À la recherche de la lithothérapie

Article proposé par L Pellegrin, cristallier, alarmé par le développement constant de la charlatanerie que représente la lithothérapie. Une véritable démonstration des dangers de ce marché de la superstition par un passionné de géologie et de belles pierres.

Le  mot lui-même est une composition récente, et émerge des alentours de la période « New age ».

Cependant l’usage des pierres à raison médicale est ancien chez certains peuples. En Asie tout d’abord où, selon l’endroit, on associait les pierres en fonction de leur couleur à des organes (en Chine ou au Japon). Elles étaient parfois réduites en poudre et consommées (Mongolie), et d’une manière générale les cristaux qui présentaient une esthétique particulière accompagnaient les croyances locales, elles-mêmes à la source de leur vision du monde et donc bien sûr de leur médecine.

Ensuite, bien plus tard, au Moyen-Âge en Europe on donne des vertus magiques aux minéraux et les alchimistes s’en emparent. De la réduction en poudre de certains minéraux ils obtiennent des substances auxquelles on prête des propriétés étranges en lien avec les préoccupations humaines de base: le sexe, le pouvoir, ou la mort. Le premier donne lieu à quelques tentatives cocasses vite abandonnées, le second enrichi son homme (ça brille, c’est rare…c’est cher). Quant au dernier point… on veut croire que l’on trouvera l’élixir de jeunesse, la pierre philosophale, la panacée, etc. et tout cela doit provenir d’une pierre.

Les pierres traînent dans certains ouvrages de pharmacie, et les résultats d’expériences spectaculaires à partir de poudres minérales de cette alchimie devenant peu à peu de la chimie encouragent à persister dans cette idée. Il se passe des choses avec les pierres, et plus elles paraissent cristallisées, plus elles offrent des substances « pures ». Il me semble sain de rappeler à ce stade que, jusqu’à une époque plutôt récente, la barrière entre science et occultisme était inexistante.

À la deuxième moitié du vingtième siècle, la vague New Age s’empare de ce qu’elle perçoit comme des arts exotiques, et récupère à son compte de nombreux principes venant d’Asie, créant au fil de traductions douteuses son propre vocabulaire et sa propre culture à partir de ces croyances étrangères. Le mot lithothérapie est en train de naître et des pratiques « médicales » émergent, notamment l’utilisation de minéraux, et surtout des cristaux.

On observe ces dix dernières années une recrudescence de la pratique de la lithothérapie, et les revendeurs de cristaux thérapeutiques fleurissent un peu partout, tant sur le net que sur les marchés.

lithotherapie

Qu’en disent les intéressés ?

            Je passe sur la déclaration courante dans le monde de la lithothérapie consistant à dire qu’il faut y croire pour que cela marche. Soit l’effet est purement psychologique et n’a donc aucun rapport avec les minéraux, soit il y a un effet réel indépendamment du fait d’y croire ou non. Le placebo est certes un effet réel, mais il est le contraire d’un effet spécifique lié, en ce qui nous concerne, aux pierres.

« Pour comprendre le fonctionnement de la lithothérapie il faut dans un premier temps reconnaître l’existence d’énergie non visible qui nous compose et qui compose tout ce qui est manifesté, une aura d’énergie qui est aussi réel (sic) que ce que vos yeux vous permettent de voir du plan physique. Ces énergie (sic) subtiles qui nous composes (sic) sont les manifestation (sic) de notre état d’être au niveau émotionnel, mental et spirituel. Si nous changeons d’émotion nous changeons la fréquence vibratoire de notre émotionnel. Les minéraux ont une énergie forte qui ont des caractéristiques très marqué (sic) en fonction de leur composition, une énergie subtile stable qui est utilisé (sic) en lithothérapie pour […] obtenir des amélioration (sic) de notre état d’être. »
http://www.pierres-lithotherapie.com/

[NDR : Il s’agit de l’un des sites les plus fréquentés et les mieux références sur Google. L’extrait n’a pas été choisi en raison de son orthographe défectueuse.]

 

 Malheureusement, aucune de ces phrases n’a de sens. « L’énergie » n’existe pas dans la réalité physique. Elle n’est pas une matière. Elle est la représentation abstraite de phénomènes physiques réels et variés. C’est un outil mathématique et conceptuel. Rien de plus.

On peut aussi trouver des choses comme : « N’oublions pas que toutes les Pierres possèdent une énorme puissance, une énergie originelle et naturelle et un rayonnement pur. » http://www.energesens.com/la-lithotherapie-energesens-132-1.html

Les mots « puissance », « énergie » et « rayonnement » ont des sens que l’auteur semble ne pas connaître réellement. Disons-le tout de suite : non les pierres n’émettent pas de « rayonnement », sauf radioactivité et/ou chaleur. Et oui, on a bien vérifié.

Sur www.pouvoirdespierres.com, on peut lire:

« Il semblerait que l’impact énergétique des pierres sur notre organisme et notre psychisme résulte d’une analogie structurelle. Chaque jour nous ingérons des éléments minéraux essentiels à notre équilibre. Une pierre au creux de votre paume, ou portée en bijou , enclenche un processus de résonance vibratoire, lequel stimulera les minéraux organiques, palliant à d’éventuels dysfonctionnements. Chaque pierre possède une vibration qui lui est propre et nous pénètre de son énergie en activant nos portes énergétiques, nos chakras. « 

Un cristal est un agencement spécifique d’éléments chimiques répété à l’identique toujours de la même manière, et qui forment une structure plus ou moins complexe à plus grande échelle. Il n’existe qu’un nombre limité d’agencements possible, ce qui limite le nombre de structures possibles à l’arrivée. On qualifie ces structures de minérales en raison de cet agencement régulier d’atomes. En géologie, n’importe quel atome peut former un minéral, dès lors qu’il cristallise. En biologie, on appelle minéraux une classe d’éléments chimiques qui entrent dans la composition des organismes. Les deux termes de « minéral » n’ont absolument pas le même sens. Le rapprochement provient d’une confusion sémantique.

Contrairement à ce qui est dit, un cristal (ou une pierre) ne vibre pas comme ça par lui-même.

Et quand bien même il y aurait analogie, pourquoi devrait-il y avoir une interaction? Quel peut-être le rapport entre la vibration d’un minéral et le fonctionnement d’un corps ? Par quel biais, par quel vecteur interagissent-ils ?

            Print

Dans ce sens j’ai trouvé autre chose:

« La première molécule que construit la cellule humaine lorsqu’elle se duplique est une molécule de dioxyde de silicium (travaux du Professeur Monnot, Prix Nobel de Chimie en 1965). Elle sert de moyen de transmission à l’ADN pour transmettre ses codes au corps cellulaire. Le corps humain se compose d’environ 75000 milliards de cellules, donc d’autant de molécules de dioxyde de silicium qui est également la composition du Quartz ou Cristal de Roche. « 

En effet, il s’agit du même élément chimique. Il n’y en a pas tant que ça au final, des éléments chimiques. Pourquoi spécifiquement la silice, et pas le carbone par exemple?

« Le Quartz constitue 12% de la Lithosphère (croûte terrestre) et sert de mémoire et de conducteur à tous les micro-processeurs qui permettent aux moindres machines présentes autour de nous de fonctionner. Sur le plan énergétique et au niveau de la transmission des fréquences, il est donc évident qu’il existe un lien profond entre notre corps, la planète Terre, et les machines qui peuplent le moindre espace de nos lieux de vie. « 

Nous y sommes. Cet « argument » rencontré couramment fait une confusion entre la silice, élément chimique et le quartz, qui est un cristal composé exclusivement de silice et d’oxygène (il n’est pas le seul). Dans nos objets nous utilisons une structure artificielle de silice qui n’est pas du quartz (sauf pour les montres). Le verre aussi est fait de silice… En quoi le fait que l’on retrouve un même élément un peu partout implique-t-il un lien entre les structures qu’il compose ?

« Le corps humain est donc un gigantesque émetteur-récepteur, capable de capter des éléments et des fréquences qui vont bien au-delà de ce que nous pensons ordinairement. »

D’où sort ce « donc » ? Pourquoi penser que le fait d’avoir de la silice dans nos cellules permet de transmettre quoi que ce soit ? C’est ici que la magie opère.

cristal de quartz

Cristal de quartz

La silice est amagnétique. Le quartz ne transmet des charges que quand on le frappe ou le frotte suffisamment fort, et il vibre si on lui envoi du courant (ceci étant dû au fait qu’une contrainte mécanique implique une contrainte sur les atomes qui réarrangent en conséquence leurs électrons, et inversement). Ces deux effets sont les deux faces d’une même pièce appelée effet piézo-électrique. Cet effet sert souvent de justification à la lithothérapie, mais il n’implique rien d’autre qu’une très faible circulation d’électrons.

Il ne se passe absolument rien à distance. C’est comme dans la citation précédente : il n’y a rien qui justifie le genre d’interaction façon super-intrication-quantique décrit ci-dessus. C’est un phénomène éminemment local (comme tous les phénomènes compris à ce jour d’ailleurs électromagnétisme compris, mais c’est une autre histoire). Mais surtout, quid des minéraux sans silice utilisés en lithothérapie ? Parce qu’il y en a des tas : calcite, aragonite, malachite, cérusite, sidérite, la si fameuse magnétite, tout le groupe de la pyrite et d’innombrables autres… ?

Ce texte détruit la majeure partie de la lithothérapie tout seul en restreignant d’office son explication aux minéraux silicatés.

Et ce site propose des formations…

Il y a des années, le public a rencontré une vulgarisation scientifique de masse. Les notions d’onde et ses représentations mathématiques (comme la fréquence), la notion d’énergie, et l’utilisation dans la technologie de l’électromagnétisme ont peuplé notre culture sans que l’on sache très bien de quoi il s’agit. Nous nous sommes mis à utiliser ces technologies comme on userait de magie.

On appuie sur un bouton et une lumière apparaît. On voit des choses se produire à distance sans qu’il ne se soit rien passé de visible. Une bête antenne devient un objet mystérieux que l’on décrit avec des mots bizarres, et un petit rectangle en plastique fait naître d’une simple pression des images dans une boite avant même d’avoir eu le temps de dire « Abracadabra ».

Des bribes d’informations incomprises, des mots mal définis (« énergie » et « onde » en tête) sont parvenus au public. Il les a mélangés, et ces demi-connaissances associées aux mysticismes du passé ont peuplé notre monde de nouvelles créatures imaginaires. Ce ne sont plus des dragons ou des chimères, le soleil n’est plus tiré par un char dans les cieux, aujourd’hui on se soigne en faisant des passes au-dessus des gens, en suçant des cailloux ou en buvant sa pisse, le soleil s’est peuplé d’extraterrestres et l’univers « d’énergie », mystérieuse, invisible et porteuse de promesses.

Il est dommage de voir tant de gens fascinés par les pierres passer à côté de leur « véritable » magie. La même magie que celle d’un livre. Écoutez un géologue de terrain un jour, il fera raconter à ces pierres des milliards d’années d’histoire de la Terre. Étudiez la croissance d’un minéral, et vous en apprendrez de bonnes sur le vivant.

On peut apprendre à voir au-delà de la profondeur du temps, les grands schémas, ces notions compliquées deviennent des mouvements et des transformations simples. En regardant une falaise on peut voir les fluides s’insinuer, changer au fur et à mesure que leurs composant cristallisent pour donner peu à peu d’autres minéraux. Les montagnes s’élèvent, se tordent et se déchirent lentement, leurs entrailles à nues sous nos yeux exposent leur passé lointain, de la nébuleuse solaire jusqu’à l’arrivée de la vie, née des minéraux, et qui a tout transformé. Ce vivant a remodelé le monde minéral, de la moindre roche de surface jusqu’aux profondeurs telluriques. De nouvelles pierres, de nouvelles laves et de nouveaux cristaux sont apparus de telle sorte qu’aujourd’hui, c’est une autre planète que nous avons sous les yeux.

Le monde est plus vaste, passionnant, et bien plus lié au vivant que tout ce que ces croyances mystiques ou les énergies mystérieuses bienfaitrices n’osent l’imaginer.

Panoramic Rainbow Crystal Banner

Petit guide de bonne pratique

En lithothérapie on part du principe que les cristaux possèdent une énergie (?) qui fait vibrer le cristal qui ferait vibrer (par magie ?) les éléments chimiques en commun dans notre corps, qui feraient vibrer (encore par magie ?) notre corps, ou certaines parties, et le tout entrerait en résonance. Et cela nous serait bénéfique par le biais de notre « énergie vitale » ou « aura ». Ou quelque chose d’approchant.

À noter qu’en parcourant les différentes manières d’appréhender la chose, toutes s’accordent sur le fait qu’une pierre se « décharge » au contact du patient, et doit être « rechargée » en suivant divers protocoles. Ceci en raison d’une « perte d’énergie » du cristal, ou parce qu’il accumulerait de« l’énergie négative » durant son utilisation. Lorsque ce dernier vocabulaire est privilégié on parle volontiers de « purification » de la pierre. Ailleurs sur Lithotherapie.net on prétend même que les pierres sont vivantes, et que c’est l’énergie négative accumulée au cours de leur utilisation qui provoque leur dégradation.

Pyrite

Pyrite

On « recharge » la pierre en l’exposant au soleil, en l’enterrant, en la plaçant dans une eau courante, dans du sel (un grand classique qui a fait le tour du monde, le sel chasse les mauvais esprits, les fantômes , etc…), dans de la fumée d’encens…

Pour bénéficier des bienfaits des pierres, la lithothérapie préconise de tenir le cristal dans la main un certain temps, de le disposer dans sa maison, autour de soi, parfois sur les points d’acupunctures lors de séances, sous son oreiller, voire carrément dans son lit (vous vous souvenez de ce que j’ai dit au début sur les cristaux et le sexe ? On va finir par y arriver). On peut aussi les porter en bijoux. Certains prescrivent de laisser tremper un ou plusieurs cristaux dans de l’eau un certain temps, puis d’en boire un peu. Ils appellent cela un élixir.

Bien sûr, la couleur du cristal aurait une importance. Notons toutefois que les seules études montrant un quelconque effet des couleurs sur l’humain ont été réalisées en saturant les champs visuels des sujets, pas en leur montrant trois centimètres carré. L’effet des couleurs sur l’état mental du sujet étant bel est bien avéré, on peut éventuellement supposer qu’un mécanisme psychologique similaire pourrait intervenir en se concentrant sur une pierre d’une couleur donnée. Cependant, on parle bien ici d’une influence psychologique sur l’humeur liée à la lumière. Autrement dit, une fois encore, nous sommes bien loin d’un effet spécifiquement lié aux pierres.

Quelques tourmalines

Des forces inconnues ?

Les cristaux n’ont aucune propriété exceptionnelle qui sortirait du cadre scientifique classique. Cependant, ceci n’arrête pas les tenants qui voient les cristaux comme des concentrateurs de forces mystiques ou au moins mystérieuses. Elles seraient donc indétectables par nos moyens techniques et obéiraient à des lois différentes. De telles forces peuvent-elles exister ?

Les « lois » de la nature ne sont que l’expression mathématique du comportement de la matière. Ce ne sont pas des entités indépendantes qui imposeraient leur qualité, elles dérivent des propriétés de la matière elle-même. Pour que d’autres forces existent, il faudrait que la matière ait une structure très différente que celle que l’on observe.

Et justement, il nous serait impossible d’expliquer correctement cette structure. S’il y avait bien des forces inconnues nous observerions des agencement atomiques inexplicables avec les modèles actuels, or ce n’est pas le cas. Si les explications scientifiques se bornent à ne faire intervenir que trois forces (gravité, force électro-faible et force nucléaire forte) c’est parce que la matière elle-même impose a maxima ces trois forces seules.

S’il existe d’autres forces, elles n’interagissent pas avec la matière et n’ont donc aucun impact sur nous.

Ceux qui voudraient que l’esprit humain puisse intervenir sur ces forces,devraient se rappeler que l’esprit est le résultat de l’activité électrochimique du cerveau. Et comme les corps matériels ne peuvent faire émerger que des forces naturelles, on ne peut assimiler l’esprit humain à une entité surnaturelle, entité qui par conséquent ne pourrait pas interagir avec une quelconque force paranormale.

D’ailleurs enregistrer l’activité d’un cerveau nécessite des capteurs disposés directement sur le crâne tellement cette activité est faible en intensité. Ces capteurs doivent être complexes pour parvenir à ce résultat, ce qui contraste avec la simplicité extrême d’un cristal.

formation de lithothérapie

Une séance de lithothérapie

La lithothérapie : ça ne marche pas.

C’est partiellement vrai.

En fait, certains minéraux sont effectivement utilisés en pharmacie. La halite par exemple (cristal de sel, comme celui de la table), et les médicaments à base de carbonates (le bicarbonate de sodium pour soigner les brûlures d’estomac par exemple) qui sont souvent extraits des minéraux du groupe du même nom (la calcite en est le plus connu). Plusieurs minéraux argileux sont associés à des pommades.
On peut aussi citer le talc ou la pierre d’Alun.

D’une manière générale, une grande part des éléments chimiques qui entrent dans la composition de toute sortes de choses, et par extension des médicaments, proviennent soit de roches soit de cristaux. Mais dans tous ces cas l’action des minéraux dans ces préparations est d’ordre chimique, en parfaite cohérence avec ce qui est connu des processus chimiques. Il y a donc le cas des élixirs à étudier de plus près, car il s’agit bien là d’une mise en solution et d’une ingestion. On a ici, enfin, un mode d’interaction potentiel entre la pierre et le métabolisme du patient.

vaisseau de cristal de quartz thérapeutique

« Vaisseau de cristal de quartz thérapeutique »

Un élixir, vraiment ?

Je vous l’ai dit, un cristal est un assemblage d’éléments qui se répètent à l’identique dans l’espace. S’il n’y a pas de géométrie particulière, on appelle cela un verre. Une roche est un assemblage minéral. Elle peut contenir ou non des cristaux (et des cadavres d’organismes, des tas…). Cela peut paraître anodin mais c’est important. Parce qu’après il y a la réalité. La vraie, celle qui fait mal à la tête.

Un cristal n’a pas UNE composition chimique, mais une fourchette de compositions possibles et même des « sites variables » sur lesquels différents éléments peuvent ou non venir se fixer. Des substitutions imprévues d’éléments peuvent avoir lieu (silice et aluminium par exemple), et à l’intérieur de leur structure on trouve parfois des espaces dans lesquels d’autres choses peuvent venir se loger (eau, sulfates, oxydes métalliques, etc…).

On ne sait jamais vraiment ce qui se cache dedans. De plus les cristaux croissent dans l’espace qu’on leur laisse… en d’autres termes, ils n’ont pas toujours la bonne forme à tel point que c’est parfois un cauchemar de les identifier correctement. Quant aux roches, c’est bien pire.

Les cristaux sont fascinants, on les collectionne, on les échange, on les vend… et ce commerce s’accompagne de contrefaçons. Il existe toutes sortes de manières de contrefaire des cristaux : on peut les tailler, les teindre, couler du verre ou même en faire pousser soit même. Aujourd’hui, l’explosion de la demande a automatiquement décuplé ce genre de trafic.

Et comme identifier un minéral est souvent complexe, discerner certaines contrefaçon devient presque impossible… à moins d’y mettre des moyens dont seuls les labos peuvent disposer.

Et c’est sans doute pour cela qu’autant de minéraux polis circulent dans ce milieu : cela rend la mise en évidence de l’arnaque très difficile car en polissant un minéral on perd la majeure partie des informations nécessaires à son identification « à l’œil ». Plus de forme naturelle, plus de stries de croissance, de plan de clivage, plus de patine ou de macle, sa surface gagne en éclat et en transparence et parfois même sa couleur peut changer. Suivez ce lien, pour quelques exemples de contrefaçons avec photos comparatives.

Si vous pratiquez la lithothérapie et que vous avez acheté une « pierre roulée » d’améthyste, je vous engage à faire des recherches sur ce que l’on appelle les « améthystes zonées »… Les chinois les produisent en masse dans des usines, et la vôtre en sort probablement.

Amethyste zonée chinoises

Améthystes zonées chinoises

 

Un élixir est une soupe chimique de faible concentration qui peut contenir n’importe quoi en solution. Cependant, que la source de la solution soit une poudre achetée dans une boite de chimie ou un minéral ne change rien. Ce n’est pas le minéral qui entre en solution, mais seulement quelques ions qui se trouvent dans sa composition. On ne sait jamais lesquels, et certains d’entre eux n’entrent même pas dans la composition théorique du minéral. Ce serait donc une espèce d’homéopathie à chimie aléatoire.

 

Un danger véritable.

Ça craint.

Pour les personnes souffrant d’allergies d’abord. Même une légère allergie peut être déclenchée par une pierre, par exemple si elle a mariné dans de l’eau et que les minéraux sont un peu instables (ce qui n’est pas rare et souvent invisible à l’œil profane). En bijou à même la peau à longueur de journée certaines pierres subissent des altérations. J’ai déjà assisté à ce genre de choc allergique causé par une amphibole (que sa propriétaire appelait « œil du tigre », j’y reviendrai) portée en pendentif.

Quelques exemples parmi d’autres :

  • La pyrite n’est que rarement uniquement de la pyrite. Elle contient le plus souvent une certaine proportion d’un autre minéral : la marcassite qui se dégrade par l’action d’une bactérie, et dégage de l’acide sulfurique gazeux. Presque toutes les pyrites font ça. Le dégagement est faible, mais laissez la pierre quelque mois dans une vitrine avec d’autres minéraux et les effets de l’acide deviendront visible. La pyrite est sensée soigner les affections respiratoires. J’ai croisé des recommandations avec cette pierre dans le genre : à poser à coté, voire sur la poitrine, d’un nouveau-né.
  • Encore mieux, la pyrite peut se confondre facilement avec d’autres pierres de son groupe minéralogique, comme la relativement fréquente arsénopyrite, qui peut libérer… de l’arsenic.
  • Puisqu’on en est à l’arsenic, le réalgar, très beau cristal rouge, est recommandé pour, je cite : « renforcer le système immunitaire, purifier le sang, éliminer les toxines, compenser les déséquilibres sanguins, soutenir le muscle cardiaque ». Ce sulfure d’arsenic est très stable. À moins que l’échantillon ne se trouve trop souvent au soleil (et là je vous demande de faire le lien avec les techniques de « rechargement » de pierre) auquel cas il s’altère en une fine poudre : l’orpiment, lui aussi un sulfure d’arsenic. Mais sous forme de poudre cette fois. J’imagine que tout le monde a entendu parler de l’arsenic…
Realgar

Realgar

De même avec le plomb contenu dans le galène, recommandé aux gens souffrant de vertiges. On retrouve ce métal toxique dans beaucoup de minéraux.

Betafite

Betafite

Si vous portez un bout de bétafite (recommandé parfois en cas de pré-diabète et d’ulcères variqueux), la radioactivité assez forte de ce minéral vous assure d’un cancer en quelques années.

Le sulfate de fer est considéré sur le site : lithothérapie.com, comme un vermifuge en Inde. En France c’est un puissant « bryocide » (anti mousses) que l’on met sur le gazon pour tuer radicalement lesdites mousses. L’ingestion d’un quart de livre de sulfate de fer a été la cause d’une mort en 3 heures (American Journal of Clinical Pathology vol:18 N°12).

La crocoïte est un « Bon stimulant sexuel pour l’homme comme pour la femme (chakra du sexe). De ce point de vue, ses effets sont assez proches de ceux de la vanadinite. » (http://www.reynaldboschiero.com/). Eh bien voilà, nous y sommes au sexe, avec un chromate de plomb (cancérogène reconnu : http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=FAS%2025). Accessoirement, la Vanadinite est aussi un composé de plomb.

crocoïte

Crocoïte

Les lithothérapeutes préviennent leurs lecteurs et leurs patients qu’il convient de ne pas faire n’importe quoi avec les minéraux potentiellement dangereux, quand ils sont au courant. Sauf que ces minéraux ne sont jamais parfaits, pas toujours identifiés correctement et pas toujours vrais. Je ne suis pas sûr que tout le monde mesure bien le risque à laisser une pierre, fût-elle un cristal, mariner dans de l’eau avant d’en boire le contenu. Ou de la garder à même la peau (la sueur induit une acidité qui altère beaucoup de minéraux).

On a déjà eu des cas d’empoisonnements dus à des minéraux artificiels vendus comme cristal naturel quelconque (des cristallisations de dichromate de potassium ont été assez fréquentes à une époque, et se trouvent encore aujourd’hui. Sous cette forme, c’est un poison mortel.

Dichromates de potassium

Cristaux de dichromate de potassium vendus comme étant de la Lopézite

Des cas de morts ont déjà été enregistré, notamment une petite fille en 1996 qui en a inhalé un fragment de cristal. (« Le règne minéral », No:11 octobre 1996, Jacques Galvier, Syndicat Professionnel des Négociants en Minéraux, Fossiles et Gemmes).

Je parle aussi d’expérience.

            Dans la très large majorité des cas les problèmes de santé liés aux pierres sont légers et bénins, et l’on en entend parler seulement dans le milieu des cristalliers. Ils ne sont pas, ou très peu, documentés et seuls les risques graves font l’objet d’études. Les minéraux et fossiles sont normalement stockés dans des vitrines et ne sont pas manipulés tous les jours, encore moins infusés dans de l’eau à boire.

Cependant, de nombreux troubles peuvent être en lien avec une manipulation récurrente de cailloux, ou la saturation d’un environnement restreint. Sans parler des quelques cas de cancer (et mort) chez les fournisseurs de minéraux uranifères (à base d’uranium), parmi les professionnels et les grands amateurs du milieu, nous avons déjà pu constater des démangeaisons, irritations (fréquentes, surtout avec les sulfates), toux, problèmes de peau, problèmes respiratoires légers, maux de tête chroniques (j’ai déjà été victime de ces derniers à cause d’une caisse d’ammonites pyrifères entassées dans une trop petite pièce : ma chambre).

Qu’arriverait il à une personne cherchant à soigner ce genre de trouble avec les cristaux l’ayant provoqué ?

 

Le cas de l’ambre

            L’ambre n’est pas un cristal, ce n’est même pas un minéral, elle est purement organique. Sa composition chimique et son absence de forme propre la rapproche bien plus d’un plastique (et ses contrefaçons sont d’ailleurs en matière plastique). Il s’agit de résine de conifère densifiée et partiellement polymérisé (on dit souvent « fossile », cependant contrairement aux véritables fossiles l’ambre n’a subi aucune minéralisation ou migration minérale). À ce titre, aucune des tentatives d’explication théorique sur le fonctionnement de la lithothérapie ne peut inclure ce genre d’objets (pas de minéraux, pas de structure, pas d’effet se rapprochant de l’électromagnétisme excepté une vague possibilité d’électricité statique du même acabit qu’avec nos vêtements et nos cheveux).

ambre de la baltiqueIl existe une explication qui sert à justifier son effet antidouleur supposé : la libération d’acide succinique, effectivement présent dans certaines ambres (et dans beaucoup de choses d’origine organique, on en rejette d’ailleurs dans nos urines). Sauf que cet acide n’a pas d’effet particulier sur le corps. On s’en sert d’ailleurs comme excipient en pharmacie (on en trouve dans l’Inofer chez nous) et comme additif alimentaire (E363)

Il n’empêche qu’avant même l’invention du mot lithothérapie, de nombreuses vertus lui étaient associées. Il est encore courant de croiser des personnes faisant sucer des morceaux d’ambres aux enfants en bas âge, ou de les leur mettre en collier, afin d’atténuer la douleur de la pousse des dents. Cette pratique, que condamne la Société Française de Pédiatrie en raison de sa dangerosité potentielle, n’a à ce jour montré aucun effet avéré sur l’enfant. En revanche une espèce d’effet placebo sur les parents a pu être constaté. Ces derniers se réveillent moins la nuit à cause des pleurs du bébé, et le fait de se rassurer sur l’état de leur enfant en attribuant aux dents certains pleurs de douleurs et en résolvant le problème par un collier d’ambre en a fait passer à côté de maladies infantiles. Ajoutons à cela le risque de strangulation avec le collier et d’étouffement si une ambre se détache et vient à être avalée et on comprend bien l’avertissement de la SFP.

Dans la mesure où aucun effet positif mesurable n’a pu être constaté à ce jour, que doit-on conclure du rapport risque/bénéfice à ce sujet ? (Sachant que la douleur de la pousse des dents chez l’enfant est certes pénible, mais bénigne).

Quant à la raison pour laquelle tant de parents jurent avoir constaté un effet sur leur enfant, les vidéos de TeB expliquent très bien le genre de biais d’analyse qui provoquent cette impression.

 it's a rock

La vulgarisation en géologie

            Je ne sais pas ce que vous pourriez penser d’un astrologue qui sortirait la nuit avec un groupe de personnes pour expliquer son travail et montrerait des constellations inexistantes, se tromperait sur les planètes et les noms des étoiles, apprenant ainsi involontairement des choses fausses à son public (indépendamment de son adhésion ou non à l’astrologie). Il n’y a pas mort d’homme, mais il n’est sans doute pas très sain d’apprendre au public des choses erronées, fussent-elles sans importance de prime abord.

what-you-see-what-a-geologist-seesLes lithothérapeutes NE SONT PAS des géologues (et encore moins des pétrologues). Or la géologie est une discipline vaste et complexe. En dehors même des prétentions de la lithothérapie, un nombre incalculable d’erreurs de conception, de classification et d’identification courent dans ce milieu dont la source est avant tout commerciale.

Par exemple, la calcédoine n’est pas une variété d’opale bleu comme on lit souvent (c’est exactement l’inverse) et l’héliotrope n’est pas un cristal en soi. Ces trois objets sont de la calcédoine, elle-même étant simplement du quartz cristallisé plus fin que d’habitude.

Le jade n’est pas un cristal, mais trois cristaux très différents aux apparences vaguement identiques que l’on n’a pas su distinguer les uns des autres avant une époque récente. En fait on faisait parfois la distinction entre jade impérial (kosmochlor) et jade (néphrite ou jadeite selon l’échantillon). Cependant, lorsque l’on se retrouve devant une pierre appelée « jade » sur son étiquette on a l’impression de savoir de quoi il s’agit, et l’on se trompe.

La serpentine n’existe pas vraiment, c’est une catégorie taxonomique abandonnée par les scientifiques car elle regroupe des choses trop différentes.

Le fameux œil du tigre est parfois une amphibole parfois un mélange de quartz et d’amiante (cette amiante aussi est toxique). Ce nom fait seulement référence à l’apparence de certains échantillons polis, il n’apprend rien.

Autre exemple frappant :

« Une orthose est recommandée lors des régimes alimentaires amaigrissants. Elle favorise l’élimination, la dissolution des graisses, le travail des reins et de la vessie.
Elle calme les douleurs dentaires sur les molaires, les dents de sagesse, les os de la mâchoire.
Elle agit sur les glandes salivaires et favorise la salivation.
« 

à comparer avec:

« La pierre de lune régule les cycles menstruels et aide le système digestif et reproducteur. Elle est excellente pour les femmes enceintes, de plus, après l’accouchement, elle favorise la lactation. Placée sur la chakra de la gorge, elle atténue également les maux liés à celle-ci. « 

La pierre de lune EST une orthose. Deux noms pour un même cristal (l’orthoclase en fait) distingués sur la base d’une altération, qui passé par le filtre de la lithothérapie deviennent deux choses distinctes.

Orthose adulaire

Orthose adulaire

C’est encore pire lorsque l’on croise des « pierre de lune de… » avec le nom d’un site et qui s’avère le plus souvent être une calcédoine bleue (rien à voir avec une orthose donc, qui appartient à la famille des feldspaths), que d’autres appelleront opale sans véritablement connaître sa teneur en eau (ce qui est important pour classifier correctement les calcédoines). « Pierre de lune » désigne aussi parfois des labradorites peu colorées. Autant dire qu’avec des noms pareils on peut désigner un peu n’importe quoi.

La tourmaline est souvent présentée comme un cristal unique, et on fera dépendre ses effets de sa couleur, alors qu’il s’agit d’une large gamme de plusieurs variétés.

Jusqu’à l’ambre gris, parfois classé dans les ambres (c’est de la sécrétion intestinale de cachalot).

Je remarque d’ailleurs qu’une incompréhension plutôt importante gagne du terrain dans le public : la dénomination de « cristal de roche », qui semble être de plus en plus interprétée comme « cristal translucide très pur ». Je rappelle au cas où qu’il s’agit en fait d’une très vieille façon d’appeler le quartz hyalin (le quartz auquel tout le monde pense : transparent en cristaux hexagonaux avec des pointes). Tout cela parce que « cristal de roche » sonne mieux que « quartz ».

Les exemples de ce type sont innombrables. Cristaux et roches ne sont pas bien connus du grand public, ce qui permet aux lithothérapeutes de les mélanger outrageusement, et même de déterrer des noms archaïques pour vendre des morceaux de roche comme s’ils étaient des cristaux rares.

Crystal healing

La « sagesse » des anciens

            Un des arguments forts qui soutiennent la lithothérapie, comme toute une gamme de machin-thérapie, est l’ancienneté des pratiques. Forcément, si l’on fait cela depuis des siècles c’est bien que cela doit marcher. N’est-ce pas ?

(NDR: en zététique, c’est ce qu’on appelle l’appel à la tradition Argumentum ad antiquitatem)

Les exemples de personnes que mille ans d’échecs systématiques ne découragent pas de leurs croyances foisonnent pourtant dans l’histoire humaine. Mais plutôt que d’expliquer en quoi cet argument ne tient pas la route, d’autres le feront bien mieux que moi, attardons nous sur de vieilles croyances dont nul ne peut ignorer le ridicule, mais dont des années de bouche à oreille ont masqué la teneur d’origine. Elles servent, discrètement, de fondation à la lithothérapie.

« l’améthyste dissipe les pensées maléfiques et active l’intelligence. »  écrivait Léonard de Vinci, cette pierre est devenue synonyme de spiritualité au point qu’elle orne les bagues des évêques encore aujourd’hui.

Alexandre Le Grand disait aussi « pour avoir un bon esprit et ne s’enivrer jamais, on prendra une pierre d’améthyste qui est de couleur violette ; elle est merveilleuse pour les ivrognes et rend l’esprit propre aux sciences. »

De façon plus prosaïque on peut penser qu’au vue de sa couleur, les romains l’utilisèrent pour réaliser des coupes en cristal de sorte à ce que l’on puisse couper le vin avec beaucoup d’eau sans que cela ne se voit, le nom améthyste proviens d’ailleurs d’une légende greco-romaine liée à cela. Même le nom « a-methos », qui signifie en gros « ne pas être ivre » provient du fait que dans une coupe en améthyste on peut discrètement boire du vin très dilué, et donc ne pas être ivre, et par extension avoir un esprit plus clair. Mille à deux mille ans de bouche à oreille plus tard, on tombe sur… : « les vertus de l’améthyste sont apaisantes et purifiantes. Elle évacue le stress, calme l’insomnie et favorise la concentration et la méditation. C’est une pierre très bénéfique pour le mental, qui permet de trouver l’équilibre et la sérénité. Léonard de Vinci écrivait d’ailleurs à son sujet qu’elle avait le pouvoir de « dissiper les mauvaise pensées et d’aiguiser l’intelligence ». (http://www.lithotherapie.net/articles/amethyste/). Remarquez que sur d’autres sources la référence à l’alcool est toujours présente.

L’améthyste n’est que du quartz avec quelques impuretés de fer.

Au sujet du quartz, au Moyen-âge, Albert le Grand, théologien et philosophe, écrit : « si on le boit avec du miel il donnera du lait aux nourrices », j’imagine qu’il parlait de le réduire en poudre. En Angleterre on prétendait que le quartz pulvérisé et mélangé à du vin permettrait de combattre la dysenterie, et chez nous (XVIè et XVIIè siècle) on faisait porter aux fiévreux une boule de cristal pour faire chuter la fièvre.

En tout cas une chose est sûre, la silicose des mineurs est bien due à la poussière de quartz. Le quartz est même plus toxique en particules micrométriques que la silice amorphe, quant à un quelconque effet sur la fièvre…

Presque toutes les cultures ont attribué un effet au quartz, et c’est donc naturellement que lorsque les lithothérapeutes modernes ont fait leurs recherches et sont tombés sur quantité d’informations contradictoires ils se sont contentés de dire que le quartz sert un peu à tout.

« Comme nous l’avons vu, le cristal de roche peut être utilisé comme amplificateur, et ce quel que soit l’objectif ou l’affection que vous visez.

Par lui-même, il est particulièrement recommandé pour traiter les douleurs du dos, notamment en combinaison avec l’ambre jaune, et les douleurs en général. Le cristal de roche fortifie le corps en général, que ce soit au niveau des yeux (douleurs oculaires), des oreilles (infections, troubles de l’ouïe, acouphènes), du cœur, des poumons, du système digestif, et du système nerveux en général. Pour les problèmes intestinaux et liés à la digestion, vous pouvez réaliser un élixir de quartz en plaçant le cristal de roche dans un bol d’eau, en association avec du jaspe rouge et une magnésite. Laissez-y tremper vos pierres pendant la nuit et buvez chaque matin cet élixir pendant 1 à 2 mois. Vous pouvez également l’utiliser en ce sens si vous avez pour objectif de perdre du poids. » (http://www.lithotherapie.net/articles/cristal-de-roche-quartz/). Et ce n’est qu’un extrait de la page sur le quartz.

Les Chinois broyaient et broient encore des « dents de dragons » ainsi que des « papillons de pierre » qui ne sont que, d’une part, des dents de dinosaures et d’autre part, des spirifers (brachiopodes fossiles du «paléozoïque) pour soigner plusieurs affections qui n’ont aucun lien entre elles. Broyées et cuites dans un pot d’argile elles seraient sensées soigner rhumatismes, cataracte, anémie, problèmes digestifs, etc…
Pour autant que je sache, la lithothérapie n’a pas osé s’attaquer aux fossiles. Aujourd’hui les fossiles ne sont plus mystifiés car on sait de quoi il s’agit… cependant, lorsque cela n’en a pas l’apparence on s’en donne à cœur joie. C’est le cas des « pierres d’orage » ou « doigts de fées », censées être tombés du ciel et soigner toutes sortes d’affections, et qui sont des rostres de bélemnites (les ancêtres des seiches, dont on trouve les rostres modernes sur les plages). Ou simplement de la shungite, qui une fois poli ressemble à un cristal noir mat mais n’est rien d’autre qu’une très ancienne agglomération de restes d’animaux marins ressemblant un peu à du charbon (et se trouve donc être une roche sédimentaire).
Dans les deux cas on trouve aussi des adeptes de la lithothérapie qui portent ces choses en connaissance de cause sans qu’aucune contradiction ne leur apparaisse sur le fonctionnement qu’est censé avoir cette « thérapie ». Pourtant selon ce que l’on a vu précédemment, il serait surprenant de la part d’une roche sédimentaire (composé de reste d’organismes, de roche broyées et d’éléments dissous ayant précipité) d’avoir un quelconque effet. A l’exception de certaines d’entre elles légèrement calcifiées, elles ne comportent aucun macro-cristaux et ne sont finalement que des tas de détritus rocheux informes.

staurotide

Staurotide

En Bretagne on donnait aux jeunes mariés la « croisette de Bretagne »: une staurotide maclée en croix qui est censée protéger de la noyade (des marins pêcheurs, forcément), des maladies des yeux, des morsures de chiens enragés (un classique), et même de la folie. N’y aurait-il pas un lien avec ce que l’on dit aujourd’hui de l’andalousite (appelée autrefois pierre de croix et qui en plus du nom prend des formes similaires) ?

« L’andalousite augmente la capacité respiratoire et sera utile en cas de manque d’oxygène .  Elle chasse les peurs et les angoisses irraisonnées et transmet au coeur enthousiasme et générosité.  C’est une pierre qui convient aux personnes qui veulent trouver le juste équilibre entre matérialisme et spiritualité, l’énergie et la paix. » (http://www.bio-sante.fr/lithotherapie/andalousite.html)

L’antimoine prescrit dans certains monastères au 18eme comme calmant fonctionnait bel et bien, et qui selon le dosage calmait définitivement bien.

Vous me direz que les lithothérapeutes n’auraient pas osé conseiller ce genre de choses dont on sait aujourd’hui qu’elles sont toxiques … Mais comme cela a été évoqué, ils ne sont pas pétrologues  :

« Dans la première édition (1992) de mon Dictionnaire des Pierres utilisées en lithothérapie, j’avais dit : « On aura soin de ne jamais pointer un cristal de stibine chargé vers un être de chair car on lui doit amour, assistance et protection ». Dans la deuxième édition (1999), j’avais ajouté : « Cependant, en cas de douleur localisée, on n’hésitera pas à le pointer sur la zone douloureuse car la stibine combat effectivement le mal et la douleur. Pas d’utilisation prolongée. Des séances courtes et répétées sont préférables. » (http://www.reynaldboschiero.com/proprietes-et-vertus-des-pierres/05-134-stibine-proprietes-et-vertus/)

263-stibine-roumanie-600pix

La stibine est un sulfure d’antimoine, d’ailleurs lorsque l’on parle du minéral antimoine (NDR : son symbole atomique est Sb), c’est à la stibine que l’on fait référence. Et effectivement il convient de s’en méfier.

Et puisque nous parlons de sagesses ancestrales je finirai en citant Pline l’ancien qui, il y a près de deux mille ans, disait sur l’améthyste : « les mages imposteurs assurent qu’elle empêche l’ivresse et que son nom vient de là. » et qui rapportait leurs propos de la sorte :

 « Si les noms de la lune et du soleil y sont gravés, et si elle est ainsi suspendue au cou avec des poils de cynocéphale et des plumes d’hirondelle, elle préserve des maléfices ; et aussi que portée de n’importe quelle façon elle facilite l’accès auprès des rois ; qu’elle écarte la grêle et les sauterelles, si l’on fait en même temps une prière qu’ils enseignent… Je crois bien qu’ils n’ont pas écrit cela sans mépriser et bafouer l’humanité. » 
Pas mieux.

 

bannière-de-site-web-de-thérapie-par-les-cristaux-41243747

Bannière de site web de thérapie par les cristaux.


 ———

 Sites internet intéressants :

http://www.geowiki.fr

http://www.geoforum.fr/

www.mindat.org/

Une page exceptionnelle pour l’identification des cristaux (en anglais) :

http://www.rockhounds.com/rockshop/mineral_id/#Key

Conseils de lecture :

« Histoire des cristaux » de Bernard MAITTE

« Chroniques de cristalliers » de Sebastien Khayati

Et si vraiment la discipline vous intéresse :
« Elements de géologie » de Charles Pomerol, Yves Abrielle et Maurice Renard

« Sciences de la terre et de l’univers » d’André Brahic et Yves Daniel

——

Notes.

[1] Depuis 50 ans la force électromagnétique et la force nucléaire faible ont été unifié dans le cadre théorique.
Il y a quelques années certaines expériences avaient pu la valider, cependant un point essentiel était encore gênant : on ne pouvait l’expliquer complètement qu’en faisant appel au boson de Higgs. Du coup depuis tout ce temps, personne ne l’avait vraiment évoqué publiquement. Depuis que le Higgs a été observé expérimentalement, la théorie est officiellement validée. Le consensus actuel ne dénombre plus que trois forces. (Et la théorie pure a déjà unifié cette nouvelle force électrofaible avec la gravité, il y a quelques années si je me souviens bien, on attend toujours des observations de gravitation quantique pour la confirmer expérimentalement et l’annoncer). Bref, l’adoption officielle de la force électrofaible à la place de l’électromagnétique et de la nucléaire faible date de 2012-2013).

55 réponses
  1. Ilian
    Ilian dit :

    Super article , c’est vrai que ce genre de pratique peut être dangereuse.
    Par contre un point que je n’ai pas compris , c’est pourquoi avez affirmé que l’énergie n’existait et n’était qu’un concept pour les physiciens, parce qu’il me semble que l’énergie existe , si on prend la physique quantique par exemple , il faut bien que les objets en interaction en est un certain niveau pour que la réaction ce passe (effet photoélectrique par exemple). Donc je ne sais pas si on peut dire qu’elle n’existe pas sans plus d’explication et puis cela n’est plus trop utilisé comme argument dans la suite de l’article.

    Répondre
    • anowan
      anowan dit :

      Déjà, il n’y a pas une mais des énergies. Le point commun entre toutes est qu’elles s’expriment en Joules dans le système international des unités.

      Ensuite, l’énergie « n’existe » qu’au cours d’échanges. Un caillou frappe un autre caillou, on voit un résultat ; il s’est passé des choses (le deuxième caillou se met en mouvement ou est cassé). On l’explique par le fait que le premier caillou portait une « énergie cinétique » ; mais ce qu’on est en train de dire, c’est que les objets rapides font des dégâts quand ils rencontrent un mur. Je ne peux pas prendre mon caillou, attraper son énergie cinétique avec une pince à épiler et la mettre dans un pot pour la regarder tourner toute seule. C’est dans ce sens que l’auteur de l’article parle de « construction mathématique ».

      De la même manière, les « rayons lumineux » sont une façon bien commode de visualiser le déplacement de la lumière, il « faut bien » que la lumière voyage, mais en vrai, les traits tous droits, ils ne sont pas vraiment là. De la même manière, les « forces de frottements » sont une façon bien commode de visualiser la résistance d’un milieu au mouvement d’un objet qui le traverse, et il « faut bien » que le milieu ralentisse l’objet, mais en vrai, les flèches, elles ne sont pas vraiment là. De la même manière, les « particules physiques » sont une façon bien commode de visualiser le monde qui nous entoure, il « faut bien » que la réalité existe, mais en vrai, là je trolle un peu en fait.

      Je fais le malin, mais je veux ajouter :
      – L’enseignement des sciences, bonne ou mauvaise chose, consiste à apprendre des notions « de moins en moins fausses ». Le lycée ne suffit pas à atteindre la dernière couche de « moins faux » scientifique. On apprend des modèles suffisants ; la gravité n’est pas telle que la concevait Newton, et on continue d’apprendre les lois de Newton, parce qu’elles font un modèle suffisant pour prévoir où tombera une pierre que je lance au sol avec un mouvement de bras raisonnable. La bonne chose, c’est que ça évite de perdre nos mômes en les arrosant de méca quantique à huit ans (et encore, sait-on ce que ça donnerait ?) ; la mauvaise chose, c’est qu’on garde l’envie, au fur et à mesure, de se raccrocher aux concepts qu’on connaissait déjà, même si la discipline avancée les a écartés.
      – On ne peut pas tout savoir, notamment hors de sa discipline. Vous moquerez-vous de moi si je vous dis que j’apprends seulement à l’instant que le consensus est à l’unification des forces électrostatiques et nucléaire faible, alors qu’il y a bien deux ans que c’est le cas ?

      Bien à vous.

      Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Ma réponse rejoint celle d’Anowan. Dans l’article les mots « représentation abstraite » sont un lien cliquable vers une page qui explique très bien (et mieux que moi) la notion d’énergie. Je vous recommande fortement d’aller y faire un tour.
      L’énergie est un concept très puissant pour effectuer des comparaisons, et poser des lois de conservation qui sont à la base des liens entre les domaines de la physique. Mais c’est bien un concept abstrait. D’ailleurs on considère souvent l’énergie comme de la monnaie: on prend un processus et on accole une valeur à l’intensité de la variation de ce processus. Cette valeur est l’énergie.
      Ce qu’il se passe en réalité, c’est qu’une variation d’intensité d’un processus ne peut se faire qu’en faisant varier l’intensité d’un autre processus de manière équivalente. On représente mathématiquement le lien entre ces deux variations par le concept d’énergie.
      La définition de l’énergie est floue car elle n’est pas intensive (elle ne se décrit pas par ce qu’elle est), elle se décrit par des fonctions qui font des liens entre différents événements.
      Bref, la monnaie du physicien.

      Répondre
  2. Maxime
    Maxime dit :

    Une micro précision :). Vous avez écrit « dans nos objets nous utilisons une structure artificielle de silice qui n’est pas du quartz (sauf pour les montres) », dans les faits la plupart des circuits (effectivement à base de silicium) seront accompagnés d’un quartz leur servant d’horloge et donc de fréquence de référence.

    Merci pour l’article.

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Effectivement, mais du coup ce quartz à la même fonction q’une montre.^^
      J’ai passé vite, comme sur bien d’autres passages, pour que le l’article final reste supportable en volume et facilité de lecture.

      En lithothérapie on assimile à quartz toute les structures de silice utilisé dans nos technologie, c’est même un de leurs arguments forts. C’est ce à quoi je répond dans ce passage car pour eux il semble n’exister que le verre et le quartz à base de silice. Or, on fait vraiment beaucoup de choses à base de silicates, ou simplement de silice, qui ne répondent pas à la structure physique du quartz.
      En géologie un cristal donné est défini par une chimie particulière ET une structure particulière. Il faut les deux, et cela semble avoir échappé à ceux qui ont écrit les arguments modernes de la lithothérapie.

      Répondre
  3. Lioss
    Lioss dit :

    A l’époque de mes grand-parents les minéraux d’uranium (comme l’autunite) étaient utilisés réduit en poudre comme pigment pour les carrelages, ça donnait un très beau jaune qui résistait bien Les reste servaient souvent pour la céramique et beaucoup de pendentif de petites croix ont été fabriqué. Les gens qui les portaient se retrouvaient avec des marques de brûlures… en forme de croix sur la poitrine et y voyaient des stigmates!

    Répondre
    • anowan
      anowan dit :

      Hahaha ! J’ai fini une biographie de Marie Curie il y a peu, on en apprend de bonnes sur la perception de la radioactivité à l’époque.
      L’exposition aux radiations a soigné « miraculeusement » la tuberculose de Marie Curie. Elle était malade, elle a continué de travailler, ses lésions pulmonaires ont disparu. Son médecin s’est un peu gratté la tête, et puis finalement, pourquoi s’inquiéter ?
      Pierre, Marie Curie et un collègue dont j’oublie tout le temps le nom ont remarqué qu’ils attrapaient des lésions rouges boursouflées aux mains s’ils attrapaient des ampoules contenant du radon pendant trop longtemps. Ces brûlures, pas très douloureuses, guérissaient facilement si on y touchait pas. Pourquoi s’inquiéter ? Oh, et la peau qui se reformait était systématiquement saine, quel qu’ait été son état précédent. Mais que voilà une façon efficace de soigner des maladies de peau grave ! Pourquoi s’inquiéter ?
      Biographie de Marie Curie par Eve Curie. Ce bouquin est une mine. (D’uranium) (Hohoho) (Je sors)

      Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Ha oui? Je savais pour le pigment jaune, les artistes-peintres s’en servaient aussi, mais que cela provoquait des brûlures à cause d’un pendentif coloré! ouhaouu.
      ça montre bien à quel point il en faut parfois peu.
      Heureusement, on ne croise pas beaucoup de minéraux uranifère en lithothérapie. Je n’ais vu qu’une seule référence à un de ces cristaux: la bétafite.
      Ils semblent, vue d’ici en tout cas, plutôt prudent avec ces minéraux. (il faut!)

      Répondre
  4. Moa
    Moa dit :

    Un petit message d’encouragement à l’auteur qui a fait un article formidable. Mesdames et messieurs les illuminés qui pourrissez ces commentaires, sachez que vous êtes méprisables, restez dans vos caves avec vos chapeaux d’alu sur la tête pour échapper aux petits hommes verts qui vous persécutent et svp n’essayez pas d’embrigader de nouvelles personnes dans vos charlataneries, vous êtes au mieux des imbéciles heureux ignorants, au pires d’affreux manipulateurs sans morale. Je ne vous salue pas.

    Répondre
  5. Moa
    Moa dit :

    Oui donc en fait j’ai posté sur le mauvais article, qui lui aussi est absolument excellent ! Pas d’illuminés dans celui-là, c’est déjà ça 🙂

    Répondre
  6. frog
    frog dit :

    quand on parle sans connaitre ça donne ça…
    dommage que vous fassiez de la désinformation. Le fait est que la lithothérapie est utilisé par une grosse proportion de la population car ils en sentent nettement les effets, c’est tout.

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Amusant, quand un simple bouquin ou une semaine de formation suffisent à se déclarer lithothérapeuthe en quoi peut on dire qu’ils s’y connaissent?
      Quand dans leurs déclarations ils avancent des choses qu’un lycéen en 1ereS sait déjà fausses, s’y connaissent-ils vraiment?
      Quand ils conseillent pour se soigner des comportement toxiques, voire carrément mortellement dangereux, est-ce qu’ils s’y connaissent?
      Quand ils prétendent qu’un traitement qui techniquement altère, et fini par détruire, un cristal le « purifie » est-ce qu’on peut dire qu’il y connaissent quelque chose?
      Quand on prétend que c’est la silice qui fait effet dans un cristal qui n’en contiens pas, y connais-t’on quelque chose?

      Plus important: Quand on se plante 2 fois sur 3 en identifiant un cristal, c’est ça s’y connaitre?
      Prendre du verre pour du quartz c’est s’y connaitre?
      Confondre calcite et feldspath c’est ça s’y connaitre?
      Prendre deux cristaux identiques et leur donner deux noms et deux effets différent, c’est ça s’y connaitre?
      Prendre un bout de roche sédimentaire et dire que c’est un cristal, c’est ça s’y connaitre?

      J’en connais qui passent trente ans à étudier un domaine et qui disent après coup ne rien y connaitre ou presque. Les jeunes médecins généralistes ne sont souvent pas pris au sérieux parce qu’ils sortent juste de l’hôpital où ils ont fini leur formation, on considère généralement qu’ils n’ont pas assez d’expérience (10 ans d’études ce n’est pas assez bien pour prétendre soigner hein?).
      Mais un simple bouquin et une formation bancale et ultrarapide en lithothérapie suffirai? C’est vraiment ce que vous pensez?

      Et au passage, je n’ai pas les statistiques de comportement, mais je connais très bien les rythmes et volumes de vente de pierre de ces quinze dernières années(c’est mon métier), les adeptes de ces pratiques sont très très largement minoritaires dans la population, et la majeure partie d’entre eux admettent parfaitement ne pas sentir si ça marche ou pas.

      Sans rire, qui est-ce qui n’y connais rien?
      Quand on est même pas foutu de distinguer un cristal d’un verre, c’est qu’on est un gros nul! Et il n’a a aucune nuance à apporter à ça.
      Et c’est très exactement ce qu’ils font en lithothérapie, en pratique ils sont beaucoup plus nul que n’importe quel enfant qui s’intéresserai un peu aux pierres.
      Eux ne s’y intéressent même pas une seconde.

      Dans les faits (c’est du vécu, j’ai posé la question à plusieurs personnes, des vendeurs de pierre pour les soins, qui donnent des conseils, écrivent des livres, et proposent des formations), ils ne sont même pas capable de dire ce qu’est réellement un cristal (on peut le faire en 7 mots simples, et même le deviner si on est un peu malin… ou aller voire un dictionnaire si on a un tant soit peu d’intérêt pour la chose).
      Mais eux s’y connaissent?

      Répondre
    • Dada
      Dada dit :

      J avoue que l argument est peu convaincant, quand on défend ses convictions personnelles on cherche des failles dans le raisonnement de l auteur, des preuves tangibles, on ne se contente pas de taper du pied et de protester comme un enfant.
      Bonne soirée Frog

      Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Bonjour,
      Déjà merci d’avoir porté à ma connaissance cet article qui est très intéressant. Cependant je n’en pense pas grand chose: il ne s’agit pas de mon domaine de compétence. Cet article parle de cristaux protéiques, c’est de la biologie, probablement même de la biochimie.

      Seule une partie des cristaux possibles sont qualifiées de « minéraux », c’est à dire de cristaux issus de la géochimie terrestre(ou cosmique).
      Cet article évoque un type de cristaux qui sont formés d’un assemblage de protéines. Je dois avouer que mes connaissances en la matière sont très limitées.
      Bref, il s’agit là d’une catégorie de cristaux très différents de ceux que j’évoque ici. Et même si certaines protéines simples semblent parfois pouvoir se former de manière abiotique, je n’ai jamais entendu parler qu’un cristal de ce type puisse se former en dehors de toute activité biologique, voire technologique.

      Répondre
  7. pour la lithotherapie
    pour la lithotherapie dit :

    Le fait est que quand il n’est pas question de croyance mais d’expérience il assez déplacer de critiquer ce que vive des millions de personnes qui utilise la lithothérapie, c’est par leur expérience des effet souvent radical en quelques minutes qu’ils en viennent à l’utilisation de pierres pour amélioré leur état d’être. là vous pourrez dire que c’est du placébo et pourtant les médicaments placébo n’ont pas autant défait. Pour la majorité des personnes qui sentent des effets c’est un ressentit très tangible car l’échange d’énergie se ressent réellement, pour les personnes sensibles. Rejeter l’influence énergétique des minéraux c’est aussi rejeter toute notion d’énergie subtile, donc l’acupuncture, la méditation, le yoga, le divin et le spirituel, .., l’énergie en dehors de la matière tangible.
    Par contre il est sur qu’il y a des dérive et des abus, comme dans tout domaine.

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      S’il l’énergie peut être « ressentie », alors des tests en double aveugle sont possible.
      Comment expliquez-vous qu’aucune preuve de la réalité des phénomènes que vous évoquez n’existe ?
      Mon hypothèse : ils n’existe pas. Cela suffit à expliquer l’ensemble des observations.

      Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Ce que j’ai expliqué au sujet de l’énergie est une réalité.
      Donc pour commencer, n’employez pas ce mot, ce que vous cherchez à définir n’a absolument rien à voir avec le concept d’énergie.

      Ensuite, de nombreuses choses que vous évoquez ont été testé, et de nombreuses fois pour certaines, et à ce jour aucun test en double aveugle n’a rien mis en évidence, même un petit peu.
      Et enfin, si vous voulez à tout prix inventer une force dans la nature qui n’ai aucun rapport avec la matière, alors vous devez vous résoudre à admettre qu’elle ne peux avoir d’influence sur celle-ci non plus.
      Dans le cas contraire, il s’agit d’une force qui en émane et est donc directement liée à la structure de celle-ci et donc doit correspondre à l’une des grandes forces fondamentales.
      Il peut effectivement s’agir d’une forme inconnue d’une force connue(ça c’est de la théorie logique pure), mais dans ce cas précis il faut apporter un mode d’interaction qui soit commun à toutes ces disciplines. Et elle sera automatiquement mesurable. Or, nous avons affaire là à un panel beaucoup trop varié, d’un point de vue de la matière, pour que cela soit crédible.

      Je tiens à vous signaler les faits suivant dans votre discours:
      1/tout repose sur des observation, pire des sensations, personnelles. Or il est facilement montrable que ceci est soumis à une telle masse de biais cognitifs possible que ce ne sera pas recevable. Songez que des situations tels que vous décrivez jonchent abondamment l’histoire des sciences, et cela s’est toujours avéré totalement faux.
      2/ Oui, je pensais avoir été assez clair, je rejette totalement l’existence de toute forme « d’énergie » telle que vous le décrivez. J’ai exposé rapidement les arguments de ce rejet, si vous voulez entrer plus dans les détails répondez moi sur ce point et je pourrai sûrement être plus précis (tout en gardant à l’esprit que j’ai de très bonne base en géophysique et que je suis passionné par la physique en général, mais que je ne suis pas physicien)
      3/ L’effet placebo a parfois été plus puissant que tout ce que les médecins imaginaient. De véritables « miracles » (rien de religieux hein?) ont déjà eu lieu de cette manière. Et pas seulement dans le domaine médical. Je vais citer une phrase de Laborit: « Le pouvoir de l’esprit est considérable » . Ce n’est pas à prendre à la légère.
      4/ Je finirai en soulignant ceci sur la lithothérapie: les sommités mondiales de ce domaines, en particulier le plus célèbre et le principal référent d’entre eux un certains Boschiero (le père, mais la fille a repris le flambeau) est la principale source des erreurs et pratiques dangereuses que j’ai souligné (même si pour certains cas, notamment le Réalgar, il avait conscience de certains risques, mais pas suffisamment pour savoir que ses propres avertissement s’appliquaient aussi à l’orpiment). De la Mongolie antique jusqu’à aujourd’hui chez nous on retrouve certaines pratiques réellement toxiques avec les cristaux et les « spécialistes » de la lithothérapie d’aujourd’hui sont exactement dans la même veine.
      De plus les vieilles erreurs, aujourd’hui évidentes, courent toujours dans ce milieu. Il suffit de s’y connaitre et de lire ces gens pour ce rendre compte d’une chose: il n’y connaissent rien en caillou. Rien de rien. Mais vraiment, à l’époque d’internet ils ne sont toujours pas allé vérifier, au moins sur wikipedia (qui est fiable pour les sciences) la réalité des phénomènes auxquels ils font appel pour justifier leurs pratiques et n’ont même pas ouvert un bouquin de minéralogie pour ne serait-ce qu’identifier leurs échantillons. Ils tombent automatiquement dans tout les pièges que même les amateurs intéressés apprennent vite à éviter. Et j’appuis cette affirmation de toutes mes forces parce que c’est un constat systématique: ils n’y connaissent rien, et pour beaucoup d’entre eux ne savent même pas ce qu’est réellement un cristal, y compris les « sommités »! Ils ont construit leur truc en totale ignorance de ce que la géologie a appris sur les pierres.
      Je reste un peu là dessus parce que vraiment ce manque de savoir est particulièrement flagrant.

      Répondre
  8. Dada
    Dada dit :

    Je vous remercie Monsieur Pellegrin pour toutes ces informations, notamment en ce qui concerne les mineraux toxiques, je sais a peux pres quels cadeaux je dois eviter de faire maintenant. Je n ai pas inventer la poudre mais je dormirais moins bete cette nuit
    Encore merci Monsieur Pellegrin pour cet article

    Répondre
  9. Philippe Perrot Minnot
    Philippe Perrot Minnot dit :

    Bonjour Monsieur Pellegrin

    Bravo, votre plaidoyer anti-lithothérapie est remarquable … quoi que…
    Vous passez bien de nombreux détails en revue critique : Histoire (il y aurait beaucoup plus à dire), croyances, ignorances…
    Vous décortiquez bien les pseudo principes scientifiques : vibrations, « énergie », vous auriez pu ajouter « quantique » (de plue en plus utilisé)…
    Remarquez au passage que les pseudo-sciences de la Litho, commencent avec les grecs de l’antiquité, les Lapidaires grecs ou «lithicas»,
    Les Lapidaires grecs. Lapidaire orphique. Kerygmes. Lapidaires d’Orphée. Socrate et Denys. Lapidaire nautique.
    Damigéron. Evax, texte établi et traduit par J. Schamp et R. Halleux, Paris, Belles Lettres, Collection des universités de France, 2003 (2e tirage).

    Vous avez raison quand vous écrivez que la plupart des « adeptes » de ces courants ignorent la géologie, la minéralogie,
    mais en plus, ils ignorent la biologie, la physiologie et les métabolismes…
    (sujets que ne connaissent pas forcément les minéralogistes non plus…)
    Pour bonne partie de vos arguments je suis d’accord à 100 %, cependant la Lithothérapie existe belle et bien,
    elle est même sous une certaine forme remboursée par la CPAM, OUI, OUI, quelques millions de journées chaque année !
    Le paradoxe c’est l’existence d’un refus d’explication ou d’étude scientifique,
    car cette évidence naturelle contrarie les profits et les enjeux de l’industrie pharmaco chimique…
    L’ignorance que vous dénoncez est malheureusement parfois aussi du côté scientifique officiel,
    c’est la force du « scientisme » ou des avis dogmatiques.

    Après ce constat il est peut-être utile de reformuler la question:
    Une pierre (un minéral ou une substance minérale), peut-elle avoir une influence sur la Santé ?
    Si la réponse est OUI, la Lithothérapie existe.
    Si la réponse est NON, elle n’existe pas.

    Alors on peut avancer et essayer de comprendre POURQUOI et Comment une pierre peut avoir une influence sur la Santé.

    Croyances et placebo, ça fonctionne de temps en temps, de façon aléatoire, pas quantifiable et indéfinissable, mais ça peut fonctionner…
    Aléatoire, non quantifiable et indéfinissable impliquent « NON méthodique » et de fait NON reproductible et NON enseignable…
    Enseigner ou pratiquer cette lithothérapie est donc abuser de la « crédulité » du public… (Charlatanisme…)

    Mais si l’on se penche sur les Sciences Naturelles, la Géologie et la Biologie ont un support commun : la Chimie.
    Et si on passe au crible (de la chimie) la substance minérale et la substance organique de l’être humain
    on peut découvrir des relations intéressantes ou chimie et parfois physique,
    produisent des résultats EXPLICABLES sur la Santé…

    Les courants qui amènent la croyance à la place de la Science sont de plus en plus nombreux
    car les chercheurs de la Science oublient parfois de chercher à expliquer certaines évidences naturelles.

    L’ignorance doit être dénoncée là où elle fait du tort à l’humanité, la Science n’est pas protégée de toutes les ignorances…
    Le débat peut s’élargir… en commençant par :
    http://ab-litho-veritas.blogspot.fr/2015/11/les-grandes-inconnues-de-la-sante.html

    Cœurdialement

    Un vieux géologue qui utilise des minéraux pour la santé.

    Répondre
  10. Philippe Perrot Minnot
    Philippe Perrot Minnot dit :

    Pour élargir la question auprès des sceptiques.

    Mon antithèse (propos précédents) relève d’une démarche de « doutes » sincères, conformes aux protocoles de la Zététique,
    sans pour autant cautionner les détracteurs des arguments énoncés par Pierre Pellegrin.

    Un peu d’histoire des sciences peut éclairer la situation actuelle :
    la théorie du Phlogistique…
    Développée principalement par l’allemand Georg Ernst Stahl au 18ème siècle,
    la théorie du phlogistique tente d’expliquer le phénomène de la combustion.
    Selon elle, tous les corps renferment en eux un principe de combustibilité invisible appelé phlogistique qui, quand il s’échappe lors d’une combustion, devient visible : c’est le feu, accompagné de lumière et de chaleur.
    Mais ce postulat soulève un problème : la calcination d’un métal par exemple devrait impliquer une perte de poids. En fait c’est l’inverse qui se produit. Pour expliquer cette augmentation, Stahl parle du poids négatif du phlogistique ! Dans la réalité, la combustion d’un corps impliquant sa combinaison avec l’oxygène de l’air, il est normal que son poids augmente après calcination.
    Lavoisier n’est bien entendu pas d’accord avec la théorie du phlogistique qu’il juge erronée. Il la combattra sans relâche, elle s’éteindra dans les dernières années du 18ème siècle. Il pense que la chimie de son époque repose sur beaucoup d’idées incohérentes et peu de faits établis. Toute sa vie il s’efforcera de démontrer par l’expérience les théories qu’il avance.

    Remplacez Phlogistique par « énergie » ou par « quantique », mots utilisés dans certains arguments de « lithothérapeutes »…
    Vouloir expliquer l’inexplicable n’est pas critiquable, quand les arguments ne sont pas des concepts vides de sens.

    Pour ce qui est de Thérapie, la notion est très précise :
    Ensemble de mesures appliquées par un professionnel de la santé (ou thérapeute) à une personne atteinte d’une maladie afin de l’aider à en guérir, de soulager ses symptômes ou encore d’en prévenir l’apparition.
    Bien peu de « lithothérapeutes » vont jusque là…

    Pourtant, dans notre beau pays de France il existe depuis plus de 2000 ans une pratique avérée (remboursée par CPAM):
    L’utilisation d’eaux MINERALES et produits minéraux, que l’on applique à une personne atteinte d’une maladie afin de l’aider à en guérir, de soulager ses symptômes ou encore d’en prévenir l’apparition.
    (sachant que l’eau est un minéral, liquide au dessus de 0° et solide en dessous)
    La lithothérapie existe, mais pas forcément comme certains l’imaginent dans leurs fantasmes… et celle-là est difficile à nier…

    Découvrez la « Fontaine de Jouvence » du principe Sulfo-calcique :
    http://ab-litho-veritas.blogspot.fr/2015/05/fontaine-de-jouvence-les-eaux-qui.html

    Cœurdialement et minéralement

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Bonjour,
      Pour commencer un grand merci pour vos commentaires et vos critiques. Je n’ai bien entendu aucun problème avec ces dernières.
      En réalité, et afin d’avoir un article présentant un volume digeste, je suis passé très rapidement sur beaucoup de points pour me concentrer sur ce qui me paraissait important: le fait que cette pratique puisse être toxique, là où justement le public ne s’attendrait pas à voir une telle chose, et sur la pensée magique.
      Je suis donc surtout resté là dessus, au détriment des points que vous soulignez. Je vous remercie donc de ces nuances que vous apportez et auxquelles je souscris totalement.

      J’ai bien écrit un petit paragraphe pour évoquer le fait qu’il puisse effectivement exister une lithothérapie, qui justement est exploitée(mais effectivement pas toujours systématisée par les institutions médicales).
      Personnellement j’utilise régulièrement de l’argile verte ou blanche pour traiter divers troubles, les bienfaits des bains de boues ou autres ne sont plus à démontrer comme les vertus de certaines eaux(en fait je ne suis pas allé vérifier les publication sur le sujet des eaux, mais je ne vois rien dans l’idée qui me donne envie d’en douter de prime abord).
      Le soucis essentiel avec la lithothérapie est celui de l’interaction avec le corps. Ce contre quoi je m’élève est « la pensée magique » associée au fait de penser une interaction humain/minéral autre que par le truchement de la chimie(il y a la radioactivité aussi, mais bizarrement la lithothérapie n’en parle pas, étonnant non?). C’est ce point précis que je tente de critiquer en priorité.

      C’est tout le soucis avec les élixirs: ils peuvent mettre des molécules en solutions et donc avoir un effet sur le corps, toxique ou non. En ce qui concerne un effet bénéfique, pourquoi pas, mais à part pour quelques cas précis (déficit particulier: manque de sodium, d’iode, de calcium, déséquilibre chimique dans l’estomac, etc…) il parait difficile qu’une « soupe d’ions courants » de très faible concentration puisse présenter un intérêt médical réel (bien moins qu’une eau de source au final, sachant qu’il existe aussi des eaux de sources peu recommandables, voire toxiques, tout dépend du terrain et de son histoire hydrologique).
      On peut vouloir faire entrer dans cette catégories certaines choses qui marchent effectivement(argiles, pierre d’alun, divers sels, divers carbonates et d’autres) qui se solubilisent d’une manière différente que ce que font les macro-cristaux(en quantité bien plus vaste surtout), et dont les pharmacies ce sont déjà emparé depuis un moment.

      Mon problème avec cette pratique, c’est que dès qu’il s’agit d’un cristal collecté sur un site qui n’a pas été spécifiquement étudié pour une exploitation lié à la pharmacie, la composition de la solution à l’arrivé est très floue, et parfois surprenante. Beaucoup trop pour pouvoir affirmer un rapport risque/bénéfice intéressant.
      Je pense notamment aux allergiques au nickel par exemple, qui n’ont aucun moyen de savoir si leur élixir en contiens ou pas, quand bien même le cristal de départ ne serait pas sensé en contenir. C’est un peu le cas de l’anecdote que j’ai cité: j’ai vu quelqu’un faire une allergie au nickel (confirmée par la suite) à cause du contact régulier d’une amphibole… qui n’est pas vraiment sensé en contenir pourtant. Bref, à jouer à ce jeux on fait souvent n’importe quoi sans même avoir une chance de s’en rendre compte.
      Pour tout le reste… disons que la conception de pas mal de médicaments passe en réalité assez régulièrement par la case « exploitation minérale ».

      Pour ce qui est des effets psychologiques au sens large (placebo, nocebo, et autres effets en rapport), j’ai essayé de ne parler que d’effets spécifiquement lié au cristal (avec ce vocable), pour justement faire la part des choses. Je ne nie certainement pas l’existence ou l’importance que peuvent avoir ces effets.
      Je pense, mais c’est un avis personnel, qu’il faut éviter de vouloir s’en servir dans ce genre de cadre. Car au-delà du bénéfice effectif que peut en tirer le patient, mettre cela en avant entretiens le mythe. Et l’entretiens de la pensée magique a sûrement un coût global plus élevé que le bénéfice du patient individuel, du fait que cela se termine souvent en rejet de la médecine à plus grande échelle avec conséquences dramatiques à la clé. Mais ce n’est que mon avis, la pratique de la médecine est quelque chose d’incroyablement vaste et complexe et qui dépasse largement le cadre de la simple science.

      Bref, tout cela pour dire, je suis d’accord sur le fait qu’il existe une forme de lithothérapie efficace, mais ce n’est certainement pas celle qui est présenté sous ce nom.
      D’ailleurs, je n’ai même jamais croisé aucune des pratiques qui ont un effet présentées sous le nom « lithothérapie ».
      Il conviens sûrement de distinguer ce que désigne le mot, et son sens étymologique.
      Ici, je me concentre sur ce que désigne le mot pour le commun des gens: « manipuler » un joli macro-cristal acheté dans une boutique et espérer se soigner avec.

      Répondre
  11. M.Wallace
    M.Wallace dit :

    Bonjour,ou plutôt bonsoir,
    Je suis artisan joaillier et grand amateur de géologie, je suis tombé sur votre blog en cherchant « comment prouver que la lithothérapie est une arnaque » . Auriez vous une phrase toute simple pour couper la chique aux hippies mangeurs de graines qui me demandent quelles sont les propriétés des pierres que j’utilise. Je suis à la recherche d’une phrase choc, mais j’ai trouvé dans votre article de quoi alimenter ma réflexion, par avance merci

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Donc, si j’ai bien compris, vous êtes un joaillier qui cherche une phrase lapidaire…
      Désolé, trop tentant.

      Je suis très fréquemment confronté au même problème pour mes propres ventes de cristaux, et je n’ai malheureusement pas pu trouver de phrase miracle.
      Selon la personne en face, et aussi mon humeur il faut bien l’avouer, j’ai deux approches.
      La plus simple, et qui est assez drôle vue de loin, c’est que je répond à la question. Je donne les propriétés des cristaux en question. Il y a des tas de propriétés physico-chimiques liés aux cristaux et je les liste en expliquant ce qu’elles sont.
      Au choix selon l’échantillon: effet piézo-électrique, pyro-électrique, triboluminescence, fluorescence, phosphorescence, photo-électricité, electro-caloricité, thermo-élasticité, ductilité, etc…
      Quelques trucs intéressant à ce sujet ici: https://books.google.fr/books?id=ulHK0ZNP2jYC&pg=PA303&lpg=PA303&dq=effets+physiques+des+cristaux&source=bl&ots=vGJdtrpAXX&sig=Gd4_oQHUDn14TC3R1Ef_0anSutE&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjMzKfChbnOAhXMiiwKHRTVBTEQ6AEIKzAB#v=onepage&q=effets%20physiques%20des%20cristaux&f=false
      Si on me laisse parler je peux parfois enchaîner sur les symétrie de réseau les structures, les habitus, etc…

      Mais ce sont surtout les propriétés chimiques qui coupent la chique, il faut cependant que les circonstances soient favorable.
      Par exemple, il m’arrive souvent sur une question générale d’attraper une pyrite et de dire « les pyrites dégagent de l’acide sulfurique gazeux », parfois un quartz en sortant « celui-ci dégage du fluor gazeux » (c’est vrai pour certains de ceux que je trouve, mais je me garde de signaler que l’effet est très lent). Pour les quartz fumés je peux dire « les quartz sont fumés car ils ont été irradiés ».
      J’évoque parfois la radio-activité latente de certains minéraux, notamment les potassiques (à cause de son isotope 40).
      Je vend aussi des échantillons de galène et je signale qu’ils sont souvent classés parmi les dix ou vingt cristaux les plus dangereux en raison de leur forte teneur en plomb.
      Et d’une façon générale tout les minéraux formant du plomb craignent un peu d’une façon ou d’une autre, de même pour certains sulfates, les chromates et les arséniates.
      Ce sont des choses qu’ils craignent en général, en particulier la radioactivité.

      Ceci étant dit, je n’attaque que rarement de front. Je me contente juste de présenter mes cristaux et de donner des recommandations de manipulation en appuyant sur les dangers potentiels de certains d’entre eux et souvent cela suffit à éveiller la curiosité du client.
      En y allant de cette façon, c’est leur curiosité naturelle (ainsi que leur habitude de craindre des choses pour leur santé) qui les pousse à m’interroger, ils deviennent alors plus ouvert et me permettent de leur expliquer qu’il faut éviter de les mettre dans de l’eau pour la boire, de les garder trop souvent au contact de la peau, etc… explications détaillés du pourquoi à l’appui.
      Mais après, je ne cherche pas à repousser les gens. Je veux simplement les pousser à s’interroger.
      Ils arrivent en pensant à des effets bénéfiques, et ils apprennent qu’il y a de vrai dangers potentiel. Et souvent ils n’imaginent même pas que ce soit possible. C’est un axe d’approche intéressant, car quand ils commencent à apprendre quelque chose une relation de confiance commence à s’installer.
      voilà

      Répondre
  12. Marc
    Marc dit :

    Merci pour cet article… je vous propose ce lien http://www.litho-sante.fr, la lithothérapie scientifique et pragmatique, l’explication naturelle évidente des liens entre géologie et biologie.
    Je reste à votre écoute si vous envisagez ajouter un paragraphe sur la Litho-Santé à votre article.
    PS : la Litho-Santé sera très bientôt étudier par des zététiciens.

    Répondre
      • Marc
        Marc dit :

        Euh non, je ne vous demande pas de faire de la publicité mais simplement d’évoquer une autre lithothérapie scientifique et pragmatique… n’est-ce pas ce que vous cherchez et revendiquez ?

        Répondre
        • Acermendax
          Acermendax dit :

          Je doute intensément que votre démarche soit scientifique.
          Vos pages ne disent rien de la source des connaissances scientifiques que vous prétendez avoir. A ce stade, vous êtes indiscernables du premier charlatan venu.

          Répondre
          • Marc
            Marc dit :

            Madame ou Monsieur, si pour vous la géologie et la biologie ne font pas partie de la science et ne sont pas des connaissances scientifiques, alors où allons-nous ?

    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Bonjour,
      J’ai cliqué et jeté un œil… je vais me permettre deux ou trois questions parce que cela en pose certaines.

      Pour commencer, tout semble provenir de deux « chercheurs »… Un ingénieur géologue, bon en l’occurrence son travail à lui était de trouver du pétrole, je connais un peu l’activité et normalement on appelle cela un prospecteur. Je n’ai dégoté aucune publication de sa part, j’aimerai donc que l’on m’en trouve ou a minima que l’on m’explique pourquoi le qualifier de « chercheur »?
      Vu que manifestement il n’a jamais fait de recherche. Je n’ai pas trouvé de thèse non plus mais peut être m’a t’elle échappée?
      Le second est un « architecte en informatique » selon les mots du site. Cela ne fait pas de lui non plus un chercheur (il faut avoir fait de la recherche pour pouvoir être qualifié de chercheur, il me semble que c’est un minimum non?), mais surtout, à quoi sert l’intitulée de sa fonction puisque l’on est censé parler de géochimie et de biologie…
      Vous avez évoqué la zététique. ça tombe bien, en zététique cela a un nom: l’argument d’autorité.

      Et donc, ces deux personnes sont sensés avoir trouvé (je cite) « […]une méthode d’analyse et de compréhension de toutes les pathologies[…] ».
      Du coup., pourquoi ne pas par exemple l’avoir publié et porté à la connaissance de la communauté des médecins qui pour une telle découverte leur aurait immédiatement donné un prix Nobel et fait entrer définitivement dans la légende de la médecine?

      Deuxième question: comment deux individus sans aucune formation ou expérience en médecine ont ils pu arriver à..ma foi comprendre toutes les pathologies? C’est dantesque comme affirmation, la médecine elle-même ne prétend même pas comprendre complètement le quart des pathologies courantes.

      Et puis, pardonnez moi, mais 350€ par module de deux jours(il y a pas mal de modules au final)…dont certains sont tout de même centrés sur les pathologies, la santé, le métabolisme…par un informaticien et un pétrolier… Je veux dire, je veux bien croire un médecin ou un infirmier quand on me parle de pathologies, mais là… qu’est ce qui me fait croire que ces individus ont quelque chose à m’apprendre sur ces sujets?

      Vous savez, techniquement je suis moi aussi ingénieur en géologie, pourtant cela na m’a guère apporté que quelques connaissances sur les cailloux et les structures géologiques. Et encore, sur certains points spécifiques seulement.

      Bref…soit nous avons deux génies méconnus et incompris qui ont totalement révolutionné la médecin et la biologie et qui choisissent de s’en servir pour gagner quatre sous, sans en informer qui que ce soit à part les quelques uns qui paieront leur petite formation Lyonnaise, et préfèrent l’anonymat plutôt que de recevoir les honneurs et la richesse en accordant ce savoir aux dizaines de milliers de médecins qui de part le monde s’échinent à lutter contre les maladies.
      Soit nous avons un lien commercial de la part de deux charlatans qui usurpent des titres pour vendre à prix d’or des formations dont les intitulés n’ont pas vraiment de sens…

      Vous savez, pour qu’une démarche soit scientifique, il faut avant tout qu’elle s’ouvre à la critique. Tant que ces individus n’auront rien ouvert de ce qu’ils prétendent avoir trouvé, donné aucune source, recherche, observation ou expérimentation sur lesquelles s’appuyer, ce ne sera pas de la science. Et prononcer le mot dans chaque phrase ne le rend pas vrai pour autant.

      Répondre
  13. Perrot Minnot Philippe
    Perrot Minnot Philippe dit :

    Bonjour Mr Pellegrin

    Je suis surpris par votre véhémence.
    La critique quand elle est fondée est recevable et toujours bienvenue pour moi,
    en effet, elle permet la remise en cause par le dialogue et la découverte des arguments.
    Quand elle se singularise par un jugement abrupt sur les apparences et les suppositions
    ce n’est pas de la critique mais juste une expression rapide de sentiments sectaires…
    On ne juge pas sans CONNAÎTRE !
    … c’est quelque peu « hâtif » et peu scientifique dans la démarche…
    Vous vous réclamez de la « Zététique »…
    J’ai quelques « doutes » quant à votre appartenance sérieuse à ce courant de réflexion.
    J’ai rencontré chez les zététiciens des gens plus méthodiques…(ou plus honnête…)

    Avez-vous lu « STAM, le minéral est la vie, POURQUOI ! »
    ISBN : 2846391181
    Ce livre fait partie de la Bibliothèque de la Zététique… je l’ai remis moi-même.
    Renseignez vous, et prenez le temps de le lire…

    Avant de monter sur vos grands chevaux, avec des jugements sectaires,
    acceptez l’idée « zététique » d’expérimenter ce qui peut vous surprendre.
    Cela vous évitera d’ « envisager » de jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Je n’ai pas la prétention d’être un génie, mais juste un éclaireur des ignorances…
    qui applique un principe de la zététique : le DOUTE !
    Curieusement je l’applique aux connaissances du corps humain.
    Beaucoup de croyances officielles et beaucoup d’ignorances énormes !
    C’est bien de critiquer les pseudo-sciences, je le fais avec pugnacité,
    mais cela doit toujours commencer par savoir balayer devant sa porte.

    Pour revenir au début de votre jugement abrupt…
    La zététique invite chaque être humain à être un « chercheur » de réalité !
    N’importe quel être humain peut (devrait) être un CHERCHEUR !
    Ce vocable n’est pas réservé aux salariés du CERN ou des Universités.
    Les méthodes d’un architecte en informatique sont très utiles
    lorsqu’on les applique à des recherches de documents
    et elle font très vite progresser l’inventaire des réalités…
    En retour celui qui les conduit voit son « savoir » s’enrichir
    au point de pouvoir avoir un avis sur le sujet qui occupe ses « recherches »..
    Après 10 ans d’investigation la personne que vous avez « méjugé » hâtivement
    pourrait vous surprendre avec ce qu’elle pourrait vous expliquer
    en matière de chimie ou de sciences naturelles…

    Par ailleurs les informaticiens sont les « chercheurs » qui donnent le ton en matière de santé.
    En effet aujourd’hui plus que l’expérimentation, ce sont les statistiques « informatiques »
    qui définissent la nature cancérigène ou toxique des matières en cause dans la santé.
    Comme ce sont les statistiques qui orientent les recherches en matière de santé !
    Ces « chercheurs » la plupart du temps, ne connaissent rien à la santé (c’est un comble !)

    Cœurdialement
    Philippe Perrot Minnot

    PS
    Ma porte vous est ouverte pour un dialogue scientifique sur pièces.

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Il n’y a pas de véhémence dans mes propos, je met simplement en exergue les affirmations extraordinaires qui tournent autour de vous, car il y en a beaucoup. Et elles vont loin.
      Je remarque d’ailleurs que vous n’avez répondu à aucune de mes interrogations précédentes.

      Par exemple, vous m’accusez de critiquer sans connaitre, pourtant je ne fais que relever les affirmations dans le lien qui a été fourni. Je critique VOS affirmations. Si vous en avez d’autre, je vous conseille aussi de les sourcer un minimum. Dire « je vend un livre qui explique tout » ne sert à rien.
      Vous prétendez, d’une certaine façon, que le fait d’avoir personnellement fait des recherches durant dix ans vous a donné une meilleure compréhension d’un métabolisme que la communauté internationale des médecins avec son siècle passé de développement scientifique…

      Pour être clair votre démarche est le strict inverse de la démarche scientifique. Une personne qualifiée de chercheur l’est car elle participe à une méthodologie collective, basée sur la réplication, la critique de la part des pairs et la multiplicité des résultats.
      C’est sur cette base que s’appui la confiance que l’on peut avoir en la fiabilité d’une découverte, parce que cette confiance ne s’appuie pas seulement sur la personne qui a publié mais aussi sur toute la communauté des spécialistes de la discipline.
      Or vous dans votre démarche vous utilisez abusivement cette confiance là en utilisant le terme de « chercheur ».
      Alors non monsieur, ce vocable n’est pas réservé aux universités, il est réservé à toute personne qui publie, est évalué et est pris au sérieux par toute la communauté scientifique correspondant à sa propre spécialité. Oui, c’est restrictif, car il s’agit d’une méthode fondamentale très stricte dont la rigueur est garante de la validité. Rien ne vous empêche de jouer le jeu.
      Et vous n’en faites clairement pas partie tout en cherchant à en tirer abusivement une crédibilité.

      Ensuite, vous parlez de l’utilisation des statistiques mais…
      Si je résume, dans le domaine de la santé on fait des études de cas, ces études de cas utilisent et se classent selon des statistiques et ces statistiques sont appliquées et comparées par l’intermédiaire d’ordinateurs.
      Et vous, vous en concluez qu’un informaticien peut en conclure des choses sur la santé! (si c’est le cas, il devrait pouvoir résoudre tout les mystères de la science sur la même base)
      Ce ne sont pas les statistiques qui orientent la recherche en matière de santé.
      Les statistiques ne servent qu’à s’assurer que l’on observe, évalue et classe correctement les informations. Dans TOUT les domaines, et utilisés quasiment de la même façon. Avec à chaque fois un certains nombres de pièges que seuls les spécialistes du domaine concerné sont capable d’éviter(par exemple la distinction corrélation/causalité). Et bien sûr, il n’est jamais possible de tirer la moindre conclusion de ces résultats seuls.
      Comment peut on prétendre à une démarche scientifique et ignorer cela? C’est une base élémentaire!
      Bref, tout cela ressemble fort à un bel effet Dunning-Kruger.

      Au final, vous essayez de noyer votre gros argument d’autorité sous le couvert de l’ignorance de la réalité de la pratique de la science et sur un jeu de mots douteux autour du terme « chercheur ».
      Même dans votre commentaire ci-dessus, vous n’avez quasiment rien dit! Tout ce que vous faites c’est vous appuyer sur de l’ignorance, jusqu’au twist final ou vous sous-entendez carrément que les chercheurs en médecine n’y connaissent rien en matière de santé!

      Bref, encore un non médecin qui veut nous soigner en vendant des trucs. Si vous ne voulez pas être mis dans cette catégorie, comportez vous autrement, et apportez des sources vérifiées. Arrêtez aussi de sous entendre que la recherche dans le domaine ne sait rien, mais vous oui. Vous êtes pour l’heure indiscernable du gourou de base.

      Répondre
  14. Perrot Minnot Philippe
    Perrot Minnot Philippe dit :

    Université de Caen, 7 Septembre 2016.

    Le journal MARIANNE et son journaliste JEAN-CLAUDE JAILLETTE ont perdu en cour d’appel de Paris ce 7 SEPTEMBRE 2016, et ont été condamnés en diffamation pour avoir dénigré, comme d’autres lobbyistes, agences et académies, le Professeur GILLES-ERIC SERALINI au sujet de ses recherches de 2012 montrant des tumeurs de rats dues au Roundup et à un maïs OGM, étude republiée et confirmée depuis.

    Pour plus de détails, merci de contacter le cabinet de Maître Bernard DARTEVELLE au 01 43 12 55 80

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Hors sujet.
      Mais sa présence ici laisse songeur sur votre motivation.
      C’est une menace? (ratée si c’est le cas)

      Soyez plus clair s’il vous plaît.

      Répondre
  15. Perrot Minnot Philippe
    Perrot Minnot Philippe dit :

    Monsieur Pellegrin

    Encore une fois merci de « ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ».
    Je vous ai dit que :
    Ma porte vous est ouverte (à vous d’accepter ou non)
    Je ne suis pas pour pour une »justification publique » sur un forum
    mais pour un après midi d’entretien où on peut prendre le temps d’examiner les arguments,
    en se regardant droit dans les yeux, d’hêtre humain à être humain.
    Par ailleurs vous avez mon mail direct (il est aussi sur mon blog)
    je suis prêt à documenter mes propos et mes arguments pour vous
    par ce biais si cela vous convient.
    Pour les sujets ils sont assez larges….
    A commencer par TOUS ceux qui sont présentés dans mon blog
    http://www.ab-litho-veritas.blogspot.com
    Si vous où un scientifique de vos références trouve quelque chose à changer
    je suis ouvert à la discussion…en face à face.
    Le pugilat public n’est pas à mon sens une valeur de l’Humanité.
    Quant à étaler son savoir ou ce que l’on croit savoir, dans un forum
    accordez moi de penser que cela n’est guère opportun,
    quand on sait que plus de la moitié des gens sur internet sont cachés par un pseudo.

    Pour dissiper une certaine ambiguïté que vous évoquez
    OUI je fais depuis plus de 20 ans des conférences dans le créneau de la « lithothérapie »
    entre autre à Sainte Marie aux Mines, où j’expose dans le Lycée ….

    Reste à entendre le contenu de mes conférences…
    Elles expliquent des réalités « chimiques » incontournables !
    Tant dans les minéraux que dans le vivant !

    Elles se retrouvent aussi dans des dossiers naturels (Santé) publiés…

    1. Le SOUFRE « 1er acteur de la santé »
    2. Le SEL Na Cl « Pilote de la santé »
    3. Eau, Sel, Soufre, « l’équation 100% santé »
    4. Le Calcium « lien entre mental et corps »
    5. Calcium / Soufre « doublé vital »
    6. Minéraux ressources vitales (Sel  Pancréas)
    7. Aux « courants » de votre santé (Thyroïde  Pancréas)
    8. Le Manganèse « clef de vie et de santé »
    9. Doutez : leurs ignorances sont inacceptables
    10. Un dinosaure dans le FRIGO (sur le Calcium)
    11. Natura Causalia : Connaître causes et principes de la Santé
    12. Les rôles méconnus du Calcium : Clefs de la santé

    Un album illustre TOUS les schémas chimiques de la Vie :
    « Sciences Naturelles, Santé et Vie » ISBN : 978-2-918999-01-0

    Donc pour porter un « jugement » sur ce que j’avance, le minimum est de les avoir lu…

    Répondre quoi de plus à vos attaques d’apparence,
    un peu trop insistantes….et parfaitement incongrues…
    Peut-être un dernier détail d’importance …
    Vous m’assimilez à un gourou…

    Sachez juste qu’il n’y a pas pire pour moi que ce qualificatif…
    En 1990 j’ai perdu ma femme et ma fille à cause d’un conflit
    où une « secte »s’était glissée dans ma famille (je vous passe les détails).
    Depuis cette époque je me situe dans le camp
    des personne qui connaissent dans leur vécu les ravages des idées sectaires.

    Si vous me connaissiez à peine plus, c’est aussi ce qui explique ma présence
    à un endroit où une certaine compétence en matière de géologie et de biologie
    peut dissiper quelques malentendus en amenant un autre éclairage…
    Sur ce point encore vous prenez à la légère des drames dont vous ignorez TOUT !

    Cœurdialement
    Philippe Perrot Minnot

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Avez-vous remarqué monsieur que pas une seule fois je n’ai attaqué le contenu même de vos livres ou de vos discours sur le sujet, du fait que je n’y ai pas accès.
      Nous avons même eu un échange constructif plus haut et pouvons tomber d’accord sur le fait qu’il y a des choses intéressantes à dire sur les eaux, cures, argiles, etc… et un certain nombre d’autres choses.

      Mais vous avez des propos, sur le site qui a été cité et dans vos messages ici même, qui ont toute l’apparence de la malhonnêteté. Et je le dit directement car les phrases que j’ai reprises sont clairement symptomatiques de mauvaises pratiques que l’on croise à tout bout de champs.
      Bref, vous allez beaucoup trop loin, c’est pourquoi j’ai utilisé dans ma dernière conclusion le terme « indiscernable ». Car de mon point de vue, c’est le cas et je trouve le mot bien choisi.
      Je n’ai pas non plus mis en doute vos compétences en géologie, vous avez remarqué?
      Simplement, entre les affirmations extraordinaires dans les domaines de compétences très spécifiques de la biochimie sur lequel les spécialistes sont d’une extrême prudence et où les renversement de paradigme sont encore courants (en particulier sur les sujets de l’assimilation par le corps d’éléments ou de molécules en fonction du vecteur d’intégration) et les errements sur des mots très chargés de sens pour le public, vous faites sonner toutes les alarmes.

      Encore une fois, nous sommes tout de même tombé d’accord sur certaines choses plusieurs messages au-dessus. Mais si vous voulez être pris au sérieux , il faut éviter les expressions et pratiques que j’ai cité et critiqué plus haut. Et auxquelles vous n’avez d’ailleurs pas répondu.

      Quant au contenu réel de votre discours sur la litothérapie, hormis le fait que je considère que le mot est beaucoup trop chargé de sens « mystique »(et qui a été créé directement dans ce sens au passage) pour l’utiliser dans un contexte épistémologiquement correct, il m’intéresse fortement dans le sens où je sais bien qu’il y a quelques choses intéressantes.
      Mais comme tout le monde, je n’ai pas le temps d’étudier de près n’importe quelle proposition pour l’évaluer, encore moins d’acheter des bouquins ou voir toutes les conférences que je voudrais.
      Et donc j’élimine automatiquement les personnes qui jouent comme vous l’avez fait sur les mots pour se les attribuer, les affirmations extraordinaires comme celles que j’ai cité, les affirmations vaguement accusatrices du genre: « Ces « chercheurs » la plupart du temps, ne connaissent rien à la santé (c’est un comble !) » et le manque de prudence flagrant quant aux affirmations: « […]une méthode d’analyse et de compréhension de toutes les pathologies[…] » le tout associé a des liens commerciaux.
      Je persiste et signe vous êtes indiscernable du premier charlatant venu (charlatant qui sont généralement sincères dans leur démarche en plus). Indiscernable.

      Et au passage, j’ai déjà vue des homéopathes intervenir dans des lycées (techniquement, on a vue des créationnistes le faire aussi)… comme quoi ce genre de chose n’est pas fonction, ni garant, d’une crédibilité.

      Répondre
  16. Perrot Minnot Philippe
    Perrot Minnot Philippe dit :

    Monsieur Pellegrin

    Vous écrivez :
    « vous avez des propos, sur le site qui a été cité et dans vos messages ici même, qui ont toute l’apparence de la malhonnêteté. »

    Encore une fois ne portez pas de jugements vagues et équivoques qui ternissent tout pour vous défausser.
    Cette méthode n’est pas dans les principes de la zététique.
    « Ce n’est pas en tentant d’éteindre la lumière d’un autre qu’on brille d’avantage. »

    Il n’y a aucun propos « infondés » dans mon blog, et je me suis gardé d’être correct à votre égard dans nos échanges ici.
    L’échange actuel vous démontre à quel point un forum n’est pas le lieu pour se lancer « sérieusement » dans un dialogue.
    Je constate vos apriori antagonistes et vous relancez pour répondre des équivoques discriminatoires…
    Oui nous sommes en partie sur la même longueur d’onde, plus que vous ne pouvez le supposer.
    Oui j’ai aussi l’audace de critiquer d’après constat personnel, des « ignorances réelles » installées dans le système médical français.
    Comme je vous l’ai écrit plus haut, il faut aussi savoir balayer devant sa porte.
    C’est pour cela que pour comprendre mes propos et énoncés, je vous ai proposé une rencontre
    avec à vos côtés des personnes compétentes (médecins, vétérinaires, pharmaciens ou biologistes)
    susceptibles de critiquer sur argument, tous les détails scientifiques que je précise .
    Car on peut supposer que si vous n’approfondissez pas les arguments exposés dans le blog http://www.ab-litho-veritas.blogspot.com
    c »est peut-être parce que vous ne vous sentez pas en compétence pour parler de sujets « chimie organique »…
    Je vous ai proposé un échange par mail direct…
    Ce que vous écrivez démontre que vous restez dans une vindicte aprioriste que vous ne souhaitez pas étayer…
    « comme tout le monde, je n’ai pas le temps d’étudier de près n’importe quelle proposition pour l’évaluer, encore moins d’acheter des bouquins ou voir toutes les conférences que je voudrais. Et donc j’élimine automatiquement les personnes qui jouent comme vous l’avez fait sur les mots ».
    Pas tellement zététique comme positionnement.
    Au fait, charlatan ne prend pas de T à la fin…

    Cœurdialement
    Philippe Perrot Minnot

    Répondre
  17. Cimo
    Cimo dit :

    Bonjour M.Pellegrin et encore bravo pour vos connaissances et la pédagogie que vous avez à notre égard les néophytes pour vulgariser la science, j’ai presque retrouvé un peu de Pierre-Gilles de Gennes en vous ;).
    Ceci etant je vous conctacte car j’ai un probleme.
    Je me suis interessé à la liotherapie le jour ou je suis tombé sur le FB de ma femme ou elle ecrivait à une personne dont je tairais le nom pour un stage de lito avec lui et qu’elle souhaitait ammener notre enfant.
    Il est bien evident que je suis totalement contre mais la connaissant il ne serait pas bon de vouloir l’en empecher.
    Je souhaiterais que vous puissiez me donner quelques conseils, ici ou en PV afin que j’ai des arguments simples et claire a retorquer à mon interlocuteur qui serait ce fameux M.X car je compte me rendre avec elle de maniere à tout simplement comme on le dit vulgairement »clouer le bec » à ce charlatan.
    Merci de votre réponse.
    M.P

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Bonjour, et merci beaucoup!

      Je n’ai hélas pas de solution miracle. En fait, cet article est en soit un petit condensé des arguments simples que j’ai pu trouver mais en ce qui concerne l’application cela dépend fortement du contexte.

      Pour commencer, en lito il n’y a pas d’unification des croyances. On retrouve pas mal d’explications différentes, dont certaines s’excluent les unes les autres, et les effets avancés peuvent aller du tout au tout.
      Il faut donc s’adapter à la personne en face et à l’explication donnée…et peut être ne pas oublier d’étudier de près les propositions de l’autre si elles sont nouvelles car on ne sait jamais.(je dis cela par prudence, mais personnellement on m’a toujours servis des explication clairement farfelues, dont la plupart sont à ranger dans la catégorie « thérapie énergétique »).

      J’ai quand même remarqué avec le temps deux ou trois petites choses selon la personne en face:
      – un échantillon qualifié de « jade » associé à un effet est une porte d’entrée: on peut expliquer à la personne que jade regroupes trois choses différentes, dont une qui n’est même pas un cristal mais une roche – et c’est de loin la plus courante des trois(la néphrite). Si d’ailleurs vous êtes capable de l’identifier directement c’est le top, vous pouvez carrément dire que ce n’est pas un cristal.
      – La pyrite est bon moyen de faire changer de couleur celui qui vous en vante les effets, d’autant plus si les prétendus effets sont positifs pour les poumons. Le fait que ce cristal relâche de l’acide sulfurique gazeux en permanence est très peu connu.
      – Aborder les cristaux sous l’angle de la composition chimique donne des sueurs froides à certains. La raison est simple: la plupart des théories lito sont saturées d’appels à la nature et de rejet des produits chimiques, et ceux qui les soutiennent sont généralement très mauvais en chimie, or il est difficile d’ignorer que c’est un des deux points centraux des connaissances sur un cristal. Ne pas distinguer un chromate d’un carbonate ou d’un silicate est difficilement tenable lorsque l’on doit expliquer des effets ou si l’on se trouve face à quelqu’un qui se demande si telle ou telle pratique ne serait pas un peu toxique de ce pointe de vue là.
      – Les prétentions à la validation scientifique sont nombreuses. On peut donc toujours demander, au cas où, comment ça marche. C’est bien sûr l’effet piézo-électrique(pyro- parfois) qui est immédiatement brandi et … c’est là que le fait de ne pas savoir si un cristal est un silicate ou non deviens grave puisque cet effet est spécifique à ce groupe.
      – Et dans l’ensemble, on peut toujours poser la question au sujets des allergies. Un allergique à un ou plusieurs métaux (le nickel souvent, parfois le cuivre ou le chrome) DOIT se poser la question de ce qu’il met en contact avec son corps et là encore on peut faire dire au litothérapeute d’énormes bêtises et les lui mettre sous le nez.

      Malheureusement, tout ce que j’ai dit nécessite quelques connaissances en chimie des cristaux pour pouvoir être utilisé du tac-au-tac.

      Reste l’argument anti-théorie-énergétique, présenté dans l’article sous le paragraphe « Des forces inconnues » qu’il faudra reformuler de façon plus…compacte.
      Bref, je cherche encore voilà tout ce que j’ai trouvé.

      Répondre
      • cimo
        cimo dit :

        Merci de votre réponse.
        J’ai bien lu et relu tout ce que vous avez écrit, j’ai été aussi sur la page Representation abstraite (Energie definition) puis sur wikipedia, et ensuite j’ai classé tout les « cristaux » que j’ai vu sur les sites en catégorie contient du silice ou pas, et je suis tombé sur quelque chose d’interessant.
        Pour qu’un cristal soit piezo electrique, il ne doit pas avoir un centrosymetrique.
        d’apres wiki, on sait qu’il y a 32 classes cristallines et que seulement 20 sont piezoelectriques.
        Or certains cristaux de la lito qui ont du silice dans leur composition sont aussi non piezoelectrique.
        Peut on dire par déduction que tous les cristaux ne sont pas piezo electrique.
        Deuxieme chose, le quartz vibre que sous 3 conditions, frottement, on le frappe, on lui envoie du courant.
        Preuve du contraire ce n’est pas un mouvement perpetuel, mais ponctuel si l’une des 3 conditions de sa vibration n’est plus active.
        Donc si plus de condition de vibration, plus de vibration, donc plus de pseudo effet de guerison?
        Alors comment peuvent ils expliquer qu’un cristal non centrosymetrique non excité peut encore vibrer?
        Je pense que cette question peut etre interessante à poser, qu’en dites vous?

        Répondre
        • Laurent Pellegrin
          Laurent Pellegrin dit :

          Ha ça, on peut dire que beaucoup de cristaux ne sont pas piézo-électriques.
          Mais sans même chercher chez les silicates, ils adorent utiliser de la malachite, de l’azurite et beaucoup d’autres cristaux très jolis qui sont des carbonates.

          Pour ce qui est des vibrations…. et bien disons qu’en lito on considère que les cristaux vibrent en permanence …sans aller plus loin(ce qui impliqueraient que les cristaux piézoélectriques seraient en permanence des conducteurs, ce qui n’est pas le cas bien sur).

          Mais cette histoire avec les propriétés particulière des cristaux est bien un gros talon d’Achille dans leur discours du fait même qu’ils s’en servent pour justifier l’effet de minéraux n’ayant pas ces propriétés.
          Ceci parce que l’on se sert de cet effet dans un grand nombre de technologies et qu’ on a tous l’habitude de parler de montres à quartz. Avec à coté ce fait très simple: la litothérapie utilise relativement peu de cristaux piézo-électriques. Eux ils veulent des pièces colorés, esthétiques ou avec des formes ou des dessins particulier. Pas de bol, les silicates concernés ne sont pas toujours les mieux placés pour ça.
          Encore plus drôle: parmi les silicates ils déclinent sous toutes sortes d’appellation des calcédoines:agates, jaspes, héliotrope, onyx, opale, etc… qui sont tous constitués de quartz très finement cristallisée (et d’une certaine proportion d’eau et d’impuretés). La calcédoine est un assemblage, la propriété piézo-électrique du quartz NE PEUT PAS s’y exprimer car ce n’est pas un cristal en soit. Ces choses sont utilisées à outrance et c’est aussi un bon angle d’attaque.

          Ce qui me fait penser à un autre effet parfois donné en litothérapie: la protection contre les ondes (c’est à la mode) par de la tourmaline.
          De petits malins ont dû croiser l’effet pyro-électrique de ce cristal, effet qui consiste en l’apparition d’un dipôle électrique sur les faces opposées du cristal dont l’intensité dépend de la température reçu par ses faces par rayonnement. En fait, on se sert même des tourmalines pour faire des thermomètres ultra-miniaturisés parmi les plus précis jamais créés.
          L’intensité du dipôle est particulièrement faible et j’ai l’habitude de dire que porter une tourmaline en pendentif pour se protéger des ondes reviens à avoir une pile bouton quasi-déchargée autour du cou.
          Bref, vous risquez éventuellement de croiser ce cas de figure.

          Mais gardez à l’esprit que votre interlocuteur sera probablement très peu calé sur ce genre de propriétés, en tout cas c’est ce que donne mon expérience sur ce terrain. C’est facile à démonter, mais vous risquez de vous retrouver face à une bonne dose de mauvaises foi et de prétentions.
          J’ai déjà attaqué le problème par cet angle avec un tenant, et voilà ce que cela donne:
          Il a finit très vite par faire appel à de « l’énergie » pour expliquer la vibration du cristal. En réponse je dis que cela détruit un peu son explication à base d’effet piézo-électrique, puisqu’il justifie la vibration par un élément extérieur à cette propriété. Il répond que c’est ce qui provoque initialement l’effet, et je rétorque donc qu’il ne reste plus que la circulation de charge pour justifier son explication à base de piézoélectricité. Et une circulation de charge…ben c’est juste un faible courant électrique, rien qui puisse se passer à distance.Et là l’interlocuteur noie le poisson en partant d’un seul coup sur le principe des énergies et tout et tout en laissant de coté son explication qu’il voulait scientifique au départ…
          Il est bien possible que toute cette conversation fasse clairement apparaître à un observateur extérieur la faiblesse du discours du tenant, je crois que c’est votre but.

          Répondre
          • cimo
            cimo dit :

            ABSOLUMENT.
            Le rdv est bientôt et je m’y suis preparé depuis 1 semaine, je peux presque faire une mini thèse sur le geologie et l’origine molleculaire des pierre ;).
            En tout cas merci de vos précieux conseils et je vous tiendriais bien evidement au courant de ce t entretien qui à mon humble avi s risque d’être tres VIBRATOIRE.
            Merci encore.

  18. Phil. T.
    Phil. T. dit :

    Petite question.
    Quelle est la differcence entre
    Un mineral et un cristal.
    J’ai cherché sur Wikipedia et d’autre site, j’ai eu les definitions de chacun d’eux, mais je ne sais toujours pas coment expliquer la difference entre un cristal qui est un solide dont les constituants sont assemblés de meme maniere et un mineral qui est un solide naturel et homogene et il peut etre decrit dans la plupart des cas comme une matiere cristalisé.
    Est ce que cela signifie donc que tous les cristaux sont des mineraux?
    Aide moi svp je suis en train de devenir fou, je n’arrive pas à comprendre la difference.
    Merci de votre aide.

    Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      « cristal » possède une définition précise. C’est un agencement régulier d’atomes précis dans l’espace. En gros, chaque cristal se défini par une structure élémentaire particulière et une chimie particulière. Cela s’oppose à la notion de verre (= sans structure particulière).
      Un cristal est une des manières dont un matériau peut devenir solide. Et c’est tout.
      Une roche est un composé, comprenant plusieurs choses dont des cristaux.

      « Minéral » est un mot dont la définition dépend de la discipline qui s’en sert.
      En chimie on parlera de classe de molécules dépendant de la nature des atomes les constituants.
      En biologie on les classe en fonction de leur source et de leur fonction dans l’organisme.

      En géologie… c’est très flou. On se sert du mot pour l’opposer à « biologique » ou « biotique » en parlant de l’origine, indépendament de l’objet auquel on l’applique.
      Et là cela va dépendre autant de l’origine des matériaux utilisés pour constituer un objet que des processus qui l’on mis en place.
      Un carbonate de calcium utilisé par le corps pour faire par exemple des os ne sera pas un minéral. Ce sera une molécule organique.
      Le même carbonate qui sert de constituant à un calcaire par exemple sera qualifié de minéral.
      On va parler de minéral a propos de n’importe quoi techniquement (cristal, roche, objet) tant qu’il est facilement discernable du vivant.

      Tu deviens fou parce qu’il y a un continuum parfait entre le monde du vivant et le monde minéral. Il existe donc un entre deux dans lequel il vaut mieux ne pas utiliser ce mot. On pourra ergoter des heures sur comment doit-on qualifier un pétrole par exemple, on un fossile…mais cela n’a pas vraiment de sens.

      En fait c’est juste un mot pratique servant à définir une origine par rapport à l’opposition organique/inorganique, lorsque cela est pertinent.
      Les roches sont constituées de verres et de cristaux (pour simplifier) et sont minérales. Sauf que l’on peut se poser la question à l’occasion, certaines n’étant composées que de cadavres et de tests d’animaux marins. La source est biotique, mais les processus de mise en place sont géologiques.
      De plus, en géologie les minéraux ne sont pas forcément solide : l’eau de source par exemple est un minéral. Car on ne s’intéresse qu’à la source des matériaux et à la dernière transformation que les atomes ont subit et non à la nature de l’objet étudié.

      Bref, il ne faut pas se prendre la tête avec le terme de minéral, et éviter de l’utiliser lorsque la frontière géologique/biologique se brouille car il n’existe pas de rupture nette entre les deux.
      C’est un mot pratique, mais sans définition scientifiquement exacte, du point de vue de la géologie.
      Quand on l’entend, il faut juste se dire que cela parle d’un truc pas vivant, formé à partir de trucs pas vivant. Et garder en tête que c’est un mot simpliste..

      L’écrasante majorité des cristaux sont des minéraux…mais comme on sait faire des cristaux à partir de protéines(qui sont organiques donc), et bien pas toujours.
      Il y a de quoi devenir fou lorsque l’on cherche des cristaux de la catégorie des apatites, formés par processus géologiques classiques et présents dans certaines roches, tout en se rappelant que l’on peut en trouver dans la glande pinéale du cerveau, formés ici même à partir des constituants du corps… Un même objet que l’on qualifiera de minéral…ou non, selon le besoin.
      Bref, ce mot est pratique mais il ne faut pas se prendre la tête avec. Sa définition varie avec l’utilisation et le contexte..

      Répondre
  19. Teddy Denagtergael
    Teddy Denagtergael dit :

    La lithotherapie est critiqué comme les guérisseurs ou les magnetiseurs, le seule hic c est que c est mal vu comme les psychologues, car il y a eu trop de charlatans et il y en a encore plus aujourd’hui, c est pas une question de croyance, sur terre on a pas decouvert plus 10% des océans comme on n’utilise pas plus de 8% de notre cerveau. Avant de dire qu une chose soit une connerie il faut déjà avoir regardé comme il faut dans tous les angles, en revanche faire les détracteurs sur une chose qui n a pas fonctionné sur quelqu un parce que l on a eu affaire a un charlatan c est petit, je ne dis en aucune façon que vous avez tort mais je dis juste vous avez pas envisagé de regarder tous les angles,

    Répondre
    • Acermendax
      Acermendax dit :

      L’utilisation de 10% du cerveau n’est rien d’autre qu’un mythe.
      La lithothérapie a eu toutes les occasions de prouver son efficacité. On est en mesure de dire que cela ne fonctionne pas. Ipso facto toutes les théories inventées pour expliquer les effets des pierres sont à ranger dans le rayon fiction (jusqu’à preuve du contraire, naturellement, comme l’idée de la Terre plate).

      Répondre
      • Georges Haymoz
        Georges Haymoz dit :

        Oui je crains vous décevoir ou au mieux vous faire rire et au pire vous énerver mais la terre n’est pas une sphère et encore moins qui tourne. Ha has jimagine atmosphere ocean mais tout serait aspiré par le vide absolu de l’espace si tel est le cas vous imaginez pas la puissance du vide absolu ce que ca signifie et c’est pas cette soi disant gravité si faible que on la mesure pas et elle se manifeste que pour des mareas énormes genre planetas. Oís avez vu un ballon de basket á côté Dune.balle de tenis et alors la gravité pourquoi la tenis se colle pas au basket ballon? Et les nuages se sont des tonnes et des tonnes d’eau pourquoi ils tombent pas attiré par la gravité? Et la pomme qui tombe car elle est plus dense que l’air pourquoi dans la piscine la gravité pas capable de l’attirer au fond de la piscine? Puisque elle est assez forte pour retenir nous humains dans l hémisphère sud la tête en bas on tombe pas et incroyable comme elle est puissante dans. La partie australe même les océans qui pesent enorme… Sont retenus dans leur bassin par gravité et finalement vous avez vu la courbure terrestre? Mais je pense et j’en ris car courbure terrestre est physiquement possible mais ca implique courbure de l’eau et ca je peux vous dire si vous la voyez je fini mes jours dans un monastère car l’eau ne peut pas se courber ceat pas pour rien que l’on parle de niveau d’eau enfin qu’on utilise l’eau pour niveller…. Sanz oubliez que si vous voler en avion dire tion est une montgolfière vous monter et une heure après vous descender 1600km plus loin pauvre avion qui vole á m ouest cest pour cela que l’on dit il est á l ouest… Comment voulez vous avancer comme si vous essayer de remonter le sens din tapis roulant a 1600kmh soyons serieux tous les phénomènes celestes éclipse etc etaient déjà predit a l avance esté exacta dans un systeme geocentrique le dernier astronome qui anait élaboré le calendrier Julien etait tycho brahe reconnu comme un des meilleurs mais il fut assassiné par keppler son élève car il etait celui qui pouvait empêcher l’établissement du culte d Helios ou heliocentrisme par opposition á toute origine divine din monde geocentrique ces chers maçons Copernic Galilée et Keppler ils ont bien adapté leur heliocentrisme et pour cela les orbites sont devenue elliptique car il fallait rejoindre les estés du calendrier jullien et geocentrique on a étirer les or ites comme des élastiques pour que le systemes fonctionne et pour expliquer ces orbites on a inventé la gravité… Le plus grave cest que ca serait una pomme. A l’origine de la gravité? Alors que la pommes tombe e cause de différentes densité entre l air et la pomme et pas du tout la gravité car si tel etait le cas elle coulerait au fond de la piscine…
        Riez riez cela Rey bon pour la santé mais ensuite prenez la peine de répondre aux questions que je pose. Vous verez si vous essyer vraiment d y repondre sincèrement…

        Répondre
    • Laurent Pellegrin
      Laurent Pellegrin dit :

      Bonjour et merci pou ce message,

      Je pense que vous inversez l’approche de la question.
      L’argument de l’ignorance, pour commencer, est inutile. Il y a des choses que l’on ignore, mais aussi beaucoup que l’on connait. Et c’est justement le problème de savoir ce qu’il manque, pour cette raison ET pour éviter les charlatans ET pour que cela ne puisse nous paralyser, mais aussi pour beaucoup d’autres raisons, c’est à celui qui fait une affirmation de la prouver.
      A ce jour ni la lithotérapie, ni les magnétiseurs ou autres n’ont pu apporter la moindre preuve. Toutes les tentatives se sont soldées par des échecs très nets mais aussi très révélateurs de l’absence de méthode dans le jugement des pratiquant.

      Je vais reprendre vos mots « Avant de dire qu une chose soit une connerie il faut déjà avoir regardé comme il faut dans tous les angles »:
      si vous avez déjà croisé quiconque en lithotérapie qui ai réellement fait cela, alors présentez les moi. Dans cet article je montre assez clairement (j’espère en tout cas) que les praticiens dont j’ai pu avoir le discours sont plutôt à coté de la plaque en question de cristaux, et qu’ils n’ont généralement pas les connaissances les plus élémentaires sur le sujet.
      Parce que je sais bien qu’il m’ait impossible de lire ou d’entendre TOUT les patriciens, je me suis attaché à présenter d’une part les informations les plus populaires sur le sujet, et d’autre part les discours des personnes considérées comme des références dans le milieu, y compris ceux qui sont à l’origine de l’engouement moderne pour la discipline.
      Et il se trouve que si je ne peux pas prouver que quelque chose n’existe pas je peux prouver la dangerosité d’une pratique, et c’est justement ce que je fais dans au moins la moitié de l’article, à partir des informations fournis par les deux pôles d’informations que j’ai cité au-dessus.

      Donc SI la lithotérapie peux exister en tant que discipline de soin et SI il existe de « vrai » praticiens dans le monde.
      1/Qu’il prouvent qu’ils le peuvent
      2/Qu’ils mettent au point des procédés ne présentant pas de dangerosité élevé comme c’est trop souvent le cas.
      3/ Qu’ils fassent le ménage dans leurs rangs.
      4/ S’il existe un angle d’observation ignoré des pétrographes, alors par pitié révélez-le! Il n’y a pas une seule personne travaillant dans cette discipline qui ne serait pas fou de joie si on leur apportait un nouveau moyen d’observation. Pas un!

      Répondre
  20. cimo
    cimo dit :

    Bonjour Teddy et Acermendax, je me permets de me joindre à cette conversation fort passionnante.
    Comme l’a écrit notre ami Eddy
    « on n’utilise pas plus de 8% de notre cerveau » pour un Magnetisuer de la rue nationale de Lectoure qui exerce depuis 6 ans, je suis désolé mais les 8% utilisé de notre cerveau sont, et j’en suis fort navré, une légende Urbaine. Peut être qu’ a Valence-sur-baise, vous n’avez pas de cyber café pour pianoter un peu sur ce qu’on appelle Google, et vérifier certaines théories avant de les affirmer.
    Si toutes vos pratiques partent sur de fausses théories, alors je pense que moi même je devrais m’associer à vous pour augmenter le chiffre d’affaire de votre cabinet, car avec mon bagout je pourrais faire croire aux habitants de votre commune des choses encore plus incroyables!!
    Cher Eddy, vous êtes la caricature meme du parfait charlatan qui meriterait à mon humble avis d’être poursuivi devant les tribunaux pour abus de faiblesse.
    Votre titre magnetiseur, devrait plutôt etre soigneur de maux ou de mal être , ou alors confident, ou alors personne à qui parler pour se sentir bien, mais en aucun cas guerisseur avec le coté mystique que l’on y accorde.
    Concernant notre ami acermendax, en effet nous avons cru pendant des siecles que la terre etait plate, mais fort heureusement aujourd’hui nous avons les moyens technologiques de’affirmer je pense à 100% qu’elle est bien ronde.
    Concernant la lithotruc, je m’y suis penché durant 1 semaine entière car mon amie voulait commencer à y croire, et vous savez quoi, il n’y a pas un seul luthotruc apeuthe qui dis , d’une la meme chose, et de 2 qui soit cohernet dans ses propos, et je ne parle pas de tous les sites qui vendent des pierres extraordinaires.

    Le monde dans lequel nous vivons ne va pas forcement bien, et il ne faut pas etre fin psychologues pour le constater, les gens autour de nous, meme parfois nos proches, se tournent de plus en plus vers ces medecines parallèles et il en est de meme pour tout ce qui est du « developpement personnel », ce n’est ni plus ni moins qu’un buisness qui vient d’ou ca?… du pays de l’oncle sam et parfois du canada.
    nous pourrions citer parmi ces gens, M. godin, M. olivier rolland, et tout ces pseudos thérocieins sans diplomes ou alors aux diplomes non scientifiques qui vont expliquer des théroies fumeuses avec des mots tres savants tel que, puisque, donc, c’est ainsi,nous savons que, ces mots insignifiants leur pemettent d’affirmer des théroies. Les cientifiques cherchent des faits, des experiences que l’on peut repeter plusieurs afois en ayant une probabilité nons pas de 100% mais au moins 60/70% de reussite, et surtout des faits. Aucun de ces théroiciens ne souhaite ni ne veut faire ces fameux test à l’aveugle.
    Oui mais cela fonctionne sur certaines personnes!! qu’est ce qui fonctionne l’effet placebo avec la puissance de notre psychisme qu’il est vrai nous ne connaissont pas encore toute la puissance, mais le psychisme est une suite de faisseaux electriques, et de neurones qui eux meme sont fait de molecules d’atmes, etc.
    Or chacune des ces structures est composé de 4 forces ou 3 plus précisement depuis quelques années, la force gravitationnel, la force nucelaire forte, et la force magnétique.
    A l’heure d’aujourd’hui il n’y a rien d’autre qui existe.
    Et puisque chacune des ces particules aussi petites soient elles sont composé de ces fdorces, il ne peut y avoir d’autre facteur qui ineterviennent ormis celles ci.
    Et si c’etait le cas, alors ce ne serait pas des marticules terrestre mais extra terrstre, ceux qui à l’heure d’aujourd’hui, enfin je crois n’a pas encore été prouvé, ou alors les lithotruc ont des relations avec les extra terrestres et veulent nous cacher leur existence!! Les vilains.
    Ceci étant j’ai l’esprit tres ouvert, pour preuve je crois encore au père noel, car j’aime l’idée de quelqu’un de bienveillant qui parfois en fonction de nos bonnes actions nous récompenserait avec sa tenue rouge et blanche telle cocal cola pour le 25 décembre.
    Exploiter la faiblesse c’est ce qui fonctionnent le mieux, regardez nos politiciens, nos hommes d’etats, ils font la meme chose, alors pourquoi pas vous?..
    VOus avez raison et j’ai tort, vous devenez riches et moi je me contente de vous critiquer, peut etre est ce de la jalousie, ou alors juste que je suis peut etre plus humaniste que vous.
    Cordialement

    Répondre
  21. Phil
    Phil dit :

    Bonjour à tous,

    j’arrive sur cette discussion (à cause du titre sans doute) du combat de la science contre l’ignorance et je souhaite vous donner mon avis personnel étant ni adepte de lithothérapie ni géologue : en prenant du recul sur tout ce qui a été dit, je vois simplement s’opposer le rationnel à l’irrationnel. Il est évident que ces 2 modes de pensée ne peuvent s’entendre sur la lithothérapie ! Je comprends donc le ras le bol de l’esprit scientifique qu’est laurent pellegrin au regard des divers sites sur le sujet…Mais en revanche je ne comprends pas son objectif.

    La vérité ne sortira jamais de ce débat. Il est illusoire de vouloir opposer la rationalité scientifique à une interprétation pré-scientifique, animiste de la Nature.

    Certes, les litho thérapeutes auraient tort d’exercer sans connaissances poussées en géologie (cf les risques gazeux énoncés plus haut) mais les scientifiques aussi auraient tort à mon sens de nier la légitimité et les réussites des pata-sciences, idéologie et autres médecines parallèles. Ce serait réfuter dans le même genre toutes croyances, bienfaits placébo et autres bénéfices espérés dans les domaines de la psychanlayse, l’astrologie, acupuncture, croyances religieuses, philosophies subjectives etc…

    Donc, ce coup de gueule je l’entends mais il n’a selon mon opinion pas d’autres objectifs que de ramener certains vers le chemin de la raison, donc de  »scientifiser »des esprits plus spirituels et croyants.Or, pour la plupart, ces esprits croyants ne changeront pas d’opinion. Donc, seuls, les entre-deux-chaises pourraient se laisser tenter par un discours scientifique convaincant. un peu à la façon d’ une campagne électorale…

    A moins qu’il n’y ait aucun objectif, et qu’il ne s’agisse simplement que de jalousie ou bien d’orgueil d’expert…?

    <>

    …Mais cela, c’est dur de le comprendre pour un esprit ultrascientifique…Esprits selon moi aussi extrêmes (donc peu équilibrés) que son opposé !

    Répondre
  22. Jllecuyer1962@gmail.com
    Jllecuyer1962@gmail.com dit :

    Bonsoir à tous. Le combat entre connaissance et croyance me semble impossible à mener. Mon amour croit au Theragem, outil de lithotherapie. J’ai choisi d’accepter sa croyance qui heurte mon esprit rationnel. Vous pouvez me croire, ce n’est pas facile. Mais je survivrai. Merci pour cet article très intéressant.

    Répondre
  23. Georges Haymoz
    Georges Haymoz dit :

    Avez vous eu une mauvaise expérience avec ces praticiens de médecine parallèles ou un être cher s y est ouvert entièrement a votre grand désarroi?
    Sinon je ne peux comprendre cette véhémence dans les propos et affirmations qui finalement vous rapprochent dangereusement de ceux que vous mettez en accusation! J’ai suivi tous le dialogue votre article commençait avec un côté utile et préventif mais j’ai commencé a en douter. Vu la teneur des propos alors que. Le but pouvait être atteint également peut être mieux avec un ton moins denigrant et plutôt que Chercher à discréditer vous concentrer sur les risques sans vous impliquer á juger du bien fondé ou pas d’une discipline qui certes n étant pas régulée sé voit squattee par des profiteurs mais celà n’est paa spécialement le cas que pour la litho bien d’autre domaines ou existe un vide juridique ou légal se trouve être également parasitée. Mais ne oir que le côté obscur de cette pratique c’est malhonnête car vous faites l’impasse sur tous ce qui pourrait être serieux afin d étayer vos vindictes contre la discipline. C’est comme si je vous parle de tous les ratés et erreur de la médecine pour vous prouver que cest dangereux en plus de son ignorance et je fais l’impasse sur toutes ses réussites. Je distingue OEM médecins et lobby pharmaceutique qui par exemple á reussi a éliminer des pharmacies l argent colloidal au profit sé leurs abri optiques et ne venez pas me dire que bela est du á la maladie bleue de l argent car je ne parle pas de nitrate d argent mais de ions argent ou microparticules argent pur mais surtout pas de sels d argents ce qui a été á l’origine de la fin de ce traitement qui rapporte rien aux pharmaciens mais beaucoup aux patiens…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.