La Tronche en Biais #2 – La Méthode Hypercritique

Vled et Acermendax parlent des limites du doute raisonnable. Pourquoi l’exercice du doute méthodique conduit-il à se fier à l’avis du consensus de la communauté scientifique et à recevoir avec circonspection les explications qui s’en écartent ?
Parce que le doute n’est pas une fin en soi. Parce que la méthode hypercritique qui consiste à rejeter toute conclusion logique au motif qu’il est suspect de réussir à obtenir une réponse n’est pas une approche propice à l’édification des connaissances objectives dont nous avons besoin pour comprendre un peu ce qui se passe autour de nous.

 

3 réponses
  1. Patrick Cazaux
    Patrick Cazaux dit :

    Bonjour,

    Un point de français : je relève une erreur de plus en plus répandue que je ne voudrais pas que vous contribuiez à valider. Dans la phrase »…au motif qu’il est suspicieux de réussir à obtenir une réponse… » le mot « suspicieux » est employé à tort. Il faut dire ici « suspect », c’est-à-dire sujet à caution, peu sûr… Suspicieux se dit d’un individu (ou d’un ensemble) porté sur le soupçon, ou qui émet des doutes, des soupçons, c’est donc l’attitude mentale d’une personne ou d’un groupe de personnes.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Introduction à la zététique. 2- La méthode hypercritique (les limites du doute raisonnable) 3- La dissonance cognitive (et le douloureux besoin de […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.