Violence de la sourate 5

Sourate 5

AL-MA-IDAH (LA TABLE SERVIE)

Ordre chronologique n°112

  • Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
  1. Ô les croyants! Remplissez fidèlement vos engagements. Vous est permise la bête du cheptel, sauf ce qui sera énoncé [comme étant interdit]. Ne vous permettez point la chasse alors que vous êtes en état d’ihram. Allah en vérité, décide ce qu’Il veut.

—> On nous rappelle qu’Allah décide ce qu’il veut, ce qui ressemble à un avertissement du genre : ne cherchez pas à comprendre.

  1. Ô les croyants! Ne profanez ni les rites du pèlerinage (dans les endroits sacrés) d’Allah, ni le mois sacré, ni les animaux de sacrifice, ni les guirlandes, ni ceux qui se dirigent vers la maison sacrée cherchant de leur Seigneur grâce et agrément. Une fois désacralisés, vous êtes libres de chasser. Et ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à transgresser. Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !

—> Un bon point : ne pas se laisser guider par la haine. Mais cette injonction n’est pas un appel à l’amour du prochain, elle est seulement une mise en perspective : la haine peut attendre, Allah non. D’abord les prières, ensuite la guerre.

  1. Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée – sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte -. (Vous sont interdits aussi la bête) qu’on a immolée sur les pierres dressées, ainsi que de procéder au partage par tirage au sort au moyen de flèches. Car cela est perversité. Aujourd’hui, les mécréants désespèrent (de vous détourner) de votre religion : ne les craignez donc pas et craignez-Moi. Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous. Si quelqu’un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché… alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

—> Commence la longue liste des interdictions, sous peine d’être désigné comme « pervers » Et on retrouve un discours proche d’un délire de persécution : partout des mécréants mal intentionnés qu’il faut craindre moins qu’Allah.

  1. Ils t’interrogent sur ce qui leur est permis. Dis : « Vous sont permises les bonnes nourritures, ainsi que ce que capturent les carnassiers que vous avez dressés, en leur apprenant ce qu’Allah vous a appris. Mangez donc de ce qu’elles capturent pour vous et prononcez dessus le nom d’Allah. Et craignez Allah. Car Allah est, certes, prompt dans les comptes.

—> Craindre, toujours craindre.

  1. « Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur mahr, avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l’au-delà, du nombre des perdants.

—> Sans surprise la femme est rangée parmi les consommables. On peut considérer que le mariage vaut mieux que d’être traité en amante, c’est en tout cas la ligne de ceux qui défendent le texte (et qui font croire qu’aucune tradition ne protégeait les femmes avant l’avènement de l’Islam). Notons toutefois que, juste ou injuste envers les femmes : sans la foi, c’est la loose garantie.

  1. Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu’aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu’aux chevilles. Et si vous êtes pollués « junub », alors purifiez-vous (par un bain); mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu ou’ il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants.

—> L’obsession de la pureté se retrouve dans les 3 monothéismes. Notons ici que toucher une femme rend un homme impur. Allah s’attend à ce que les croyants lui soient reconnaissants ; au verset précédent et au verset suivant, il leur demande de le craindre. Demandons-nous quel genre de personnage joue retour à tour les tyrans et les bienfaiteurs.

  1. Et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous, ainsi que l’alliance qu’Il a conclue avec vous, quand vous avez dit : « Nous avons entendu et nous avons obéi ». Et craignez Allah. Car Allah connaît parfaitement le contenu des cœurs.
  2. Ô les croyants! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste. Pratiquez l’équité : cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

—> Le texte semble incapable de prescrire une bonne action (ici être équitable et juste) sans l’agrémenter de la menace de la punition. On reste dans le conditionnement par la peur. Celui qui tue l’esprit critique et prépare les individus à obéir à celui qui dit parler au nom de Dieu.

  1. Allah a promis à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres qu’il y aura pour eux un pardon et une énorme récompense.
  2. Quant à ceux qui ne croient pas et traitent de mensonge Nos preuves, ceux-là sont des gens de l’Enfer.

—> Menace derechef. L’enfer pour les uns, le pardon pour les autres. Ce qui indique que même ceux qui ne méritent pas l’Enfer doivent se faire pardonner des choses. Les humains sont tous coupables. La culpabilisation fait partie des stratégies de manipulation mentale qui aboutissent à l’obéissance.

  1. Ô les croyants! Rappelez-vous le bienfait d’Allah à votre égard, le jour où un groupe d’ennemis s’apprêtait à porter la main sur vous (en vue de vous attaquer) et qu’Il repoussa leur tentative. Et craignez Allah. C’est en Allah que les croyants doivent mettre leur confiance.

—> Allah montre sa grandeur en repoussant les ennemis, comme n’importe quel dieu de la guerre…

  1. Et Allah certes prit l’engagement des enfants d’Israël. Nous nommâmes douze chefs d’entre eux. Et Allah dit : « Je suis avec vous, pourvu que vous accomplissiez la Salat, acquittiez la Zakat, croyiez en Mes messagers, les aidiez et fassiez à Allah un bon prêt. Alors, certes, J’effacerai vos méfaits, et vous ferai entrer aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Et quiconque parmi vous, après cela, mécroît, s’égare certes du droit chemin » !
  2. Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre d’entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants.

—> Encore une fois on nous parle des juifs, de leur trahison d’Allah et de la malédiction qui est sur eux. Et on nous rabâche cette histoire folle que c’est Allah qui est responsable du fait qu’ils se détournent de sa parole. MAIS pour une fois on évoque le pardon, et ça c’est bien.

  1. Et de ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens », Nous avons pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Nous avons donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Et Allah les informera de ce qu’ils faisaient.

—> Allah est donc semeur de haine dans le cœur des hommes.

  1. Ô gens du Livre! Notre Messager (Muhammad) vous est certes venu, vous exposant beaucoup de ce que vous cachiez du Livre, et passant sur bien d’autres choses! Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus d’Allah !

—> Retenons ici le verbe « caché » indique que les juifs et les chrétiens savent qu’ils désobéissent à Allah… Leur faute est donc délibérée.

  1. Par ceci (le Coran), Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit.
  2. Certes sont mécréants ceux qui disent : « Allah, c’est le Messie, fils de Marie!  » – Dis : « Qui donc détient quelque chose d’Allah (pour L’empêcher), s’Il voulait faire périr le Messie, fils de Marie, ainsi que sa mère et tous ceux qui sont sur la terre? A Allah seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux ». Il crée ce qu’Il veut. Et Allah est Omnipotent.

—> Nous avons bien lu ? Mahomet n’hésite pas à dire que s’il voulait son dieu à lui pourrait tuer Jésus et toute sa famille… Comme ça !

Après cela (v18-26) on recycle le mythe de David et Goliath en mettant en scène Allah qui fustige un tout petit peu les juifs : ce « peuple pervers »

  1. Les Juifs et les Chrétiens ont dit : « Nous sommes les fils d’Allah et Ses préférés. » Dis : « Pourquoi donc vous châtie-t-Il pour vos péchés?  » En fait, vous êtes des êtres humains d’entre ceux qu’Il a créés. Il pardonne à qui Il veut et Il châtie qui Il veut. Et à Allah seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux. Et c’est vers Lui que sera la destination finale.
  2. Ô gens du Livre! Notre Messager (Muhammad) est venu pour vous éclairer après une interruption des messagers afin que vous ne disiez pas : « Il ne nous est venu ni annonciateur ni avertisseur ». Voilà, certes, que vous est venu un annonciateur et un avertisseur. Et Allah est Omnipotent.
    20. (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : « Ô, mon peuple! Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous, lorsqu’Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois. Et Il vous a donné ce qu’Il n’avait donné à nul autre aux mondes.
  3. Ô mon peuple! Entrez dans la terre sainte qu’Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants.
  4. Ils dirent : « Ô Moïse, il y a là un peuple de géants. Jamais nous n’y entrerons jusqu’à ce qu’ils en sortent. S’ils en sortent, alors nous y entrerons ».
  5. Deux hommes d’entre ceux qui craignaient Allah et qui étaient comblés par Lui de bienfaits dirent : « Entrez chez eux par la porte; puis quand vous y serez entrés, vous serez sans doute les dominants. Et c’est en Allah qu’il faut avoir confiance, si vous êtes croyants ».
  6. Ils dirent : « Moïse! Nous n’y entrerons jamais, aussi longtemps qu’ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez tous deux. Nous restons là où nous sommes ».
  7. Il dit : « Seigneur! Je n’ai de pouvoir, vraiment, que sur moi-même et sur mon frère : sépare-nous donc de ce peuple pervers« .
  8. Il (Allah) dit : « Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils erreront sur la terre. Ne te tourmente donc pas pour ce peuple pervers« .

Ensuite, et sans aucune espèce de transition, on nous raconte l’histoire d’Abel et Caïn…

  1. Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam. Les deux offrirent des sacrifices; celui de l’un fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas. Celui-ci dit : « Je te tuerai sûrement ». « Allah n’accepte, dit l’autre, que de la part des pieux ».
  2. Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n’étendrai pas vers toi ma main pour te tuer : car je crains Allah, le Seigneur de l’Univers.
  3. Je veux que tu partes avec le péché de m’avoir tué et avec ton propre péché : alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes.
  4. Son âme l’incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants.
  5. Puis Allah envoya un corbeau qui se mit à gratter la terre pour lui montrer comment ensevelir le cadavre de son frère. Il dit : « Malheur à moi! Suis-je incapable d’être, comme ce corbeau, à même d’ensevelir le cadavre de mon frère?  » Il devint alors du nombre de ceux que ronge le remords.
  6. C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie*, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.

—> On cite souvent le passage souligné en omettant qu’est circonstancié : Il est défendu de tuer une personne non coupable d’une « corruption », ce qui autorise donc, ipso facto, à tuer toute personne coupable d’une corruption. Surtout que le contexte de ce verset est tristement clair avec celui qui suit…

* le « quiconque lui fait don de la vie » est expliqué en note de bas de page. Il faut comprendre « quiconque pourrait tuer quelqu’un mais ne le fait pas », il ne s’agit donc pas de sauver la vie de quelqu’un, mais simplement d’accepter de ne pas le tuer. Epargner une vie est présenté comme un grand exploit, comme si c’était déjà beaucoup demander…

  1. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment,
  2. excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir : sachez qu’alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

—> Il s’agit d’un appel au meurtre et à la mutilation. Le Coran promet, évidemment, un énorme châtiment dans l’au-delà, mais aussi l’ignominie ici-bas. Seuls sont épargnés ceux qui se repentissent avant de perdre la « guerre ».

  1. Ô les croyants! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause. Peut-être serez-vous de ceux qui réussissent!

—> Craignez et luttez ! Quant aux mécréants, les versets suivants nous apprennent des choses inouïes…

  1. Si les mécréants possédaient tout ce qui est sur la terre et autant encore, pour se racheter du châtiment du Jour de la Résurrection, on ne l’accepterait pas d’eux. Et pour eux il y aura un châtiment douloureux.
  2. Ils voudront sortir du Feu, mais ils n’en sortiront point. Et ils auront un châtiment permanent.
    à Eh oui, vous l’ignoriez sans doute, mais les mécréants, une fois morts souffriront en enfer pour toujours.
  3. Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage.
  4. Mais quiconque se repent après son tort et se réforme, Allah accepte son repentir. Car, Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux.

—> Sévices corporels et mutilations agréent à Allah. Mais après vous avoir découpé le corps, il accepte vos excuses.

  1. Ne sais-tu pas qu’à Allah appartient la royauté des cieux et de la terre? Il châtie qui Il veut et pardonne à qui Il veut. Et Allah est Omnipotent.

—> Nous avons affaire à un verset qui est quasiment un élément de ponctuation. On a coutume de dire que l’on ne dit que ce qui ne va pas de soi. À lire ces pages on se rend compte que l’omnipotence, le pouvoir et la miséricorde d’Allah ne vont pas de soi, car il faut à tout crin répéter que cela est. On est dans le performatif : on attend que ces phrases donnent de la réalité à ce qu’elles contiennent. Et le but est toujours le même : susciter la peur du châtiment.

  1. Ô Messager! Que ne t’affligent point ceux qui concourent en mécréance; parmi ceux qui ont dit : « Nous avons cru » avec leurs bouches sans que leurs cœurs aient jamais cru et parmi les Juifs qui aiment bien écouter le mensonge et écouter d’autres gens qui ne sont jamais venus à toi et qui déforment le sens des mots une fois bien établi. Ils disent : « Si vous avez reçu ceci , acceptez-le et si vous ne l’avez pas reçu, soyez méfiants ». Celui qu’Allah veut éprouver, tu n’as pour lui aucune protection contre Allah. Voilà ceux dont Allah n’a point voulu purifier les coeurs. A eux, seront réservés, une ignominie ici-bas et un énorme châtiment dans l’au-delà.

—> Je suis désolé qu’encore une fois il faille constater que le mécréant et en particulier le juif sont désignés comme l’ennemi auquel on doit réserver un « énorme châtiment » et l’ignominie ici-bas. Allah ordonne que ces gens-là souffrent dans le monde réel, et il répète cet ordre ad nauseam.

Ensuite il est question de justice, et celle de Mahomet est supérieure aux autres. C’est une référence au fait que les juifs n’appliquent plus la lapidation des adultères mais seulement la flagellation, Mahomet lui bien sûr juge qu’il faut les lapider (information obtenue en note de bas de page). Le texte défend la loi du Talion qui est un principe de vengeance proportionné plutôt que de justice…

  1. Ils sont attentifs au mensonge et voraces de gains illicites. S’ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne toi d’eux. Et si tu te détournes d’eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Allah aime ceux qui jugent équitablement.
  2. Mais comment te demanderaient-ils d’être leur juge quand ils ont avec eux la Thora dans laquelle se trouve le jugement d’Allah? Et puis, après cela, ils rejettent ton jugement. Ces gens-là ne sont nullement les croyants.
  3. Nous avons fait descendre le Thora dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d’Allah, et ils en sont les témoins . Ne craignez donc pas les gens, mais craignez Moi. Et ne vendez pas Mes enseignements à vil prix. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, les voilà les mécréants.
  4. Et Nous y avons prescrit pour eux vie pour vie, oeil pour oeil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Les blessures tombent sous la loi du talion. Après, quiconque y renonce par charité, cela lui vaudra une expiation. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes.
  5. Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l’Évangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux.
  6. Que les gens de l’Évangile jugent d’après ce qu’Allah y a fait descendre. Ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers.

—> Et on sait grâce aux sourates précédentes tout ce qui va leur tomber sur le coin de la figure à ces pervers.

48. Et sur toi (Muhammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes oeuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez.

—> Tentative de rationaliser l’apparente impuissance d’Allah sur le monde. S’il avait voulu, eh bien tout le monde lui obéirait. Mais il en décidé autrement : pour éprouver les hommes. À titre personnel c’est ce genre de raisonnement que je qualifierais volontiers de ‘pervers’.

  1. Juge alors parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce qu’Allah t’a révélé. Et puis, s’ils refusent (le jugement révélé) sache qu’Allah veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers.

—> Allah veut que ces pervers de mécréants souffrent dans le monde réel. Même ceux du dernier rang ont dû finir par le comprendre.

  1. Est-ce donc le jugement du temps de l’Ignorance qu’ils cherchent? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme?
  2. Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

—> Cet ordre a déjà été entendu auparavant. Il est interdit au musulman d’avoir pour ami un juif ou un chrétien. C’est clair et limpide.

  1. Tu verras, d’ailleurs, que ceux qui ont la maladie au coeur se précipitent vers eux et disent : « Nous craignons qu’un revers de fortune ne nous frappe. » Mais peut-être qu’Allah fera venir la victoire ou un ordre émanant de Lui. Alors ceux-là regretteront leurs pensées secrètes.

—> En toutes lettres est ici identifié le crime de pensée. Les pensées secrètes des gens constituent des raisons de les punir. Il est difficile d’imaginer une idée plus violente que celle-là qui permet à celui qui détient le pouvoir de punir absolument n’importe qui pour n’importe quelle raison.

  1. Et les croyants diront : « Est-ce là ceux qui juraient par Allah de toute leur force qu’ils étaient avec vous?  » Mais leurs actions sont devenues vaines et ils sont devenus perdants.
  2. Ô les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion… Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier d’Allah, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur. Telle est la grâce d’Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient.

—> Qu’arrive-t-il à celui qui apostasie ? Les docteurs de l’Islam sont tous d’accord : dans un pays où s’applique la charia, l’apostat est promis à la peine de mort. Ce verset ne le dit pas explicitement, mais il rappelle que le peuple d’Allah est en « lutte » et qu’il est fier et puissant envers les mécréants.

  1. Vous n’avez d’autres alliés qu’Allah, Son messager, et les croyants qui accomplissent la Salat, s’acquittent de la Zakat, et s’inclinent (devant Allah).
  2. Et quiconque prend pour alliés Allah, Son messager et les croyants, [réussira] car c’est le parti d’Allah qui sera victorieux.

—> Le vocabulaire est celui de la guerre.

  1. Ô les croyants! N’adoptez pas pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le Livre fut donné avant vous et parmi les mécréants. Et craignez Allah si vous êtes croyants.
  2. Et lorsque vous faites l’appel à la Salat, ils la prennent en raillerie et jeu. C’est qu’ils sont des gens qui ne raisonnent point.

—> On a envie de rire devant une telle accusation de ne pas raisonner…

  1. Dis : « Ô gens du Livre! Est-ce que vous nous reprochez autre chose que de croire en Allah, à ce qu’on a fait descendre vers nous et à ce qu’on a fait descendre auparavant? Mais la plupart d’entre vous sont des pervers.

—> Peut-être que les « gens du livre » ont à reprocher à Mahomet de les traiter de pervers toutes les cinq minutes. Parce que depuis tous les musulmans sont légitiment en droit d’en faire autant, et que cela n’est pas vraiment propice à la paix entre les gens de bonne volonté.

  1. Dis : « Puis-je vous informer de ce qu’il y a de pire, en fait de rétribution auprès d’Allah? Celui qu’Allah a maudit, celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs, et de même, celui qui a adoré le Tagut, ceux-là ont la pire des places et sont les plus égarés du chemin droit ».
  2. Lorsqu’ils viennent chez vous, ils disent : « Nous croyons. » Alors qu’ils sont entrés avec la mécréance et qu’ils sont sortis avec. Et Allah sait parfaitement ce qu’ils cachent.

—> Nouvelles répétition des menaces d’Allah. D’un point de vue rationaliste, le Coran est jusqu’à présent une pénible répétition des mêmes griefs de Mahomet contre des méchants qui refusent de le croire quand il dit qu’il a reçu les pleins pouvoir de Dieu…

  1. Et tu verras beaucoup d’entre eux se précipiter vers le péché et l’iniquité, et manger des gains illicites. Comme est donc mauvais ce qu’ils oeuvrent!
  2. Pourquoi les rabbins et les docteurs (de la Loi religieuse) ne les empêchent-ils pas de tenir des propos mensongers et de manger des gains illicites? Que leurs actions sont donc mauvaises!
  3. Et les Juifs disent : « La main d’Allah est fermée!  » Que leurs propres mains soient fermées, et maudits soient-ils pour l’avoir dit. Au contraire, Ses deux mains sont largement ouvertes : Il distribue Ses dons comme Il veut. Et certes, ce qui a été descendu vers toi de la part de ton Seigneur va faire beaucoup croître parmi eux la rébellion et la mécréance. Nous avons jeté parmi eux l’inimité et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Toutes les fois qu’ils allument un feu pour la guerre, Allah l’éteint. Et ils s’efforcent de semer le désordre sur la terre, alors qu’Allah n’aime pas les semeurs de désordre.

—> ibidem : on a vraiment un texte d’une grande puérilité qui montre Allah semant la haine chez ceux qui refusent le Coran puis qui dit qu’il n’aime pas les « semeurs de désordre »…

  1. Si les gens du Livre avaient la foi et la piété, Nous leur aurions certainement effacé leurs méfaits et les aurions certainement introduits dans les Jardins du délice.
  2. S’ils avaient appliqué la Thora et l’Évangile et ce qui est descendu sur eux de la part de leur Seigneur, ils auraient certainement joui de ce qui est au-dessus d’eux et de ce qui est sous leurs pieds. Il y a parmi eux un groupe qui agit avec droiture; mais pour beaucoup d’entre eux, comme est mauvais ce qu’ils font!

—> Les mécréants, toujours les mécréants. Le Coran parle beaucoup plus d’eux que de n’importe qui d’autre !

  1. Ô Messager, transmets ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n’aurais pas communiqué Son message. Et Allah te protégera des gens. Certes, Allah ne guide pas les gens mécréants.
  2. Dis : « Ô gens du Livre, vous ne tenez sur rien, tant que vous ne vous conformez pas à la Thora et à l’Évangile et à ce qui vous a été descendu de la part de votre Seigneur. » Et certes, ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur va accroître beaucoup d’entre eux en rébellion et en mécréance. Ne te tourmente donc pas pour les gens mécréants.
  3. Ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Sabéens, et les Chrétiens, ceux parmi eux qui croient en Allah, au Jour dernier et qui accomplissent les bonnes œuvres, pas de crainte sur eux, et ils ne seront point affligés.

—> Et soudain on nous dit que les non-musulmans qui agissent bien ne seront pas affligés, en totale contradiction avec tout ce qu’on a pu lire auparavant. Mais quel est le critère pour définir si ces non-musulmans agissent bien ?

  1. Certes, Nous avions déjà pris l’engagement des Enfants d’Israël, et Nous leur avions envoyé des messagers. Mais chaque fois qu’un Messager leur vient avec ce qu’ils ne désirent pas, ils en traitent certains de menteurs et ils en tuent d’autres.
  2. Comptant qu’il n’y aurait pas de sanction contre eux, ils étaient devenus aveugles et sourds. Puis Allah accueillit leur repentir. Ensuite, beaucoup d’entre eux redevinrent aveugles et sourds. Et Allah voit parfaitement ce qu’ils font.
  3. Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Allah c’est le Messie, fils de Marie. » Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d’Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur ». Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs!
  4. Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : « En vérité, Allah est le troisième de trois. » Alors qu’il n’y a de divinité qu’Une Divinité Unique! Et s’ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux.

—> Un peu plus tôt (v69) on nous disait que les chrétiens justes ne seraient pas affligés. Mais ici, le ton change : quiconque est chrétien ira en enfer. Y a-t-il une sorte d’instabilité de l’humeur de Dieu dans le texte, ou de celle de Mahomet, ou de celles de ceux qui ont réécrit le texte par la suite ? En tout cas ces contradictions flagrantes sont traitées comme si elles ne posaient aucune espèce de problème simplement parce que les croyants partent du principe que le texte ne peut pas se tromper.

  1. Ne vont-ils donc pas se repentir à Allah et implorer Son pardon? Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
  2. Le Messie, fils de Marie, n’était qu’un Messager. Des messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent.

—> Scoop : Jésus et sa maman consommaient de la nourriture. (le Coran part du principe que Jésus a bel et bien existé, ce qui semble nécessaire pour manger ne serait-ce qu’un noyau de datte)

  1. Dis : « Adorez-vous, au lieu d’Allah, ce qui n’a le pouvoir de vous faire ni le mal ni le bien?  » Or c’est Allah qui est l’Audient et l’Omniscient.

—> On rappelle qu’Allah a le pouvoir de faire le mal… et le bien. Mais le mal surtout.

  1. Dis : « Ô gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit.
  2. Ceux des Enfants d’Israël qui n’avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie, parce qu’ils désobéissaient et transgressaient.
  3. Ils ne s’interdisaient pas les uns aux autres ce qu’ils faisaient de blâmable. Comme est mauvais, certes, ce qu’ils faisaient!
  4. Tu vois beaucoup d’entre eux s’allier aux mécréants. Comme est mauvais, certes, ce que leurs âmes ont préparé, pour eux-mêmes, de sorte qu’ils ont encouru le courroux d’Allah, et c’est dans le supplice qu’ils éterniseront.

—> On tourne en rond depuis par mal de temps dans ce texte qui revient sans cesse aux malédictions prononcées par Allah. Notons qu’une fois encore on parle de Jésus, de sa mère, des chrétiens, des juifs et des mécréants qui sont finalement les personnages principaux du Coran.

  1. S’ils croyaient en Allah, au Prophète et à ce qui lui a été descendu, ils ne prendraient pas ces mécréants pour alliés. Mais beaucoup d’entre eux sont pervers.

—> Pervers, mécréants : même combat !

Dans la suite (v82-85), quand ils ne sont pas enflés d’orgueil, les chrétiens qui lisent le Coran pleurent et se convertissent, avant qu’on nous rappelle le prix à payer quand on résiste

  1. Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants. Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens. » C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil.
  2. Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager [Muhammad], tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité. Ils disent : « Ô notre Seigneur! Nous croyons : inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent (de la véracité du Coran).
  3. Pourquoi ne croirions-nous pas en Allah et à ce qui nous est parvenu de la vérité. Pourquoi ne convoitions-nous pas que notre Seigneur nous fasse entrer en la compagnie des gens vertueux? « .
  4. Allah donc les récompense pour ce qu’ils disent par des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Telle est la récompense des bienfaisants.
  5. Et quant à ceux qui ne croient pas et qui traitent de mensonges Nos versets, ce sont les gens de la Fournaise.

—> Traitez Mahomet de menteur et le maître de l’univers vous le fera regretter !

  1. Ô les croyants : ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu’Allah vous a rendues licites. Et ne transgressez pas. Allah, (en vérité,) n’aime pas les transgresseurs.
  2. Et mangez de ce qu’Allah vous a attribué de licite et de bon. Craignez Allah, en qui vous avez foi.

—> On revient sur les interdits alimentaires, ce qui est censé être le thème principal de cette sourate aussi déstructurée que les précédentes.

  1. Allah ne vous sanctionne pas pour la frivolité dans vos serments, mais Il vous sanctionne pour les serments que vous avez l’intention d’exécuter. L’expiation en sera de nourrir dix pauvres, de ce dont vous nourrissez normalement vos familles, ou de les habiller, ou de libérer un esclave. Quiconque n’en trouve pas les moyens devra jeûner trois jours. Voilà l’expiation pour vos serments, lorsque vous avez juré. Et tenez à vos serments, Ainsi Allah vous explique Ses versets, afin que vous soyez reconnaissants!
  2. Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, œuvre du Diable. Écartez-vous en, afin que vous réussissiez.
  3. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimité et la haine, et vous détourner d’invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin?
  4. Obéissez à Allah, obéissez au Messager, et prenez garde! Si ensuite vous vous détournez… alors sachez qu’il n’incombe à Notre messager que de transmettre le message clairement.

—> On rappelle les interdits au cas où les gens n’écouteraient pas bien. On rappelle que le Diable existe et qu’il joue aux flèches.

  1. Ce n’est pas un pêché pour ceux qui ont la foi et font de bonnes oeuvres en ce qu’ils ont consommé (du vin et des gains des jeux de hasard avant leur prohibition) pourvu qu’ils soient pieux (en évitant les choses interdites après en avoir eu connaissance) et qu’ils croient (en acceptant leur prohibition) et qu’ils fassent de bonnes oeuvres; puis qui (continuent) d’être pieux et de croire et qui (demeurent) pieux et bienfaisants. Car Allah aime les bienfaisants.
  2. Ô les croyants! Allah va certainement vous éprouver par quelque gibier à la portée de vos mains et de vos lances. C’est pour qu’Allah sache celui qui le craint en secret. Quiconque après cela transgresse aura un châtiment douloureux.

—>  A nouveau Allah puni les humains pour ce qu’ils pensent en secret. N’est-ce pas une invitation à la paranoïa ?

  1. Ô les croyants! Ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état d’Ihram. Quiconque parmi vous en tue délibérément, qu’il compense alors, soit par quelque bête de troupeau, semblable à ce qu’il a tué, d’après le jugement de deux personnes intègres parmi vous, et cela en offrande qu’il fera parvenir à (destination des pauvres de) la kaaba, ou bien par une expiation, en nourrissant des pauvres, ou par l’équivalent en jeûne. Cela afin qu’il goûte à la mauvaise conséquence de son acte. Allah a pardonné ce qui est passé; mais quiconque récidive, Allah le punira. Allah est Puissant et Détenteur du pouvoir de punir.
  2. La chasse en mer vous est permise, et aussi d’en manger, pour votre jouissance et celle des voyageurs. Et vous est illicite la chasse à terre tant que vous êtes en état d’Ihram. Et craignez Allah vers qui vous serez rassemblés.
  3. Allah a institué la Kaaba, la Maison sacrée, comme un lieu de rassemblement pour les gens. (Il a institué) le mois sacré, l’offrande (d’animaux,) et les guirlandes, afin que vous sachiez que vraiment Allah sait tout ce qui est dans les cieux et sur la terre; et que vraiment Allah est Omniscient.
  4. Sachez qu’Allah est sévère en punition, mais aussi Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
    à Très peu d’informations sont données, car une partie importante du texte consiste toujours à répéter qu’Allah est sévère mais miséricordieux, mais dur, mais juste
  1. Il n’incombe au Messager de transmettre (le message). Et Allah sait ce que vous divulguer tout comme ce que vous cachez.
  2. Dis : « Le mauvais et le bon ne sont pas semblables, même si l’abondance du mal te séduit. Craignez Allah, donc, ô gens intelligents, afin que vous réussissiez
  1. Ô les croyants! Ne posez pas de questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous mécontenteraient. Et si vous posez des questions à leur sujet, pendant que le Coran est révélé, elles vous seront divulguées. Allah vous a pardonné cela. Et Allah est Pardonneur et Indulgent.
    102. Un peuple avant vous avait posé des questions (pareilles) puis, devinrent de leur fait mécréants.

—> Allah décourage explicitement les questions qui risquent d’ébranler la foi des croyants. Allah est donc totalement contre l’esprit critique grâce auquel on peut vérifier si une chose est vraie…

  1. Allah n’a pas institué la Bahira, la Saïba, la Wasila ni le Ham, Mais ceux qui ont mécru ont inventé ce mensonge contre Allah, et la plupart d’entre eux ne raisonnent pas.
  2. Et quand on leur dit : « Venez vers ce qu’Allah a fait descendre (La Révélation), et vers le Messager », ils disent : « Il nous suffit de ce sur quoi nous avons trouvé nos ancêtres. » Quoi! Même si leurs ancêtres ne savaient rien et n’étaient pas sur le bon chemin…?

Après cela viennent les directives pour faire votre testament.

  1. Ô les croyants! Vous êtes responsables de vous-même ! Celui qui s’égare ne vous nuira point si vous vous avez pris la bonne voie. C’est vers Allah que vous retournerez tous; alors Il vous informera de ce que vous faisiez.
  2. Ô les croyants! Quand la mort se présente à l’un de vous, le testament sera attesté par deux hommes intègres d’entre vous, ou deux autres, non des vôtres, si vous êtes en voyage dans le monde et que la mort vous frappe. Vous les retiendrez (les deux témoins), après la Salat, puis, si vous avez des doutes, vous les ferez jurer par Allah : « Nous ne faisons aucun commerce ou profit avec cela, même s’il s’agit d’un proche, et nous ne cacherons point le témoignage d’Allah. Sinon, nous serions du nombre des pêcheurs ».
  3. Si l’on découvre que ces deux témoins sont coupables de pêché, deux autres plus intègres, parmi ceux auxquels le tort a été fait, prendront leur place et tous jureront par Allah : « En Vérité, notre témoignage est plus juste que le témoignage de ces deux-là; et nous ne transgressons point. Sinon, nous serions certainement du nombre des injustes ».
  4. C’est le moyen le plus sûr pour les inciter à fournir le témoignage dans sa forme réelle; ou leur faire craindre de voir d’autres serments se substituer aux leurs. Et craignez Allah et écoutez. Allah ne guide pas les gens pervers.
  5. (Rappelle-toi) le jour où Allah rassemble (tous) les messagers, et qu’Il dira : « Que vous a-t-on donné comme réponse?  » Ils diront : « Nous n’avons aucun savoir : c’est Toi, vraiment, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu ».

Puis petit retour sur Jésus… Une transition ? Pourquoi faire ?

  1. Et quand Allah dira : « Ô Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton âge mûr. Je t’enseignais le Livre, la Sagesse, la Thora et l’évangile! Tu fabriquais de l’argile comme une forme d’oiseau par Ma permission; puis tu soufflais dedans. Alors par Ma permission, elle devenait oiseau. Et tu guérissais par Ma permission, l’aveugle-né et le lépreux. Et par Ma permission, tu faisais revivre les morts. Je te protégeais contre les Enfants d’Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d’entre eux qui ne croyaient pas dirent : « Ceci n’est que de la magie évidente ».
  2. Et quand J’ai révélé aux Apôtres ceci : « Croyez en Moi et Mon messager (Jésus) ». Ils dirent : « Nous croyons; et atteste que nous sommes entièrement soumis ».
  3. (Rappelle-toi le moment) où les Apôtres dirent : « Ô Jésus, fils de Marie, se peut-il que ton Seigneur fasse descendre sur nous du ciel une table servie?  » Il leur dit : « Craignez plutôt Allah, si vous êtes croyants« .
  4. Ils dirent : « Nous voulons en manger, rassurer ainsi nos cœurs, savoir que tu nous as réellement dit la vérité et en être parmi les témoins ».
  5. « Ô Allah, notre Seigneur, dit Jésus, fils de Marie, fais descendre du ciel sur nous une table servie qui soit une fête pour nous, pour le premier d’entre nous, comme pour le dernier, ainsi qu’un signe de Ta part. Nourris-nous : Tu es le meilleur des nourrisseurs. »
  6. « Oui, dit Allah, Je la ferai descendre sur vous. Mais ensuite, quiconque d’entre vous refuse de croire, Je le châtierai d’un châtiment dont Je ne châtierai personne d’autre dans l’univers. »

—> Allah accepte de servir le diner, mais voyez à quel prix ! Ce petit groupe de versets donne leur nom à toute la sourate. Il semble donc que ce miracle où Allah joue les traiteurs soit d’une grande importance. Nulle trace de violence physique dans cette idée, sauf qu’il est question que ceux qui sont conviés sont en même temps menacés du châtiment le plus douloureux. On retrouve la méthode de manipulation mentale qui consiste à accorder des bienfaits tout en menaçant de représailles toute ingratitude. Ce type de violence mentale transpire dans toutes les sourates lues jusqu’à présent.

  1. (Rappelle-leur) le moment où Allah dira : « Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : « Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allah?  » Il dira : « Gloire et pureté à Toi! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu.
  2. Je ne leur ai dit que ce Tu m’avais commandé, (à savoir) : « Adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur ». Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m’as rappelé, c’est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose.
  3. Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage ».

—> Châtiment et pardon sont les deux mamelles de la manipulation des croyants.

  1. Allah dira : « Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement. » Allah les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès.
  2. A Allah seul appartient le royaume des cieux, de la terre et de ce qu’ils renferment et Il est Omnipotent.

Petit bilan

Encore une sourate sans fil conducteur, sans idée directrice, sans lien direct avec son titre, bref une sourate mal écrite. On incriminera sûrement la traduction, y compris pour justifier l’absence de toute transition. On retrouve ici des appels à la guerre sainte et au meurtre d’une grande clarté qu’il est impossible de confondre avec une injonction à s’opposer pacifiquement a ceux qui combattraient l’Islam. La violence la plus présente est celle qui consiste à placer Allah en bienfaiteur au simple fait qu’il se retient de punir atrocement certains êtres humains, s’ils le craignent suffisamment.

L’angle de lecture était de nous demander si le Coran pouvait susciter des comportements violents. Au fil de la lecture une thèse  légèrement différente s’installe peu à peu : que le Coran soumet le croyant à des injonctions paradoxales, exige de lui qu’il abolisse tout esprit critique et qu’il le prépare à accepter de commettre des atrocités au nom d’Allah. C’est le principe d’obéissance, du conditionnement à chercher à plaire à un Dieu violent, qui nous semble régner sur l’ensemble du texte. Mais cela ne contribue pas à dédouaner le Coran des crimes commis en son nom. Au contraire.

22 réponses
  1. Ilian
    Ilian dit :

    Je suis votre lecture avec assiduité et cela me passionne.
    Peut être faudrait t’il rappelé que l’un des « problèmes » majeurs du Coran est la façon dont il aurait été créée , c’est à dire dire , Mahomet aurait directement écrit ce que lui racontait l’ange Gabriel à l’oreille qui lui même tenait d’Allah (sans rire ça pourrait pas venir de la , l’expression de téléphone arabe ?) , donc qu’il n’y a en soit que dieu comme auteur , alors que dans la Torah et les évangiles , c’est plus ou moins admis qu’il y a des auteurs humains derrière (au moins dans l’ancien testament y a plusieurs livres donc au moins plusieurs auteurs ce qui pourraient justifier les contradictions , et dans l’évangile , aucun chrétien ne pourra nier l’existence des conciles et de toutes les mouvances qu’il y a eu dans l’antiquité ) .

    Après je me pose les questions suivantes:
    -Le fait que le texte soit violent n’est il pas le fait de la violence dans la société de l’époque (peut être aussi des condition de vie en Arabie à l’époque , je ne connais pas trop cette période de l’histoire) dans ces régions)?
    – Quel fut aussi l’effectivité du Coran à cette époque ? Par de ce que je me rappelle dans mes livres d’histoire , c’est que les sciences et la culture plus « raffiné » étaient plutôt dans le monde arabe, non ?
    – Je n’ai pas trouvé qui fait que l’expansion de l’Islam fut si importante, peut on pensez que le Coran fut un atout dans les conquêtes des musulmans ? Je veux dire , ok les sassanides et les byzantins s’étaient affaiblies à force de se battre entre eux , mais c’étaient quand même des empire relativement puissant par rapport à l’Arabie, si vous connaissez des textes ou vidéos expliquant les avantages qu’avaient les musulmans sur les autres peuples et si leur foi était un avantage, vu qu’elle demandait obéissance et discipline par exemple ?

    Répondre
    • Ilian
      Ilian dit :

      En fait je viens de trouver une vidéo du dessous des cartes où les explications de la réussite de l’expansion musulmane seraient :
      – Une meilleure utilisation des chevaux
      – Les musulmans semblaient moins oppresseurs et plus tolérants que les chrétiens ou juifs.
      – La conversion était tentante pour de nombreux peuple parce qu’ils trouvaient que l’Islam étaient moins oppressif en matière de pêchées par rapport au judaïsme et au christianisme.
      Les liens si vous voulez voir , la vidéo est en deux parties:
      https://youtu.be/W4J78vS-_L8
      https://www.youtube.com/watch?v=7I6w_FhUoQU

      Répondre
      • Acermendax
        Acermendax dit :

        Merci pour vos commentaires.
        Pour être tout à fait précis, je n’ai pas d’avis arrêté sur le fait que l’Islam soit plus ou moins violent que les autres religions que ce soit aujourd’hui ou dans le passé. Ma lecture n’a pas non plus pour but de désigner que le Coran serait le pire ou le meilleur texte du monde. Je ne fais pas de comparaison, car cet exercice demanderait une expertise que je n’ai pas.
        Je me place en tant que lecteur suffisamment intelligent pour comprendre le sens des mots, et je regarde le texte dans son ensemble en me demandant quel effet il produit sur le lecteur actuel. Est-ce un texte qui appelle à la tolérance ou à l’oppression, au pardon ou au châtiment, à la guerre ou à la paix, etc.
        Critiquer le texte, ce n’est pas critiquer les gens, mais ce n’est même pas critiquer la religion en tant que tradition et en tant que pratique.

        Ce n’est pas pour minimiser la portée de mes articles mais pour être bien sûr que l’on comprenne ma démarche. Dire que le Coran est violent, si telle est la conclusion a laquelle j’arrive sera déjà bien suffisant pour défendre l’idée que l’Islam a un sérieux problème dans les fondements de son dogme.

        Répondre
      • Pheynes
        Pheynes dit :

        L’Islam a également joué au niveau social, principalement dans l’éducation. Contrairement à l’Europe chrétienne, où les textes, écrits en latin, étaient détenus par le clergé, le Coran était mis à disposition du public, ce qui a permis de:

        * Donner un niveau d’éducation basique au peuple (lire, écrire, compter…);

        * Unifier leur empire, déjà à l’époque Rashidun, autour de la langue arabe.

        Le Coran était également une des pierres angulaires de la recherche et de la découverte scientifique. Les Mu’tazila, de part leurs positions religieuse et philosophique, ont donné une raison au progrès social et technique avec le Coran. Ça a donné la Bagdad du 9e siècle.

        Répondre
        • Anas
          Anas dit :

          Pas d’accord. Le Coran est écrit dans un standard littéraire qui n’est parlé par le vulgaire (personne du peuple). De plus, aux premiers siècles de l’Islam, la majorité de la population n’était pas encore arabophone, les gens parlaient syriaque au Levant, Copte en Egypte, Perse en Iran, Latin en Espagne, Berbère au Maghreb…etc
          Les textes n’étaient pas spécialement accessibles à la majorité.

          Répondre
  2. qwerty
    qwerty dit :

    Libre à toi de montrer que l’Islam est fondamentalement mauvais, j’empêche pas la liberté d’expression. Même si à mon sens, c’est largement contre productif et ne fait qu’envenimer une situation d’oppression mais bon. Je vais juste mettre deux trois choses au clair. Ah oui, je ne suis pas musulman ou quoi, mais la méthode d’étude présenté ici me semble comporter quelques biais, qu’il est souhaitable de corriger afin de pas partir sur le postulat : Islam = mauvais, et argumenter dans ce sens. Utilisons une méthode rationnelle scientifique.

    Premièrement, je pars du principe qu’on est tous égaux devant l’interprétation des Textes, de n’importe quel religion, et que personne n’a d’autorité là dessus. Néanmoins, sortir hors contexte quelque chose, c’est mauvais, car on peut faire dire n’importe narwak, même sans le faire exrpès. Il faut donc faire attention au contexte. Là, on a le contexte des écritures, et de ce fait citer ce qui se passe avant/après le verset. Mais il y a aussi le contexte socio-culturel : la réalité est différente en France au XXI que celle de l’Arabie Saoudite du XIe siècle.

    Il existe au moins une 60aines de traductions différentes du Coran. Donc des biais forcément. Sans oublier qu’à la mort de Mahomet, il y a eu un schisme, et donc il y a au minimum 2 versions du Coran dès le départ. Le truc, c’est que les gens ont eu tellement d’égo qu’ils ont essayé de réécrire à leur sauce pour coller avec leurs idéaux. Déjà à l’époque, il y a eu une manip politique.

    Bref, il y a trop de facteurs qui ont fait que le Coran étudié n’est pas le même que celle révélé au départ. Et de ce fait, on peut pas porter un jugement en disant « l’Islam c’est de la merde, c’est violent », vu qu’on compare des choux et des patates. C’est comme si je réecrivais Marx pour lui faire dire que le capitalisme, c’est cool.

    Bref, pour bien comprendre le truc, il faut 1) étudier le contexte socio-culturel de l’époque, 2) apprendre l’arabe littéraire, 3) retrouver le livre original. Et là on peut commencer à essayer de voir quelque chose, mais tout en restant humble, vu qu’il y a des métaphores et des éléments de contextes qui nous échappement.

    Ce que je dis là est valable pour toutes les religions qui ont laissée des textes, mais il faut encore plus de pincettes pour les traditions orales.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Vous commettez l’erreur que j’ai pris soin d’éviter, à savoir de dire Islam = Coran.
      Il me semble que ce n’est pas le cas et qu’il y a dans la culture islamique beaucoup de choses autour du texte. Ici, c’est le texte qui est décortiqué et passé au rible d’un jugement critique du 21ème siècle. Si on en arrive à la conclusion que le Coran est violent, qu’il véhicule des idées nocives à l’humanité, nous n’aurons pas démontré pour autant que l’Islam est forcément mauvais en toutes occasion. Tel n’est pas le but : je vous invite à relire l’avant propos de cette série d’articles.

      Pour le reste, les traductions, les versions etc. Encore une fois c’est hors sujet. Je ne m’intéresse pas à la valeur du texte original, mais au texte actuel, celui qui est cité dans toutes les langues en ce moment même par des fanatiques qui ne sont pas exactement les bienfaiteurs de l’humanité (certains fanatiques citent d’autres textes, mais celui-ci a un succès important de nos jours…)
      Libre à vous de penser que regarder le texte en fac est inutile, je respecte votre droit à le penser et à le dire. Permettez moi de penser que vous avez tort.

      Répondre
      • Hipocrate du 92
        Hipocrate du 92 dit :

        Bonjour,
        Votre article est intéressant et ce genre d’analyse est trop peu présente sur le net. Néanmoins votre partialité et votre manque de pondération desservent votre analyse;
        Une style moins engagé et moins véhément pourrait permettre à votre article ainsi qu’a la zététique en général d’être mieux perçu en perdant son arrogance au profit d’un style « froid et scientifique ».
        Une remise en contexte pourrait aussi être intéressante, et si cela dépasse vos compétences un lien ou une ouverture sur le contexte historique d’alors serait pour le moins pas trop mal.
        Bien à vous bisou chaton

        Répondre
  3. qwerty
    qwerty dit :

    Mea culpa. Néanmoins, c’est surtout dans le sunnisme qui fait part à la tradition, le chiiste étant plus dans le texte et moins dans la tradition. Je tenais à faire cette remarque, car en vous lisant, il semble que vous parlez de la première branche, qui est certes majoritaire.

    Certes, le texte tel décrit est utilisé par les fanatiques, je ne dis pas le contraire. Néanmoins, peut-on dire que c’est le même texte du départ. Pour reprendre la question de départ qui posait la question de savoir si le Coran était violent, on devrait dire « le Coran actuellement ». Les textes religieux ne sont pas fait pour avoir une lecture littérale, ce que semble pas faire les fanatiques. Il semblerai avoir une « réponse du berger à la bergère » en essayant d’avoir une démarche d’interprétation et non littérale, chose que je ne pourrais pas faire pour faute d’érudition.

    A vrai dire, j’ai du mal à percevoir le but de la démarche, même après avoir lu vos articles. Démontrer que le Coran pousse à la barbarie ? Si on regarde l’histoire, et selon une doxa en vigueur chez de nombreux « musulmans modérés », l’Islam a justement sortie les peuples arabes de la barbarie (pensez à l’empire ottoman. OK, certes c’est pas parfait, mais c’est un bon boulot). On peut imaginer le rôle de la femme, qui est passé de moins que rien à la valeur de 0.5 hommes (le témoignage de 3 femmes (et donc 1.5 hommes) étant plus fort qu’1 homme.

    Bref, votre démarche semble intéressante, quoi que incomplète à mon goût, un texte étant le fruit d’une époque. Juste par curiosité, quel est votre « matériau de base » (version du Coran ? l’édition… ?). Je dis ça, car il existe réellement différents Coran, selon les branches et sectes. J’ai pût comparer un Coran sunnite et un autre chiite et il y a des différences. Malgré votre démarche, louable, scientifique, j’ai peur qu’il y ai un biais en disant que votre version est universelle. Je suis comme vous, à la recherche d’une compréhension, avec une approche zététique, tout en évitant les biais cognitifs.

    PS : je pourrais avoir votre démarche et justement pas avoir la même interprétation. Mais bon, personne n’aurais ni tort, ni raison, juste des avis différents, et en gens civilisés, nous allons pas nous taper dessus.

    PPS : Même si votre intention peut sembler noble de comprendre le fanatisme, j’ai peur d’un autre fanatisme : celui des racistes qui prennent une lecture littérale et déformée de votre texte, et s’en sert pour stigmatiser.

    Répondre
  4. devil
    devil dit :

    Très bon travail Acermandax! Qui plus est d’utilité publique!
    Je m’étonne toujours de l’aveuglement de ceux (toujours trop nombreux) qui écartent l’hypothèse pourtant la plus probable que le coran ait été écrit par des Hommes pour des Hommes…
    On parle d’un texte écrit il y a plus de 1000 ans dont l’intérêt et la véracité ne tient qu’à la seule transmission culturelle!
    Outre la peur de la mort, l’Homme est un animal profondément social qui éprouve un besoin viscéral d’appartenir à un groupe…
    L’absence d’esprit critique et de logique de la part des adorateurs des livres sacrés coran/bible/torah (au passage, pourquoi existe-t-il autant de textes sacrés?) tend à confirmer la difficulté de renier ou de relativiser les valeurs/croyances d’un groupe pour ne pas s’en exclure. Quand un croyant défend le droit de croire, il défend avant tout son propre droit de croire et marque ainsi son appartenance à un groupe de croyants.
    Au delà de la peur de la sanction divine, les défenseurs du coran craignent de trahir ceux qui leur ont transmis leurs croyances…
    Heureusement, et malgré les efforts de certains, ce genre d’article permet d’instiller le doute face aux discours religieux et de fragiliser la transmission culturelle des croyances!
    Vive les sciences 😉

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Probablement. Si le temps le permet…
      Pour le pourquoi, il est annoncé dans l’introduction à cette lecture critique.

      Répondre
  5. Boudienny
    Boudienny dit :

    Bonjour Acermendax,
    Je suis un grand adepte de votre travail et en général de celui des zététiciens. Etant moi-même scientifique (en économie, la pire espèce), je m’intéresse de près à la question de l’émergence, la stabilisation et la transformation des institutions. L’étude des institutions demandent quand même une certaine rigueur scientifique, et je reproche à ce travail de ne pas en avoir. Et notamment, il est nécessaire de rejeter toute forme de déterminisme. Il faut d’abord refuser le déterminisme dans la démarche (je ne vais pas l’apprendre à un zététicien !). Ensuite, il faut rejeter le déterminisme dans l’élucidation même de l’émergence de l’institution.
    Tout d’abord, il me semble que, malgré les pincettes que vous prenez, vous cherchez à démontrer que le Coran est violent. Vous citez intégralement le texte, mais vous vous permettez des commentaires un peu quand ça vous arrange. De même, vous ne cherchez absolument pas à comprendre qui sont les gens cités dans le texte et pourquoi (les Chrétiens, les Juifs, les mécréants etc.). Du coup, ça sonne en effet comme de la violence gratuite. Vous dites que tiens donc, d’une part, le texte appelle au massacre d’un peuple, mais juste après, en fait, ce peuple sera épargné. En lisant pour ma part le même texte que vous proposez, j’ai une lecture bien différente : ces peuples sont « bons », ils se sont « juste petit à petit détournés du droit chemin ». En replaçant le texte dans le monde de la fin de l’Antiquité, on peut supposer aisément que les deux religions monothéistes n’ont plus rien à voir avec l’enseignement des messages « divins ». Rien de nouveau sous le soleil, ce texte est véritablement très proche de l’Ancien Testament, et ça commence dès la Genèse, beaucoup de passages indiquent que le peuple élu à le droit de venger « Dieu » de quiconque soit s’écarte du droit chemin, soit tout simplement nie l’existence du Dieu. Le livre d’Ezéchiel est probablement le plus explicite à ce sujet. Le monothéiste de l’Ancien Testament et du Coran sont très proches : il faut craindre Dieu, car il est capable de toutes les atrocités et demandent des sacrifices. Par la crainte, il obtient ainsi l’obéissance. Le Nouveau Testament fait un peu figure d’exception, Dieu est remplacé par un être non pas omniscient ni omnipotent, mais par un Dieu intime qui aime tout le monde, il suffit juste de le « trouver en soi ». Mais on sait que la religion chrétienne a remis pendant un très long moment ce Dieu a l’image de ce qu’il est dans les autres religions : un Dieu à craindre sous peine de toutes les horreurs. Donc rien de nouveau, le passage du Coran ne fait que reprendre en ses propres termes ce que l’Ancien Testament promettait à ceux qui se détournaient de Dieu ou cherchaient à le défier…
    Enfin, l’autre risque quand on étudie l’émergence d’un institution, c’est le déterminisme qui consiste à dire « cela a été fait « on purpose » ». Quand on lit vos commentaires, on a un peu l’impression que tout ces écrits sont le fruit d’un raisonnement logique d’un homme (ou d’un groupe d’homme) afin d’imposer tel ou tel état de la société, et de justifier tels ou tels actes. Certes, le but d’une religion est bien d’instituer la société, c’est-à-dire, de façonner les rapports sociaux autour de « compréhensions communes », généralement indiscutables (« Dieu a dit que », tout comme « Mao a dit que »). En économie, je me permets une parenthèse, ce risque consiste surtout à dire que « le capitalisme est plus efficace que n’importe quel autre système », car l’efficacité se mesure selon les critères capitalistes, donc que le capitalisme, s’il est là, c’est bien qu’il est meilleur. Ou alors, dire que « c’est dans la nature humaine de faire du profit ». Une loi naturelle ne se discute pas. Or, en science sociale, les lois sociales se discutent. Car si on part de l’hypothèse (irréfutable) que « l’homme est con », alors forcément, toute idée de rationalité, ou de naturalité des rapports sociaux est à exclure. Donc oui, je ne nie absolument pas le fait que la religion (dans sa diversité) a pour conséquence de « clore l’imaginaire » (au sens de Castoriadis), c’est-à-dire de détourner quiconque de la pensée critique en l’empêchant de réfléchir à « d’où vient cette pratique sociale ? ». Attaquer ce passage du Coran car il refuse tout esprit critique, c’est comme critiquer un chat car il marche sur ses 4 pattes. De même, critiquer la violence physique promise à ceux qui défient Dieu, sans tenir compte du contexte socio-historique de l’époque (multitudes de royaumes souvent se foutant sur la gueule pour des histoires peu nobles, absence de système judiciaire développé, et surtout diversification des pratiques religieuses un peu au bon vouloir des théologiens et des princes…), c’est accuser ce passage du Coran de violence gratuite. Or, si on suppose que ce texte n’a pas été écrit « on purpose », mais reste un texte purement religieux, n’ayant aucun autre but que d’instituer les rapports sociaux entre groupes de « fidèles », toute la violence décrite dans ce passage n’est qu’une manière qu’à l’auteur d’une part de définir son auditoire (les bons vs. les mécréants), et d’autre part, de les convaincre d’exécuter ses ordres. Exactement comme le code pénal nous dit que tel crime est puni de telle sanction. Reste ensuite à savoir qui doit appliquer les sanctions, et c’est juste sur ce point que le texte est ambigu : un coup c’est les croyants, un coup c’est Dieu lui même.
    La pensée critique s’applique aussi en science sociale, mais il faut pour cela adopter une démarche réflexive et systémique ! Adopter une démarche réflexive consiste à revenir au moment même où on observe un fait social, sur les hypothèses qui nous ont conduit à observer ce fait social (ici, l’institution de la violence par cette sourate). Ce raisonnement par « abduction », permet d’intégrer des éléments tout en en rejetant d’autres et ainsi produire une analyse de l’évènement la plus « indépendante » possible de son observateur (car oui, la méthode dite scientifique n’est pas applicable en sciences sociales, car un fait social n’est pas reproductible, car il est ancré dans une histoire et une société). La méthode systémique complète cette approche en refusant l’idée qu’une cause entraine telle conséquence (il n y aucun déterminisme en histoire). Si on adopte une démarche purement linéaire, hypothético-déductive, on tombe nécessairement soit dans l’explication naïve, soit dans l’explication fausse, par omission. Cette démarche hypothético-déductive ne peut s’appliquer qu’une fois qu’on a extrait des paramètres ayant pu causer tel fait social. La statistique, la lecture d’archives et les témoignages sont des outils à disposition du scientifique pour vérifier une hypothèse. A la question « cette sourate est-elle violente ? », il faut d’abord définir ce qu’est la violence, et aussi ce qu’est cette sourate. Utiliser la lecture linéaire de ce texte n’apporte aucune réponse. Ce texte est-il violent ? Si on part du principe qu’un texte religieux a pour but d’instituer la société, la violence prononcée dans ce texte n’est qu’un procédé argumentatif. A partir de là, ce texte ne fait strictement ni chaud ni froid…
    J’ai d’ailleurs hâte d’écouter votre live sur les sciences sociales…

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      «Ce texte est-il violent ? Si on part du principe qu’un texte religieux a pour but d’instituer la société, la violence prononcée dans ce texte n’est qu’un procédé argumentatif. A partir de là, ce texte ne fait strictement ni chaud ni froid…»

      Je trouve qu’il faut une certaine témérité pour tenir un tel propos alors que ce « procédé argumentatif » irrigue les discours de justification d’actes violents et de haine depuis des siècles, sans espoir que cela s’arrête vraiment durant le 21ème.

      Répondre
      • Boudienny
        Boudienny dit :

        La violence, qu’elle soit physique ou symbolique, est un moyen d’instituer une relation sociale, d’incorporer une position dans la société. Oui c’est un texte violent, mais c’est au citoyen de juger si cette violence est légitime ou non. Pas au scientifique, qui a pour rôle de mettre en avant ce mécanisme. C’était là le sens de mon propos.
        Rajouter des fondements moraux à la science sociale ne fait que travestir la pensée scientifique. Ce n’est pas à l’économiste de juger si la violence d’un patron à son employé et plus ou moins « bonne » que la violence d’un maître à son esclave, il doit juge mettre en avant ces phénomènes, ses causes et ses conséquences.

        Répondre
  6. chris
    chris dit :

    Quand j’ai lu le coran, j’ai eu la même logique qu’Acermendax, c’est à dire déceler beaucoup de violence, d’appel à la guerre contre les mécréants et de crainte envers Allah.
    Il ne fait que mettre en lumière ce qui est écrit.
    Cela dérange apparemment beaucoup de monde….
    Pourtant c’est très clair, il faut juste lire.
    Et ceux qui parle de mauvaise traduction, je rappelle que ceux qui traduisent le coran ne sont pas des mécréants mais des hauts représentants du culte musulman.

    Répondre
  7. chris
    chris dit :

    Je pense que Mendax ne fait pas plus ni moins qu’une analyse descriptive de ce texte.
    On se rend forcément compte qu’il est violent, inégalitaire, dogmatique et intolérant.
    Il ne dit pas que c’est bien ou mauvais…il nous laisse à notre jugement !

    Répondre
  8. Shadow
    Shadow dit :

    Bonjour Acermendax,

    tout d’abord j’aimerai vous dire que j’apprécie grandement votre travail avec Vled. Mais j’aimerai revenir sur cette article précisément où il me semble que en partant avec l’idée de démontrer que le coran soit violent vous ne voyez que ça et que vous prenez un certain parti. Ayant étudiez un peu le coran, je ne suis pas un expert non plus, j’ai appris qu’il ne fallait pas le prendre dans sa littéralité j’ai alors cherché et posé des questions à des personnes plus expérimentés. Ils existent des livres à part, les « tafsir » ou commentaires sur le Coran qui contextualisent les différentes sourates (je reviendrais plus tard sur votre interprétation qui est incomplète car vous prenez la sourate à part alors qu’il faut prendre en compte les sourates qui viennent avant et après). Je vous conseille vivement de lire ces commentaires si vous en avez le temps. Il est vrai que le Coran est violent mais comme je l’ai dis à ne pas prendre au pied de la lettre. Les personnes dites extrémistes ont fait exactement ce qu’il ne faut pas en interprétant comme bon leur semble ou en se laissant amadouer par d’autres mal intentionnées, par manque d’esprit critique et de curiosité. J’aimerai plus tard, compléter votre analyse si vous me permettez, je manque de temps actuellement (partiels oblige).

    Répondre
  9. chris
    chris dit :

    Bonjour
    Qui décrète que ce qu’il y a marqué dans le coran ne doit pas être pris littéralement ?
    Cela veut dire que le texte est creux si on cherche une autre signification que ce qu’il y a d’écrit…
    Un livre religieux doit être compris par tout le monde, et par conséquent, par le peuple.
    Donc il doit être clair, net et précis, à mon humble avis.
    Cordialement

    Répondre
    • Shadow
      Shadow dit :

      Demandez donc à un théologien. Et demandez donc à un musulman si il n’a pas compris ce qu’il y a d’écrit (la plupart des musulmans en France ou ailleurs ne veulent pas tous nous tuer à ce que je sache, les terroristes sont en minorité). Par exemple, lorsqu’il parle de toutes ces injonctions à la guerre, il y a dans les premières sourates certaines conditions dont celui de s’être fait attaqué d’abord, sinon en aucun cas, ils ne doivent entrer en conflit, et si ces conditions ne sont pas remplies alors ils doivent respecter les autres peuples comme n’importe qui. Juste pour rappel, à une certaine époque, il me semble que c’était en Espagne sous l’empire ottoman, les musulmans vivaient en paix avec les chrétiens et les athées. Je pense que c’est surtout un manque d’éducation dans certains pays ou chez une certaine catégorie de la population. Car là où je suis à La Réunion, les enfants apprennent très tôt à comprendre le coran. Et je ne pense pas qu’il faille chercher une autre signification, il y a un consensus sur ces commentaires. Un exemple lorsqu’on étudie un texte d’auteur (Balzac, Baudelaire, etc…) au lycée, on fais toujours un commentaire pour une phrase ou un paragraphe qui n’est compréhensible qu’après cela (certaines tournures de phrases ou de mots datant de l’époque de l’auteur).
      Cordialement.

      Répondre
  10. chris
    chris dit :

    Le problème n’est pas les musulmans mais l’islam lui même.
    Il prône le communautarisme, le sexisme, l’homophobie, l’esclavagisme…
    Heureusement que la majorité des musulmans n’adhère pas à ces doctrines.

    Répondre
  11. Shadow
    Shadow dit :

    Je dirais plutôt le contraire.
    Concernant le communautarisme, il est interdit, si je ne me trompe, d’avoir l’esprit nationaliste, tribaliste et communautariste, donc les algériens avec leur slogan et autre à la poubelle. Je vous rappelle que la tolérance est prépondérante dans la religion, vivre avec son ou ses voisins en paix avant toute chose (comme je vous l’ai dis, il y a des règles), peu importe la religion, race etc…
    Le sexisme, je crois pas non plus, une femme peut très bien travailler, conduire (l’arabie saoudite fait n’importe quoi à ce niveau d’ailleurs et tout le reste), hériter, sortir, refuser une demande en mariage (contrairement à la croyance du mariage forcé qui relève de la culture du pays). Par rapport à la sourate 4, il me semble que ce verset à été abroger en tenant compte des « hadith », et qu’il est bien interdit de frapper une femme pour une quelconque raison (sous peine du châtiment maintes fois répété).
    L’homophobie, pareil ce n’est pas l’homosexualité qui est interdite ( et il est encore une fois interdit de limogé une personne pour sa sexualité ou autre), c’est l’acte de sodomie (et normalement les musulmans n’ont pas le droit d’étaler les péchés, peu importe leur nature, aux yeux de tous) donc ce que fait la tchétchénie en ce moment est complètement interdit.
    Et pour l’esclavagisme, il me semble semble que vu l’époque à laquelle est sortit cette sourate, l’Arabie n’était pas islamisée, et que l’esclavage était encore présent partout et ce n’est qu’au fur et à mesure qu’ils ont pu enlever cette pratique. Aujourd’hui, l’esclavagisme est aussi prohibé.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.