Esprit critique es-tu là ? – Expérience de spiritisme

Script de l’épisode

Introduction

Vled dans la Bibliothèque Stanislas.

La science nous éclaire sur le fonctionnement du monde, sur la matière qui le compose. C’est l’approche naturaliste : expliquer la nature par les manifestations même de la nature plutôt que par des concepts imaginaires ou des scénarios attrayants.

En science, on emploie une méthodologie matérialiste. Rien à voir avec une idéologie, ce matérialisme méthodologique forme un cadre à l’intérieur duquel nous savons que nous pouvons produire une connaissance valide, solide, vérifiable.

Et justement, la démarche comporte toujours un volet empirique : on se donne les moyens de tester les hypothèses par l’expérimentation.

C’est un travail ardu, complexe, qui requière beaucoup de temps et d’efforts. Et les résultats ne sont jamais garantis. Alors on peut se poser la question. Est-ce suffisant ? N’y a-t-il rien d’autre à découvrir ?

Et par exemple on pourrait bien se tromper complètement sur la nature des phénomènes lié à l’esprit, lié aux esprits.

Le spiritisme est une doctrine et une pratique tournée vers le monde des esprits. Il existerait des entités immatérielles avec lesquelles l’humain pourrait interagir, dialoguer. Une telle hypothèse est passionnante. Si elle est exacte, il faut que le monde le sache.

Mais comment savoir ?

Comment tester cette hypothèse et passer du statut de croyance à celui de connaissance ? Nous avons été contacté par le vidéaste Sylar afin de l’accompagner sur le terrain et d’exercer un regard critique sur une séance de spiritisme proposée par une jeune femme nommée Farah. J’ai envoyé ma meilleure équipe pour réaliser cette mission.

Acermendax et Loki Jackal se sont déplacés en personne dans des contrées éloignées pour vous rapporter les images qui vont suivre.

Les protocoles utiles.

  1. Test en aveugle (1)
    • Utiliser des cartons où figurent les lettres et chiffres plutôt q’une planche oui ja.
    • Une fois le contact établi, retourner et mélanger les cartons. Numéroter leur verso.
    • Hypothèse testée : l’esprit peut répondre même quand les participants ne voient pas les lettres.
  2. Test en aveugle (2)
    • Bander les yeux des participants un par un. Attendre d’obtenir au moins une réponse avant de bander les yeux du suivant.
    • Hypothèse testée : un seul participant est responsable des réponses. Quand il est aveugle, les réponses perdent leur pertinence.
  3. Information externe
    • Jeter 4 dés dans une boite ouverte sans que personne n’en voit les résultats.
    • Demander à l’esprit de lire les dés.
    • Hypothèse testée : une entité peut avoir accès à des informations que ne possèdent pas les participants.
  4. Le contact du verre.
    • Découper deux feuilles de papier aux dimensions de la surface du verre où les participants posent leurs doigts.
    • Frotter les feuilles avec du savon. Placer les deux feuilles en contact avec leurs faces savonnées. Déposer ce sandwich sur le verre.
    • Hypothèse testée : le verre se déplace seul, les doigts des participants ne font que suivre. (si tel est le cas, alors la feuille de papier du dessus sera en retard sur le mouvement du verre)

Conclusion

L’approche rationnelle de la séance à laquelle vous avez assisté nous a permis de réaliser plusieurs choses. D’abord nous avons pu dialoguer avec une personne qui croit dans l’existence des esprits. Nous avons pu nous mettre d’accord sur un moyen de tester cette croyance. Nous avons mis en place un protocole, validé par tous. Nous avons analysé les faits observables par chacun. Enfin, nous avons pu aboutir une conclusion commune.

Tout cela s’est déroulé avec cordialité, avec respect et avec méthode.

Nous n’avons pas prouvé que notre hôte était malhonnête et cherchait à nous manipuler. L’inverse non plus n’a pas été prouvé. Laissons donc cette question de côté. Nous n’avons pas prouvé que le spiritisme permet réellement de dialoguer avec un esprit… mais nous n’avons pas non plus prouvé le contraire. Nous n’avons pas prouvé l’inexistence des esprits.

En effet on peut imaginer mille hypothèses nouvelles pour rendre compatible notre expérience avec l’existence des esprits. C’est sans fin et c’est épistémique injuste : il est parfois difficile de prouver l’existence d’un phénomène, mais il est souvent impossible de prouver son inexistence.

En conséquence, si les esprits n’existent pas, tout continuera exactement comme aujourd’hui, avec les mêmes allégations, la même absence de preuve. S’ils existent, en revanche, on devrait s’attendre à des découvertes qui ne viennent pas. Chacun est libre d’en tirer ses conclusions personnelles.

 

Une chose a été prouvée au cours de cette expérience ; c’est qu’il est possible aux gens de bonne volonté de se mettre d’accord sur la manière de tester des hypothèses, même quand elles sortent du cadre des objets de la science classique.

Si on propose l’existence d’une entité capable d’interagir avec l’être humain, alors cette interaction est testable, et elle entre dans le champ d’action de la méthode scientifique. Mais avant d’échafauder des thèses, des scénarios et de savantes explications sur les manifestations du paranormal, faisons preuve d’humilité et vérifions que des explications prosaïques ne suffisent pas à rendre compte des faits.

Pour juger avec prudence et méthode, suivons le conseil de scepticisme de Fontenelle : « Assurons-nous bien du fait avant de nous inquiéter de la cause »

***
En complément : la vidéo de Sylar réalisée sur cette même expérience.

1 réponse
  1. nours77
    nours77 dit :

    Méfiez vous, quelque fois quand on l appel, il vient…
    « En science, on emploie une méthodologie matérialiste. Rien à voir avec une idéologie, ce matérialisme méthodologique forme un cadre à l’intérieur duquel nous savons que nous pouvons produire une connaissance valide, solide, vérifiable. »
    Et surtout reproductible… d ou la méthode, afin de pouvoir reproduire l expérience et de tomber sur le même résultat. Et c es la synthèse de tous les résultats qui démontrent quelque chose en science…1 résultat expérience n est pas une preuve, 1000 résultats identique oui s en est une. Un témoignage n est pas une preuve, 1000 témoignages concordants, un peu plus…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.