Droit de réponse : Origines des thèses de « Pyramidologie »

Cher Jacques Grimault,

 J’ai appris que vous aviez publié une réponse à l’article de la Menace Théoriste sur les origines des thèses en pyramidologie. Malencontreusement, cette réponse publique n’était accessible, sur votre page, qu’à vos seuls « amis » Facebook. L’un d’entre eux a toutefois eu la gentillesse de me la transmettre, et ainsi je peux y apporter une modeste contradiction.

 Ci-dessous se trouve votre réponse qui se compose du texte initial entrelardé de vos commentaires. Par souci de lisibilité, j’ai coloré en [orange] vos interventions, et en *bleu* les réponses que j’ai jugé bon d’apporter. Il y en a peu, vous verrez, car vous amenez peu d’éléments au débat. Je ne vois rien dans vos notes qui contredise ce que ce texte apporte : une perspective historique qui a pour seul but de permettre aux spectateurs de comprendre un peu d’où viennent les idées dont nous parlerons le 5 février.

 Je ne suis pas très impressionné par cette réponse où, finalement, vous manifestez surtout votre vexation de ne pas trouver écrit ce que vous souhaiteriez voir admis pour vrai. Je pense toutefois que l’article ne commet aucune injustice dans l’historique ainsi dressé, sans que cela vous oblige à adopter le même point de vue, bien sûr. Je vous remercie d’avoir signalé les coquilles dans le texte, c’est fort aimable (je n’ai pas corrigé les vôtres, peu nombreuses).

 Je suis persuadé que ce premier échange annonce un entretien très intéressant le 5 février. Je me tiens à votre disposition pour une discussion privée si toutefois vous vous lassiez d’insulter tout le monde publiquement et préfériez une manière plus sereine de dialoguer.

 Je vous remercie en tout cas de vous être penché sur cet article, et j’espère que le prochain vous intéressera tout autant.

Cordialement,

Acermendax.

 PS : J’ai pris la liberté de souligner les insultes que vous utilisez en les confondant peut-être avec des arguments. Bien sûr, je soulignerai aussi les miennes. (spoiler : il n’y en a pas. lol)

 ***

Réponse de Jacques Grimault

Réponse à une invitation hypocrite de La Tronche en Biais, un nid de Trolls en recherche de visibilité sur la Toile, qui ici pratique le racolage public grâce à la notoriété de LRDP et de ses auteurs…

 

Ben, oui, le moteur de recherche colle tout de suite sur le titre, ce qui attire légitimement vers ce film : il s’agit de me défier afin de promouvoir (ils auraient dit promotionner) leur très faible scientificité, d’une part, et leur très bonne image d’eux-mêmes, d’autre part : car en effet, ce sont des narcissiques déçus pour la plupart (cf. Alexandre Nisi ; Pierre Molinier ; Didier Coilhac, le Gollum, etc. etc. : ils ne produisent rien de valable ou d’utile, mais parasitent le travail d’autrui, ce qui vous porte – à vous aussi, Lecteurs – un important préjudice… Un retard de huit ans déjà !
Comme à l’accoutumée, j’ai mis mes remarques entre crochets et dans le fil de ce texte… Voyons cela !

« La Révélation des Pyramides »

[d’entrée, un emprunt, un accaparement de type publicitaire : on voit ici la volonté de tirer parti de la notoriété du film LRDP, sans quoi, cet article d’immortelle qualité n’eusse pas même eu un seul lecteur, ce qui se comprend… Dame ! Qui s’intéresse à une page avec un pareil titre – La Tronche en Biais –, sinon les seuls Trolls (c’est en effet leur langage), qui ne lisent pas puisque ce sont des croyants en la Sainte science (la leur, la dogmatique : celle avec des œillères, des intimidations, des interdits, des sarcasmes, des blâmes et des excommunications en tous sens mais dépourvus de sens).

Le film La Révélation des Pyramides est l’opus principal de l’œuvre de Jacques Grimault et Patrice Pooyard [idem, en aussi débile : « 2001, Odyssée de l’espace est l’opus principal de l’œuvre d’Arthur C. Clark et de Stanley Kubrick », mais là, Kubrick a réalisé d’autres films, et Clarke a écrit d’autres livres, ce qui n’est pas le cas pour LRDP]. La théorie de Grimault [Grimault ne présente aucune théorie que ce soit ; il ne présente que des démonstrations complètes et vérifiables par tous. Rappel : il s’agit d’un film de Patrice Pooyard, et non de Jacques Grimault, qui ne constitue que l’introduction à la problématique générale ; il reste en effet six opus à présenter – et qui le seront – qui constitueront à terme l’œuvre de Patrice Pooyard fondée sur celle de Jacques Grimault] serait rédigée dans le livre qui porte le même nom que le film mais que personne qui ne soit pas dans l’entourage de son auteur ne semble avoir jamais eu entre les mains [les glissements commencent : les rédacteurs de cet article n’ont pas lu ce qui est écrit par deux fois au générique de ce film ? Etonnant, cette envie de mentir dès le début et sur tout, en tordant et déformant, ce qui est une méthode de Troll !]. Il est difficile de critiquer le contenu d’une thèse qui ne se présente publiquement qu’au travers d’un documentaire qui ne serait qu’une « introduction » [et ça continue : à part eux, tout le monde sait que ce ‘manque’ de livre et de DVD est du aux turpitudes et entraves de l’escroc surnommé Gollum par les internautes, et que nombre de procès sont encore en cours]. On peut néanmoins en avoir des aperçus dans d’autres vidéos disponibles sur Internet, notamment des conférences [donc il n’existerait pas de livre, mais on peut en avoir des aperçus dans des vidéos et des conférences ! C’est cohérent, ça ! Pour rappel, ce livre est montré sous sa forme de tapuscrit dans le film Gizeh 2oo5, entre autres]. *Vous aurez mal lu, sans doute. Je ne dis pas qu’il n’existe pas, mais que personne ne peut le lire à part votre entourage. Et je trouve cela curieux, bien sûr. Cela peut-il être dû au hasard ?*

L’origine de ces découvertes

Quand Jacques Grimault présente « ses découvertes » [notez les guillemets ; cela indique que l’affaire est déjà résolue, et que la conclusion est fournie d’entrée : il suffit de mettre des guillemets pour semer le doute. Il ne s’agit plus là d’une tentative documentaire de clarification de la situation, ce qui serait assez légitime, mais d’une instruction à charge, destinée dès l’abord à faire apparaître J. Grimault comme étant des plus douteux], à l’en croire [il ne s’agit pas de croire ou de ne pas croire, mais de vérifier, démontrer, etc. On voit là encore la dialectique utilisée pour amener le lecteur superficiel à suivre les rédacteurs jusqu’à conviction ‘personnelle’… Grossier, vulgaire, lourd mais hélas souvent efficace : on ne voit pas pourquoi les Trolls changeraient de stratagème !], il est le premier à déchiffrer ce que les anciens bâtisseurs ont codé dans les sites archéologiques [on admet donc implicitement que la chose pourrait être, ce qui permettrait de se défiler si Grimault démontrait ses assertions, ce qu’il fera !]. Mais doit-on prendre cela pour argent comptant ? [toujours les mêmes qui parle d’argent, ce qui les désigne et identifient] *???*. En fouillant un peu l’histoire [selon la leur, évidemment : car comme je le montrerai bien vite, ils découpent selon leur projet, et non selon l’Histoire], on se rend compte que les scénarios défendus par JG [désormais, il y a plusieurs scénarios : l’art de glisser pour, par petites touches, instiller des mensonges] sont le résultat des conjectures et pseudo-théories de quelques personnages publics au cours des 5 derniers siècles. Ne citons ici que les principaux théoriciens qui ont eu sur les pyramides et l’histoire du monde des idées assez similaires à ce que raconte JG [autre glissement…].

Les théoriciens du passé

[sous entendu : il y aurait des théories du passé, d’un côté, et la vraie histoire, de l’autre, l’officielle, la seule correcte. En réalité, ce n’est qu’une théorie comme les autres, mais qui, transformée en dogme, refuse becs et ongles d’être réévaluée, ce qui impliquerait que les « historiens » perdraient leurs crédit et leurs prébendes. Ainsi et comme dit, l’affaire est déjà pliée : on ne nous parlera désormais que de théories, comme on parle de théorie du complot, ce qui permet de passer les faits avérés et les idées justes à la trappe… et se faire passer pour vertueux : tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! Sauf, évidemment, les contradicteurs, et surtout ceux qui, comme moi, offrent des aperçus non seulement factuels, mais qui donnent les moyens de les vérifier… Ainsi, ce qui existe factuelement et possède un réalité d’ensemble cohérente est évacué sous forme de « théories non démontrées » ou de « pyramidomanie » etc., ce qui est normal dans ce contexte, puisque dès que l’on présente une ‘théorie non-conforme’, on est aussitôt l’objet d’attaques ad hominem venant de Trolls (dont certains sont payés) *Accusation déjà proférée. Navré, mais c’est faux.*, faites pour noyer le poisson : les faits… Mais ceux-ci durent et ont la peau dure, et c’est à eux que je ferai appel dans l’émission de zozos appelée La Tronche en Biais (on apprécie le niveau !), nid de debunkers dogmatiques dénués de talent et de culture ! Voyez – pour l’exemple – ce qu’à produit un individu tel que Dari Beliakhov, ce pédant narcissique autocentré, artiste raté et simili-scientifique ridicule… Voyez sa vidéo où il prétend critiquer LRDP et ses auteurs : un bide cuisant dont il ne se remettra pas ! Bref : je tenterai de faire passer des données fortes et réjouissantes entre les attaques de ces… ‘messieurs’, ne serait-ce que pour ne pas déshonorer la science, dont ils se croient les défenseurs, alors qu’ils la trahissent et l’enlaidissent…].

En 1646, John Greaves (1602-1652), qui fut le premier occidental à étudier avec minutie les pyramides de Gizeh [Hérodote et ses successeurs, tous les Arabes et les Persans, tous les voyageurs du Moyen-Âge et de la Renaissance, sont ici évacués, soit cent trente auteurs environ – un rien ! -, qui, si j’en crois les critères de La Tronche en Biais, ne valent pas les Zeuropéens en matière de pensée et de science, d’un côté, ou sont trop arriérés en science, de l’autre… Sans oublier, comme certains le suggèrent, que ce sont des musulmans – Pensez-donc !], *Je ne comprends pas cet emballement qui a tout de l’argument de l’épouvantail. J’ai dit qu’il s’agit du premier occidental à faire des mesures, précises, dixit Wikipédia, d’ailleurs.* écrivait Pyramidographia, puis « The Origin and Antiquity of Our English Weights and Measures Discover’d By Their Near Agreement with Such Standards that are Now Found in One of the Egyptian Pyramids ». Autrement dit : De l’origine et de l’antiquité de nos poids et mesures anglais découvertes par leur similitude avec des standards équivalents retrouvés dans l’une des pyramides d’Égypte. Ça nous rappelle quelque chose…

[C’est amusant : je le cite moi aussi dans mon livre, mais sans avoir évacué ses prédécesseurs, sur lesquels La Tronche en Biais n’offre pas même un mot. De plus, je montre ses erreurs… comme je le fais de la quasi-totalité des auteurs, tel François Dupuis-Pacherand, par exemple…]

Godfrey Higgins (1772-1833) historien et antiquaire anglais [le mot antiquaire désignait un historien : pourquoi ce pléonasme ? Par ignorance ? Très probable !]. *Non, pas vraiment en fait, était appelé antiquaire un collectionneur, un amateur d’histoire ancienne ; mais les historiens s’appelaient déjà historiens. Mais passons si vous voulez bien.* Il estime que les traits communs aux grandes religions et grands mythes du monde doivent avoir pour origine une ancienne civilisation, celle de l’Atlantide [cela n’est pas une théorie, mais une opinion. La Tronche en Biais ne sait pas établir de différence entre ces deux mots, mais parfois aussi, repeint la girafe pour lui faire endosser les niaiseries que ses sympathisants débitent volontiers : quel dommage de devoir parler avec « ça » !]. Ses écrits seront exploités par Blavatsky…

Edward King Kingsborough (1795-1837), un écossais, se convainc que les peuples précolombiens sont l’une des tribus perdues d’Israël. L’une de ses preuves est la pratique par ces peuples du sacrifice rituel, similaire à celui d’Isaac par Abraham [là encore : opinions]. *En effet !*

John Taylor (1781–1864), un autre anglais, écrit deux siècles plus tard « La Grande Pyramide ; pourquoi fut-elle bâtie et qui l’a bâtie ? » Dans ce livre de 1859, il explique que la pyramide a été construite par Noé sur les instructions de Dieu. La coudée biblique mesurait précisément 25 pouces, et les britanniques étaient l’une des tribus perdues d’Israël. Si on résume : les Pyramides ont été bâties par les premiers britanniques, qui étaient juifs [en lisant Brith Ish, l’hébreu donne Homme de l’Alliance… Comme quoi, il conviendrait que La Tronche en Biais nous indique comment penser devant cette curiosité…].*Je ne pense pas que cela ait le moindre sens. Pourriez-vous faire un travail d’analyse sourcé là-dessus ?*

Charles Piazzi Smyth (1819-1900), astronome royal d’Ecosse, prolonge le travail de Taylor. Il établit que le pouce pyramidal vaut 1,001 pouce anglais. Quand, en Egypte, il trouve incrusté dans une pierre le patron d’un maçon et déclare qu’il s’agit de l’étalon divin qu’il recherchait, il estime sa théorie prouvée. Il milite pour la supériorité du système des poids et mesures anglais sur le satané système métrique français (celui-là même qui est au cœur de la théorie de Grimault [toujours pas de théorie(s) chez Grimault, ni même d’opinion : je montre les faits et en propose une orientation qui a le mérite 1/ de la logique 2/ de la cohérence 3/ de la complétude 4/ de la vérité et de la réalité, etc.] dans son livre « Notre héritage dans la Grande Pyramide : avec les plus importantes découverte à ce jour » (1874). On estime qu’il a eu un rôle non négligeable dans le rejet du système métrique par les anglo-saxons. Dans ce livre de 600 pages rempli de calculs à partir des dimensions de la pyramide, il obtient la densité de la Terre, sa population, les détails de son histoire (débutée en -4004) et notamment la date de la fin du monde, qu’il actualisa quatre fois, et un tas d’autres choses qui le rendirent très heureux [tout comme les sottises cumulées des rédacteurs de La Tronche en Biais les rendent très heureux, eux et leurs fans]. Et puis un jour l’un de ses jeunes admirateurs fit le voyage avec du matériel de précision pour confirmer les travaux de Smyth… et mit en évidence bien malgré lui que les chiffres étaient largement faux [cela indiquant « subtilement » que ceux présentés par Grimault et Pooyard pourraient l’être, puisqu’ils sont censés tenter de démontrer une théorie, alors qu’en réalité ils ne proposent que des faits, qu’ils mettent en ordre… Et c’est cela qui fait mal aux dogmatiques : ce sont leurs propres dimensions et autres qui sont trouvées fausses et mensongères, comme la prose de La Tronche en Biais, qui décidément ment]. Le jeune homme, William Matthew Flinders Petrie, resta sur place et devint l’un des fondateurs de l’égyptologie scientifique [scientifique voulant dire vrai dans le langage de la Tronche en Biais, le reste n’étant pas ‘vraiment’ scientifique, selon leurs critères, est donc faux].

Jean-Frédéric Maximilien de Waldeck (1766-1875), est un antiquaire français [i.e un historien de l’époque. Ter repetita] *Non, ça va, merci, je vais maintenir ce mot. Merci quand même* qui voyait des éléphants dans les hiéroglyphes mayas, et pour qui ces animaux avaient servi à construire les « pyramides » mexicaines — qu’on a longtemps appelée des temples avant d’opter pour le mot pyramides. Détail amusant : Waldeck vendra des pages de codex à Eugène Boban, connu pour avoir participé à la vente des Crânes de Cristal.

Charles Etienne Brasseur de Bourbourg (1814-1874), pionnier de l’archéologie précolombienne, réussit la première traduction d’un codex maya, le codex Troano (plus tard assemblé à une seconde partie pour former le Tro-Cortesianus). Malheureusement c’est une traduction totalement erronée, mais elle permet quand même à Brasseur de faire apparaître le nom du continent Mu dans ce codex, ce qui fera l’affaire des quêteurs d’Atlantide. Dans les références de ses ouvrages, on retrouve John Taylor [pourquoi ne pas parler du mot ‘atl’ en cette occasion, qui donne un corps certain à ‘ces fadaises d’un autre siècle’ : par ignorance là encore ? C’est certain !]. *Là encore, je ne pense pas que votre analyse du mot ‘atl’ ait le moindre sens. Mais démontreriez-vous le contraire, qu’aussitôt je changerais d’avis*

Augustus Le Plongeon (1825-1908) Photographe et antiquaire britannique [c’est-à-dire historien…]*Non*, il critiqua beaucoup les « archéologues de bureau » qui estimaient la civilisation Maya plus récente que la civilisation Egyptienne. Le Plongeon n’est pas de cet avis, car pour lui le Yucatan est le berceau de la civilisation humaine, et la Franc-Maçonnerie trouve ses origines dans la culture maya ancienne, par l’intermédiaire de l’Atlantide. Il réalise lui aussi une traduction du codex Troano, jugée très imaginative [par des dogmatiques, convient-il de préciser, sortes d’escrocs culturels], où il trouve une description de la destruction de l’Atlantide. Ses travaux vont inspirer Ignatius Donnelly.

William Henry Black (1808–1872), donne une conférence en 1870 où il suppose qu’entre « les monuments existe un marquage fait de lignes géométriques qui couvrent l’ensemble de l’Europe occidentale ».

Ignatius L. Donnelly (1831-1901) est un homme politique américain versé dans les pseudosciences [on devrait parler des pseudo-scientifiques, tels que – par exemple – Dari Beliakhov (en réalité un pitre) *Votre avis sur Dari, qui n’a rien à voir avec cet article, mériterait sans doute que vous le contactiez directement, vous semblez en avoir besoin, Jacques.* , qui croit démonter le film LRDP à l’esbroufe : le résultat est évidemment minable, car comme déjà dit et répété, les faits restent]. En 1882 il publie « Le monde antédiluvien » qui inaugure toute une littérature sur l’idée que le déluge coïncide avec la destruction de l’Atlantide, et le mayanisme qui fait le lien entre le continent perdu et les civilisations précolombiennes qui seraient à la source de la civilisation égyptienne (l’erreur chronologique est dramatique, mais à l’époque on s’en offusquait peu en dehors des cercles scientifiques [pour rappel : ce ne sont pas que des minables qui présentent leurs idées et opinions : la plupart même sont plus scientifiques que les amateurs de La Tronche en Biais, et rappelez-vous la « démonstration » du ‘scientifique’ Dari Beliakhov, un cas d’école ! Voire d’école de médecine aliéniste. Une remarquable percée dans le crétinisme militant). Parmi ses sources, on retrouve Brasseur de Bourbourg et Le Plongeon. Il publie un autre livre qui explique que le déluge fut causé par une comète frôlant la Terre.

Héléna Blavatsky (1831-1891) est une occultiste d’origine russe et aristocratique. Parmi ses nombreuses déclarations sur le cosmos, elle annonce que du continent perdu de Lémurie ne subsiste actuellement que l’Australie et l’Ile de Rapa Nui (île de Pâques) — qui ne sont pas sur la même plaque tectonique, mais enfin bon —, les Lémures étaient purs esprits, mais plus tard sont arrivés les Atlantes, dont certains avaient des pouvoirs psychiques tandis que d’autres étaient des géants (qui ont bâti Stonehenge). En couchant avec des animaux, ils ont donné naissance aux chimpanzés et aux gorilles. Après la perte de l’Atlantide sont arrivés les Aryens. Idolâtrée par certains, Blavatsky est à l’origine d’une religion New Age, la théosophie. Toutes les critiques des sceptiques sur ses impostures et nombreux plagiats étaient balayées par ses admirateurs à l’aide d’une formule toute faite « toute atteinte à sa réputation est un signe de grâce, les stigmates que portent tous les grands martyrs. »
Rudolf Steiner (1861-1925) est un écrivain et philosophe allemand. Il est théosophien [théosophe ?] *en effet, à corriger. Merci* avant de s’écarter de cette mouvance ésotérique pour inventer la sienne : l’antroposophie [vous voulez dire anthroposophie, avec la lettre h ?] *Oui, vous avez raison, c’est une faute. Je la corrige immédiatement, comme il se doit* qui parle de réincarnation et de karma. En 1904 il publie une histoire du cosmos qui mentionne les continents perdus de Lémurie et Atlantide.

Alfred Watkins (1855-1935) est un photographe, inventeur et essayiste britannique. Dans son livre Early British Trackways de 1922, il théorise le phénomène d’alignement de sites, qu’il nomme des Ley lines sans aucune connotation ésotérique, énergétique ou magique [normal, puisqu’il théorise !].*Il dit qu’il ne voit pas le rapport*

James Churchward (1851-1936) est un occultiste britannique qui a écrit sur le continent Mu au sujet duquel il s’entretient avec Augustus Le Plongeon dans les années 1890. Il estime prouver son existence dans un livre publié en 1926. Si on le croit, il a acquis cette connaissance en voyageant en Inde où il a appris une langue morte parlée par seulement trois personnes. Il eut ainsi accès à des tablettes écrites dans cette langue et gardées secrètes. Dans ses ouvrages, il décrit l’histoire de Mu, le véritable berceau de l’humanité où se trouvait le jardin d’Eden, et ses soixante-quatre millions d’habitants, les Naacals (« les exaltés » un nom qui vient directement de… Le Plongeon). Cette civilisation vécut 50.000 ans avant de s’éteindre.

En 1936, l’occultiste Dion Fortune publie The Goat-Foot God, roman dans lequel les ley lines d’Alfred Watkins deviennent des lignes de force reliant des sites préhistoriques.

Arthur Posnansky (1873-1946) Ingénieur, explorateur, directeur de musée et archéologue amateur. Il a longuement étudié en Bolivie et a conclu que Tiwanaku est le berceau des civilisations américaines, et qu’elle fut construite il y a plus de 12.000 ans. L’argument principal est astro-archéologique : l’orientation des portes et piliers est alignée [joli, « l’orientation est alignée »] avec la position des équinoxes [joli, « la position des équinoxes » : bel exemple de langage scientifique !] qui se produisaient à cette période, ce qui n’est valable qu’à la condition de penser que c’était bien là leur rôle (argument circulaire) [faute d’une argumentation carrée, comme celle de LRDP, par exemple]… sans compter que les ruines de Tiwanaku ont été ravagées par les espagnols, on ignore si des pierres se trouvent encore à leur emplacement original. On voit que ces idées ne reposent pas sur rien, mais que ces arguments laissent une vaste place à l’interprétation et au biais de confirmation [tout comme les ‘arguments’ de La Tronche en Bais d’ailleurs] *En fait… Non, sincèrement.*. Ces conclusions n’ont jamais été soutenues par la communauté scientifique [belle référence ! Laquelle ? Celle qui, dogmatique, défend son pré carré, ou celle, plus pragmatique et véritable, accepterait de débattre sans tenter de s’esquiver en cas d’effondrement théorique de leurs théories ? Nous, on attend : qui veut se mesurer aux faits ?].

Edgar Cayce (1877-1945) est un mystique américain [un monsieur qui pratique l’autohypnose est un mystique, sachez-le !] qui pouvait entrer en transe et disait avoir accès aux anales akashiques [annales est de beaucoup moins scatophile, permettez-moi de le signaler, bien que ce soit là l’un des terrains cul-turels favoris des Trolls]. *Ah oui, diantre, une autre faute d’orthographe. Heureusement que vous apportez une attention scrupuleuse à l’orthographe d’autrui. Peut-être savez-vous comment on qualifie cette science, c’est amusant.* Il a révélé grâce à cette science infuse que l’Atlantide a existé pendant quarante mille ans avant d’être détruite, et que ce sont les descendants des Atlantes qui ont construit les pyramides de Gizeh et d’Amérique. Il a prédit de profonds changements sur Terre suite à l’inversion des pôles magnétiques censée survenir dans les années 1930, puis 1960 ou 1990… Dans une vie antérieure il fut un prêtre égyptien, de là peut-être tirait-il la certitude que les Atlantes avaient caché des enregistrements dans une salle secrète sous le Sphinx de Gizeh.

Immanuel Velikovsky (1895-1979) est un pseudo-historien et psychanalyste [la psychanalyse ! Une authentique pseudo-science ! Pourquoi ne pas s’y attaquer, les paresseux de la Tronche en Biais ? Ce serait faire œuvre utile, enfin !] *Ah ? mais alors vous n’êtes pas très attentif à nos émissions live, Jacques. En plus, c’est gratuit.* russe. Il défend l’idée que le passé de la Terre est rempli de catastrophes astronomiques. Vénus aurait émergé de Jupiter sous forme de comète (oui, comme dans la mythologie) et son passage près de la Terre aurait fait basculer son axe de rotation 1 450 ans avant notre ère, causant l’ouverture de la mer rouge. Un peu plus tard la planète a retrouvé son axe, mais Mars a également fait des siennes ensuite. Par de semblables phénomènes Velikovsky pense ainsi pouvoir expliquer le déluge, la Tour de Babel, Sodome et Gomorrhe, etc. Devant les démentis formels des modèles astronomiques à ce scénario, Velikovsky a inventé l’idée que des forces électromagnétiques pouvaient affecter les orbites planétaires.

Charles Funck Hellet, dans son livre « La Bible et la grande pyramide », paru en 1956 soutient l’idée que la coudée royale vaut 0,5236 m. Dès lors le mètre serait égal au diamètre d’un cercle de circonférence 6 coudées avec une erreur relative inférieure à 2,5.10– 6… à condition que la coudée ait bien cette valeur, ce qui est une hypothèse non prouvée [en tout cas, pas plus que la valeur de la coudée selon les égyptologues experts, qui pour être plus près du vrai, possèdent l’appui inconditionnel de La tronche en Biais !]. Il est le premier à relier ainsi Pi, la coudée et le mètre, dès un article de 1952 [pourquoi ne pas préciser que ce monsieur était médecin ? Ça fait tache dans ce beau tableau ? Non, c’est parce que c’est plus difficile de faire passer un pragmatique pour un allumé, croyant qui plus est… Je le cite dans mes écrits, lui et ses erreurs, comme c’est étrange !] *Je vais donc ajouter qu’il était médecin afin d’être plus précis. Des médecins complètement tarés, on en trouve plein, rassurez-vous.*

René Schwaller de Lubicz (1887-1961) Chimiste français, également métaphysicien, hermétiste et alchimiste, il publie en 1957 « Le Temple de l’Homme » où il démontre avec des calculs faisant intervenir le nombre d’or que la culture égyptienne antique est fondée sur une géométrie sacrée [Zut alors, je le cite aussi dans mon livre, lui aussi avec ses erreurs ! Quelle coïncidence !]. *Quel livre, Jacques ? Fournissez-le-moi s’il vous plait, ou au moins l’extrait en question, comme cela se fait dans le monde de la science. Merci infiniment.*

Charles Hapgood (1904–1982) universitaire américain, il enseigne l’histoire. Il est un grand défenseur de la théorie du changement des pôles. En 1955 il publie un ouvrage préfacé par Albert Einstein (!) [pas de point d’interrogation après ce point d’exclamation, non expliqué lui aussi ? Ca valait pourtant le détour ! « Qu’allait-il donc faire dans cette maudite galère », l’Einstein ; s’y intéresser en tant que croyant ou comme scientifique égaré ?] « The Earth’s Shifting Crust » où il dit que la croûte terrestre a glissé à de nombreuses reprises sur le magma au cours de l’histoire, une hypothèse qui n’a guère de défenseurs dans le monde académique [le monde des dogmatiques, en bref] et qui n’est plus du tout cohérente avec les connaissances en géologie [le monde académique est donc la référence de ces rédacteurs ! *Oui* Une liste des niaiseries et débilités qui ont encore cours dans ce ‘monde’ serait à faire, mais dépasserait la centaine de page ! Allez, à quand un bref aperçu !*?*]. Partisan de l’authenticité de la carte de Piri Reis, il estime qu’une partie de l’Antarctique était libre des glaces il y a 9600 ans à cause d’un basculement de 15° des pôles, thèse qui sera reprise par Graham Hancock.

1960 : Sortie du « Matin des Magiciens », de Pauwels et Bergier, livre qui repose sur la théorie [confusion encore ! « sur l’opinion » est correct]*En effet, je retire ce mot* qu’il existe des connaissances gardées secrètes, probablement héritées d’anciennes civilisations extraterrestres. L’ouvrage dénonce le « scientisme » et défend l’occultisme et l’alchimie, et l’idée que l’humain est amené à développer des facultés psychiques paranormales. Le livre qui évoque notamment les lignes de Nazca mêle allègrement fiction et réalité de l’aveu même des auteurs [ben voui, car eux appellent leur livre non pas un exposé théorique mais un ‘essai’ *là non plus, on voit pas bien le rapport*, parfois même qualifié de poétique : là encore, les rédacteurs de la Tronche en Biais ont du mal à comprendre les nuances !].

Hugh Auchincloss Brown (1879-1975) est un ingénieur [anglais, écossais, américain ? Pourquoi d’un seul coup, plus d’indication d’origine ? Pour éviter les statistiques en matière de délires extraterrestres, atlantidiens, muesques et tutti quanti ? Suprêmement habiles, les Zozos !]. *Merci. Nous tâchons d’être habiles, en effet, mais là c’est juste un oubli. Attention à la sur-interprétation, cela pourrait vous jouer des tours.* Dans son livre « Cataclysm of the Earth » (1967) il défend une théorie similaire à celle de Hapgood. Pour lui le basculement des pôles a une régularité de 4000 à 7500 ans. Pour empêcher un basculement qu’il pense imminent (et dangereux), le monsieur propose l’utilisation de l’arme nucléaire pour briser les calottes glaciaires afin d’empêcher que leur poids ne fasse glisser la croûte sur le manteau terrestre…

Robert Charroux (1909-1978). Journaliste français et aventurier, qui publie en 1963 « Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans », où il compile des idées préalables et donne corps à la « Théorie des Anciens Astronautes », ou néo-évhémérisme. Au cours de ses voyages sur les sites archéologiques du monde entier, il se convainc qu’il est le premier à déchiffrer une « vérité historique fantastique, cachée à l’humanité par la science officielle ». Il théorise l’existence des Hyperboréens puis des Atlantes, qui seraient leurs descendants. Charroux soutient l’authenticité des pierres d’Ica et il est volontiers conspirationniste : « L’histoire authentique des civilisations est interdite. Des conjurations puissantes veillent sur la stricte observance d’une version altérée qui seule a le droit d’être exprimée. (…) Notre histoire sociale et religieuse est trafiquée depuis des millénaires… depuis que les Égyptiens, oubliant ou voulant oublier les vérités transmises par leurs ancêtres, s’octroyèrent le titre d’Initiateurs premiers et de premiers hommes de notre planète » (p. 19). » (Le Livre des Maîtres du Monde) « Les vrais initiateurs ce sont les anges de la Bible, des extraterrestres en fait, venus s’installer sur Terre bien avant le déluge, formant une petite communauté d’Hyperboréens qui allaient donner naissance aux Atlantes et aux habitants de la Terre de Mu. Le déluge (ou la guerre atomique entre Mu et l’Atlantide) devait détruire toutes ces civilisations, ne laissant sur les hauts plateaux qu’un petit nombre de rescapés. C’est il y a cinq mille ans qu’un second groupe d’extraterrestres originaires de Vénus venait civiliser les humains qui, du Pérou au Tibet, avaient tant bien que mal réussi à survivre. »

François Dupuy-Pacherand (1905-1998) entre dans l’association Atlantis en 1958 et publie dans la revue de l’association plus de 52 articles dans lesquels il met en évidence Pi, Phi, Phi² etc. Reprenant les thèses de Funck Hellet, il approfondit les liens entre la coudée et le mètre, et établit par exemple que le plateau de Gizeh constituerait une triple horloge précessionnelle. Il a pour élève… Jacques Grimault [faux : Jacques Grimault n’a pas même lu plus de trois articles de François Dupuy-Pacherand, *C’est très curieux, pour ne pas dire incroyable que ce Jacques Grimault dont vous parlez ne lise même pas ses collègues et aînés (ou son maître). Personnellement, je le pense bien plus professionnel que ça, alors je ne vous crois pas !* n’en a jamais été l’élève – plutôt l’inverse ; Dupuy-Pacherand était un très très très fidèle auditeur de mes conférences, pour lesquelles il se déplaçait malgré son grand âge : renseignez-vous, sortes de menteurs ! – et c’est ce même François Dupuy-Pacherand qui a fait – littéralement de force – entrer Jacques Grimault dans l’association Atlantis après que celui-ci lui ait démontré ses erreurs et bévues… Et qui serait devenu administrateur, rédacteur, enseignant, conférencier, vice-président puis président par hasard ! *Ah mais non, je pense que votre maître vous a pistonné, Jacques ! Tant mieux pour vous.* Comme quoi, l’ignorance voulue et entretenue est le moteur des rédacteurs de cet ‘article’ : ils ne se sont pas même renseignés auprès de quiconque, estimant a priori en savoir plus et mieux qu’eux et que tous, moi compris ! C’est leur méthode ; c’est ça la science selon La Tronche en Biais et les Trolls : du copié-collé de n’importe quoi d’imprécis, d’équivoque, de tendancieux, si ça a l’air scientifique… Pour les Zozos de leur espèce, oublient-ils de préciser…]

Francis Mazière (1924-1994) ethnologue et archéologue français, spécialiste de l’Amazonie [donc pas un scientifique au sens ou l’entend La Tronche en Biais : plutôt un raconteur de fariboles, comme un Charroux… ou un Grimault !]. En 1965 il est l’auteur d’un livre dans la veine du réalisme fantastique du Matin des Magiciens : « Fantastique île de Pâques. » En 1968, dans l’émission télévisée suisse Cap sur l’aventure, il donne une conférence où il dit que la civilisation de l’Île de Pâques « a certainement été détruite en quelques heures à une certaine époque de la vie terrestre. » Puis il dit que les sept statues sacrées de l’île [précisez lesquelles, on ne vous demande que cela !] *Je cite Mazière : « les sept statues sacrées de l’île de Pâques », ne me demandez pas d’être plus précis que ma source, voyons.* sont situées sur un point géodésique très précis « où passait autrefois l’équateur magnétique, l’ancien axe de rotation de la terre en réalité. Vous remarquerez que toutes les fusées spatiales (…) ne passent jamais sur l’équateur mais sur l’équateur magnétique. Elles suivent un champ magnétique terrestre extraordinaire (…) Certaines choses importantes sur toute cette ligne du magnétisme terrestre ont été construites dans le monde. Je pensais pas vous le dire, pis c’est parti. »

Il ne précise pas d’où lui vient cette idée, mais il considère que les dolmens ont été réalisés par la même civilisation, « dix millénaires avant le Christ ». Il dit sans cesse que tout cela est « grave », voire « très très grave » car « On vit dans un monde dans lequel certaines choses ne doivent pas être dites », et il évoque le lien entre les civilisations anciennes et des « hommes qui volent dans l’espace » tout en refusant d’en dire plus. Pour lui « les statues ont été levées en utilisant les courants telluriques qui sont très importants sur l’île de Pâques » et elles regardent vers des points précis du globe : des « haut lieux ». « Quand vous voyez qu’un monument regarde dans la direction disons des Pyramides ou de Lhassa au Tibet ou d’autres endroits très graves comme Stonehenge, il y a quelque chose d’intéressant, voyez. » [ce qui parfaitement recevable, et doit être considéré sans a priori, ce qui est l’inverse de la méthode de La Tronche en Biais, qui confond doute méthodique et scepticisme systématique, comme tous ces Trolls lamentables, en laissant accroire que c’est là tout un] Et il dit faire des recherches sur la « civilisation mégalithique dans le monde, l’une des premières avant le déluge. »

Joseph Davidovits (1935-) chimiste français [docteur ès sciences, égyptologue, et professeur des universités, si j’en crois les diplômes qu’il m’a montrés, sans oublier que ce pseudo-scientifique est ou a été membre actif des sociétés scientifiques internationales suivantes : American Chemical Society, American Ceramic Society, American Concrete Institute, New York Academy of Sciences (parce qu’il y payait ses cotisations ? *Ben oui précisément ! Et qu’il a un diplôme de chimiste. Voilà. Par contre il n’est pas égyptologue.*). Il est aussi membre de l’Ordre national du Mérite (on le donne à n’importe qui de nos jours, comme chacun sait)]. Il invente le concept de géopolymères, et il affirme que cette technique a été utilisée pour la construction des pyramides : les blocs de calcaire ne seraient pas taillés, mais… moulés. Hypothèse rejetée par la science ce [n’empêche que le BRGM a été incapable de reconnaître la moindre différence entre du calcaire naturel et ‘son’ calcaire polymérisé : les scientifiques du BRGM seraient-ils des rigolos ? Du genre de Davidovits ? Ou pis, de ceux de La Tronche en Biais ?]. Il est par ailleurs féru d’archéomanie et tente de démontrer que « la Bible avait raison », titre de son ouvrage en deux tomes [il suffit donc de s’intéresser à la Bible pour être archéomane ? Bravo ! Nous sommes donc en pleine guerre de religion ?!].

En 1966, les astronomes Carl Sagan et Iosif S. Shklovskii écrivent Intelligent Life in the Universe, où ils évoquent la possibilité d’un paléocontact, entre des extraterrestres et l’espèce humaine. Ils citent notamment la divinité sumérienne Oannes, sortie des eaux pour apprendre aux hommes l’agriculture, les mathématiques, et dont les légendes correspondent à ce qu’on pourrait attendre des répercussions d’un tel contact. Ils concluent néanmoins qu’une telle hypothèse est extrêmement spéculative et que le paléocontact est au mieux improbable. On estime parfois [beaucoup trop précise, cette hypothèse ! Parfois ?] que cet ouvrage a été la source d’inspiration de von Däniken pour son livre de 1968 [ce pauvre von Däniken ne lisait donc que des ouvrages insalubres, tel celui de deux pseudo-scientifiques : un astronome, fondateur de l’exobiologie et concepteur du programme Tau Ceti (recherche de signaux extraterrestres, du n’importe quoi, donc) et un radio-astronome obsédé de petits hommes verts, tout comme un Jean-Pierre Petit, astrophysicien de pacotille !]. *J’ai le plus grand respect pour le travail scientifique et de vulgarisation de Carl Sagan. Du respect. Beaucoup. Il a un peu fait ses preuves, lui. ;)*

Erich von Däniken (1935– ) gérant en hôtellerie suisse, auteur du best-seller « Le chariot des dieux » en 1968. Il reprend la théorie des Anciens Astronautes et la rend populaire dans le monde entier. Selon lui les divinités de l’histoire humaine sont en fait des êtres extraterrestres qui ont profondément influencé nos ancêtres. Condamné pour fraude, von Däniken passe un an en prison en 1970 où il écrit son deuxième livre (Gods from outer space). Dans son travail exempt de rigueur et enclin aux inventions (visite d’une grotte remplie d’or qu’il a ensuite reconnu n’avoir pas visitée), il est le premier à mettre en avant les lignes de Nazca comme des pistes d’atterrissage.

Au sujet de la pyramide de Cheops, il dit que sa hauteur (146 mètres) est égale à un milliardième de la distance Terre-Soleil (149 597 870 km), une approximation assez grossière qu’il utilise pour dire que cette relation était intentionnelle dans la construction de l’édifice (quel dommage que les bâtisseurs n’aient pas ajouté 3 mètres à la pyramide pour affiner ce résultat…). Il a aussi soutenu l’idée que les pyramides de Gizeh venaient de nulle part, que rien de semblable ne les avait précédées, alors que de nombreuses pyramides plus anciennes sont connues en Egypte. Pour certains sceptiques, la théorie de von Däniken serait fortement inspirée par l’œuvre de Lovecraft. Ses travaux ont donné lieu à la fameuse série « Ancient Aliens », connue pour son mépris total de la rigueur scientifique dans la manière de présenter des scénarios pseudo-historiques.

Guy-Claude Mouny, (1930-2007) colonel de réserve [dans le renseignement, si ça ne vous écorche pas le bec-de-lièvre !] *Vous avez vraiment des remarques à faire sur les particularités physiques des uns ou des autres ?*. Sur la fin de sa vie, il devient un écrivain ésotérique et traite de : la géométrie des pyramides de Guizeh, l’existence d’une haute-technologie en Égypte ancienne, le visage et les pyramides de la planète Mars, l’énigme de Rennes-le-Château, les carrés magiques… Son livre « Le grand Secret des pyramides de Guizeh » (1992) propose que les trois pyramides et le Sphinx ne sont pas agencées n’importe comment, mais forment un ensemble géométrique d’une grande sophistication. La Grande Pyramide serait donc la balise des archives de l’Atlantide cachée sous le Sphinx.

L’archéomane Didier Coilhac (qui sait que l’Arche d’Alliance est cachée en France, à Feigneux, c’est officiel depuis 2014, comme ça vous savez) témoigne sur les relations entre Grimault et Mouny, qui se connaissaient : « Je m’inscris cependant en faux contre l’affirmation réductrice de Mr Grimault selon laquelle il aurait « informé » ou « renseigné » Mr Mouny pendant des années. » [On attend la démonstration. Et l’explication du vide culturel subit qui suit ma décision de terminer notre relation…].

Robert Bauval (1948-), ingénieur belge [un demeuré, donc !] *Je n’ai jamais confondu belge et demeuré, je sais que vous n’êtes pas belge, par exemple.*, est l’auteur en 1994 de la théorie selon laquelle l’alignement des trois pyramides de Gizeh reproduirait la ceinture d’Orion (la constellation), pas comme elle se présente actuellement mais telle qu’elle était il y a 10 500 ans. Problème : l’angle des deux plus grandes pyramides avec l’axe nord-sud fait 45°, celui des deux principales étoiles du baudrier est de 54°, la différence est considérable, et on sait que les Égyptiens étaient en mesure d’être beaucoup plus précis que cela s’ils l’avaient voulu. Bauval collabore avec Graham Hancock sur certains ouvrages.

Graham Hancock (1950- ), journaliste et pseudo-archéologue britannique, grand défenseur de l’idée d’une Culture Mère à l’origine de toutes les civilisations actuelles : les Atlantes. Ses premiers écrits sur le sujet datent de 1992. Il reprend les déclarations des archéomanes qui l’ont précédé, notamment Posnansky. Sa thèse : l’Atlantide se trouve sur l’Antarctique qui était dans une région bien plus chaude il y a 12.000 ans (comme le ‘prouverait’ la carte de Piri Reis). Problème, le continent polaire a accumulé plus de 3 km de glace par endroits, et les glaciologues assurent qu’il se trouve sous les glaces depuis au moins 800.000 ans. Qu’à cela ne tienne, Hancock abandonne l’Antarctique car l’Atlantide est en fait sous l’eau, c’est évident. Et il choisit la structure sous-marine de Yonaguni que les géologues, après une controverse de quelques années, considèrent comme une formation entièrement naturelle. Hancock n’est pas convaincu par ce consensus scientifique, pas plus qu’il ne l’est sur celui concernant l’âge du Sphinx de Gizeh, car pour lui il a plus de 10.000 ans [il s’appuie pour cela sur les études de 250 géologues américains *américains, donc pas belges, donc intelligents ? lol*, dont un certain Robert Schoch, lui aussi archéomane délirant..]. *Je veux bien vos sources concernant ces 250 géologues américains. Merci d’avance.*

Jim Alison, qui collabore régulièrement avec Hancock expose en 2001 [alors que LRDP a été entamé depuis deux ans] la thèse de l’équateur penché [cette désignation est de moi et non de lui, convient-il de préciser] *Alison parle de ‘Great Circle‘ pour être précis* avec une liste de 17 sites alignés, que l’on retrouve parmi les 20 sites de LRDP [attendez la suite ; vous ne serez pas déçus !] * »Attendez ! » On connait cet ‘argument’. C’est faible pour quelqu’un qui prétend faire une démonstration, tout le monde s’en rend compte.*. Il va plus loin car avec chacun de ces sites, il peut construire un second équateur penché avec là encore un alignement de sites ; il s’amuse même à aligner entre eux des sites non présents sur l’équateur 30° comme Luxor et Palenque. Évidemment la chose est statistiquement aisée [une démonstration aussi : qu’attende-vous ?] *Ca vient : Attendez !! (vous connaissez la chanson)*. Comme sources, il cite quelques ouvrages « Global Sacred Alignments » de Terry Walsh (1993), « When the sky fell » (1995) de Rand Flem-Ath , « The Atlantis blueprint » (2002) de ce dernier et Colin Wilson, et « The Gods, Gemini, and the Great Pyramid » (1998) de Jim Bowles. Autant d’ouvrages qui montrent que la thèse de l’équateur penchée est très largement partagée dans le petit monde de la pseudo-archéologie [la vraie d’un côté, la fausse de l’autre : amis lecteurs, il vous appartient de choisir où est le vrai…]

Jacques Grimault (1954-) arrive après tous ces gens qui n’ont jamais réussi à convaincre la communauté [?!] scientifique [!!??] ni à publier des articles de recherche démontrant la validité de leurs théories [et hop ! Ainsi dit, on passe les observations factuelles bien réelles, elles, même si mal interprétées, dans le fourre-tout des allumés (religieux, croyants, mystiques, voyants, mais aussi ceux en mal de notoriété ou de gros sous, car il est bien connu que le scientifique, lui, l’amoureux de Sainte-Science officielle, n’est qu’un vertueux au service du vrai et du juste, et ne met jamais ma main dans la trésorerie ! Mensonges que cela ! Encore et toujours ! Qu’on se rassure : j’ai dit que je prouverai et démontrerai et cela sera fait – en réalité, c’est déjà fait mais n’est pas encore montré, et à cause de qui, selon vous ?]. *Si vous avez publié un article scientifique, merci de me le signaler, et je corrigerai aussitôt cette présentation. Dans le cas contraire, ce qui est écrit est factuellement vrai. Les faits, Jacques : les faits !*

On observe bien comment le récit de l’Atlantide n’apparaît pas comme une ancienne tradition [ainsi Platon serait un de nos contemporains ? Bravo, la Tronche en Biais ! C’est ça, l’Histoire et la vraie Science !], mais comme une forgerie qui prend peu à peu forme au 19ème siècle, une légende en construction au fil des œuvres, des discours, des générations : une origine mystérieuse aux pyramides, un alignement de sites, un équateur penché à 30°, le codage du mètre dans la coudée égyptienne, une prophétie de fin du monde… [oui, vous avez bien lu : « une légende » ; ainsi, très clairement et en direct, vous avez assisté à un escamotage dialectique des faits, sans la moindre vérification, sans même avoir entamé de discussion… Il ne reste donc qu’à salir le portrait du monsieur, en l’occurrence, moi, comme si l’on appliquait une deuxième couche à celles et ceux qu’on estime en tenir déjà une…]

Grimault commence ses lectures [?] publiques dans les années 1990. En 1999, il prend contact avec Patrice Pooyard pour réaliser LRDP [faux, c’est le Gollum qui nous met en contact : il demandera 60 000 € pour cette performance, qui permettra au film LRDP de voir le jour selon lui ! Faux, ce film a été mis en œuvre par Patrice et moi – aidé de ma femme pour la décision – : c’est après que le Gollum s’est immiscé, afin d’en tirer de l’argent, de la notoriété, des fantasmes de puissance etc.], c’est-à-dire juste après la mort de son maître François Dupuy-Pacherand dont le nom n’est jamais cité dans ses travaux [encore un mensonge, qui, lui, part de l’idée fausse énoncée en avant programme : qu’il n’y aurait pas de livre à l’origine du film, idée véhiculée par l’escroc appelé Gollum par les Internautes *Arrêtez ! C’est vous-même qui l’avez surnommé ainsi, assumez-le, peu me chaut*, qui montre son nez ici comme ailleurs, et dont le nom fut pour la première fois cité par un Troll, ce qui démontre bien une collusion secrète *Ah… pour vous c’est cela « démontrer »?* entre les ci-présents rédacteurs et la Trollerie en général et cet escroc en particulier : qui se ressemble s’assemble, dit le proverbe, avec de fortes raisons observationnelles et expérimentales].* si vous insinuez que nous avons des relations avec Olivier Krasker-Rosen, eh bien non. Je n’ai pas trouvé comment le joindre pour avoir sa version des faits, si jamais quelqu’un peut nous mettre en contact, ce serait intéressant. Merci de me donner l’occasion de cet appel public* Aucun de ses ouvrages n’est disponible en librairie [là encore, faux ! Plusieurs ouvrages sous pseudonymes et dans divers domaines : cessez de raconter n’importe quoi : renseignez-vous, c’est un minimum !]. *Au temps pour moi, si les pseudonymes comptent dans un travail de recherche, alors il y en a… sur l’alchimie… Super.* Il vend des livrets et des conférences [je n’ai jamais vendu de conférence de toute mon existence, et le produit de la vente de mes livrets est intégralement versé à l’association que je préside : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ! » d’après une citation de Francis Bacon, auquel j’ai aussi dû emprunter le nom de l’association culturelle en question : La Nouvelle Atlantide (à visiter)], y compris dans des « repas ufologiques » [pareillement : jamais eu un sous de rémunération ! Mentir et encore mentir ! Celles et ceux qui doutent peuvent se renseigner, et la vérité que ce sont là des mensonges sera démontrée…]. *Tout à fait. Démontrez et tout le monde sera heureux de vous donner raison, pour une fois* Il ne semble rien apporter de neuf en termes de méthode, de résultat, ou de scénario [on a ici affaire à des aveugles, à des sourds, à des arriérés mentaux incultes etc. : ils n’ont pas remarqué que la cohérence et la force du propos viennent justement de la méthode, que les résultats sont marquants, au point de faire vaciller la construction artificielle de l’officialité pensante – dont la méthode est ici reprise (attaques ad hominem, ad personam, glissements, allusions, etc. bref : marginalisation, et en évacuant tout ce qui témoigne que la réalité fut autre, et, a fortiori, qu’il ne convient pas de regarder ailleurs comme je l’ai fait, sinon on vous livre à la honte publique, au blâme de la Science (!), à la disgrâce culturelle et sociale : en bref, je suis un extrémiste, un réactionnaire, un déviationniste, un négationniste, un terroriste, un antisémite de la culture obligatoire, un homophobe, un gourou de secte, un nazi etc.: voilà ce que l’on dit que je suis ! *Nulle accusation de ce genre chez nous, cela polluerait bien trop la discussion. C’est dommage que vous mettiez ça sur le tapis* On la voit clairement là, la méthode de mes contradicteurs, me salir à l’extrême, sans compter les dégâts collatéraux occasionnés auprès de ma famille, de mes amis, de mes collègues de travail, etc. *Dire que vous n’apportez rien d’original, c’est s’en prendre à votre famille ? S’il vous plait, cessez donc d’avoir peur ainsi, c’est uniquement à ce que vous dites que nous nous en prenons. Comme cette méprise est cocasse.* Mais ça, ce n’est pas la tasse de thé ! Mais d’argument aussi solide qu’avéré opposable aux faits présentés ? Pas un seul ! Que des attaques sans fin et sans fonds… Que des assertions invérifiées destinées à jeter le discrédit sur la personne, du fait de l’incapacité à argumenter correctement – et loyalement – sur les faits présentés, la cohérence et l’unité d’ensemble, la logique interne du propos, le caractère fragmentaire des compétences scientifiques face à une unité conceptuelle et réalisatrice qui préfère se laisser découvrir, etc.] *Vous parlez beaucoup des qualités de votre démonstration… au lieu de démontrer. Ca c’est dommage, alors. PS : ceci n’est pas une attaque ad hominem ; nous sommes bien d’accord ?*

L’essentiel de ce dont il parle se retrouve dans les écrits des personnes listées ci-dessus [là encore, assertions dénuée de vérité ! S’il suffit désormais d’affirmer pour être dans le vrai ! *très juste ! Il ne suffit jamais d’affirmer !* Une fois de plus (une foi ?), les rédacteurs, qui pourraient citer les passages de livres antérieurs qui me confondraient, s’en abstiennent… Pourquoi ? Parce qu’ils mentent en permanence ! Un seul fait serait entièrement démonstratif, peut-être même définitif, mais non, rien, sinon à penser que cette idée ne leur serait pas même venue au cerveau, mais non, ils ne le font pas, ce qui est un aveu factuel fort, même s’il est – et surtout parce que – dissimulé… Des incapables face à un réfractaire : qui va l’emporter ? Celui qui a des faits dans sa besace, vous dis-je !] *Pardon, mais nous citons des ouvrages antérieurs à vos publications où tout le monde peut constater que le contenu de LRDP s’y trouve déjà. Les gens se feront leur avis. C’est la vie.*

Peut-être l’émission La Tronche en Live du 5 février où il sera l’invité sera-t-elle l’occasion pour lui de nous expliquer quelle partie de sa thèse constitue une réelle découverte de sa part

[je commence l’émission ici, en démontant ci-dessus l’appareil méthodologique stupide et vicieux mis en œuvre pour tenter de me faire passer pour qui je ne suis pas (argumentation ad hominem ; ils auraient pu tenter de démonter un fait ou une argumentation abusive dans LRDP, mais ça semble au dessus de leur capacité et leur moyens : non ! rien ! Constatez d’abord l’aspect de la chose : une longue liste de références est offerte ci-après en fin d’article *Vous me flattez, 9 références cela ne fait pas une « longue liste », de mon point de point de vue* : il y a gros à parier que très peu irons au-delà de la lecture superficielle. Pourtant, la moindre attention montre que ces références renvoient exclusivement à des ‘alliés’ et à d’autres débunkers de leur espèce, or on peut largement faire mieux en termes de neutralité et de capacités ! Contre J. Davidovits, qui a ridiculisé Nova et ses méthodes de « journalistes pré-payés pour dire la vérité » (dans le film, l’échec de la simili-pyramide d’essai, qui se voulait une démonstration), on renvoie par exemple à une émission de… Nova : belle référence ! Et honnête méthode !

Pour finir, tout cet article, de l’espèce lamentable, bien que moins pire *MOINS PIRE ? Jacques, quelle faute de goût* que la splendide ‘prestation’ de Dari Beliakhov, ce pitre, est destiné à m’amalgamer – et mon travail itou – à une liste de personnages dont les idées et opinions seraient mes sources et seraient donc comme eux et moi condamnables, et cela en dépit de ce que j’ai fait connaître depuis longtemps : pourquoi n’ont-ils pas attaqué mes articles dans Néxus et dans Top-secret ? *Sont-ils disponibles gratuitement ? Sinon, peut-on en avoir une copie à des fins d’analyse ? Merci d’avance* Par peur que leurs turpitudes ne soient mises en lumière en un clin d’œil et par trop de gens, qui seraient capables de se grouper pour leur faire front et les démonter ? C’est fort probable ! Mais que tous se rassurent : un seul archéomane suffira, et c’est dans pas longtemps ! Je vous pronostique ceci : je les retournerai en à peine trois minutes, au moment choisi par vous, par eux, par Patrice ou par moi : promis ! Et ils seront ridiculisés, démonétisés *Oh ben démonétisé, ça c’est sûr. Vous êtes tellement fort que c’est déjà fait !*, peut-être honteux, mais ce n’est pas sûr, car incommensurable vanité à tous les étages ! A plus, et merci de diffuser autour de vous.

Belle journée à tous et à bientôt.

Un p’tit plus ? Un oubli cuisant de ces niais, où l »on voit apparaître le lien entre les grandes pyramides d’Egypte et une fin du monde… Caca boudin ! dirent-ils ! C’est un livre qu’on trouve sur Gallica…

NOUVELLES RECHERCHES SUR L’ORIGINE ET LA DESTINATION DES PYRAMIDES D’EGYPTE, OUVRAGE dans lequel on s’applique à démontrer que ces merveilles renferment les principes élémentaires clés Sciences abstraites et occultes, ainsi que ceux des Arts utiles à la société : SUIVI D’UNE DISSERTATION SUR LA FIN DU GLOBE TERRESTRE. PAR A.P.J.DE V. Imprimé chez CHARLES, rue de Thionville, N° 36 ; Et se trouve Chez TRETTZEL et WURTZ, et les principaux Libraires de la France et de l’Etranger.

15 réponses
  1. Lolcpamnvrépseudo
    Lolcpamnvrépseudo dit :

    Comme je suis quelqu’un de décidément très très courageux, je n’ai pas posté le commentaire que je comptais poster sur le post Facebook. J’en ai fait une capture d’écran que je lie là. Parce que j’aime les lilas. Je m’attends autant à ce que vous le lisiez qu’à ce que vous le snobiez (vous auriez bien raison, c’est un peu du foutage de gueule ce que je vous fais).
    http://www.1mage.fr/images/pyramidion.png

    *soupir*

    J’étais là en février 2013 quand CerberusXT de Nioutaik a fait son article sur le documentaire. C’était une boucherie. Des milliers de commentaires. Des années de débats répétitifs. Je ne veux jamais revoir ça.

    Répondre
  2. bourgeois nicolas
    bourgeois nicolas dit :

    Pas d’accord avec le com que tu as mis en lien, Lolcpasmonvraipseudo… Je suis (suivre) la TeB pour sa méthode, et je suis « fan » de gens comme Grimaud pour leurs idées, que j’adorerais voir confirmées. Seulement il me manque parfois de matériel (ou de temps pour le compiler) pour raisonner les gens qui me sont proches et qui sont béatement charmés par ces affirmations qui pour l’instant sont gratuites. J’attends beaucoup de la rencontre du 5 février pour:
    – soit confirmer officiellement, publiquement (et peut-être pour moi seul, mais bon) que JG est un chercheur enthousiaste mais peu au fait de la démarche scientifique
    – soit pour au contraire me démontrer que la démarche scientifique n’est pas indispensable, et que l’on peut apprendre des choses intéressantes par analogie et grâce au langage des oiseaux
    – soit enfin pour établir une fois pour toute le côté faux de M. JG au cas où il ne se présenterait pas, toute excuse qu’il pourrait alors donner ne pouvant alors nullement être recevable…
    et en plus, ça fait un peu comme un match de boxe, dans lequel j’ai évidemment un favori, mais où j’aimerais bien voir du beau sport…

    Répondre
  3. Down
    Down dit :

    La polémique est le fond de commerce de Grimaud. Il est inutile de s’acharner à vouloir l’inviter, il ne sera pas possible d’avoir un « débat » constructif avec des points de vues aussi opposés alors que l’un des partis est complètement borné et surtout ne vient absolument pas avec l’intention de débattre mais bien avec l’intention de faire le show, ce qui ne fait que propager son propos (qui aurait bien du mal à faire sa voie autrement).

    En lui donnant une tribune pour s’exprimer vous marchez dans son jeu. C’est comme si on voyait des féministes inviter Zemmour ou que Marion Maréchal Le Pen était conviée à un meeting du Front de Gauche. Il ne s’agit pas de lui donner une occasion de « défendre son point de vue », il le fait déjà très bien sur sa page facebook, on a bien vu qu’il n’avait rien à offrir que sa logorrhée vide de toute autre chose que des insultes.

    Personnellement je n’écouterais pas ce live car on voit déjà à travers vos échanges de cordialités qu’il sera parfaitement inaudible pour quiconque n’est pas intéressé par la confrontation spectacle.

    Répondre
    • Monsieur Felouin
      Monsieur Felouin dit :

      Puis-je vous rappeler que Grimault est supposé être confronté non pas aux animateurs de la Tronche seuls, mais à des professionnels des domaines qu’il prétend démontrer?
      Les pseudosciences s’invitent dans la vie de tous les jours de plus en plus en plus facilement. Il est de coutume de mettre les choses sur le dos de leur public. Mais le problème qui les avantage, n’est-il pas que du côté de la science, on évite toute confrontation d’idées avec les « pseudos »?
      Depuis des années les apparitions publiques des types comme Grimault se limitent à dire qu’ils détiennent des clés jamais suivies par la science et que leurs hypothèses vont faire s’écrouler les institutions… et si La TeB faisait juste un travail d’intérêt général en l’invitant lui?

      Et si ses logorrhées imbéciles comme seules réponses à des experts qui le corrigent sur de simples données de référence, alors qu’il ne peut pas répondre, pour une fois, en retouchant le texte de quelqu’un pour l’insulter et affirmer qu’il fait partie d’une cabale, faisaient rebasculer une partie de l’auditoire vers la rationalité? Et si le voir hostile, insultant et rouge comme une pivoine fait prendre conscience à quelques autres de son niveau de bassesse?

      Et si jamais – improbable, mais comment dire « impossible » sans l’expérimenter? Ne défend-on pas la méthode expérimentale, par ici, d’habitude? – Jacques Grimault, devant participer à une émission publique où il convaincre autre chose que lui-même et son fan-club, tentait soudainement d’être correct et argumenté, et réussissait, soit à perdre ses moyens, ce qui serait déjà un exploit et un progrès à la fois, soit à sortir deux réflexions intéressantes?
      Soyons curieux, par pitié. C’est une base.

      Répondre
  4. Lilitor
    Lilitor dit :

    Sur le fond, j’ai bien peur que Down ait raison.
    Sur la forme, ça ne regarde que moi mais je ne supporte pas quand on dit « navré » pour introduire un contre-argument (ou désolé, etc.), ça me donne l’impression que la personne n’est pas tout à fait de bonne foi.
    Si le live a lieu, vous pourrez faire un résumé pour dire combien il y a eu de morts et si ça sert à quelque chose de le regarder ? Merci, bisous 🙂

    Répondre
  5. Dudu
    Dudu dit :

    Pour comprendre le monde de ceux qui pense contre la « vérité officielle », je conseil de lire Umberto Ecco et particulièrement le pendule de Foucault.

    Répondre
    • Il faut que je me trouve un pseudo
      Il faut que je me trouve un pseudo dit :

      « Messieurs, dit-il, je vous invite à aller mesurer ce kiosque. Vous verrez que la longueur de l’éventaire est de 149 centimètres, c’est-à-dire un cent-milliardième de la distance Terre-Soleil. La hauteur postérieure divisée par la largeur de l’ouverture fait 176 ÷ 56 = 3,14. La hauteur antérieure est de 19 décimètres, c’est-à-dire égale au nombre d’années du cycle lunaire grec. La somme des hauteurs des deux arêtes antérieures et des deux arêtes postérieures fait 190 × 2 + 176 × 2 = 732 qui est la date de la victoire de Poitiers.

      L’épaisseur de l’éventaire est de 3,10 centimètres et la largeur de l’encadrement de l’ouverture de 8,8 centimètres.

      En remplaçant les nombres entiers [NB: parties entières] par la lettre alphabétique correspondante, nous auronsC10H8, qui est la formule de la naphtaline. »

      Répondre
      • Toût-Élié (j'ai enfin mon pseudo)
        Toût-Élié (j'ai enfin mon pseudo) dit :

        On devrait instituer des ateliers de lecture zététique.
        «rien ne permet de dire qu’ils ont réuss[i] leur mission» : la mission “estimer la longueur de méridien” a été réussie à 0,197 mm/m près (contradiction avec les faits)
        «Les méthodes de mesures qu’ils utilisaient étaient bien insuffisantes pour réaliser un telle mesure.» L’expédition “du Pérou” (1735-1739) a réalisé la mesure à 0,325 mm/m près (appel à l’ignorance)
        «Il leur fallait […]» succession d’éléments, mais il n’y a aucune estimation des erreurs engendrées, ni des corrections appliquées. (effet d’avalanche).
        «comme par miracle» quasi appel au surnaturel, qui permet de masquer la rupture de logique : la suite n’a aucun rapport avec les travaux de la méridienne (non sequitur)
        «rappelons que [plein de chiffres]» je propose que l’on appelle cette figure l’«effet kiosque» en l’honneur de Jean-Pierre Adam et Umberto Eco, ou l’«effet le-compte-est-bon», que je pose ainsi : «si l’on prend un nombre suffisamment grand de mesures, un nombre suffisamment grand d’opérations arithmétiques, et que l’on applique un nombre suffisamment grand de ces opérations sur ces mesures, alors on obtient sous une erreur suffisamment petite un nombre préétabli».
        «est exactement» il faut expliquer comment des combinaisons de mesures (forcément avec erreur) donnent *exactement* un nombre.
        «présent comme le nez au milieu de la figure» : ç’aurait été plus lisible qu’ils laissent une règle avec l’inscription «ceci est tel multiple de la longueur de méridien». Parce que votre raisonnement échoue à montrer comment on peut *déduire* la longueur du méridien des dimensions de cet objet, sans connaître la réponse à l’avance (raisonnement panglossien)
        «le monument le plus énigmatique de l’histoire des hommes» (pétition de principe ou appel à la popularité)
        «votre intellect n’est pas en mesure de s’éveiller» (attaque personnelle)
        «il était une unité cachée» : un savoir était –supposément– perdu, donc il est le sujet d’un complot ; j’ai oublié mon code de carte bleue, c’est donc la preuve d’un complot anti-moi ! (biais téléologique)

        Bon courage, amis de la TeB. L’échange ne s’annonce pas facile.

        Répondre
  6. MS
    MS dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec down. J’admire cotre démarche, patience, tact, méthode, mais ça vire au ridicule. JG a l’habitude des débunkers, et visiblement sa mauvaise foi et son irrespect rendront sans doute l’entretien prévu le 5 inutile. Pourtant j’espérais que ça puisse donner quelque chose de constructif…
    En outre, il serait dommage que cette foire d’empoigne vous fasse perdre du crédit ou des lecteurs, étant donné la qualité de votre travail et votre implication dans la démarche que vous menez, que je trouve tout à fait admirable.

    Répondre
  7. Yannick
    Yannick dit :

    Attention aux insultes déguisé ou sous entendues M. Mendax : J’ai relevé les médecin demeurés je crois et vous n’êtes pas Belge.

    Sinon je suis assez étonné par le calme dont vous réussissez à faire preuve devant ces attaques répétées et ce gloubi-boulga de défense acharné contre des attaques imaginaires. Les biais de raisonnement sont nombreux dans le documentaire sur la « révélation des pyramide » et sur les « vérités cachées », mais je doutes que vous ne réussissiez à avoir un débat construit lors du live le 5 Février. En effet, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut voir et il semblerait que M. JG aie oublié qu’il ne faut pas tomber amoureux de sa théorie.

    Répondre
  8. Metaploid
    Metaploid dit :

    J’ai beau chercher, je ne trouve aucune référence à un soi disant programme Tau Ceti. J’aurai tendance à croire qu’il fait allusion au programme SETI, qui a débuté en pointant un radiotélescope vers l’étoile Tau Ceti. Cependant, cet homme faisant preuve d’une telle rigueur dans sa relecture, je n’arrive pas à me convaincre qu’il soit capable d’une erreur si grossière. Un éclaircissement de sa part sur ce point le 5 février serait le bienvenu.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      JG est coutumier des calembours. Frédérique Dard : « Le calembour représente l’unique point de jonction entre un imbécile et un génie. »
      A vous de voir dans quelle case ranger le monsieur. 🙂

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.