Retour de la phrénologie en entreprise

Nouvel exemple de l’entrisme sournois des pseudosciences dans le monde de l’entreprise. La cible : les managers.

***

Le magazine Forbes fait la promotion dans cet article d’un charlatan dont le sabir vise à nous impressionner : « L’écriture permet donc de définir une formule tempéramentale au sens où Empédocle ou Hippocrate l’aurait compris. Elle définit ainsi la constitution de ses agrégats mentaux, émotionnels et instinctuels. »

Le « graphologue » passe l’interview à mélanger l’expertise d’identification d’une écriture (technique sérieuse) avec une typologie humaine comparable à l’astrologie : « [l’écriture] renseigne sur la logique, l’intuition, l’imagination, le réalisme et même sur le genre de mémoire: abstraite, concrète, sélective, objective, numérique, imaginale».

Au-delà de l’écriture, le charlatan décrypte les visages, comme le faisait autrefois la vieille phrénologie raciste, qu’il préfère aujourd’hui appeler morphopsychologie : « toute situation où le milieu ambiant est favorable va tendre à faire extravertir la personne ; tout milieu défavorable va tendre à l’introvertir. Ensuite, la personne peut introvertir ou extravertir des parties de son visage (au moins trois zones : frontale, nasale et buccale). Ce sont toutes ces différenciations qui vont montrer, en quelque sorte, si la situation de naissance, l’évolution familiale, éducative a été favorable. »

Devant des paroles énoncées avec aplomb, on commence par penser que l’expert sait de quoi il parle, on essaie de faire sens de ce qui est dit, et on est bien content d’avoir appris quelque chose. Hélas, si je me tourne vers mon ami François (de la chaine Primum Non Nocere) qui est chirurgien maxillofacial, et donc expert tout désigné, j’obtiens de sa part une immense alerte au bullshit.  Sur le prognathisme :

« Il y a une part génétique, et une part acquise en lien avec la croissance, la respiration, la croissance dentaire, la position de la langue, et, effectivement, des tractions musculaires. Les tractions musculaire ont clairement un lien avec la morphologie faciale c’est indéniable, mais la crispation musculaire aurait plutôt tendance a créer du rétrognathisme et pas du prognathisme. Mécaniquement ces affirmations sont au minimum présomptueuses et ne s’appuient sur rien de valide scientifiquement.»

Les élucubrations de Maxence Brulard pourraient être plaisantes par leur côté symbolique et subjectif, ne serait la finalité de la manœuvre : prétendre savoir des choses qu’on ne sait pas ; conseiller à grand frais les dirigeants de ce monde. Notre expert, d’ailleurs, est très fier de préciser : « Nombreux sont les capitaines d’industrie à avoir réorienté leur testament après investigations graphologiques de tous les ayant-droits potentiels ». Et la journaliste en a parfaitement conscience puisqu’elle est heureuse de nous dire que son expert « lève le voile sur les nombreux ressorts derrière ces actes du quotidien qui intéressent une multitudes d’acteurs : recruteurs, institutions judiciaires ou policières, spin doctors…»

Les pseudosciences du management visent à séduire des décideurs, en particulier ceux qui manquent d’une formation scientifique, et désireux de pouvoir s’appuyer sur des indicateurs lors de leur prise de décision. La présence de ces indicateurs leur apporte un sentiment de contrôle rassurant et les aide à assumer leurs choix. Mais c’est bien le seul bénéfice à en attendre, et ce au prix des conséquences de choix mal éclairés.

La superstition ne fait jamais long ménage avec les bonnes décisions.

Mendax
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.