Jean-Dominique Michel est ce que les médias appellent un “expert”. Ce mot, hélas, ne veut strictement rien dire dans la plupart des contextes. “Expert” n’est pas un titre protégé comme l’est “médecin”, et il n’a aucune valeur quand il est auto-attribué. Il se joue dans les médias une danse délétère où des journalistes “valident” l’expertise des personnes qui acceptent de venir remplir leur temps d’antenne avec une parole ornée des indicateurs du savoir et de l’autorité, ce qui est bon pour l’image de leur programme. En retour, voilà l’invité adoubé d’un semblant d’expertise qu’il pourra aller cultiver sur un autre plateau.

Rappelons-nous que Stéphane Bourgoin est appelé “expert” en criminologie alors que, depuis 40 ans, il est essentiellement un mythomane, ou qu’Idriss Aberkane a fait le tour des plateaux des médias pendant plus d’un an sur la foi d’une réputation usurpée d’expert en neurosciences, pour ne citer que deux cas que nous avons traités sur ce blog et sur la Tronche en Biais. À l’évidence, les grands médias savent mal se protéger contre l’attrait des imposteurs bon-clients, capables de venir flatter les attentes du téléspectateur et des journalistes eux-mêmes.

Nous avions évoqué la difficulté de faire valoir une authentique parole scientifique dans les médias dans cette table ronde organisée par Futura science.

Carrière médiatique

« Jean-Dominique Michel est depuis 30 ans l’un des plus grands spécialistes mondiaux de santé publique. Il connaît les épidémies et les dispositifs sanitaires en place dans le monde. » nous dit France Bleu le 9 mai 2020. Sur son blog (Source) il se dit « anthropologue médical et expert en santé publique », ce qui est un statut très sérieux. Il ne faut pas plaisanter avec ça.

Il est vrai que JDM fréquente les plateaux TV francophones (surtout suisses) depuis longtemps. En 2005, il glose sur les commentateurs de l’agonie du Pape Jean-Paul II sur RTS. En 2006, sur RTS, il vient commenter l’affaire Natascha Kampusch, la jeune autrichienne enlevée et séquestrée pendant 8 ans. En 2008, présenté comme un “coach et socio-anthropologue” par RTS, il commente les réactions à la crise économique et l’intelligence émotionnelle des traders. Toujours dans le même média, il parle du patriotisme hélvétique, du mouvement pacifiste, d’addiction, de la coupe du monde de foot, de la musique techno ou encore des nouveaux billets de banque…

Son expertise extensible à volonté est l’indice d’un décalage probable entre le périmètre de ses compétences et celui de sa prise de parole. Pourquoi un anthropologue squatterait-il les plateaux télé pour parler d’autant de sujets sur lesquels on ne trouve trace d’aucun travail académique de sa part ? Nous sommes obligés de nous demander si l’expertise est authentique et s’il existe un travail de ce monsieur en coulisse de ses apparitions médiatiques.


Une petite astuce rapide pour se faire un avis sur la solidité scientifique de celui qui se prétend expert d’un sujet : une requête sur Google Scholar.


En 2020, JDM devient particulièrement visible dans le paysage français pour ses billets de blog très partagés et spécialement populaires dans les milieux conspirationnistes (son “expertise” est relayée par Egalité et réconciliation par exemple) au sujet de la crise Covid-19.

« Je le dis avec gratitude mais sans orgueil : plus d’un million et demie (sic) de lecteurs ont lu « Covid-19 : fin de partie ?! » »

cité dans cet article.

Le cœur de son propos est d’accabler les décisions politiques : « L’essentiel des morts du Covid sont des morts politiques, conséquences d’une politique sanitaire imbécile et létale » tout en affirmant que la Covid19 est l’exacte équivalente d’une grippe saisonnière : « D’après ce qu’on sait aujourd’hui, les caractéristiques de l’épidémie de Covid-19 en termes de contagiosité, de dangerosité et de létalité, sont exactement les mêmes, en terme d’ordre de grandeur, que les épidémies d’influenza qu’on a année après année. Ni plus, ni moins.»… Ce qui est faux. La contagion et la mortalité de la Covid19 sont considérablement plus élevées que celle des grippes saisonnières.

JDM sort cette année deux livres sur la crise dans une maison très sérieuse. Nous allons donc l’entendre parler encore et encore. Il me semble utile de se demander maintenant ce que vaut sa parole, plutôt que dans trente ans. Nous pouvons le faire avec d’autant plus de liberté que l’intéressé prétend nous y encourager : 

« Les anthropologues ont au moins cet avantage d’être (normalement) de robustes épistémologues. Il s’agit d’un de mes domaines de prédilection, ce qui me permet d’attendre mes contradicteurs de pied ferme. »

Source .

Sa formation

Le CV de JDM est disponible sur sa page LinkedIn

  • 1987 Certificat en études théâtrales
  • 1988 Certificat en études cinématographiques
  • 1991 Brevet d’Instructeur suisse de ski et patente vaudoise de Maître de ski
  • 1992 Certificat en anthropologie
  • 1994 B.A. en Arts et Sciences. Université de Montréal, Québec
  • 1994 Certificat en ethnolinguistique – Psycho-Physics Academy, Londres
  • 1995 Master en anthropologie Psycho-Physics Academy, Londres
  • 2006 Formation en bio-généalogie Esclarmonde, Genève
  • 2011 Diplôme de praticien en accompagnement individuel et groupal Institut de Coaching et Thérapies d’Evolution, Genève
  • 2013 Diplôme de formateur en accompagnement individuel et groupal Institut de Coaching et Thérapies d’Evolution, Genève
  • 2016 (en cours) Licence en théologie et sciences religieuses Université dominicaine internationale et Université de Lorraine
  • 2016 Diplôme de formation en R.E.M.A.S. (reprogrammation émotionnelle par les mouvements alternés et la sophrologie) MD Consultation Institution de Santé (Genève) Technique développée dans la continuité de l’EMDR, permettant de traiter les états de stress post-traumatique et les perturbations émotionnelles récurrentes. D’autres domaines d’indications pertinents sont la gestion de l’anxiété et du stress ainsi que la préparation mentale.
Présentation de JDM par JDM sur LinkedIn

Que peut-on tirer de cela ?

— JDM évoque un “certificat en ethnolinguistique” et il est difficile de comprendre de quoi il s’agit. A priori, un ethno-linguiste (ça existe) devrait être docteur en ethnologie ou en sciences du langage. Mais quid d’un “certificat” ? L’institut censé avoir délivré ce diplôme est une étrange « académie Psycho-physique » située à Londres. Nous y reviendrons plus tard.

— Plus grave, peut-être, la formation en bio-généalogie est, sans ambiguité, de signature pseudo-scientifique ; la structure Esclarmonde est avant tout une plateforme de promotion de la naturopathie, de l’homéopathie et de la radiesthésie. À partir de là, on ne peut plus regarder ce CV comme celui d’un scientifique ou d’un expert “normal”.

— Concernant « l’Institut de Coaching et Thérapies d’Evolution » de Genève qui aurait délivré un diplôme de formateur à JDM en 2013, une recherche google renvoie uniquement vers des pages dédiées à JDM lui-même. Étrange. L’ancien nom de cet institut est « Institut de mémothérapie » (source). Or JDM est présenté comme le président de cet institut de mémothérapie dans la biographie d’une conférence donnée en 2015 sur le thème “Produit Intérieur Brut ou Bonheur Intérieur Brut ?”. Ce titre de président ne se retrouve pas ailleurs. Pourquoi ?

Le concept de « Thérapie d’évolution» ne renvoie vers aucun contenu scientifique, mais on retrouve les mots clef sur des sites ésotériques de soin de l’aura par des “thérapies énergétiques”.

« Apprendre la technique de “Reconnexion sur la charge cosmique”. Un protocole que le Touch lighter doit maîtriser à la perfection car c’est un acte majeur en thérapie d’évolution. »

source

Les propos de JDM lui-même ne sont pas moins fumeux sur le sujet « Quelle que soit l’issue de la maladie, l’important c’est de pouvoir grandir à travers elle dans le sens du projet évolutif » (source conférence avec l’INREES).

La page Facebook de l’institut de mémothérapie, suivie par 29 personnes, indique qu’il est dirigé par un certain Michel Carayon. Ce monsieur a écrit la préface du livre de JDM sur les chamans. Michel Carayon est publié par les Editions Universitaires Européennes ; derrière ce nom ronflant se cache une revue prédatrice dénoncée par l’université de Genève. Le premier élément visible sur cette page est la vente d’un séminaire de 300 à 1000 euros pour une semaine sur « choisir d’être heureux, évoluer des émotions vers les sentiments, ou comment faire plus de place à la joie dans notre quotidien ».

La page partage des contenus discutables, notamment des allégations de soin de la covid19 avec des méthodes alternatives. Le site de l’institut (https://www.memotherapie.net/) précise ce qu’est la mémothérapie :

« La mémothérapie est le résultat de quarante ans de recherche et de travail sur les émotions et la mémoire du corps reliée à d’autres mémoires plus subtiles (inconscient personnel, inconscient collectif, anamnèse de vies antérieures par le Lying) ; le travail analytique permettant l’élaboration et l’intégration des ressentis et des prises de conscience progressives. »

Nul besoin d’aller plus loin pour comprendre qu’on a affaire à une pratique pseudo-scientifique, et surtout à une fausse médecine puisque des allégations de soins sont proférées. L’éthique déjà discutable du propriétaire de ce CV devient un véritable problème.

— Concernant le Diplôme de formation en R.E.M.A.S. (reprogrammation émotionnelle par les mouvements alternés et la sophrologie) obtenu chez MD Consultation Institution de Santé (Genève), signalons que la sophrologie est une pseudo-science caractérisée, et même un ésotérisme masqué. Cette fois, l’existence de l’institution est moins douteuse ! Une recherche de la formation REMAS envoie vers une page qui précise que cette formation dure 2 demi-journées. Je répète : 2 demi-journées. On n’est pas formé à “reprogrammer les émotions” des gens en deux demi-journées, en tout cas devrait-on se retenir de le faire croire dans un CV destiné à montrer que l’on est compétent sur les questions de santé publique. Pour en savoir plus sur cette formation : détails.

— Pour se dire “anthropologue” il faut normalement un doctorat. Un tel diplôme ne figure pas dans cette liste, mais plus loin sur la page LinkedIn un élément de confusion pourrait être interprété comme tel. Il est à nouveau fait mention de la “Psycho-Physic Academy” et d’un “diplôme d’études supérieures en anthropologie de la santé” obtenu en 1995.

Cette academy est en réalité une entreprise qui n’a existé que de 1993 à 1998 et dont on se demande si elle peut réellement délivrer un diplôme (a priori il y a peu de chance !). On peut trouver des informations sur les liens suivants :

On trouve une collection de livres aux “Psycho physics academy press” avec un livre référencé par Google : « L’alogique du corps – taxinomie et mythanalyse des techniques du corps contemporaines » écrit par Paul Gérôme (ou Jean-Paul André Gérôme), qui est justement l’un des directeurs de “l’académy” !

Sur une capture de la page LinkedIn que l’on nous a procurée figure le nom de Paul Gérôme sous l’intitulé “directeur de recherche” du diplôme obtenu par JDM, mais aussi deux autres noms, Gilbert Durand, docteur en anthropologie de l’université de Grenoble et Michel Maffesoli, célèbre pour avoir donné un doctorat de sociologie à l’astrologue Elisabeth Teissier. La présence de ces noms est quelque peu bizarre et devrait être interprétée comme l’implication de ces deux chercheurs dans le travail ou dans le jury qui l’a noté.

Pour comprendre ce qu’il en est, il faut fouiller le parcours de Paul Gérôme. En 1981, Paul Gérôme a défendu une thèse de 3ème cycle en art, intitulée “Anatomies fantastiques” sous la direction de Gilbert Durand et en 1988 une thèse d’Etat en sociologie ” Taxinomie et mythanalyse des techniques du corps contemporaines” sous la direction de Michel Maffesoli. C’est cette thèse qui a abouti au livre référencé aux “Psycho physics academy press”.

Une interprétation charitable serait que JDM a voulu faire apparaître le patronage indirect de ces chercheurs en les mentionnant en dessous de Paul Gérôme, sous la mention du “travail de recherche” que celui-ci aurait encadré. C’est une pratique anormale. Du reste ces deux noms ont désormais disparu de la page LinkedIn de JDM.

Non seulement rien de tout cela n’indique la moindre compétence de JDM en anthropologie, ni sur les questions de santé. Mais toutes les alarmes s’allument. Disons-le clairement, nous avons affaire à un profil qui a tout de l’imposture.


Ses activités professionnelles

Sur LinkedIn, l’activité professionnelle de JDM est d’abord liée à une association.

— Secrétaire général de l’association “Pro mente Sana” depuis 2018.

Il avait été secrétaire général chargé de la promotion de la santé mentale de “Pro Mente Sana” de décembre 1998 à septembre 2004 (source 1, source 2, page 16). L’association emploie 4 personnes dont une seule psychologue… Elle n’a pas de doctorat mais indique une formation à la “psychologie holistique”, c’est-à-dire une approche ésotérique pseudo-scientifique.

Références douteuses de la “psychologue” de l’association

— Co-fondateur en 2019 du Brain-Fit institute

« L’institut » se présente comme suit : “Des experts en neurosciences appliquées lancent un programme de formation pour optimiser la performance, l’engagement et la satisfaction en entreprise” (source).

« Fondée par trois experts internationaux en neurosciences appliquées, Bernadette Marie Wilson MBA, David Coenen MCouns et Jean Dominique Michel MSc, la gamme de produits de l’Institut BrainFIT vise à améliorer massivement et durablement la performance, l’engagement et la satisfaction au travail : BrainFIT Leaders™, BrainFIT Teams™, BrainFit Basics™, et bientôt BrainFIT Online™.»

JDM, malgré son “Master of Science”, n’a rien d’un “expert international en neurosciences appliquées”, même si l’on veut croire à l’authenticité des diplômes mentionnés ci-avant.

— Fondateur et chef de projet du “Collège de rétablissement” en 2019.

C’est un “projet pilote” de l’association pro Mente sana. On y vendrait, là aussi, des formations : « Un centre de formations brèves en santé mentale, relationnelle et sociale. Pour, par et avec les personnes concernées… »

— Socio-anthropologue.

L’onglet socio-anthropologue de ce CV en ligne n’est rattaché à aucun établissement en particulier mais à une longue liste.

Devant cette énumération, on est priés de croire que JDM a donné des séminaires, des formations, voir quelques cours dans les structures listées, mais sans qu’on puisse déterminer exactement le niveau de son implication. Qui ira vérifier ?
C’est exactement ce qu’il faut faire pour couvrir ses traces et faire croire que l’on est reconnu “expert” par toutes ces structures sans jamais le revendiquer explicitement, ce qui serait prêter le flanc à un démenti (la chose est arrivée à Idriss Aberkane, malgré sa prudence, quand L’Ecole Polytechnique a dû réagir sur twitter « Nous sommes déjà intervenus par le passé pour signaler qu’Idriss Aberkane n’a jamais été chercheur à l’X. Il a obtenu un diplôme de docteur en science de gestion de l’Université Paris-Saclay auprès d’un professeur de l’X. Nous n’accordons aucune caution scientifique à ses confs. »)

Le contenu des interventions de Jean-Dominique Michel semble ne pas correspondre aux attentes des vrais anthropologues de la santé, comme en témoigne un (vrai) expert ; je vous suggère d’ailleurs la lecture de l’article sous lequel ce commentaire a été posté. Il souligne les propos fumeux du bonimenteur JDM.

Commentaire posté sous cet article. Par Ilario Rossi, docteur en anthropologie et sociologie, professeur associé à la faculté des Sciences Sociales et Politiques de l’Université de Lausanne où il enseigne l’anthropologie médicale et de la santé.

— Propriétaire de StandOut Consulting

Sur le registre du commerce suisse, Zefix, on trouve la société à responsabilité limitée “Jean-Dominique Michel”. On trouve également la société Stand Out Consulting . Le site internet de StandOut consulting à Genève (http://standout-consulting.ch) n’existe plus, mais Google Maps donne son emplacement à la même adresse que “Jean-Dominique Michel sarl”, Rue de la Terrassière, 1207 Genève. La société est également mentionnée sur l’un des blog de JDM.

— Co-fondateur du BrainFit Institute

Le Brainfit institute n’est pas basé en Suisse. Le site web mentionne 3 lieux : Los Angeles, Genève, et Amsterdam. Selon Open Corporates, la raison sociale pourrait être au Texas., avec une adresse virtuelle au Delaware, bien connue pour ses services d’optimisation fiscale. L’activité de cet institut :

« Dans le cadre de cette boutique consulting firm, nous formons vos dirigeants, vos collaborateurs et vos équipes aux meilleures pratiques issues des neurosciences appliquées permettant d’améliorer conjointement la performance, l’engagement et la satisfaction au travail. Nos méthodologies novatrices, toutes validées par la recherche scientifique, développent également la coopération, la sécurité relationnelle et le partage de valeurs communes comme référence partagée. Les programmes exclusifs de BrainFIT aident ainsi les dirigeants et les équipes à transformer le stress en vitalité, à mieux gérer le flot croissant d’informations et à renouveler en profondeur le paradigme de la vie au travail. »

Source : encore un autre blog de JDM.

Sur la base de ces information, voici l’analyse de @sylvieVullioud sur Twitter :
« En Suisse, les titres académiques sont moins importants qu’en France ou Allemagne. L’expérience est légitimée et peut conduire à devenir expert dans un domaine. L’expert de terrain et en politiques publiques a donc créé diverses sociétés pour donner des cours… dans les milieux académiques, coacher des chefs d’entreprises, faire du coaching mental. Jusque là, tout va bien. Mais voilà, la subtile différence entre expert/personne expérimentée et scientifique s’est maintenant effacée (voir Principe de Peters?). En effet, l’analyse des résultats de Raoult ne correspond pas à la méthode scientifique.
L’expert a créé des entreprises, dont beaucoup de clients sont académiques. Et la dernière entreprise, Brainfit Institute, invoque une méthode propriétaire basée sur les neurosciences (quelles recherches? publications?) pour asseoir ses clients.
Les entreprises créées et les activités privées et certains articles de presse ou billets de blog insistent sur l’homme de terrain, mais cautionné par des cours en milieu académique, il le dit lui-même sur son blog.
M. JDM est créatif: des sociétés à la même adresse postale se succèdent sous différents noms et se diversifient, même un peu à l’international, avec peut-être des optimisations fiscales judicieuses au Delaware permises par le tout digital. Il a des analyses pertinentes sur la politique de santé de notre pays: décrue du nombre de lits en intensif, nécessité du test du covid, etc. Il est un expert dans l’utilisation des sciences comme caution à des démarches médiatiques et commerciales. Mais il n’est pas un scientifique.
M. JDM est un parfait exemple de: -la confusion entre expert/politique et sciences. – des barrières floues entre privé et académique. – de l’utilisation de la caution académique pour des activités privées »


Par ailleurs on trouve trace de séminaires qu’il donne sur un après-midi où il est question d’exploiter des recherches en neuro-sciences au service de la méditation / transe, etc. Aucune mention n’est faite des entreprises ou instituts qui l’emploient.


Ses œuvres

Jean-Dominique Michel n’a pas de carrière scientifique. Il n’appartient pas à une équipe de recherche et n’a jamais publié aucun article scientifique. En revanche, il fréquente le monde de l’ésotérisme et donne, par exemple, des cours facturés 260€ pour deux jours sur le thème ” se soigner avec l’énergie spirituelle” (2015)

— Son livre : “Chamans, guérisseurs, médiums, les différentes voies de la guérison” publié en 2015 est classé chez les libraires, et dans quasiment toutes les boutiques qui le vendent, dans “ésotérisme et paranormal”. La 4ème de couverture nous dit : « Spécialiste en anthropologie médicale, Jean-Dominique Michel a lui-même connu une guérison inexplicable suite à sa rencontre avec un guérisseur philippin, qui a ensuite offert de le former à sa tradition. »

— Il “soutient” la structure pseudo-scientifique l’INREES (Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires) et a donné au moins une conférence[15] dans un événement organisé par cette structure à but spirituel qui cherche notamment à faire accepter l’idée qu’on peut communiquer avec les défunts.

— En Suisse, il est intervenu auprès de l’ISSNOE qui a le même fond de commerce que l’INREES, une tentative de concordisme entre la science et les croyances spirituelles.

À la faveur de la crise autour de la pandémie et du succès de ses interventions, il sort deux livres chez Humensciences, dont “Covid-19. Anatomie d’une crise sanitaire” à paraître en juin dans une collection qui compte de véritables scientifiques aux livres passionnants et utiles (je ne parle pas du mien !). À tout le moins, il y a erreur de casting, et il m’est impossible de ne pas le signaler avec toute la force de mon engagement pour la promotion de l’esprit critique.

CONCLUSION

Jean-Dominique Michel rencontre un succès indéniable auprès des professionnels de la communication qui lui offrent des occasions de s’exprimer. Car tel est en vérité son talent et son métier : communiquer. Il n’est en revanche nullement un expert de la santé ou de l’anthropologie, un tel statut réclamerait des productions de sa part : il n’y en a pas.

Personne n’est censé être aveugle au point de ne pas le voir et de l’inviter encore à déblatérer toujours plus de ses opinions en tentant de les faire passer pour des paroles sages et imprégnées d’une longue expérience de l’anthropologie. Imposture que tout cela.

Si une telle imposture est possible et peut même durer des années, elle est peut-être le symptôme d’un mépris des SHS dans les médias, où n’importe quel bateleur fait l’affaire du moment qu’il entre dans le format attendu de la phrase choc calibrée pour une minute trente d’antenne au sacrifice de la rigueur, de la nuance et de la prudence.

Acermendax

Remerciements

Je tiens à remercier Jordi Gabioud pour la collecte d’informations qui a permis que cet article soit rédigé, ainsi que les personnes avec lesquelles j’ai échangé sur Twitter à propos de JDM pendant l’écriture de ce billet, notamment @alexandreafonso, @SylvieVullioud et @Grompf3

64 réponses
  1. Thomas
    Thomas dit :

    Wow, super article! C’est effrayant de voir jusqu’où peuvent aller les gens pour avoir de l’attention qu’ils ne méritent pas. Ces “experts” sont de vrais problèmes, des sources de désinformation. La malhonnêteté n’a pas de limite pour ces personnes. Encore bravo à vous pour ce remarquable travail de documentation, vos articles et vos conférences, vidéos, débats etc… m’inspire beaucoup. C’est toujours un plaisir de pouvoir lire un article dans lequel il suffit de cliquer sur une affirmation pour retrouver sa source. J’aime ça les sources!!

    Merci !

    Répondre
  2. Nathan
    Nathan dit :

    Très bon article, je suis la chaîne youtube depuis un moment et c’est la première fois que je prends le temps de lire un de vos billets sur votre blog “La Menace Théoriste”. C’est bien écrit, bien sourcé, et très efficace en ce qui concerne la marche à suivre pour détecter les “experts”.
    Je ne savais pas que vous écriviez aussi bien, Mendax, chapeau !

    Répondre
  3. Reinhor
    Reinhor dit :

    Merci pour cet article instructif ! En voyant cette personne dans les médias j’étais bien attristé de voir encore une fois l’anthropologie mise en avant par un de ces charlatans.

    Votre conclusion sur les SHS est hélas pleine de vérités. J’ai toujours du mal à comprendre comment notre pays qui est un des fondateurs institutionnels de la sociologie et de l’anthropologie universitaire maintient une si forte distanciation avec cette discipline lorsqu’il est question de sujets sociaux. Durkheim avait (à tord?) pensé la sociologie comme un outil d’expertise pour le débat politique et la démocratie. Finalement, cette ambition est maintenant au pouvoir d’éditorialistes et charlatans de bas étages. Triste échec.
    Heureusement que vous êtes la pour ramener un peu de méthode empirique dans ce fourbis ! Merci encore 🙂

    Répondre
  4. Nishiki
    Nishiki dit :

    Bel article et très instructif, comme vos vidéos ! Merci 🙂
    Petite typo dans la conclusion sur le mot “communication” 😉

    Répondre
  5. Lucho
    Lucho dit :

    Merci pour l’article 🙂
    C’est marrant, hier encore, je tombais sur le partage d’une de ses intervention sur un collectif d’ingénieur par un collègue ingénument séduit par ses propos, et j’appelais à la méfiance en leur partageant son CV.
    Son discourt subversif a une portée amplifiée par la défiance croissante de ses auditeurs envers les institutions (peu de nuance ici sur quelles institutions).
    Quand bien même l’apparition d’un Jean-Dominique Michel m’invite à la méfiance et à alerter mes semblables (ce que vous faites avec un soin admirable) une part de moi considère son activité d’avantage comme symptomatique d’une crise plus profonde qu’un simple manque de rationalité. D’ailleurs, quand je vois son expérience en tant que “Coach bonheur” et ses déblatérations sur le “Bonheur Intérieur Brut” je pense directement à Happycratie d’Eva Illouz sur ce sujet.

    Ce mec est un charlot qui trouve (malheureusement) parfaitement sa place dans la société actuelle.

    Répondre
  6. Julien
    Julien dit :

    Merci pour ce travail de vérification. À écouter monsieur Michel parler (et lourdement insister) sur l'”intelligence”, qu’il répète comme un mantra pour faire passer l’idée qu’il s’adresse effectivement à l'”intelligence” de son audience, on se doute qu’il y a quelque chose de fumeux. Son talent d’orateur (qu’il fait bien lui reconnaitre) tient plus de l’hypnotiseur et du magnetiseur qu’autre chose.
    Bref, merci pour le traçage efficace.

    Répondre
  7. Mintberrycrunch
    Mintberrycrunch dit :

    A ce stade, c’est de l’expertise en escroquerie.
    Je ne sais pas si ça vous intéresse qu’on relève les coquilles d’orthographes, au cas où : dans la conclusion il y a écrit “communciation” au lieu de communication.

    Répondre
  8. Yvan
    Yvan dit :

    Merci pour cette recherche. Son blog m’a été indiqué par des connaissances pour avoir mon avis sur les opinions développées et je me suis surtout penché sur le fond et le type d’arguments avancés. Sur la légitimité de la source (critère que je n’examine si possible pas d’emblée si je peux évaluer les arguments par eux-même), j’ai pourtant été interpellé par le fait que s’il se défend d’être spécialiste en maladies infectieuses, il se revendique scientifique, anthropologue, spécialiste de portée internationale en santé publique, expert prêt à affronter quiconque dans le domaine de l’épistémologie… avec pour seule formation de qualité identifiable dans son CV un certificat d’étude de premier cycle en anthropologie. Même en admettant la qualité scientifique de la formation à la psycho-physics Academy, la seule justification à la prétention d’expert se rapporte à la longue liste des institutions dans lesquelles il a été intervenant, sans qu’on sache à quel titre ni dans quel domaine, information qu’on attendrait d’un CV d’expert scientifique. Merci donc d’être allé au bout de cette démarche de vérification.

    Concernant l’analyse critique des arguments, si ma modeste expertise en tant que “médecin indigne de ce nom” et de “personne malhonnête et/ou incompétente” (si j’en crois les définitions qu’il en avance) peuvent vous être utiles, je la met volontiers à votre disposition.

    Répondre
  9. Olivier
    Olivier dit :

    Merci pour votre article… Mais d’un autre côté, je suis en colère contre vous !
    Je me rends compte à quel point je peux être crédule et tous les efforts qu’il faut faire pour ne pas être manipulé…
    Bonne continuation à votre chaîne et merci pour votre travail !

    Répondre
  10. Argalad
    Argalad dit :

    Merci pour cet article Mendax!
    Un ami m’avait envoyé une interview de ce monsieur sur un plateau suisse et direct je m’étais dit qu’il avait l’air fumeux et qu’il fallait faire une recherche…

    Répondre
  11. Orianne
    Orianne dit :

    Merci pour cet article. Pour une fois j’ai un peu à en dire. A propos de MD Consultation.

    J’ai été soignée à MD consultation. Après, je ne sais pas du tout ce que cette “formation” permet ou non, je n’ai que le point du vue en tant que patiente. Ce qu’il faut dire sur eux, c’est que même s’ils proposent des soins dit “alternatif” comme le Reiki, ce n’est qu’en complément d’une psychothérapie sérieuse, et si nécessaire médicamenteuse (pas d’homéopathie, des neuroleptiques, des antidépresseur,etc.). Dans ce genre de cas , ce type de médecine “alternative” ont du bon. Ils traitent principalement des gens alcooliques ou dépressifs.. Si on le souhaite nous avons donc le choix de ces “aides alternatives”, mais la psychothérapie sérieuse elle n’est pas sur proposition et ils nous expliquent bien qu’elle sera nécessaire, et que le reste n’est qu’une aide en plus.

    Le ERMA a eu des résultats étonnant sur moi. On me l’a expliqué comme quelque chose qui aurait été découvert en tentant de traiter les traumatismes chez les soldats de retour de la guerre en Irak aux USA. (
    à l’époque j’ignorais tout de la zététique, donc je n’ai jamais vérifier) Cela consisterait à tenter de “passer” le souvenir traumatique du côté émotionnelle du cerveau au côté rationnel. C’est comme cela qu’ils me l’ont présenté du moins. Après une séance je me suis sentie mieux, mais surtout j’ai pu commencé d’en parler (des souvenirs trauma) sans m’effondrer en pleure. J’avoue qu’avant la séance j’étais douteuse de cette méthode (même si cela n’empêche pas un effet placebo de prendre). Et évidemment, je ne pourrais pas dire que c’est la séance qui aurait “fonctionner”. Parler des traumatismes dans ma psychothérapie a du énormément jouer sur les améliorations de mon état. Et j’étais aussi sous traitement anti-dépresseur. Je faisais aussi de la musicothérapie. L’ensemble en tout cas fut très bénéfique.

    Mais du coup je suis assez étonnée de cette formation qu’ils proposent. Je présume qu’ils la présentent comme ils nous présentent le soin en question : peut aider mais ne remplace pas la psychothérapie. Je vois mal du coup l’intérêt d’un papier de cette formation, excepté si c’est une personne déjà psychothérapeute ou psychiatre qui la suit. Je me demande l’intérêt de Jean Dominique Michel à suivre ce genre de formation.

    Répondre
  12. Gérald GANDON
    Gérald GANDON dit :

    Merci beaucoup pour tous vos articles.
    Pourquoi les médias s’obstinent à mettre en avant ce type de personnages?
    Personnellement je reste persuadé qu’ils obtiennent cette “crédibilité/visibilité” uniquement par ce qu’ils sont mis au devant. Pourquoi les médias ne se différencient pas des réseaux sociaux en montrant leur capacité/rôle/connaissance de filtre ?
    Je ne dis pas que ces gens-là ne doivent pas avoir de temps de parole, mais que le temps de parole devrait être reparti en proportion de la “crédibilité” scientifique actuelle… quelles compétences ont les journalistes s’ils ne font que relayer ce qui est vu sur les réseaux sociaux ? Quelle est leur valeur ajoutée ?

    Des conseillers comme vous seraient bien utiles pour filtrer…

    Répondre
  13. Ian Amar
    Ian Amar dit :

    Prémisse du Dr VULLIOUD erroné: le titre académique n’ a qu’une importance résiduelle, seule l’expérience est déterminante, ce qui ressort de la définition même de l’expert.

    Répondre
  14. TooL KIT
    TooL KIT dit :

    Je ne connaissais pas ce monsieur et me voilà ainsi averti : j’en vaudrai donc “deux” lorsque je le rencontrerai au détour d’une évocation médiatique ou d’une conversation entre amis. Merci pour ce travail ô combien essentiel d’information.

    Répondre
  15. Maisonnave
    Maisonnave dit :

    Bonjour,
    Pourriez-vous aussi partager votre CV?
    Aujourd’hui, en ces temps de crise, ce ne sont pas les personnes bardées de et la science qui ont réussi à gérer cette crise. Elles n’ont fait que nous y enfoncer plus bas. JDM, ne donne ici que son opinion, il n’avance aucune vérité, il donne des clés, des pistes de réflexion.
    Ce type de dénonciations, de critiques sur la forme et non sur le fond, me paraîssent tellement malsaines et restent finalement que le reflet de notre société !!!
    Met-il des gens en danger? Non…
    Je pense que ce commentaire ne sera pas publié malheureusement… mais ce sera donc aussi très révélateur de cette pensée aliénée sous couvert de chasse de fake news

    Répondre
    • Jacques Van Rillaer
      Jacques Van Rillaer dit :

      Maisonnave publie sous un pseudonyme ses absurdités (La science n’a fait que nous enfoncer plus bas dans la crise — Dénoncer des fake news est « très révélateur » de « pensée aliénée). Pourrait-il donner son véritable nom et fournir son CV ?
      Il est manifeste qu’il prend ouvertement le parti de JDM. Je le soupçonne d’être JDM himself.

      Répondre
  16. floyd
    floyd dit :

    Aucune réponse sur le fond des articles de Jean-Dominique Michel. C’est ça l’esprit critique ?? Quand on a rien à dire de sérieux sur le message de quelqu’un on l’attaque sa personne. Je ne sais pas son parcours professionnel et je m’en fiche, mais de toute façon j’ai trouvé ses propos beaucoup plus objectifs et informatifs que la propagande des médias qui n’est là que pour faire paniquer les gens.

    Répondre
    • Zero
      Zero dit :

      Ça a sûrement un rapport avec le fait que l’article n’a pas pour but de traiter de ses théories, mais de la validité du statut qu’il s’auto-attribue et que les médias relaient. On devrait se fier avant tout aux preuves pour évaluer la validité de ses prétentions, mais sachant que ce monsieur ne fournit jamais aucune preuve de ce qu’il avance (études chiffrées, neutralisant un maximum de biais, publiées, reproduites, etc.), et que les gens le croient donc sur parole, parce qu’il est un “expert”, alors la validité de ce statut a son importance. Si cette personne ne fournit aucune preuve et que son statut d’expert est usurpé, pourquoi devrions-nous lui faire confiance ? Le fait que le gouvernement ait eu une communication pitoyable n’est pas une excuse pour se jeter dans la gueule d’un autre grand méchant loup. 😉

      Répondre
      • Flash
        Flash dit :

        ” Le fait que le gouvernement ait eu une communication pitoyable n’est pas une excuse pour se jeter dans la gueule d’un autre grand méchant loup.”
        Je ne sais pas de quel gouvernement vous parlez, mais si il s’agit du gouvernement français, votre propos est ridicule (et même odieux). Le gouvernement français a sans doute eu une communication pitoyable, mais il a surtout géré cette crise de façon scandaleuse, sinon criminelle !

        Répondre
  17. POLI B
    POLI B dit :

    Vos recherches et vos propos ne sont pas vraiment convaincants. Sans doute auriez-vous intérêt à réellement écouter et analyser les propos de M. Jean-Dominique Michel plutôt que de tenter de démontrer de façon assez laborieuse, en décortiquant son CV, qu’il s’agit d’un imposteur de l’anthropologie médicale. Du reste il ne se réclame pas de l’anthropologie médicale mais de l’anthropologie de la santé. Vous saisissez la différence? Il est épistémologue, je vous engage vous et ceux de vos lecteurs qui le souhaitent, à aller rechercher en quoi consiste l’épistémologie.
    Si j’ai bien compris vous critiquez et vous attaquez la personne. C’est en effet beaucoup plus aisé que d’analyser ou d’essayer de déconstruire son discours, par ailleurs tout à fait pertinent et référencé. Mais peut-être votre esprit critique trouve-t-il ici ses limites?
    Et vous, d’où parlez-vous?
    Un lien qui pourra peut-être intéresser vos lecteurs et vous-même aussi, qui sait!
    https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/05/17/reponse-a-heidi-news-306526.html#more

    Répondre
  18. Mat
    Mat dit :

    Concernant les certificats de JD Michel, il me semble que son titre à l’université de Montréal soit en fait un bachelor par cumul.

    Si je me souviens bien de mes études dans les années 1990 à Montréal, il était possible dans toutes les universités québécoises d’obtenir B.A (bachelor ès art) ou un B.Sc. (bachelor es sciences) de plusieurs manières.

    La première et la plus courante exigeait trois ans d’étude dans une même branche. La seconde prévoyait une mineure et une majeure (respectivement 1 an et 2 ans d’études dans deux branches connexes, littérature-philo, math-physique, socio-politique, etc.). Ces deux premières manières ouvraient généralement les portes aux études supérieures pour le maîtrise (M.A.) et le doctorat (PhD).

    Le dernier et le moins prometteur des cursus sur le plan académique consistait à cumuler trois certificats (1 année d’étude dans une branche). Ces titres étaient souvent disparates et presque exclusivement composés de cours d’introduction et, comme l’admission à un certificat particulier, était rarement soumis à des exigences académiques, le bac par cumul n’ouvrait que rarement les portes aux études supérieures.

    Il me semble que JD Michel a trois certificats de l’UdeM, qui lui a reconnu certainement un titre de BA par cumul en 1994, mais qui n’est pas un titre spécialisé en anthropologie ou en quoi que ce soit d’autre!

    Répondre
  19. Elijah Ziz
    Elijah Ziz dit :

    Très bon article, à titre personnel je me méfie grandement des personnes qui se prétendent expert en neurosciences tout en vantant cette discipline comme une solution miracle dans différents domaines, comme ici avec le monde de l’entreprise. Comme si les neurosciences étaient encore quelque chose de suffisamment flou aux yeux du grand public pour pouvoir l’enfumer à coup de “reprogrammation neuronale”.

    Répondre
  20. Nathalie
    Nathalie dit :

    Bonjour,
    Je loue le travail remarquable de recherche que vous avez fait sur ce monsieur.
    Je ne suis néanmoins absolument pas d’accord avec vous.
    Vous mettez par exemple un lien indiquant que le covid tue jusqu’à 10x plus que la grippe saisonnière, ce qui est totalement faux et alarmiste.
    Dans tous les articles de Monsieur Michel que j’ai lus , il y a un énorme travail de recherche , il n’énonce jamais des lapalissades. Il se base sur des faits concrets et réels. Avez-vous lus ces articles? Car vous en parlez peu dans vos lignes.
    Et avez-vous seulement parlé avec lui? Dans toutes ces interviews il explique qu’il peut parler et expliquer ses conclusions avec n’importe quel détracteur. Allez voir sur son site il le fait très bien, tout en louant le débat, dans son dernier article.
    Tous les chiffres qu’il a annoncés, pour la Suisse en tous cas, ce sont révélés totalement justes. Coup de chance? ou expérience et connaissance?
    Bien entendu il est difficile de faire entendre, sans essayer de les rendre non-crédibles, des voix totalement dissonantes avec ce que le gouvernement nous a imposé et qui ne peut aujourd’hui reconnaître qu’il s’est sans doute trompé. Monsieur Michel ne blâme même pas ces décisions, contrairement à ce que vous écrivez, il explique seulement qu’elles auraient dû être remises en questions une fois la première urgence passée. Il n’est à aucun moment dans ses propos jugeant ou vindicatif, contrairement à vous, il émet simplement des critiques et des réflexions qui pour ma part, et pour énormément de personnes, ont éclairés de manière étayée et sérieuse le sentiment que nous ressentions depuis le 13 mars, c’est à dire que nous étions emporté dans un alarmisme et une panique totalement incohérente et injustifiée.
    J’invite toutes les personnes qui ont mis des commentaires à aller lire les articles de Monsieur Michel sur la crise du Covid. Ils sont nombreux, longs, riches et très percutants. Et ensuite de revenir faire des commentaires en sachant de quoi et de qui ils parlent au lieu “d’avaler” tout cru vos propos.
    Au final vous vous trouvez être l’arroseur arrosé car vous avez dans votre article fait exactement ce que vous reprochez à ce monsieur.
    Je vous souhaite néanmoins une belle journée et une bonne lecture si vous avez le courage et le temps de réellement lire les articles de son blog.

    Répondre
  21. François Christen
    François Christen dit :

    Merci beaucoup pour ces clarifications. Ce monsieur n’avait presque aucun crédit à mes yeux, après une lecture attentive de ses nombreuses contributions sur la crise sanitaire que nous traversons et le visionnage de ses vidéos abusivement diffusées par athle.ch. Son crédit est désormais nul.

    Répondre
  22. Nathalie
    Nathalie dit :

    Je vous remercie de me donner l’autorisation de “croire” ce qui me plaît .
    Néanmoins, dans la réalité , le nombre de morts du Corona est , pour l’instant je vous l’accorde, de 316000 personnes , alors que la grippe traditionnelle est de 350000 à 600000 par année. De plus, ce qui est passionnant dans ce qu’explique monsieur Michel c’est que ce n’est dans la plupart des cas non pas cette maladie qui tue mais bien la comorbidité (la Lombardie est par exemple la région d’Italie où il y a le plus de pollution donc le plus de maladies pulmonaires), l’obésité donc la malbouffe, etc… Causes de mortalité négligée le reste du temps par nos autorités…. C’est aussi dans les lieux où le système sanitaire a été le plus négligé qu’il y a eu le plus de mortalité.
    Ce ne sont donc pas des croyances mais bien des faits.
    Cette maladie est dangeureuse pour environ 2% de la population, même si c’est un émouvant geste de solidarité, confiner les 98% autres était une aberration et heureusement que certaines personnes osent le dire . Cela étoffera les réflexions pour le prochain virus .
    Belle soirée à vous

    Répondre
    • Gérald GANDON
      Gérald GANDON dit :

      Auriez vous un article de qualité scientifique permettant d’attester que cela ne concerne que 2%?
      A vous lire, finalement à quoi bon confiner, acceptons de tuer conscieusemment 2% de la population. Peut-être pourriez vous proposer votre entourage comme victime ?

      Répondre
    • Zero
      Zero dit :

      Un certain nombre de chose me paraissent problématiques dans votre raisonnement. Je me permets de les indiquer ici :

      ” le nombre de morts du Corona est , pour l’instant je vous l’accorde, de 316000 personnes , alors que la grippe traditionnelle est de 350000 à 600000 par année.”

      “ce n’est dans la plupart des cas non pas cette maladie qui tue mais bien la comorbidité (la Lombardie est par exemple la région d’Italie où il y a le plus de pollution donc le plus de maladies pulmonaires), l’obésité donc la malbouffe, etc… ”

      Attention à ne pas confondre corrélation et causalité. Ce cher Monsieur a-t-il présenté des preuves vérifiables d’un lien de causalité ? A-t-il seulement démontré une corrélation ?Dans le cas contraire il s’agit d’une croyance. Et s’il avait bien démontré tout cela et que c’était avéré : qu’est-ce que ça nous apporte ? Evidemment que les personnes plus faibles sont plus sensibles au virus. C’est la raison pour laquelle nous parlons depuis le début de l’épidémie de faire attention aux “personnes à risques”. Ça ne remet aucunement en question l’importance du confinement : c’est avant tout pour protéger les personnes à risques que nous voulions freiner l’épidémie au maximum.
      Qui plus est, même en cas de comorbidité, si c’est le virus qui déclenche une aggravation et provoque la mort il reste responsable également.
      Enfin, il me semble facile de dire 2 mois plus tard que ça ne valait pas le coup de confiner les gens pour “seulement” 2% de la population. Les chiffres que nous avons aujourd’hui ne sont pas ceux que nous avions en début d’épidémie, où l’incertitude était plus forte. Ils ne sont probablement pas non-plus ceux que nous aurons demain…

      “C’est aussi dans les lieux où le système sanitaire a été le plus négligé qu’il y a eu le plus de mortalité.”

      Oui. Encore qu’à priori des pays moins développés que le nôtre semblent s’en sortir mieux que nous étonnamment. Mais admettons. Là encore qu’est-ce que cette information nous apporte quant à la dangerosité du COVID-19 ? Evidemment que la mortalité est plus forte là où le système sanitaire est le moins efficient. Cela vaut pour n’importe quel virus potentiellement mortel. Ce n’est pas un argument pour justifier d’une faible dangerosité du COVID-19.

      Vous semblez avoir une confiance aveugle dans les données avancées par JDM sans trop pouvoir vérifier comment il les a récoltées, selon quels protocoles, etc. Compte tenu de la façon dont il triche pour donner l’impression d’être expert, j’émets de mon côté des réserves à le croire sur parole. Douter de lui me semble plus raisonnable… comme l’était la décision du confinement. 😉

      Répondre
      • POLI B
        POLI B dit :

        Bonjour

        Je me permets de m’immiscer dans le commentaire que vous adressez à Nathalie. Simplement, si vous souhaitez vérifier les données avancées par M. JD Michel, je vous informe qu’il publie un ouvrage qui sera disponible d’abord en version numérique le 16 juin, avec toutes les références qu’il cite dans ses interviews.
        Dans tous les cas je peux vous affirmer que pour l’avoir écouté avec une oreille attentive, sa démarche et son discours se réfèrent à l’anthropologie et à des auteurs qu’il ne cite pas mais que l’on reconnaît si l’on a soi-même quelques références.
        C’est tellement facile de “dégommer” une personne et, de façon concomitante, de discréditer son propos.
        Bonne fin de journée

        Répondre
      • Nathalie
        Nathalie dit :

        Si vous lisez les articles de monsieur Michel vous verrez qu’il ne donne pas ces chiffres maintenant que le cœur de la crise est terminée mais depuis mi mars.
        Je n’ai aucune confiance aveugle en ces propos, ils sont juste la description des faits logiques si nous regardons autour de nous :
        -Oui il est normal , même si terriblement triste quand cela touche notre entourage que 2% de la population meure d’un virus qui circule
        – les pays qui n’ont pas confinés ont eu moins de victimes , un taux plus élevé (assez logiquement) de personnes qui ont eu le virus puisque plus de contact, et leur système économique n’a pas souffert comme les pays confinés vont le vivre ces prochains mois (années ?)
        Je ne crois à aucun “complot” pour justifier ces décisions je dis simplement que les gouvernements ont paniqué, n’ont pas écouté les bonnes personnes, ont , pour des raisons à non humble avis principalement politiques, suivi ce vent de panique irrationnel pour ensuite ne pas pouvoir revenir en arrière afin de garder leur crédibilité. Ils se sont trompés, c’est humain, il faudrait seulement le reconnaître et épauler maintenant les vraies victimes à venir , les morts économiques que toutes les entreprises vont licencier. Regardez autour de vous c’est déjà le cas, vous connaissez sans doute plus de personnes qui vont perdre leur travail que de victimes du covid. Je connais les deux et je vous promets que en tous cas dans mon entourage il y a en nettement plus d’un côté que de l’autre.
        Donc , en résumé^_^, je “crois” simplement comme aux faits et à la logique et dans le cas qui nous préoccupe ces deux éléments donnent raison à tout ce que monsieur Michel a écrit.
        Belle soirée

        Répondre
  23. Zero
    Zero dit :

    Suffit-il d’agiter des chiffres dans un raisonnement semblant cohérent devant vos yeux pour obtenir votre adhésion ? Avez-vous pensé à vérifier leur validité ? Si oui je serais ravi d’avoir vos source et de changer d’avis si elles s’avèrent convaincantes.

    Répondre
    • Zero
      Zero dit :

      Toutes mes excuses pour cette erreur de manip’. Ce commentaire était une réponse à l’intervention de Nathalie visible ci-dessus. 🙂

      Répondre
  24. louis
    louis dit :

    Dis moi qui te paye je te dirai si tu es pour ou contre la Chloroquine… ce qui pourrait être le sous-titre de cet article; A voir la rage avec laquelle les défenseurs de la médecine à bon prix se font allumer il y a de quoi se poser des questions sur les avis favorable au glyphosate et autres gentillesse de la chimie.

    Répondre
  25. Nathalie
    Nathalie dit :

    Monsieur Michel “n”agite” pas des chiffres.
    Si vous lisez ses articles , toutes les données dont ils parlent depuis mi mars sont référencées et sourcées.
    Belle soirée à vous

    Répondre
  26. Nathalie
    Nathalie dit :

    Je me permets encore juste de vous transmettre le dernier article de monsieur Michel.
    https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/05/17/reponse-a-heidi-news-306526.html#more.
    Il est très long 😉 et en le lisant peut être comprendrez vous qu’il n’y a aucun aveuglement à vouloir partager des propos qui sortent du “bocal ” ^_^.
    Cela dit, je pense que ce sujet réveille beaucoup de choses émotionnelles pour chacun d’entre nous et il est donc difficile d’être objectif.
    Pour l’un ce sera le besoin d’être rassuré sur sa santé, pour un autre la solidarité, un autre encore la liberté de pensée etc….
    Je crois que lors des prochains mois, nous serons amenés à être indulgents et respectueux envers tous nos avis divergents car nous n’aurons sans doute jamais de certitudes sur cette crise.
    Je vous souhaite une belle journée

    Répondre
  27. schmitt
    schmitt dit :

    Cher monsieur, il me semble que vous instruisez à charge et uniquement à charge ce qui diminue la portée de votre démarche. Mais je veux croire à votre honnêteté aussi je vous recommande ainsi qu’à vos lecteurs d’écouter ou de lire une nouvelle fois bien attentivement les interventions ou commentaires de JDM, indépendamment de son CV et de vous demandez si il s’agit du discours d’un imposteur. Y compris celles du passé dont vous suggérez que leur diversité serait un signe de fantaisie. Pascal n’écrivait’il pas “Il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d’une chose; cette universalité est la plus belle” ?. Je vous rappelle pour finir un propose de Huxley :”La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter” ou encore ce vers de Robert Frost : “Deux routes s’offraient à moi, j’ai suivi celle où on allait pas et j’ai compris toute la différence.” Il me semble que JDM réalise un travail d’anthropologue honnête et non d’imposteur habile. J’ajoute qu’en temps que médecin réanimateur cardiologue je puis témoigner de la pertinence de nombre de ces observations médicales sans rapport avec le Covid, ce qui prouve l’acuité de son regard. J’ai également vérifié nombre de ses affirmations épidémiologiques et à chaque fois la source était juste et le propos respecté. N’en faites pas une querelle de chiffres ou de diplômes. La vérité selon Thomas d’Aquin est l’adéquation entre la pensée et le réel. Regardons le réel et observons si les propos de JDM s’en écartent tellement. Chacun jugera mais de grâce n’endossons pas trop vite le costume de chevalier blanc. Cordialement

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Le name dropping est une bien mauvaise manière de vous adresser au lectorat de ce blog. Mais c’est intéressant que vous ayez choisi de le faire.

      Répondre
      • Nathalie
        Nathalie dit :

        Votre réponse à l’auteur “Schmitt” le laisse pantois (merci d’ailleurs à lui pour cette pertinente analyse et ces enrichissantes citations, oui oui il existe un terme francophone pour cela ;-)) , quant à moi il termine de me confirmer que vos propos ne sont pas crédibles. Ils ne sont alimentés que par la critique et aucunement par la liberté de pensée et encore moins par l’ouverture d’esprit. Cela est dommage et discrédite totalement vos analyses.
        Belle journée à vous.

        Répondre
  28. schmitt
    schmitt dit :

    Ok, votre réponse me laisse pantois. J’imagine que vous entendez par name dropping citation ? Il est parfois intéressant d’utiliser la pensée limpide des autres pour éviter le bafouillage. Il ne vous a pas échappé qu’il y avait un propos derrière. Poursuivez votre désinformation droit dans vos bottes. Je m’étais trouvé sur votre site par hasard, on ne m’y reprendra plus. Bien à vous

    Répondre
  29. Romain
    Romain dit :

    à propos de l’enchaînement de citations, je ne sais pas si ça a déjà été dit mais pour moi, la citation est à l’intelligence ce que la conserve est à la cuisine: c’est ce qu’on mange quand on se sait pas cuisiner, ou qu’on est trop fainéant pour le faire.

    Répondre
    • Nathalie
      Nathalie dit :

      À l’inverse pour moi elles sont comme une bonne recette de cuisine (j’aime bien votre comparaison avec la cuisine ^_^) , elles peuvent guider et accompagner afin de cuisiner un plat encore plus délicieux que si je l’avais fait uniquement avec ce que je crois savoir.
      Comme quoi tout n’est que question de regard et d’opinion 😉

      Répondre
  30. VINCE
    VINCE dit :

    Bonjour, je ne connaissais pas cet individu apparu ans le radar des sms que j’ai recus de partout et en fafale ce jour (il est vraiment viral) Anatomie d’un desastre : Le ton parraissait trop agressif pour etre honnete pour un scientifique declaré, J’ai donc enquete sur le net et trouve une partie des infos qui sont ici (RQ Son profil le lien FB semble désormais corrompu) Votre article est complet et sI bien articule que je vais le garder pour envoyer à froid en retour à tout ceux qui ne verifient rien et forwardent sans savoir de qui ca vient et quelle est la source… malheureusement. Merci de votre travail

    Répondre
  31. Guignard
    Guignard dit :

    Heu je me permets de répondre aussi en citant Etienne Klein (BON ALLEZ VOUS ZLLEZ PAS DIRE QUE C’EST UN FAUX SCIENTIFIQUE, LE MEC DONNE DES COURS A NORMAL) : “on prétend que pensée c’est être autonome, je pense justement le contraire, on pense qu’à travers ceux qui ont pensé avant nous, les grands auteurs.” Ca me semble très juste. Ou sinon allons-y tous de notre petite opinion et fi du passé.

    Répondre
  32. Thomas Schweizer
    Thomas Schweizer dit :

    Excellent article, bravo pour votre travail! Je ne connaissais pas votre site, mais je pense que je vais le visiter plus régulièrement dorénavant, beaucoup de matière à priori. Ce genre d’individu m’insupporte et du coup je suis tombé sur ce site en cherchant des informations à son sujet sur Google après avoir lu un article dans Le Matin. Il y a encore beaucoup à faire malheureusement, je vois tous les jours des posts sur Facebook de personnes douteuses, mais cela demanderait bien trop de temps à les discréditer.

    Répondre
  33. Eric
    Eric dit :

    Je suis en tous points d’accord avec Nathalie qui vous a avancé des arguments de bon sens. Je désapprouve fermement vos attaques ad hominem, à ce petit jeu, on peut aller très loin, beaucoup trop loin…
    Et s’en prendre à son cursus comme vous le faites, allons ! On peut très bien être un excellent autodidacte, un ancien premier ministre par exemple (au passage, voir ce que l’adversité imbécile lui a valu…)
    La zététique est une chose, l’art médical en est une autre; l’EBM, le big data, ne sont là que pour donner bonne consciences aux paresseux d’esprit, ce qui croient encore que l’entretien entre le patient et son thérapeute ne repose que sur un QCM, voire un QROC. Que fait-on de la relation humaine ?
    Une autre question qui devrait vous interpeller: Quelle différence entre un homme encore vivant et celui qui vient juste de mourir, réponse: son énergie vitale qui vient de faire pchitt ! Comment avec votre zététique évaluer ce concept ?
    Un vrai scientifique se doit d’être curieux de tout, aimer la polémique, savoir dire qu’à un moment présent il croit avoir raison et qu’à d’autres il a eu vraiment tord, l’erreur est ce qu’il y a de plus humain.

    Répondre
  34. Steven De Leger
    Steven De Leger dit :

    Merci. Toujours cette pratique de l’amalgame pour discréditer les gens. On les connote “pseudo-science” en mélangeant naturopathie, homéopathie, ésotérisme, etc… et le tour est joué. Avec un zeste de “complotisme” et de “conspirationnisme” et la bête est définitivement vaincue. Hélas, ce sont ces mêmes gens qui vont se targuer de représenter l’intelligence et lesprit critique. Magnifique tour de passe-passe.

    Répondre
  35. Bouchez
    Bouchez dit :

    Merci de vos infos, mais votre titre d’article est grossier et parfaitement digne de la presse à scandale (fort curieux, …et vraiment décevant…)
    Que ce Monsieur J.D. Michel ait un peu joué sur les mots concernant son CV et qu’il n’appartienne pas au “sérail académique” n’enleve rien à son analyse experte et si pertinente, et je préfère pour ma part 1000 fois des informations sérieuses, recoupées, et documentées d’un “esprit libre”, à une “pensée unique” issue d’autorités scientifiques au pédigree irréprochable, mais faisant partie d’une corruption systémique hélas manifestement endémique dans le champ des industries de la santé…

    Répondre
    • Françoué
      Françoué dit :

      Bonjour Acermendax,
      Ce que beaucoup de vos contradicteurs, du moins ceux qui apparaissent de bonne foi comme Nathalie, ne semblent pas comprendre, c’est que si tout le monde, y compris Jean-Dominique Michel, peut bien penser ce qu’il veut et l’exprimer librement, il est contestable de le faire en se réclamant d’une position d’autorité, scientifique ou autre, que l’on n’a pas. Il est donc utile de mettre au jour, comme vous le faites, l’usurpation d’identité scientifique à laquelle se livre J.D. Michel, car elle peut induire en erreur des personnes qui ne sont pas moins de bonne foi que Nathalie. Celle-ci vous le reproche en arguant que, sur le fond, J.D. Michel a une démarche scientifique et qu’en somme son niveau de formation, le titre d’anthropologue de la santé qu’il se donne et son expérience professionnelle ne sont pas le sujet. Outre que la démonstration de sa démarche scientifique n’est pas faite (mais combien d’autres que lui expriment leur opinion, parfois plus radicale encore, sans rien démontrer !), il est évident que ce que J.D. Michel raconte sur lui-même pour se crédibiliser auprès des gens est tout aussi important que les opinions qu’il exprime et dont il veut convaincre les gens sur un sujet ou un autre. Merci donc pour le travail que vous faites, en ayant sans doute conscience qu’il ne clôt pas le débat sur le fond, où les croyances et opinions de toutes sortes pèsent hélas au moins autant que la connaissance scientifique.
      Après, chacun se détermine comme il l’entend et attachera ou pas de l’importance aux propos de J.D. Michel et consorts.
      Bonne continuation !

      Répondre
  36. Martouf
    Martouf dit :

    Bonjour,
    Je suis un peu déçu de voir vos limitation intellectuelle. En dehors du champ purement scientifique rien ne semble exister pour vous !
    J’ai tiqué sur une phrase extraite du CV certes quelques peu rocambolesque de Jean-Dominique Michel:
    “formation à la “psychologie holistique”, c’est-à-dire une approche ésotérique pseudo-scientifique.”
    Vous qui avez l’habitude de dénoncer des biais cognitif, il faudrait vous intéresser à votre propre biais de voire du “pseudo-scientifique” partout.
    Le monde n’est pas binaire à ce point “Science” et “néant”… sinon je pense que vous avez une compréhension du monde bien limitée…
    Je rappelle que “la science” explique 3% de la masse de l’univers…

    Donc à propos du mot “holistique” c’est un “néologisme” datant de 1926…..
    Donc je me questionne de l’état de vos connaissance sur ce qui n’est pas strictement dans votre domaine de “écrivain, biologiste, dramaturge, vidéaste web et vulgarisateur français. ” comme il est dit sur wikipedia…

    Depuis 10 ans, il y a même une norme is 26 000 qui certifie les entreprises qui ont une approche “Holistique” !
    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:QuestionsCentralesISO26000.jpg?uselang=fr

    Donc s’il vous plais, tentez de comprendre les gens qui ne pense pas comme vous plutôt que de leur coller systématiquement l’étiquette de “pseudo-science”… avec ça vous ne fait que limiter encore et encore le champ de la science.. et augmenter encore et encore “les pseudo-science”…

    Bonne journée

    Répondre
  37. Mblonde
    Mblonde dit :

    Pour le.livre j’ai trouvé très très bizarre qu’une maison d’édition aussi sérieuse qu’Humensciences sortent aussi vite un livre sur la crise du covid. Il est bien trop tôt pour tirer des enseignements de la crise il va encore nous falloir plusieurs mois voire années. On est encore en plein dedans. Vous avez fait remonter à Humensciences ?

    Répondre
  38. Diogène
    Diogène dit :

    Merci, Acermendax, de ces précisions. Il est remarquable combien ces imposteurs se ressemblent tous à s’y méprendre. Ils ont pour caractéristique d’être animés par un désir narcissique de notoriété publique qui se trouve contrarié par une éducation inférieure et l’absence de travaux leur permettant d’accéder légitimement à la position d’expert ou de spécialiste si ardemment convoitée. Ce sont des intellectuels prolétaroïdes au sens de Bourdieu qui cherchent dans des interventions politico-médiatiques outrées l’opportunité d’émerger dans le champ proto-intellectuel. Pour autant qu’ils parviennent à leurs fins et se retrouvent propulsés sous les feux de la rampe, ils ne manquent pas d’être démasqués pour les imposteurs qu’ils sont.
    Ramadan est un cas paradigmatique d’intellectuel prolétaroïde si tenace qu’il est parvenu à réaliser son rêve iznogoudien : être calife à la place du calife. De prof de collège qu’il était, qui prétendait être un Professeur de l’Université de Fribourg, il s’est posé en gourou de l’islamisme en Europe, et a fini par être repéré par le sheikh qatari Al Thani qui l’a installé dans la chaire professorale qu’il finançait au collège St Antony’s de l’Université d’Oxford. On sait ce qu’il en est advenu par la suite… Mais ça c’est une autre affaire même si elle tient sans doute aussi de l’hubris propre à ce genre de personnalités.
    L’individu dont il est question ici ne connaîtra pas de tels hauts ni de tels bas. A cinquante ans passés, il a vraiment très peu d’envergure et semble vivoter de petits mandats tout en courant les plateaux pour parler de tout et de rien avec son sourire défensif de méprisé méprisant. Contrairement à Ramadan qui avait un doctorat – même si celui-ci avait été obtenu à coups de récriminations procédurières – notre blogueur ne peut faire valoir qu’un Bac + 3 laborieusement acquis au terme de huit ans d’études (son prétendu « Master en anthropologie », délivré par un obscur institut privé de Pataphysique qui n’a existé que de 1993 à 1999, n’étant absolument pas un diplôme universitaire, ou alors qu’il nous fasse savoir quel recteur l’aurait signé et quels cours – délivrés par quels professeurs – il aurait validés pour obtenir ses 90/120 crédits). La pandémie aura été une chance inespérée pour lui d’émerger de son insignifiance. N’ayant jamais effectué la moindre recherche scientifique de son vivant, croyant qu’un billet rédigé pour la lettre trimestrielle d’une association équivaut à un « article » publié dans une « revue spécialisée », se contentant aujourd’hui de reprendre les dires controversés des autres pour mouliner un discours ressentimental, le voici devenu le gourou des mécontents du confinement ! Attendez-vous à ce que ses ouailles viennent le défendre ici avec véhémence…

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Dans le même genre experts, on a Jean-Dominique Michel, déjà cramé à mort niveau ésotérisme, chamanisme et médecine alternatives >>>  voir cet article […]

  2. […] urologue sur l’intelligence artificielle, un diplômé en lettres sur les neurosciences, un diplômé de « Psycho-Physics Academy » sur les épidémies ou le football. L’étiquette « vu à la télé » […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.