« Enseigner la pensée critique ? »

Le bénéfice du Doute #6

Invités : Patrick Baranger & Jade Herbert — Enregistré le 20 juin 2019

Editorial

Permettez que j’ouvre avec une citation de Coluche « L’intelligence est la chose la mieux répartie chez les hommes parce, quoiqu’on en soit pourvu, on a toujours l’impression d’en avoir assez, vu que c’est avec ça qu’on juge ». De la même manière je ne connais personne qui estime manquer de rationalité ou d’esprit critique. Cela devrait tous nous alerter.

Nous vivons une époque formidable. L’accès à Internet est quasi universel, nous sommes tous à trois clics de connaissances innombrables, de lieux d’échange qui peuvent transformer nos vies, nous apprendre à régler nos problèmes, à partager les remèdes contre les duperies et les mystifications. Les grandes œuvres d’art et leur remises en contexte ; les documents historiques jusque dans leurs moindres détails ; les connaissances scientifiques, dans toutes les langues ou presque.

Mais nous ne les consommons pas. Nous sommes collectivement apathiques devant ce prodige de notre civilisation. Nous préférons regarder des conneries, si possible les mêmes conneries que tout le monde, pour ne pas risquer de se sentir largué. La connerie à la mode a sur nous plus d’attrait que l’explication ardue d’un mystère scientifique ou l’enquête fastidieuse sur un scandale d’état.

Soit on trouve ça parfaitement normal et stylé, soit on comprend que la pensée critique n’est pas la chose la mieux répartie au monde.

Parce que si les gens préfèrent les conneries aux grandes œuvres d’art, aux connaissances, aux débats philosophiques, ce n’est pas par hasard bien sûr, mais parce que nul n’est totalement libre de penser ce qu’il veut.

Il est facile de dire que l’on est libre de penser ce que l’on veut, de le proclamer et d’y croire, mais la condition humaine s’y oppose de toutes les forces des influences que nous subissons pour le meilleur et pour le pire.

L’espace dans lequel nous nous autorisons à penser est cerné de murs invisibles qui font croire aux plus imprudents qu’ils ont pleinement choisi de penser ce qu’ils pensent. Les autres se posent d’avantage de questions métacognitives ; ils réfléchissent sur leurs réflexions, et c’est cette activité, sans doute qu’on peut appeler la pensée critique.

Ce serait formidable de pouvoir amener tout le monde à développer une telle attitude et les talents qui vont avec. Peut-on enseigner la pensée critique ? Si oui comment ? Si non : que faire ?

Evidemment l’école a un rôle central, mais il y a de la vie hors des écoles, et il existe une éducation populaire dont l’un des buts est d’aider les citoyens à se méfier des jugements hâtifs, des stéréotypes, des évidences et des vérités absolues.

La semaine prochaine Les Petits Débrouillards font leur université d’été à Nancy, et ce sera l’occasion pour le public de venir échanger avec les membres sur leur action, et notamment sur la possibilité oui ou non, de devenir plus critique, mieux critique, puisque le titre de l’événement est « Science, esprit et pensée critiques »

Pour en parler je reçois deux invités qui connaissent bien les petits débrouillards, le monde de l’enseignement et de l’éducation populaire.

Jade Hebert, Patrick Baranger, qui êtes-vous ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.