser les français à avoir une démarche plus préventive par rapport à leur santé plus que curative, or les médecines parallèles que ce soit l’homéopathie ou d’autres choses… la réflexologie, l’ostéopathie on est vraiment là dans la culture du préventif, donc vous devriez encourager ça. »

Ministre : « Pour moi ce n’est pas ça la prévention. En prévention aussi, il y a des choses qui marchent. La réflexologie je ne sais même si c’est de la médecine, je ne crois pas d’ailleurs. La prévention c’est lutter contre le tabac, contre l’alcool, c’est la vaccination, c’est la pratique de l’activité physique. »


22 Septembre. Atlantico — Homéopathie : peut-on vraiment s’en remettre à la justice pour trancher des débats scientifiques ?

Dans cet article, Vincent Laget analyse la stratégie des homéopathes « Ils cherchent à obtenir par les tribunaux ce que la science leur refuse, afin de cautionner leur idéologie auprès du grand public. Ce qui n’est pas sans poser un sérieux problème quant à la recherche de la vérité et in fine, quant au fonctionnement normal de notre démocratie en interdisant tout débat sur le fond… »

Cette stratégie procédurale est choisie par les psychanalystes qui en 2012 ont attaqué Sophie Robert pour son film « Le Mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme », par Gilles-Eric Séralini, auteur d’une étude discréditée sur les effets cancérigènes des OGM sur le rat qui a poursuivi en 2010 Marc Fellous, président de l’Association Française des Biotechnologies Végétales, ou par Stéphane Edouard, le prétendu « expert » de l’émission Marié au premier regard de M6 qui en 2018 attaque le sociologue Jean-Paul Kauffman pour avoir qualifié d’«arnaque» ses «thèses scientifiques».


24 septembre. Santé magazine — Homéopathie : un non-débat pour les scientifiques.

Rappel historique et de l’état des connaissances scientifique.


24 septembre. France Info — « Boiron, c’est plus qu’un monopole » : comment le laboratoire français règne sur l’homéopathie.

Le journaliste révèle la stratégie de Boiron dans la polémique : « On n’a pas à se prononcer publiquement. La minorité des médecins qui s’exprime ne connaît pas cette thérapeutique et attaque l’homéopathie de manière aveugle. » et des témoignages sur le statut de l’entreprise française « C’est plus qu’un monopole, c’est une identification totale à l’homéopathie : Boiron c’est l’homéopathie, et l’homéopathie c’est Boiron » selon Bernard Bégaud, pharmaco-épidémiologiste. « Boiron, c’est comme Google : on n’y peut rien », pour une gynécologue homéopathe à Paris.

Boiron possède deux centres de formation, l’un destiné aux médecins, le CEDH, l’autre aux pharmaciens, le CDFH, sans que les liens avec le laboratoire ne soient clairement affichés.

Face à la polémique l’article nous apprend que Boiron travaille en coulisse avec les autres fabricants français Weleda et Lehning pour se fédérer autour d’une stratégie commune.


26 septembre. Europe 1 — Homéopathie : le budget de la Sécu ouvre la porte au déremboursement

« Les « règles de prise en charge » des médicaments homéopathiques, c’est-à-dire les conditions dans lesquelles ils seront « admis ou exclus » du remboursement par l’Assurance maladie, seront bientôt définies par un décret, selon le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019. »

L’information confirme la position vers laquelle le ministère s’est progressivement déplacé : avoir envers les produits homéopathique la même exigence qu’envers n’importe quel produit prétendant être un médicament.


28 septembre. Le Figaro — L’Espagne veut que l’Europe retire à l’homéopathie le statut de médicament

(Pas accès à l’article entier)


28 septembre. Le Monde — « Laissons les homéopathes trouver les moyens d’explorer les raisons de leur bonheur »

Détail amusant : le titre initial de cet article de Philippe Pignarre est visible dans l’adresse de la page web « La croisade des labos contre l’homéopathie ».

Cette tribune d’opinion est un catastrophique exercice de confusionnisme. L’article commence par le sophisme de la double faute en signalant l’existence de nombreux médicaments épinglés pour leur balance bénéfice-risque insatisfaisante, pour en conclure qu’il ne faut pas s’en prendre aux remèdes homéopathiques, qui « eux, au moins, ne présentent pas de danger. » L’essentiel de l’article restera sur ce registre, c’est ce qu’on appelle du « whataboutisme » : au lieu de répondre sur l’efficacité de l’homéopathie, le monsieur dit « et est-ce qu’on nous parle des magouilles des labos, hein ? Et puis est-ce qu’on vous dit que les médicaments, en fait, des fois c’est dangereux ? Et cetera. »

« Le plus important pourrait cependant ne pas être là, mais bien plutôt dans cette sorte de rage que déclenche tout ce qui échapperait à « la science ». Car, n’en doutez pas, les médicaments, c’est de la science ! La preuve ? Ils ont été testés contre un placebo ou un médicament dit de référence. Double bénéfice de cet argument : 1. les médicaments ne posent pas de problèmes (oubliées les affaires à répétition comme celles du Mediator) ; 2. on sait pourquoi les remèdes homéopathiques marchent : c’est « l’effet placebo » »

Une accusation implicite de scientisme est lancée contre les critiques de l’homéopathie. Elle est bien sûr invalide, car ceux qui montrent que certains médicaments posent problème le font… avec la méthode scientifique. L’auteur reviendra plus tard sur l’effet placebo, nous en reparlerons à ce moment-là.

« Dès qu’on y regarde d’un peu plus près, les choses se compliquent sacrément. Les études comparatives en double aveugle (contre placebo ou médicament de référence) me semblent justement être la démonstration qu’on n’est pas vraiment dans ce qui mériterait le nom de science. Si notre connaissance de la biologie du corps humain était ce que les naïfs (les vrais) croient, on n’aurait pas besoin de recourir à cette misérable procédure empirique.

On saurait pour des raisons « scientifiques » pourquoi un médicament ne peut qu’être efficace. Allons plus loin : on n’a, en général, que des hypothèses sur les raisons pour lesquelles un médicament « marche ». Le plus souvent, c’est par hasard que l’on s’est aperçu que telle molécule produisait tel effet. Et la plupart des nouvelles molécules sont testées sur des modèles animaux en tentant de retrouver un effet produit par des médicaments déjà utilisés. »

Le sophisme suivant est la « solution parfaite » : puisque la science ne nous donne pas une vision totale des mécanismes en jeu, alors nous serions dans l’impossibilité de critiquer l’homéopathie. C’est totalement faux. Bien évidemment les expérimentations scientifiques ne nous fournissent pas une connaissance totale des effets d’un médicament sur l’organisme en toutes circonstances, notre connaissance est incomplète. Mais nous ne sommes pas condamnés à l’ignorance, et les immenses efforts consentis dans la recherche scientifique nous fournissent les réponses les plus fiables dont nous puissions disposer. Etant entendu qu’il nous faudrait accepter de changer d’opinion si des preuves étaient apportées qu’on se trompe. Si l’auteur, monsieur Pignarre, avait raison et qu’on prétendait qu’une fois le médicament sur le marché, on « sait » exactement ce qu’il fait, il n’y aurait aucun programme de pharmacovigilance, car nous n’en aurions pas besoin. C’est bien parce que l’on sait que l’on ne sait pas tout que l’on surveille les médicaments.

« Le cri de rage, « c’est l’effet placebo », vient toujours couronner l’appel la guerre. Mais qu’est-ce que l’effet Placebo ? C’est l’effet « blouse blanche » nous disent les bouffis d’orgueil qui croient ajouter ainsi à leur compétence scientifique l’aura du guérisseur, pourtant persécuté deuis le temps des sorcières jetées au bûcher. C’est l’effet « symbolique » disent les férus de psychanalyse, sans élaborer beaucoup plus. Avez-vous déjà entendu un patient dire : « J’ai été guéri par l’effet placebo » ? Evidemment non. Le vocable est dévalorisant. Il abaisse le patient (ce naïf) et élève celui qui l’emploie.

Bref, constatons-le, on ne sait pas ce qu’est « l’effet placebo », sinon que cela revient à guérir « pour de mauvaises raisons » ! Mais si l’on ne sait pas ce qu’est l’effet placebo, alors on ne sait pas ce qui peut le « minimiser » ou le « maximiser », comme le faisait déjà remarquer, il y a longtemps, le philosophe François Dagognet. »

Il n’y a rien de dévalorisant envers les patients dans le concept de placebo et d’effets contextuels, mais c’est bien monsieur Pignarre qui exprime son profond mépris pour ces effets scientifiquement démontrés et décrits (lui qui prétends faussement qu’on se saurait pas ce que c’est) et dénigre les personnes qui bénéficieraient d’effets non liés à une efficacité des granules homéopathiques. Personne n’a évidemment jamais pensé qu’il y aurait de « mauvaises raisons » de guérir.

« Les études contre placebo, dites en double aveugle, sont aujourd’hui présentées comme le nec plus ultra de la démarche scientifique dans un nombre croissant de domaines (des médicaments à la psychanalyse en passant par les électrosensibles). C’est une illusion : elles signent plutôt notre incapacité à explorer positivement les raisons pour lesquelles les patients cherchent, par exemple avec l’homéopathie, à guérir. Elles sont le symptôme de nos ignorances scientifiques.

Laissons les homéopathes et ceux qui sont satisfaits de leurs remèdes trouver les moyens d’explorer les raisons de leur bonheur. Ce n’est pas en leur déclarant la guerre qu’on les aidera à le faire de façon intelligente et créative. »

Pour finir, l’auteur confesse sa propre ignorance en niant l’existence de travaux sur les raisons pour lesquelles les patients se tournent vers l’homéopathie (une question importante, du reste). Ce texte obscurantiste cherche à disqualifier la parole scientifique et l’analyse méthodique des allégations des homéopathes, et leur comparaison avec la réalité des effets obtenus. Parce que ne disposons pas d’un moyen plus fiable de distinguer les traitements fiables des illusions, nous ne devons pas accepter de nous en séparer.


28 septembre. Le Figaro — Attaqués devant l’ordre des médecins, les «124» s’associent.

Une soixantaine de signataires sont déjà poursuivis devant l’ordre des médecins pour «non-confraternité et non-respect du code de déontologie». Pour se défendre, les auteurs de la tribune ont créé une association, le Collectif FakeMed.


11 octobre. France Info — Homéopathie : quand les médecins s’entredéchirent

D’abord une présentation honnête de la position des 124. La parole est ensuite donnée à une homéopathe, le Dr Laville qui justifie la plainte en non-confraternité « Entre médecins, on ne se traite pas de charlatans. Manifestement ces médecins n’étaient pas au courant que l’option thérapeutique qu’est l’homéopathie est pratiquée en France par des prescripteurs qui sont légalement autorisé, qui travaillent dans un cadre déontologique et règlementaire qui est le même que le leur. » Les 124 sont en réalité parfaitement conscient de cela, et ils rappellent justement les devoirs qu’exigent la déontologie et la dérogation réglementaire dont jouissent injustement les produits homéopathiques

Le sujet donne ensuite la parole à une maman, comme si le témoignage anecdotique d’une personne « convaincue que ça nous a aidé » constituait une information pertinente pour se faire un avis.


26 octobre. Le Figaro — «L’homéopathie face à ses accusateurs»

Tribune de Charles Bentz, président du SNMHF, pour défendre l’homéopathie (et son remboursement) contre la critique de la tribune des 124. « On ne peut qu’être choqué par le ton et la virulence des signataires. » dit-il dans une attaque de la forme des critiques formulées. Il poursuit avec l’habituel appel à la popularité : « La démarche, particulièrement regrettable, va à l’encontre des 30 millions de français et des 20 000 médecins généralistes qui utilisent, prescrivent des traitements homéopathiques. »

« Sur le fond du débat nous souhaitons répondre à deux points précis. » écrit C Bentz qui revient donc sur une précédente déclaration selon laquelle il ne souhaitait pas débattre du fond. Il évoque d’abord l’aspect économique.

« Oui certains médicaments homéopathiques sont remboursables par l’Assurance maladie à hauteur de 30%. Mais leur remboursement a représenté… 0,29 % seulement des remboursements de médicaments en 2016. Ce coût, minime, démontre que l’argument financier de ceux qui s’attaquent aveuglément à l’homéopathie ne tient pas. »

En réalité ce coût représente des dizaines de millions d’euros, et il n’est certainement pas « minime » pour tout le monde. Mais surtout, la rhétorique de Charles Bentz consiste à dire qu’il est inutile de faire de petites économies. Notons l’ad hominem coutumier des critiques repeints en individus qui « s’attaquent aveuglément ».

Ensuite, Charles Bentz tente d’affirmer que l’homéopathie a une efficacité démontrée.

 « … ces travaux, notamment en recherche fondamentale, qui ont permis de démontrer à plusieurs reprises que les hautes dilutions ont bien une activité propre. » (En réalité il n’en est rien, il suffit de se documenter sur l’état des connaissances scientifiques)

« Le programme de recherche EPI3, supervisé par un comité scientifique strictement indépendant et réalisé auprès de 825 médecins et 8559 patients sur un an, a fait l’objet de 12 publications dans des revues scientifiques de références entre 2011 et 2016. (…)Les médecins généralistes formés en homéopathie traitent leurs patients, à niveau de sévérité égal, avec un bénéfice clinique comparable tout en ayant recours (…) à moins de médicaments comportant des effets indésirables. »

Charles Bentz déploie ici une forme d’intimidation par les chiffres, comme si EPI3 prouvait quelque chose. Financé par Boiron, le programme EPI3 ne fournit aucune preuve d’efficacité des remèdes homéopathiques.

 « Etant établi que les médicaments homéopathiques sont utiles et sans risque, nous souhaitons qu’ils restent remboursables. (…) Les signataires de la tribune, membres du collectif « Fake Medecine », commettent deux erreurs majeures en creusant encore un peu plus le fossé entre la population et le corps médical. La première est de prendre de haut les patients en leur expliquant qu’ils agissent de manière irrationnelle lorsqu’ils se soignent avec des médicaments homéopathiques. »

Nous avons ici un sophisme de l’homme de paille ; les critiques ne disent rien des propos qui leur sont prêtés. Monsieur Bentz joue ici la victime. On peut admettre en première approximation que les patients sont globalement aussi rationnels (et donc aussi irrationnels) les uns que les autres : ils font généralement le choix délibéré et raisonnable de se fier à leur médecin, à l’autorité du titre de docteur en médecine. L’erreur, quand elle existe, est d’abord imputable au professionnel qui s’informe mal, souhaite rester ignorant de l’état des connaissances, voire nie les résultats de la science, comme c’est le cas d’un personnage médiatique comme Charles Bentz qui ne peut prétendre ignorer les arguments qui lui sont adressés.

 « La deuxième erreur est de s’ériger en gardiens d’une « vraie médecine » reposant sur une « vraie science » face aux prétendus disciples de pratiques ésotériques. (…) la médecine n’est toujours pas une science dure, parfaite et encore loin un champ de connaissances monolithiques. Qui peut s’arroger le droit d’exclure a priori une approche thérapeutique quelle qu’elle soit, sans considération de l’avis de nombre de professionnels de santé et surtout des premiers intéressés, les patients ? »

Avec ce sophisme, Charles Bentz veut faire passer la conclusion d’un immense travail scientifique testant depuis des décennies les allégations thérapeutiques de l’homéopathie pour un simple « a priori » négatif, ce qui constitue un pur négationnisme scientifique, une posture totalement incompatible avec le serment d’Hippocrate qui exige que le praticien soit à jour des connaissances médicales.

Cette tribune est très intéressante en cela qu’elle condense en un seul texte l’ensemble de la rhétorique fallacieuse qui constitue l’essentiel de l’argumentaire pro-homéopathie. Une fois que l’on voit clair dans la manœuvre rhétorique, se forger une opinion sur le sérieux et l’honnêteté des défenseurs de l’homéopathie n’est plus une tâche très difficile.


31 octobre 2018. The Local — « Spain wages war on dubious homeopathy meds »

Le ministère de la santé espagnol a décidé de mettre l’homéopathie en conformité avec les règlementations sur les produits de santé.  Parmi les plus de 15000 préparations homéopathiques commercialisées, la grande majorité ne pourra plus être vendue en Espagne. Le ministère a retenu les 2008 remèdes qui ont fait l’objet d’une demande d’accréditation par leurs fabricants, mais en exigeant que soient fournies des preuves scientifiques d’efficacité. La grande majorité de ces 2008 remèdes ont été enregistrés sans indication thérapeutique. À ce jour les fabricants pourront tenter de défendre l’efficacité de… 12 produits.


9 novembre. Le point — Homéopathie : les Français plébiscitent son remboursement

Un sondage Ipsos paru dans « Le Parisien » indique que 3 Français sur 4 sont opposés à l’arrêt du remboursement de l’homéopathie par la Sécurité Sociale. « Les patients ne viennent pas par croyance, mais bien parce que ça les soigne », affirme Christine Bertin-Belot, médecin homéopathe.

La question jamais adressée par les homéopathes est : comment les patients savent-ils que les remèdes les soignent ? S’ils ne disposent pas d’une méthode objective, force est d’admettre qu’alors ils sont dans la croyance, comme nous le sommes tous sur les sujets où nous ne sommes ni experts ni à jour des connaissances des experts.


9 novembre. Le Parisien — Quand les sportifs défendent l’homéopathie.

Pour accompagner son sondage, « Le Parisien » choisit de donner la parole à des sportifs : Camille Lacourt et Christine Arron. L’article a tout de la campagne de communication pro-homéopathie. Les sportifs sont des ambassadeurs de choix, souvent embauchés dans les publicités pour vanter les mérites de produits en lien avec l’alimentation, le corps, le bien être. Leur statut de champion ne les rend pas experts des effets de l’homéopathie, par conséquent leur témoignage ne peut objectivement rien apporter de plus qu’un capital symbolique de type publicitaire, même si aucun d’eux n’est payé par les fabricants pour le faire.

Christine Arron souhaite « défendre une homéopathie qui permet d’éviter de prendre des médicaments plus chimiques », et la journaliste Florence Méréo ne juge pas utile de discuter la pertinence du mot « chimique » dans une telle phrase.


27 Novembre. Le Monde — #Nofakemed : pourquoi cette croisade de professionnels de santé contre l’homéopathie ?

L’article rappelle l’insuccès des précédentes tentatives de critiquer la place de l’homéopathie en France. (pas accès à la totalité de l’article)


4 décembre. L’Express — Homéopathie: « Il faut dérembourser »

Comme une réponse du monde de la recherche scientifique à celui de la pratique médicale, 131 membres des Académies de science, de médecine et de pharmacie publient une tribune dont le message clair et net tient dans son titre acéré.

« Dans le débat actuel sur l’homéopathie et son évaluation demandée par le gouvernement à la Haute Autorité de santé (HAS), nous, académiciens, estimons qu’il est de notre devoir de professionnels de santé et de scientifiques d’informer les patients.

Non, l’homéopathie n’est pas un médicament actif, même si elle bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché et d’un remboursement. Un état de fait injustifié, car l’homéopathie, contrairement aux autres médicaments, n’a pas fait la preuve de son efficacité sur la base de démonstrations vérifiables et objectives reconnues par la communauté scientifique internationale. 

Non, les produits homéopathiques ne peuvent plus continuer à entretenir le flou sur leur composition, qui doit être indiquée sur leur conditionnement (quantité de préparations actives et excipients). De même, leurs indications doivent être précisées. 

Non, l’homéopathie n’est pas plus efficace qu’un autre placebo, comme l’ont démontré toutes les études. Cet argument mis en avant pour justifier son « efficacité » démontre seulement qu’un granule de sucre peut faire de l’effet si le patient y croit et fait confiance à son médecin.

Non, l’homéopathie n’est pas forcément inoffensive. Si un produit à base d’eau et de sucre ne peut évidemment pas faire de mal, il peut faire perdre du temps, voire mettre la vie en péril en cas de maladie aiguë ou chronique dont le traitement ne peut pas attendre.

Non, l’homéopathie ne saurait invoquer un effet thérapeutique. Sa publicité se fonde trop souvent sur de simples allégations. Ainsi, contrairement à certaines des affirmations de ses promoteurs, l’homéopathie ne prévient pas les états grippaux, et il n’existe pas de « vaccin » homéopathique, comme a dû le rappeler l’Agence nationale de sécurité du médicament en 2016.

Non, l’homéopathie ne doit plus être enseignée dans les facultés de médecine et de pharmacie, qui se discréditent en cautionnant une doctrine restée en marge de la science.

Non, l’homéopathie ne coûte pas moins cher à la collectivité que la médecine conventionnelle. Une récente étude internationale[11] démontre même que les patients soignés à l’homéopathie coûtent en réalité 20 % de plus aux assurances sociales. 

En conséquence, nous estimons que le débat autour de l’efficacité de l’homéopathie qui perdure dans l’opinion publique n’a pas lieu d’être dans la communauté scientifique, comme l’a solennellement déclaré le Conseil consultatif des académies des sciences européennes. Nous réfutons le terme de « médicament » pour un produit qui ne fait pas la démonstration de son efficacité. Nous contestons donc son remboursement par la collectivité nationale. »


6 décembre 2018. Sud Ouest — Homéopathie : l’avis de la Haute autorité de santé repoussé au printemps

Initialement prévue fin février, la publication du rapport de la HAS est reportée au printemps.


À partir de décembre on assiste à ce qui ressemble une campagne de communication sur le net avec un tir groupé de contenus qui relèvent de la propagande pro-homéopathie sur Top Santé, Doctissimo et Cosmopolitan. D’autres articles du même calibre suivront en janvier… Puis viendra la pétition « Mon Homéo Mon Choix » largement diffusée par les fabricants et les médecins d’orientation homéopathique.


14 décembre. Top Santé — L’homéopathie, ma solution contre la grippe

Article de propagande.

« Il existe une préparation homéopathique qui permet de traiter tous les symptômes de l’état grippal avec un seul produit : • Oscillococcinum® »


17 décembre 2018. Doctissimo — Sevrage tabagique : et si vous essayiez l’homéopathie ?

Article de propagande pour les différents remèdes employés pour le sevrage du tagabisme.

« Souvent, deux séances suffisent pour arrêter de fumer. » assure le médecin homéopathe questionné… le Dr Florence Paturel.

En fin d’article, la conclusion effarante permet de se dédouaner de toutes conséquences négatives :

« Tout comme l’acupuncture ou l’auriculothérapie, l’homéopathie n’a pas démontré scientifiquement son intérêt dans le cadre d’un sevrage tabagique. Néanmoins, ces techniques étant dénuée d’effets secondaires majeurs, vous pouvez utiliser ces méthodes sans risque. Néanmoins, si cette prise en charge ne réussit pas, une prise en charge à l’efficacité prouvée pourra vous être proposée. »


21 décembre 2018. Cosmopolitan — Tout savoir sur l’homéopathie

Article de propagande pro-homéopathie.

« L’homéopathie aujourd’hui est incontournable. Elle est pratiquée en France bien sûr, d’autant que la fabrication des médicaments homéopathiques est dominée par deux leaders mondiaux qui sont français : Boiron et Pierre Fabre. Cocorico !

N’empêche que l’on pratique l’homéopathie dans près de 100 pays dans le monde. Ces derniers temps, beaucoup de médicaments allopathiques ont été retirés du marché et sont de moins en moins remboursés, voire pas du tout remboursés.

En cause : leur toxicité, voire leur inefficacité. Du coup, l’homéopathie y gagne d’autant plus qu’elle a l’immense avantage d’être sans danger pour la santé ! »


27 décembre 2018. HuffPost — Comment les médicaments homéopathiques sont-ils fabriqués?

Explication des dilutions fantastiques utilisées.


10 janvier 2019. Communique de presse du Collège National des Généralistes Enseignants.

« Il est temps de dérembourser les médicaments homéopathiques. Il est temps que l’homéopathie sorte du champ universitaire.

(…)

Elle vient en opposition avec tout le courant moderne et important de la médecine générale qui promeut les approches non médica­menteuses, les démarches d’éducation, d’autonomisation du patient, et le travail sur les changements d’habitude et de comportement, indispensables pour suivre des patients présentant des situations complexes, parfois fonctionnelles. »

10 janvier 2019. Le Quotidien du Médecin — Méthodes « ésotériques », pratique « mystérieuse » : il est temps de dérembourser l’homéopathie et de la sortir de l’Université, réclame le CNGE

« le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) appelle officiellement ce jeudi à « dérembourser » les médicaments homéopathiques et à bouter l’homéopathie hors du champ universitaire ! »

Le Pr Vincent Renard, président du CNGE, se veut très clair. « Une fois que l’on a démontré que l’homéopathie n’avait pas de fondement scientifique, il faut arrêter de l’enseigner. Sinon, pourquoi ne pas alors enseigner le tarot ou la voyance en médecine ? »


10 janvier 2019. 20 minutes — Homéopathie: Des généralistes demandent l’arrêt du remboursement de cette médecine alternative

Même information sur le communiqué du CNGE


15 janvier 2019. Le Quotidien du Médecin — Homéopathie, bientôt la fin ? Documentaire et débat ce mardi soir sur France 5, en pleine querelle médicale

Annonce d’une émission sur le sujet de l’homéopathie, et citation du Syndicat national des médecins homéopathes français, qui regretté le manque de « sérénité » dans les débats. L’organisation « regrette que certaines instances mettent à profit cette période pour exercer des pressions sur [la HAS], plutôt que de contribuer à un débat dépassionné qui tienne compte des pratiques médicales et de la liberté de choix des patients ».


15 janvier. France Soir — Grippe: l’homéopathie est-t-elle efficace pour le traitement ou la prévention?

Mise en garde contre la croyance en un « vaccin homéopathique contre la grippe »


19 janvier 2019. Challenge — Malgré les moqueries, l’homéopathie se porte bien en France

L’article se penche sur les stratégies qui &assurent le succès des produits de « santé naturelle »

Plus que la R&D, l’avenir de ces produits repose sur le marketing. Sur le terrain, le patron d’un réseau de pharmacies confirme : « Voilà des années que ces laboratoires orientent leur offre sur les spécialités de marque, pour la mise en avant comme pour négocier leurs conditions commerciales. »


21 janvier. France Inter — Pourquoi l’homéopathie attire de plus en plus les Français ?

L’article utilise le terme allopathie pour décrire la médecine conventionnelle puis prend partie curieusement : « Dire que l’homéopathie est un placebo est dangereux, surtout pour l’efficacité de la pratique. »

« Les patients convaincus ont tous des témoignages de guérison, dans les allergies par exemple. Une étude suisse a démontré qu’elle est plus efficace qu’un placebo sur la dépression. Donc en Suisse, c’est remboursé. »

À la question du danger de l’homéopathie, l’article répond avec candeur : « En France, les homéopathes sont des médecins. Ils sont formés comme les autres avec en plus une spécialisation en homéopathie, ils sont capables de ne pas passer à côté d’une maladie grave… »

Un très mauvais travail de journalisme.


24 janvier 2019. La Tribune — « Les fake news contre l’homéopathie et Boiron, ça suffit ! « , Valérie Poinsot (Laboratoires Boiron)

La nouvelle directrice de Boiron contre-attaque.

Chantage à l’emploi, prétentions à assurer un service à bas coût (avec toujours cette fameuse étude EPI3)… les sophismes dégainés sont analysés dans ce billet.


25 janvier. AlternativeSante.fr — L’homéopathie marche très bien, les preuves sont là

Pour cet article de propagande, l’efficacité de l’homéopathie serait un « mystère qui pose problème aux « scientistes purs ». » L’article cite l’étude EPI3 et c’est dommage car cette étude ne « prouve » aucunement l’efficacité de l’homéopathie. Il parle aussi du coût réduit de l’homéopathie, mais sans fournir de source.


25 janvier. France Culture — La nécessaire remise en question de l’homéopathie

Explication de l’origine de l’homéopathie et des limites de ses concepts et de sa nature purement placebo.

« Une chronique de Ludivine Vendé, enregistrée en février 2018, produite par le Labo des savoirs. »


30 janvier 2019. Figaro Santé — Remboursement de l’homéopathie: une décision de la Haute Autorité de santé très attendue

La HAS reporte la publication de son rapport. L’article souligne une difficulté dans sa mission :

« Pour se prononcer sur le service médical rendu par les produits qu’elle évalue, la commission, composée d’experts indépendants, doit en effet se fonder sur la gravité de la pathologie visée et l’intérêt du médicament dans le cadre de cette pathologie (efficacité et effets indésirables, existence ou non d’alternative…). Or dans le monde des produits homéopathiques, seuls sont remboursés les médicaments dits «à nom commun» qui ne font pas l’objet d’une autorisation de mise sur le marché, mais d’un simple «enregistrement», à condition notamment de ne pas revendiquer d’indication thérapeutique! »


30 janvier. Egalité et réconciliation — Homéopathie : le débat hors sujet

Un très long article indigeste qui prend fait et cause pour l’homéopathie, non pas parce qu’il y aurait des preuves d’efficacité mais par motivation politique de lutter contre une uniformisation de la médecine qui menacerait le libre arbitre. Un mélange des registres qui n’a aucune chance d’aider quiconque à comprendre le problème.


31 janvier. BFMTV — Homéopathie: 72% des Français y croient, les médecins restent sceptiques

Au-delà du titre, l’article montre surtout que les français ont confiance dans la science et sont en recherche de repères pour distinguer les pratiques fiables des autres.

« 77% des Français voudraient qu’un site Internet officiel labellisé par l’État leur indique quels soins sont reconnus scientifiquement, et lesquels ne le sont pas. »


7 février. RTL — VIDÉO – Homéopathie : efficace ou simple placebo ? Les médecins divisés

La vidéo est de M6 infos évoque la dilution infinitésimale « qui peut avoir des effets étonnants » selon le journaliste.

La parole donnée au Dr Demonceaux est l’occasion de nouvelles perles sophistiques : « Ça fait quand même 35 ans que j’exerce, 35 ans que j’utilise Bryonia. 35ans que ça me donne de bons résultats. »

Le remède Bryonia serait efficace contre l’arthrose car la Bryone (mousse à partir de quoi il est fait mais dont il ne contient aucune molécule) a des propriétés irritantes des tissus. Intéressons nous rien qu’un instant à ce « remède ». Selon le site Planète homéopathie il est tout désigné pour les personnes suivantes :

« Le malade de Bryonia est souvent un cholémique au teint bilieux, facilement irritable. Généralement maigre, sec, nerveux, aux cheveux noirs. Il prend facilement froid et est surtout sensible au froid humide qui survient dans les jours chauds après la pluie ou un changement atmosphérique brusque.

Dans le délire des fièvres, il parle surtout de ses occupations professionnelles et se croyant éloigné de son domicile, demande à y retourner. »

Chacun jugera du sérieux de l’approche.

La vidéo donne la parole au Dr Bachureau qui explique qu’en support des traitements anti-cancer l‘homéopathie réduisait fortement les nausées. La manipulation du public est ici totale puisqu’à aucun moment il n’est expliqué que le groupe contrôle (qui reçoit des granules ne contenant rien) connait la même amélioration, information que l’on peut retrouver ici dans un article datant de 2011. M6 donne dans la Fake News avec la complicité de RTL ?


11 février 2019. Santé Magazine — Les 8 médicaments homéopathiques les plus utilisés

Article de pur démagogie présentant les « granules préférés » des français. Aucun travail journalistique.


13 février 2019. Sciences et avenir — Homéopathie, une pratique controversée en quatre points

Rappel des principes de l’homéopathie, de son statut, de sa place dans l’économie française et de l’avis des autorités scientifiques.


13 février. La dépêche — Homéopathie, une pratique controversée en trois grands points

Rappel des objections scientifiques aux allégation des homéopathes.

L’article apporte une nuance :

« Ce chef de service à l’hôpital Lariboisière (Paris) « n’accorde pas la moindre propriété pharmacologique à l’homéopathie », mais estime qu’il ne serait « pas rationnel de ne pas prendre en compte l’irrationnel chez l’homme ». »


13 février. Le Point — Homéopathie: dans son fief de Messimy, Boiron peaufine sa défense

« A mots couverts, Boiron espère que la crise actuelle autour du pouvoir d’achat sur fond des « gilets jaunes » enterreront l’idée de dérembourser l’homéopathie, alors qu’un avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) est attendu ce printemps. »


6 mars 2019. Capital — Boiron : le géant de l’homéopathie a du souci à se faire

Une lecture économique des résultats de Boiron nous renseigne sur la portée des débats dans la société française.

« Tout au long de l’année 2018, le champion de l’homéopathie a vu les ventes de ses petits tubes de granules prescrits sur ordonnance diminuer. Le recul s’est même accéléré au fil des mois, pour atteindre une baisse de 10,6% au troisième trimestre. (…) L’action a chuté de 50% depuis trois ans. »

Le danger qui plane sur les emplois de Boiron (il est réel et c’est bien dommage pour les personnes concernées) est imputable à un choix stratégique très ancien, celui de ne pas faire de véritable recherches scientifiques pour développer des produits fiables.

« Problème, le laboratoire lyonnais n’a pas de plan B : il n’a jamais innové et n’a pas cherché à se diversifier. «On ne voit jamais arriver de vraies nouveautés dans leur gamme» (…) Boiron n’a investi dans la recherche qu’à dose… homéopathique. »

Résultat : Boiron se tourne vers l’international pour écouler sa marchandise.


5 mars 2019. Parents.fr — Rhume de bébé : et si on le soignait avec l’homéopathie ?

On nous prodigue les bons conseils du Dr Pierre Popowski, pédiatre homéopathe.

  • Si l’écoulement est clair et irrite la lèvre supérieure : Allium Cepa 7 CH.
  • Si l’écoulement vire au jaune/vert : Hydrastis canadensis 7 CH.
  • Si au contraire, le nez est bouché la nuit, et l’écoulement clair dans la journée : Nux Vomica 7 CH quatre fois par jour.

« L’homéopathie, comment ça marche ? L’homéopathie agit sur le désordre énergétique à l’origine de la maladie, et selon le principe de similitude »

Bref, propagande pro-homéopathique.


5 mars 2019. INREES — L’homéopathie, Le vrai du faux

Ce site de promotion des croyances dans le paranormal ne rate jamais une occasion de répéter que la science n’a pas réponse à tout et qu’elle critique injustement ceux qui défendent des idées en désaccord avec les paradigmes en vigueur.

« L’argument est toujours le même : les petites granules ne produiraient qu’un effet placebo. Ces discordes n’ont jamais réussi à éradiquer cette médecine qui a le vent en poupe. Alors, qu’en est-il vraiment ? De nombreuses recherches scientifiques plaident en sa faveur, à condition d’ouvrir un nouveau paradigme.. »


8 mars 2019. France Bleue — L’homéopathie dans la tourmente

La parole est donnée, sans contradiction et avec complaisance, au  Dr Martine Gardénal auteur du livre « Homéopathie pour se soigner au naturel » paru en Novembre 2018 chez Guy Trédaniel Editeur. C’est donc malheureusement une promotion de l’antiscience.


13 mars 2019. Pharma GDD —Comprendre et bien se soigner avec l’homéopathie

Article de propagande.

«  il est vivement conseillé de noter sur un calendrier le mode précis de prise des diverses souches homéopathiques, et de bien s’y tenir pour une guérison assurée. »

L’homéopathie serait dénuée d’effets secondaires : « Vous l’avez compris, l’homéopathie est une médecine douce qui présente de nombreux avantages, l’idéal étant de conjuguer homéopathie et allopathie. »


18 mars 2019. Le Quotidien du Médecin — Homéopathie : tout est prêt pour un éventuel déremboursement

Un an pile après la tribune qui a mis le feu aux poudres le journal fait le point sur les critères d’évaluation de la HAS et sur la manière dont v& se dérouler l’évaluation.

Une évaluation que les homéopathes vont probablement contester, comme permet de le prévoir la déclaration du Dr Christine Bertin-Belot, vice-présidente du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF), pour qui cette procédure ne tient pas compte de la particularité de l’homéopathie. 

« Ces médicaments ne fonctionnent pas par classe thérapeutique. Dans la pratique, le médicament est prescrit pour un ensemble de symptômes différents et répond à de nombreuses classes thérapeutiques. Ce n’est pas possible de les évaluer en les regroupant par classe homogène, cela n’existe pas ».


Conclusion

Cette longue odyssée à travers la couverture médiatique de l’homéopathie depuis le 18 mars 2018 met en évidence de sérieux problèmes dans l’information à laquelle ont eu accès les français. L’opinion a souvent remplacé l’information sourcée. Le sophisme a trop souvent pu passer à l’antenne sans être dénoncé pour la faute logique qu’il est.

Je tiens à souligner la qualité du travail de quelques rédactions qui ont couvert le sujet à de multiples reprises comme Science et Avenir, le Figaro Santé ou Le Quotidien du Médecin. Certaines rédactions ont un bilan mitigé, avec quelques très bons sujets et d’autres plutôt mauvais, c’est le cas du Monde, d’Europe 1, de France Info et surtout France Inter qui flirte avec la désinformation. Les cancres sur ce sujet sont LCI, Libération, le Parisien. Les autres n’ont pas accordé suffisamment d’intérêt à l’homéopathie pour qu’on puisse véritablement évaluer la qualité de leur travail, mais force est de constater que le paysage général n’est pas encourageant. Il serait donc faux de chercher des responsabilités individuelles à ce qui est de toute évidence un problème systémique : nos médias ne savent pas traiter ce sujet correctement.

Sur des questions qui touchent à ce que la science sait éclairer, les médias devraient avoir pour rôle principal de distinguer clairement la polémique de la controverse. La polémique est un désaccord consommé, cultivé, porté en place publique, motivé par des intérêts divergents, par une stratégie partisane ou par l’engagement de personnalités. Sa dimension est politique. Elle est différente de la controverse scientifique dont le périmètre est épistémique (ce que l’on sait, ce qui est « vrai »). La controverse est simplement une question scientifique sur laquelle deux ou plusieurs avis en présence n’ont pas réussi à trancher qui aurait plus raison, ou moins tort, que les autres.

Il y a des controverses sur l’efficacité de certains médicaments, sur la position taxonomique de certains groupes de plantes ou d’animaux, sur la balance bénéfice/risque du nucléaire, sur le statut de certaines théories cosmologiques, etc. Mais il n’y a plus de controverse scientifique sur l’efficacité de l’homéopathie, sur le changement climatique ou sur l’importance de la couverture vaccinale. Laisser penser le contraire à répétition, ce n’est pas aider le public à se forger une opinion éclairée par les faits les plus pertinents dont nous disposons.

En réalité, la polémique autour de l’homéopathie est une question simple. La littérature scientifique est limpide depuis des années. Il est donc particulièrement alarmant de la voir si maltraitée, car cela force à reconsidérer la qualité du travail des médias sur des sujets plus complexes, et donc la confiance que l’on peut leur accorder. Or la crise de confiance envers les médias que nous vivons est le terreau parfait pour que se développent des discours extrêmes et antisociaux.


On ne peut décemment pas se moquer des conspirationnistes et dénoncer les fake news, si dans le même temps on donne le spectacle d’un refus de la remise en question de ses préjugés. La tribune sur les #FakeMed est un test que bien trop de médias n’ont pas su passer.


Est-il possible pour une chaîne dédiée à l’esprit critique de traiter le sujet de la chasse ?

En fin d’article vous trouverez des arguments postés sur nos pages qui cherchent à montrer combien nous avons été injustes avec la chasse. Je pense qu’ils montrent au contraire combien la défense de la chasse repose sur une rhétorique principalement fallacieuse, ce qui explique le ton pris par notre travail.

Chasse gardée ?

Je constate que souvent dans la sphère zététique, et dans la vulgarisation scientifique en général, on évite soigneusement certains sujets polémiques car les empoignades qui en découlent pompent une énergie considérable et sont un obstacle à la progression d’une chaîne (sauf si elle fait profession de donner dans le buzz, l’outrance et l’indignation). Bien sûr, certains collègues font exactement ce qui leur plait, sans subir ces contraintes… Mais le climat est tel qu’il semble y avoir des terrains interdits. Et l’esprit critique est ainsi prié de ne pas ramener son aiguillon sur les questions du racisme, du sexisme, de la politique en général et sur les questions de mode de vie… C’est quelque peu problématique parce que c’est oublier ce qu’est la zététique, à savoir un mouvement militant rationaliste, une didactique des sciences qui repose sur des valeurs, notamment l’attachement à la vérité qui s’exprime par le recours aux méthodes les plus fiables et l’exercice d’un scepticisme courtois mais franc envers toutes les assertions.

La zététique est inévitablement abrasive pour ceux qui tiennent aux croyances qu’elle égratigne. Les croyants ne sont jamais très heureux qu’on vienne démonter les beaux édifices rhétoriques qui protègent leurs croyances. Ils peuvent réagir avec sagesse, mais aussi parfois avec agressivité en nous jugeant incompétents et biaisés, corrompus ou naïfs. Les habitués de la TeB le savent ou devraient le savoir. Ils savent aussi que personne n’est exempt de croyances plus ou moins bizarres, d’idées (graves ou bénignes) que leurs propriétaires n’ont pas de bonnes raisons de croire mais qu’ils n’ont pas très envie de remettre en question. Et parmi ces idées les représentations sociales sont importantes en nombre et en conséquences, en particulier quand elles sont affectées d’une valeur morale (ceci est bien, ceci est mal). Les questions que soulève la chasse et surtout les critiques de la chasse sont donc des questions qui dérangent, reste à savoir si elles sont pertinentes.

Ce thème illustre la difficile position d’une chaine comme la TeB, cible d’injonctions paradoxales. On nous demande fréquemment de nous borner à ne traiter que des sujets scientifiques sur lesquels existe un consensus (l’évolution, le climat, le paranormal…), mais en parallèle on nous met au défi de traiter des « vrais » sujets qui ont un impact sur la vie des gens (comme la religion). Il est clair qu’on ne fera jamais plaisir à tout le monde, et nous continuerons par conséquent à choisir les sujets qui nous intéressent, ceux sur lesquels nous pensons pouvoir apporter quelque chose.

De la pseudo-neutralité

Le simple fait d’aborder la question de la chasse crée un contexte qu’il est intéressant d’analyser. Dès l’annonce, les injonctions ont plu : on exigeait de nous de la neutralité (ou plutôt on affirmait qu’on en serait incapable), on réclamait un débat, la présence d’un pro-chasse, on conspuait l’invité en le désignant comme incompétent et militant, donc partial, donc indigne de l’émission.

Je remercie le public d’être ainsi exigeant quant à la manière dont nous préparons nos émissions, cela me semble signifier que la TeB est à leurs yeux une chaine de qualité. Mais il y a aussi une énorme incompréhension sur notre travail. J’ai déjà eu l’occasion de dire que nous recevons tout le temps la critique (très minoritaire) suivante : « j’adore la TeB, mais franchement là, au sujet de [Insérer mon sujet d’intérêt personnel où je suis en désaccord avec la ligne éditoriale] ils font n’importe quoi, ils oublient les bonnes méthodes, ils ne disent pas ce qu’il faut. ». Et il faut admettre que cela peut être vrai, on peut rater une émission. Mais, ou bien nous ratons systématiquement toutes nos émissions, ou bien ce genre de propos est insuffisant pour établir une défaillance de notre part. Franck Ramus a écrit il y a un an sur cette rationalité à géométrie variable.

Nous sommes conspués par les pro-homéopathie, les antivaxx, les pyramidologues, les pro-psychanalyse, les créationnistes et autres intégristes, les climato-négationnistes, les racistes, les naturopathes et associés, certains militants SJW agressifs que l’on croise essentiellement sur twitter, par différentes obédiences conspirationnistes, par un certain nombre d’autres communautés motivées à rager contre les critiques, et désormais par certains pro-chasse qui n’ont pas supporté que nous ayons une opinion.

Moi-même et toutes les personnes derrière la TeB et l’ASTEC avons beaucoup d’opinions sur beaucoup de choses. Nous savons suspendre notre jugement et accepter que notre opinion évolue, mais nous avons des avis, et ces avis sont à la source des choix des sujets traités. Le simple fait de faire une émission sur les musées créationnistes ou sur le charabia autour du quantique est le fruit des opinions des gens qui préparent l’émission. Je suis navré si vous le découvrez en lisant ces lignes. Nous ne sommes pas « neutres » quand nous acceptons une conversation publique avec gourou Thierry Casasnovas (qui a finalement renoncé) pour qu’il rende compte de ses déclarations sur les vaccins, nous ne sommes pas « neutres » en traitant le sujet des maladies rares ou en partageant le film « Le Mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme ». J’ignore totalement ce que voudrait dire être « neutre » sur ces sujets. Je me contente d’être aussi bien documenté et méthodique que possible. J’ai un avis sur l’homéopathie et son remboursement, sur la théorie des anciens astronautes, sur la politique de répression policière en France, sur le changement climatique, sur l’importance de la litératie scientifique à tous les âges, etc. Si cela vous est insupportable, j’en suis bien désolé pour vous. Si cela vous semble normal, vous accepterez sans mal que j’ai un avis sur la chasse ou devrez admettre qu’ici vous butez sur votre propre incohérence.

Dès l’éditorial de l’émission, nous avons indiqué avoir une opinion très critique sur la chasse, nous avons fait le choix d’un invité écologue, mais critique plutôt que pro-chasse parce que réaliser l’interview d’un expert d’un avis différent du notre réclame une lourde préparation, et je n’avais pas un tel temps à consacrer à ce sujet (vous êtes en droit de trouver que c’est très dommage, mais les autres sujets que nous abordons ne se traitent pas tout seul, il faut leur consacrer un temps qui n’est pas une ressource infinie). Je m’étais même préparé à devoir recadrer l’invité s’il se montrait trop partial, et au final la grande mesure de Pierre Rigaux m’a pris au dépourvu, et c’est moi qui ait, à quelques reprises, adopté une posture militante (notamment sur la chasse à courre). Ceux qui ne m’attendaient pas dans ce rôle ont pu être déçus, je peux les comprendre, mais je n’agis en fait pas autrement quand je prends position contre l’homéopathie ou la psychanalyse.

Avoir un avis sur la chasse ne signifie pas avoir des préjugés ou être plus biaisé que vous. Mon avis sur la chasse est un jugement fondé sur les choses que je sais ou que je crois savoir. Qu’il soit erroné ou correct, il est l’aboutissement de ma réflexion, pas le point de départ dogmatique auquel je voudrais m’astreindre. Je pense donc pouvoir traiter honnêtement le sujet, même en ayant une opinion, tant que je prends soin de distinguer les registres de l’opinion et du fait.

Un dispositif disqualifié quand ça arrange

La chasse est un phénomène à multiples couches, on ne peut pas le traiter dans son ensemble, et donc nous avons choisi l’angle écologique. L’émission a été organisée suite à une conversation avec un membre de l’ASPAS, car c’est aussi comme ça qu’on décide de traiter un sujet. Dès le départ, j’ai souhaité recevoir une personne capable d’avoir un discours factuel, maîtrisant le vocabulaire et la méthode scientifique et disposée à supporter un exercice de contradiction de ma part. C’est-à-dire que j’ai abordé cette émission comme toutes les autres.

Notre public n’est pas dérangé quand nous parlons de vaccination sans inviter les antivax, de racisme sans inviter un raciste ou d’archéologue romantique sans inviter des pseudo-archéologues. Ici nous avons abordé la question de l’impact écologique de la chasse et nous n’avons pas invité de pro-chasse. C’est vrai ! Nous avons dit pourquoi en introduction, j’ai personnellement admis avoir un probable biais sur la question, puis nous avons traité le sujet avec la rigueur qui s’impose (et de temps à autre j’ai fait des blagues, et elles rendent furieux des gens dans les commentaires, cela ne m’émeut pas beaucoup, mais ils ont bien le droit, et c’est vrai que je n’aime pas me revoir, peut-être parce que je vois les mêmes défauts : je coupe trop la parole à mon invité. Bref).

Au vu des commentaires, je dois re-re-redire une chose simple mais qui ne rentre pas dans toutes les têtes : La Tronche en Live n’est pas une émission de débat. Point. Nous recevons un invité et nous essayons de nous assurer que ce qu’il dit est solide. Tel est le contrat.

Nous avons traité dans l’émission des principaux arguments pro-chasse (partie 2 sur la rhétorique, partie 3 sur l’argument central pour l’émission : le rôle dans la régulation des écosystèmes). À chaque fois Pierre Rigaux a expliqué pourquoi cela ne lui paraissait pas convaincant. Son propos était exempt de sophismes (et c’était mon job de le vérifier en direct). Peut-être a-t-il énoncé des faits incorrects, c’est toujours possible avec n’importe quel invité, c’est moins dangereux quand on sait qu’on écoute une personne militante, car on sait sous quel angle l’erreur risque de partir. Il y avait beaucoup de pro-chasse dans le tchat et un spectateur visiblement érudit sur la question a eu longuement la parole en fin d’émission (il a défendu la chasse à courre en off, il tient une chaine ou il se filme en train de tuer des animaux, je pense que c’est un « vrai »).

Qu’en ressort-il ? Que Pierre Rigaux a donné un chiffre erroné sur le nombre de chamois tués annuellement. Une fois le bon chiffre apporté, il a admis son erreur. Les commentaires signalent une autre erreur : ironiquement P Rigaux a donné une information plus « gentille » envers la chasse qu’elle ne l’est en réalité : L’ANSES préconise de ne pas consommer plus de 3 fois par an de la viande de chasse, contrairement à 1 fois par semaine comme le disait l’invité. De plus l’ANSES préconise non seulement aux femmes mais aussi aux enfants de ne jamais manger de gibier issus de la chasse (source).

Si cela vous suffit pour disqualifier son discours, demandez-vous si ce n’est pas un peu commode de votre part.

La qualité des critiques ?

Depuis le soir du live, j’assiste à une déferlante de commentaires agressifs sous la vidéo (un lobby de plus d’un million de personnes, ça ne passe pas inaperçu), avec beaucoup d’insultes et de récriminations générales, dans le style de ce que l’on reçoit de la part des pro-psychanalyse.

Quasi-absents sont les arguments, au contraire de la posture de vitupération qui consiste à dire « bouh c’est nul » ou « je suis trop déçu » sans spécifier ce qui serait faux et comment on montre que c’est faux ; posture non seulement inutile, mais totalement nocive à la réflexion sur le sujet. Beaucoup de ceux qui commentent n’ont pas envie de participer à une conversation argumentée mais désirent exprimer leur désaccord, leur rejet de l’émission. Dont acte.

Il y a heureusement quelques commentaires listant ce qui leur pose problème, et je vais ci-dessous apporter une réponse (laborieuse) qui va montrer que la posture la plus biaisée reposant sur le plus de présupposés discutables n’est ni la mienne ni celle de notre invité, aussi militant qu’il puisse être. Être anti-sexisme, anti-esclavagisme, critique des antivax, ce n’est pas être biaisé, c’est mettre en conformité ses paroles & actes avec des valeurs humanistes et les connaissances qui permettent d’éclairer les conséquences de nos décisions. Vous avez le droit d’avoir des avis différents, mais je ne prendrai pas de leçon de zététique de la part de gens qui carburent aux sophismes du juste milieu, de l’appel à la tradition, de la double faute, de la solution parfaite ou de l’appel à la nature, ce ne serait pas sérieux. Mille critiques fallacieuses ne peuvent, par la seule force du nombre, s’arroger le statut de réfutations réussies.


J’ouvre une parenthèse pour aborder un élément laissé de côté lors de l’émission : la question de l’alcool. J’ai échangé sur Twitter avec un élu du parti des chasseurs pour poser une question simple. Au lieu de répondre clairement, j’ai eu droit à quelques circonlocutions puis au silence.

Ce que j’ai compris, c’est la chose suivante : le chasseur qui cause un accident est sanctionné plus gravement s’il est alcoolisé. Mais il n’existe pas de seuil d’alcoolémie pour être autorisé à chasser. Le moindre usager de la route serait donc plus sévèrement contraint par la loi que le piéton qui se promène avec une arme et l’intention de s’en servir.

J’espère me tromper dans mon interprétation, auquel cas un espace erratum est prévu ci-dessous.

Erratum : 

Rien à signaler…

Bien sûr, on peut être pour la chasse et être une personne tout à fait fréquentable, remplie des mêmes qualités humaines et des mêmes valeurs que les autres, il faut se garder d’essentialiser le débat. Mais la zététique est avant tout un exercice de pensée contre soi, et il faut au minimum se débarrasser des mauvais arguments et ne pas sauter sur la moindre faute du camp d’en face pour disqualifier toute critique. Si la chasse se défend mal sur le terrain des arguments rationnels, ce n’est pas la faute des anti-chasse, même s’ils ont eux-mêmes des faiblesses argumentatives (comme cela peut arriver à certains végans). La question de la chasse fait donc bel et bien partie des sujets que l’on peut aborder avec la zététique. Et c’est en le faisant qu’on apprendra à mieux le faire, notre émission n’était certainement ni irréprochable ni insurpassable.


Foire aux Arguments

D’abord listons les arguments classiques employés pour défendre la pratique de la chasse.

  • « C’est une belle tradition. »
    • C’est subjectif. Et ça permet de justifier tout, dont l’esclavage. Ce n’est donc pas un argument valable.
    • On peut imaginer qu’avec un regard anthropologique on attribue à la chasse des vertus symboliques aidant l’humain à se dire qui il est. Certains le font. Mais il y a quand même en France quelque chose comme 95% d’adultes non chasseurs, j’estime donc qu’on peut résister sans mal à ce genre d’argument si on ne l’appuie pas sur des données solides
  • « Les chasseurs sont les premiers écolos de France » 
    • Leurs actions bénéfiques sur les écosystèmes sont réelles : protection des milieux, financement de campagnes de collectes d’information sur les populations… mais rien de cela n’implique de tuer des animaux. Ce n’est pas un argument pro-chasse, mais un argument qui montre que les chasseurs peuvent rendre service quand ils ne chassent pas.
  • « La chasse est une activité conviviale, elle rassemble les gens en milieu rural. »
    • Ce qu’il y a de convivial et de pro-social dans ces activités peut se faire sans tirer sur les animaux.
  • « C’est une activité motivée par l’amour du gibier, par le respect pour sa force, son intelligence, etc. »
    • La photographie animalière rend hommage à la dignité des animaux. Sans les tuer ni polluer.
  • « La chasse est nécessaire pour combattre des épidémies au sein du gibier. »
    •  Au contraire, la chasse aggrave la diffusion des maladies « Wildlife Management Practices Associated with Pathogen Exposure in Non-Native ild Pigs in Florida, U.S. » Carr et al. 2018 (source).
  • « Les chasseurs indemnisent les dégâts causés aux cultures par le gibier. »
    • Argument intéressant qui pose la question de la définition d’un dégât et de l’étendue des agrosystèmes et notamment des cultures de maïs destinées à nourrir… les animaux d’élevage. Mais critiquer la chasse, ce n’est pas défendre l’élevage.
  • « La chasse est indispensable pour réguler les populations sauvages en France.»
    • C’est l’argument le plus solide. Il n’est valable que pour les grands gibiers : sanglier, cerf et chevreuil. Il ne peut être invoqué par celui qui chasse des oiseaux (30 millions d’animaux d’élevage lâchés dans le but de fournir des cibles aux chasseurs). Mais même pour ces grands gibiers se pose la question de la manière dont on les tue (ce pourrait être une activité réservée à des professionnels qui savent ce qu’ils font), et des conditions environnementales anthropisées qui empêchent la cohabitation ou favorisent un excès de population. La chasse est-elle la seule solution envisageable ? La réponse est bien sûr non, puisqu’en zététique on sait que l’alternative est féconde.
  • « J’aime tuer. »
    • Ah. Ben, OK.
La candeur d’un argument auquel il n’y a, finalement, rien à répondre.

Ci-dessous les arguments tirés d’un message de Kovlovksi, l’un des rares critiques à avoir la politesse de développer sa critique.

« Les sports automobiles (moto, rally) tue également des personnes externe. Et en s’y penchant deux minutes on en trouve d’autres. »

Réponse — Les autres activités n’impliquent pas d’utiliser un objet dont la *finalité* est de tuer. L’acte de mettre en joue et de tirer des projectiles à haute vélocité dans le seul but de tuer un animal étant la définition même de la chasse, toute comparaison avec des sports automobiles est fallacieuse. Les voitures de rallye ne finissent pas dans les murs des salons ou les vitres des trains comme cela arrive aux munitions des chasseurs

« « je frappe ma femme mais pas trop fort » belle homme de paille (mais je suis sur que c’est pour tester votre audience). »

Réponse — J’ai prononcé cette phrase non comme un argument mais comme une caricature assumée (et sans doute pauvrement inspirée) de l’argument qui cherche à justifier la chasse sur les espèces menacées, en disant : « Ces espèces menacées sont plus menacées par d’autres facteurs que par la chasse, donc la chasse n’est pas le problème » Et cet argument-là est, lui, un véritable sophisme, celui de la double faute, du « y a pire ailleurs » ou du Whataboutisme qui consiste à demander pourquoi on ne parle du problème Y au lieu de s’intéresser au problème X… sans essayer de montrer qu’on a tort de penser que X est un problème. Cela s’appelle aussi noyer le poisson.

« Tuer sans manger… » Je connais aucun chasseur qui fait ça.

Réponse — Ceci est une anecdote de votre part. Les gens de l’ASPAS témoignent souvent qu’on retrouve des animaux tués jetés directement à la poubelle. Ou bien ils mentent, ou bien cela existe. Et si cela existe, on peut se demander pourquoi (viande impropre à la consommation, surchasse, pur gaspillage…). Et on peut aussi se demander ce qu’on fait pour que cela n’arrive plus.

« « Souvent les chasseurs ne tue pas en une balle » ça peut arriver mais rarement. »

Réponse — Vous dites donc exactement la même chose que P Rigaux. Non ?

« La régulations des renards (dans ma régions) est du au fait qu’il se reproduit trop vite et est le seul prédateur. Cela permet à d’autre espèce de ne pas disparaître. (le renard tue les poules pour le plaisir également, parfois tout le poulailler sans les manger). »

Réponse — Il faudrait être sûr de l’efficacité de la destruction de près d’un million de renards par an. L’êtes-vous ? Sur la base de quelles données ? Ce que nous dit notre invité, c’est que cette destruction massive, génératrice de pollution et de souffrance animale est inefficace en vertu de la dynamique des populations de Renard, et que le jour où cette régulation fonctionnera, on basculera très probablement vers une dynamique de disparition des renards. Pouvez-vous contredire cela, source à l’appui ?

 « Je me promenais au bord d’une rivière… Un chasseur m’a menacé… J’en ai trouvé plein les poubelles… Sur la vidéo ils noient le cerf… Il faut me rappeler, selon vous, quelle valeurs à une anecdote ? »

Réponse — Certains faits sont têtus : Pierre Rigaux a été menacé de mort. Achever un cerf à coup de rame pour qu’il se noie, cela existe, puisque cela a été filmé. Mais ce serait des anecdotes inacceptables dans notre émission. Pardon, mais vous déconnez ?

« -À un moment on relève un biais d’appel à la nature lancé par un chasseur imaginaire. J’aurais alors beaucoup apprécié que l’on relève aussi les nombreux biais de confirmations, hommes de pailles et autres fait par les deux intervenants bien réel eux. »

Réponse — … lesquels ?

« – De nombreux animaux font du mal sans chercher à tuer le plus rapidement dont parfois le loup, le renard, le chat et beaucoup d’autre prédateurs (ou pas). »

Réponse — Dans la phrase au-dessus vous condamniez les appels à la nature… Ce qui a été dit dans l’émission : les loups chassent en visant l’efficacité (le plus souvent). Ils s’en prennent à des proies faciles si possible et cherchent à tuer vite pour ne pas gaspiller de l’énergie (c’est dans leur intérêt évolutionnairement parlant). Vous citez le cas du chat domestique qui est une catastrophe écologique et celui d’autres prédateurs qui s’amuseraient avec leur proie, et cela doit arriver, mais ce n’est pas la règle, et si cette comparaison est faite, c’est parce que les chasseurs, en premier lieu, cherchent à justifier la chasse à courre en la disant la plus proche d’une chasse « naturelle »

 « -Vous effleurez quelques fois le côté « éthique ». Notre façon de vivre tue beaucoup, beaucoup plus d’animaux que les chasseurs (pollution, déforestation etc), les chasseurs dans tout ça ne sont pas grand chose . Et mon avis personnel est que je pense qu’il est pire d’être indirectement responsable de la mort d’animaux et de fermer les yeux. »

Réponse — Encore un sophisme de la double faute : « y a pire ailleurs ». Oui, il y a d’autres pratiques très dommageables, on l’a dit dès l’éditorial. C’est donc un peu gonflé de faire comme si vous nous l’appreniez.

« -Il dit que les degats ne sont pas mesurables, et ensuite qu’ils ne sont pas important… Comment peut-on savoir l’importance si ce n’est pas mesurable. »

Réponse — Je n’ai pas de réponse à cela. Ce qui est sûr c’est que le seuil à partir duquel des dégâts sont jugés importants est arbitraire, et qu’il n’est pas corrélé à un fonctionnement « normal » des écosystèmes, mais répond surtout à des impératifs économiques.

« -Les cerfs font des dégâts dans les forêts. »

Réponse — Les éléphants aussi. Et les humains. Faut-il les tuer ? (NB : au nom de quoi ma question serait outrecuidante tandis que la position qui consiste à dire que tuer les cerfs est normal devrait être acceptée par défaut ? Ceci est une vraie question)

 Et puis de toute façon, il faudrait définir « dégât », je vous renvoie à la remarque précédente.

« -Les chasseurs posent des plaquettes réfléchissante au bord des routes afin que les voitures ne surprenne pas la faune. À l’aide de drone, ils cherchent et font sortir les faons afin qu’ils ne soient pas tués lors des moissons. Ils entretiennent les forêts. »

Réponse — Je ne sais pas de quoi vous parlez. On a eu l’occasion de dire que les fédérations de chasseurs pouvaient mener des actions de protection très salutaires. Mais les actions dont vous parlez ne sont pas une justification pour ensuite prendre un fusil et tirer dans ses animaux, nous sommes bien d’accord ?

Autres critique entendues

L’invité dirait des choses fausses, et notamment aucune espèce menacée ne serait chassée en France…

Eh bien il faut alors consulter la liste des espèces chassables en France et la comparer à la liste des espèces menacées en France métropolitaine. On obtient le résultat suivant ( avec VU = premier niveau du risque d’extinction. CR, plus haut niveau du risque d’extinction) :

  • macreuse brune (VU, population hivernante)
  • fuligule milouin (VU)
  • oie cendrée (VU)
  • oie des moissons (VU, population hivernante)
  • sarcelle d’hiver (VU)
  • sarcelle d’été (VU)
  • tourterelle des bois (VU)
  • grand tétras (VU)
  • bécassine des marais (CR).

Conclusion : en France, on tire légalement sur des oiseaux dont l’espèce est menacée.


Argumentation par DENTger 

Arguments fallacieux: La chasse est le seul sport qui tué les non pratiquants. Clairement pas. Le vélo cause aussi des accidents avec les piétons… le foot cause énormément de violence autour du stade… un marathon comme celui de Paris ou de new York émet plus de gaz à effet de serre qu’un grand prix de F1. La chasse pollue car les plombs déjà tirés sont déjà présents. Les nouveaux projectiles ne sont pas en plomb… on se rapproche un peu d’un appel à la tradition, ça polluait ça polluera… on peut également réformer la loi pour changer les jsp (jacketed soft point comprendre pointe plombee) en pointe creuse en laiton.

Réponse — Les escaliers causent plus de morts que les tronçonneuses dans les maternelles. Cela ne veut pas dire que les escaliers doivent être interdits où que les tronçonneuses en libre accès à l’école seraient acceptables. On retrouve le sophisme de la double faute décidément très présent autour du sujet de la chasse. La violence dans les stades de foot est un vrai problème, mais notez qu’on peut jouer au foot sans être violent, tandis que chasser sans utiliser une arme semble moins évident. Quoi qu’il en soit, une fois qu’on admet que le marathon de Paris produit beaucoup de gaz à effet de serre… que peut-on en conclure au sujet de la chasse ?

« Certains animaux sont gâchés… Je ne connais aucun chasseur qui gâche… mais soit, la grande distribution ne gâche aucun aliment c’est bien connu… donner les animaux aux chiens… les chiens sont des carnivores… on pourrait partager un peu avec eux… mais ce n’est pas gâché (même si je suis clairement jaloux…) »

Réponse — Dans notre émission, il été dit explicitement qu’il fallait critiquer tout le système, depuis l’élevage jusqu’à la grande distribution. Une fois cela acté, comment cela doit-il affecter notre avis sur la chasse ?

« Question chargée : qu’est ce qui justifie de tirer sur un animal? Il y a la retournement de la charge de la preuve. Il conviendrait déjà de prouver qu’un animal souffre plus d’un coup de fusil que d’être égorgé dans un abattoir. »

Réponse — Si c’est moins douloureux alors c’est acceptable ? J’espère que reformulé ainsi l’argument est clairement absurde pour tout le monde.

« Les animaux sauvages ont des morts douloureuses, la mort n’est pas agréable. Mais nous devons manger et manger de la viande est une nécessité. C’est très dommage que votre opinion personnelle soit passée au dessus de la zethetique… »

Réponse — Ici c’est encore un appel à la nature. Les animaux dans la nature souffrent, alors on peut les faire souffrir, c’est normal. Dans la nature on se parasite, on tue les bébés, on les mange, y compris au sein de la même espèce. Certains animaux se font la guerre, etc. Et on sait bien que ce n’est pas une raison pour en faire autant.

Le même DENTger dans un autre commentaire

« Mon cher mendax. L’argument qu’un mort causé par un fusil est plus grave qu’un mort causé par une voiture ou je ne sais quel objet me semble discutable… il serait donc plus grave que je tue mon voisin à la hache qu’à la batte de base-ball car la hache est vraiment une arme… prêter une intention à un objet… pour en revenir à des chiffres on a un million de chasseurs,( et sûrement quelques millions d’armes en plus si l’on compte les tireurs sportifs et armes illégales…) si un million de personnes peuvent faire joujou avec des armes mortelles sans causer plus de 5 morts par an… Je dirais bien qu’avec aussi peu de morts jouons tous avec des fusils… »

Réponse — Il y a ici un homme de paille : personne ne dit qu’une mort est plus grave qu’une autre, mais il faut semble-t-il rappeler que le seul but d’une arme est de tuer ou blesser, on ne fait rien d’autre qui soit utile avec, ce qui n’est pas le cas d’une voiture ou d’une hache que l’on peut utiliser à d’autres fins. Cette évidence semble demeurer dans l’angle mort de ceux des pro-chasses qui s’entêtent à comparer la chasse avec une activité n’impliquant pas l’usage d’armes destinées à tuer. Le commentaire se termine par une galipette à laquelle une réponse structurée demanderait plusieurs lignes que je veux croire inutiles.


Je reste ouvert à des commentaires et critiques si vous estimez que la chasse est maltraitée dans notre émission ou dans cet article.