Les origines de la morale — Tronche en Live #31

Invités : Stéphane Debove.

Président du Café des Sciences et auteur de la chaîne La Main Baladeuse et du blog Homo fabulus.

Emission enregistrée le 12 juillet 2016.

Editorial

Chers auditeurs, chers abonnés vous êtes des gens bien. La plupart d’entre vous n’ont jamais tué personne, ni même sérieusement songé à le faire. Vous n’avez sans doute jamais tué ni maltraité aucun mammifère de votre vie. L’image d’un être humain qui souffre, ou l’histoire d’un être torturé vous inspire tristesse, dégoût ou colère. Vous êtes des êtres moraux.

Vous êtes des animaux plus moraux que les autres en plus. Vous êtes plus sensibles aux injustices que nos amies les bêtes. Votre empathie est aussi plus prononcée. Ça veut dire qu’Homo sapiens n’est pas condamné à être une espèce d’enfoirés qui bouffent la planète. Bonne nouvelle, non ?

Non seulement vous êtes moraux, mais en plus, votre moralité est une chose extrêmement importante pour vous. Chacun d’entre vous s’estime sûrement plus moral que la moyenne. C’est scientifiquement prouvé. On a même prouvé que les détenus des prisons américaines s’estiment eux-mêmes plus moraux que la moyenne. C’est dire ! A croire qu’il nous est quasiment impossible de ne pas nous considérer nous-mêmes comme de bonnes références en matière de bien et de mal. Essayez donc chez vous, pour voir, s’il vous est facile de vous débarrasser de votre jugement moral pour accepter celui d’autrui. Vous trouverez sans doute la tâche bien plus dure que celle consistant à abandonner votre avis sur tout un tas d’autres choses. Comment cela se fait-il ?

Pourquoi notre sens de la morale nous est-il à ce point chevillé au corps ? Et puis pourquoi la morale déteint-elle sur tout ? Pourquoi la moindre polémique scientifique, politique, le moindre désaccord de voisinage retentit-il, invariablement, d’allégations d’ordre moral ? Les Homo sapiens mettent de la morale partout, constamment ils jugent du bien et du mal, et se placent toujours dans la première catégorie. Quand appel à l’autorité il y a, que ce soit la majorité, la tradition, Dieu ou la Nature, c’est toujours une autorité morale, et la morale de cette autorité est toujours parfaitement alignée avec celle de l’individu qui parle. Comment se fait-ce ?

Pourquoi agissons-nous ainsi si naturellement ? Pourquoi, si le darwinisme est vrai, ne sommes-nous pas des individus égoïstes luttant à chaque instant contre tous afin d’obtenir domination, contrôle des ressources, et meilleur succès reproductif ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans l‘histoire de notre espèce pour que nous ayons ces comportements bizarrement altruistes, ce sens de l’équité hypersensible, ce dégoût pour l’injustice et cet élan d’entraide devant quelqu’un qui souffre ou se trouve en danger ?

Quelle est l’origine de notre moralité ? Une question que nous poserons à notre invité, Stéphane Debove, docteur en psychologie dont la thèse portait justement sur le sujet.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.