La Tronche à la Videocity

La Tronche était présente à Videocity.

Une grande foire, du bruit, un salon aux couleurs de fanta et de quelques autres marques, de la musique forte, des stands commerciaux, un duplex Fun Radio, des dizaines d’agents de sécurité aux gabarits impressionnants, pas de doute c’est une convention qui brasse beaucoup d’argent et attire des foules (souvent jeunes).

En tant que TeB, mais aussi en tant que membres de la Vidéothèque d’Alexandrie (VA) nous avons hésité à participer à cet événement. D’abord il faut savoir qu’un premier projet de la convention comptait comme participants des vidéastes que nous connaissons et respectons, mais qu’ils ont finalement pris leur distance avec l’événement pour des raisons qui leur appartiennent, et sont peut-être en rapport avec la coloration résolument mercantile et business de la convention. Certains d’entre nous (dans la VA) pensaient qu’il ne fallait pas cautionner cette approche de Youtube et des vidéos, cette vision très industrie-télévisuelle. Et ils avaient sans doute raison. Ils considéraient aussi que le public capté par ce genre de show ne serait pas très réceptif à nos programmes, et que ce serait un déplacement inutile. Là-dessus ils avaient sans doute un peu tort.

D’autres pensaient que malgré tout il fallait être présent, que l’on devait au public d’aller à sa rencontre là où il se trouvait. La politique de la chaise vide nous semblait pire que tout ; c’était laisser toute la place à d’autres vidéastes avec le risque qu’ils soient moins attachés à la rigueur, à la pédagogie, au respect que l’on doit avoir du public. La VA a donc pris la décision de participer à la Videocity Paris 2015…

Comment s’est-on retrouvés là ?

La Vidéothèque d’Alexandrie a proposé aux organisateurs des interventions de différents vidéastes volontaires pour l’exercice, la nôtre a notamment été retenue : 30 minutes sur la théorie de l’esprit (on avait au départ proposé quelque chose sur les illusions d’optique, mais comme on a ignoré pendant longtemps si on aurait un écran, je me suis rabattu sur un autre sujet). Les vidéastes avec un fort nombre d’abonnés avaient droit à des petits stands, des cabines de dédicace où ils s’engageaient à assurer un certain nombre d’heures de présence. Les Très Gros (Norman, Cyprien, Squezzie, etc) eux, n’étaient accessibles que derrière des barrières en métal franchissables à l’aide d’un pass qu’il fallait gagner à la loterie, pass valable pour une seule personne. Notre contrat à nous (oui, il y a eu contrat*) spécifiait seulement notre intervention dans la salle de conférence le samedi et le dimanche.

Nous avions donc peu d’occasions de rencontrer le public, un public essentiellement adolescent et hystérique, prompt à courir et hurler au moindre mouvement de foule, l’oreille aux aguets à la simple mention de Norman, Cyprien… ou Sulivan (dont nous avons appris l’existence au travers des vagissements puerpéraux qui faisaient trembler les murs du carré VIP). Mais il s’est passé quelque chose que nous n’avions pas réellement prévu. Les parents du public cible sus-cité étaient venus avec lui, et ils se sont intéressés au pôle EDUCATION [allez comprendre le nom de cette partie du salon où les vidéastes en dédicace font de l’histoire, de la philo… mais aussi des top et du divertissement quand ce n’est pas du plagiat de wikipédia. Indépendamment de la qualité du travail de nombre d’entre eux, ils étaient souvent eux-mêmes surpris d’être étiquetés « éducation », m’enfin…]. Et ces parents ont découvert une partie de Youtube qu’ils ne connaissaient pas. Et certains sont venus voir nos conférences, et finalement le travail des vidéastes culturel les a intéressés, voire, je cite « réconciliés » avec Youtube.

Le Business.

Alors, bon nous n’étions pas exactement là en tant qu’ambassadeurs de l’entreprise Youtube, mais d’une certaine manière nous avons le sentiment d’avoir joué notre rôle à petite échelle pendant que sur la grande scène se multipliaient les interventions des gros Youtubeurs dans une ambiance M6 des plus bling bling. Je précise d’ailleurs que le Youtube Beauté / Humour / Muscu / Cuisine etc. est tout à fait en droit d’exister et d’avoir ses programmes phare, de drainer des millions de vues et d’enrichir le paysage. Les vidéastes dans leurs démarches personnelles ne nous posent aucun problème collectif (même si individuellement on pourrait sans doute leur adresser des reproches). Là n’est pas le problème, là n’est pas la cause de l’étrange parfum qui émane de cette convention.

Les organisateurs d’un événement à plusieurs centaines de milliers d’euros ont fait le choix de starifier, notamment, un vidéaste de 14 ans adulé par des centaines de milliers de jeunes gens qui hurlent son nom à 20kHz et lui jettent des tas d’objets dans le but d’entrer en contact avec lui, un vidéaste qui, souvent, n’a rien à dire dans ses vidéos, ce qui fait qu’il finit par devenir le seul et unique produit qu’il a à « vendre ». Voilà un choix qui suscite l’étonnement, qui interroge le sens des responsabilités de ceux qui tirent leurs profits de tels événements. Est-ce une convention culturelle, ou est-ce une foire où tout peut se vendre ?

Un autre Youtube

Nos interventions dans le coin conférence avec Nota Bene, Pilote, Calie des Topovaures et Castor Mother ont été l’occasion de présenter la démarche de la VA : proposer du contenu de qualité et se donner les moyens de distinguer le bon grain de l’ivraie, créer entre le public et les vidéastes une confiance dynamique, jamais figée, toujours remise en question, toujours critique. Nous avons rencontré beaucoup d’assentiment dans l’auditoire ; il semblerait que tout le monde soit d’accord avec nous… Sauf que tout le monde ne s’est pas intéressé à nos conférences, l’échantillon est un peu biaisé.

la TeB à Videocity 2015

Avec nos figurines créées par la start-up Digitage !

Au sortir de notre conférence-spectacle sur la théorie de l’esprit, une jeune fille d’une quinzaine d’années s’est approchée, elle avait une question, elle semblait intéressée par tout ce qui se passait autour d’elle. (le dialogue suivant n’est pas garanti verbatim, mais il est quand même simili).

« Bonjour, vous savez si EnjoyPhoenix va venir ?

— J’ai l’air de savoir qui est Enjoy-Phénix ? (dans ma tête je l’écrivais comme ça)

— Elle est belle et elle est blonde.

— Ah d’accord. J’aurais dû la reconnaitre alors. »

S’ensuit une phrase que je n’ai pas retenue, je prends congé de la demoiselle pour ranger mes affaires, mais je prends soin tout de même de lui conseiller :

« Attention quand même, avec les masques à la cannelle : ça brûle.

— Hein ? »

Tout n’est pas perdu.

Ne nous moquons pas du mauvais goût des enfants et des ados, le nôtre (le mien en tout cas) ne valait pas mieux. Faisons-leur confiance, ils sont capables de développer leur sens critique, mais ça ne veut pas dire qu’on ne doit pas les y aider, et tout adulte un peu responsable devrait le vouloir, car jamais aucune société au cours de l’histoire n’a eu à souffrir de l’excès d’esprit critique de ses membres ; l’inverse n’est pas vrai.

Alors disons-le, nous y retournerons si on nous y invite, par respect pour le public et par conviction pour les valeurs qui animent notre démarche. Mais surtout, surtout, nous répondrons présent à la convention Néocast 2016 qui se déroulera, on le sait depuis quelques heures, les 30 avril et 1er mai à Strasbourg.

_____

* Contrat reçu quelques jours avant la convention, qui mentionne un certain nombre de choses, et a fait de nous, l’espace de deux jours des salariés de Videocity. À notre totale surprise, nous avons donc touché de l’argent pour être présents, ce qui correspond finalement à la logique et à la mentalité de l’organisation très business de ce weekend « culturel ».

11 réponses
  1. Tristan Jacobé
    Tristan Jacobé dit :

    Bonjour,

    Je pense très sincèrement que le rôle d’un vidéaste indépendant ou d’une communauté de vidéaste est de faire des choix en pensant à son public. Parfois on fait les bons, parfois on fait les mauvais. En te lisant je ne sait pas qui tu essaye de convaincre. Ton public ? Ou toi même ?

    Je pense qu’il aurait été plus subtile de ne pas se justifier et d’assumer pleinement son choix.

    Tristan.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Quand on n’assume pas, je pense qu’on évite de faire un article et de demander aux gens d’y réagir. ;). Mais merci quand même.

      J’assume tellement que j’annonce que nous y serons présents à la deuxième édition si nous y sommes conviés. Cela ne veut pas dire que nous devons abolir notre sens critique envers ce qui nous semble être une convention idéologiquement problématique. Je crois justement que c’est plus subtil et utile d’y participer et d’apporter une critique constructive de l’intérieur. Ne pensez-vous pas ?

      M.

      Répondre
  2. Vgarou
    Vgarou dit :

    Arf… j’étais totalement en accord, que dire, en résonance (oserai l’écrire raisonnance ?) avec ton discours dans le début de l’article, le « devoir » (terme impropre) d’être présent pour représenter une autre facette, un autre sérieux, une autre responsabilité.. pour justement faire la nique à la chaise vide comme tu dis… et puis n’est pas le propre du missionnaire? d’aller porter la bonne parole là où elle n’a jamais été entendu? (diantre que cette comparaison est paradoxalement juste et potentiellement insultante en fait?! ^^)

    Et ya eu dissonance… je trouve dommage la fin de ton article, la couleur, peut être involontaire, de celui qui « juge », hautain, tout en s’en défendant, rappelant sa propre adolescence mais non sans condescendance… Et pourtant qu’est ce que je te comprends… au final, c’est la forme qui me déplais, mais le fond, j’ai exactement le même, très cher Mendax.

    L’utilité de ce commentaire? prendre une chaise, et tenter d’être subtil à mon tour 😉

    Répondre
  3. Ilian
    Ilian dit :

    Si vous pensez que c’est la bonne chose à faire , alors vous avez bien fait de le faire. Mais je me demande toujours s’il faut aller partout pour diffuser son idée , puisque le cadre n’est pas forcement le bon et l’auditoire n’est pas forcement à l’écoute ( enfin de ce que vous dîtes , ce n’était pas le cas , le public était réceptif). Je me suis toujours dit qu’il vaut mieux ne pas jouer si le jeux est truqué , faussé. Là c’était plus du « pas à votre avantage  » il me semble , vous avez donc tenté un pari , et il semble que vous l’ayez relativement réussi , tant mieux pour vous !

    Répondre
  4. Jonathan
    Jonathan dit :

    Retour très intéressant (je n’y étais pas), et assez équilibré.
    Le rôle de « vulgarisateur » n’est-il justement pas d’aller là ou on ne l’attends pas, de proposer une alternative à ceux qui sont juste venus voir les « gros YouTubeurs » ? Mon avis est que même si une seule personne s’est intéressée aux sciences et à l’esprit critique grâce à votre présence, alors ça valait le coup (coût aussi 😉 ). C’est clair que c’est pas forcément la manière la plus efficace et qu’à une personne par convention, ça va prendre du temps, mais ça reste positif !
    D’ailleurs, pour le masque à la cannelle ou les cookies à 300°, c’est pas justement un simple manque d’esprit critique et de logique de la part des vieweurs ? Je vois bien un titre puteaclic « l’esprit critique peut vous sauver d’Enjoyphoenix » 😉
    Félicitations en tout cas !

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Je ne sais pas si notre présence aura un réel impact. Les quelques dizaines de personnes venues à la conf ont semblé apprécier. On a eu des remerciements. C’est au moins encourageant, et j’aimerais croire qu’à l’avenir on donnera plus de place à la culture et à l’intelligence à coté du rire (que j’adore), de la beauté (que j’apprécie) et du muscle (que je jalouse). Mais je suis sceptique…

      Répondre
      • Kradukman
        Kradukman dit :

        Je pense que vous avez eu un impact, simplement en montrant cette facette de youtube auprès des parents. Ils pourraient éventuellement même devenir votre public et, par discussion interposée, faire passer des messages à leurs progénitures. Donc c’est pas plus mal.
        En plus être payé pour faire sa promo, c’est cool aussi (même si ça n’était pas votre but premier).

        Répondre
  5. Commentaire en passant
    Commentaire en passant dit :

    « Tout n’est pas perdu. Ne nous moquons pas du mauvais goût des enfants et des ados »
    En soit, j’approuve totalement l’idée d’initier les plus jeunes, d’autant plus que je peux vous confirmer que oui, être ado et vous lire n’est pas incompatible ! 🙂 Cependant, j’ai beau écumer les sites de zététique et les livres d’H. Broch, je n’ai jamais osé me rendre à un événement zététique pour en apprendre plus de vive voix justement par peur de ne pas être prise au sérieux à cause de cette image de l’ado qui se tartine le visage de cannelle en fuyant l’espace culturel. Alors je me doute que ce passage avait surtout pour objectif d’ajouter une touche d’humour, et il m’a fait rire. Mais je tenais à préciser que cela n’aide pas vraiment les quelques ados qui, comme vous dites, ont eut la chance de trouver des chaines qui ne soient pas de mauvais goût. C’est un peu dommage, l’effet recherché étant l’inverse.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Vous n’avez pas tort.
      J’aurais dû citer ce autre ado accompagné de sa maman, passionné de science et qui hésite à lancer sa chaîne mais qui m’a dit ne surtout pas vouloir attirer l’adoration des foules.
      J’aurais dû citer les autres jeunes présents… Mais (malheureusement) l’auditoire était essentiellement adulte, et j’espère que les plus jeunes oseront avoir la curiosité de s’intéresser aux sujets que nous traitons. Je ne pense pas que c’est en les caressant dans le sens du poil que ça arrivera. Je peux me tromper, mais être sceptique c’est aussi questionner le goût des gens (et le sien).

      Mendax.

      Répondre
      • Eric
        Eric dit :

        C’est bien d’investir les endroits inattendus 🙂
        Pour ma part j’ai lu le bouquin de Charpak et Broch quand j’étais encore au collège suite au passage de Georges Charpak à une émission de Laurent Ruquier :).
        L’important c’est déjà que les gens sachent que vous existez, et ça passe aussi par fréquenter les événements où les visiteurs ne vous connaissent pas 🙂

        Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Pour en savoir plus sur notre avis sur la convention : http://menace-theoriste.fr/videocity-2015/ […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.