L’intuition (La Minute Sapiens #1)

Projet proposé par Maxime Ginolin, alias MagiCJacK, la Minute Sapiens est une série de vidéos courtes sur les erreurs courantes de la pensée humaine, celles qui règnent sur nos croyances et empiètent sur nos décisions et nos libertés.

Vous pouvez retrouver les autres projets de Maxime sur sa page.

Les textes sont signés Acermendax.


Ah, j’en étais sûr. Je le savais ! Je me doutais bien. J’avais encore raison.

Cela vous arrive, avouez, d’être fier que votre première impression s’avère juste, que votre petit doigt vous ait soufflé le bon sentiment. C’est bien agréable de se rendre compte que ce « je-ne-sais-quoi » à propos du stagiaire ou de la voisine était finalement correct.

C’est humain.

L’intuition, c’est une sensation de vérité. D’une certaine manière, vous savez quelque chose, ou du moins c’est l’impression que cela vous donne. Mais l’intuition a cela de particulier que vous sentez que vous savez, mais sans savoir pourquoi vous avez cette conviction.

Parce que l’intuition, c’est tellement fort que ça va plus vite que la pensée !

C’est fascinant, car cette sensation de vérité, vous y tenez. Vous aimez vos intuitions. Vous aimez vous dire que vous aviez raison depuis le début, quand bien même vous ne saviez pas pourquoi. Tout le monde éprouve ça. C’est sympa une intuition. En société, c’est même bien vu d’être une personne intuitive, de sentir les choses.

Et pourtant il y a un truc qui cloche.

Regardez bien. Une conviction qui va plus vite que la pensée, une sensation de vérité, de confort, une première impression puissante sur les situations, sur les gens… est-ce que cela ne vous rappelle pas une autre notion ? Est-ce que cela ne correspondrait pas exactement à ce qu’est un préjugé ?

 

Mais pourtant vous sentez bien que ce mot ne porte pas la même connotation. Vous savez que les préjugés sont de mauvais conseils, qu’ils amènent à des déclarations et à des actes stupides et dangereux. C’est donc très différent d’une intuition, vous le sentez au plus profond de… oh !

Vous avez l’intuition que vos intuitions ne sont pas des préjugés. (regard)

Alors, bien sûr, ce n’est pas aussi simple que ça. Les intuitions ne sont pas sans mérite. Quand vous êtes expert d’un domaine, rompu à la pratique de votre art, vous pouvez développer cette capacité à penser plus vite que vous-même ; votre cerveau apprend à embrasser une scène en un clin d’œil et à vous livrer un compte-rendu pertinent. C’est la rançon de l’expérience. Vous récoltez un brouillon synoptique à partir des myriades de données que vos sens perçoivent dans l’environnement.

 

Et ce brouillon est d’autant moins bâclé et trompeur que vous êtes expérimenté. Néanmoins, entre nous soit dit, tout expert que vous soyez dans une discipline, il y a de très forts risques que vos intuitions dans les autres domaines ne soient réellement que des préjugés.

C’est très désagréable, parfois, la prise de conscience. On n’a pas très envie d’écouter celui qui nous dit que nos intuitions sont souvent de mauvais conseil. Mais sans remise en question, point d’amélioration. Pour y arriver, si je peux me permettre de vous donner un truc, il faut réussir à faire le tri entre qui je suis et ce que je pense. Cela me permet de changer d’avis sans ressentir l’humiliante impression de me renier. Ce qui me définit, c’est moins ce que je pense que comment je le pense.

En tout cas c’est ce que je pense.

1 réponse
  1. mouarfff
    mouarfff dit :

    Acermandax
    Pas mal de zététicien ont des croyances dont ils ne veulent rien voir.
    Cela a souvent avoir avec l’homme de paille.

    Déjà quand vous reprochez a des ecolos d’alerter sur le danger des pesticides et de notre modèle agricole, vous déclarez systématiquement que les pesticides dans l’assiette ne sont pas dangereux pour notre santé. Mais croyez vous que « les ecolos » (généralisation hâtive, biais de préjugés -ecolos pieds nus naïfs et mystiques-) ne focalisent, comme vous, que sur leur santé personnelle ?
    On n’est pas toutes des mannequins végétariennes anorexiques hypocondriaques !

    Nan, la plupart du temps il s’agit de méfaits de la monoculture extensive, de choix de certaines culture, sur la biodiversité (disparition des abeilles, de 70-85% des insecte s, de millions d’oiseaux, de cours d’eau saturés perte de foret et son bilan carbone, artificialisation des sols et érosion acceleree, developpement d’animaux dis nuisible a cause des niches et écosystème en équilibre ponctués dévastés, le corolaire de la croyance au bien fondé de notre système, a savoir l’abus et le gaspillage, quand 2 milliard d’humains souffrent d’obésité pendant qu’un autre milliard mange peu ou mal, dans un contexte ou 20-40% de la nourriture produite n’arrive pas dans nos estomacs, que les denrées de première nécessité sont soumis a la spéculation financière, pendant t que d’autre vivent en faisant des vidéos youtubes sur la rationnalité, et que moi j’ai la chance d’être pauvre en France), la qualité de l’eau, le modèle économique dépendant de produits chimiques, de l’usage des brevets, des conditions de travail des agriculteurs…
    De plus, affirmer cela chaque fois comme vous le faites permet aussi un autre effet déjà étudié en écologie (ou économie, car c’est intimement lié, tout comme la politique…), a savoir que lorsqu’il est possible de baisser sa consommation sur quelque chose ou bien de démontrer qu’un effet nuisible a été surévalué, il y a systématiquement une augmentation significative de la consomation des dis produits. Il faut donc, en toute rigueur, se garder de conclure si vite. Enfin, depuis une centaine d’année, le nombre de produits chimiques devenus interdits alors que lors de leur mise en avant se faisait aussi avec des médecins sont légions (l’amiante, le plomb…).
    Au passage, je vous imagine bien très heureux de voir que lors de procès sur l’amiante, les pauvres (*sarcasmes*) patrons responsables risquent de ne pas être inquiétés car il est impossible de scientifiquement démontrer que chaque pathologie de ces ouvrier est directement du a l’exposition a l’amiante. Alors que « dans le meme temps », les preuves statistiques s’accumulent largement et il y a beaucoup plus qu’une simple corrélation !

    Pour revenir sur ce sujet précis, malgré que j’invite les gens a se méfier de leur intuition, je ne leur dit pas de la nier, sinon, conduire et rencontrer des gens dans une soirée cool risque d’être difficile. Traverser la rue aussi, car il faudrait pour cela s’assurer de toutes nos facultés mentales du système 2. Chose impossible, meme lors d’un examen d’entrée… De toutes façons, les études en neuroscience et en neuromarketing (beurk) ont déjà démontré qu’un achat est forcément le résultat d’une pulsion rationalisée par la suite, meme quand on se veut rationnel pour un achat qui a une importance capitale. Donc a jamais cette rationalité risque de nous échapper…
    Je rappelle aussi que lorsque ‘l’on apprends a conduire, le moniteur a tout interet de te conseiller qu’en cas de difficulté, la première impression est la bonne, sinon c’est tout droit. Car si ton cerveau se concentre sur la route (donc que les yeux la regarde), l’ensemble de tes facultés motrices seront mobilisés pour rester sur la route. Si on regarde le danger, le cerveau aura cette tendance a orienter le conducteur vers celui ci. Pourtant, un individu en système 2 est obligé de tout évaluer, et de regarder le danger… Et de toutes façons, trop d’information a évaluer en trop peu de temps mène a une certaine paralysie.

    Il est donc très mauvais a mon avis d’arborer un ton constamment aussi docte, semblant penser que de « simples méthodes » et le refus catégorique de tout usage de son intuition sont la potion magique. N’est ce pas la d’ailleurs une tentative inconsciente d’intuiter des réactions zeteticiennes en nous ? 😉

    Je sais très bien que mon témoignage personnel n’a aucune valeur, (idée que vous véhiculez souvent et a juste titre quand meme, mais j’espère que si votre femme vous témoigne d’un viol, ou que votre enfant vous dis etre harcelé par des camarades ou embetés par un prof pour délit de sale tête, vous allez croire et pas demander qu’elle porte plainte et gagne le procès avant de la croire…d’ailleurs, la justice a d’énorme biais qui ont des conséquences catastrophiques sur de nombres vies en souffrance, tout comme l’errance médicale et les préjugés de leurs professionnels) surtout a vos yeux mais mon intuition, que je ne qualifie nullement de magique (plutôt comme la simplexité, une sorte d’algorithmes qui devine des probabilités suivant des contextes, sans n’y rien comprendre vraiment), me sauve encore la vie et si je l’avait écouté a une certaine époque, je ne serais pas dans la merde.

    J’ai une demarche qui consiste a essayer de me vouloir rationnel (oui c’est rigolo, car tout le monde se veut rationnel, comme vous d’ailleurs) dans le sens ou je tente de faire appel a mon intuition que lorsqu’aucun élément factuel ne semble aider a determiner un meilleurs choix dans une situation. Cependant, il arrive souvent que « sur le papier », cela aurait du marcher, pourrtant, je ne le sentais pas et inversement, que rien de factuel ne predise de la justesse d’un choix et pourtant il se serait avéré être  » meilleurs ».
    Ma methode perso (mon bricolage mental) est d’essayer d’être capable rapidement si on « évalue » en système 1ou 2 pour opérer des choix face a une situation. Bien évidement des qu’on à le temps, c’est système 2, des qu’on risque des biais idéologiques ou autre, c’est système 2.
    Enfin, certaines études reviennent sur le fait que ce qu’on appelle intuition n’est pas forcément un oracle intérieur mais est le fruit constant, d’allers retour entre expérience, apprentissages, concentrations, erreurs… Comment ne pas le comprendre avec l’apprentissage a la conduite, ou lors du premier jours on est crispé et accroché au système 2 jusqu’à l’epuisement car incapable de « deviner » comment conduire intuitivement ?
    Il serait difficilement supportable sur le plan de la charge mentale de devoir tenir concentré en système 2 pendant plusieurs heures de route. Pourtant ça reste a priori un degré de concentration adéquat au vu du danger que peut avoir le fait de conduire.
    Peut être aussi que je suis une exception, a l’instar de mon odorat qui en surprend plus ‘d’un quand je sens une fuite de gaz dans le garage du fond a l’opposé de la maison, qu’on me demande toujours a moi si tel aliment est pourris ou non, que je sens les odeurs des gens de passage en foret, ainsi que les types d’animaux alors que je fume bien trop… Il paraît que le physicien fridmann (feiman ?) devinait qui était présent dans une pièce rien qu’aux odeurs, je ne pourrais pas prétendre avoir un taux de réussite aussi grand…

    Pour ma part j’ai pas mal réfléchis a cela et ce que j’en tire globalement, c’est que lorsque notre cerveau est en situation de confiance, zen, sans subir de rapport de domination, sans subir de faim, de solitude, de rejet, de problème de santé, alors, nos facultés d’intuition sont meilleures et qu’il est possible de les développer et les entrainer via évidement la connaissance ce scientifique, pratique, mais aussi par le développement d’aptitude a la pensee critique, la demarche logique, le developpement personnel (médiation, relaxarion, marche en foret… Sans mysticisme, aberkanisme, ou autre vision chelou du monde ) et des activités physiques nécessitant une mobilisation globale de notre corps et de notre esprit (marche, escalade, natation, triathlon, voile… Autres ?)
    Après, tu peux toujours rigoler de mes méthodes perso mais le champ de la recherche a ce sujet est plutôt léger et il faut bien avancer quand meme. Voilà l’utilité de mode de pensée simplificateur, a savoir trouver une solution imparfaite certes, mais en adéquation avec la nécessité du moment et nos moyens cognitifs possiblement utilisable a cet instant.

    Bien évidement, l’éducation des enfants est 100% a revoir, car utiliser son système 2 ne devrait pas conduire a nier l’existence et sa place qu’il mérite au système 1.

    Ensuite, tu fais mention des préjugés et la je peux te rejoindre, il est très difficile de pouvoir affirmer que tel intuition relèverait dun « juste calcul inconscient », d’un préjugé culturel, d’un traumatisme via un rejet par associations (abusé par un prof, penser que tout prof est violeur), ou d’une simple erreur d’estimation d’un des éléments a comprendre.
    Pour ma part, luttant contre le sexisme et le racisme, je SAIS que un nombre conséquent de nos préjugés sont durablement voire définitivement encré quelque part dans notre tête. Car le simple fait d’essayer d’opter pour des comportements plus inclusifs m’oblige a modifier les mécanismes inconscients de réflexion et de jugement de mon cerveau. Donc malheureusement, pendant encore quelques temps, je devrais faire de la discrimination positive jusqu’à ce que un jour je me rende compte que cela faisait longtemps que je n’ai eu l’impression de devoir beaucoup réfléchir quand je m’adresse a un individu sexué et/ou racisé•e.

    Ma piste pour m’aider était souvent d’essayer de me souvenir des événements de mon quotidien et d’y réfléchir le soir ou le matin, afin d’apprendre a essayer de mieux mémoriser et par la meme me rappeller r de la nature et la teneur de mes ressentis intuitifs (les noter et faire de petit paris personnel afin de voir si on « réussis » plus que le hasard) en fonction de mon état d’esprit (dans le gaz, en pleine forme, survolté, triste, angoissés) afin d’essayer de détecter des façons d’appréhender ses « intuitions ». Parfois, j’ai cru ressentir, a force, des différences entre certains types d’intuition jusqu’à penser qu’il peut être possible avec de l’entraînement de pouvoir mieux appréhender ces intuitions.

    Quant a l’anthropomorphisme, errance intellectuellement réprimée depuis au moins 3 décennies par les astronomes, biologistes et ethnologues, elle m’a permis a de nombreuses reprises de penser avant 1995 qu’il était « quasi évident » que d’autres planètes existent ailleurs que dans le système solaire et meme la vie quelque soit sa forme (meme si E-T ne pouvait être a jamais inaccessible…), meme si la plupart des papiers disaient que notre système etait sûrement un des rares a en disposer, que les animaux ont tout de meme un assez grande intelligence et que celle ci peut avoir en commun certaines de nos facettes a nous. Aujourd’hui, les études de comportement viennent a admette la grande intelligence de pas mal d’animaux et meme une certaine sensibilité « complexe » chez les végétaux.
    Je pense aussi aux études sur les hypothétiques formes extra-terrestre que ces dernières pourraient prendre. Et bien tout récemment, des études on posé la possibilité que finalement, l’évolution conduit les espèces vivantes a répondre a un écosystème assez semblable en général et que les adaptations au milieu sont loin d’être anecdotiques et originale, et que la convergence évolutive pourrait prendre une telle place que finalement, a condition égale sur une terre jumelle, les possibilités que des conséquences équivalentess a ce qui s’est produit ici pourra t plus ou moins se reproduire de la meme maniere. C’était une intuition personnelle pour ma part, a priori nullement guidé par la bible car athée, comme cette fameuse histoire de L’Arroseur arrosé de Fred hoyle qui tente maladroitement de decribiliser une hypothèse du big bang ressemblant a faire peur a une sorte de genèse, se trouve réfuté par un prêtre (Lemaître) qui lui (pour une fois chez les croyants) a fait preuve de rigueur scientifique plus réaliste que ce mathématicien, athée certes, mais croyant quand meme !
    Finalement, l’alerte a l’excès d’anthropomorphisme était sociologiquement pas bien judicieux dans une période ou la société quittait la religion, car cela lui aurait permis de développer de l’empathie pour le vivant et ainsi augmenter sa motivation a préserver les écosystèmes, ces subsidiarités scientifiques et poétiques précieuses et peut être rare a l’échelle d’une galaxie(et quoi de plus important que la préservation de ces occurrences complexe, uniques et vivantes si brièvement dans l’univers ?).

    De meme que la matière noire, que je suis incapable d’appréhender mathématiquement, m’a toujours parue étonnante et douteuse conceptuellement (sans condescendance, si j’avais été dans le métier, je n’aurait pas douté en complotiste non plus), aujourd’hui, et depuis de nombreuses années maintenant, alors que l’hypothese des corde a tendance a légèrement t fléchir, celle de la gravitation quantique a boucle, celle concernant l’évolution la gravité a très grande échelle ou encore la présence de matière (simplement baryonique) entre les galaxies seraient plus grande que prévu…
    Par opposition, je n’ai jamais resisté intellectuellement a l’existance de galaxie, de la terre ronde, de la physique quantique meme si contre-intuitive a priori, de l’improbabilité tres forte des voyages interstellaire rapides… J’ai cela dit était un peu plus sceptique quant aux avancés technologiques pures et leur vitesse de propagation ces 20 dernières années, peut être a cause des récits de SF nous vendant de vraies voitures volantes bien trop tôt… ?

    Bref, la zététique c’est bien, et j’aime bien Richard monvoisin du cortex qui a au moins la présence d’esprit de mettre plus facilement le rationalisme en confrontation avec le réel beaucoup complexe et apprehendable qu’on ne l’imagine.
    Et je trouve qu’il peut être intéressant de voir le point de vue d’Aurélien barreau sur les science, a mon avis, il dénote un peu du scientisme ambiant, meme si il a l’air farfelu (au diable les croyances et les préjugés 😉 ).

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.