Violence de la sourate 4

Sourate 4

Les femmes

Ordre chronologique n°92

 

 

  1. Ô hommes! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement.

—> Nous allons cesser de nous étonner qu’Allah veuille qu’on le craigne. L’homme est créé en premier, la femme ensuite, ce qui semble justifier un sexisme ordinaire en monothéisme. Le sexisme n’est pas l’angle de lecture principal de notre critique, mais les femmes représentant une bonne moitié de l’humanité, toute violence préconisée contre elles prend d’emblée une dimension considérable.

  1. Et donnez aux orphelins leurs biens; n’y substituez pas le mauvais au bon. Ne mangez pas leurs biens avec les vôtres : c’est vraiment un grand péché.

—> Ce deuxième verset est moralement bon. Il nous aura fallu passer à travers 495 versets pour en trouver un qui protège les faibles. Le ratio peut sembler bon à certains…

  1. Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins… Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d’injustice (ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille).

 —> Un homme peut prendre plusieurs épouses, y compris des esclaves. La moralité est discutable, même si le verset précise que l’homme doit être juste. Peut-on poser la question naïve : pourquoi les femmes n’ont jamais le droit d’avoir plusieurs époux ? Et qui va juger de la bonté et de la justesse de l’homme vis-à-vis de son épouse-esclave sinon d‘autres hommes qui possèdent eux-mêmes des épouses-esclaves ?

  1. Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur.
  2. Et ne confiez pas aux incapables vos biens dont Allah a fait votre subsistance. Mais prélevez-en, pour eux, nourriture et vêtement; et parlez-leur convenablement.
  3. Et éprouvez (la capacité) des orphelins jusqu’à ce qu’ils atteignent (l’aptitude) au mariage; et si vous ressentez en eux une bonne conduite, remettez-leur leurs biens. Ne les utilisez pas (dans votre intérêt) avec gaspillage et dissipation, avant qu’ils ne grandissent. Quiconque est aisé devrait s’abstenir de se payer lui-même de cet héritage qui lui est confié. S’il est pauvre, alors qu’il y puise une quantité convenable, à titre de rémunération de tuteur. Quiconque est aisé, qu’il s’abstienne d’en prendre lui-même. S’il est pauvre, alors qu’il en utilise raisonnablement : et lorsque vous leur remettez leurs biens, prenez des témoins à leur encontre. Mais Allah suffit pour observer et compter.

 —> Un appel à une juste répartition et à de la considération pour chacun qui se poursuit aux versets 7 à 9. C’est bien. Au 10ème, on reprend les vieilles habitudes, mais admettons que c’est pour la bonne cause.

  1. Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l’Enfer.
  1. Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S’il n’y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s’il n’y en a qu’une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d’eux le sixième de ce qu’il laisse, s’il a un enfant. S’il n’a pas d’enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s’il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu’il aurait fait ou paiement d’une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part d’Allah, car Allah est, certes, Omniscient et Sage.

 —> Ici et dans le verset suivant on revient à cette idée de l’infériorité de la femme qui devrait déranger tout lecteur un tant soit peu humaniste. Mais « Allah est certes omniscient et sage » alors ne posez pas de question.

 L’édition française (et saoudienne) du 21ème siècle se permet de nous expliquer que tout ça est normal :

« cette disposition qui nous paraitrait empreinte de partialité ne l’est en aucune façon. Elle se justifie par plusieurs raisons : a) La femme est entretenue aux frais de son père, frère, etc. puis de son mari, fils, etc. (…) b) elle reçoit en outre le Mahr sur lequel ni son mari, ni son père ou ses autres parents n’ont aucun droit, c) elle n’a vis-à-vis des hommes aucune obligation financière. Malgré tout, elle hérite de son père, de son mari, de ses enfants et autres parents.»

En fait, on nous dit que la femme, puisqu’elle est totalement privée de sa liberté individuelle, étant constamment assujettie à un mâle, n’a finalement pas à se plaindre, car elle est entretenue. Je suppose qu’on pourrait avoir une explication similaire pour justifier le statut des esclaves. Notons en tout cas que les docteurs de l’Islam francophones contemporains valident cette inégalité de traitement.

  1. Tels sont les ordres d’Allah. Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, Il le fera entrer dans les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Et voilà la grande réussite.
  2. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant.

 —> On vous l’avait dit au verset 10, mais Allah n’a pas tellement confiance en vous alors il vous le répète, parce qu’on aime bien les mots « châtiments » et « avilissant».

  1. Celles de vos femmes qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d’entre vous. S’ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu’à ce que la mort les rappelle ou qu’Allah décrète un autre ordre à leur égard.

—> Une fois les affaires d’argent et d’héritage réglées, il est urgent de punir vos femmes qui forniquent. Le châtiment est la mort, comme d’habitude.

  1. Les deux d’entre vous qui l’ont commise [la fornication], sévissez contre eux. S’ils se repentent ensuite et se réforment, alors laissez-les en paix. Allah demeure Accueillant au repentir et Miséricordieux.

—> De la sévérité mais un peu de compassion. En voilà une bonne nouvelle ! Peut-on s’en réjouir ? Eh bien malheureusement dans la version française officielle figure la note suivante :

« Ce verset est abrogé par (S24, v.2) et par les traditions du prophète.»

Répétons : le verset qui permet d’épargner les fornicateurs est abrogé, annulé, il ne s’applique pas, et ce sont les autres qui s’appliquent. En l’espèce :

(S24, v.2) : «La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition»

Notez qu’il s’agit d’ici d’une relation hétérosexuelle, quand les fornicateurs sont deux hommes, les choses se passent encore plus mal. La miséricorde n’est pas tellement en odeur de sainteté finalement.

  1. Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance et qui aussitôt se repentent. Voilà ceux de qui Allah accueille le repentir. Et Allah est Omniscient et Sage.
    18. Mais l’absolution n’est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu’au moment où la mort se présente à l’un d’eux, et qui s’écrie : « Certes, je me repens maintenant » – non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c’est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux.

—> Le repentir c’est bien, mais sans la foi musulmane, c’est la douleur façon Allah. On note que ces versets ne sont pas spécifiquement liés au contexte ; ils auraient pu se trouver n’importe où, comme par exemple dans une sourate consacrée aux châtiments. Dans le Coran, au moins dans ces 4 premières sourates, on préfère parler du châtiment tout le temps, un peu partout, ce qui, à moins de prendre les rédacteurs pour des crétins, reflète une intention bien particulière du texte : la menace est au cœur du message.

  1. Ô les croyants! Il ne vous est pas licite d’hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu’elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien.
  2. Si vous voulez substituer une épouse à une autre, et que vous ayez donné à l’une un quintar, n’en reprenez rien. Quoi! Le reprendriez-vous par injustice et péché manifeste?
  3. Comment oseriez-vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’un à l’autre et qu’elles aient obtenu de vous un engagement solennel?

—> Certains défenseurs du Coran qui prêchent sur le web affirment que sans ce texte les femmes n’auraient aucune protection contre la malfaisance des hommes, et que le Coran est le premier texte à leur donner des droits. Des droits quand même limités parce qu’il est question ici d’échanger des épouses sans leur demander leur avis… on devrait déjà s’estimer heureux, semble-t-il. Mais, tout de même, voyons dans les versets qui suivent tout ce que Allah se sent obligé d’interdire aux musulmans, ce qui indique qu’ils seraient enclins à se permettre des choses que les peuples non musulmans ne font pas, comme épouser leurs mère ou leur fille (v21-22)… ce qui tend à montrer qu’on n’a pas besoin qu’Allah nous dise ce qui est bien ou mal (punition à la clef)  pour ne pas avoir obtusément envie de faire le mal.

PS : un « péché prouvé » correspond à la fornication, la désobéissance au mari ou encore de trivialité des paroles. Cela laisse pas mal de latitude à qui veut accuser sa femme d’un péché.

—> Ensuite on vous explique que si une bonne musulmane coûte trop cher, alors épousez une esclave musulmane.

  1. Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. Allah connaît mieux votre foi, car vous êtes les uns des autres (de la même religion). Et épousez-les avec l’autorisation de leurs maîtres (Waliy) et donnez-leur un mahr convenable; (épousez-les) étant vertueuses et non pas livrées à la débauche ni ayant des amants clandestins. Si, une fois engagées dans le mariage, elles commettent l’adultère, elles reçoivent la moitié du châtiment qui revient aux femmes libres (non esclaves) mariées. Ceci est autorisé à celui d’entre vous qui craint la débauche; mais ce serait mieux pour vous d’être endurant. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Ensuite Allah nous dit qu’il a créé l’homme faible et qu’il faut se méfier des passions, et faire du négoce au lieu de voler  (V26-29)

  1. Et quiconque commet cela, par excès et par iniquité, Nous le jetterons au Feu, voilà qui est facile pour Allah.

—> Voilà, sinon n’oubliez pas ce qui vous attend. (ca faisait 13 versets qu’on n’avait pas parlé de châtiment ou d’enfer).

Après ça on promet le paradis à ceux qui respectent l’ordre établi (V31-33), car « Allah, certes, est Omniscient » (V32) et « Allah, en vérité, est témoin de tout. » (V33)

  1. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !

—> L’homme est supérieur à la femme : Parce que. C’est pour ça qu’ils peuvent les frapper s’ils « craignent » leur désobéissance, donc en fait ils peuvent les taper au moindre soupçon ! C’est formidable parce qu’un soupçon ça s’éprouve et ça ne se prouve pas. L’homme peut frapper sa femme absolument quand ça lui chante en vertu de ce verset.

La traduction du roi Fahd ibn ‘Abdal ‘Aziz Al Saoud en l’an 2000 précise : « pas violemment mais seulement pour les faire obéir ». Ce qui ne devrait convenir à personne, nulle part, jamais.

  1. Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l’entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur.

—> Si on traduit : l’entente matrimoniale se décide chez les parents parce qu’Allah s’y connait super bien.

  1. Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Allah n’aime pas, en vérité, le présomptueux, l’arrogant,
  2. Ceux qui sont avares et ordonnent l’avarice aux autres, et cachent ce qu’Allah leur a donné de par Sa grâce. Nous avons préparé un châtiment avilissant pour les mécréants.
  3. Et ceux qui dépensent leurs biens avec ostentation devant les gens, et ne croient ni en Allah ni au Jour dernier. Quiconque a le Diable pour camarade inséparable, quel mauvais camarade!

—> En 36, ce sont des préceptes qu’on a déjà entendus : grosso modo il ne faut pas être un connard, et en 37 on retrouve la litanie du « châtiment avilissant » pour les mécréants. À toutes fins utiles : surtout ne faites pas ami-ami avec le Diable.

Dans les versets 39 à 42, on lit qu’il faut croire en Allah, qui est honnête, que c’est mieux et que Mahomet est là pour témoigner contre les méchants. Ensuite, sans aucune espèce de transition, vient l’obsession de la pureté, déjà fortement présente dans l‘Ancien Testament.

  1. Ô les croyants! N’approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d’impureté [pollués] – à moins que vous ne soyez en voyage – jusqu’à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Allah, en vérité est Indulgent et Pardonneur.

—> L’impureté des femmes n’est plus à prouver.

Et puis sans aucune autre forme de transition (pourquoi se fatiguer à structurer ce texte pour le rendre compréhensible après tout ?) Allah évoque les ennemis des musulmans.

  1. N’as-tu (Muhammad) pas vu ceux qui ont reçu une partie du Livre acheter l’égarement et chercher à ce que vous vous égariez du [droit] chemin?
  2. Allah connaît mieux vos ennemis. Et Allah suffit comme protecteur. Et Allah suffit comme secoureur.

À ce stade, on ne nous parle plus des femmes du titre de la Sourate. Il est visiblement beaucoup plus urgent de nous dire (encore) que les ennemis sont, notamment, les Juifs. Et ça va durer pendant des versets et des versets…

  1. Il en est parmi les Juifs qui détournent les mots de leur sens, et disent : « Nous avions entendu, mais nous avons désobéi », « Écoute sans qu’il te soit donné d’entendre », et favorise nous « Raina », tordant la langue et attaquant la religion. Si au contraire ils disaient : « Nous avons entendu et nous avons obéi », « Écoute », et « Regarde-nous », ce serait meilleur pour eux, et plus droit. Mais Allah les a maudits à cause de leur mécréance; leur foi est donc bien médiocre.

—> On retrouve l’idée absurde et absconse que les mécréants sont maudits parce qu’ils sont mécréants et que la malédiction rend leur foi médiocre. Dans tous les cas on insiste bien sur le fait qu’Allah les maudit.

  1. Ô vous à qui on a donné le Livre, croyez à ce que Nous avons fait descendre, en confirmation de ce que vous aviez déjà, avant que Nous effacions des visages et les retournions sens devant derrière, ou que Nous les maudissions comme Nous avons maudit les gens du Sabbat . Car le commandement d’Allah est toujours exécuté.

—> Là encore Allah maudit, Allah punit ceux qui ne croient pas comme il faut.

  1. Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelque associé commet un énorme péché.

—> Allah est le seul Dieu. Ce genre de répétition assortie de menace ressemble à une méthode de manipulation mentale. Peut-être Mahomet ne le savait-il pas. Peut-être au contraire en avait-il conscience (en conservant ici l’hypothèse qu’il est bien l’auteur du texte…). La manipulation mentale est-elle une forme de violence ?

  1. N’as-tu pas vu ceux-là qui se déclarent purs ? Mais c’est Allah qui purifie qui Il veut; et ils ne seront point lésés, fût-ce d’un brin de noyau de datte.
  2. Regarde comme ils inventent le mensonge à l’encontre d’Allah. Et çà, c’est assez comme péché manifeste!

—> D’autres seraient fatigués de répéter sans cesse que les méchants mentent et que c’est mal. Mais Allah s’en ouvre derechef à Mahomet qui transcrit. Tout cela ne contribue guère à faire de ce texte quelque chose d’utile dans la gestion de rapport humains sains et équilibrés.

  1. N’as-tu pas vu ceux-là, à qui une partie du Livre a été donnée, ajouter foi à la magie (gibt) et au taghout, et dire en faveur de ceux qui ne croient pas : « Ceux-là sont mieux guidés (sur le chemin) que ceux qui ont cru » ?
  2. Voilà ceux qu’Allah a maudits; et quiconque Allah maudit, jamais tu ne trouveras pour lui de secoureur.
    53. Possèdent-ils une partie du pouvoir? Ils ne donneraient donc rien aux gens, fût-ce le creux d’un noyau de datte.
  3. Envient-ils aux gens ce qu’Allah leur a donné de par Sa grâce? Or, Nous avons donné à la famille d’Abraham le Livre et la Sagesse ; et Nous leur avons donné un immense royaume.
  4. Certains d’entre eux ont cru en lui, d’autres d’entre eux s’en sont écartés. l’Enfer leur suffira comme flamme (pour y brûler).
  5. Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage!

—> 6 versets pour nous dire ce qui a déjà été dit à maintes reprises dans les sourates précédentes et pour y ajouter le raffinement dans l’horreur du châtiment où Allah fait repousser la peau pour torturer encore les malheureux. Si Allah est l’être suprême sur lequel les croyants doivent prendre exemple, quel exemple donne-t-il le plus souvent dans ces lignes ? Celui d‘un tortionnaire qui menace constamment ceux qu’il a en son pouvoir.

  1. Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, bientôt Nous les ferons entrer aux Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux. Ils y demeureront éternellement. Il y aura là pour eux des épouses purifiées. Et Nous les ferons entrer sous un ombrage épais

—> Les gentils au paradis. Des vierges en cadeau. Normal.

  1. Certes, Allah vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. Quelle bonne exhortation qu’Allah vous fait! Allah est, en vérité, Celui qui entend et qui voit tout.
  2. Ô les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement . Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement).

—> Voici un bel exemple de versets qui sont vraiment très inintéressants, et qui rappellent seulement aux gens… d’obéir.

  1. N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu’on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tagut, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement.
  2. Et lorsqu’on leur dit : « Venez vers ce qu’Allah a fait descendre et vers le Messager », tu vois les hypocrites s’écarter loin de toi.
  3. Comment (agiront-ils) quand un malheur les atteindra, à cause de ce qu’ils ont préparé de leurs propres mains? Puis ils viendront alors prés de toi, jurant par Allah : « Nous n’avons voulu que le bien et la réconciliation ».
  4. Voilà ceux dont Allah sait ce qu’ils ont dans leurs cœurs. Ne leur tiens donc pas rigueur, exhorte-les, et dis-leur sur eux-mêmes des paroles convaincantes.
  5. Nous n’avons envoyé de Messager que pour qu’il soit obéi, par la permission d’Allah. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes ils venaient à toi en implorant le pardon d’Allah et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient, certes, Allah, Très Accueillant au repentir, Miséricordieux.

—> Toujours des ennemis, cette fois les faux croyants, les hypocrites, qu’il faut convaincre de croire, c’est-à-dire d’obéir.

  1. Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence].

—> Allô, je répète. Le « vrai » croyant c’est celui qui obéit.

  1. Si Nous leur avions prescrit ceci : « Tuez-vous vous-mêmes », ou « Sortez de vos demeures », ils ne l’auraient pas fait, sauf un petit nombre d’entre eux. S’ils avaient fait ce à quoi on les exhortait, cela aurait été certainement meilleur pour eux, et (leur foi) aurait été plus affermie.

—> Donc, là déjà on nous raconte que ceux qui refusent de mourir pour Allah… auraient mieux fait de mourir pour Allah. Pourquoi ? Parce qu’il y a une récompense à la clef…

  1. Alors Nous leur aurions donné certainement, de Notre part, une grande récompense,
  2. et Nous les aurions guidé certes vers un droit chemin.
  3. Quiconque obéit à Allah et au Messager… ceux-là seront avec ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là!
  4. Cette grâce vient d’Allah. Et Allah suffit comme Parfait Connaisseur.

—> Ca c’est la récompense. Mais attendez, car le pire arrive.

  1. Ô les croyants! Prenez vos précautions et partez en expédition par détachements ou en masse.
    72. Parmi vous, il y aura certes quelqu’un qui tardera [à aller au combat] et qui, si un malheur vous atteint, dira : « Certes, Allah m’a fait une faveur en ce que je ne me suis pas trouvé en leur compagnie »;
  2. et si une grâce qui vous atteint de la part d’Allah, il se mettra, certes, à dire, comme s’il n’y avait aucune affection entre vous et lui : « Quel dommage! Si j’avais été avec eux, j’aurais alors acquis un gain énorme » .

—> Donc là on nous parle de guerre et de butin, et de la couardise ou malhonnêteté de certains. Mais le plus important est :

  1. Qu’ils combattent donc dans le sentier d’Allah, ceux qui troquent la vie présente contre la vie future. Et quiconque combat dans le sentier d’Allah, tué ou vainqueur, Nous lui donnerons bientôt une énorme récompense.

—> L’appel au jihad et au martyr ! En toutes lettres on glorifie celui qui sacrifie sa vie terrestre dans le sentier d’Allah (=guerre sainte d’après la traduction du roi Fahd)

  1. Et qu’avez vous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : « Seigneur! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur ».
  2. Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Tagut . Eh bien, combattez les alliés de Diable, car la ruse du Diable est certes, faible.

—> Deux catégories : d’un côté comme de l’autre des combattants. Le monde est en guerre. Les non-croyants sont les alliés du diable. Le verset 76 fait partie de ceux cités par Ben Laden pour justifier les attaques terroristes.

  1. N’as-tu pas vu ceux auxquels on avait dit : « Abstenez-vous de combattre, accomplissez la Salat et acquittez la Zakat!  » Puis lorsque le combat leur fut prescrit, voilà qu’une partie d’entre eux se mit à craindre les gens comme on craint Allah, ou même d’une crainte plus forte encore, et à dire : « Ô notre Seigneur! Pourquoi nous as-Tu prescrit le combat? Pourquoi n’as-Tu pas reporté cela à un peu plus tard?  » Dis : « La jouissance d’ici-bas est éphémère, mais la vie future est meilleure pour quiconque est pieux. Et on ne vous lésera pas fût-ce d’un brin de noyau de datte.

—> Quand Allah commande d’aller se battre, il n’y a pas d’excuse qui tienne, comme par exemple une ridicule envie de rester vivant. Cette vie n’est rien.

  1. Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. Qu’un bien les atteigne, ils disent : « C’est de la part d’Allah. » Qu’un mal les atteigne, ils disent : « C’est dû à toi (Muhammad). » Dis : « Tout est d’Allah. » Mais qu’ont-ils ces gens, à ne comprendre presque aucune parole?

—> Sentez-vous l’agacement de Mahomet qui a l’impression de prêcher dans le désert ?

  1. Tout bien qui t’atteint vient d’Allah, et tout mal qui t’atteint vient de toi-même . Et Nous t’avons envoyé aux gens comme Messager. Et Allah suffit comme témoin.
  2. Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Allah. Et quiconque tourne le dos… Nous ne t’avons pas envoyé à eux comme gardien.
  3. Ils disent : « obéissance!  » Puis sitôt sortis de chez toi, une partie d’entre eux délibère au cours de la nuit de tout autre chose que ce qu’elle t’a dit. [Cependant] Allah enregistre ce qu’ils font la nuit. Pardonne-leur donc et place ta confiance en Allah. Et Allah suffit comme Protecteur.82. Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S’il provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions!

—> Ah tiens, c’est vrai ça… Si le texte contient des contradictions, alors il ne vient pas de Dieu….

  1. Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et n’eussent été la grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le Diable, à part quelques-uns.
    84. Combats donc dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition.

—> C’est toujours la guerre. A cause semble-t-il de la violence es mécréants. Mais Allah va les punir. Nous sommes toujours dans la sourate appelée « les femmes »…

  1. Quiconque intercède d’une bonne intercession, en aura une part; et quiconque intercède d’une mauvaise intercession portera une part de responsabilité. Et Allah est Puissant sur toute chose.
  2. Si on vous fait une salutation, saluez d’une façon meilleure; ou bien rendez-la (simplement) . Certes, Allah tient compte de tout.

—> Oui. On vous apprend la politesse après un verset sur la guerre et avant un verset ou on vous rappelle que votre Dieu est unique. Un tel ordre dans le texte est sûrement propice à encourager l’ordre dans les idées des lecteurs du texte.

  1. Allah! Pas de divinité à part Lui! Très certainement Il vous rassemblera au Jour de la Résurrection, point de doute là-dessus. Et qui est plus véridique qu’Allah en parole?

—> Nous avons déjà lu ça…

  1. Qu’avez-vous à vous diviser en deux factions au sujet des hypocrites ? Alors qu’Allah les a refoulés (dans leur infidélité) pour ce qu’ils ont acquis. Voulez-vous guider ceux qu’Allah égare? Et quiconque Allah égare, tu ne lui trouveras pas de chemin (pour le ramener).

—> Voici qui est très intéressant parce que ça veut dire que le boulot du croyant n’est pas de ramener l’incroyant dans le droit chemin. Mais alors quel est son rôle ? Le contexte est très clair, on l’a rappelé quatre versets plus haut : combattre. On est toujours dans un discours d’affrontement que le verset suivant va préciser.

  1. Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur,

—> Aucune amitié avec ceux qui ne croient pas n’est permise, et il faut les tuer dès que possible ! Pour se convaincre que ce n’est est pas un appel au meurtre et même au génocide (« où que vous les trouviez ») quelle distance interprétative doit-on prendre avec ce verset qui dit, dans un contexte parfaitement clair, qu’il faut mettre à mort celui qui n’est pas musulman sans autre motif que son incroyance ?
Nulle réponse n’est fournie à cette question de la part des défenseurs du texte qui réclament toujours plus de ‘contextualisation’, c’est-à-dire plus d’arrangement avec les faits.

  1. excepte ceux qui se joignent à un groupe avec lequel vous avez conclu une alliance, ou ceux qui viennent chez vous, le cœur serré d’avoir à vous combattre ou à combattre leur propre tribu. Si Allah avait voulu, Il leur aurait donné l’audace (et la force) contre vous, et ils vous auraient certainement combattu. (Par conséquent,) s’ils restent neutres à votre égard et ne vous combattent point, et qu’ils vous offrent la paix, alors, Allah ne vous donne pas de chemin contre eux .

—> On accepte que certains puissent rester neutres, et s’allient à nous… car ceux-là Allah les protège en les rendant lâches (joli principe : ils s’allient à nous car ils sont lâches). Du coup, on ignore un peu qui décide de quels incroyants doivent absolument mourir partout où on les trouve et lesquels sont neutres… C’est un peu comme ça nous arrange, je suppose, et cela laisse aux fanatiques belliqueux la liberté légitime de citer le Coran pour justifier leurs massacres.

  1. Vous en trouverez d’autres qui cherchent à avoir votre confiance, et en même temps la confiance de leur propre tribu. Toutes les fois qu’on les pousse vers l’Association, (l’idolâtrie) ils y retombent en masse. (Par conséquent,) s’ils ne restent pas neutres à votre égard, ne vous offrent pas la paix et ne retiennent pas leurs mains (de vous combattre), alors saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez. Contre ceux-ci, Nous vous avons donné autorité manifeste.

—> Comme dit plus haut, le choix de désigner les ennemis et les alliés est ici du plus grand flou, et c’est évidemment une carte blanche donnée au chef militaire pour justifier toutes ses décisions, y compris les plus extrêmes. Toutefois on ne tue pas n’importe qui comme ça nous chante car :

  1. Il n’appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu’il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n’y renonce par charité. Mais si [le tué] appartenait à un peuple ennemi à vous et qu’il soit croyant, qu’on affranchisse alors un esclave croyant. S’il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu’on verse alors à sa famille le prix du sang et qu’on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n’en trouve pas les moyens, qu’il jeûne deux mois d’affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage.
  2. Quiconque tue intentionnellement un croyant, Sa rétribution alors sera l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment.

—> l’égalité des êtres humains n’est pas à l’ordre du jour : Croyant – esclave croyant- non croyant, la hiérarchie est ici limpide.

  1. Ô les croyants! Lorsque vous sortez pour lutter dans le sentier d’Allah, voyez bien clair (ne vous hâtez pas) et ne dites pas à quiconque vous adresse le salut (de l’Islam) : « Tu n’es pas croyant », convoitant les biens de la vie d’ici-bas. Or c’est auprès d’Allah qu’il y a beaucoup de butin. C’est ainsi que vous étiez auparavant; puis Allah vous a accordé Sa grâce. Voyez donc bien clair. Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites

—> Traduction : Ne butez pas tout le monde ! C’est quand même un comble qu’il faille le préciser, mais ce verset pourra être utilisé par les adeptes de la contextualisation pour dire que, quand même, le Coran n’incite pas à tuer absolument tout le monde tout le temps. Donc, d’une certaine manière, si on veut, en quelque sorte c’est un texte qui promeut la paix, en fait.

  1. Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux – sauf ceux qui ont quelques infirmité – et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense.
  2. des grades de supériorité de Sa part ainsi qu’un pardon et une miséricorde. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

—> Nouvelle apologie du djihad armé. Les croyants qui luttent « corps et biens » sont de meilleurs musulmans que ceux qui restent chez eux. Nous avons affaire à un texte qui, depuis le verset 44 ne nous parle que de la guerre des vrais croyants contre leurs ennemis.

  1. Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : « Où en étiez-vous?  » (à propos de votre religion) – « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer?  » Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination!

—> Les non croyants n’ont pas d’excuse. Ils n’avaient qu’à émigrer en terre d’Islam pour être de vrais croyants. Ceux qui ne l’ont pas fait vont donc rôtir pour toujours. Merveilleux sens de la justice, et à nouveau : licence de tuer.

  1. A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie :
  2. A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur.

—> « Il se peut » qu’Allah pardonne aux enfants de ne pas être musulmans. La bonté incarnée, ce personnage !

  1. Et quiconque émigre dans le sentier d’Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance. Et quiconque sort de sa maison, émigrant vers Allah et Son messager, et que la mort atteint, sa récompense incombe à Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

—> Venez ! Venez mourir pour Allah même si vous n’êtes pas encore complètement convertis. On en tiendra compte dans le traitement de votre âme.

  1. Et quand vous parcourez la terre, ce n’est pas un péché pour vous de raccourcir la Salat, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l’épreuve, car les mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré.
  2. Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salat, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu’ils ont terminé la prosternation, qu’ils passent derrière vous et que vienne l’autre groupe, ceux qui n’ont pas encore célébré la Salat. A ceux-ci alors d’accomplir la Salat avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. Vous ne commettez aucun péché si, incommodés par la pluie ou malades, vous déposez vos armes; cependant prenez garde. Certes, Allah a préparé pour les mécréants un châtiment avilissant.

—> À la guerre prenez vos précautions. Ne priez pas bêtement sans vos armes. Mais priez, sinon comme on le sait : châtiment avilissant.

On continue à nous expliquer comment prier (v103), on nous dit de poursuivre le peuple ennemi (V104), Mahomet est là pour juger tout le monde (v105), et Allah n’aime pas les traitres et les pêcheurs (V107). Toutes choses très pacifiques. Et puis on se met à parler de justice, là encore sans transition parce qu’il ne faudrait pas qu’on ait l’impression que le texte a été pensé avant d’être écrit.

  1. Quiconque agit mal ou fait du tort à lui-même, puis aussitôt implore d’Allah le pardon, trouvera Allah Pardonneur et Miséricordieux.

—> La justice n’Allah n’est donc pas basée sur la nature des actes mais sur qui les commet. Ce clientélisme est en fait l’exact opposé d’une vraie justice.

 Au verset 113, Mahomet rappelle qu’il est le chouchou du patron. Celui qui fait la charité, si c’est pour plaire à Allah, alors il sera récompensé (v114), par contre c’est pas qu’on veuille se répéter, mais ceux qui désobéissent :

  1. Et quiconque fait scission d’avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons dans l’Enfer. Et quelle mauvaise destination!

—> L’enfer : quelle mauvaise destination !

  1. Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s’égare, très loin dans l’égarement.

—> Encore un verset qui est la copie conforme d’un autre, le 48 : «Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelque associé commet un énorme péché.».

 Le radotage n’est sûrement pas un pêché. Et donc ces associateurs adorent des dieux « femelles » (v117) et ils sont trompés par le Diable qui fait rien qu’à les tromper (v118-120)

  1. Voilà ceux dont le refuge est l’Enfer. Et ils ne trouveront aucun moyen d’y échapper!

—> Sans surprise, leur destination c’est l’enfer.

  1. Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes oeuvres. Nous les ferons entrer bientôt aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Promesse d’Allah en vérité. Et qui est plus véridique qu’Allah en parole?

—> Pour les autres en revanche, c’est le paradis. Le même que d’habitude. La vérité !

Ensuite on nous dit que les gentils croyants seront récompensés (v 123-125) à l’image d’Abraham, et Allah possède toutes choses (v126). Et puis, d’un seul coup, après 80 versets qui sont une répétition des incantations à la guerre sainte déjà vues dans les sourates précédentes, voici qu’Allah se souvient qu’en fait il voulait parler des femmes dans cet épisode.

Des versets 127 à 130 Mahomet prescrit la protection des orphelines contre l’appât du gain, le juste traitement des épouses et l’autorisation du divorce mutuellement consenti. Et nous sommes heureux de constater que ces passages ne sont en rien violents.

  1. Et ils te consultent à propos de ce qui a été décrété au sujet des femmes. Dis : « Allah vous donne Son décret là-dessus, en plus de ce qui vous est récité dans le Livre, au sujet des orphelines auxquelles vous ne donnez pas ce qui leur a été prescrit , et que vous désirez épouser, et au sujet des mineurs encore d’âge faible ». Vous devez agir avec équité envers les orphelins. Et de tout ce que vous faites de bien, Allah en est, certes, Omniscient.
  2. Et si une femme craint de son mari abandon ou indifférence, alors ce n’est pas un péché pour les deux s’ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure, puisque les âmes sont portées à la ladrerie. Mais si vous agissez en bien et vous êtes pieux… Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.
  3. Vous ne pourrez jamais être équitable entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux. Ne vous penchez pas tout à fait vers l’une d’elles, au point de laisser l’autre comme en suspens. Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux… donc Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux.
  4. Si les deux se séparent, Allah de par Sa largesse, accordera à chacun d’eux un autre destin. Et Allah est plein de largesses et parfaitement Sage.

 Après un si beau travail, il faut quatre versets (et c’est presque une blague) pour ne rien faire d’autre que se rappeler combien Allah est trop formidable :

  1. A Allah seul appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. « Craignez Allah!  » Voilà ce que Nous avons enjoint à ceux auxquels avant vous le Livre fut donné, tout comme à vous-mêmes. Et si vous ne croyez pas (cela ne nuit pas à Allah, car) très certainement à Allah seul appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah se suffit à Lui-même et Il est digne de louange.
  2. A Allah seul appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah suffit pour s’occuper de tout.
  3. S’il voulait, il vous ferait disparaître, ô gens, et en ferait venir d’autres. Car Allah en est très capable.
    134. Quiconque désire la récompense d’ici-bas, c’est auprès d’Allah qu’est la récompense d’ici-bas tout comme celle de l’au-delà. Et Allah entend et observe tout.
  4. Ô les croyants! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l’ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos père et mère ou proches parents. Qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux, Allah a priorité sur eux deux (et Il est plus connaisseur de leur intérêt que vous). Ne suivez donc pas les passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous le refusez, [sachez qu’] Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

—> Soyez justes ! Encore un verset plutôt positif, mais ça ne pouvait pas durer, n’est-ce pas ? Or donc dans la suite on nous reparle des mécréants et de ce qu’ils méritent.

  1. Ô les croyants! Soyez fermes en votre foi en Allah, en Son messager, au Livre qu’il a fait descendre sur Son messager, et au Livre qu’il a fait descendre avant. Quiconque ne croit pas en Allah, en Ses anges, en Ses Livres, en Ses messagers et au Jour dernier, s’égare, loin dans l’égarement.
    137. Ceux qui ont cru, puis sont devenus mécréants, puis ont cru de nouveau, ensuite sont redevenus mécréants, et n’ont fait que croître en mécréance, Allah ne leur pardonnera pas, ni les guidera vers un chemin (droit).
  2. Annonce aux hypocrites qu’il y a pour eux un châtiment douloureux,
  3. ceux qui prennent pour alliés des mécréants au lieu des croyants, est-ce la puissance qu’ils recherchent auprès d’eux? (En vérité) la puissance appartient entièrement à Allah.

—> On connait la chanson. Pas de pardon. Châtiment. Douleur. Merci d’être passé.

  1. Dans le Livre, il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu’on renie les versets (le Coran) d’Allah et qu’on s’en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu’à ce qu’ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l’Enfer.

—> Ceux qui se moquent du Coran iront en Enfer, mais également ceux qui les fréquentent.

Après ça, encore les hypocrites, ceux qui ne croient pas assez bien en Allah :

  1. Les hypocrites cherchent à tromper Allah, mais Allah retourne leur tromperie (contre eux-mêmes). Et lorsqu’ils se lèvent pour la Salat, ils se lèvent avec paresse et par ostentation envers les gens. A peine invoquent-ils Allah.
  2. Ils sont indécis (entre les croyants et les mécréants) n’appartenant ni aux uns ni aux autres. Or, quiconque Allah égare, jamais tu ne trouveras de chemin pour lui.
  3. Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les mécréants au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Allah une preuve évidente contre vous?
  4. Les hypocrites seront, certes, au plus bas fond du Feu, et tu ne leur trouveras jamais de secoureur,
    146. sauf ceux qui se repentent, s’amendent, s’attachent fermement à Allah, et Lui vouent une foi exclusive. Ceux-là seront avec les croyants. Et Allah donnera aux croyants une énorme récompense.

—> On a déjà entendu ça plusieurs fois au cours des sourates précédentes.

On aimerait bien avoir des choses plus intéressantes à lire sur ce que l’Islam propose aux femmes pour accomplir quelque chose de leur vie, pour décider par elles-mêmes de leur chemin, et du commandement qu’on pourrait donner aux frères de respecter leurs sœurs et de ne pas les tuer, jamais, au nom de l’honneur de la famille. Mais au lieu de ça on nous parle de la bonté d’Allah qui se retient d’infliger un châtiment si vous êtes « reconnaissant et croyant » (v147) si vous ne prononcez pas de mauvaises paroles (v148) et si vous faites le bien ou pardonnez un mal (v149), mais surtout très vite on en revient à ce qui effraie le plus Mahomet : les musulmans qui doutent un petit peu trop de lui.

  • 151. Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent :  » Nous croyons en certains d’entre eux mais ne croyons pas en d’autres », et qui veulent prendre un chemin intermédiaire (entre la foi et la mécréance),
    151. les voilà les vrais mécréants! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant.
    —> Le châtiment avilissant ! Personne ne l’avait vu arriver, celui-ci !

Après ça on nous raconte encore l’histoire du peuple de Moïse qui a trahi Dieu (enfin, Allah) alors qu’il avait promis de ne pas le faire (v152-154) alors Allah a été obligé de les maudire, puisque c’est sa spécialité :

  1. (Nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux révélations d’Allah, leur meurtre injustifié des prophètes, et leur parole : « Nos cœurs sont (enveloppés) et imperméables ». En réalité, c’est Allah qui a scellé leurs cœurs à cause de leur mécréance, car ils ne croyaient que très peu .
  2. Et à cause de leur mécréance et de l’énorme calomnie qu’ils prononcent contre Marie.
    —> Encore une fois revient l’idée absurde, tellement répétée qu’elle prend peut-être sens dans la tête du lecteur, qu’Allah a fermé leur cœur à sa parole parce qu’ils ne croyaient pas en lui et qu’il les a maudits pour ça. L’absurdité vertigineuse de cette idée semble irriguer toute cette sourate.

Le désamour envers les juifs se reformule ensuite :

  1. et à cause leur parole : « Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah »… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué.
  2. mais Allah l’a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage.
  3. Il n’y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n’aura pas foi en lui avant sa mort. Et au Jour de la Résurrection, il sera témoin contre eux.

—> Admirons ce minimum syndical d’effort de syncrétisme pour récupérer la figure de Jésus (même s’il n’a pas vraiment été crucifié semble-t-il) et attirer les chrétiens vers l’Islam.

  1. C’est à cause des iniquités des Juifs que Nous leur avons rendu illicites les bonnes nourritures qui leur étaient licites, et aussi à cause de ce qu’ils obstruent le sentier d’Allah, (à eux-mêmes et) à beaucoup de monde,
  2. et à cause de ce qu’ils prennent des intérêts usuraires – qui leur étaient pourtant interdits – et parce qu’ils mangent illégalement les biens des gens. A ceux d’entre eux qui sont mécréants Nous avons préparé un châtiment douloureux.

—> Les juifs par contre ont peu de chance de passer un séjour agréable post-mortem.

  1. Mais ceux d’entre eux qui sont enracinés dans la connaissance, ainsi que les croyants , (tous) ont foi à ce qu’on a fait descendre sur toi et à ce qu’on a fait descendre avant toi. Et quant à ceux qui accomplissent la Salat, paient la Zakat et croient en Allah et au Jour dernier, ceux-là Nous leur donnerons une énorme récompense.

—> Structure habituelle, après la promesse du châtiment pour les uns, s’agite devant les autres la carotte de « l’énorme récompense ».

  1. Ceux qui ne croient pas et qui obstruent le sentier d’Allah, s’égarent certes loin dans l’égarement.
  2. Ceux qui ne croient pas et qui pratiquent l’injustice, Allah n’est nullement disposé à leur pardonner, ni à les guider dans un chemin
  3. (autre) que le chemin de l’Enfer où ils demeureront éternellement. Et cela est facile à Allah.

—> L’enfer c’est Facile !

Et on finit cette sourate appelée ‘les femmes » avec un appel aux chrétiens à cesser de croire en la Trinité parce que c’est exactement le sujet et puis c’est tout à fait primordial pour établir un monde meilleur.

  1. Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et ne dites pas « Trois ». Cessez! Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur .
  2. Jamais le Messie ne trouve indigne d’être un serviteur d’Allah, ni les Anges rapprochés [de Lui]. Et ceux qui trouvent indigne de L’adorer et s’enflent d’orgueil… Il les rassemblera tous vers Lui.
    173. Quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes oeuvres, Il leur accordera leurs pleines récompenses et y ajoutera le surcroît de Sa grâce. Et quant à ceux qui ont eu la morgue et se sont enflés d’orgueil, Il les châtiera d’un châtiment douloureux. Et ils ne trouveront, pour eux, en dehors d’Allah, ni allié ni secoureur,

Ce livre passe son temps à dire que ce livre est formidable.

  1. Ô gens! Certes une preuve évidente vous est venue de la part de votre Seigneur. Et Nous avons fait descendre vers vous une lumière éclatante.
  2. Alors ceux qui croient en Allah et qui s’attachent à Lui, Il les fera entrer dans une miséricorde venue de Lui, et dans une grâce aussi. Et Il les guidera vers Lui dans un chemin droit.

—> Et juste à la fin, de manière un peu surréaliste, on conclut en revenant au sujet dont on aura parlé sur presque quinze ou vingt versets sur 176…

  1. Ils te demandent ce qui a été décrété. Dis : « Au sujet du défunt qui n’a pas de père ni de mère ni d’enfant, Allah vous donne Son décret : si quelqu’un meurt sans enfant, mais a une sœur, à celle-ci revient la moitié de ce qu’il laisse. Et lui, il héritera d’elle en totalité si elle n’a pas d’enfant. Mais s’il a deux sœurs (ou plus), à elles alors les deux tiers de ce qu’il laisse; et s’il a des frères et des sœurs, à un frère alors revient une portion égale à celle de deux sœurs. Allah vous donne des explications pour que vous ne vous égariez pas. Et Allah est Omniscient.

—> Un dernier verset qui complète ce qui se passait au verset 11 et qui avait été laissé complètement en plan pendant tout ce temps.

Petit Bilan

Une sourate complètement déstructurée qui pousse le sexisme jusqu’à carrément oublier de traiter du sujet des femmes pendant les trois quarts du temps. La violence faite aux femmes dans ce texte mériterait qu’on s’y plonge, [rappelons qu’il est explicitement permis à l’homme de frapper sa femme (!)] mais concentrons-nous sur la question initiale de la violence générale contenue dans le texte ou encouragée par celui-ci.

 Les deux tiers de la sourate sont consacrés à la guerre sainte, à maudire les incroyants et en particulier les juifs, à rappeler que le bon croyant est celui qui fait la guerre, qui sacrifie sa vie pour Allah. On exhorte à tuer les mécréants partout où on les trouve. On n’y croise pas une seule parole de tolérance, de respect, et évidemment aucune condamnation de la violence. Cette sourate est abondamment citée par les djihadistes et les terroristes. Le thème principal est peut-être l‘obéissance totale exigée des croyants, et par extension de l’humanité toute entière puisque le mécréant doit se convertir et obéir ou s’attendre à être tué.

Comptons les occurrences de :

 Combat (x19) (v72, 74, 75, 76, 77, 84, 90, 91, 95)

Obéir/Obéissance 😡16 (v13, 14, 34, 39, 42, 46, 59, 64, 69, 80, 81)

Châtiment et punition (‘avilissant’ ou ‘énorme’) : x13 (v14, 18, 25, 37, 56, 84, 93, 102, 138, 147, 151, 161 , 173)

Maudit (x7) (v46, 47, 52, 93, 148, 155) dans le même temps : Béni (x0)

Feu/Enfer (x13) (v10, 14, 30, 55, 56, 93, 97, 115, 121, 140, 145, 169)

Mécréant (x19) (v18, 37, 84, 89, 101, 102, 137, 139, 140, 141, 143, 144, 151, 161)

Hypocrite (x6) (v61, 88, 138, 142, 145)

« tuez » (x3) (v66, 89, 91)

 « Allah n’aime pas » (x3) (v36, 107, 148)

« Allah Aime » x0.

24 réponses
  1. Adrien
    Adrien dit :

    Je ne pensais pas que c’était aussi « grave » !

    Avez-vous aussi pensé à « éplucher » d’autre textes religieux ? Histoire de voir l’ampleur de dégâts…

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Les autres textes religieux sont jalonnés de violence également, mais de manière moins systématique.
      Peut-être continuerons-nous l’exercice une fois le Coran terminé. Mais comprenez qu’il s’agissait de voir de nos yeux le contenu d’un texte qui est au coeur d’une polémique (surtout depuis les attentats de 2001) et dont on nous dit à longueur de temps qu’il n’est PAS violent. Plus je le lis, moins je comprends pas comment une personne saine d’esprit, objective et honnête peut considérer que ce texte n’est pas violent…

      D’ailleurs j’observe que les personnes qui défendent l’Islam dans les commentaires sur ce blog le font sans réellement défendre… le Coran. Mais sans aller au bout de leur logique : personne ne dénonce le Coran. Alors comment faire pour se débarrasser de la violence qui accompagne si souvent la croyance, et particulièrement la croyance musulmane quand elle a le pouvoir politique de son côté.

      Répondre
      • Adrien
        Adrien dit :

        Déjà merci de me faire réviser mes multiplications !

        Ma question était uniquement posée pour pouvoir justement comparer les choses, par simple curiosité. J’ai été moi même surpris par ce que j’ai lu ! Les occurrences de mots clefs pourraient être une bonne méthode pour comparer les 3 religions monothéistes et arriver rapidement à des première idées.

        Avez-vous justement soumis votre travail à des personnes connaissant bien les textes et qui indiquent qu’il n’est pas violent? Je pense qu’il y a pas mal de contradictions dans ces textes où plus loin on dit qu’il ne faut surtout pas tuer ou frapper X ou Y. Il serait intéressant de voir l’interprétation de théologien.

        Répondre
        • Pota
          Pota dit :

          Je ne suis pas convaincu que comparer les religions mène à quoi que ce soit de bon. Ca pourrait être compris comme l’affirmation que certaines religions sont meilleures que d’autres, voir que certaines religions sont bonnes, ce qui est discutable.

          Répondre
          • Aurélien Marcadet
            Aurélien Marcadet dit :

            Toute religion est par essence intolérante, puisque chacune d’elle prétend qu’elle possède le bon chemin pour aller vers dieu. Vous qui ne voulez pas comparer les religions – auriez-vous peur ? – lisez donc Paul, notamment l’Epître aux Corinthiens, et vous verrez que celui-ci ne prend pas de gants de soie avec les femmes, et, ô miracle, il ordonne à celles-ci de se voiler, de se vouer au silence et à la soumission. Quant à Jérôme, la femme est pour lui « cendre, foin, sale pourriture qui a tiré son origine d’une vilaine semence. » Règle des moines, ch. 48. Pour Ambroise, « Jamais une jeune fille ne devra regarder un jeune homme. » Ambroise, Livre de la pénitence, ch. 13. C’est incroyable comme ce « saint » semble s’être inspiré du Coran, XXIV, 30, ou peut être l’inverse, si l’on en croit la chronologie : « Dis aux croyants de baisser les yeux et de contenir leur sexe : ce sera de leur part plus net. » 31 « Dis aux croyantes de baisser les yeux et de contenir leur sexe ; de ne pas faire montre de leurs agréments. » On peut remarquer une différence avec Ambroise, c’est que le Coran s’adresse à part égale aux deux sexes. Toutefois, si vous prenez la peine de lire la suite du 31, vous constaterez que le Coran est plus stricte avec la femme qu’avec l’homme. Etonnant de la part d’une société patriarcale, comme l’étaient toutes les sociétés du Moyen-Orient et plus largement toutes celles du bassin méditerranéen, la nôtre aussi, qui interdisait encore jusque dans les années soixante à la femme de porter pantalon au risque, sinon, dans la rue, de se faire qualifier de putain. Mais revenons à nos saints. Ainsi que dit Augustin de la femme, lui qui aura été un libertin sans mesure, jusqu’à l’âge de 33 ans : « Homme, tu es le maître, la femme est ton esclave, c’est Dieu qui l’a voulu. » Sermon 322. Et Thomas : « En tant qu’individu, la femme est un être chétif et défectueux. » Summa theologica, XCII, I. En Egypte, au tout début du 11e siècle, le pouvoir musulman oblige les juifs à porter un signe distinctif, une rouelle rouge. En Europe, Louis IX, le roi qui achève la croisade des Albigeois au cours de laquelle le Vatican et ses complices, les francs, brûlent les dits hérétiques dans les églises, ce que les nazis ne se priveront pas d’imiter, Louis IX, disais-je, obligera les juifs à porter une rouelle jaune, dès l’âge de 14 ans. Il les confinera dans des ghetto dont nous avons encore des traces dans Paris. Quant aux juifs eux-mêmes, ils ne sont pas en reste, dont certains députés déclarent à la tribune de la Knesset : « Nous avons découvert trop tard les éléments monstrueux inhérents à la culture allemande; il nous faut déceler à temps les dangers qui nous guettent au coeur de la culture arabe. (Ils, les arabes) ne nourissent qu’un seul rêve – la Solution finale (…) La culture arabe est une culture de terreur et de peur, fondée sur la haine, une culture du mal, et nous ne pouvons faire aucun compromis avec elle, de même qu’aucun compromis n’était possible avec cet Autrichien et ses adeptes allemands il y a deux générations.” Meir Seidler. ” les Arabes d’aujourdh’ui sont pires que les Allemands de l’époque nazis.” Nékuda, 151, juillet 1991.
            Comparer a cet avantage : celui de la lucidité. Tous ces textes ont été écrits par des hommes comme nous, dans leurs moments d’aveuglement. Ce que nous continuons aujourd’hui de faire en dénonçant le Coran comme étant violent par essence, or donc en se cachant qu’en fait, c’est l’Arabe que l’on cache derrière le musulman, une situation qui rappelle étrangement tous les « arguments » de haine, parfois subtils, parfois grossiers, comme ce site, qui étaient déployer contre les juifs.
            Une dernière chose avant de conclure. Une enquête a été menée auprès des « djihadistes » français quant à leur motivations : 90 % des réponses à la question : qu’est-ce qui vous motive ? n’évoquent pas la religion, mais des motifs liés à leur « déchéance » sociale. Ceci se renforce lorsque ces hommes et ces femmes sont devenus djihadistes depuis la prison.

            Pour faire le point, je propose de conclure avec Mathieu, 7.3-5 : « Pourquoi vois-tu la paille dans l’oeil de ton frère et ne vois-tu pas la poutre qu’il y a dans le tien? Pourquoi lui dis-tu : “Laisse moi enlever cette paille dans ton oeil” sans toucher au morceau de bois dans la tien ? Comédien ! enlève d’abord ce morceau de bois de ton oeil. Tu sauras ensuite comment enlever la paille dans l’oeil de ton frère.”

            Aurélien

  2. amron
    amron dit :

    Comme je dit la traduction du coran c’est comme le pure miel et un tasse d eau melange avec du sucre deux goût différents
    A voir les premiers verset qui parle des orphelins la traducton parle de manger. Leur bien alors leur signification c’est melanger leur bien

    Répondre
  3. amron
    amron dit :

    J ai toujours dit qu il faut lire le coran en arabe pour le comprendre au début du traduction il écrit o hommes alors que le vrais sens o gens o humanité et pas o hommes puis la traduction parle de craigner dieu alors # taqwa , verbe itaqou est différent de craindre

    Répondre
  4. Ilian
    Ilian dit :

    Non mais faut arrêter avec cet argument de la traduction est mauvaise, il faut lire tel tel œuvre dans sa langue d’origine , si on veut aller par là , il faudrait lire la bible en grec ancien et pleins d’autres textes dans des langues mortes et éventuellement oubliés. Et si on suit ce raisonnement à fond , on pourrait dire que l’arabe même à changer entre 632 et aujourd’hui et donc qu’on ne peut pas comprendre pleinement ce qui est écrit . Finalement on ne pourrait plus lire aucune livre au bout d’un certain temps, et donc qu’il ne faudrait plus lire le Coran aujourd’hui vu que ce livre aurait maintenant , un sens qui ne serait plus compréhensible.
    Donc on a deux solutions :
    – Soit cet argument est valide , et on abandonne toute lecture de texte écrit en langue étrangère et/ou ayant été écrit avant le siècle dernier , vu que le sens de certains mots commencent déjà à changer.
    – Soit cet argument est invalide , et on estime que les traducteurs ne sont pas des branquignolles et que si ils ont traduit comme ça , ils ont des raisons logiques à ces traductions.

    Moi j’avais commencé à lire l’ancien testament mais j’avais abandonné au Deutéronome , vu que c’était vraiment des textes lois sur les litiges entre personnes de l’antiquité vivant au moyen orient , c’est pas vraiment ce que j’appelle « un message universel »
    J’avais aussi commencé le Coran , toute les menaces qui sont dedans contres les incroyants m’ont fait rire à la longue , mais j’ai pris une pause à peu près à la 5 ème sourate , parce qu’encore une fois les règlements de litiges de personnes vivant en Arabie au moyen Age ne me touche pas vraiment ( je ne ressens toujours pas le coté universelle du message) , enfin je pense que je reprendrais la lecture.

    Sinon je pense qu’il faudrait une lecture d’au moins les trois livres des trois religions monothéistes pour ne pas oublier que tout ce qu’il y a dans le coran , il y est aussi dans les autres.
    J’avais une interview de Raphaël Liogier qui expliquait aussi que l’on peut trouver aussi dans le bouddhisme des justifications de la violence.

    Par contre je me demande toujours si on peut blâmer un texte sur les actes horrible que l’on commet en son nom et même si ce texte contient ces choses horribles dedans. Par exemple , j’avais entendu dire que le tueur de John Lennon aurait commis ce meurtre à cause de l’arrache cœur , pourtant peut on blâmer l’auteur de l’arrache cœur ? Si on étend un peu à d’autres médiums , ça me rappelle aussi les attaques qu’ont subit les jeux de rôles , les films « violent » et le jeu vidéo qui inciterait certains à la violence parce que leur contenu en contient explicitement. J’aurais voulu avoir votre avis là dessus.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Je pense, comme vous que le texte n’est bien sûr jamais 100% responsable de la violence commise en son nom.

      Mais la différence entre l’Attrape Coeur et le Coran, la Bible et n’importe quel texte religieux, c’est que ces derniers prétendent délivrer une vérité absolue, et cette vérité absolue contient des appels au meurtre explicite dont l’auteur est le créateur de l’univers Himself. Je pense que dans la tête des gens ça fait une différence. Or c’est dans la tête des gens que se prend la décision d’égorger untel ou de lapider une autre…

      Répondre
      • Ilian
        Ilian dit :

        D’accord , j’ai pensé à votre solution au moment où j’allais m’endormir , et oui il semble qu’un texte qui prônent apporté une vérité absolue sont plus à risques.
        Sinon j’avais une autre question qui revient sur la traduction, à votre avis pourquoi le coran a t’il été traduit ainsi en français , alors qu’il semble que beaucoup de gens soient « déçus » de ce genre de traduction et que le sens ne leurs convient pas ?
        Pour moi l’hypothèse la plus simple, c’est qu’il n’avait pas le choix et que dans le contexte où ce livre à été reçu/écrit , une seule interprétation était possible pour ces mots à plusieurs sens.

        Sinon si on part en plein délire, et on dit que cela a été fait à dessein car la période était à la peur de l’Islam (thèse pour moi infondée, mais qui pourrait semblé vrai pour certains parce que la stigmatisation de l’islam à vraiment commencé au début des années 90) et on aurait voulu faire passer l’Islam pour une religion plus violente qu’elle ne le saurait. Je n’ai pas vraiment d’argument pour la balayer totalement , mais si j’ai bien compris vos vidéos, ce n’est pas à moi de prouver l’inexistence de ce complot.

        Après de ce que j’ai compris, c’est que nous Occidentaux avons tendance à voir , cette religion comme un bloc uni dans le monde, alors que de ce que je comprend aujourd’hui , elle serait assez multiple , un peu comme le protestantisme , vu que les Imam ont en théorie toute l’autorité qu’ils souhaitent sur l’interprétation du corpus , après je crois qu’il peuvent suivre une des écoles de pensé islamiques mais je ne m’y connais pas plus que cela.

        Répondre
        • Acermendax
          Acermendax dit :

          La traduction que j’emploie date des années 2000 et elle a été commanditée et financée par l’Arabie Saoudite.
          Je soupçonne plus facilement un effort de concordisme pour faire coïncider le texte avec l’état actuel de la science et de la morale de ceux qui l’ont écrit que l’inverse : une tentative de rendre le Coran plus rétrograde et violent qu’il ne l’est.
          L’argument de la fausse traduction ne tient pas : je n’ai aucune raison de penser que l’Arabe soit une langue intraduisible. Au pire, quand il y a plusieurs sens, on met des notes de bas de page, c’est connu comme truc.

          Je pense que faire porter le chapeau à la traduction est un moyen de ne pas regarder la vérité en face.

          Répondre
  5. Fenston
    Fenston dit :

    Je n’avais jamais pris le temps de lire le Coran, et j’avoue que c’est assez terrifiant. Je me doutais que mon statut de mécréant n’était pas bien vu par ce livre, mais j’étais loin de me douter que c’était à ce point. Il y a une telle haine, c’est incroyable. On pourrait croire que le texte a été modifié dans le but de le discréditer, mais à priori, il n’en est rien.
    J’espère que vous ferez le même travail pour la Bible et la Torah. Je suis désolé pour vous, mais ça me semble nécessaire. Il va falloir en passer par là 😀
    En tous cas, bon courage pour la suite, ça doit être fastidieux.

    Répondre
  6. Amron
    Amron dit :

    Lorsque j’ai évoqué la lecture du coran avec une autre langue que l’arabe car la traduction même si il fait de bon foie perdra un peu leur compréhension et leur signification
    Second point lorsque j’ai évoqué la lecture du coran en arabe c’est dans le sens de partager sa splendeur d’écriture et son originalité et sa finesse
    d’ailleurs lorsque le prophète a commencé la lecture du coran on lui dit que c’est de la poésie et lorsque les gens on commence de l’admirer et de le croire on dit que c’est la magie
    Bref si vous voulez partager la lecture en français, pas de problème
    Vous reprochez au texte du coran les menaces contre les incroyants et les actes horribles que l’on commet en son non
    Premièrement il faut finir la lecture pour commencer en discuter
    Second tous les lois qui existe sur terre sont texte baser sur les menaces et persuasive
    Alors du propos des actes horribles
    Le coran ou dieu n’a jamais dit de faire ces actes à son nom c’est a lui seul de faire ce qui il veut ou de pardonner a qu’il veut
    et lorsque quelque’ un fait les actes avec lui on est dans le « chirk » et « chirk » vient de verbe « charaka » qui veut dire associer
    voir
    Surat 4 verset [116]  » Dieu ne pardonne pas qu’on Lui associe quoi que ce soit, mais Il pardonne à qui Il veut des péchés de moindre importance, car qui associe à Dieu
    s’égare profondément. »
    Surat 7 verset 156 et 157
    « Réserve-nous un heureux destin en ce monde et en la vie future ! Nous revenons à Toi,
    pleins de repentir. Mon châtiment, dit le Seigneur, tombera sur qui Je veux, et Ma
    miséricorde embrasse toute chose ; Je la destine à ceux qui Me craignent, qui font la
    zakât et qui croient en Nos signes ; [157] à ceux qui suivront l’Envoyé, qui est le
    Prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans le Pentateuque et l’Évangile,
    et qui leur recommande le Bien et leur interdit le Mal, qui déclare licite pour eux ce qui
    est bon et illicite ce qui est impur, qui les soulage de leur fardeau et les délivre de
    leurs chaînes. Ceux qui auront cru en lui, qui l’auront secouru et soutenu, qui auront
    pris pour guide la lumière descendue avec lui, ceux-là connaîtront le vrai bonheur. »

    La phrase « réserve-nous » est mal traduit et il est lu en arabe « oktobe » qui venu du verbe
    ‘kataba’ qui veut dire « ecrit »
    La phrase « Nous revenons à Toi » est mal traduit mais on le lit « Hodnat » qui venue du mot Hod ou
    yahod qui est le peuple juif qui veut dire nous croyons en notre religion juif
    Comme les musulmans diront « aslamna » venu du mot « moslim et islam »
    Alors si on relit avec les deux mots « oktobe » et « hodna » a plus sens
    Surat 109
    Dis : «Ô négateurs ! [2] Je n’adore pas ce que vous adorez ; [3] pas plus que vous
    n’adorez ce que j’adore ! [4] Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez [5] et
    vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.[6] À vous votre religion, et à moi la
    mienne !»
    ce dernier surat evopque la liberte de religion

    Répondre
    • Fenston
      Fenston dit :

      Résumons :
      «Ô négateurs ! [2] Je n’adore pas ce que vous adorez ; [3] pas plus que vous
      n’adorez ce que j’adore ! [4] Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez [5] et
      vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.[6] À vous votre religion, et à moi la
      mienne !»

      -> Chacun sa religion

      «Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. – Dis : « Certes, c’est la direction d’Allah qui est la vraie direction ». Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allah ni protecteur ni secoureur.»

      -> Mais les autres religions se trompent, et tant pis pour ses croyants

      «N’as-tu pas vu comment agissent ceux qui ont reçu une part du Livre, et qui sont maintenant invités au Livre d’Allah pour trancher leurs différends; comment un groupe des leurs tourne le dos et s’esquive?
      24. C’est parce qu’ils disent : « Le Feu ne nous touchera que pour un nombre de jours déterminés. Et leurs mensonges les trompent en religion.»

      -> Et tu périras par les flammes si tu crois en ces fausses religions

      «C’est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s’y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d’autres versets qui peuvent prêter à d’interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au coeur une inclinaison vers l’égarement, mettent l’accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n’en connaît l’interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : « Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur! » Mais, seuls les doués d’intelligence s’en rappellent.»

      -> Mais tu fais comme tu veux hein, je ne te force pas la main, de toutes façons tu peux choisir quelle interprétation te convient.

      Pratique.

      Répondre
  7. Eric
    Eric dit :

    Bon courage si vous faites les 114 sourates, ça va être long…
    Vous faites bien le distinguo entre le Coran et la violence de certains de ces adeptes, et c’est toujours utile de le rappeler (et de rappeler on a nous un hymne national qui parle de sang impur tout juste bon à irriguer nos sillons et on le vit très bien 🙂 )

    Après j’ai l’impression, mais je peux me tromper, que le Coran est un ouvrage bien plus « politique » que la Bible (dont les livres des deux Testaments ont moult auteurs, étalés sur moult siècles) dans le sens où ils visaient l’unité politique des Arabes à un moment précis, ce qui n’a pas eu lieu pour les chrétiens qui avaient déjà un empire unifié (ni pour les Juifs il me semble mais là je suis très incompétent). J’aurais tendance à dire que ça explique le fait que selon les besoins on puisse toujours trouver un passage du Coran à invoquer pour justifier la conduite du chef (ce qui fait qu’il est remarquablement bien écrit :-p )

    Ahmed Djebbar, un historien spécialiste des sciences arabes (et particulièrement des maths) situe si ma mémoire est bonne le retour de l’islam conservateur après les grosses catastrophes subies par les Arabes (croisades et surtout pillage de Bagdad par les Mongols) soit 500 ans après la fin des conquêtes arabes. Les interprétations vont et viennent sur un matériau apte à permettre un grand écart idéologique (de l’âge d’or d’Averroès jusqu’aux dissensions modernes) qui lui dépend du contexte externe… Enfin c’est ce que j’ai décidé de croire :-p

    Répondre
    • Claudine
      Claudine dit :

      « qu’un sang impur abreuve nos sillons » signifie : le peuple nourrira nos terres. Sang pur : les nobles, sang impur le peuple (de la révolution)

      Répondre
  8. Arkhaen
    Arkhaen dit :

    Je me trompe peut-être mais comme mon voisin du dessus, j’ai tendance a essayer de remettre l’écriture d’un livre dans le contexte dans lequel il a été écrit. L’exemple du « Prince » de Machiavel me parait ici a-propos, un livre extrêmement décrié et mal interprété, auquel on a donné nombre d’intentions au fil du temps, qui une fois remis dans son contexte historique prend un véritable sens d’unification et de recherche de renaissance d’une nation en plein effondrement.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Je ne doute pas que des théologiens soient formés à justifier moralement dans un « contexte approprié » les appels au meurtre qui tapissent les Ecritures. Cela fait partie de leur métier.
      La question que je me pose c’est : quid des lecteurs actuels, et de ce qu’ils se sentent autorisés à faire au nom du Dieu censé être à l’origine de ces textes ? Ce contexte là me semble plus important.

      Répondre
  9. Arkhaen
    Arkhaen dit :

    Avant d’aller plus avant dans cette discussion, il me semble nécessaire de préciser que je ne suis pas théologien. D’ailleurs je ne suis même pas croyant. J’estime juste qu’il est important de bien mettre en lumière une scène pour en distinguer au mieux les acteurs.

    Ceci étant posé, et pour répondre à la question, c’est là que le contexte d’écriture est important. Car les textes religieux, quels qu’ils soient ( je pense tout autant au Coran qu’au Lévitique, dans la Bible, réputé chez les athées pour ses diverses incitations à la haine et la violence ), ne devraient plus être pris au pied de la lettre. Se sentir autorisé à quoi que ce soit, de nos jours, parce que c’est écrit dans un livre rédigé il y a plus d’un millénaire, dans un contexte totalement différent, est un anachronisme total. D’où ma référence au « Prince » précédemment : hors de son contexte, les intentions que l’ont donne à un texte sont biaisés par notre propre contexte.

    Alors pourquoi les textes religieux n’ont pas été modifié en profondeur depuis le temps ? Je me permettrai une hypothèse ici, et laisserai aux autres le soins de l’évaluer : il y a, dans le modèle du texte sacré, un énorme problème, corollaire au fait qu’il émane d’une « puissance supérieur et plus sage que l’homme ». Personne sur cette terre n’a la moindre légitimité pour le remanier. Les croyants estiment ne pas avoir le droit de changer la parole de leur dieu. Et les croyants des autres religions, tous comme les athées, se trompant ou étant trompés, suivant le texte que l’on lit, n’ont pas le moindre « droit » de le faire.

    Et il est encore moins possible de le faire aujourd’hui. Imaginons un instant que l’équivalent d’un concile se forme pour réformer, « expurger » le Coran. A la suite de cette réforme, comment les croyants réagiraient ? Il y aurait probablement une forme de réactance chez les plus rigoristes, accompagné d’un effet Streisand, les condamnant à se retrouver entre-eux, hors de lieux leur permettant de modérer et de remettre dans son contexte la « parole sacrée ».

    Les textes sont là, avec leurs lots de règles issus d’époques révolues, et il est très difficile de les modifier. Dès lors, à part en trouvant un moyen pour que les croyants cesse de croire, la meilleure solution, je pense, est de remettre un contexte à des textes qui ne sont plus adaptés.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      le prince de Machiavèle n’a,pas vocation a été pris pour « parole d’Evangile » si vous me passez l’expression. Il y a bien une spécificité dans les textes religieux que vous évoquez mais semblez ne pas voir pour ce qu’elle est : une spécificité : ce sont des textes qui affirment une volonté divine, ce sont des textes politiques ; ils prescrivent ce que l’on DOIT faire et ce que l’on ne DOIT pas faire. Et la religion consiste à croire que ces textes ont bien une origine surnaturelle.
      Si personne sur Terre n’a l’autorité pour remanier ces textes (je suis d’accord avec vous) alors ils sont irrécupérables. Et il faut en dénoncer les outrances, les errements, les dangers. Parce que le contexte, c’est aujourd’hui. Que les croyants qui veulent croire trouvent à croire en des idées meilleures, on ne va pas leur dire quoi penser. Mais qu’on fasse l’effort de critiquer comme il se doit les idées et les textes dangereux.
      En définitive, je ne vois pas trop où nos positions divergent.

      Répondre
      • Arkhaen
        Arkhaen dit :

        La où nos positions divergent c’est sur l’utilisation que vous faites du texte pour le dénoncer. Vous en faites une lecture littérale. C’est tout aussi anachronique que la lecture des rigoristes. Faire quelques recherches quand à son contexte ( si ce n’est déjà fait bien entendu ), et remettre le livre en perspective par rapport à son époque me parait être une méthode critique bien plus constructive, ayant moins de chance de braquer les croyants dans leur foi. Ensuite vous pourrez pointer, si vous le souhaitez, le fait que cette absence d’atemporalité montre que les livres sacrés ne sont pas prévus pour notre époque, ce qui contredit l’écriture par un être divin, sage et omnipotent.

        Répondre
  10. Ira Loréna
    Ira Loréna dit :

    Bonjour à tous les lecteurs qui liront mon message : la traduction du saint Coran en français est souvent horrible pour certains versets et du coup : fausse et faussée… Par exemple en arabe le mot « daraba » a été traduit par le verbe « frapper » !!! Grande injustice car ce n’est pas ce que signifie ce mot dans cette sourate : dans cette sourate Dieu explique qu’il faut sanctionner la femme si elle a commis l’adultère et sanctionner peut être pris aussi psychologiquement : c’est-à-dire que l’homme doit montrer sa réprobation que sa femme l’a trompée et ne plus lui parler ; le mari trompé doit montrer une coupure par rapport à la vie d’avant où il n’avait pas été trompé… Et évidemment ça doit être des hommes qui ont traduit le saint Coran en français et ils ont mis le verbe « battre » ou « frapper ». Savez-vous qu’un mot arabe peut avoir plus de VINGT SIGNIFICATIONS ! Jamais une autre langue n’a autant de richesse de vocabulaire et de richesse de sens ! Ensuite, en ce qui concerne le verset « … alors laissez-les en paix. Allah demeure Accueillant au repentir et Miséricordieux. »
    —> De la sévérité mais un peu de compassion. En voilà une bonne nouvelle ! Peut-on s’en réjouir ? Eh bien malheureusement dans la version française officielle figure la note suivante :
    « Ce verset est abrogé par (S24, v.2) et par les traditions du prophète.» Faux et archi faux !!! Ceci est la remarque des écoles sunnites (quatre écoles sunnites et en plus la nouvelle doctrine sectaire wahabite) car chez les chiites c’est différent ! La miséricorde des hommes envers leur femme, même si l’homme a été trompé est toujours d’actualité… Le saint Prophète a été envoyé en miséricorde ainsi que le saint Coran et jamais le Prophète n’aurait dit qu’il ne faut pas pardonner à sa femme ! Il y a le Coran et sa traduction et donc laissez donc de côté les commentaires qui sont entre parenthèses… Chaque « école sunnite » y va de sa sauce avec son exégèse des versets du Coran. Alors voilà : il y a donc bel et bien miséricorde si l’homme offensé le souhaite !!

    Répondre
    • Martin
      Martin dit :

      Et puis comme toujours si la femme « craint » la désobéissance de son marie, qu’est-ce que le Coran propose ?
      RIEN, , la femme aura les droits que les HOMMES lui donneront. (selon l’époque, le pays, l’humeur du moment quoi )

      De plus l’homme à déjà par nature la facheuse tendance à utiliser sa force physique pour soumettre la femme assez lâchement, alors on attendrait de Dieu qu’il empêche ça, mais non au contraire le Coran empire les choses car c’est DIEU lui même qui approuve, et commande à l’homme à continuer…

      Répondre
  11. Martin
    Martin dit :

    Ira Loréna@ Oui le mot DARABA peut avoir plusieurs signification, voyons les quels ont du sens avec ce verset :
    DARABA, ضرب: peut signifier, selon le contexte : frapper, battre , corriger quelqu’un taper, tirer un coup de feu, élever, lancer, multiplier, mélanger, brouiller, mêler, proposer,imposer quelqu’un,insinuer, parcourir un pays, faire signe, interpréter; dresser la tente, jouer d’un instrument de musique …
    si vous en connaissez d’autre je vous en prie.

    Si la majorité des traductions disent « Frapper » ce n’est pas pour rien… au mieux on trouvera « corrigez les »… mais DARABA ici exprime l’idée de « choc » de « coup » utilisé ailleurs dans le coran aussi pour parler de coup physique.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.