Sur les vaccins anti-covid vous avez entendu, comme moi, tout et son contraire. Sur leur efficacité, sur les effets secondaires, on ne s’y retrouve plus. Sincèrement, il y a de quoi être en colère. Comment se fait-il qu’au bout de plus d’un an et demi ce soit autant le bordel dans les informations que nous recevons, et à partir desquelles nous sommes bien obligés de nous faire un avis sur la situation et sur ce que nous devons faire.

Je n’ai pas envie me faire vacciner juste pour avoir un papier qui m’autorise à prendre le train ou manger au restaurant. Si je me fais vacciner, c’est pour une raison médicale.

Je suis comme vous, je n’ai pas réponse à tout. Et j’ai entendu des choses tellement graves que je me dis que ceux qui les prononcent ne peuvent quand même pas les inventer. Ce serait dingue. Mais s’ils ne les inventent pas, eh bien c’est encore pire, parce qu’alors on nous ment à grande échelle. Or, les mensonges à grande échelle existent, c’est bien pour ça qu’il est compliqué de se faire un avis.

Prenons par exemple l’élue de la République Martine Wonner. Elle a des diplômes de médecine, elle est psychiatre. Elle a même apporté son soutien à une initiative bénéfique “Justice sans psychanalyse” pour écarter les psychanalystes des experts appelés devant les tribunaux. Cette dame est a priori capable de lire la littérature scientifique et de défendre la science.

Et ce qu’elle dit, notamment lors de la manifestation de Nancy est répété par des milliers de gens. Arrêtons nous sur 3 phrases qu’elle a prononcées

“Le vaccin ne protège pas contre les formes graves”

“Le vaccin ne vous empêche pas d’être contaminé”

“Le vaccin ne va pas empêcher la contamination inter-individuelle”

Et madame Wonner de conclure : « À quoi sert ce truc ? »

Si ce qu’elle dit est vrai, alors le vaccin n’apporte aucun bénéfice. Et sans bénéfice, s’il existe des risques d’effets secondaires sérieux, alors il ne faut surtout pas se vacciner. La question à se poser est : ce que dit madame Wonner est-il vrai ?

Le vaccin Comirnaty de Pfizer est très surveillé, nous avons de très nombreuses données. Sur la campagne de vaccination en Israël, les travaux scientifiques montrent que la vaccination entraine une réduction de 92% des cas symptomatiques et de 97% des hospitalisations, donc des formes graves[1]. Au Royaume-Unis une étude similaire montre une diminution de 93% des infections symptomatiques par le variant anglais (B.1.617.2) et de 95% des hospitalisations[2]. Au Royaume-Unis toujours une étude en preprint montre que le taux d’efficacité contre le variant Delta qui nous inquiète en ce moment est de 88% pour les cas symptomatiques et de 96% sur les hospitalisations[3].

En France, le dispositif renforcé de surveillance des vaccins contre la Covid-19, EPI-PHARE tient à jour les informations sur l’efficacité et les effets secondaires[4]. Sur la page mise à jour le 19 juillet les données d’une étude de pharmacovigilance sur plus de 4 millions de Français de plus 75 ans montre que le risque de forme grave de Covid-19 diminue de 87% après deux doses de vaccin.

Ce que toutes les données montrent c’est que les vaccins marchent. Vous aurez aussi remarqué que l’on n’atteint jamais 100% d’efficacité. Il y aura donc des gens vaccinés qui vont attraper la maladie malgré tout, et certains feront même des formes sévères. On appelle ça des exceptions.

Qu’en est-il de la troisième affirmation ? Selon madame Wonner être vacciné n’empêcherait pas une personne porteuse du virus mais sans symptôme de contaminer son entourage. Soit on la croit sur parole, soit on regarde ce que disent les travaux des scientifiques. On va plutôt faire ça.

Une étude publiée par l’Institut Pasteur nous explique que les personnes non vaccinés sont 12 fois plus contagieuses que les personnes vaccinées [5]. Douze fois, cela veut dire que le vaccin est très efficace pour réduire la contagion, mais pas à 100%, comme la ceinture de sécurité ne sauve pas 100% des accidentés. N’espérez pas une solution médicale qui marche à 100%, ça n’existe pas.

Bilan ?

Si on fait un bilan on constate que les trois déclarations très véhémentes de madame Wonner sont très problématiques parce que la formulation est la pire qui soit. Oui, on peut dire “le vaccin n’empêche pas d’être contaminé” puisqu’en effet sa protection n’est pas totale. Je peux vous affirmer tranquillement que porter un manteau n’empêche pas d’avoir froid, sans que vous ayez envie de vous promener tout nu en plein hiver… Cette manière de formuler est-elle choisie délibérément pour tromper ? Je me le demande.

Je ne suis pas en mesure de vous expliquer pourquoi elle dit des choses pareilles. Puisqu’elle ne donne pas de source, on ne sait pas sur quoi elle pense pouvoir s’appuyer. Est-ce qu’elle ment pour exciter les foules, pour faire son intéressante, pour servir sa carrière politique ? Est-ce qu’elle croit sincèrement ce qu’elle dit sans être jamais allée lire les papiers ni écouter ceux qui, sans doute, essaient de lui expliquer qu’elle se trompe ? Est-elle une mythomane dont le cas relève de la médecine ? Est-elle payée par les vendeurs de cercueil pour alimenter leur business ? Est-ce qu’il y a une autre explication. Je ne sais pas.

En revanche ces trois déclarations sont fausses. En plein pandémie et en l’absence de traitement de fond efficace contre l’infection, dissuader les gens de se vacciner est une parole qui présente un risque majeur de causer des morts et des malades qui gardent de lourdes séquelles.

C’est pour ça que je prends la peine de faire cette vidéo ainsi que cette version écrite où seront ajoutées les sources nécessaires.

Si vous pensez que cette vidéo est utile, rendez-la contagieuse.

Acermendax

Pour vous documenter

Le blog Big Pragma


[1] https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00947-8/fulltext?fbclid=IwAR0RrwR_CBjeNnTvC1je7aTqjjex3s5RvThh3fyxiR0ma7ltzjIDadApFxM

En français : https://www.franceinter.fr/covid-l-analyse-des-donnees-a-l-echelle-d-israel-confirme-les-excellents-resultats-du-vaccin-pfizer

[2] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.05.22.21257658v1.full?fbclid=IwAR2UVoxL0WCYJBYatMIe9VW3oXzs8Uo5VbNJT6BzvrXBJKVDNbHKvYbv_vE

[3] https://khub.net/web/phe-national/public-library/-/document_library/v2WsRK3ZlEig/view_file/479607329?fbclid=IwAR2hcacKoAoWt36pYo711_6l18rZAIXj5hRWBP4gFzLhxOQ3X85pmTvNjs8

[4] https://ansm.sante.fr/actualites/les-vaccins-reduisent-fortement-le-risque-de-forme-grave-de-covid-19-chez-les-personnes-de-plus-de-75-ans-en-france

[5] https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-03272638

6 réponses
  1. bernay-angeletti
    bernay-angeletti dit :

    Bonjour

    Je pense que vous avez commis une petite erreur dans les citations :
    votre citation 5 cite l’article de l’institut pasteur :
    Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in
    partially vaccinated populations: a modeling study
    applied to France

    Si on lit correctement l’article on s’aperçoit que celui-ci ne démontre en aucun cas une réduction de la transmission vu qu’il l’utilise en tant que prérequis dans son scenario de modélisation (page 11 => method => scenario : “We assume that vaccines are 95% effective at reducing the risk of hospitalisation, 80% at
    reducing the risk of infection (impact on susceptibility) and 50% at reducing the infectivity of vaccinated individuals”)
    .
    Je pense qu’il sera plus judicieux pour votre ticket de citer directement la source d’où est issu cette statistique : Impact of vaccination on household transmission of SARS-COV-2 in England.
    Qui est elle même cité par l’article de l’institut pasteur et qui est disponible gratuitement sur google scholar.

    Cette source est importante car elle est débattu sur les évaluations de la réduction de la transmission chez les plus jeunes (les moins de 30 ans) du au fort taux d’asymptomatique (ceci peut entrainer un biais statistique).

    Toutefois l’utilité du vaccin en terme de restriction de transmission n’est nullement à démontrer pour les >40 et les <40 avec de grosses comorbidités.

    merci pour votre blog

    cordialement

    benoit bernay angeletti

    Répondre
  2. Léo
    Léo dit :

    Bonjour,

    Je trouve votre argument très pertinent, merci d’avoir pris le temps de chercher des sources fiables, en ces temps c’est tellement le brouhaha… Après je trouve que certains arguments des anti-vaccins sont vraiment tirés par les cheveux et caricaturaux et en général, ces gens là sont tellement convaincus qu’il sera difficile de les convaincre du contraire avant quelques années.

    Je suis personnellement entourée de personnes qui ne sont pas nécessairement anti-vaccins, mais qui ne souhaitent pas se faire vacciner sous la contrainte, et ont les arguments suivants:
    – si on tombe malade après être vacciné, nous n’avons aucune assurance en cas d’effet secondaire (graves maladies pour certains, morts pour d’autres), en gros problème de responsabilité pénale.
    – le vaccin est encore en phase test jusqu’en 2023, donc nous sommes un peu des “cobayes” quand même.
    – l’aberration de l’enrichissement des labos qui s’en mettent plein les fouilles alors que la vaccination à échelle humanité entière devrait être plus que jamais du domaine public, méfiance envers les relations labo-politiques (conflits d’intérêts, lobbys, pantouflage etc…)

    Evidemment, la méfiance envers le gouvernement qui ne fait que des discours se contredisant, des amas de mensonges et de langue de bois n’arrange pas les choses.
    Que pensez-vous des arguments ci-dessus cités?

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Bonne journée

    Répondre
  3. Charly
    Charly dit :

    Comment expliquez-vous les énormes pics de contamination et de mortalité de l’Angleterre et d’Israël après le début de la vaccination très massive et très rapide qu’ils ont menée ?

    Allez regarder les courbes sur des sites officiels.

    Répondre
    • alex
      alex dit :

      “Comment expliquez-vous les énormes pics de contamination et de mortalité de l’Angleterre et d’Israël après le début de la vaccination très massive et très rapide qu’ils ont menée ?”
      -Angleterre: chiffre officiel d’hier (22/07) 54.9% vaccinés complets (chiffre NHS), donc 45% de non vaccinés
      -Israël: chiffre officiel d’hier (22/07) 58.4% vaccinés complets (chiffre OWD), donc 40% de non vaccinés
      Cela laisse du monde a fort potentiel infectieux. Les adjectifs utilisés “massif et rapide” ne sont pas corrects, juste pour exemple car la démonstration est facilement accessible et réalisable avec l outil de google:
      Israël a atteins 50% de double vacc le 20 mars, pour un debut de vaccination le 19 décembre et depuis stagne. La propogation du variant delta étant bien plus rapide que les variants précédants, celui ci prolifère beaucoup plus dans la population.
      La vaccination n’est en rien massive (une immunité de groupe (très théorique) serait atteinte pour la totalité (ou presque) de la population.
      Au vu de la formulation de votre question, je pense que vous connaissez déjà la réponse a cette dernière.
      De ttes façons cette histoire ne peut terminer que de 3 manières:
      -disparition du virus spontanée (Deus ex machina): c ets le moment que Dieu nous prouve qu’il existe
      -Vaccination massive de la population mondiale: (et pas 60%), je parle ici de 99,99% car vu la sélection des variants, nous risquons d avoir des formes de plus en plus contagieuses et malheureusement certaines personnes ne peuvent pas se faire vacciner (je connais une patiente avec ce type de contrindication). Et donc disparition du Covid
      -Disparition de l’espèce humaine.
      Tout autres scénarios ne sera que temporaire et ne poussera que vers l une de ces 3 options.

      Répondre
  4. V!nc3r
    V!nc3r dit :

    Les liens des sources sont tout pêtés, on est obligé de copier-coller le texte pour accèder aux pages.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.