Le debunkage ? Pas une panacée !

Le film Hold Up est le phénomène médiatique de ce deuxième confinement. Il existe déjà des critiques très structurées sur son contenu. Vous pourrez les trouver dans les liens fournis sous cette vidéo.

Laissez-moi être clair et un peu abrupt sur ma position : la thèse centrale du film, que j’ai regardé avant de faire cette vidéo, n’est pas nouvelle. L’idée d’un complot mondial de manipulation des masses à travers la 5G et/ou les puces RFID, ou même d’extermination des peuples à travers l’utilisation des vaccins est un délire qui circule dans certains milieux depuis des années. Et depuis des années les faits et les arguments sur lesquels ce scénario s’appuie ont été démontés par le travail d’enquête de sceptiques, de scientifiques et de journalistes ; c’est pourquoi je me permets de parler de délire. Ce film idéologique, qui n’est pas un documentaire mais une profession de foi complotiste, sur quoi repose-t-il ? Des témoignages de faux experts ou de marginaux du monde scientifique ou de personnes qui ont quitté la prudence de la démarche scientifique pour donner libre cours à leurs sentiments personnels, ou encore un explorateur et deux chauffeurs de taxi… Et parmi eux, on commence à en voir qui prennent leur distance car ils estiment que leurs propos ont été détournés. Cette histoire qu’on nous raconte est servie par des appels à l’émotion (éventuellement sincères) qui ne démontrent rien, un montage dramatique et une musique hollywoodienne qui nous susurrent ce qu’on est censé éprouver. Tout cela relève de la BALIVERNE.

Vous démontrer avec rigueur et méthode que ce que je viens de dire est vrai me prendrait six ou sept heures de vidéo. Ce qu’un film de deux heures quarante raconte, si c’est du mensonge et de la manipulation, il faut beaucoup plus de temps pour le déconstruire. C’est ce qu’on appelle l’asymétrie de Brandolini. Il faudrait que je dispose de dizaines d’heures pour la recherche, l’écriture, le tournage, le montage… Et il faudrait que VOUS ayez envie de m’écouter pendant six heures.

Pour le moment ce n’est pas possible, alors je vais faire autre chose que du débunkage. Nous allons voir ensemble pourquoi il est important de commencer par douter plutôt fortement de ce film. Nous allons regarder les indices qui doivent inciter tout un chacun à vérifier avant de croire.

Le film Hold Up est l’occasion d’un exercice d’esprit critique grandeur nature. Et nous devrions tous avoir envie de faire cet effort quelle que soit notre opinion a priori sur la thèse du film. Parce que si ce qui s’y dit est vrai, c’est très grave et il faut 1) en être sûr, et 2) disposer des sources permettant de convaincre les autres. Mais si ce film est faux, alors il faut s’en rendre compte avant d’empoisonner l’air avec toujours plus de bullshit.

N’hésitez pas à partager la version vidéo de cet article !

Petit mot personnel

À titre personnel je suis très mécontent des restrictions imposées à tous, de l’impossibilité de se déplacer, de voir ses proches, de la fermeture des commerces, des librairies, des restaurants, du port du masque obligatoire, y compris dans la rue, en particulier pour les enfants à l’école où il est choquant de se dire qu’un enfant grandisse avec l’idée que ce serait normal de vivre comme ça.

À titre personnel je suis très inquiet des conséquences sociales du confinement. L’isolement des gens, la fragilité que cela provoque, les violences au sein des foyers confinés, la ruine des petites entreprises, tout ça aura un impact sur la société pendant des années. Et des gens en mourront. Ce côté négatif du confinement, il est réel. Il faut donc refuser le confinement si l’on n’a pas de raison d’en attendre des bénéfices.

Or on a des données qui montrent que le confinement fonctionne[1], il réduit la circulation du virus, il offre du répit aux services hospitaliers, il donne du temps à ceux qui travaillent à d’autres solutions, et donc il sauve des vies. Mais il n’éradique pas la maladie, et si tel est notre but, ce qu’on peut espérer c’est trouver ou bien un remède efficace (tout ce qu’on a testé à ce jour a échoué) ou bien un vaccin.

Evaluer le rapport entre les effets négatifs et les effets positifs des mesures à prendre, c’est une question de santé publique c’est compliqué ; in fine il faut prendre une décision politique qui doit être éclairée par les données de la science. Et les scientifiques compétents sur ces sujets s’expriment dans des revues scientifiques, dans des comités scientifiques et certainement pas —en tout cas pas en pleine crise— dans un film financé sur Ulule.

Pourquoi y croire ?

Ceux qui ont vu Hold Up et sont convaincus par ce qui nous y est raconté ne sont pas des abrutis. Si vous pensez que ce film est une grosse fumisterie, vous n’aidez personne en insultant ceux qui y croient. Nonobstant, il faudrait que ceux qui y croient aient le courage d’agir en conséquence. Ce qu’on nous raconte est trop grave pour se contenter de le partager sur un réseau en disant “Oh la la, c’est terrible” avant de retourner à vos parties de Candy Crush. Votre rôle –je m’adresse à ceux qui sont convaincus par le film– votre rôle c’est de vérifier tout, d’éliminer les arguments faibles ou douteux, de trouver des sources fiables, d’avoir un argumentaire solide qui puisse convaincre tout le monde. Les sceptiques ne sont pas des abrutis non plus. Ceux qui détiennent la vérité –et c’est peut-être votre cas– ont intérêt à ce que cette vérité soit admise par tout le monde. Et ce qui est formidable c’est que les autres ont intérêt à être convaincu, car ainsi nous pourrons hâter les solutions.

Dans cette vidéo j’apporte ma contribution en m’intéressant aux raisons que l’on peut avoir de croire ce film. Et aussi aux doutes qu’il peut susciter. Je pense qu’il faut commencer par se poser quelques questions.

  • Quel est le contexte dans lequel ce film apparait ?
  • Qui sont les gens qui figurent dans ce film ? Pourquoi les croire ?
  • Qui sont ceux les créateurs de ce film ? Quelle est leur méthode de travail ? Peut-on s’y fier ?

Ces questions ne permettent pas de savoir si le contenu est véridique ou farfelu. Mais pour se faire un avis définitif, je vous l’ai déjà dit : il vous faudra travailler un peu sur les sources de ce que vous voulez croire.

1. Le contexte

Le contexte, c’est une deuxième vague et un deuxième confinement qui donne envie, c’est bien normal, de croire à une parole libératrice, qui aille contre les interdictions, les amendes, l’enfermement, une gestion autoritaire d’une épidémie qui, même si elle fait beaucoup de morts, est en grande partie invisible. Le plus dur se passe dans les services de réanimation où vous ne mettrez, je l’espère pour vous, jamais les pieds.

Le contexte c’est une confusion totale dans les médias. Les médias mainstream ont été les complices du succès de Hold Up en starifiant les franc tireurs : Raoult, Perronne, Toubiana, Toussaint, Fouché, etc, en les invitant sans contradicteur compétent !

Le contexte c’est une gestion politique brouillonne et une vraie faute des gouvernants : la communication autour des masques. Le gouvernement a été au mieux léger et inconséquent, au pire dans le mensonge. Même bien intentionné, dans le sens où il visait à éviter la panique, le mensonge d’un gouvernement à son peuple, en démocratie, ça ne se fait pas. Désolé de me montrer aussi basique, hein, mais le mensonge c’est mal.

Résultat : ce plantage complet sur les masques rend la parole politique suspecte et constitue un argument précieux pour un discours conspirationniste. Le film ne se prive pas d’insister lourdement là-dessus.

Où est le mea culpa dont nous avons besoin pour retrouver un peu de confiance ?

Le contexte c’est un confinement insupportable après un déconfinement où on a laissé entendre que tout était fini, que la vie normale reprenait. L’été 2020 c’était la fête du slip. À cause de qui ? Eh bien notamment à cause de tous les Nostradamus qui disaient qu’une seconde vague c’était une fantaisie, de la science fiction. À cause de ceux qui leur ont donné la parole, partout. À cause de ceux qui auraient pu les contredire et ne l’ont pas fait. La confusion actuelle qui rend ce film appétant, elle n’arrive pas de nulle part.

Le contexte c’est l’absence de culture scientifique des médias et des journalistes en particulier, c’est l’absence de culture du débat, c’est le désert de l’esprit critique partout où on en a besoin. Il existe des gens qui militent pour ça depuis des années, qui proposent des enseignements, des formations, des contenus… de vous à moi, ce qui se passe actuellement n’a rien qui puisse étonner un zététicien.

Dans un tel contexte, ce film est entendable, il est même attendu. Il donne l’illusion de dénoncer ce que les autres ne dénonceraient pas. Il donne l’impression d’être produit par des gens courageux, insoumis, par des héros en somme. Parce que c’est l’histoire de David contre Goliath. Et personnellement je n’ai pas beaucoup de sympathie pour Goliath, je pense que les capitaines d’industrie qui gagnent des milliards en spéculant sur les découvertes de nouveaux médicaments sont des parasites de l’humanité. On n’en a pas besoin pour que les chercheurs fassent bien leur travail et inventent des solutions à nos problèmes. Ca n’est pas une raison pour croire à une conspiration mondiale.

Il faut prendre en compte ce contexte, il permet de comprendre pourquoi des gens normaux, ni stupides ni fous, prêtent l’oreille à ce film. Et considérer ce contexte peut permettre à ceux qui croient ce film de se demander si son contenu offre réellement une explication factuelle et rigoureuse des faits, ou s’il se contente de jouer sur les cordes sensibles qui révoltent, indignent, exaspèrent le public et l’incitent à partager et à en redemander.

Ca c’était la première question, celle du contexte.

2. Qui nous parle ?

Avant de croire des discours engagés, forts, qui impliquent des crimes graves, à grande échelle, des trahisons, des complots… on ferait bien de se demander si ceux qui nous révèlent tout ça sont dignes de confiance, s’ils sont connus pour leur honnêteté ou au contraire s’ils sont louches.

Les “experts” qui témoignent dans le film ont nié les modèles qui prédisaient une seconde vague. Et ce film sort… en pleine seconde vague. Cela devrait normalement entamer la crédibilité des intervenants et du film. Seulement voilà la seconde vague s’accompagne d’un reconfinement et ça c’est insupportable et ça donne envie de croire ceux qui nous disent que c’est inutile, qu’on devrait pouvoir s’en passer, qu’il n’y a pas vraiment de danger. En somme la gestion politique de la seconde vague, mal foutue car parasitée notamment par les rassuristes, accouche d’un confinement… en partie à cause des rassuristes, et ce confinement profite… aux rassuristes présents dans ce film.

Ceci étant posé, passons ensemble en revue le pedigree de ceux dont la parole est censée nous éclairer.

Christian Perronne, médecin auteur d’études rétractées sur l’hydroxychloroquine, auteur d’un livre à succès en pleine épidémie, promoteur de la maladie imaginaire dite du “Lyme chronique” causée selon lui par des tiques issues d’expériences nazies et qui n’hésite pas à accuser les médecins français de laisser crever leurs patients. Il est membre fondateur de Chronimed, un groupe de médecins ayant soigné les enfants autistes avec, par exemple… un « protocole » hydroxychloroquine-azytromicine.

Luc Montagnier. Prix Nobel, certes, mais aussi affabulateur dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler des théories farfelues dans une vidéo intitulée « Le virus, le Nobel & le complot – Tronche de Fake 5.3». Il est l’auteur, au sein du groupe Chronimed, d’essais cliniques sauvages à coup d’administration massive d’antibiotiques à des enfants autistes.

Xavier Azalbert, homme d’affaire douteux qui a racheté le journal France Soir, en a viré tous les journalistes pour le transformer en blog putaclic et complotiste très suivi depuis les débuts de la pandémie[6] car il mène une campagne pro Chloroquine et pro Raoult acharnée et sans nuance, donnant souvent dans la Fake News.

Jean-Bernard Fourtillan, pharmacien illuminé, aux allégations de soin infondées, fanatiquement opposé à la vaccination, pour lui un « massacre imposé à tous les enfants nés en France depuis le 1er janvier 2018 » (source). Il prétend que Dieu lui a révélé la formule d’un médicament sur lequel il a mené (avec Henri Joyeux) des essais cliniques illégaux dans une abbaye. C’est digne d’une mauvaise fiction, mais c’est véridique.

Alexandra Henrion-Caude, généticienne ultra catholique proche de l’extrême droite, anti-avortement, elle propage l’idée que le virus du covid19 a été fabriqué par l’homme. On sait que c’est faux, même si : des questions demeurent sur l’origine du virus,(source, et puis source). Elle a prononcé en 2018 une Conférence TED où elle expose sa grande découverte : la notion d’ «amourons», qui seraient à l’amour ce que les photons sont à la lumière. Elle y déclare que :

«Les amourons émettent des étincelles brillantes qui sont déversées comme une douche sur la fusion de nos génomes parentaux et qui nous font être et rester en vie.»

source

L’INSERM se désolidarise de ses propos en décalage avec les données scientifiques. Pour Axel Kahn, son ancien directeur de thèse : son comportement est “à la limite d’un engagement religieux et sectaire”, et “l’emporte sur ce qu’est sa capacité réelle à faire de la recherche de qualité”.

Ariane Bilheran, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie, militante anti éducation sexuelle qui dénonce un complot pédophile mondial et dont les thèses sont relayées par les sites de réinformation de la fachosphère comme Riposte Laïque, Riposte Catholique, ou Égalité & Réconciliation. Ses propos mélangent souvent la science à la spiritualité.

Laurent Toubiana, invité récurrent des plateaux TV où il n’a eu de cesse de minimiser l’épidémie et d’en annoncer la fin et l’impossibilité d’une seconde vague, il n’est pas vraiment épidémiologiste mais plutôt astrophysicien mais il dirige un “Institut de Recherche pour la valorisation des données de SANté.” Quand on regarde de plus près, on comprend que cet institut est en réalité une simple association loi 1901 avec deux employés. (Voir la vidéo où est apportée cette démonstration).

Silvano Trotta, entrepreneur, YouTuber star de la complosphère et des antivaccins, il insiste pour qu’on croit que la Lune est un satellite artificiel creux. Là s’arrêtent ses compétences en matière de santé.

Jean-Dominique Michel, prétendu anthropologue de la santé, qui est en réalité un promoteur du chamanisme et de la “chirurgie psychique” à mains nues. Je me suis occupé de décrire son cas dans une vidéo Tonche de Fake dont je vous conseille le visionnage. La version texte est disponible ici.

Violaine Guérin, endocrinologue et gynécologue, pro hydroxychloroquine, elle est co-autrice d’un article de recherche complètement nul plaidant pour une utilisation précoce du protocole de Didier Raoult dans la revue Asian Journal of Medicine and Health, une revue prédatrice qui accepte n’importe quel papier pourvu qu’on paie, ce que démontre un petit groupe de chercheurs en y publiant le canular de la trottinette.

Martine Wonner, députée LREM et psychiatre. Co-autrice de l’article avec Violaine Guérin. Elle affirme à l’assemblée Nationale que le masque ne sert à rien, ce qui est faux. Elle crée l’association “bon sens” pour contester les politiques sanitaires avec notamment d’autres intervenants du film : Silvano Trotta, Xavier Azalbert, Christian Perronne, Alexandra Henrion-Caude) mais elle la quitte quelques semaines plus tard… Bizarre, non ?

Nadine Touzeau (soi-disant “profiler”‘) enseignante dans la “fausse” école IHECRIM dont le directeur Laurent Montet a fini en prison. Elle a supprimé toute mention de son passage dans cette “école”, mais il reste quelques traces… Elle est condamnée elle-même pour escroquerie d’une famille endeuillée à qui elle réclamait 60.000€ pour enquêter sur le meurtre de leur fils en réalité suicidé.

Pascal Trotta*, médecin praticien et prosélyte de pseudo-médecines comme l’endo-bio-thérapie, les ondes scalaires, l’homéopathie ou l’acupuncture auriculaire. Pro-Raoult et peu respectueux du code de déontologie qui interdit le charlatanisme, il n’hésite pas à propose une démarche de soins alternatif aux personnes atteintes de cancer, afin de «diminuer l’agressivité et le nombre de vos cellules cancéreuses grâce à des thérapies naturelles non intoxicantes et qui visent à renforcer vos défenses naturelles plutôt qu’à vous bombarder de rayons ou de poisons toxiques. » (source)


Silvano Trotta et Pascal Trotta ? Deux fois le même nom alors qu’ils n’ont aucun lien de parenté ?! Oui, parce que des coïncidences de ce genre se produisent tous les jours !


Edouard Broussalian, homéopathe, défenseur fanatique de la pensée magique. (Il a droit à sa fiche sur Psiram, un site consacré aux pseudosciences). Avec “homéopathes sans frontière” il prétend soigner le choléra en Haïti avec de l’homéopathie. Il ne comprend pas et rejette la méthodologie scientifique. On peut s’en rendre compte au besoin dans l’échange qu’il a eu en vidéo avec Monsieur Sam.

Serge Rader, pharmacien anti-vaccins et pro-fausses médecines déjà épinglé par CheckNews pour divers mensonges.

Valérie Bugault, avocate fiscaliste, candidate UPR en 2014. Conseillère et consultante pour l’organisation ultra catho Civitas, à ce titre, elle reconnait, je cite “la nécessité de restaurer une France catholique.” Conférencière pour Egalite & Réconciliation, promotrice de la théorie QAnon, bref une conspirationniste de compétition.

Michael Levitt, Biophysicien chimiste prix Nobel de chimie. Il a prédit en février 2020 que l’épidémie était terminée. Il a ensuite affirmé que l’épidémie de Covid aux USA a pris fin le 22 août, etc. Au lieu de publier des articles avec ses méthodes et résultats, il fait une série d’apparitions dans les médias.

Astrid Stuckelberger, médecin et chercheuse, elle fréquente la complosphère d’Internet, comme Ema Krusi (vendeuse de chaussures et blogueuse conspi fan de QAnon). Elle a annoncé qu’il n’y aurait pas de deuxième vague et qu’il faut sortir respirer sans masque. Spécialiste du vieillissement, ses apparitions dans le film n’évoquent jamais la question de l’âge des malades. On se demande ce que sa parole est censée apporter à un film sur le covid19.

Michel Rosenzweig, philosophe mais surtout psychanalyste qui écrit dans le magazine Nexus, qui est un « magazine de désinformation et d’apologie sectaire » (pour l’AFIS) qui flirte avec le négationisme et patauge dans la pseudo-science et le complotisme.

Notons que d’autres intervenants du film ont écrit dans Nexus : comme Ariane Bilheran, Mohamed Kotbi ou Nathalie Derivaux. Tout ce petit monde évolue dans les mêmes sphères.

Miguel Bartheléry, docteur en biologie, coauteur d’un ouvrage vantant les mérites de l’alimentation crue et détox (“La cure zen détox aromatic”). Vendeur des extracteurs de jus du gourou Thierry Casasnovas, il fait des conférences avec la naturopathe hygiéniste Irène Grosjean qui affirme notamment que les virus sont… Bénéfiques et qui est très surveillée par les associations anti-sectes.

Gonzague Retournay, cardiologue qui prescrit de son propre chef, hors cadre, de la chloroquine à ses patients, et s’en est ouvert dans les médias.

Olivier Vuillemin, présenté comme expert en fraude scientifique (ce qui n’est attesté par aucune de nos recherches) il est en revanche bien  expert en métrologie affilié à l’ITU. Mais c’est aussi quelqu’un qui prétend depuis 2004 souffrir d’un empoisonnement aux ondes électromagnétiques et se bat contre la 5G.

Monique Pinçon-Charlot, sociologue et militante d’extrême gauche. Même si elle se désolidarise du film, sa présence ne doit rien au hasard, ses propos épousant régulièrement les contours du conspirationnisme : «L’objectif conscient et déterminé [des capitalistes, dont le grand chef est à l’Elysée en ce qui concerne la France,] de cette classe, de cette caste, de cette mafia, de ces criminels en col blanc – on ne peut pas les appeler autrement – c’est bien d’exterminer la moitié la plus pauvre de l’humanité, avec l’arme terrible qu’est le dérèglement climatique. […] C’est un holocauste climatique.» (source : « Le jour d’après de Monique Pinçon-Charlot », YouTube/Le Jour D’après, 13 avril 2020.)

Philippe Douste Blazy, ex ministre de  la santé pro Raoult, pro chloroquine et cosignataire d’une pétition avec Christian Perronne. Il dit maintenant qu’il ne savait pas à qui il avait affaire.

Personnages connexes

Louis Fouché : médecin proche de l’IHU de Marseille où il a donné une conférence. Il est également proche de la complosphère, notamment de Ema Krusi sur la chaîne de laquelle il a fait la promotion de la tisane d’Artémisia (inefficace contre la Covid19), la naturopathie (pseudoscience), et Tal Schaller (shaman, antivax, qui communique avec des êtres d’autres dimensions et qui prétend que boire son urine soigne à peu près tout (source).

Jean-Jacques Crèvecoeur… pfff je viendrai ici ajouter un mot sur ce personnage perché.


Nota Bene : souligner les accointances idéologiques des intervenants (quand elles sont explicites) est pertinent car les réseaux d’influence qui poussent le succès du film sont à l’avenant. Il existe une tradition conspirationniste particulièrement vivace dans certains milieux idéologiques, le nier avec des “pudeurs de gazelle” serait irresponsable.


Une fois dressée cette liste on peut comparer deux hypothèses.

La première est que le film dit vrai : il nous dévoile des données scientifiques authentiques ; il libère la parole de véritable experts qui savent mieux que les autres ; il est bien informé, solide. Et à cette fin, évidemment, il met à l’image les meilleurs, les plus illustres, les plus crédibles, ceux qui savent sourcer chaque affirmation.

Le seconde hypothèse est qu’il s’agit d’un tissu de conneries habilement agencées pour cacher la misère, et notamment le fait que quasiment tous ceux qui s’expriment ici sont magistralement biaisés pour rejeter les données de la science qui contredit une ou plusieurs des croyances personnelles pour lesquelles ils militent.

3. Méthode des créateurs du film

Un réalisateur aux antipodes de la science

Pierre Barnérias est antivaccin. Très croyant, il n’hésite pas à partager sur Internet des propos liés à l’anthroposophie, mouvance ésotérique dont la puissance est comparable à la scientologie. Proche également de la Manif pour Tous, il affirme (à tort) en 2013 qu‘on a truqué des images de manifestation pour minimiser l’importance du mouvement.

Il a des antécédents conspirationnistes avec le film « M et le 3e Secret » en 2014. Dans ce film littéralement apocalyptique dédié à la Vierge Marie il dénonce un complot mondial ourdi par le parti communiste et les francs-maçons et prédit une catastrophe comme jamais on n’en a vu. Sa source ? Eh bien rien de moins que les apparitions de la Vierge puisque, je cite, il « tend [son] micro à Marie. (…) ce sont bien ses propos, pas les miens.» (source) Pour un peu c’est la Vierge Marie qui réalise ce film…

Bande annonce du précédent film conspirationniste de Pierre Barnérias

Il a aussi réalisé “Thanatos l’ultime Passage” en 2019, où se succèdent les témoignages de personnes ayant vécu une expérience de mort imminente et des tenants de théories bizarres sur les voyages astraux. On y apprend notamment, en sous-texte que les athées iront en enfer.

Dans la foulée de ce film Pierre Barnérias est le créateur de Thana TV, média spécialisé dans les expériences de mort imminente. Proche de Jean Jacques Charbonier, il défend l’idée que les EMI prouvent l’existence d’une vie après la mort. S’il est bien libre de croire ce qu’il veut, promouvoir l’idée que des preuves existeraient dépasse le simple cadre de la croyance pour entrer dans le prosélytisme et, en l’occurrence, le mensonge : de preuves il n’y en a pas, j’ai même obtenu cet aveu de Jean Jacques Charbonier lui-même (vous pouvez voir ça ici.).

  • Ce petit historique nous apprend que Pierre Barnérias est un homme qui croit sans preuve et volontiers malgré les preuves et qui fait la promotion de ses croyances à travers ses films. Au minimum cela interroge sur sa manière de construire ses avis sur le monde réel.

Un financement… douteux

L’argument de l’argent est récurrent dans le film Hold Up comme dans la complosphère en règle générale. Ce n’est pas toujours un bon argument car il arrive que les gens fassent des choses juste parce qu’il leur semble que c’est bien de le faire, même si ça ne rapporte rien. Mais parfois s’intéresser à l’argent permet de se poser des questions. C’est ce que nous allons faire.

Le journaliste Pierre Barnérias entend financer son projet avec la générosité du public en demandant 20 000€ sur Ulule. La somme est honnête. La qualité semi-pro des interviews justifie une dépense de cet ordre. Nous avions financé notre documentaire de 2016 “Les lois de l’attraction mentale” avec le même montant.

  • L’opération de récolte de fonds est un franc succès puisque c’est 182 970€ qu’ils empochent. De quoi faire plusieurs films du genre.
  • Mais ensuite les créateurs demandent encore de l’argent. Ceux qui veulent le voir en streaming doivent débourser 4,99 euros, et pour avoir le fichier c’est 9,99 euros. Le réalisateur a mentionné 25 000 visionnages payants sur Viméo avant la suspension de la vidéo. Selon le producteur du film, Christophe Cossé, interrogé par Franceinfo, le visionnage sur la plateforme a rapporté environ 170 000 euros.
  • Et puis les créateurs ouvrent aussi une page Tipeee pour continuer à récolter des dons, notamment pour financer une version anglaise (pourtant prévue dans la campagne Ulule) qui reviendrait à… 10k€. Au moment d’écrire ce script, leur récolte sur Tipeee approche les 150 000€.

Je ne suis pas un enquêteur, je n’ai pas accès aux sources de financement de ces gens, mais en quelques clic on constate qu’ils ont engrangé plus de 500.000 euros pour un projet initialement chiffré à 20 000€. Je me contente d’énoncer des faits. Ces sommes d’argent ne prouvent rien, mais certains pourraient y voir un but lucratif. Et à tout le moins il ne faudrait pas gober trop vite la carte du désintéressement.

Je n’ai jamais vu des sommes pareilles dans le monde de la vulgarisation scientifique sur YouTube et encore moins dans celui de la critique rationaliste des pseudo-sciences. De telles levées de fond sont en revanche monnaie courante du côté des productions conspirationnistes comme “La Révélation des Pyramides”.

Détail amusant, l’affiche du film a évolué. Dans les yeux des personnages lobotomisés ont peut voir les logo de quelques médias. Or après le passage du producteur du film, sur le plateau de Pascal Praud sur CNews, le logo de CNews a disparu de l’affiche pour être remplacé par celui de LCI. J’ignore ce qu’il s’est passé, ce qu’ils se sont dit, les accords qu’ils ont pu passer. Je ne fais, comme Pierre Barnérias, que vous donner une information. L’info est d’ailleurs parcellaire, voire fausse car les deux versions de l’affiche ont peut-être existé avant ce passage TV, et puis ce choix peut s’expliquer pour bien des raisons qui n’ont rien à voir avec des conflits d’intérêt. Nous savons qu’il faut éviter d’accumuler les soupçons infondés pour pouvoir se faire une opinion juste, chose que l’auteur du film ignore… À moins qu’il agisse sciemment dans le but de tromper le spectateur.

Conclusion ?

Avant de vous laisser vous faire votre opinion, qui peut être différente de la mienne, je voudrais vous rappeler que nous sommes tous manipulables.  Nous ne sommes pas tous manipulés à longueur de temps, mais nous sommes humains et donc nous répondons à des situations d’une manière prévisible, ce qui permet à certains de concevoir des pièges. Vous savez bien que les escrocs prospèrent, que des gourous exploitent des tas de gens, que les complots existent, et cela confirme ce que je vous dis : même des gens intelligents peuvent se faire avoir.

La chose la plus importante en regard de ce constat, c’est qu’on n’est généralement assez mal manipulé par ceux qu’on déteste et dont on se méfie, par contre c’est beaucoup plus facile de se faire avoir par ceux à qui on accorde sa confiance. Vous ne serez jamais trahi par ceux dont vous vous méfiez. Il faut donc vérifier les infos, toujours, autant que possible, en redoublant d’efforts quand l’information nous plaît, qu’on a très envie d’y croire. Parce que c’est là que le piège se referme sur nous.

Au delà du debunkage

Il m’a fallu déjà pas mal de temps pour vous expliquer tout ça, pour examiner les choses qui nous invitent au doute et à la prudence. Mais comme vous l’avez constaté je n’ai rien debunké, je n’ai rien démontré ; je vais m’en remettre à vous. Je vais vous faire confiance pour ne pas croire n’importe quoi. C’est risqué parce que vous savez bien que certains extrémistes s’attachent même aux théories les plus débiles, mais l’alternative consiste à produire des heures et des heures de vidéo où l’on vous apporte une démonstration tout en sachant que les extrémistes dont je parlais ne les regarderont pas.

Le debunkage n’est pas la panacée, ce qui est le plus important c’est que chacun ait l’envie de faire sa part du travail de vérification. Vous pouvez aider la société en transmettant cette envie autour de vous, cela passe par le questionnement.

À vos proches qui sont convaincus par le film, demandez gentiment : « Quel est l’argument que tu trouves le plus fort ? Si tu y crois, il faut bien que ce soit pour une raison plus que pour une autre. » et cherchez avec cette personne sur quoi repose cet argument, si les faits collent bel et bien, s’il n’y pas des interprétations alternatives au moins aussi probables. Evaluez bien quelle conclusion peut être tirée de l’argument pour éviter de croire qu’une chose est prouvée quand elle ne l’est pas. Montrez-lui que vous lui faites confiance pour examiner les faits avec vous, que vous ne le prenez pas pour un débile, et que vous désirez autant que lui croire des choses vraies et éviter de croire des choses fausses.

Dans cet exercice, vous pourrez utiliser le superbe travail de ceux qui sont allé vérifier tout ce qui est dit dans ce film. Je remercie d’ailleurs la Fédération Covid19, un petit groupe de citoyens très inquiets par la désinformation rampante qui nous envahit depuis les débuts de la pandémie et qui a décidé de trier le vrai du faux dans le déluge d’informations qui nous parvient sur le Covid19. Ils m’ont aidé à rassembler des informations et des liens que vous trouverez dans la version Blog de cette vidéo, disponible sur La Menace Théoriste.

J’espère que cette petite analyse vous semblera utile, que vous aurez envie de la partager, de soutenir notre travail, et surtout que vous êtes plus que jamais motivé pour faire attention aux idées que vous acceptez de mettre dans votre tête.

Acermendax

Un merci spécial à Jonathan Cordier de Mello pour les séquences des intervenants utilisées dans la vidéo et à Emma Palmer pour la recherche d’informations.

Liste de debunkages

22 réponses
  1. Michel Chênebeau
    Michel Chênebeau dit :

    La vérité étant importante, je voudrais connaitre votre avis sur le retrait par l’OMS du médicament remdésivir, et les commandes de l’UE., et d’une façon générale d’éventuelles pression des labos, pharmaceutiques sur nos élus.
    Bien cordialement

    Répondre
  2. David
    David dit :

    ouh .. donc en résumé toute cette mobilisation pour défendre macron sa bande organisée et les pédophiles associés .. C’est ça la ZÉTÉTIQUE ? une bande de voyous criminels !

    la preuve que ce documentaire visait juste .. d’autres viendront .. vous êtes en phase terminale !^^

    continuez vos calomnies les 666 , c’est votre unique riposte possible à ce stade .

    Qui vous finance ? nous savons qui vous logent …!^^

    Répondre
    • Nico
      Nico dit :

      Être zététique, ce n’est pas défendre les gouvernements mais c’est les attaquer avec de vrais arguments.

      Répondre
    • Mutre
      Mutre dit :

      Si je comprends bien, soit on est d’accord avec Hold Up et ce qui est dit dedans, soit on est pro-Macron ?
      Joli faux dilemme. Je ne suis pas un grand fan du gouvernement actuel, mais ça ne veut pas dire que je vais préférer les délires du premier complotiste venu qui se dit opposé au gouvernement.

      Répondre
  3. GG
    GG dit :

    Salut,
    Je suis (en gros) en accord avec le contenu. Mais la musique est sans intérêt et à mon sens décrédibilise le propos. Comme si, comme dans Hold Up, elle était sensée surimposer des émotions au discours. Même si dans le cas présent elle est assez neutre. C’est fait pas pro non plus… Alors que les “défauts techniques” des Tronches en Live, certainement liés au manque de moyens, ne sont pas gênant et ne remettent aucunement en question le sérieux du contenu. Bref.
    Bravo en tous cas. C’est du beau boulot et c’est certainement utile à la société.
    Merci pour votre travail & courage.
    GG

    Répondre
  4. Franck
    Franck dit :

    Des calomnies? Tout est sourcé. Vous devriez faire l’effort d’aller voir les sources servies sur un plateau dans cet article puisque je suppose que vous êtes un chercheur de vérité.
    Si vous ne venez pas pour débattre je ne vois pas l’utilité de votre commentaire.
    Si vous trouvez qu’ici, Macron est défendu c’est que vous vivez dans un monde parallèle.
    Il est déplorable et inquiétant de constater de plus en plus une déferlante de commentaires de votre genre sous la moindre vidéo ou le moindre article remettant en question vos certitudes.

    Répondre
  5. Drenghel
    Drenghel dit :

    Salut,
    je remarque que la “footnote” de la section sur Pincon Charlot (la 43) ne mène à rien, est un raté de copier collé ?
    Car j’aimerais bien d’autre sources que la vidéo mis à la fin, pour parler de “propos épousant régulièrement” des idées conspi.

    La bise.
    Drenghel

    Répondre
  6. Huguette
    Huguette dit :

    Bonjour, comme mentionné dans les commentaires de la vidéo, il faut nuancer le propos au sujet de l’origine du virus (cf., https://hal.ird.fr/hal-02891455v2 étude faite par des chercheurs dont le sérieux peut être vérifié). Cela a notamment a été fait sur la page du groupe Covid19 Fédération: https://www.facebook.com/groups/697055387583783/permalink/709431733012815. Merci d’avance de rectifier au plus vite, pour ne pas donner du grain à moudre aux complotistes!

    Répondre
    • Vincent
      Vincent dit :

      Il me semblait que l’article dans Nature excluait l’origine humaine (quelqu’était les intentions) car il n’y avait pas de marqueurs de “ciseaux” génétiques anthropique. Je dois me tromper… Vous savez me renseigner ?

      Répondre
      • YvesD
        YvesD dit :

        Bonjour,
        A ma connaissance, la recherche de traces de recombinaisons génétiques entre les séquences 100% virus de chauve souris (RaTG13) et les séquences non RaTG13 n’a rien révélé de particulier. Ceci dit, et alors que je ne suis pas complotiste, je rappelle l’adage “l’absence de preuves n’st pas la preuve de l’absence”…

        Répondre
  7. Anti-666
    Anti-666 dit :

    Qui nous parle ?

    Thomas Durand (alias Mendax) est un militant pro-OGM et pro-glyphosate qui se prend pour un défenseur de la science.
    En 2014, il a fondé “La Tronche en Biais”, une chaîne Youtube qui prétend défendre l’esprit critique, le doute, et la science.
    Il défend l’hypothèse du NIST en essayant de discréditer les sceptiques !

    Répondre
    • Vincent
      Vincent dit :

      Pourquoi dites qu’il est militant pro-OGM et pro-Gliphosate ? A ma connaissance, il n’a fait qu’énoncer des faits sur le sujet. S’est-il prononcer pour une autorisation de ces deux éléments ?

      S’il l’a fait. En quoi cela discrediterait son discours ? Juste parce que cela ne correspond pas à vos opinions ?

      Répondre
  8. Hélène Chotard
    Hélène Chotard dit :

    Bonjour, grand merci pour tout ce que vous mettez en œuvre pour réfléchir sainement.

    Je transmets régulièrement vos vidéos à des amis ou connaissances qui souscrivent aux théories du complot, méthodes thérapeutiques fantasmées mais jamais prouvées scientifiquement… Pour ma part je vais m’aider avec une bonne tisane, un moment en thalasso et profiter consciemment de mes croyances (avec un certain recul quand même) susceptible de soutenir mon bien-être et divers (et espérés) effets placebo. Sans en faire une recette miracle ni un commerce.
    Etant en recherche côté spirituels et métaphysique, j’apprécie vos vidéos qui identifient bien ce qui relève de la croyance personnelle et ce qui s’appuie sur un consensus scientifique. Aucun problème là-dessus, ce sont des univers différents.
    Dans ma pratique de psychologue psychothérapeute, ces deux aspects sont clairement identifiés. Chacun peut être attiré – ou pas- vers un questionnement “spirituel”, “métaphysique”, pourquoi pas ?
    Et dans le contexte de nos existences, faire le distinguo entre ses croyances et cheminements personnels, et les connaissances dans un domaine professionnel. Même s’il ne s’agit pas d’une “science dure ” ce qui représente une difficulté supplémentaire, les recherches respectant les protocoles scientifiques confortées par l’expérience clinique, restent la base d’un consensus le plus fiable possible.

    Bon bref. En ces temps de pandémie dont l’existence même est parfois remise en cause, je pose la question : pourquoi se fatiguer ainsi puisque, comme cela avait été annoncé de source sûre, nous sommes tous morts le 21 décembre 2012 ? (paske moi, j’étais à boire un coup avec les copains au coin du feu, et pas sur la montagne de Bugarach…)

    A bon entendeur ! (et merci encore !)

    Répondre
  9. David
    David dit :

    “Michel Rosenzweig, philosophe mais surtout psychanalyste qui écrit dans le magazine Nexus, qui est un « magazine de désinformation et d’apologie sectaire » (pour l’AFIS) qui flirte avec le négationisme et patauge dans la pseudo-science et le complotisme.”

    c’est de la diffamation , et pour d’autres intervenants également ..

    Le site Tribune Juive publie Michel , DONC le site Tribune Juive EST ” négationniste .. thomas durand alias acer mandax qui veut dire en latin tranchant crétin sic ! prend de la cocaïne , fait l’apologie des pédophiles etc…

    on peut tout dire pour un buzz … et certains apôtres de la secte zététique appelle cela “sourcés” !

    Michel a plusieurs articles sur notre site , alors retire IMMEDIATEMENT CES PROPOS DIFFAMATOIRES sur ton site puant gamin !

    https://www.tribunejuive.info/2020/11/20/michel-rosenzweig-son-intervention-remarquable-dans-hold-up/

    Répondre
  10. David
    David dit :

    “Ariane Bilheran, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie, militante anti éducation sexuelle ”

    parce que pour thomas durand , la pedophilie est de l’education sexuelle !!!

    TU T’ES FAIT ÉPINGLÉ LÀ !!! THOMAS DURAND DEFEND LES PEDOPHILES !!!

    la vérité va circuler , et ce n’est pas de la diffamation !

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Je vous remercie pour votre réaction déraisonnable et vos accusations sordides, elles sont de la même eau que les propos de cette dame.
      Madame Bilheran accuse les profs d’enseigner la masturbation aux enfants de 4 ans, et à ce titre elle rejette l’éducation sexuelle, parce qu’elle en fait une caricature déjantée.
      Mendax

      Répondre
  11. samuel damoy
    samuel damoy dit :

    détail intéressant sur la “profiler” Nadine touzeau: sur sa vidéo droit de réponse (pour laquelle il n’y a pas de droit de réponse puisque les commentaires sont désactivés…), qu’un de ses fan m’avait indiqué comme “preuve” qu’en fait elle serait soi-disant innocente de l’escroquerie pour laquelle elle a été condamnée (https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/la-profileuse-orleanaise-condamnee-pour-escroquerie_1864877/). Vers 7min elle prétend que c’est le président de la république en personne qui aurait empêché son recrutement au “COS “CENTRE” des Opérations Spéciales” ( https://youtu.be/7ZiFn-PbtXo?t=419 ). Je passe sur l’absence de preuves pour ce scenario digne d’un mauvais film d’espionnage, mais je trouve assez cocasse qu’elle ne connaisse pas le nom du COMMANDEMENT des OS (pas le centre des OS): le “Centre des Opérations Spéciales”, c’est une association de paintball… https://www.maam.fr/annuaire/association/le-c-o-s-centre-des-operations-speciales-3307

    Répondre
  12. faren
    faren dit :

    Je pense qu’il faudrait faire un débat public entre les spécialistes de L’ anti-complotisme et les conspirationnistes.

    Répondre
  13. Philippe Vergnes
    Philippe Vergnes dit :

    @Acermendax,
    “Madame Bilheran accuse les profs d’enseigner la masturbation aux enfants de 4 ans…” Waouh !
    Vous avez une preuve de ce que vous affirmez là ?
    Parce que dans le cas contraire, cette affirmation relève de la diffamation.
    Or, je suis assez bien placé pour savoir que ce que vous affirmez ici concernant Ariane Bilheran n’est que pur délire et qu’à ce titre, je vous conseillerais vivement de lire son livre sur la Psychopathologie de la paranoïa et ses autres ouvrages sur le délire, le harcèlement, l’autorité, la manipulation, etc.
    Si vous avez appliqué les mêmes méthodes d’investigation envers les autres participants à ce reportage que celles qui vous conduisent ici même à diffamer Ariane Bilheran, ben… j’ai bien peur que votre “esprit critique” ne soit que le reflet de votre propre “menace théoriste”.
    Déformer les propos d’autrui pour les conformer à l’idée que l’on se fait d’eux sans jamais avoir étudié leurs travaux, cela relève d’une totalement absence de pensée critique… pour un promoteur de l’esprit critique, je trouve ça vraiment cocasse.
    La vérité c’est important : vous ne croyez pas si bien dire !

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Il vous suffisait de regarder la vidéo fournie dans l’article pour entendre cette dame se plaindre qu’il ne fallait pas apprendre la masturbation aux petits enfants.
      Vous pensiez tellement “être bien placé pour savoir” que vous avez jugé pertinent de l’écrire. Cela fera sourire les lecteurs. Merci pour eux.

      Répondre
      • Philippe Vergnes
        Philippe Vergnes dit :

        Vous êtes rigolo… vraiment très rigolo… et ignorant en plus… vraiment très ignorant !
        Le plus grave, c’est que vous faites passer cette ignorance pour de l’esprit critique. Exactement à la manière de George Orwell : “L’ignorance, c’est la force !”
        Alors d’une, contrairement à vous, j’étudie les travaux des personnes que je soumets à un examen critique. De deux, il se trouve que j’ai participé aux travaux d’Ariane Bilheran… concernant le harcèlement et la paranoïa justement. (Si vous aviez lu ses livres, vous le sauriez, j’ai préfacé son livre sur le harcèlement et je suis cité en remerciement dans le second pour l’aide à la réflexion que je lui ai apportée sur ce sujet).
        Donc… je répépis pour les sourds et les malentendants : de qui tenez-vous pour fait que “Madame Bilheran accuse les profs d’enseigner la masturbation aux enfants de 4 ans… ?”
        De ses propos à elle que vous citez dans votre vidéo ou de vos interprétations délirantes ?
        Parce que dans le premier cas, vous seriez fondé à formuler une telle remarque, mais dans le second, votre affirmation ne serait que le fruit de vos propres interprétations qui témoignes d’un divorce total entre ce qui est dit et ce qui vous en comprenez (ce qui est le propre d’un délire d’interprétation). Or, comme je suis très bien placé (je ne suis pas “assez” bien placé, comme indiqué premièrement, ni même “bien placé”, mais “très, très bien placé”) pour savoir ce qu’elle en pense), il est très facile de constater qu’Ariane Bilheran n’accuse [pas] les profs d’enseigner la masturbation aux enfants de 4 ans, comme vous l’interprétez de façon délirante (le délire d’interprétation étant l’un des plus importants symptômes de paranoïa, une expression que vous utilisez souvent ces derniers temps si je ne m’abuse).
        L’enseignement de la masturbation à l’école dès l’âge de 4 ans est une idée qui émane d’un document de l’OMS intitulé “Standards pour l’éducation sexuelle en Europe” où, dans “la matrice” (d’éducation à la sexualité) il est indiqué p. 38 que l’on devrait “informer l’enfant de 0 à 4 ans” sur :
        . le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce ;
        . Etc.
        “Informer l’enfant de 0 à 4 ans sur le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce, etc.”
        C’est déjà plus explicite.
        Ainsi, les travaux d’Ariane Bilheran portent surtout sur le fait de savoir d’où proviennent de telles idéologies qui conseillent à un âge si précoce “d’informer [enseigner] l’enfant de 0 à 4 ans sur la masturbation, etc.” ainsi qu’à tous les autres âges (ce qui est un enseignement). Ce qui va, pour les jeunes enfants, totalement à l’encontre de la doxa concernant la psychologie enfantine.
        C’est autant une recherche historique qu’une enquête clinique, car d’un point de vue clinique, enseigner ce genre de chose “dès la maternelle” est le plus sûr moyen de former de futurs pervers. (Confusion des registres psychiques du public, du privée et de l’intime = de ce que la clinique nous enseigne actuellement, c’est le plus sûr chemin qui mène à la perversion. La sexualité étant du domaine de l’intime. Il existe suffisamment de travaux cliniques là-dessus et pas besoin d’une étude randomisée en double aveugle pour s’en assurer. Les études observationnelles sur ce genre de problème suffisent déjà amplement, même si elles ne répondent pas à toutes les questions que l’on se pose encore sur cette problématique).
        Effectivement, comme vous le dîtes si bien : “Cela fera sourire les lecteurs. Merci pour eux.”
        Maintenant, si votre critique des autres intervenants à ce reportage est de même acabit, cela ne donne guère d’espoir pour le développement d’une véritable pensée critique. C’est même catastrophique oserais-je dire !
        PS :
        De l’enquête rondement menée par Ariane Bilheran, elle en arrive à la conclusion que cette idéologie provient d’un certain Kinsey, un professeur d’entomologie et de zoologie qui étudia “scientifiquement” (gros LOL !) la sexualité humaine. Il a rédigé deux rapports, les rapports Kinsey, qui sont considérés comme “un apport essentiel à la recherche statistique et scientifique sur la sexualité humaine dont ils marquent le début” (fiche Wiki “rapport Kinsey”).
        Lorsque l’on enquête un peu sur ce sinistre personnage, il est très difficile de ne pas être écœuré par la “méthodologie scientifique” utilisée par ce grand pervers qui alla jusqu’à faire violer (je n’ai plus le nombre exact) des bébés (je dis bien des bébés) par un pédophile pour noter “statistiquement”, chronomètre en main, l’apparition les signes d’un orgasme infantile. Etc.
        Bon… je ne vais pas refaire l’histoire, ni me plonger dans les passages de ses sinistres rapports qui “attestent” d’un orgasme infantile, mais voilà bien un véritable sujet de choix pour un zététicien qui se respecte. Encore faudrait-il pour cela être doté d’un certain courage, ce qui n’est semble-t-il pas le cas des zététiciens dont il est fréquent d’observer, comme ici, qu’ils sont “durs avec le faible et doux avec le fort”.

        Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.