Lettre ouverte aux journalistes et responsables de la programmation de France 3

À Mesdames et Messieurs les responsables de la programmation de France 3.

Le 9 avril dernier, vous avez diffusé, « réseau d’enquêtes », émission consacrée à la vaccination. Cette diffusion avait été massivement annoncée sur les réseaux sociaux et nous attendions de la part d’un service public une rigueur exemplaire.

Au cours de ce reportage, vous avez repris les centaines de morts imaginaires d’écrivains confondants fiction et science en usant de leurs statuts pour asseoir leurs affirmations infondées. Vous avez laissé Romain Gherardi faire de la publicité pour une maladie aux symptômes « à la carte » et qui donne une réponse infondée aux vraies souffrances de patients. Vous l’avez laissé affirmer contre les faits que les effets de l’aluminium seraient méconnus et que la recherche ne serait pas financée, bien que nombre de ses travaux sur le sujet ont été financés par l’argent public pour répéter systématiquement les mêmes erreurs avant de se victimiser lorsque ses pairs ont cessé de le soutenir. Vous avez laissé des militants aligner des fake news sur l’aluminium, la santé des vaccinés, laissant entendre que les hommes et femmes qui se dévouent à soigner les gens et faire progresser la recherche seraient en réalité des conspirateurs qui chercheraient à « étouffer » les faits. Vous avez qualifié de « lanceuse d’alerte » une militante anti-vaccin adepte de la censure de ses contradicteurs, justifiant de mettre ses enfants et ceux d’autrui en danger au nom du « principe de précaution ». Enfin avez-vous reproché aux gouvernements d’avoir fait passer la prévention d’une épidémie qui n’a pas eu lieu, mais qui aurait pu faire des millions de victimes (H1N1) devant des considérations économiques, tout en laissant les opposants à la vaccination reprocher l’exact opposé.

Si vous avez donné la parole à des professionnels de la santé, les fausses affirmations des opposants à la vaccination ont majoritairement été laissées sans les réponses que les professionnels auraient pu fournir. La vérification est la base du travail du journaliste et cette vérification n’a manifestement eu lieu à aucun moment. C’est donc bien un choix, comme celui de la mise en scène anxiogène, comme celui de systématiquement laisser planer l’ombre d’intérêts cachés.

Mesdames et Messieurs les responsables de la programmation de France 3, vous avez choisi de commander, de tourner, de monter, de diffuser ce reportage et d’en faire la réclame. Choisi de donner une vitrine, sur une chaîne nationale, à des propos douteux. Choisi, en ne vérifiant pas les affirmations fantaisistes, de mettre en danger une part conséquente de la population. Ce choix vous a peut-être apporté de l’audience, surfant sur les peurs. Ces peurs font plus que monter l’audimat : ces peurs conduisent des parents à mettre en danger leurs enfants en étant persuadés de les protéger. Ces peurs obligent les chercheurs et les médecins à ne plus seulement lutter contre des maladies, mais aussi contre des défiances que vous engendrez. Ce sont moins des accidents, dramatiques mais rares, ou des scandales que naissent l’opposition à la vaccination et la défiance de la science en général, mais de la désinformation. De cette désinformation qui tue des gens et qui met en danger notre démocratie, au profit des vendeurs de peur. Aujourd’hui, les maladies évitables font leur retour dans les pays riches. 110 000 personnes sont mortes en 2018 de la rougeole et l’OMS classe le mouvement hostile à la vaccination dans les menaces pour la santé mondiale. Pourtant, vous avez choisi d’être complices de cette menace. France 3, nous ne vous appelons pas à devenir des scientifiques ou des médecins. Nous vous appelons par cette lettre à (re)devenir des journalistes qui vérifient leurs sources et informent plutôt que faire le buzz. C’est votre devoir car la santé des plus fragiles vaut plus que votre audience.

Lettre cosignée par Les Vaxxeuses, Vaccins France Information et Discussion, Stop à la Propagande Anti-Vaccins, Un Monde Riant, Mr. Sam et la Tronche en Biais. Vous pouvez retrouver l’analyse complète du documentaire de France 3 sur cet article de la page Stop à la Propagande Anti-Vaccins.

9 réponses
  1. Observatoire de la sécurité du médicament
    Observatoire de la sécurité du médicament dit :

    Cette lettre ouverte et la mention de la menace du H1N1 de 2009 sont proprement honteuses, alors que cette campagne de vaccination anti grippale restera le plus grand scandale vaccinal de ces dix dernières années (faut-il rappeler qu’il y a eu une enquête parlementaire dirigée par Jean-Christophe Lagarde sur la gestion désastreuse de cette « crise » ?) :

    – la corruption de l’OMS gangrenée par les fabricants mentionnée jusque dans le British Medical Journal (1)

    – des « épidémies » elles bien réelles de narcolepsies et de Guillain-Barré dans toute l’Europe (2-3-4); sans parler des autres effets indésirables (dystonies neurovégétatives, fausses couches, décès…) passés complètement à la trappe

    – la nullité abyssale de la pharmacovigilance française (qu’on nous avait promise « renforcée » avec des bulletins hebdomadaires dont la crédibilité était tombée au 3ème sous sol) a été mise en évidence par le refus obstiné de l’afssaps d’enregistrer de nombreuses déclaration, la faillite de cette pharmacovigilance peut encore se voir dans les bulletins du BIP31 du CRPV de Toulouse qui n’a RIEN vu passer des effets indésirables pourtant massifs rapportés dans les autres pays européens utilisant le même vaccin

    – que le caractère totalement bénin de cette grippe était parfaitement attesté par les propos de certains éminents professeurs (5) au point que les laboratoires ont eu des difficultés à recruter des patients car de nombreux candidats étaient séropositifs au H1N1 alors qu’ils ne présentaient aucun symptôme et qu’ils avaient donc été affectés de manière asymptomatique

    Quant à votre phrase sur les « accidents, dramatiques mais rares », au regard de la définition du Vidal, sont « rares » les évènements dont la fréquence est comprise entre 1/1000 et 1/10 000, je vous engage publiquement à fournir des données de bonnes qualités (essais cliniques contrôlés randomisés en double aveugle contre placebo) attestant de la « rareté » des effets indésirables graves alors que ces données n’existent tout simplement pas puisque les durées de suivi des données de tolérance dans les essais cliniques sont si courtes qu’elles n’indiquent rien de l’innocuité à long terme de ce type de produit, qu’un système de surveillance passif est incapable de par ses limitations intrinsèques (sous notification) de détecter justement les effets rares (seuls les effets aiguës et temporellement rapprochés des vaccinations sont notifiés, en général par des services hospitaliers) et que ces faits sont bien évidement parfaitement documentés (6-7)

    (1) WHO and the pandemic flu “conspiracies”; BMJ 2010; 340 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.c2912
    (2) Pandemrix vaccine: why was the public not told of early warning signs? ;BMJ 2018; 362 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.k3948
    (3) A tale of two vaccines; BMJ 2018; 363 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.k4152
    (4) Guillain-Barré syndrome and influenza vaccines: A meta-analysis; Vaccine. 2015 Jul 17;33(31):3773-8. doi: 10.1016/j.vaccine.2015.05.013
    (5) http://sante.lefigaro.fr/actualite/2009/07/26/9680-grippe-reste-grippette-assure-pr-debre
    (6) Quelle PharmacoVigilance pour les vaccins ?; Bull. Acad. Natle Méd., 2016,200,no2, 241-250, séance du 2 février 2016
    (7) Quelle pharmacovigilance pour les vaccins ?; Thérapie 2007 Mai-Juin; 62 (3): 241–244
    DOI: 10.2515/therapie:2007048

    Répondre
    • Selenith
      Selenith dit :

      Je ne comprends pas votre démarche.
      Niez vous l’efficacité des vaccins de manière générale ?

      Dans votre source du Bulletin de l’académie de Medecine » (6) il est même écrit, je cite :
      « En effet, face aux effets indésirables et aux risques très rares ou incertains évoqués plus haut, il convient de rappeler le bénéfice des vaccins. Par exemple, la diphtérie qui touchait avant 192345 000 patients par an a, de nos jours totalement disparue. Le nombre de coqueluches est passé de 550 000 en 1926 à 1 000 durant l’année 2000. En 1952, on recensait 4 000 cas de poliomyélite contre aucun aujourd’hui. On pourrait continuer : 550 000 rougeoles en 1963, 1 000 aujourd’hui…  »

      Même s’il est possible que le suivit ne soit pas optimale, le bénéfice semble malgré tout être la. Cette communication est plus là pour parler d’optimisation du suivit.

      Pour ce qui est des articles de the BMJ, ils sont payants. Si vous avez un lien où on peut les consulter sans avoir à payer ni à s’authentifier, je suis preneur.

      Répondre
    • Julien C
      Julien C dit :

      Salut,

      Moi, j’y connais rien.
      Par contre, pendant la vaccination anti-grippale H1N1 de 2009-2010, les Guillain-Barré avaient une occurrence de 6 /1 000 000, ce qui correspond à « putain de rare » selon « Vidal ».
      Et vous employez le mot épidémie ?

      Je le redis : j’y connais rien, mais si le reste de votre synthèse est à ce niveau de « polarisation dramatisante », j’ai hâte que des gens plus sérieux que moi en fassent une petite relecture. Ce commentaire me permettra d’en être notifié. Excellent, comme dirait l’aut’

      Répondre
    • Ben
      Ben dit :

      Premièrement: Une enquête parlementaire, c’est surtout une action politique, judiciaire, voire, sociétale, mais ça n’a rien avoir avec la question de la science et de la médecine (et des enquête parlementaire, on en fait pour tout et n’importe quoi, comme par exemple, l’affaire benalla…).

      « – la corruption de l’OMS gangrenée par les fabricants mentionnée jusque dans le British Medical Journal (1) »
      Alors, sauf a payer, on ne peut pas lire tout l’article (dommage). Mais au final, on a le pitch de départ qui résume assez bien ce qui est dit:
      « A joint investigation by the BMJ and the Bureau of Investigative Journalism has uncovered evidence that raises troubling questions about how WHO managed conflicts of interest among the scientists who advised its pandemic planning »
      Soit: Une investigation conjointe du BMJ et du Bureau d’investigation du journalisme a mis en évidence des preuves soulevant des questions troublantes sur la manière dont l’OMS a géré les conflits d’intérêts des scientifiques ayant donne des conseils sur la planification de la pandémie.
      On passe quand même de: « OMS gangréné par les fabricants » à « Des questions sur la gestion du conflit d’intérêt déclaré de certains de ces experts concernant la planification ». La mesure est pas tout a fait la même

      – des « épidémies » elles bien réelles de narcolepsies et de Guillain-Barré dans toute l’Europe (2-3-4); sans parler des autres effets indésirables (dystonies neurovégétatives, fausses couches, décès…) passés complètement à la trappe
      Alors, c’est drôle, parce que, là encore, rien qu’avec les liens 2 et 3, on obtient pas du tout la même chose… Encore une fois, a moins de payer, on a droit qu’a une version limité du texte, mais au final, rien que le début du texte nous explique tout a fait autre chose;
      lien 2: Un procès intenté contre le vaccin au motif qu’il causerait la narcolepsie a révélé des rapports internes faisant état de problèmes dans la sécurité du vaccin.
      A proprement parler, la seule évocation d’une narcolepsie en lien avec le vaccin est faite par une procédure judiciaire, et l’article d’expliquer que les questions en lien avec la sécurité du vaccin proviennent en grande partie d’une volonté d’accélération de la production et de la distribution, volonté affiché par les décideurs politiques.
      le lien 3: parle a peu de choses près du même problème, ou l’on apprends qu’il concerne un des deux vaccins mis sur le marché en 2009, ou, encore une fois, il existe des poursuites légales.
      De plus, même l’auteur de l’enquête, qui pose surtout des questions sur « a quel moment doit on avertir le public d’un problème potentiel » admet que la corrélation ne vaut pas causalité, et aurait nécessité plus d’études. Donc en fait, la causalité n’est même pas prouvé, ou suggéré.
      Petit aparté
      J’en profite aussi pour rappeler ceci: Une vérité judiciaire, c’est pas une vérité scientifique, et ça le sera jamais. Parce qu’aucune vérité scientifique ne pourra vous prouver l’absence et l’inexistence de quelque chose (parce qu’on peut ne pas avoir suffisamment bien cherché), on ne pourra jamais prouver a 100% l’innocuité d’un médicament ou d’un produit. Et donc, on préférera toujours indemniser des victimes parce que « dans le doute, on ne sait pas, alors, on va penser que le produit est dangereux » (principe de précaution).
      Bref, une décision de justice, ça ne vaut rien scientifiquement.
      D’ailleurs, ce genre de point pourrait peut être mériter un petit billet non ? Je vois beaucoup ce genre de confusion et la vérité juridique est une arme diablement prisée des marchands de peur malheureusement.
      Fin de l’aparté.

      « – la nullité abyssale de la pharmacovigilance française (qu’on nous avait promise « renforcée » avec des bulletins hebdomadaires dont la crédibilité était tombée au 3ème sous sol) a été mise en évidence par le refus obstiné de l’afssaps d’enregistrer de nombreuses déclaration, la faillite de cette pharmacovigilance peut encore se voir dans les bulletins du BIP31 du CRPV de Toulouse qui n’a RIEN vu passer des effets indésirables pourtant massifs rapportés dans les autres pays européens utilisant le même vaccin »
      Pas de référence ? C’est dommage.
      Au vue des exagérations précédentes, on peut se permettre de prendre cette affirmation avec un certain recul, dans la mesure ou, quand on a les sources des citations, on voit quand même qu’il y a un fossé entre ce qui est affirmé ici et dans le BMJ.

      – que le caractère totalement bénin de cette grippe était parfaitement attesté par les propos de certains éminents professeurs (5)
      Je vais garder que ce qui est sourcé, le reste ne l’étant pas, je ne saurais dire quoi que ce soit la dessus.
      Mais le caractère parfaitement attesté est assez drôle car:
      Il s’agit d’un article du Figaro.
      Le professeur Debré est chef de service Urologie (spécialiste des reins). Donc, on va dire que le monsieur est légèrement en dehors de sa sphère de spécialité.
      Le professeur Debré est député UMP.
      Le professeur Debré accuse les pouvoirs en place de se servir de la grippe a des fins politiques.
      On va donc relire ce qui est affirmé dans les premières lignes de l’article: Un médecin en dehors de sa sphère de spécialité, qui se trouve aussi être un élu, accuse le gouvernement d’utiliser un virus a des fins politiques. (l’article montrant plus loin que le professeur Debré affirme que la visée est de se donner une image de gouvernement protégeant les français de l’épidémie).
      Au passage, même l’article parle des chiffres de l’OMS, avançant 800 morts pour 140 000 personnes (soit 1/175 cas mortels) … Après, on peut discuter d’a partir de quel seuil cela devient une « grippette » (dixit le Pr Debré).

      Au final: Beaucoup d’exagérations et de déformations de propos, mais l’avantage, c’est qu’a sourcer son propos, on peut regarder les sources…
      Je finirai la dessus: Les vaccins grippaux, c’est une partie de la galaxie des vaccinations. Et c’est potentiellement la plus polémique.
      Mais ça ne change rien au propos général du billet en fait. Ça ne change rien a la question de l’aluminium. Ça ne change rien a la non contradiction des affirmations complètement fausses faites sur fond d’anti-science de ce reportage.
      Et ça ne change rien sur le fait qu’en effet, il y a quelque chose de proprement honteux:
      C’est voir ce genre de documentaire sur une chaîne du service public.

      Répondre
  2. Fla
    Fla dit :

    Bonsoir, vous avez fourni quelques sources, mais vous n avez pas précisé qui êtes vous ? Votre login semble faire ŕéférence à un organisme, mais je ne trouve rien qui ait un tel nom. Voys comprendez qu en tant que lecteur d un tel site je me montre un minimum prudent.

    Répondre
  3. francois devos
    francois devos dit :

    Réponse à  » Observatoire de la sécurité du médicament »
    Vous dites « que le caractère totalement bénin de cette grippe était parfaitement attesté par les propos de certains éminents professeurs ». Mettons de côté le fait que vous citiez un article de presse grand public (le Figaro) certes un Professeur de médecine mais non spécialiste de la grippe (Urologue). Ce Professeur a estimé le risque négligeable mais en face il y avait un consensus scientifique pour sonner l’alerte.
    Ce n’est pas tout à fait exact. Il faut d’abord prendre en compte que partant des documents de l’OMS jusqu’aux articles dans la presse grand public on assiste à une grande simplification de l’information. Quand l’OMS évoque un risque de pandémie grippale on entend « grippe espagnole » et des millions de morts. Ce n’est pas ce que promettait l’OMS qui au fur et à mesure des semaines à réévaluée la situation et ses prévisions.
    Et le risque était réel du fait des caractéristiques du virus de la grippe et de sa capacité à muter. Dire que le risque était réel ne signifie pas qu’il est certain. Je peux traverser la route les yeux fermés ; le risque est réel mais pas certain.
    Certes la mortalité globale a été plutôt faible MAIS n’a pas concerné les mêmes populations : pour des personnes sans facteurs de risque (en gros jeune et en bonne santé) le risque de mortalité était multiplié par 50 (j’ai retrouvé ce chiffre sur wikipédia par manque de courage de fouiller les archives de l’INVS ou le réseau sentinelles ou encore les Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe). De plus à l’époque les services de réanimations furent de façon particulièrement inhabituelle confrontés à des Syndromes de Détresse Respiratoires ayant un taux de mortalité élevée et touchant de sujets jeunes (dont des femmes enceintes).
    On peut discuter des choix politiques mis en place face à cette alerte mais prétendre que l’on SAVAIT que cette grippe serait bénigne est une erreur.

    Dans l’hypothèse ou des antivax me lisent : si vous imaginez que l’industrie pharmaceutique a tiré les ficelles pour nous vendre plein de vaccins. Un patient en réanimation est bien plus rentable (à cette même industrie) qu’une dose de vaccin. Un patient avec des séquelles respiratoires également..

    Répondre
    • francois devos
      francois devos dit :

      La pandémie grippale à virus A(H1N1) de 2009 a-t-elle était bénigne ? qq chiffres
      Biblio en libre accès (nb autres articles) via : Santé Publique France (dossier thématique ; Pandémie A(H1N1)archives.

      1. « La veille et la surveillance pendant la pandémie à virus A(H1N1)2009 : bilan de l’InVS » ; Auteurs : There H, Gouffé-benadiba L, Chaussenot P. ; 2013
      « L’analyse des données issues du PMSI a montré que le nombre de patients admis en services de réanimation pour grippe a été largement supérieur à ce qui est observé habituellement, et ce quel que soit les tranches d’âges. Même si les comparaisons devaient rester prudentes… » (page 38)
      « …le profil des patients décédés de la grippe différait. Les personnes âgées de moins de 65 ans, représentant normalement moins de 10% des décès liés à la grippe saisonnière, ont compté pour environ 75% des décès. » ; 312 décès dont 49 sans aucun facteur de risque ; … (page 41)

      2. « Analyse des données d’hospitalisation en France à partir du PMSI pendant la période pandémique 2009/2010 » ; Auteurs Bonmarin I, Levy-Bruhl D ; 2012
      « En métropole, le nombre de l’ensemble des séjours pour grippe a augmenté fortement dès septembre 2009 en comparaison avec les saisons hivernales passées » (page 3 : définition des types de séjour ; page 4 pour la citation)
      • Hospitalisations 14680 versus 2868
      • Séjours en réanimation et/ou unités de soins intensifs 991 versus 162
      • Séjours en réanimation 991 versus 76
      • Séjours avec ventilation mécanique 550 versus 41
      « … le nombre moyen de séjours hospitaliers pour grippe avec SDRA [Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe] pendant la période pandémique est passé de 12 à 352 et celui avec décès de 31 à 238 » (page 5 )
      « Le nombre de séjours des femmes enceintes … est passé d’une moyenne de 38 séjours lors des épidémies saisonnières à 260 pendant la pandémie » (page 5)
      « Les durée de séjours … sont comparables aux moyennes enregistrées les années précédentes » (page 7)

      3. « Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire Spécificité des caractéristiques de la mortalité liée à la grippe lors de la pandémie de grippe A(H1N1) en 2009-2010 en France » ; 11 janvier 2011 / n°1
      « Introduction : Cet article compare les caractéristiques démographiques et médicales des décès liés à la grippe pendant la pandémie de grippe A(H1N1) en 2009-2010 à celles des décès liés à la grippe saisonnière depuis 2000 » « Conclusion : Les caractéristiques démographique des décès liés à la grippe en 2009-2010 sont atypiques … la population touché est beaucoup plus jeune. » (Abstract page 1)
      Page 2 Résultat et page 3 le tableau 1 qui propose un comparatif entre la moyenne des décès entre les saisons 2000 à 2008 et celle de 2009. On parle ici de saison pas d’année calendaire (remarque personnelle) !
      • Nombre de décès : 437 (2000-2008) versus 349 (2009)
      • Âge moyen : 81.7 (2000-2008) versus 59.4 (2009)
      • Proportion des moins de 65 ans : 10.6% (2000-2008) versus 56.2%
      « Le très faible effectif des femmes enceintes ne permet pas de mettre en évidence l’excès de risque de mortalité … » (page 3)

      Répondre
  4. L'observatoire des faux observatoirs
    L'observatoire des faux observatoirs dit :

    Bonjour, vous êtes combien dans cet observatoire totalement inconnu ? Juste un nom pompeux pour impressionner ? Parce que « observatoire » quand on est tout seul c’est pas très adéquat même si c’est rassurant de savoir que vous n’êtes pas plusieurs à faire la promotion de ces âneries.

    Répondre
  5. françois devos
    françois devos dit :

    Petit correctif (erreur de recopie) dans le point 2
    . Hospitalisations 14680 versus 2868
    • Séjours en réanimation et/ou unités de soins intensifs 1748 (et non 991) versus 162
    • Séjours en réanimation 991 versus 76
    • Séjours avec ventilation mécanique 550 versus 41

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.