La Tronche est à VOUS #2

Emission en direct où le public intervient pour exposer une position et la justifier.

EDITORIAL

Parmi les sujets classiques de la zététique, l’homéopathie apparait parfois  comme une vieille lune, une rengaine inutile, un terrain facile, confortable où le zététicien peut pontifier sur ses ergots, parler « au nom de la Scionce » et se donner des airs de savant.

J’espère que ce n’est pas votre avis, et que vous avez un peu de respect pour celles et ceux –et ils sont nombreux– qui font confiance à cette pratique de soin, qui la choisissent pour soigner leurs enfants, ceux qu’ils aiment, et eux-mêmes. Des millions de français consomment de l’homéopathie. On peut déplorer qu’ils le fassent sans chercher à se documenter sur la réalité des effets, mais ce faisant il faudrait y aller mollo sur l’hypocrisie puisque la plupart de ceux qui consomment des traitements à dose pondérale, des médicaments dont l’efficacité est reconnue… n’ont pas fait le travail de vérification eux non plus ; ils se fient à leur médecin, ils font confiance !

Toute la question est de savoir pour quelle raison on fait confiance à un médecin, pourquoi on préfère parfois les médecines parallèles, et en particulier la plus célèbre d’entre elle. Et là on est face à un problème.

Quand on veut faire un travail de sceptique, on peut consulter la littérature scientifique, en faire une synthèse, la présenter sous la forme d’un livre que je vous invite à acheter. On peut aussi analyser les discours médiatiques, relever les abus rhétoriques commis régulièrement sur les plateaux télé et jusque dans les colonnes de la presse. On peut décortiquer les stratégies de communication, et relayer les données des études sociologiques sur les populations qui font tel ou tel choix thérapeutique. Mais il y a une chose qu’on ne peut pas faire, c’est débattre avec les médecins homéopathes qui représentent la profession. Ils prennent particulièrement soin d’éviter les sceptiques. Ils viennent à la télévision délivrer leur message, mais on ne les voit jamais mis face à une contradiction qui a le temps de s’arrêter sur les détails, sur les présupposés, sur les fallacies, sur les raccourcis, sur les postures et sur les nuances qui entourent la notion d’efficacité.

Dans cet article, trouvez l’essentiel de mon travail sur le sujet de l’homéopathie

Je n’ai jamais réussi à obtenir qu’un médecin homéopathe un tant soit peu représentatif de sa profession, vienne sur notre chaîne. Cela serait pourtant utile, car il y a toujours le risque de se rendre coupable d’une caricature, de mal cerner le discours que l’on veut critiquer et il est alors bénéfique pour tout le monde d’avoir un échange où l’on s’assure de se faire bien comprendre.

Ce soir La Tronche est à VOUS. Vous aurez la parole. Pour cela vous pouvez utiliser sur notre discord le canal JE-VEUX-PARLER pour écrire en quelques mots la teneur de ce que vous voulez dire à l’antenne. La posture sceptique est déjà très présente sur notre chaine, c’est pourquoi j’espère que nous aurons ce soir des intervenants qui souhaitent défendre l’homéopathie, expliquer leur choix, justifier leur position, nous montrer que nous avons raté quelque chose dans notre analyse.

J’espère tout particulièrement que des médecins homéopathes auront le courage de prendre la parole. (Spoiler : ça n’est pas arrivé)

1 réponse
  1. Le Chevroeil sec du Kalahari
    Le Chevroeil sec du Kalahari dit :

    Coucou,

    Lors du dernier live concernant l’homéopathie il a rapidement été question du stress qui ne serait pas bon pour la santé (pour résumer grossièrement mais c’était rapide). J’entends parler de ça depuis des années et mon entourage comme le corps médical m’a souvent dit que je l’étais, que c’était pour ça que j’avais tant de symptômes inexpliqués (en fait il m’a suffi d’insister pour pouvoir faire davantage d’examens et comprendre ce qui pouvait clocher dans mon corps, ce qui n’a hélas pas suffi à entendre parler de mon supposé stress).

    Or je voudrais bien savoir, déjà, de quoi on parle quand on évoque le stress, et quel est le mécanisme qui pourrait s’opérer entre ce type de réaction et divers maux, chronique ou violents, visibles ou non, bref, pour l’heure je ne suis pas vraiment convaincu des liens de cause à effets qui pourraient expliquer ce dont nous malades pouvons parfois nous plaindre.

    Bref connaissez-vous des études sérieuses sur le sujet, sinon cela pourrait être une future idée de vidéo ?

    Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.