Pyramidologie – Aux sources de la pseudo-archéologie

,
52eme Chandelle dans les Ténèbres de l’éditeur Book-e-book créé par Henri Broch.

Dossier de presse

Le terme « pyramidologie » fait référence aux diverses spéculations sur les pyramides (construction, fonction etc.) élaborées par les « pyramidologues ». Ceux-ci émettent des hypothèses sensationnelles et séduisantes pour un public avide d’histoires fabuleuses. « La tradition pyramidologique n’est initialement pas une démarche purement anti-scientifique mais d’autres manières de raconter le temps profond », rappelle Thomas C. Durand. Mais ce sont ses dérives que dénonce l’auteur. Selon lui, le phénomène a pris une ampleur préoccupante, balayant des décennies de travaux de recherches scientifiques. Soucieux de remettre les pendules à l’heure, Thomas C. Durand explore ces récits alternatifs à travers les siècles, apporte son analyse, déconstruit des histoires certes fantastiques mais bien trop pseudoscientifiques pour son esprit critique. Au lecteur d’en tirer des leçons sur la manière dont les croyances se forgent et se transmettent…

Pour qui : le lecteur curieux de découvrir cet incroyable milieu de la pyramidologie, sans être érudit en archéologie, en histoire ou en architecture.

À propos de l’auteur : Thomas C. Durand est auteur de plusieurs ouvrages sur la science et l’esprit critique, romancier et dramaturge, animateur de la chaine Youtube La Tronche en biais, cofondateur et directeur de l’Association pour la science et la transmission de l’esprit critique et docteur en biologie végétale.

Ce livre est en grande partie le fruit d’un travail réalisé sur ce blog et sur La Tronche en Biais. Et il a été rendu possible par le soutien du public tout au long de ces cinq dernières années. Je remercie Jean-Pierre Adam d’avoir accepté d’en rédiger la préface.

Pour acheter le livre, vous pouvez utiliser ce lien.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.