Vous avez dit « Paranormal » ? (Tronche en Live 39)

Enregistré le 1er  mars 2017 – Invité  Jean-Michel Abrassart.

 

Editorial

Nous croyons tous un tas de choses impossibles.

Nous croyons en l’immortalité de l’âme ou à l’origine extraterrestre des ovnis. Nous croyons à la chance, au destin. Nous croyons aux qualités que nous prêtent nos amis, parfois aux défauts que les moins sympathiques nous attribuent. Nous croyons au pouvoir de l’esprit sur la matière, ou bien aux promesses électorales. Nous croyons aux vertus de la chimiothérapie ou à celles du reiki. Nous croyons l’AFP ou les médias de ré-information. Nous croyons comprendre le monde un peu mieux que ce dont nous sommes capables en réalité. En fait nous ne croyons pas tous les mêmes choses, et vous doutez certainement d’une partie de ce que je viens de lister.

Il y a des choses incroyables. Et pourtant d’autres que nous y croient. Pourquoi y croient-ils ? C’est une bonne question. Mais commençons par élucider le mystère de nos propres croyances respectives. Et pour cela ayons l’humilité de nous souvenir que notre ignorance jette une ombre immense sur l’univers, et que nos explications sur les phénomènes naturels sont souvent incomplètes, partielles, voire fausses. Le monde est infiniment complexe, et nous sommes limités. Nos meilleurs moyens d’investigation sont pour l’heure impuissants à résoudre certaines énigmes. Nous ne possédons pas les outils technologiques et / ou conceptuels pour explorer tous les processus.

On utilise la notion de « paranormal » pour rassembler une gamme de phénomènes réels ou supposés que la méthode scientifique n’aurait –dit-on– pas encore su expliquer. Le paranormal, c’est en quelque sorte ce que la science ne sait pas expliquer aujourd’hui.

Inexpliqué ne veut pas dire inexplicable. Bien téméraire est celui qui prétendrait que tel ou tel phénomène est condamné à échapper éternellement au pouvoir explicatif de la science. Par le passé l’épilepsie et de nombreuses maladies mentales échappaient à toute explication rationnelle. Elles relevaient du paranormal, voire du surnaturel : des entités semi-divines étaient tenues pour responsables de ces événements.

Les vagues scélérates ou les expériences de mort imminente font partie de ces choses dont l’existence fut d’abord remise en question, puis qui défièrent la science avant de trouver des explications toujours plus détaillées et complètes.

Tout phénomène dont l’humain fait l’expérience peut faire l’objet d’un travail scientifique, car pour paraphraser Terence : rien de ce qui est humain n’est étranger à la démarche empirique. On peut enquêter efficacement sur les phénomènes supposés paranormaux. On peut trouver une explication aux témoignages sur les ovnis, les fantômes, les soins énergétiques et autres étrangetés, et bien souvent sans entacher l’honneur des témoins qui sont de bonne foi et rapportent une observation subjective qu’il faut savoir remettre dans son contexte pour lui donner du sens.

Mais tout ce que nous venons de dire est terriblement frustrant, car ce que vous voulez, cher spectateurs, c’est une preuve de l’existence des Petits Gris, de l’authenticité des lettres Ummites, une réponse définitive sur l’Atlantide et sur l’au-delà. Le genre de réponse abondamment fournies dans les livres qui achalandent le rayon Esotérisme les librairies, dont regorgent les sites internet dédiés au paranormal, le genre de réponse dont sont prolixes des centaines d’experts autoproclamés qui ont toujours un petit quelque chose à vous vendre.

Ce soir, nous serons un peu plus exigeants que cela avec notre invité, Jean-Michel Abrassart. Il est l’animateur du podcast Scepticisme Scientifique. Il est aussi docteur en psychologie, sa thèse portait sur « Le modèle sociopsychologique du phénomène OVNI », et il a récemment publié un livre « 60 questions étonnantes sur le paranormal ».

***

Sur le même sujet :

2 réponses
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      Ce genre de livre pourrait quand même donner des réponses définitives sur l’univers. C’est le minimum !!!

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.