Le Langage & Darwin — Tronche en Live #30 (ft Linguisticae)

Invités : Montezuma de la chaîne Linguisticae.

Emission enregistrée le 28 juin 2016.

Editorial

Comme vous le savez tous, les mots ont un sens. Et non seulement ils ont un sens, mais en plus ils ont une histoire. Le françois d’aujourd’hui n’a pas grand chose à voir avec la langue de nos aieux du moyen age. Aux oreilles d’un latin de l’Antiquité il ressembleroit à un sabir grossier. Notre langue n’est qu’un latin abâtardis qui ferait probablement honte aux anciens, et ils diraient « Bou diou mais tout se perd de nos jours ! ».

Et notre bon français continue de changer, tout comme les autres langues vivantes, et il serait vain de chercher à s’y opposer parce que c’est comme ça que ça marche. Les langues humaines sont dites “naturelles” (entre guillemets) parce que personne ne s’est levé un matin pour inventer le mot matin ou décider de l’accord du participe présent. Les choses se sont faitess à travers l’usage des populations. Les langues évoluent… Beaucoup proviennent de langues ancestrales qui ont divergés, se sont isolées, ont parfois échangé des mots, des tournures, ont perdu du vocabulaire tandis qu’un nouveau était créé. Bref, tout ça est assez darwinien.

Et pourtant, il y a aussi une part de construction, de réglementation dans les langues. On se fixe des règles communes pour pouvoir se comprendre, et heureusement parce que c’est un petit peu à ça que ça sert.

Nos langues actuelles sont donc à la fois le résultat de l’évolution non dirigée de ce caractère vital pour l’humain qu’est sa capacité à communiquer des idées complexes, mais aussi de l’action des communautés humaines sur leur propre langage. C’est un phénomène de culture et de nature, ce qui est une belle occasion pour se rendre compte que ces deux notions ne sont pas réellement antinomiques.

En tant que processus naturel et humain, les langues sont donc des objets de science que l’on peut étudier, décrire, expliquer à travers des disciplines qui exigent méthode et rigueur. La linguistique est une science. Cela veut dire, au cas ou en aurait douté, qu’on ne peut pas dire n’importe quoi sur le langage du moment que ça nous plait ou que cela semble faire avoir du sens ou de la logique. Le bon sens n’est pas un outil très performant pour la compréhension des phénomènes complexes si on ne lui adjoint pas de la pensée méthodique.

Et ce soir nous allons nous intéresser à l’aspect darwinien -ou non- des langues humaines avec Montezuma dont vous connaissez peut-etre le travail de vidéaste vulgarisateur…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.