Je vous recommande le visionnage de la série OVNI (Canal+) qui prend pour cadre de sa fiction les débuts du GEPAN (Groupe d’Etude des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) à la fin des année 1970.

Outre la reconstitution savoureuse de l’époque, malgré les libertés que s’accordent toujours un projet artistique pour rassembler dans une trame narrative des éléments glanés ici et là, et en dépit du poids du mystère nécessaire pour créer une histoire captivante, cette série intelligente met à l’honneur les principes de la pensée critique, de l’enquête, de l’ouverture d’esprit. Un très bon programme !

La série s’ouvre sur une scène forte (spoiler) un homme en voiture dans la campagne voit tomber tout autour de lui des nuées de flamants roses. Comprendre ce mystère sera l’une des motivations des protagonistes.

Cette scène est fascinante, car elle est le résultat de l’histoire d’authentiques cas ufologiques.

Des témoins signalent avoir vu des taches lumineuses dans le ciel, se déplaçant en forme de gigantesque V. Ce signalement d’ovni, provenant de plusieurs sources (silencieux ou accompagné d’un bruit de mouvement d’air), est d’abord inexpliqué. Il fait l’objet d’une enquête au début des années 1980. Les informations recueillies sur le timing du phénomène, l’orientation du vol des lumières, la saison à laquelle on les observe, tout cela permet à l’enquêteur de proposer une hypothèse qui explique l’ensemble des données.

L’explication, fruit de réflexions examinant chaque aspect des choses, digne d’un Sherlock Holmes qui s’arrête sur des détails apparemment insignifiants pour orienter son questionnement, la voici : un vol d’oiseaux migrateurs (se déplaçant en V) au dessus d’une ville dont les lumières inondent un peu trop le ciel, peut donner l’impression de taches lumineuses en mouvement coordonné. Les flamants roses Phoenicopterus sp qui traversent justement le ciel des témoins à cette période de l’année sont les meilleurs candidats pour rendre compte des observations. Le même type de témoignage est rapporté au GEPAN bien des années plus tard, et la même explication pourra être donnée en vertu des données disponibles, ce qui renforce le diagnostic.

L’enquête est rapportée page 61 de ce livre « Les OVNIs font leur show (les dossiers de S.O n°1)» par l’enquêteur qui exige de ne pas être cité car, pour lui, l’important ce sont les faits, pas l’identité de celui qui les explique. J’ai trop de respect pour lui désobéir, mais je ne peux pas vous empêcher de rechercher en quelques clics l’identité de ce Sherlock moderne.

J’en reviens à la série de Canal+, et je suis fasciné que ces cas d’ovnis, provenant de témoins qui n’avaient pas imaginé une seconde qu’ils avaient des oiseaux sous les yeux, se soient transformés par la magie de la fiction en une saisissante pluie de flamants roses. La scène est mémorable et ne contient en définitive aucun élément proprement exotique, ce qui la rend aussi croyable qu’étrange, fertile en questions. Je me demande si cette scène, à son tour, ne va pas exercer une influence sur les futurs témoignages que recevra le GEPAN. On sait combien la fiction doit beaucoup aux témoignages d’ovnis, et combien, en retour, ces témoignages ont suivi les modes en vigueur dans la fiction (Cf le modèle sociopsychologique). Soyons attentifs aux futures interprétations des phénomène aériens énigmatiques, elles pourraient emprunter à la fiction des détails auxquels nous ne pensons pas a priori.

1 réponse
  1. Sebtantesept
    Sebtantesept dit :

    Bonjour Mendax. Je te rejoins sur les approches rationnelles qu’on peut croiser dans la série, ça fait du bien de voir que tous les scénaristes n’ont pas troqué l’envie de bien faire contre une poignée de paillettes. Récemment, en retombant sur quelques épisodes de Rahan (oui, j’ai des enfants), j’ai été surpris de constater que le personnage est incroyablement rationnel dans ses aventures et oppose régulièrement croyances et savoir. Ça m’a vraiment bluffé et je n’avais pas le souvenir de cette posture rationnelle. Si tu as l’occasion, regarde, tu verras par toi-même. De plus Rahan a la même voix que MacGyver, ce qui colle parfaitement au profil débrouillard écolo avec un couteau. En tout cas, merci pour le travail abattu jusqu’ici, j’espère que ça continuera d’avoir un écho aussi bien dans le divertissement, comme ici, que dans des sphères plus officielles.

    PS : quand tu écris « les futurs témoignages que recevra le GEPAN », il faut écrire GEIPAN (le i de information a été ajouté en 2005).

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.