Contre les réactionnaires

Les défenseurs des études sur le genre ont raison de dénoncer la posture idéologique des réactionnaires qui nient le déterminisme de l’environnement social dans les comportements “genrés”.

 Il y a deux catégories d’êtres humains : les hommes et les femmes. C’est une vérité qui semble acquise. La génétique a magistralement confirmé cette vérité en nous annonçant que les chromosomes étaient unanimes : XX pour les femmes, XY pour les hommes. La Nature (avec une majuscule) a donc parlé.

Et pourtant il existe des humains avec la paire de chromosome XY dont l’organisme ne répond pas aux hormones androgènes : leur corps se développe comme celui d’une petite fille. Comment doit-on les considérer ? Ont-ils le droit à l’autodétermination, eux qui n’entrent pas dans les catégories prévues ?

On estime que les individus “intersexués”, c’est-à-dire présentant des caractères anatomiques pas tout à fait mâles ou pas tout à fait femelles, représente 0.2 à 2% des naissances. Ce n’est pas si marginal, et cela devrait être un indice que la grande vérité dont nous parlions est plus un vœu pieux qu’une réalité conforme aux faits. L’identité sexuelle, qui n’est pas seulement affaire de chromosomes, est-elle réductible aux attributs physionomiques qui nous collent à la peau ? Les transexuels nous montrent le contraire : le corps est insuffisant pour déterminer si son propriétaire s’identifie comme un homme ou comme une femme.

études de genre

Tiens, pourquoi cette image est-elle drôle ?

 

Les études sur le genre ne se limitent pas aux questions d’identité, mais cherchent à connaître la genèse des comportements que l’on s’accorde si aisément à trouver féminins (la danse, la vaisselle, le commérage) ou masculins (la conduite sportive, le bricolage, la vulgarité). Ces études mettent en exergue que la part de ces comportements qui est due à des facteurs innés est plus faible que ce que l’on croyait dans les siècles et décennies passées. Les chercheurs démontrent de plus en plus que les comportements “genrés” répondent à des injonctions tacites, plus ou moins subtiles, souvent inconscientes, de notre environnement. Un garçon ça ne pleure pas. Une petite fille doit être coquette. Si l’on répète tant ces choses aux enfants, n’est-ce pas parce que ces comportements ont besoin de leur être inculqués afin qu’ils leur semblent ensuite “naturels” ?

gender studies

C’est un peu plus compliqué qu’une simple question de dualisme.

Cela ne les empêche pas d’avoir tort.

Défendre les études sur le genre est une bonne chose. Pour autant, on peut lire ici et là que “le genre est un fait”, que “le genre n’est pas une théorie”, ce qui sous-entend qu’un fait c’est mieux qu’une théorie, qu’un fait c’est solide, c’est véridique, tandis qu’une théorie, c’est vague, c’est de l’ordre de l’hypothèse, et puis si ça se trouve c’est bidon.

L’origine de ce rejet du mot “théorie” est à chercher du côté des réactionnaires qui ont brillamment réussi à imposer leur élément de langage “théorie du genre“. Sortie de nulle part, mais pas sans raison, cette étiquette vise à distiller le doute sur la validité du concept. Après tout, chacun sait que ce qui est théorique, c’est ce qui n’est pas pratique, une théorie ce n’est pas un fait, c’est une hypothèse, parfois une pure fiction… Sauf que point du tout ! Et il faut se garder de tomber dans le panneau.

La théorie en question.

J’ai bien peur qu’il soit nécessaire de se pencher sur la définition du mot « théorie ». Allons-y franco : la gravitation n’est pas un fait, c’est une théorie… Voire plusieurs théories : on a celle de Newton et celle d’Einstein, et d’autres viendront peut-être plus tard. Les faits sont nombreux : les pommes tombent, les planètes sont rondes, les astres s’attirent, mais aucun de ces faits n’explique rien sur le fonctionnement du monde. Ca, c’est le job de la théorie qui rassemble les faits, les met en perspective, offre une interprétation logique et cohérente qui permet de prédire les résultats de futures expérimentations afin d’être validée (ou réfutée). Une théorie est le parachèvement de la démarche scientifique qui vise à l’explication du monde. Autre exemple : l’évolution des espèces n’est pas un fait, c’est une théorie qui rassemble les faits et nous fait découvrir une histoire. Ce qui la rend si passionnante, c’est l’histoire qu’elle permet de raconter, et pas la collection brute de fossiles ou de séquences génétiques qui, eux, sont les faits. Là réside le problème que soulève ce billet : confondre les concepts de faits et de théorie.

théorie du genre

« Tu utilises tout le temps ce mot. Je ne pense pas qu’il signifie ce que tu crois. »

Il existe d’innombrables faits qui nous montrent tous les jours que le genre masculin et le genre féminin sont des constructions sociales qui ne doivent pas grand-chose à la nature. La nature produit des sexes, mais pour parler de genre, la culture est quand même plutôt indispensable, parce qu’il est difficile de trouver quels attributs d’une femelle alligator la rendent plus féminine que ses congénères mâles, tandis que je peine à voir en quoi une éléphante serait moins virile qu’un éléphant. Tous ces faits convergent : ils nous montrent que le genre est le résultat de codes omniprésents dans la société. Mais le genre, lui, n’est pas un fait, il est le concept émergeant qui donne de la cohérence aux faits. Si un jour les anthropologues, les sociologues, les psychologues et les biologistes expliquent comment le comportement d’un être humain se conforme à un modèle sexué en réponse aux contraintes de son environnement, nous aurons peut-être une vraie théorie du genre. Ce sera une excellente nouvelle, car cela voudra dire qu’on a pigé quelque chose sur le fonctionnement du monde. Et le genre, qui ne sera “qu’une théorie”, aura pour lui la force de la démarche scientifique, la même force qui permet aux biologistes d’être fiers que l’évolution soit, elle aussi, une théorie et rien d’autre.

 Conclusion

Si défendre les études sur le genre afin que la compréhension des mécanismes qui encodent nos comportements débouche sur une lutte plus efficace contre les discriminations et les violences fondées sur les catégories “genrées” actuellement reconnues et même défendues par la société, il serait sage de le faire sans sacrifier le sens des mots comme “théorie” ou “fait” car nous en aurons besoin pour comprendre de quoi nous parlons.

just_theories_591

16 réponses
  1. Anonymous
    Anonymous dit :

    C’est dommage de forcément chercher la petite bête. Ceux qu’il faudrait attaquer pour leur mauvaise compréhension du terme “théorie” est plutôt à chercher du côté des réactionnaires que du côté de ceux qui pensent que les études de genre sont une bonne chose. De fait, vous dites “on lit, ici et là” mais moi, j’ai plus l’impression que les progressistes cherchent plutôt à dire qu’il n’existe pas de théorie du genre mais plutôt un ensemble d’études.
    On peut citer quelques articles (que j’ai trouvé en tapant “théorie du genre” sur google).
    http://rue89.nouvelobs.com/2014/09/10/rappel-a-michel-onfray-theorie-genre-nexiste-linformatique-est-utile-254766
    http://rue89.nouvelobs.com/2013/06/29/risque-radoter-theorie-genre-nexiste-243298
    http://www.huffingtonpost.fr/pascal-huguet/explications-theorie-du-genre_b_4759264.html
    http://www.sciencesetavenir.fr/decryptage/20140827.OBS7259/l-imposture-de-la-theorie-du-genre-revient-sur-le-devant-de-la-scene.html
    Etc etc.

    Répondre
  2. Lz
    Lz dit :

    Bonjour,

    Je vais commencer par dire que j’apprécie vraiment votre travail. J’ai tout de même une question, qui est vraiment secondaire, mais que je me suis posé lors de la lecture de l’article.

    J’ai été attiré vers cette partie : ” La nature produit des sexes, mais pour parler de genre, la culture est quand même plutôt indispensable, parce qu’il est difficile de trouver quels attributs d’une femelle alligator la rendent plus féminine que ses congénères mâles, tandis que je peine à voir en quoi une éléphante serait moins virile qu’un éléphant.”
    Je voulais savoir si l’exemple de l’éléphant a été pris sciemment.

    Il me semble que les éléphants suivent une logique de groupe cohérente basée sur le matriarcat. Si c’est la cas, la définition du genre étant “des différences non biologiques entre individus masculins et féminins” (pour la version wikipedia), un fonctionnement de groupe ou l’individu de sexe féminin “prend l’ascendant” sur l’individu de sexe masculin ne montre t’il pas la présence d’un genre ?

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      La question est légitime. Je n’ai pas de réponse.
      Chez les éléphants, il y a apparemment des comportements déterminés par le sexe de l’individu. Ces comportements sont-ils constitutifs de ce qu’on appelle “genre” ? Dans un sens, c’est possible.

      Répondre
  3. Yann
    Yann dit :

    Bonjour, et merci beaucoup pour votre travail ici comme sur youtube !

    Pourrais-je avoir la source, ou des précisions, sur l’estimation suivante ?

    “On estime que les individus « intersexués », c’est-à-dire présentant des caractères anatomiques pas tout à fait mâles ou pas tout à fait femelles, représente 0.2 à 2% des naissances.”

    Répondre
  4. Wilbur Potatoes
    Wilbur Potatoes dit :

    Merci beaucoup pour cet article direct et concis. La notion de théorie est effectivement un piège dans lequel on se perd souvent. Le dictionnaire doit-il donner des définitions selon les experts des domaines auxquels les termes définis appartiennent ou proposer des définitions selon les acceptions courantes et communes? A mon sens, les deux doivent être proposées, en spécifiant bien leurs origines différentes.
    Deuxième remarque, plus “politique”: les personnes dont l’identité de genre de correspond pas au sexe assigné biologiquement préfèrent dans l’ensemble se qualifier de “transgenres” et pas de “transsexuels”, le dernier terme étant pathologisant. Je trouve en plus que c’est effectivement plus cohérent: ces personnes une identité genrée qui n’est pas en accord avec leur genre, pas avec leur sexe (puisque ça n’a pas de sens).

    Répondre
  5. Lambert
    Lambert dit :

    Bonsoir !

    J’ai découvert la chaîne assez récemment, et plutôt que de m’attarder sur les vidéos j’ai préféré venir voir ce site… pour vérifier votre point de vue sur mes valeurs idéologiques, pour voir si c’est possible d’être croyant-e et zététique, etc.
    Je suis plutôt soulagé de voir que la zététique que vous défendez (vous car il me semble que vous êtes plusieurs derrière la chaîne, et je pars du principe que vous êtes plusieurs derrière le site aussi) valide les luttes pour le droit des diverses minorités existantes, dont les queers.

    Ceeeeependaaaannt…

    … Hum, je tiens juste à préciser (et demander !) à ce que le terme “transexuel” soit changé pour “transgenre” (ou “transidentité” quand on parle du concept) ou “trans” et utilisé comme adjectif s’il vous plaît é_è
    Plusieurs raisons à cela, déjà parce que la plupart des membres de la communauté trouvent le terme offensant (un peu comme les termes “débiles” pour parler des neuro-atypiques, “pédés” et “gouines” pour les homo et “négro” ou “black” pour les personnes noires) et, à moins qu’un-e individu-e décide de se réapproprier le mot pour ellui-même, on ne l’utilisera donc pas en préférant parler de “transidentité” et de “personne trans” ou “personne transgenre”.
    Si les personnes concernées trouvent ce terme offensant, c’est notamment à cause de son histoire et de ce que ça sous-entend dans l’imaginaire collectif. Le mot a beaucoup été utilisé pour définir les personnes trans lorsqu’iels étaient psychiatrisé-es et maltraité-es, c’était le nom de “la maladie mentale” que les personnes cisgenres (= qui ne sont pas trans) ont attribué aux personnes trans. C’est un mot qui sous-entend que les personnes trans sont un genre d’évolution pokémon de l’homosexualité et, donc, une orientation sexuelle (homoSEXUALITE, biSEXUALITE, transSEXUALITE) Sauf que ce n’est pas une orientation sexuelle, c’est une identité. Certes, il peut y avoir un processus de changement de sexe mais… pas forcément, en fait. Toutes les personnes trans ne font pas de transition médicale, et toutes les personnes trans ne veulent pas faire les opérations de changement de sexe.
    Et, pour finir, pourquoi dire personne trans(genre) et non un-e trans(genre). Ben… tout simplement parce que ça réduit les gens à n’être “que” ça au lieu d’en faire un adjectif parmi tant d’autre. Mais bon, c’est moins “””grave””” que d’utiliser le terme transexuel / transexualité.

    Merci d’avance de m’avoir lu et pour le tout petit changement à faire ^^””

    https://www.youtube.com/channel/UCREQUCvi8eBCuamHuwiH9eA
    https://www.youtube.com/channel/UCbIOqOXBjp4QYNL2CGRDXLg
    https://www.youtube.com/channel/UC9_Ap1Cwj627Zosq4KzoWGA
    https://www.youtube.com/channel/UCWlc1b-4K9iic1QNcpc3niw
    https://www.youtube.com/channel/UCoV4vbrQOeuR6dKi0FgZgeQ
    https://lavieenqueer.wordpress.com/

    Répondre
  6. virgile
    virgile dit :

    Bonjour,

    Il me semble que même si de nombreux éléments de culture influence nos gouts et nos choix, il ne faut pas oublier l’existence de facteur biologique.

    Je reconnais volontiers l’existence des facteurs culturels. Mais j’ignore totalement leurs proportion. Vous indiquez dans cet article que les facteurs biologiques sont peut être moins important que ce que l’on croyait. Cette affirmation est beaucoup trop vague pour moi.

    Pour ce que je crois en savoir (après tout, je n’en sais pas grand chose), le fait que les femmes tombent enceinte peut à lui seule influencer les choix professionnels. De même peut on mesurer le taux d’attachement d’une mère à son nouveau né (ou inversement) et qui soit intrinsèquement biologique ? Quelles différences majeurs ou mineurs existent dans le cerveau et comment elles influencent nos comportement ? De même, j’ai ouïe dire que des professeurs experts de la petites enfance mesure des différences de choix de jouet sur des bébé de 9 mois, et l’utilise pour permettre aux enfant avec anomalie sexuel pour les aider à faire un choix de genre.

    Si les observations sur le comportement biologique sont impossibles, au moins les neurosciences peuvent elles montrer des différences de raisonnement palpables sur des sujets indépendant de cette culture ?

    Et combien même aucune différence biologique n’existait, serait-il nécessaire et/ou de détruire un système identifiant clairement des genre, comme le réclame les mouvements progressiste extrémiste (SWJ). Au passage, en parlant d’eux, y a t’il des articles scientifiques ou de zététique qui analyse le discours de ces mouvements ?

    Répondre
  7. djezouy
    djezouy dit :

    Je crois que j’ai rarement vu autant de connerie, dire qu’il y a plus que deux genres psychologiquement, alors qu’on démarre sur le fait qu’il n’y a que deux catégorie d’humain faut le faire, enfin s’il n’y a que deux genres anatomiquement forcément il n’y a que deux genres psychologiquement, combien même un homme se sens femme ou un peu des deux, ou une femme se sens homme ou un peu des deux, fatalement il n’y a que deux genres, on le voit bien, se sentir homme (un genre) quand on est une femme (un genre), se sentir femme quand on est un homme ou un peu des deux peu importe, un genre, un autre genre, 1 et 1 donc 2.
    Avons nous vraiment besoin de faire des études très poussé pour savoir ça, même psychologiquement? Enfin c’est ridicule d’affirmer une chose aussi bête, quand on parle des platistes, qu’on le veuille ou non la terre est ronde et sphérique, et on ne peut rien faire, ça ne changera pas. Mais dans ce cas pourquoi ne pourrions nous pas dire au nom de la tolérance est du progrès que finalement c’est manichéen, binaire, et que de par le fait d’être non binaire et progressiste au nom de la tolérance, de dire ben finalement j’aimerais que la terre soit de 58 façon différentes (je ne sais pas combien ces gens disent qu’il y a de genre), que le terre soit bon ben un peu ronde, mais aussi un peu cubique, et pourquoi pas un peu triangulaire, et aussi pourquoi pas qui ressemble un peu à une langouste qui vibre, pourquoi pas un seul d’entre eux, ou deux mélangés avec des degrés différents, ou un peu tous en même temps, pourquoi ne pas appliquer ce “progressisme” au nom de la tolérance, et bien non, la terre est ronde et sphérique point, quoi qu’on fasse et ça ne changera pas; et bien là c’est pareil, on peut hurler, pleurer, se rouler par terre ça ne changera pas que fatalement il n’y a que 2 genres anatomiquement et psychologiquement. Il n’y a peut pas y avoir de troisième genre, il faudrait qu’il ne soit ni externe ni interne, et s’il y en a un quatrième, il faudrait qu’il soit ni externe ni interne et encore différent du troisième, et pareil pour un cinquième, il faudrait qu’il soit ni externe ni interne et encore différent des quatre autres, et pareil pour un 27ème, et pareil pour 52ème etc… donc il est naturellement, scientifiquement et psychologiquement impossible qu’il y est plus que 2 genres, je ne sais pas exactement combien ces gens disent plus de 58 peu importe, ça n’existe pas, aussi vrai que la terre ne peut pas être plate, c’est impossible. Donc voilà où on arrive au nom de ce qu’on appel “progrès”, au début le but était de nous faire sortir de l’obscurantisme, on nous a permis d’aller à l’école, d’avoir le savoir, la connaissance scientifique toute ces choses là et c’est très bien, mais maintenant on tombe dans un nouvel obscurantisme qu’on appel progressisme, si même des zététiciens se mettent à dire, affirmer et croire à des choses obscurantistes comme celle là, je pense qu’il faut s’inquiéter, il est aussi obscurantiste de dire que la terre est plate que de dire qu’il y a plus de 58 genres. Devons nous vraiment faire des années et des années d’études pour être légitime tout ça pour quoi, bien expliquer qu’il n’y a forcément que deux genres, une chose que tout le monde sait à la base? Il y a quand même que des preuves, il y a des dessins explicatif qui nous montre bien de quoi est composé les deux genres. Quand on va sous la douche on le voit quand même, avons nous vraiment besoin à chaque fois de preuve venant d’internet? Donc même quelqu’un qui change de genre, cela est quand même d’un des deux genres, après oui il y a des fétichismes, des choses un peu différentes mais ça ce ne sont pas des genres, ce sont des détails, au final nous sommes quand même attirer par l’un ou l’autre genre ou les deux.
    Je ne suis pas un scientifique, ni médecin, ni zététicien, ni débunker, ni vulgarisateur, bien sûr et je soutiens les zététiciens et débunker, je vous soutiens pour vos travaux scientifique, zététique, je vous soutiens pour remettre en place les fake science et médecin comme on dit, les complotistes farfelus et vous en remercie, mille merci pour ça, moi je suis quelqu’un de lambda et de banal, mais en quoi je ne pourrais pas dire que par les preuves la nature et la science on voit bien qu’il n’y a que deux genres anatomiquement et psychologiquement, il n’y a pas besoin de faire de très hautes études pour savoir ça, même les complotistes le savent, ce serait complotiste de dire qu’il n’y a que deux genres même psychologiquement? Des hormones filles poussent plus chez certain garçons, et le contraire chez certaine filles et ua final même là on voit bien garçon, fille, donc deux genres. Non ce n’est pas complotistes de dire ça, ce serait grave de dire c’est complotiste et obscurantiste de dire qu’il n’y a que deux genres. Maintenant vous avez le droit comme tout le monde d’avoir des idées, moi je n’ai pas à vous donner de leçon par rapport à votre travail zététique et scientifique je ne le suis pas, mais même si je ne le suis pas, on a pas besoin d’être zététicien pour savoir ça, alors s’il vous plait garder vos idées, ce serait bien qu’elles n’influencent pas vos travaux, de dire qu’il y a plus de 58 genres c’est une idée pas la réalité scientifique, enfin il n’y a rien de plus logique, moi aussi j’ai des idées qui ne sont pas forcément la réalité scientifique non plus, mais pour ce qui est des plus de 58 genres ça c’est une idée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.