Le bullshit en entreprise – Un témoignage sur l’automassage

Un internaute que nous appellerons Max a souhaité faire part de sa mauvaise expérience avec un « atelier » proposé au sein de son entreprise.

***

Internet et les réseaux sociaux n’ont pas l’apanage du développement des pratiques douteuses et de leurs prêcheurs.

Non. Comme si cela ne suffisait pas, ces derniers s’invitent dorénavant au sein même des entreprises, conviés par les services Qualité, Sécurité, Santé et Environnement eux-mêmes.

C’est ainsi que, lors d’une semaine dédiée à la sécurité dans mon entreprise, je vois apparaître, parmi une pléthore d’autres ateliers, le mot « automassage ». Depuis que je suis les chaînes et pages de la TeB, Defakator, Fact&Furious, Hervérifie et autres Debunker des Etoiles (et tant d’autres), mon sens de la détection de bullshit s’est considérablement affiné. Et à ce moment-là, il était en mode alerte… Je décide donc de m’inscrire à cet atelier, espérant me tromper sur le contenu réel de la séance mais ne me faisant pas trop d’illusions (l’atelier « automassage » étant placé entre les ateliers « cohérence cardiaque » et « naturopathie » …).

La « séance » a duré trois quart d’heure environ, avec une demie heure de massage effectif. Mes espoirs de découvrir une pratique scrupuleuse et scientifiquement valable se sont vite évanouis, et cela dès les premiers mots de la présentation. En effet, le massothérapeute nous a indiqué d’entrée de jeu que cette pratique permettait de rééquilibrer et redistribuer les énergies du corps. Le décor était planté…

Après avoir fait une liste des risques liés au stress au travail et des bienfaits apportés par le massage do-in (car c’est bien son petit nom), il nous a sorti quelques chiffres censés prouver l’efficacité de la méthode :

  • 55% de diminution du stress au travail,
  • Entre 60% et 70% (je n’ai plus les valeurs exactes en tête) d’amélioration de la productivité et du bien-être au travail,
  • réduction des TMS (troubles musculo-squelettiques)
  • Diminution du taux d’absentéisme.

Evidemment, tout cela posé sur un slide Powerpoint sans aucune source (« je laisse les managers et les salariés se rendre compte de cela eux-mêmes »). À ce moment-là, je ne désespérais pas que l’assemblée présente pour la séance ait les mêmes doutes que moi concernant ces premières annonces fracassantes. Lueur d’espoir rapidement soufflée quand une personne a répondu à la question « Savez[1]vous comment agit le massage ? » par un magnifique « En rééquilibrant les énergies du corps ».

Nul besoin de décrire l’ensemble de la séance, qui consiste :

  • À se masser (massouiller serait plus adapté) de la tête aux pieds,
  • À se tapoter certaines parties du corps (« Tapoter sur son crâne permet de détendre le cerveau » …),
  • À faire des acupressions (« Appuyer sur ‘insérez un endroit du corps’ permet d’agir sur ‘insérez un organe’ » ou encore « Ne pas appuyer trop fort entre le pouce et l’index après le repas, ça déclenche des vomissements » [Spoiler : Non]).

[Une anecdote concernant les acupressions : vous comprendrez que je fus très étonné lorsque ce monsieur nous a demandé de faire une acupression sur le Mont de Vénus …. Mais OUF, il avait confondu avec l’éminence thénar (le coussinet à la base du pouce sur la paume de la main). Pas très sérieux pour un masseur, les deux parties n’étant pas situées exactement au même endroit du corps humain.]

Tout l’ensemble emballé d’un discours sur les énergies à réharmoniser et sur les méridiens à activer (aucune explication sur ces fameux méridiens n’a été apportée. Après vérification, il s’agit d’un concept associant les énergies du Yin et du Yang à des organes du corps, dont certains n’existent même pas …), et évidemment agrémenté des désormais fameux sophismes d’appels à la nature et à la tradition (« Cette méthode est naturelle et issue de la médecine traditionnelle chinoise » pour prouver qu’elle ne peut que faire du bien).

Entendons-nous bien : je ne remets pas en cause le fait que se masser (ou être massé) peut faire le plus grand bien (au corps et à l’esprit). Ce que j’ai du mal à admettre en revanche, c’est le besoin d’assortir cette méthode d’élucubrations concernant les énergies et les méridiens. D’autant que le massothérapeute n’avait, semble-t-il, aucune réponse sérieuse à apporter aux questionnements des personnes de l’assistance. Par exemple, lors d’une acupression au centre de la paume de la main, une collègue a demandé quelle pouvait être la signification d’une douleur à cet endroit-là (douleur chronique visiblement). Silence gêné du massothérapeute et de son assistante, suivi d’une réponse qui m’a littéralement scotché : « Vous avez sûrement un déséquilibre énergétique », avant de passer fissa à la phase suivante du massage.

Je n’ose imaginer la somme que mon entreprise a dépensé pour faire venir ce monsieur toute la journée sur le site (sachant que ses séances coûtent 1€ la minute pour le massage, 70€ l’heure pour la réflexologie plantaire et 70€ l’heure pour un soin énergétique, soit au moins autant qu’un médecin spécialiste), mais je présume que ce chiffre resterait certainement en travers de la gorge de beaucoup de salariés dans une boîte où le moindre euro d’augmentation salariale est systématiquement refusé. Il me semble qu’une entreprise, dans son devoir de respect et de garantie de la santé de ses collaborateurs, devrait faire l’effort de convier de vrais acteurs de la santé pour de tels ateliers (diététicien(ne), kinésithérapeute, …) plutôt que des bonimenteurs new age adeptes de pseudomédecine. Je me suis promis l’année prochaine de participer à nouveau à ces ateliers. Je changerai juste une chose : je demanderai des preuves !

 

Max

7 réponses
  1. Marie
    Marie dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre travail d’intérêt public.
    Je voudrai juste vous informer que le « mont vénus » à la base du pouce est un point reconnu en cartomancie…
    L’animateur en do in devait certainement parler de ce point.

    Encore merci,
    Cordialement

    Répondre
    • Tómas
      Tómas dit :

      Bonsoir Marie ,il me semble que le mont de Vénus est utilisé en chiromancie(lecture des lignes et autres signes de la main)

      Répondre
  2. Valentin Perraud
    Valentin Perraud dit :

    Les séances de sophrologie proposées par mon entreprise me font mal au cœur à chaque fois que je tombe sur un mail ou une affiche qui en fait la promotion…. Tout ça validé par le service santé et bien-etre au travail bien evidement …

    Répondre
  3. Sophie
    Sophie dit :

    Le do in (introduit par les Japonais en occident) vient de la pratique chinoise Dao Yin technique ancestrale se pratiquant de la tête aux pieds avec alternance de massages de percussions douces issus des massages tuina qui suivent le trajets des méridiens d’acupuncture et de mouvements pour mobiliser doucement les articulations qu’on peut pratiquer matin et/ou soir. Il serait mieux de choisir un-e praticien-ne de MTC (médecine traditionnelle chinoise preventive pratiquée depuis qq 3000 ans par les chinois et.t tj d’actualités) pour avoir la compétence des explications et les vrais noms anatomiques seraient utilisés. Ne jetez pas l’eau du bain avec le bébé

    Répondre
    • Théo
      Théo dit :

      Bonjour Sophie,

      3000 ans d’histoire ne sont pas un critère d’efficacité ni de bien fondé. La médecine chinoise a certes une approche philosophique intéressante et a contribué à faire évoluer les pratiques et surtout le regard porté sur le corps et la maladie de la médecine occidentale.
      A l’instar de la médecine occidentale ou de la médecine indienne, c’est une discipline qui s’est structurée et s’appuie sur un corpus de textes très importants, ce qui lui donne une légitimité historique et sociale. Mais elle n’a pas bénéficié (ou que depuis très récemment) du filtre du contrôle rationnel hérité du mouvement des lumières en Europe, et elle est encore très habitée par de nombreuses idéologies, mythes ou traditions sans aucune base scientifique réelle … je m’entends et je précises, sans aucune preuve d’efficacité avérée. La médecine occidentale actuelle a aussi ses travers, ses propres dérives (mercantiles le plus souvent mais aussi idéologiques), mais la méthode scientifique qui lui est imposée, et notamment les tests cliniques (qui peuvent aussi être dévoyés mais dont les résultats et les méthodes doivent être publiés … ce qui permet en théorie le contrôle) lui permet une certaine salubrité et une garantie d’efficacité ou pour le moins de quantifier un risque.
      Aujourd’hui la (les) médecine traditionnelle chinoise servent un jeu politique et diplomatique, en même temps qu’elles gonflent les poches de quelques gourous ou de quelques « innocents » et bienveillants praticiens bien inspirés par des pratiques prometteuses, originales et bien souvent d’approche plus intuitive, humaine et sensible que l’austère médecine occidentale.
      Néanmoins à ce jour les pratiques héritées ou inspirées de la médecine chinoise sont le plus souvent ou inefficace ou dangereuse (au moins pour votre porte monnaie). Il y a des bien sûrs des résultats, mais quand on réalise de vraies études statistiques bien conduites, on s’aperçoit qu’ils sont dus (ça marche aussi pour la médecine occidentale) à un effet placebo. Ça n’enlève rien à la bienveillance de certains praticiens, au bienfait de la relation humaine qui peut s’établir entre un patient et un soignant dans le cadre de ces pratiques. Mais ne vendons pas des vessies pour des lanternes…

      https://www.afis.org/La-verite-sur-l-acupuncture

      Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.