L’équateur penché

***

« Quand les détracteurs de LRDP auront réussi à présenter un alignement de quinze sites de la taille de l’équateur terrestre présentant de telles similitudes architecturales et/ou conceptuelles, ils auront démontré qu’il n’y a là pas lieu de s’interroger.»

Jacques Grimault (sous pseudonyme).

Défi accepté

***

Imaginons que nous cherchons les preuves qu’une ancienne civilisation a œuvré à l’échelle de la terre entière sans laisser de trace dans l’histoire « officielle ». C’est une hypothèse hardie, très improbable, mais qu’on ne peut pas balayer d’un revers de la main. Peut-être, imaginons, qu’une ancienne civilisation perdue a voulu laisser un message derrière elle, compréhensible seulement à ceux qui chercheraient des réponses dans la géographie et les mathématiques enseignées au collège.

Admettons cela et laissons-nous conduire dans la démonstration suivante, que nous vous proposons gracieusement, grâce à l’aide de quelques blogueurs et sceptiques.babel

Babylone-Rome

Tout part de la Mésopotamie où l’on invente l’Ecriture, et de Babylone, lieu légendaire s’il en est où le langage des hommes a été brouillé après l’échec de la Tour de Babel, la « tour qui touche le ciel ». Babylone signifie « Porte de Dieu« . Elle est la première mégapole de l’histoire, cité la plus vaste du monde en son temps. On y construisit les fameux jardins suspendus, merveille du monde. Mais il y a plus à son sujet. La somme des lettres fait 77, chiffre mystique et mystérieux (qui renvoie aux 7 merveilles du monde). Le logiciel de traduction Babylone en libre accès sur Internet peut traduire 77 langues…

77 = 43+34. (7+7=14 ; 4-1=3). Retenez le chiffre 3.

Le psaume 77 43-72 parle d’un « arc infidèle » et d’une montagne de Sion. Or nous savons que 77/arctan(77) = 49.42, soit 43+7.  Continuellement, on retrouve ce nombre 43. Et 42 en décimales. Allons plus loin dans l’analyse du nom de Babylone. Inversons le mot : Lone Baby = indique un homme abandonné alors qu’il était enfant, un enfant qui va devenir homme… deveniRome… Oui : Rome ! Exactement 3000 kilomètres séparent Babylone et Rome : deux cités qui symbolisent deux époques. L’époque païenne où l’histoire se perd dans les mythes des peuples légendaires, et l’époque historique, point de départ de notre calendrier. Rome est la ville phare, la capitale du plus grand empire du monde et de la plus grande religion que la Terre ait connu.

Beeld_van_Romulus_en_Remus

Rome, le deuxième point de l’équateur penché.

Là où les coïncidences commencent à défier le hasard, c’est lorsqu’on s’aperçoit que la ligne Babylone-Rome fait un angle de 43° avec l’équateur. Intéressons-nous au nombre 43. C’est un nombre premier. Il a la particularité d’avoir un nombre premier jumeau (le 41) ainsi qu’un cousin (le 47) et un sexy (le 37) Il est donc entouré de 3 autres nombres premiers. Trois. C’est donc un nombre très particulier. D’un point de vue linguistique, 43, c’est le nombre de caractères différents dans l’alphabet francophone (26 + 17 spéciaux). Plus intriguant encore, c’est un nombre qui renferme des constantes universelles, puisque :

 1/43 = 0,0232, soit 100 fois (Pi-PHI)².

43 vous semblait sans doute bien banal… Mais c’est le nombre devant lequel Sheldon Cooper réfléchit durant toutes les pauses déjeuner, signe qu’il est connu pour renfermer des mystères jusque chez les scénaristes qui communiquent ainsi à la manière hermétique : signifier sans dire. Cette manière de penser autorise d’ailleurs à voir dans 43° une fausse piste, un piège, là où il faudrait voir en réalité (42+1), 42 étant la durée en mois du règne de la bête dans l’Apocalypse. La Bible de Gutenberg contenait des pages de 42 lignes. 42 est aussi le nombre de minutes qu’il faut pour traverser la terre de part en part dans un tube privé d’air par la seule accélération de la gravité. 42 est évidemment la réponse à Tout selon l’écrivain et mystique Douglas Adams, mais il est déjà présent dans l’œuvre hermétique du mathématicien Lewis Carroll. On pourrait donc dire que 43 est la solution cachée là ou 42 est mis en lumière pour aveugler les masses.

Comment ne pas se poser la question du sens de toutes ces coïncidences ? Qui a bien pu disséminer toutes ces informations à la lumière du jour ? Le Coran nous encourage dans notre démarche : la sourate 43, verset 43 dit : « Tiens fermement à ce qui t’a été révélé car tu es sur le droit chemin. » Quant à la 77  elle répète 10 fois « Malheur, ce jour-là, à ceux qui criaient au mensonge. » Mais continuons notre voyage en élargissant le champ. Ne nous limitons plus aux 3000 km de Rome-Babylone mais traçons un équateur. Vous n’allez pas en croire vos yeux !

Pages of book of Quran

Allez vous même vérifier la sourate 43 du Coran.

Un message spirituel.

Car la ligne Rome-Babylone croise un nombre incroyable de site symboliques, des hauts lieux. À l’ouest, nous commençons avec Saint Jacques de Compostelle, son nom signifie « Champ d’étoiles« . Elle est le lieu du deuxième plus grand pèlerinage du monde chrétien, et ce chemin est surnommé « Voie Lactée ». Doit-on y voir une suggestion à se tourner vers le ciel comme les anciens de Babel ?

L’équateur traverse de part en part  Pampelune, capitale des Rois de Navarre, où le nom de la Lune est une nouvelle invitation.

Est-ce en raison de sa proximité avec l’équateur Rome-Babylone que Rennes-le-Château jouit d’une aura de mystère en relation avec le trésor des Templiers ? Car si nous continuons nos observations… Antioche, forteresse des croisés, étroitement liée à la légende du Graal, est sur la ligne ainsi tracée. Or, Antioche est un lieu symbolique qui fait échos aux 3000 km entre Rome et Babylone. La Saint Grenade d’Antioche est présentée dans le film Sacré Graal des Monty Python où il est clairement établi qu’elle est placée sur le sceau du chiffre 3.

« …And Saint Attila raised the hand grenade up on high, saying, « O Lord, bless this Thy hand grenade that with it Thou mayest blow Thine enemies to tiny bits, in Thy mercy. » And the Lord did grin and the people did feast upon the lambs and sloths and carp and anchovies and orangutans and breakfast cereals, and fruit bats and large chu… [À ce moment-là le frère est pressé par Frère Maynard : « Saute donc quelques lignes, frère »]… And the Lord spake, saying, « First shalt thou take out the Holy Pin, then shalt thou count to three, no more, no less. Three shall be the number thou shalt count, and the number of the counting shall be three. Four shalt thou not count, neither count thou two, excepting that thou then proceed to three. Five is right out. Once the number three, being the third number, be reached, then lobbest thou thy Holy Hand Grenade of Antioch towards thy foe, who being naughty in my sight, shall snuff it. » Amen1,2. »

Bien sûr, cela a de quoi laisser sceptique. Les Monty Python n’ont pas l’image publique de défenseurs des secrets ésotériques. Mais quelle plus belle couverture pouvaient-ils inventer ?

Les soupçons légitimes s’envolent lorsqu’on s’avise que la ville de Troie est située à 73 km de notre équateur (73/3 = 24.3333, c’est-à-dire 42 à l’envers + 1/3). Troie, est évidemment liée au chiffre trois, mais également à Rome puisque ses fondateurs étaient d’ascendance troyenne. Cette ville légendaire, immortalisée dans l’Iliade a longtemps été considérée comme purement mythique avant d’être redécouverte au 20ème siècle de la même manière que nous redécouvrons cet alignement de lieux  qui défie l’imagination.

troy

Ceux qui croyaient que Troie n’était qu’un mythe ont dû se rendre à l’évidence…

Les sites religieux se succèdent le long de notre équateur caché dans les nombres. On retrouve alignées  Thyateira (aujourd’hui Akhisar), l’une des sept églises primitives d’Asie Mineure citée dans l’Apocalypse de saint Jean, ainsi qu’une deuxième de ces sept églises : Sardes, capitale de la Lydie au bord du Pactole, également citée dans l’Iliade. Deux des 7 églises sont là, indiquant clairement qu’il en manque une troisième. Toujours le chiffre 3 !

Notons que la synagogue de Sardes, redécouverte au vingtième siècle est la plus grande connue dans la diaspora juive de l’antiquité.

Hundreds of ShiÕa Muslims gather around the Husayn Mosque in Karbala after making the Pilgrimage on foot during Arba'een. Arba'een is a forty day period that commemorates the martyrdom of Husayn bin Ali, grandson of the Prophet Muhammad, and seventy-two of his followers at the Battle of Karbala in the year 680AD.

La mosquée Husayn de Kerbala

Notre équateur passe non loin de Lystre, elle aussi citée dans la Bible, mais surtout il croise Kerbala, l’un des plus hauts lieux saints de l’islam chiite. L’équateur nous guide vers ce lieu d’une grande importance pour les musulmans, tout comme Saint Jacques de Compostelle pour les chrétiens, et Sardes pour les juifs : les TROIS religions du livre. En passant à Al-Qurnah, considéré par les apologètes comme le probable emplacement de l’Eden, et où l’on trouve un Arbre d’Adam, l’équateur cherche-t-il à nous délivrer un message qui transcende les religions ? On peut le croire car n’oublions pas Babylone et son dieu Marduck qui en son temps a supplanté le culte de Bēl dont le sanctuaire domine la lointaine Palmyre. Oasis dans le désert et merveille d’architecture, Palmyre est située sur l’équateur que nous suivons. Mais Marduck a également remplacé Enlil dont le lieu de culte principal se trouvait à Nippur, l’une des plus anciennes villes du monde, elle aussi alignée. Le plus ancien instrument de mesure gradué a été trouvé à Nippur. La coudée de Nippur mesure exactement 30 doigts (le chiffre 3 nous accompagne toujours). Mais pensons également au bouddhisme et au Temple de la Dent sur l’île deuSri Lanka à des milliers de kilomètres, qui abrite l’une des rares reliques du saint homme. Lui aussi est aligné.

 

The Baalshamin sanctuary, located in the north of the city of Palmyra. Its construction began in the second century BC. Gradually was added a colonnaded courtyard after 67 AD and a cella in 130 AD; Citadel in the distance, Palmyra. Syria Picture by Manuel Cohen

Palmyre

Peut-être restez-vous incrédules, tant la révélation qui nous est offerte défie notre esprit d’humains du 21ème siècles. Mais que dire si l’on ajoute à tous ces lieux sacrés et religieux alignés, celui qui n’a jamais été bâti par la main de l’Homme et symbolise peut-être le mieux l’existence d’un monde supérieur, inaccessible : le Mont Olympe.Symbole naturel de la divinité par excellence, il culmine à 2917 m.

Or  29-17=4×3 (43) et 29×17 = 493. On obtient encore 43 avec, au centre, le nombre 9, nombre divin s’il en est. On note par ailleurs que 2+91+7 = 100. Il y a comme un message codé dans l’harmonie même de la montagne, car elle contient la constante phi : (2+91+7)/3*phi = sqrt(2917), et elle nous confirme que les nombres 3 et 43 sont au cœur du mystère.

Mais que veulent dire ces nombres ?  Pour le savoir, nous sommes condamnés à continuer l’enquête.

Relier les âges anciens et le monde moderne ?

Les pôles correspondant à cet équateur penché se situent dans l’océan, à des centaines de kilomètres de toute terre émergée, comme pour ne désigner aucun  endroit en particulier, aucune fausse piste. Mais le pôle nord, malgré tout est bien particulier, car il est situé (46°53’24.9″N 178°27’42.8″E) à exactement 121 km (1.09°) de la ligne de changement de date qui traverse le Pacifique et à 10.070 km des points situés sur l’équateur.

  • 10 070 +121 = 10 191 = 43 x 237
  • et 4 x 3= 12 et 2+3+7 = 12.
  • 12+12 =24… soir 42 à l’envers.

Au changement de date, 42 devient 43 et la boucle est bouclée.Le temps est peut-être la clef du message que veut nous délivrer cet alignement.

Catalhoyuk

Catalhoyuk

L’équateur Rome-Babylone traverse les régions les plus anciennement civilisées du monde. Dans son sillage on retrouve des cités dont l’occupation remonte au paléolithique, tel Catalhoyuk,  une ville si ancienne qu’elle date d’avant l’invention des rues. Autre cité de cette époque lointaine, Mytilène, dont le nom vient de mytilos qui signifie moule, est la capitale de Lesbos. L’ile possède la plus grande forêt pétrifiée du monde, rémanence d’un âge ancien. Sagalassos, où les premières traces d’occupation datent de quatorze mille ans. Apamée, cité militaire mais aussi cité des philosophes, connue pour sa gigantesque colonnade. Olynthe, cité chalcidique. Apollonie d’Illyrie, ancienne cité grecque esclavagiste, perdue puis redécouverte au 18ème siècle. La ville est fondée en -588 (5+8+8=21, moitié de 42 – Le fait que cela ne donne pas 43 est beaucoup plus intéressant que si c’était le cas). Et en regard de tous ces sites occupés depuis des milliers et des milliers d’années, on trouve une ville moderne, construite très exactement sur l’équateur Rome-Babylone, comme un signal. Melbourne,  capitale de l’état de Victoria, Ville-Monde fondée en 1835. Elle fut nommée en l’honneur du premier ministre britannique William Lamb vicomte de Melbourne, mentor de la reine Victoria. Melbourne est aux antipodes de Rome et Babylone : une ville nouvelle créée sur le dernier continent colonisé par l’humain, elle connait une croissance époustouflante et fait figure pendant un temps de ville la plus riche du monde.

À près de 13.000 km de Babylone, il aurait suffi d’une seconde d’arc de décalage pour que Melbourne se trouve bien loin de notre équateur, et pourtant celui-ci la traverse de part en part. Doit-elle son incroyable réussite à son alignement si particulier ?

Des lieux de mystère.

À ce stade, la quantité de hauts lieux alignés ne peut qu’attester d’un schéma sous-jacent. Saint Jacques de Compostelle, Rome, le Mont Olympe, Antioche, Mytilène, Melbourne… Babylone. Dans ce chemin vers la compréhension, nous n’étions pas au bout de nos surprises, car l’équateur indiquait un autre lieu, une cité connue dans l’antiquité comme la rivale d’Alexandrie, la deuxième plus grande bibliothèque du monde, le lieu où fut inventé le parchemin qui lui emprunte son nom : Pergame.

Reconstitution de Pergame

Contrairement à Alexandrie, à Pergame, on cherchait le sens profond – voire caché – des textes, considérant que ce qui était véritablement signifié ne correspondait pas nécessairement à ce qui était écrit. Nouvel indice qu’il nous faut chercher au-delà des apparences. Sur notre alignement incroyable on retrouve Corte, place forte de la Corse. Ce n’est pas seulement un lieu de pouvoir, mais également le lieu où fut rédigée la première constitution de l’histoire, en 1755, soit vingt ans avant celle des États-Unis. On la doit à Pascal Paoli qui avait des liens étroits avec la franc-maçonnerie et fut enterré dans l’abbaye de Westminster en compagnie des rois d’Angleterre.

Mais il y a encore plus mystérieux, encore plus incroyable. De l’autre côté du globe et sans que l’histoire officielle telle quelle est connue puisse l’expliquer, l’Alignement Babylone-Rome traverse le Triangle des Bermudes sur 390 km (3+9 = 12 = 4 x 3. 43 est toujours là). Le chiffre trois évidemment résonne dans ce vaste triangle. Le Triangle des Bermudes est pour nous, aujourd’hui un lieu marqué par l’étrange, l’inexpliqué et l’insondable, mais il ne fut connu officiellement que dans les années 1950.

Triangle des Bermudes

Il semble pourtant qu’il fut déjà connu par ceux qui ont orchestré l’alignement de ces hauts lieux à travers le monde. D’autres sites alignés, anciens, mystérieux devront faire l’objet d’un examen qui nécessitera des années d’effort : Blaundos, fondée par les successeurs d’Alexandre Le Grand, Qarqar, Musandam, Le Mont Athos, le Volcan Barù au Panama, ou encore les sphères mégalithiques du Costa Rica trop proches de cet alignement fabuleux pour que l’on puisse exclure un lien direct.

L’équateur Babylone-Rome coupe l’équateur conventionnel dans l’océan pacifique, à quelques miles à peine de la plus grande des îles Galapagos. Le symbole est immédiat, c’est l’endroit que Darwin a choisi de mêler intimement à sa théorie de la sélection naturelle. Que savait-il sur cet endroit ? Pourquoi le savant qui allait bouleverser les sciences du vivant de la manière la plus radicale depuis Aristote est-il allé si loin de son Angleterre, trouver une île à laquelle marier son nom à jamais ?

Personne n’a la réponse.

Mais l’équateur penché à 43° est peut-être le chemin qu’il nous faut suivre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une coudée de Nippur valant exactement 30 doigts

Les monolithes.

En résonnance avec les sphères mégalithiques que nous avons évoquées, il nous faut parler du mont Augustus. Il s’agit du plus grand monolithe du monde, une montagne d’un bloc perdu dans l’immensité du désert australien. Naturellement nous en parlons car il est situé sur notre équateur. Datant d’environ 1,8 milliard d’années, ce monolithe était là bien avant que tous les autres sites de notre alignement ne commencent à exister. Sa hauteur est de 825 mètres (8+2+5=15). Quel autre lieu aurait pu symboliser plus magistralement la profondeur du temps ?

mt-augustus-australia

Le mont Augustus

Mais le plus étonnant est peut-être de trouver à 13 000 km de là un autre monolithe, pas dans le désert celui-ci, mais en pleine mer. L’ile de Montecristo, entourée de falaise,s est un monolithe de 645 mètre de haut (6+4+5 = 15, comme le Mont Augustus. Et 645 = 15 x 43). Elle fut un temps le lieu de retraite de Saint Mamilien, mais n’a jamais été habitée très longtemps.

Aujourd’hui, elle est un territoire interdit à tout être humain.
Montecristo

L’ile de Montecristo, territoire interdit…

Et à la lumière de ce que nous venons de dire, on peut se demander quel secret cette interdiction cherche à nous cacher. Que peut bien recéler ce monolithe dans la mer, aligné avec Rome et Melbourne, Babylone et Palmyre, Le Mont Olympe et le triangle des Bermudes, les Galapagos et Pergame ?

Nous vous le révèlerons dans nos six prochains films.

***

***

En attendant les films…

Le texte ci-dessus est celui d’une petite vidéo de présentation empruntant au style et aux habitudes des pseudo-documentaires visant à défendre une thèse irrationnelle, ou en tout cas marginale… avec de mauvaises méthodes. Mais voyons si nous pourrions aller encore plus loin…

Figurez-vous que notre équateur traverse de part un certain nombre de villes dont nous n’avons pas parlé ici. En voici quelques-unes : Lalin (Portugal) Vega de Espinareda (Espagne), Berlanga del Bierzo (Espagne), Aguilar de campoo (Espagne), Saint Estève (Nom catalan : Sant Esteve del Monestir, lieu de culte et de recueillement dans son monastère au Moyen Age), Ruscino (à l’origine du nom Roussillon), Palestrina et Foggia (en Italie), etc. On pourrait imaginer bien des scénarios faisant intervenir ces endroits immanquablement chargés d’histoires.

Les nombres spéciaux inscrits dans les distances.

La spécificité des thèses faisant intervenir des alignements de sites, tels les « Great Circles » de Jim Alison, est de souligner la présence de nombre spéciaux dans les distances entre les sites (en km), mais le plus souvent dans les rapports entre ces distances (sans unité, donc un tout petit peu moins absurdes). Regardons notre équateur et ses 25 principaux sites. Dressons un tableau avec les distances des sites deux à deux (ça fait déjà 600 nombres).

A présent cherchons pi, phi et leurs multiples.

Et sans effort, nous trouvons pi entre Kerbala et Montecristo (3142,686139 km), nous trouvons pi/2 entre Al Qurnah et Lystre (1578,508155 km), 2 pi entre Sardes et le temple de la dent à Kandy (6294,630215 km), 3 pi entre St Jacques de Compostelle et le volcan Wolf sur la plus grande des îles Galapagos (9422,602381 km), et 4 pi entre ce volcan et Sardes (12521,48297km).

Et déjà on pourrait dire que la constante universelle pi relie de manière spécifique le volcan Wolf avec Sardes et Saint Jacques de Compostelle, puisque les trois sites forment un triangle isocèle. Mais ce serait là injecter une interprétation vide de sens à un résultat mathématique qui relève de l’aléatoire et d’une taille d’échantillon suffisante pour faire apparaître, immanquablement des relations de ce type.

nebuleuse de la lyre

La Nébuleuse de la Lyre n’a strictement rien à voir avec le propos… Mais gageons qu’on y trouve le Nombre d’or en cherchant bien.

Continuons avec le nombre d’or.

On retrouve phi entre Montecristo et Melbourne (16175,21425 km) et entre Sardes et Babylone (1620,587325 km) et racine de phi entre Sagalassos et les Galapâgos (12756,23365 km) ainsi qu’entre Babylone et le volcan Baru 12762,42828 et aussi entre Kerbala et ce même volcan (12726,89473 km)

Que voit-on ? Le volcan Baru est au sommet d’un triangle isocèle ayant pour côté  10 mille fois racine de phi et le reliant à Kerbala et à Babylone. Voilà qui nous rappelle le résultat précédent, déjà avec un volcan ! Et il pourrait nous sembler qu’une tendance s’affirme (même si deux occurrences, c’est évidemment trop faible pour soutenir une telle idée) On pourrait croire que nos sites cherchent à nous parler volcanisme, après tout, et trouver ensuite plein de raisons de continuer à le penser.

Bon, en réalité, vous ne vous serez peut-être pas laissés abusés par le fait que Babylone et Kerbala étant tellement proches entre elles, et distantes de Panama, leur éloignement est inférieur à la marge d’erreur tolérée pour retrouver nos nombre spéciaux : ce résultat est donc juste mais parfaitement vide de sens (comme les autres).

Enfin, terminons ce passage en revue des distances entre les sites avec la découverte d’un petit mensonge de notre part. La distance entre Rome et Babylone n’est pas exactement également à 3000 km comme nous le disions. Non, à ce stade, il est bien plus intéressant de regarder la distance réelle : 2992,653668 km et de constater que c’est la vitesse de la lumière (presque) !

Et on peut s’émerveiller de ces résultats. À condition de ne pas vouloir en tirer une explication à quoi que ce soit ni un message, puisque ces résultats sont semblables à ce qu’on pourrait attendre d’un générateur aléatoire.

Les rapports entre les distances

Avec 25 sites alignés, nous avons 600 distances. Si on veut comparer ces distances, on se retrouve avec 359 400 rapports de distances (600x 599). Parmi ces trois cent soixante mille valeurs, on peut retrouver pi, phi, e, c et leurs multiples ou diviseurs un grand nombre de fois. En réalité c’est l’absence de ces nombres qui serait une bizarrerie mathématique.

Dans notre cas, nous dénombrons 123 occurrences de « nombres spéciaux ». Un numérologue zélote s’émerveillerait même devant ce nombre 1, 2, 3 : 123 ! Est-ce un message ?

Conclusion.

La méthode que nous avons employée ici, et qui est celle du film La Révélation des Pyramides est du bois dont on fait des scénarios de fiction, éventuellement récréatifs comme peuvent l’être des mots croisés, mais sûrement pas propices à dire quoi que ce soit sur le monde réel en dehors, peut-être, de notre envie de croire qu’on peut ainsi accéder sans effort à des secrets immémoriaux.

En conséquence : prudence et scepticisme sont de rigueur.

Pour aller plus loin, et voir notamment la réaction de Jacques Grimault à notre équateur penché, consultez notre interview de lui.

11 réponses
  1. Ecervele
    Ecervele dit :

    Comme le dit si bien Philippe Katerine : »Excuse-moi »

    Sérieux, vous ètes géniaux…

    Et la vidéo… Vous faites ce que j’ai toujours voulu faire avec les « théories » du complot… Tout comme Albert, je vous aimeL

    Sinon je n’ai écouté que 18 minute du podcast et Grimault, en plus de jouer la carte du mystère sur son cursus académique car il est vrai que tout le monde à le bagage nécessaire pour faire de la science quelque soit sont parcours, est déjà en train de se sabordé en disant que les mesures usité dans son documentaire sont fausses (et un des auteurs des livres qu’il cite lui a avoué ne pas savoir compter)… Et surtout ne répond pas à votre question d’une limpidité cristalline sur sa méthode d’obtention des données puisque de celles disponibles sont erronées en raison de l’incompétence des auteurs de la littérature ayant autorité sur le sujet d’aprés lui, tout gardant un aplomb presque irréel d’une incongruité assez perturbant…

    Perso j’aurais déjà fait soixante douze ruptures d’anévrismes dans tant de mauvaise foi…

    Votre self-control me laisse pantois…

    Mais pour des raison évident de maîtrise de mon cote, je devrais remettre à plus tard le visionnage sinon tout mon quartier va profiter de mes commentaires…

    Répondre
  2. Monsieur Felouin
    Monsieur Felouin dit :

    J’arrive et il y a exactement trois réponses à cet article. TROIS! C’est un signe!
    Je dois me mettre en quête de la Sainte Grenade d’Antioche.

    Ah merde, maintenant que j’ai posté ça fait quatre…


    Dans ce cas je vais passer à la boulangerie.

    Répondre
      • Takuan
        Takuan dit :

        Enfin si au passage il pouvait quand même prendre des croissants, ça me ferait super plaisir (mais ramène quand même le Graal, hein !)

        Répondre
  3. Mogok
    Mogok dit :

    Très très bon ! Cette surenchère dans les opérations mathématiques… j’en ai mal aux cotes à force de rire. Joli travail ! Bel voix off également.

    Répondre
  4. Bonjour
    Bonjour dit :

    Imaginez que je dis « La terre est ronde » :
    Certains prétexterons que je n’ai pas utilisé le terme sphère, donc que je crois que la terre est plate, que je dis de la merde.
    D’autres argumenteront qu’a cause de la force centrifuge et de la lune, la terre n’est pas parfaitement régulière comme l’objet mathématique avec lequel je la compare.
    Et les plus intelligent comprendront surement que j’ai utilisé ce mot dans le but de fournir une réponse simple et rapide dont le sens reste cependant accessible.

    Si vous prenez au pied de la lettre tout ce que dis Grimault vous n’irez pas loin, c’est vraie…
    Quand un scientifique démontre qqc avec de belles équations, est ce que tu arrive a t’identifier dans ce travail ? Est ce que les équations d’Einstein de donnent envie de vérifier par toi même ?
    Prenez les « Alien théorie » : beaucoup de faits sont présenté mais la conclusion arrive avant le raisonnement du publique, il n’arrive pas a convaincre. On se dis « ok il y a ces anomalie dans l’histoire, on n’y peut rien, fin. »
    Grimault donne en plus des pistes, et ne conclus que de façon ouverte pour permettre un approfondissement de la réflexion. Sérieusement, il est meilleur que la majorité des prof que j’ai pu avoir : peut ont réussi a m’intéresser.

    Alors bon, faites comme vous voulez… ca me fait pitié cet article.
    Vous auriez pu seulement approfondir un point et vous rendre compte de la problématique : il n’a dis qu’une petite partie des relations dans la grande pyramide, rien de plus enrichissant que de les trouver sois même !

    Bonne continuation…

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] la publication de leurs preuves en préparation de cette émission ? De la fabrication de ce film de 17 mins accompagné de ce billet destiné à tester la méthodologie de leur invité en préparation de cette émission ? Le tout dument […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.